Electronique nique, nique, nique...

Le Monsieur s'appelle Eric Mas. Il est directeur technique de
Météo Consult. On peut donc penser qu'il sait de quoi il parle.

La revue qui le publie n'est autre que V & V. Un magazine qui
passe, entre autres, des pubs' pour des bidules électroniques.
On peut donc imaginer qu'elle ne va pas, pour le plaisir,
contrarier ses annonceurs.

Pourtant...
Dans le N° 417 de novembre 2005 figure un inquiétant articulet
page 10: "Fichiers GRIB: attention, danger!"

On y apprend, tout benoîtement, que les fichiers météo avalés
par Max Sea peuvent être dégurgités de travers.
Exemple donné: Confiant à 110% dans les 5 patates de matos qui
donnent à ta table à cartes un faux air de Cap Canaveral, tu
envisages de remonter sur la Bretagne depuis les Açores.

Coup de bol!
Un vent portant de secteur SW force 5 à 6 est annoncé pour les 4
jours à venir. Peut-on rêver mieux?
Tu pars...
Et une fois au large, tu en prends plein la tronche, avec un bon
30 knts de secteur NE. Et des lignes d'orage ô désespoir en prime.
Le format ne sait pas les reconnaître!

La fin de l'article de manque pas de sel: Il y est expliqué que
tout bon marin, avec des connaissances basiques en météo, doit
pouvoir s'en tirer en privilégiant son interprétation du ciel
et des variations du vent, aux données de l'ordikisétou.

Heureusement que c'était pas le numéro d'Avril!
Sinon l'eusses-tu cru?

Les circuits imprimés peuvent-ils être déprimés?
Cela confirme divers bruits de pontons, que je n'osais rapporter,
de crainte de passer one more time pour un stegosaure velu aux
canines émoussées.

Max Sea ne serait d'ailleurs pas seul en cause.
D'autres formats et d'autres softs seraient aussi peu fiables.

Toujours dans cette même revue, page 42, on apprend qu'il est
envisagé de créer une liste noire des éditeurs qui vendent des
cartes vectorielles imprécises.
Ah bon? ça existe?
Et ça se vend?
Et y'a des .... pour en acheter?
M'en serais jamais douté! ;-)

Et page 56, toujours en articulet, il est rappelé que les cartes
Garmin, Navionics et C Map pour ne citer que ces trois là,
ne donnent pas les mêmes résultats selon le lecteur auquel
elles sont soumises!
On parle même d'"aberrations" (sic)

Là encore, la conclusion vaut son pesant de cacahuettes:
Ces gens qui ont milité pour un allégement des diktats maritimes,
en appellent aux réglementeurs pour rendre à nouveau obligatoires
à bord les cartes papier, seules garantes d'une précision
indispensable.

Sur ce, bon voyage les fashion victims!

L'équipage
23 oct. 2005
23 oct. 2005
0

voire, c'est pas sur
une carte papier griffinée et pleine de taches de acfé ne me parait pas + sure qu'une électronique en panne et la probabilité n'est pas inférieure

il est classique que l'administration ou les établissements issus de l'administration mettent la ceinture + les bretelles + le cadenas+ le parapluie doublé d'une ombrelle en toute chose, ce qui n'est pas à leur honneur

quand on est équipé de tout ces instruments il n'est pas anormal d'en utiliser certains pour la route , meme avec une imprécision relative et d'autres pour les atterrissages avec + de précision

il ne me semble pas anormal d'utiliser la vue, le sondeur et le radar en vue des cotes ou dans des zones sensibles et ces instruments ne dépendent pas de la quantité de mauvais alcool ingéré par le graphiste de la carte

de meme une petite station météo électronique made in china à 3 sous, un radar utilisé pour voir les grains et un peu de regard sur le monde extérieur donnent souvent une bonne indication de la météo permettant de confirmer ou infirmer les informations reçues

en outre, il est facile de citer les services privés de cartographie comme étant peu fiables alors que notre dinosaurien shom, incapable de faire u peu d'électronique, nous livre encore des cartes papier + que centenaires pour certaines avec un graphisme très Julesvernien et guère plus précise que les autres sans etre pour autant moins chères eu égard à la part de nos impots qui alimente le fond

amicalement

23 oct. 2005
0

Y'a pas que le shom

J'ai dit plusieurs fois que je trouvais scandaleux que le SHOM
fasse payer des cartes financées avec les impôts de nos arrière
grand-parents, et plusieurs fois amorties depuis.

Mais il y a les cartes US gratuites.
Et pour les secteurs qu'elles ne couvrent pas au niveau détail,
les cartes de l'Amirauté Britannique, remarquablement bien faites
amha.

Néanmoins, le fond du problème reste le fait que des cartes
vectorielles "oublient" des hauts fonds ou des récifs, ou les
placent au mauvais endroit, parce que leur système de projection
géodésique n'est pas le même que celui des traceurs initiaux.

A cela s'ajoute l'inter-connectique imparfaite des matos et les
variations de formats qui interprètent parfois de travers
des données météo.
Bref, c'est le bordel dans un secteur préoccupé d'abord de profit,
et qui ne prend pas le temps de tester ses produits de crainte
qu'un concurrent sorte l'équivalent avant lui.

Or, nous le savons bien, la plupart des "consommateurs de plaisance"
(qui j'espère finiront par devenir de vrais marins) se fient
aveuglément à ce qu'ils voient sur leurs écrans.
Il serait irresponsable de ne pas les mettre en garde.

23 oct. 2005
0

mais cest trés
CRASve tout cela!!!!!!

23 oct. 2005
0

Gravissimo!

Eh oui!
Mais peu de gens en conviendront car, conformément
au bien connu syndrome de Stockholm qui rend les victimes
solidaires de leurs bourreaux,

Les arnaqués défendent souvent leurs arnaqueurs.
Parce que leur fierté ne supporte pas d'admettre qu'ils
se sont faits avoir.

23 oct. 2005
0

Viens de voir l'article des cartes
chez un pote.
Marrant de défendre le SHOM (et surtout de déglinguer les autres) juste au moment où celui-ci commence le process d'un nouveau format de cartes vectorielles :-D :-D :-D
Voiles et Voiliers, les lorrains qui n'ont jamais vu la mer avec leurs gros sabots.

A part ça, celui qui n'avait pas encore pensé que les cartes vectorielles étaient aussi fausses que les cartes papier (puisqu'elles sont issues des relevés de ces dernières) n'avait certainement pas pensé non plus que les mises à jours du Shom mettent 3 ans à paraître (ce qui explique aussi le déclage des vectorielles :-p ).

Enfin pour finir, les maj cartes éléctroniques sont bien plus simples à télécharger du bout du monde que les 6 mois nécessaires au SHOM pour envoyer la mauvaise carte !

Non sérieusement, le seul inconvénient des cartes électroniques sur les cartes papier, c'est que le lecteur puisse tomber en panne,et là, curieusement.... Low have et Laver n'en parlent pas (on va quand même pas détruirent les annonceurs !!!!).
Et pour la mauvaise foi bonjour : comparer un carte du Shom à 21€ avec une carte Garminix-map à 180€ c'est pas très sport. Comparons ce qui est comparable le jeu complet, le service de mise à jour, et la rapidité d'utilisation dans un suroît force 9 de nuit entre les Glénants et la côte.
Ben perso, je prefère le GPS sur la carte éléctronique que mon crayon à papier qui roule sur les relèvements hypothétiques d'amers dont je ne suis pas certains.

Mais là encore, j'exagère, tout le monde sait que... il fait toujours beau aux glénants ;-)

23 oct. 2005
0

Ah oui, j'oubliais
Dans la marchande, il semblerait qu'ils s'en sortent bien avec leurs plotters connectés aux radars, aux VHF DSC, aux satellites,...
Le sens marin, ça n'a rien à voir avec l'équipement ???
Zut, je connais plus d'un streptocoquorusse qui croit encore le contraire ;-)

PS : Christian (et c'est surtout ça que je voulais dire),merci de l'info pour la météo car tout le monde sait que les prevs sont toujours fausses. Ce qui m'aurait inquiété c'est qu'elles soient justes... alors là oui, j'aurais cherché le bug ('s bunny evidemment).
Comme quoi, le bug existait quand même et 2 erreurs ajoutées ne s'annulent pas forcement et là, c'est l'evenkeel qui est bien marri :lavache:

23 oct. 2005
0

Je serai pour, quand.....
Je promets que je dirai du bien de l'électronique embarquée lorsque
le hard ne posera plus de problèmes de connectique because formats
propriétaires, ou obsolescence rapide savamment organisée,

Et lorsque les éditeurs de softs penseront d'abord à se rendre
vraiment compatibles entre eux, avant de se disputer des parts
de marché.

Peut-être même que je m'y mettrai lorsque les éditeurs vérifieront
le contenu de ce qu'ils publient.
Ces gens là ont l'air d'oublier qu'en en cas de naufrage, si leurs
données sont fausses, leur responsabilité peut être engagée.

23 oct. 2005
0

pas doué V&V!
Hallucinant!
V&V, à l'appui de ses commentaires, montre une superposition du cartes des fronts, avec les fichiers grib inversés! du coup la dépression tourne dans le sens des aiguilles d'une montre.
Le moindre débutant aurait corrigé instantanément, à moins de penser que le golfe de Gascogne est dans l'hémisphère sud.
V&V crie au scandale, mais c'est moi qui m'insurge.Celui qui part de la Corogne pour Brest n'est pas un gamin et ne se fiera pas des grib inversés.
Les fichiers grib sont une aide météo intéressante et pas chère, qui ne dispensent pas de bon sens...marin, bien entendu!

23 oct. 2005
0

Le bon ordre

Je suis bien d'accord: Le bateau d'abord, le marin ensuite, et
l'utilisation des données enfin.

Pour ce qui est de la réception de fichiers météo, depuis météo fax
qui fait figure d'ancètre, je trouve que c'est une intéressante aide
à la décision... A condition de savoir les lire et les interpréter!

Avec un peu de pratique, on peut même être son propre routeur.
Même si on ne cherche pas vraiment à aller plus vite, c'est toujours
appréciable de naviguer plus confortable. Et de pouvoir se dérouter
à temps si une grosse dépression est à craindre.

Mais ces fichiers ne devraient être amha qu'un élément d'appréciation
parmi d'autres.

24 oct. 2005
0

Meteo...selon Philippe Bouvard ...
"tout l'art des prévisions meteo consiste à faire connaitre au public le temps qu'il aurait du faire...."
Sachant celà...fichiers grib, éléctronique, radar, Max Sea, capitainerie....pfzzzzzzzz!!!
Finalement, ce que l'on sait :
- près des cotes : l'arrivée d'un VRAI coup de vent est rarement une VRAIE surprise
- en mer (au large) : le nez, les yeux et le baro suffisent...pour réduire (essayer au moins !) à temps !
Non ?

23 oct. 2005
0

Shom et cartes numeriques
Je ne sais pas si Christian faisait allusion aux Shom, en tout c'est pas ce que j'avais compris.

Que les cartes vectorielles ne puissent pas être meilleures que les papiers, certes puisque jusqu'à présent ce sont les papiers (pour simplifier) qui servent à la numérisation. Par contre elles peuvent être largement moins bonnes. Tout dépend du processus de fabrication. En général, on scanne et ensuite par un logiciel on vectorise automùatiquement. Pour avoir quelque chose de correct, il y a nécessairement des contrôles et des reprises manuelles. Et là tout dépend du temps et des sous qu'on veut y consacrer.

En ce qui concerne le format informatique, je suis très largement convaincue qu'il faut un organisme public pour imposer des normes. Sinon on se retrouve avec Microsoft ou Oracle qui impose leurs choix techniques et leurs prix à tout le monde.
Certes une norme c'est contraignant et long à mettre en oeuvre. Pour un fabricant c'est plus simple de travailler avec son propre format qu'il maîtrise. En plus il "fidélise" forcément ses clients puisque les échanges sont ensuite très difficiles à metre en oeuvre. Mais ce sont les utilisateurs qui en payent le prix, à plus ou moins long terme.

23 oct. 2005
0

Pas de place pour les bugs en mer!

Sur nos bécanes à terre, on a fini par s'habituer aux windauberies et patches en série...
Mais en mer, ces amusettes non corrigées à temps, peuvent mener à la catastrophe.

Bien qu'anti-contraintes par principe, je serai pour la création d'un organisme indépendant (qui peut être privé d'ailleurs) qui certifierait façon véritas la pertinence des cartes marines et des softs qui vont avec.

23 oct. 2005
0

en ce qui me concerne.....
je vais faire comme d'hab,le "sorcier",noté sur le livre de bord régulièrement,et observation de la courbe,le nez à la portière pour regarder au dessus,et l'orientation du vent....
Jusque là,j'ai pas eu de "BUGS" sur les 2jours,après,comme on est en route il n'y a plus qu'à gèrer et faire avec,mais tout ceci ,jez vous l'accorde,fait un tantinet rétro,en attendant,je suis toujours arrivé ou je voulais,en toute sécurité,mais souvent pas à la bonne date...
jacquot

23 oct. 2005
0

Et tu lis encore les amusettes de VV Christian ???
On ne rappellera jamais assez que l'électronique n'est qu'une aide à la navigation....

En terme de meteo, bien d'accord avec jacquot, il faut lever le nez et regarder le baro pour vérifier où en est le système par rapport à ce qui est annoncé.

N'oublions pas non plus lorsqu'on se réfère à la marchande, qu'ils disposent non seulement de systèmes redondants à bord, mais qu'en sus, ils peuvent recevoir l'image de certains radars à terre et les remarques des sémaphores, ce qui n'est pas le cas du plaisancier moyen avec son simple GPS. Coupons court à cet argument fallacieux.

JP, je suis un incompris :-( :-( :-( :-( :-(
Depuis le temps que je dis qu'il suffit de placer un polycarbonate sur les cartes papier et d'y écrire au crayon de laboratoire, je ne comprends pas que lesdites cartes puissent être maculées de café confitures ....et autres cambouis divers...

24 oct. 200516 juin 2020
0

Je m'interroge,

croyez-vous vraiment que le fait d'être fidèle... puisse donner la garantie de l'inutilité du préservatif ? :reflechi:

pfffzzzz

24 oct. 200516 juin 2020
0

On en a

de la chance hein ! :-) :alavotre:

pfffzzzz

23 oct. 2005
0

je suis aussi un incompris rejeté sur ce site , arrrgh!!!
j'ai un bateau à moteur

or un bateau à moteur n'a jamais de table à carte

donc on utilise toujours la table à manger pour poser les cartes

ensuite, étant fidèle, je n'utilise jamais de préservatif et je ne vais pas commencer avec les cartes :-D

amicalement

24 oct. 2005
0

bien sur car au meme titre que tout ce qui vient de ta cobrette
est un vrai don du ciel, tout ce qui vient de ma tendre est un cadeau sans tache :-D

amicalement

24 oct. 2005
0

Mais non mon biquet
Tu dis exactement la m^me chose que moi :
la marchande a recours à la technologie et même trois fois plus que nous (ça c'est toi qui le dit).
Alors arguments falacieux , falacieux et demi, s'agirait de rester cohérent quand même !
Je dis et je redis et tu viens de m'approuver, (même si ça te colle des boutons ;-) ) : dans la marchande, la technologie n'empeche pas le sens marin tsoin tsoin :-D .
Et evidemment, tout ce qui est technologie n'est pas d'or, mais ce qui est mieux est mieux et ce qui ne fonctionne pas tombe de lui-même ou on cherche à l'améliorer.
Que de pas parcouru depuis les premières cartes à la main... je crois même qu'ils ont inventé l'imprimerie entre temps ;-)

24 oct. 2005
0

à maraudeur
Tu as sans doute la VHF à bord. Rien ne t'interdit d'appeller le sémaphore distant pour lui demander le temps qu'il observe. Ils le font généralement de très bonne grace, comme si c'était leur boulot :-)
Bon, plutot dans la journée (ils ferment la nuit pour la quasi totalité) et sur le 11 (de mémoire) plutot que sur le 16.

Yves.

PS : tout outil maitrisé est une aide à la navigation. Un outil qu'on ne maitrise pas (dont one connait pas les propriétés, les faiblesses, les biais, ...) est un danger potentiel, n'est-ce pas ?

24 oct. 2005
0

tout comme
c'est pour ça que je mets une étoile ;-)

et en plus , pas les moyens d'avoir de l'électronique et l'alimentation qui va avec...panneaux solaires , éolienne....gros diésel....
juste mes yeux et mon cerveau :-D :-D :-D :-D :-D :-D :-D

24 oct. 2005
0

l'étoile
c'est pour Jacquot

24 oct. 2005
0

ne t'affole pas JP!!!
Même sur ton shipp à pétrole,tu est comme beaucoup à la voile,on met la carte de détail sur la table à carte(pour ceux qui en ont encore une,c'est à dire un peu plus que le format carte postale!!!)et la routière sur la table du carré,ce qui explique,en plus des coup de crayon,les tache de café et autres!!!!
cordialement,jacquot

24 oct. 2005
0

de toute façon,
Voiles et Voiliers, c'est bien le magazine qui arrivait à faire le tour de france en restant en deca des 6 milles...
donc, à mes yeux la justesse et la pertinence de leurs informations reste assez aléatoire.
pas plus, pas moins que l'épaisseur de mon trait de crayon sur une carte dont les relevés datent du XIXe siècle ou presque (selon les cartouches des cartes utilisées) :-p

à noter, que l'on ne se plaint jamais de la précision des cartes papiers puisque selon les bons principes de précautions, rajoutant une marge d'erreur à une probable imprécision, nous prenons en compte cette marge d'erreur et passons raisonablement au large des dangers répertoriés...

au fait et, un peu hors sujet, qui prend au pied de la lettre les sondes des cartes pour les chenaux?

24 oct. 2005
0

Navigue sur un traceur qui veut,
moi pas: L'été dernier mon GPS portable, sans préavis et sans cause apparente s'est subitement mis en rideau: motif: déprogrammation spontanée!!! Il fut reprogrammé sans difficulté par le constructeur, mais quand celà m'est arrivé j'étais en mer d'Irlande et, heureusement, j'avais un rechange et saurais encore me passer de cet instrument. Un mois plus tard, et de la même façon, c'est mon appareil de photo numérique qui c'est déprogrammé (celà n'a rien à voir avec un GPS mais il s'agit bien de la même technologie).
Conclusion : Les cartes papier sont INDISPENSABLES et savoir se passer des boîtes noires aussi.
Je suis par ailleurs un peu étonné des propos tenus par certains sur la précision des cartes, du moins celles produites par les services hydrographiques nationaux : Il s'agit de produits scientifiques, c'est à dire que non seulement ils donnent la position des objets (sondes, trait de côte etc...) mais ils donnent aussi la précision de ces informations et le degré de confiance qu'on peut leur apporter, ce qu'à ma connaissance les éditeurs de C maps et autres ne font pas.

24 oct. 2005
0

Les cartes papier sont INDISPENSABLES ...
Je ne serais pas aussi catégorique (mais on est sur la même longueur d'onde).
On devrait s'équiper des moyens permettant de naviguer encore de manière sure lorsqu'un des équipements tombe en panne. Manière sure ne veut pas dire qu'on peut encore tout faire mais qu'au moins on peut assurer la sécurité du navire, quite à rejoindre x ou y pour réparer.

Ainsi, dans le cas d'une carto électronique il est prudent de disposer, en secours, de cartes au 500 000 (il en faut peu pour couvrir une zone de nav) pour continuer la progression à l'écart des côtes, et d'instructions nautiques pour rentrer au port. Et clairement, si la carto élec est HS, on cesse dare dare le rase caillou.

Comme de toute manière on a prévu avant de partir, y a pas trop de risques :-)

Yves.

24 oct. 2005
0

et Hop,pour alimenter mon moulin !!!
quand,à bord,je montre à des potes ma sonde à main évidée,pour la bourrer de suif,ils rigolent tous,en attendant,selon ce que je remonte sur le suif me renseigne bien sur l'état des fonds,alors qu'avec l'électronique la plus haut de gamme,on sais la profondeur,même si il y a des poissons,pour le reste????
C'est comme le vieux Seafarer,qui consommaient un jeu de pile par ans,mais dont on pouvait bien interprèter l'éclat,de net sur fonds dûrs,à baveux sur fonds vaseux!
D'aucun penseront que je suis un indécrotable rétrogade,mais je ne refuse pas le progrès(j'ai un GPS portable eh oui!)par contre our la fiabilité,rien ne vaut les anciennes méthodes,certes plus longues à mettre en oeuvre,mais quandon navigue,entre préparer à manger et jouer à faire le point,on a du temps!
cordialement,jacquot

24 oct. 2005
0

Le fond et la forme

Excuse-moi de renvoyer dos à dos les anciens et les modernes,
mais le vrai problème à mes yeux n'est pas le support, papyrus,
parchemin, papier, écran lcd ou hologramme, mais le contenu!

Une carte papier qui contient des erreurs qu'on ne peut évaluer,
ou qui n'a pas été mise à jour depuis 50 ans, est une m....!

Une carte vectorielle qui donne dans l'à-peu-près parce qu'on
a consacré plus de temps à en faire la promo qu'à en vérifier les
infos, et à en recalculer les reports, en est une autre!

Ceci dit, les cartes papiers sont en règle générale plus fiables
parce que, comme les bons vins, elles se sont bonifiées
en vieillissant, grâce le plus souvent aux observations des marins.

Les cartes numériques ont un gros défaut qui tient à la mentalité
de leurs concepteurs et vendeurs: Elles s'intègrent dans une logique
consumériste mise en oeuvre par des gens qui n'ont aucune culture
maritime et encore moins de scrupules à vendre n'importe quoi à
des badauds formatés par la pub'.

24 oct. 2005
0

Voilà qui remet les choses en place
et c'est pourquoi le format electronique international promis de longue date (et dont le SHOM se fait le promoteur) doit être réclamer.
Et c'est aussi pourquoi, je ne comprends pas le discours de V&V qui s'attache encore à comparer papier et électronique et à scier la branche sur lequel ils sont assis.

20 oct. 2007
0

SEAFARER 4
Bonsoir ,

Comme vous je cherche une bonne vieille sonde . Peut-être en
Bretagne , comme la quête de Grall ?

Salut et fraternité .

Ph COTIS .

24 oct. 2005
0

vous l'avez compris, je ne suis pas fanatique de la carte papier
car mes "navigations" actuelles me le permettent eu égard à la bonne connaissance que j'ai de la zone, son absence quasi totale d'obstacles etc(le bateau est au sec en zone technique pour tout l'hiver)

mais je me demande à quoi sert la précision micrométrique sur une carte alors que le premier trait de crayon tracé dessus dans la houle a lui meme une imprécision des milliers de fois moins bonne

vous semblez oublier le sujet tabou des mouillages dans lequel il est toujours dit que la chaine ne vaut que par son maillon le + faible

en cartographie électronique, le maillon faible parait etre la carte

en papier, à la faiblesse de la carte s'ajoute l'imprécision du tracé du trait de crayon du navigateur + celui du compas pointe seche et du report sur la règle millimétrée, + celui des yeux du lecteur de la règle millimétrée + le temps nécéssaire pour reporter les valeurs lues sur un papelard et faire les calculs intermédiaires, + la lecture du compas etc etc

en fait quand vous avez intégrés toutes ces erreurs potentielles du système traditionnel papier, vous n'avez pas un meilleur résultat qu'avec l'électronique intégrée

il faut aussi considérer que l'adoption des systèmes modernes est perçue comme un vrai progrès difficilement imaginable pour ceux qui n'ont pas connus les bip bip bip des gonios cherchant désespérement la Planier et les deux autres associés, en étant au large de la camargue par mistral force 7 en pleine nuit, comme ça arrive souvent

en clair la seule raison valable et qui force le respect, pour le rejet de l'électronique est le prix élevé non accessible à tous

c'est seulemnt mon avis et j'admets, bien sur, tout autre avis

enfin je ne dis pas et ne me faites pas dire qu'il faut jeter les cartes "papier" et leurs accessoires, sachant que j'ai l'intégrale de Jules Verne dans ma bibliothèque et que j'ai toujours plaisir à le relire ( j'ai d'ailleurs aussi sur une étagère ma vieille gonio et le premier loran installé à mon bord tenant compagnie au sextant, à la règle cras et au compas mini Morin)

amicalement

24 oct. 2005
0

un truc qui serait interressant,
ce serait de faire une nav du genre marseille/ciudadella ou saint malo/porsmouth avec les moyens actuels électroniques et la meme avec les moyens classiques en enregistrant la route au traceur

ensuite, en superposant les routes on saurait enfin ce qui est le + performant

mais je me doute du résultat

amicalement

24 oct. 2005
0

risques intrinsèques
A la mano tu risque peu de croiser de près un autre bateau sur Saint Malo / Portsmouth. En tout cas c'est ce que j'observai "dans le temps" sur le trajet Corse-Continent.

J'attribue au GPS le fait de passer maintenant à proximité de très nombreux bateaux (et de très près) sur le même trajet. Comme si on était tous sur le trait fin d'un même crayon ;-) comme si le couloir marin associé ne faisait que 100 m de large.

Yves.

24 oct. 2005
0

plus que l'imprécision
éventuelle des système de cartes éléctroniques,qui comme le souligne JP est à mettre en balance avec celle d'un point porté sur une carte papier par "un marin un peu bigleux,utilisant un crayon mal taillé,le tout au près par gros temps ";-)
ce qui me dérange avant tout,mais celà n'engage que moi,c'est la dépendance à :
un système que je ne maitrise pas en cas de panne.
le côut exorbitant de ces petites merveilles.
les consomations électriques non négligeables,qui entrainent,a leur tour des moyens de production électrique couteux et compliqués,d'ou autant de sources de pannes!
Anecdote:me plaignant à la pratique du sextant,d'une patate de position de 4à5miles à un ami grand voyageur,il a éclaté de rire,m"a sorti une grande routière,sur laquelle il a fait une croix au crayon,ensuite il a mesuré l'intersection des deux traits au pied à coulisse,et en ramenant à l'échelle de la carte celà représentait déjà quelque mile!!!!!!
cordialement,jacquot

24 oct. 2005
0

la marchande, la royale et nous..
la grosse différence , c'est le temps passé a noter, controler, comparer les données, les messages, les cartes.

combien d'entre nous vérifient les corrections entre gps et carte (les datums et les systèmes géodésiques)
combien notent les avurnavs de leurs zone de nav (epaves derivantes, zones interdites, bouées déplacées, feux en panne, etc)
nous connectons nos appareils souvent au pif, et quand la trace s'affiche en clignotant gaiement, nous le montrons fièrement au voisin de ponton..
nous utilisons des versions douteuses (:&gt) de logiciels et de cartes electroniques et ralons quand la trace passe sur le caillou..

exercice: essayez de trouver le "st peter's rock" au milieu de l'atlantique sur votre c-map!

24 oct. 2005
0

C'est un peu marrant
cette focalisation sur la précision des cartes.

On a tous besoin de support papier, c'est un fait. J'ai déjà trouvé des erreurs sur des CMap, on sait tous qu'il peut y en avoir, comme sur les cartes papiers qui n'auraient pas été correctement mise à jour.

Personnellement, j'utilise 2 à 3 sources de documentation (papier et electronique) et tout ça doit coller avec mon sondeur et mon intuition (elle même guidée par .... ma trouille !). S'il y a une information discordante, on reprend tout. Et ça occupe pendant la nav.

Et on en oublie dans le débat la principale utilité de l'aide à la navigation électronique: ben c'est l'aide à la navigation justement !

Cet outil est imbattable de rapididité quand il s'agit de calculer quelle distance on a parcouru, quelle distance il reste à faire, quelques moyennes de vitesse au passage. Il est également hyper pratique quand on veut préparer une route dans le cockpit sans avoir à sortir 40 cartes, préparer sa croisière d'été sans ramener tout le stock de carte du bateau .....

Plus toutes les autres aides que personnellement je n'utilise pas, mais qui sont très pratiques comme le routage ou .... la météo qui était le sujet d'origine de ce tread. Et comme une météo donné par un cross, un bulletin à la capitainerie, un navtex ou quoique ce soit d'autres, elle ne doit pas être prise au pied de la lettre car il peut y avoir un bug dans la chaine d'information.

Limiter le débats sur les anciens et les modernes dans ce type de sujet est dommage car il limite de ce fait les autres aspects du débat.

Juste un petit point de vue sans autre prétention :-)

24 oct. 2005
0

esprit critique et plaisir de nav
Concernant l'usage du GPS en croisière cotière, il y a deux choses qui me genent :
* La confiance un peu magique envers un outil, on appuie sur un bouton et hop on a LA position. Alors qu'avec le compas de relevement, on est OBLIGE d'etre critique envers le point (a-t-on bien reperé les amers, oublié la déclinaison, tiens le triangle est vachement grand, etc...) et on puis surtout on observe le paysage. Avec le gps, on a parfois tendance à oublier de regarder dehors.
* j'aime bien faire la nav, le plaisir de faire le lien entre la carte et ce que je vois autour de moi, je me pose plein de questions, et avec le gps, bof, ça gache le plaisir, un peu comme un casse-tete dont on vous donne la solution.

Ceci-dit, j'ai un gps à bord, je m'en sers de temps en temps, pour savoir l'utiliser le jour où j'en ai besoin : brume, barbouille à l'estomac.
Et puis ça consomme de l'électricité, c'est pas très écolo tout ça.
Bonne nav à tous, avec le gps, le compas ou l'instinct, comme vous voulez.
Sylvie.

24 oct. 2005
0

Imaginons
Situation: arrivée de nuit en vue de terre, averses, mauvaise visi sous la pluie, vent pas commode à rafales (5 à 6), clapot un peu chiant qui fait rouler et chamboule un peu à l'intérieur.

Albert: le crayon a passé les fargues de la table à carte sur un coup de gite, le compas à pointes sèches est allé se planter on ne sait où, la règle de Cras s'est foutue entre deux plis comme elle le fait souvent, ses doigts sont mouillés et gourds (froid), le pilote auto a du mal à barrer ce clapot, et Albert ne voit plus la terre puisqu'il est à l'intérieur...

Jojo: barre en main, appuie sur un bouton et sais à peu près où il est.

Quelle situation préférez-vous ?
P.S. Mon lecteur de cartes (étanche) consomme 0,7 A

24 oct. 2005
0

non, pas tout à fait
Jojo se fait sussurer à l'oreille une histoire de positions possibles (plausible ?) qu'il confrontera avec le paysage, l'allure du sondeur, l'histoire des échos radars, l'éclat du phare de la pizéria du coin. Et si tout ça colle assez il aurra moins le ventre noué, juste moins ...

Yves.

24 oct. 2005
0

Non, il peut avoir des certitudes
Jojo, pas con, a aussi son petit compas de relévement en main: il relève au pif le phare rouge du port, et de deux appuis sur les boutons, il demande à son lecteur si c'est bien ça. Si grosso-merdo les deux concordent, il se tape de joie sur le bide (dénoué...).

24 oct. 2005
0

dis donc Gilou29
Ton Albert,il a appri ou à naviguer ;-)
Le compas pointes sèches(si tu veux garder les pointes dignes de ce nom)dans son étui,le crayon aurait dû être saisi avec une garcette,tout comme la gomme,et les élastiques de slip,ça maintien quand même bien la carte et la règle Cras à leur place!!!!!!
Et pour ses gros doigt gelés,des gants en polaire peut-être???
Et l'autre en haut,il a pas les doigts gelés aussi,alors,imagine qu'il appuie par inadvertence sur le mauvais bouton :-D
Quoi,j'entends dire que je suis de mauvaise foi!!!faudrait le prouver,d'abord :-D
jacquot

25 oct. 2005
0

petite histoire d'avant GPS
un trjet court et tranquille : Douarnenez-Brest
un jour tranquille : dimanche matin , 5 noeuds de vent , mer comme un lac , peu de coef.

et puis ...

10h30 cap de la chèvre plus de vent , brume, courrant portant au nord.

bien sur , il n'y avait pas de moteur sur "euridyce".

pendant une demi heure nous avons essayé d'entretenir une estime très estimée quand , vers 11h nous avons entendu une cloche.

sans hésiter mon équipier de choc dit :"c'est la grand messe de crozon , ma mère doit y être, on l'entend par le travers donc nous devons çetre là".
et il pose son doigt sur la carte , juste devant le premier des tas de poix.

3 min plus tard nous le distinguions à 10m du bateau.

heureusement , ça s'est levé , je nous voyait mal passer entre les poix poussés par le courrant.

comme quoi il ne faut négliger aucune source d'information , même pas l'oreille d'un gars de la presqu'ile...

25 oct. 2005
0

Et une étoile !
pour cette magnifique petite histoire.
Y a tout: du sens marin, de l'humain, des racines dans la terre bien profond, tout ce que j'aime, quoi !

26 oct. 2005
0

aide a la navigation electronique.
Les offres de logiciel de navigation sont nombreuses et il est parfois difficile de faire le tri ,au risque de tomber dans des formats de cartograhie dites ''propriaitaire'' pas de nom !!!
Etant parfaitement neophite ,depuis 6 mois j'ai fouiné a droite et a gauche.
Sur ce forum un sujet tres interessant voir scannav.
Ce logiciel edité par Marc lombard est tres performant et evolutif .
De plus les utilisateurs de ce soft ,organisés eux aussi en forum est excellement vivant et tres enrichissant.
Un suivit apres vente ( si j'ose dire ) sympa et reactif.
Le budjet pour un systeme de base .
un gps sans cartographie avec alimm 12V dc(210 euros)+ une antenne active usb (si le gps coinçe )89 euros.
un pc occas toshiba pentium II 333 mhz 35 watt 12 V DC ou 3 Heures sur batterie. ( 90 euros)
le soft scannav (180 euros).
le cd maptech MED 01 ( 170 euros) ma zone cadaques -agde.et plus si l'envie s'en fait sentir.
Comme je suis prudent a 90 euros le pc j'en ai pris un deuzieme ,le soft et les cartes sont vendues pour l'utilisation sur deux pc ( sympa non)
650 euros pour avoir une idee '' a verifie bien sur '' de la position en moins de 5 minutes et la possibilite en connectant un recepteur fax blu de recevoir un fichier meteo gratuit .Merci au modernisme. Cela ne m'empeche pas de faire mes releves au sextant et d'attrapper ma calculette ou bien le pc le soft navastro genial !!
Pour cette zone de nav pas de piege par rapport au shom.
Materiel stocké dans une mallette, ouvrir ,brancher,visualiser . Dans un ZS 710 Van De Saht y a meme pas de table a cartes.
Je ne suis pas tres loin de la cote ,etl'electonique ne m'enduira pas d'erreurs bien longtemps si d'aventure ça lui passe par la RAM.
A+ Stephan

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Ecosse, convoyage en 2007

Souvenir d'été

  • 4.5 (33)

Ecosse, convoyage en 2007

novembre 2021