embase de chandelier sans fuite

Ayant une jonction pont coque mixte (alu / CP) qui a bien souffert des fuites avec, au menu, bois pourri et alu corrodé..
en faisant les travaux de réparation, je constate que la grande majorité des zones malades sont situées autour des embases de chandeliers et des empattements des balcons.
Pas étonnant entre l'eau qui stagne dans les rails de fargue, les vis inox qui prennent du jeu et qui fuient, bien sûr elle n'ont pas été isolées de l'alu...
Bref, je me prends à rêver ne plus avoir de boulons nulle part à proximité du liston ! Comme beaucoup d'autres bateaux ont des problèmes de fuites au niveau des chandeliers, éventuellement avec la grande joie d'avoir le balsa du sandwich pourri..
Je ne suis peut-être pas le seul !
Pourtant en cherchant sur HéO des sujets qui traitent d'embase de chandeliers sans boulonnage à travers le pont : chou blanc
et sur le net francophone, presque rien, j'ai trouvé un sujet de forum en anglais qui en traite, et encore de façon assez générale.
dans le cahier des charges je voudrais garder des chandeliers métalliques qui plient sans se casser et faire des échardes dangereuses, et qui sont amovibles facilement pour pouvoir les remplacer.
Je vois 2 approches :
1 / stratifier directement autour du chandelier lui-même traité à la cire de démoulage ; ou stratifier un tube composite dont le diamètre intérieur corresponnd au diamètre extérieur du chandelier. Comme sur la photo.
L'inconvénient : comme les pieds de chandeliers classiques, ça a tendance à retenir l'eau et les saletés, le chandelier étant creux. percer un trou d'évacuation à la base l fragiliserait peut-être ?
2 / Stratifier au pont une barre pleine en composite sur laquelle le chandelier vient s'encastrer, il est ensuite maintenu en place par un axe / une vis / une goupille
Inconvénient : si le chandelier repose sur le joint congé en bas du support, est-ce que c'est inesthétique ? sinon, pas de joint congé, mais alors comment faire tenir le support ?
est-ce que certain.e.s ont déjà réfléchi à la question ?
.
pour les empattements des balcons, je pensais à simplement les boulonner sur une platine en composite qui sera elle-même stratifiée sur le pont, tout simplement. Cette solution marcherait vraisemblablement aussi pour les pieds de chandeliers.

L'équipage
18 jan. 2018
18 jan. 2018
1

Bonjour Babouch

Tu as sur certains voilier c 'est le cas sur le mien pour les balcons
des embases mâle comme décrit dans ton cas 2
Si en plus tu fais une super stratification sans cp dans la zone
bref une repartions de la charge (il doit supporter le pliage d' un chandelier sans lâcher) je trouve cette solution meilleur mais c'est mon point de vue.

Le Moko

18 jan. 201818 jan. 2018
1

Sur certains protos composites, c'est un rond plein sortant du pont, stratifié directement contre la coque cote intérieur, qui fait office de pied de chandelier. C'est d'une solidité à toute épreuve et c'est très esthétique.

19 jan. 2018
0

Ça fait quand même un trou dans le pont...

19 jan. 2018
0

Celui là ne posera pas de problèmes.

18 jan. 2018
0

Pour les coques alu on cherche à souder à la coque le maximum d'accessoires en restant homogène alu. Les chandeliers sont donc souvent alu soudés et quand on veut de l'inox il faut impérativement faire un montage avec isolement des métaux. L'Alu étant léger la logique est aussi de faire le pont en alu. Mais effectivement j'ai vu un jour une réalisation mixte. Dans tous les cas des chandeliers sur base pourrie sont potentiellement dangereux y compris au port.

18 jan. 2018
0

si un jour je refais mon pont en alu (après avoir appris à souder), bien sûr j'installerai le maximum d'équipement soudé ça sera merveilleux
en attendant je n'envisage pas de mettre les chandeliers sur la coque mais sur le pont :-D

18 jan. 2018
0

Où qu'ils soient fixés on doit pouvoir compter sur une bonne solidité des chandeliers: pour une fixation de ligne de vie on compte jusqu'à 1T pour un corps adulte accéléré et un chandelier rajoute un bras de levier d'au moins 60cm. Il faut donc que l'embase sous jacente de fixation prenne solidement appui sur la structure principale de proximité et en corollaire assurer une bonne étanchéité. Bricoleur du dimanche propose une solution intéressante.

19 jan. 2018
0

oui je suis ben d'accord, pour les bateau tout composite, sandwich ou bois composite c'est le top je pense
moi je vais pas percer l'alu mais je pourrais rajouter une platine en bois dur ou en composite, percée, pour augmenter l'épaisseur de la basse qui tient le tube sur lequel le chandelier s'encastre
je suis étonne quand même que personne ne fasse ça, je n'en ai jamais vu en vrai et les infos sont presque inexistantes

19 jan. 2018
0

Attention, un voilier en alu voisin a été heurté par un bateau qui lui a plié 4 chandeliers solidement soudés au pont. Résultat enfoncement du pont à l'endroit de fixation est embases

19 jan. 201819 jan. 2018
0

on a toujours la m^me chose : la coque et le pont il ne faut pas y toucher ,c'est sacré .. a chaque accessoire il faut mettre entre celui-ci et la coque/pont un martyr qui lui va encaissé les efforts ..

donc sur les mont pour les filières mettre sur le pont une attente stratifié ou soudé et fixé l'embase dessus ...déjà pas de fuite et en cas de choc le pont ne bouge pas .
apparemment en plaisance on n'a pas encore compris ça , d'où tous ces problèmes de fuites etc

19 jan. 201819 jan. 2018
0

J'ai relu l'explication de Bastien dans son énoncé premier, et je n'arrive pas en fait à vraiment comprendre comment est faite précisément son installation de pied de chandelier, actuelle, ce qui expliquerait que nos réponses ne le satisfassent pas .
Je pense qu'un petit croquis serait bienvenu.

19 jan. 2018
1

Citation: "ou stratifier un tube composite dont le diamètre intérieur correspond au diamètre extérieur du chandelier."

Ben non, au contraire, stratifier un tube (composite ou pas) dont le diamètre extérieur correspond au diamètre intérieur du chandelier. Ainsi, le chandelier recouvre le tube support, donc pas d'entrée d'eau.

19 jan. 2018
0

Bonjour. Il me semble me souvenir que sur le sylphe de Dufour, les embases étaient partie intégrante du liston en stratifié et les chandeliers emboîtés et bloqués par quart de tour. Pour ceux qui ont le 143 de bateaux, çà doit y être mentionné(je ne le retrouve pas mais, je l'ai eu).

19 jan. 201819 jan. 2018
0

À Chti luma :C'est ce que j'expliquais plus haut.
Ici la coque est en alu et donc le tube, que je verrais plutôt en jonc plein, doit se fixer quelque part sur la coque. c'est le seul moyen de rendre ce type d'embase 100% fiable. Ce qui obligerait à souder des pattes de fixation sur la coque.

Un pied de chandelier se doit d'être hyper costaud. seul le chandelier doit souffrir. Un tube en stratifié ne pourra tenir le coup sous un effort important. Un rond plein sans problème. Et si le jonc n'est stratifié que sur le pont, l'embase va s'abimer au moindre choc un tant soi peu conséquent.

Si quelqu'un à parfaitement compris l'installation actuelle du voilier de Babouch, qu'il me l'explique !
Vu les réponses, je n'en suis pas du tout certain… ;-)

19 jan. 201816 juin 2020
0

un petit dessin qui j'espère sera compréhensible
entre le retour de coque (on appelle ça une gouttière je crois ? elle fait 125 de large) et le pont il y a eu en 40 développement d'une corrosion importante (qui débordait à l'intérieur des équipets, avec performation de l'alu) presque uniquement au niveau des embases de chandeliers et des pieds de balcons qui ont je pense été mal posés, ceci bien que et c'est notable aucune des innombrables vis inox taille 1/4" soient isolées de l'aluminium. bref, ça a été fait soigneusement et je m'en sors bien.
Donc je démonte les rails de fargue, je dépose pieds de chandeliers, balcons, taquets, chaumards et tout ce qui est boulonné près du livet
je découpe le pont là où le CP est pourri, je soulève là où il tient bon pour accéder en-dessous et nettoyer la corrosion
je réfléchis encore à ce que je vais appliquer entre les 2 pour éviter le retour de la corrosion et pour faire le joint souple. je pèse le pour et le contre : duralac, butyl, mastic polyuréthane, peinture au zinc silicaté, bande de néoprène, en combinaisons si possible intelligentes
pour le remontage je supprime le rail de fargue alu, je vais mettre des cale-pieds en bois vissés dans le pont et interrompus à chaque pied de chandelier
je remplace le cp abîmé donc notamment toute la partie à l'arrière du cockpit et ce que j'ai découpé sur les bords, je vais avoir pas mal d'assemblages en sifflets à faire
je remets les vis trempées dans le duralac et avec rondelle épaulée en nylon côté aluminium
et je fais une belle strat époxy 500g/m² par dessus tout ça pour que l'eau ne rentre plus.
après tout ça, les trous dans le pont près du livet, je dis :non:
voilà !
donc à la limite je suis prêt à envisager de faire des trous dans la pau extérieure en strat SI je refais une strat dessus, par exemple encastrer le jonc en fibre des pieds de chandeliers dans le CP du pont ET stratifier par dessus
mais pas de strat à l'intérieur sur l'alu
voilà j'espère que c'est plus clair

20 jan. 2018
0

il est (ou était ) assez simple de souder un martyre ou plaque épaisse sur le plat d'alu et de visser dans cette plaque les embases des chandeliers .. ainsi pas d'infiltration possible

le probleme c'est qu'a l'usage on tire,ou pousse sur les chandeliers et inevitable le pieds fini par prendre du jeu et decolé ..

et avec des plaque d'attente il était m^me possible de carrément soudé les embases

19 jan. 201819 jan. 2018
1

Finalement, la liaison coque pont est classique.
j'étais peut être le seul à n'avoir pas bien compris… :heu:
Sur mon voilier de 10m, coque /pont en sandwich balsa/verre polyester, les pieds de chandeliers étaient fixés sur du monolithique et comme les zones n'étaient pas assez renforcées, le stratifié était fissuré.
J'ai décidé de consolider par le dessus et le dessous via plaques/contreplaques. Que j'ai réalisées en stratifié verre/époxy. Pas d’oxydation, pas de pourriture à craindre.
C'est la solution que tu proposais plus haut (plaques/contreplaques) qui demandera le moins de travaux possible tout en s'avérant efficace et peu onéreuse.
Après avoir de nouveau percé les emplacement de boulons, l'idéal est d'introduire de la résine époxy ou du G4 via une petite baguette cylindrique afin de saturer le cp et l’étanchéifier.
C'est le genre de détail qui prend du temps mais qui permet de naviguer par la suite en toute tranquillité.
La solution du rond plein fixé sur la coque est excellente mais elle requiert de souder des plaques de liaisons contre la coque intérieure. Pas simple du tout sur un bateau déjà aménagé.

19 jan. 2018
0

Bon, on comprend mieux, en effet. Donc on a un montage classique mais de la corrosion galvanique entre les vis inox et l'alliage léger de la coque, des embases et du rail de fargue. Le montage d'origine est bien à la réserve près qu'il ne doit pas y avoir d’électrolyse, et donc une étanchéité absolue et durable. Malheureusement, c'est en effet une gageure à l'endroit où les chandeliers sont implantés.
On ne peut pas laisser, je pense, la seule tôle de retour (celle qui maintient le pont , le rail de fargue et les chandeliers) encaisser les efforts qui peuvent être appliqués aux chandeliers, à cause du bras de levier. La tôle se tordrait, quelle que soit la façon dont les chandeliers seront fixés. C'est sans doute les efforts des chandeliers qui ont ruiné localement l'étanchéité car trop de souplesse. Moi, je garderais le même montage mais en ajoutant un doubleur en CP de 15 mm soit en dessous soit au dessus du pont afin d'augmenter localement l'épaisseur aux endroits où sont implantés les pieds de chandeliers. Le mieux serait un doubleur de toute la longueur du rail de fargue, mais des segments de 60 cm au pied de chaque chandelier peuvent aussi faire l'affaire. Le montage des vis inclura partout où c'est possible l'isolation galvanique des vis inox: TefGel et rondelles nylon. D'autre part, on ne voit pas sur le schéma le montage des embases de chandeliers mais il faut espérer qu'ils sont montés de façon à ce que le rail de fargue encaisse une partie des efforts impliqués par les chandeliers quand ils sont sollicités. Sinon, il faut modifier le montage en mettant des embases qui se reprennent dans le rail de fargue. Voili, voilou ...

19 jan. 2018
0

ah non non bien sûr les embases de chandeliers sont simplement boulonnées à travers en retrait du rail de fargue par 4 vis M5 vaguement étanchéifiées au mastic souple polyuréthane !
Ca risquait pas de rester étanche longtemps, surtout sur ceux de l'arrière qu'on martyrise pour monter à bord, ceux du milieu qui nagent dans la piscine causée par le rail ininterrompu, ceux de l'avant qui se prennent le génois... euh, tous en fait :bravo:

19 jan. 201816 juin 2020
1

Photo de ce que je veux dire pour les embases. Le carré en relief s'engage dans les trous du rail de fargue.

19 jan. 2018
0

S'il n'y a pas de pb de tenue mécanique, Duralac pour arrêter la corrosion + butyl pour boucher les creux et étanchéifier ça doit être pas mal.
Pour les chandeliers le principal problème c'est la taille réduite de l'embase et donc le bras de levier. Les chandeliers avec une jambe de force travaillent beaucoup mieux.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le dieu des nuages souffle ses petits !

Après la pluie...

  • 4.5 (8)

Le dieu des nuages souffle ses petits !

mars 2021