Électronique embarquée TDM

Bonjour à tous, ayant récemment fait l’acquisition d’un ketch DI acier modèle unique sur plan joubert/nivelt de 60 pieds avec une électronique embarquée pour le moins obsolète.
dès sa livraison, je souhaiterai changer tout ça par du neuf:
Nmea 2000 me paraît être la meilleure solution, y en a t il d’autres plus simples/performante?
Je souhaite récupérer toutes les infos des 2 moteurs, du groupe électrogène, la température de l’eau, vitesse, profondeur, niveaux des cuves d’eau, d’essence, système multimédia etc....
J’aimerais une sonde à l’avant du bateau pour pouvoir m’aider lors des prises de mouillages.
Évidemment vhf fixe, gps, transpondeur, radar, PA, balise sarsat....
Peut être un tel satellite selon budget.
Important: deux postes de pilotages, un en timonerie intérieur et un dehors (donc plusieurs écrans)
Je veux faire l’installation seul, est ce une folie?
Budget 30-35K peut être plus si je suis convaincu du bien-fondé de mettre plus.
Quels retours avez vous sur les différentes marques (et Simrad plus particulièrement)?
Est ce que j’oublie qq chose?
Programme prévu: vie à bord et TDM

Merci à tous d’avance

L'équipage
16 fév. 2021
17 fév. 2021
0

Vaste projet.

Dans ce genre de refit, j'irais voir les grands fabricants afin de constituer une gamme homogène de produits qui soient tous capables de communiquer entre eux. A vrai dire la norme compte moins que l'homogénéité de l'ensemble.

Une fois la liste d'équipements arrêtée, faire jouer la concurrence.

Quant à monter soi-même, il semble qu'il ne s'agisse que de montage et de câblage, ce qui n'a rien à voir avec la sophistication des produits. Ils ont tous des prises et des trous pour les visser. Le gros avantage sera de mieux connaitre l'installation, chose utile pour un TDM.


17 fév. 2021
0

L’installation d’un réseau NMEA 2000 soi même est plutôt facile. Il y a des règles à respecter, mais rien de bien sorcier. Considérer SignalK comme complément.


17 fév. 2021
0

Des capteurs ad hoc avec chacun son afficheur local, qui envoient les données sur le NMEA.

  • un multiplexeur qui multiplexe (c'est ce qu'il fait de mieux) tous les signaux (quel que soit leur norme) et envoie le tout en wifi.

  • des écrans de type tablette (autant qu'on en veut : grand écran à la TàC, écran moyen à la barre intérieure, dans la cabine, etc., qui récupèrent toutes les infos par réseau ou en WIFI et les affichent à la demande.

J'en connais qui l'ont fait eux mêmes, après 2 jours de formation (STW).


Hippocampe :Super ça! Ça a l’air tentant!Des infos sur ces formations?·le 17 fév. 17:40
faby9:stw.fr[...]mations ·le 17 fév. 17:42
17 fév. 2021
2

Perso, très conservateur, je garderais les parties essentielles de navigation de l'ancienne installation qui marcheraient bien, en secours. La redondance est capitale pour la sécurité. Ce qui compte ce n'est pas ce qui est nouveau mais ce qui est vraiment fiable et si totalement indépendant.


faby9:Cela risque d'être compliqué d'avoir 2 sondes de température eau ou de pression huile sur le même moteur...·le 17 fév. 19:13
outremer:Je ne parlais que de navigation. Au niveau moteur et sondes pourquoi changer ce qui marche bien et est aussi simple que très fiable, pour un affichage électronique . (Sur mon avion j'ai du changer la sonde VDO de pression d'huile qu'on trouve partout pour un prix raisonnable mais je ne me suis pas senti obligé de tout changer pour un affichage électronique couteux et difficile à réapprovisionner en cas de panne. J'en ai d''ailleurs profité pour brancher le témoin de pression basse indépendant de la résistance variable de pression d'huile, permettant ainsi de lever le doute sur un affichage faux.Et bien qu'ayant monté un EFIS de navigation très complet j'ai toujours mon petit GPS ETREX autonome pour doubler le positionneur (et naturellement comme en bateau je pointe obligatoirement la navigation carto papier). Il faut toujours avoir une solution de secours.·le 18 fév. 09:40
faby9:Ah ok. Je suis tout à fait ok avec ça. Je l'avais d'ailleurs précisé : des capteurs ad hoc avec chacun son afficheur local.On peut rajouter un répétiteur multiple au poste de barre.C'est d'ailleurs ce que j'ai : - un répétiteur à la TaC, + un autre à la console de barre, + les afficheurs de base au dessus de la descente. Le tout renvoyé en WIFI sur les tablettes portables.Mais je n'ai pas les données moteurs, ni eau, ni GO, etc... ·le 18 fév. 09:49
18 fév. 2021
3

Juste mon point de vue : plus on en met, us c'est susceptible de panne.

À partir de ce moment-là de deux choses l'une

  • soit on est capable de réparer soi même

  • soit on ne l'est pas

Dans le premier cas on perdra son temps en réparation.
Dans le deuxième on y ajoutera le prix à payer au pro du métier.

Je pense qu'il est bon avant d'équiper Lee bateau de lister l'indispensable, le nécessaire et le superflu.

Mais ça dépend évidemment de chacun, certains pouvant considérer du superflu comme nécessaire, voire indispensable..


ED850:Kobaia, laisse les réparateurs et installateurs vivre. Les discussions récurrentes dans les mouillages fréquentés de l'Ephad antillais, c'est "ou trouver un réparateur de ***" et dans les **, tu mets au choix tous les équipements que les bons vendeurs européens ont réussi à faire croire qu'on ne pouvait naviguer sans. ·le 18 fév. 08:41
Smart Sails:C'est assez vrai, et sans forcément quitter l'Europe.·le 18 fév. 08:57
faby9:Je suis OK.Je suppose que tu as démonté ton démarreur électrique ? celui qui nécessite une batterie, implique un système compliqué comme une batterie pour le faire marcher, un alternateur pour recharger la batterie, des fusibles pour protéger les câbles, etc... tout cela étant sources première de pannes sur un diesel (après la qualité du GO). Sinon, ben... t'en as déjà trop. Et une fois qu'il y en a déjà trop, y plus de limite. ·le 18 fév. 09:57
tikipat:@ED850 , ta phrase sur ephad Antillais ma fait rire , et oui il faut pas grand chose pour faire un tour du monde , les bateaux deviennent des usines a gaz ... ·le 18 fév. 12:35
ED850:Je me le permets, car je vais sans doute m'y inscrire dans quelques années, dans cet Ephad😏·le 18 fév. 12:45
tikipat:juste pour faire un tour , mais pas y rester ?? ·le 18 fév. 17:25
ED850:Dans 15/20 ans ... C'est tranquille, les Antilles. Près bon plein tout le temps, avion pas trop cher et pas trop long pour venir en Europe, bon rhum... Pour après 80 ans, 😀·le 18 fév. 17:34
lolapo:Il y a un ephad à marie galante avec de jolies personnes.C est pas Pucket Tailande...·le 19 fév. 02:26
18 fév. 2021
0

Sur un grand voilier (>50'), on peut commencer à regarder dans la gamme semi professionnelle.
Je me suis occupé d'un 54' il y a 12 ans.
Toute la navigation et communication radio a été montée en Furuno et tout fonctionne parfaitement à ce jour.
Pour les communications satellites le choix se limite pour le moment à Iridium, parfait pour un usage plaisance, ou Inmarsat avec antenne parabolique à suivi automatique, parfait si on veut continuer à contrôler son business en mer. Le choix du 54' fût Inmarsat, 10 ans plus tard, tout a été démonté et est maintenant Iridium.
Pour les capteurs d'environnement et le pilote le choix est assez critique. J'avais proposé de tout passer en NKE mais le proprio a préféré Raymarine. Résultat: pilote très moyen qui contrôle mal le voilier au portant. Je suis convaincu que les capteurs et le pilote NKE restent les meilleurs, il ne faut pas lésiner sur la puissance du vérin.
Pour le routage, Adrena ou Macsea sont parfaits, le choix fût MacSea, Adrena est plus orienté performances sous voiles.
Le confort du bord accumule vite de grands besoins: froid, cuisine, dessal, A/C, pompes diverses, media.
Le voilier à travers ses enrouleurs, winches, guindeaux, hélice d'étrave, a lui aussi de gros besoins.
Une fois qu'on a accumulé tous les consommateurs, il faut passer à la gestion de l'énergie et son stockage. le LiFePo4 est devenu un standard pour le bord et même pour le démarrage moteur. Ensuite un mix de panneaux solaires, hydrogen, éolienne, groupes électrogènes, complètent la charge.
La grosse évolution récente est la gestion centralisée de l'énergie à travers un vrai système d'information qui commence à ressembler à ceux des pro (Victron). A éviter si l'on n'est pas soi-même un peu geek et tant que le voilier n'est pas trop complexe et que tout tient dans la tête du skipper.
Toutes ces installations demandent une gestion détaillée des intensités, sections de câbles, protections, tableaux, bus de masse et des centaines de mètres de câbles qui courent dans des conduits dédiés et si possible étanches. Rien de compliqué mais tout cela peux devenir vite ingérable sans une organisation parfaite.
En bref, ce beau projet sera d'abord un vrai projet d'ingénierie avant de sortir le premier Euro.


ED850:Et l'avantage, sur un gros bateau, c'est que tu peux fournir une cabine à l'ingénieur de maintenance pour tout ça.·le 18 fév. 20:58
18 fév. 202118 fév. 2021
0

Pour la partie navigation, interroger le responsable technique d'un marin retour du VG (de préférence celui d'un marin pas trop riche).
Pour la partie confort, faire comme on veut (de la douche solaire en plastique noir au jaccuzi, et d'un iridium 9505a à un système Thrane pour ne pas être privé de Netflix, de bidons de 30 l pour l'eau douce à un Schenker 100 l/h)
Pour le moteur, laisser l'existant et faire vérifier ses voiles (ou même investir dans des neuves)

PS on peut aussi lire les mémoires de cap-horniers du XIXe pour savoir ce qu'ils avaient comme électronique à bord


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

Après la pluie...

  • 4.5 (60)

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

mars 2021