Echouage d'un biquilles

Un voilier de 9.50 biquilles à l'échouage....que penser de la charge sur le safran et de équilibre de l'ensemble sur un fond moyennement stable ?
Avez vous un avis sur l'échouage des biquilles ?

L'équipage
14 mar. 2015
14 mar. 201516 juin 2020
0

Bonsoir. Pas plus de 8,20 mais c'est pareil. Stable même si parfois il y a de la gîte ;-), un bémol pour les safrans suspendus, j'ai vu à Guernesey un centaure en mauvaise posture le safran posé sur les cailloux dans la marina.

Sinon, que du bonheur.
A voir aussi sur mon profil en terrain dur

14 mar. 2015
0

Merci pour l'info. Et sur les photos, le sol semble pourtant bien mou.....
Pour le safran suspendu, un constructeur comme Hunter doit bien prévoir cette charge ?

14 mar. 201516 juin 2020
0

Il faudrait préciser le modèle, ce que tu appelles par fonds "moyennement stable" et l'usage envisagé parce que là, c'est pas évident de te répondre.

M'est arrivé avec mon Konsort (9 m) de poser sur des fonds mal foutus, genre très en pente en travers, dur d'un coté et mou de l'autre (bord de chenal).

le bateau s'incline très sensiblement. C'a fout la trouille quand on est dedans, mais quand on descend et qu'on regard le bateau de face, on voit que c'est rien et que le bateau n'est pas prêt de tomber (voir photos)

Jamais eu de soucis de safran, car il est prévu pour et très fortement échantillonné. Quand on est dans de la vase uniforme, le bateau s'enfonce un peu de l'arrière et porte sur le safran.
J'ai donc fait une semelle de posée en bas pour éviter qu'il ne bascule, ce qui n'est pas très agréable. Depuis, le bonheur...

14 mar. 2015
0

Voici le modèle en question en carénage....les semelles des quilles semblent bien large pour la stabilité.

14 mar. 2015
0

Des Hunter, j'en vois poser tous les étés.
Rien vu d'anormal...

14 mar. 2015
0

En nav ou au mouillage, comme dit Nossi .... que du bonheur :
ladesirade4.blogspot.fr[...]he.html

ALAIN

14 mar. 2015
1

le problème avec les biquilles peut apparaître à la marée montante si le clapot se
met de la partie... contrairement à un quillard qui se "dandine" le biquille va taper jusqu'au moment ou il flottera de nouveau, c'est la situation la plus désagréable à mon avis.

14 mar. 2015
0

C'est ma foi vrai mais les avantages sont plus nombreux et pour taper, faut être sur un sol dur ce qui n'est pas le cas partout et puis, si les quilles sont bien tenues, elles encaisseront bien les chocs même sur les cailloux, j'en ai fait l'expérience.

14 mar. 2015
0

voir mon album
biquille Hunter

14 mar. 2015
0

Super ! Merci !

14 mar. 201514 mar. 2015
1

Là , le safran ne porte pas , mais ça ne compromet pas la stabilité , on peut être à deux dans le cockpit sans problèmes . Maintenant il faut avoir les deux quilles sur un fond homogène , si vase molle d'un côté et rocher de l'autre , bien sûr .... Faut pas non plus sortir de Saint Cyr pour comprendre ça ;-)
Après , pour la stabilité longitudinale , ça dépend aussi du bateau et de sa conception ! si l'archi s'est gourré , là c'est pareil ......cf. Saint Cyr ....mais c'est pas rattrapable .
Ah!, oui , un appareil indispensable quand on veut s'échouer quelque part , la sonde à main , qui permet de sonder les fonds sur tribord et bâbord et inversement . Pour son utilisation , on va bientôt faire passer un permis accessible uniquement à ceux qui ont une licence d'archéologie ! dépêchez-vous ;-))
Voir aussi les photos "album" dans le profil

14 mar. 201516 juin 2020
0

tiens la photo n'est pas passée...

15 mar. 2015
0

C'est un Gibsea 84?
Je me souviens en avoir cherché un en version biquilles et il y en avait très peu à vendre. Ça me paraissait un bon compromis surtout pour la Bretagne nord.

14 mar. 2015
0

Mon Rm 890 biquille monosafran se pose au mouillage par coefficient >70. Cela semble naturel pour lui et je n'ai aucune inquietude. Généralement le clapot commence a mi marée

14 mar. 2015
0

pas eu de pb avec un biloup89 (sauf une fois à la remontée de l'eau avec un bon clapot)

14 mar. 2015
0

pour l'échouage ou le déséchouage , l'idéal est que ça se passe pendant la fin 3è ou début 4è heure de la marée , cet à ce moment que ça descend (ou monte) le plus vite , donc le pb signalé par henri 1403 sera le plus bref . Et c'est d'autant mieux que le coef. est important . Un bon calcul de hauteur d'eau permet de bien anticiper.
Mais aucun pb majeur en plus de 20ans !

14 mar. 2015
0

Il y a quand même des biquilles modernes qui jouent aux équilibriste dès qu'ils quittent le terre-plein.
Certains tombent sur le nez, sur d'autres il faut mettre une béquille de tableau arrière, nous sommes loin de l'assise d'un Westerly ou d'un shellfish.

15 mar. 2015
0

...et loin de leurs performances...

15 mar. 201515 mar. 2015
0

Le biquille c'est très bien mais ils sont un peu handicapés par leurs tirant d'eau (durée d'échouage, stabilité à l'échouage); le DI présente plus d'avantages pour l'échouage mais a d'autres défauts par ailleurs

15 mar. 2015
0

La question posée est bien "l'échouage d'un biquille"....et non pas la comparaison avec un DI....

15 mar. 2015
1

Désolé si je t'ai froissé mais par expérience je sais qu'on commence souvent par une question et qu'on fini sur un autre sujet....
J'ai un biquille et je ne cherche pas à le comparer à un DI, je cherche simplement des avis sur l'échouage du biquille !
Sans polémique et bien cordialement.

15 mar. 2015
0

C'est un Hunter 31, le sangria est mon ancien bateau....(le profil n'est pas à jour !)

15 mar. 2015
0

@ Pk : si tu n'aimes pas les réponses, il ne faut pas poser de questions ...

15 mar. 2015
0

Bonjour. Serait il possible de connaître le modèle, le profil ne mentionnant qu'un sangria qui n'est pas à ma connaissance biquille.

Défaut, reste tel qu'il s'est échoué dès que les quilles touchent.

15 mar. 2015
0

Le DI "plastic" nécessite plage ou vasière, passe partout de par son faible TE
Le Biquille peut aller sur les grèves et nécessite effectivement un fond homogène pour éviter le déséquilibre. Dans les deux cas faut bien regarder ce que l'on a dessous

15 mar. 2015
0

Il y a eu même des RM sur terre plein qui se sont retrouvés sur leur bordé par grand vent(trop haut perché et pas assez d'ecartement)

15 mar. 2015
0

Je n'ai jamais entendu parler de ce type d'incident a l'AVRM, peux tu etre plus précis sur les faits ? La seule précaution que l'on prend est de mettre un support sous son nez pour l'hivernage

15 mar. 201515 mar. 2015
0

en tout cas, les RM avec 1.60m de tirant d'eau sont handicapés pour échouer

15 mar. 2015
0

Il faut calculer bien calculer la hauteur d'eau, ne pas surestimer le vent et sa vitesse et si on se plante on est seulement un peu ridicule. Essayes de relever une dérive sur un bateau de 10m

15 mar. 2015
0

A part le temps d'attente avant de descendre à pied sec, je ne vois pas ce que ça change.

15 mar. 2015
0

Il ne m'a pas semblé voir le RM présenter une plus grande vulnérabilité à l'échouage que les autres, les quilles sont assez fines mais les saumons assez larges, j'ai aussi 1,6m de TE sur le Hunter. Peut être le RM exige t'il de ne pas trop se balader à plusieurs sur le pont avant ?
Un des avantages du biquille reste l'inspection et le nettoyage de la coque

15 mar. 2015
0

En effet juliana il faudrait préciser: lieu, condition et modèle de RM.
Pour ma part plusieurs hivernage sur t,erre-plein (Arzal) sans problème et sans mesure particulière.
J'attends donc des détails.

15 mar. 2015
3

une petite précision sur une question simple de mécanique:

il est assez difficile de faire basculer latéralement un biquille à l'échouage, même asymétrique : au contraire de ce que vous voyez, le centre de gravité de l'ensemble est situé bien en-dessous de la ligne de flottaison (c'est bien évident).
dès lors, il faudrait une inclinaison proche de 45° pour commencer à présenter un risque de basculement ; bien entendu, ne pas hisser les voiles bateau posé

15 mar. 2015
0

Bonjour. Aucun problème concernant mon macwester grâce au skeg qui lui sert de troisième quille à l'échouage sans compter une stabilité de route .

15 mar. 2015
0

"contraire de ce que vous voyez, le centre de gravité de l'ensemble est situé bien en-dessous de la ligne de flottaison (c'est bien évident). "
.
Ce qui me fait rire le plus, c'est le "(c'est bien évident)", car sur la plupart des voiliers modernes, et en particulier des biquilles à tirant d'eau limité, les CG est largement au dessus de la ligne de flottaison ! :-D
.
ça n'enlève rien au fait que tu as raison sur la conclusion. C'est pas demain la veille qu'un biquille va passer par dessus une quille, à moins d'être en bord de chenal de rivière, ou n'importe quel bateau se coucherait, de toutes manières.

15 mar. 201515 mar. 2015
0

Mort de rire :-D
"qui déplace de facto le centre de carène à la moindre gîte."
donc sur tous les monocoques, de tous les types, larges ou étroits.
.
Du coup, j'en ai oublié de te répondre !
Tous les voiliers sur lesquels j'ai navigué et dont j'ai les plans : Sauvignon, chablis, ne quid nimis (5 cm au dessus, bateau de formes classiques et très raide à la toile) ... et beaucoup d'autres. Maracuja 42, par exemple.
Pour info, le CG est toujours au dessus du CC et rarement sous la flottaison sur un dériveur.
Sur mon Konsort, j'ai calculé qu'il était au dessus également (CG des quilles à - 0,7 m : poids utile 1300 daN. CG du reste à environ 0,55 m au dessus, pour 3100 daN)
.
Mais mis à part ça, de toutes façons, tu as raison de dire que l'angle de basculement d'un biquille (sujet qui nous intéresse ici) est très important.

15 mar. 201515 mar. 2015
0

"Si tu trouves un voilier (sauf cat ou tri) dont le centre de gravité se trouve au-dessus de la ligne de flottaison, je te paye une bouteille de péteux."
Mauvais perdant, je veux la bouteille :alavotre:

15 mar. 2015
0

Je viens de prendre connaissance ;
ce n'est pas moi qui y écrit à plusieurs reprises que placer le CG au dessus de la flottaison est une faute de conception...

En tout cas merci pour le fil que tu as indiqué et qui est très clair ; je saurai maintenant sur quel bateau je dois naviguer !

15 mar. 201515 mar. 2015
0

Si tu trouves un voilier (sauf cat ou tri) dont le centre de gravité se trouve au-dessus de la ligne de flottaison, je te paye une bouteille de péteux.

Car dans ce cas le chavirage n'est pas loin, sauf carène particulière très large qui déplace de facto le centre de carène à la moindre gîte.

15 mar. 2015
0

Je n'ai pas été assez précis ou je me suis mal exprimé ; mais sauter la-dessus est un peu misérable, car tu sais très bien ce que je veux dire
terminé pour moi

15 mar. 2015
1

En cherchant les données de mon NQN, je suis retombé sur ce fil de 2005, qui traite exactement de cette question.
plan du NQN à la toute fin du fil... c'est pas 5 cm au dessus, mais 10 !
prépare la boutanche ! (t'as le temps, je rentre dans 4 mois)
www.hisse-et-oh.com[...]gravite

15 mar. 2015
0

Reder mor,
Erreur de ma part,pas RM mais randonneur 9,80,d'ailleur lombard préconise en cas de stockage sur terre plein de les sécuriser avec drisse de spi et grand'voile pour éviter ce Problème.Cette mésaventure est arrivé à un des membres de l'UAB bretagne.Je n'ai plus les photos suite à un grand ménage.

15 mar. 2015
0

OK merci . Il y a aussi tous les ans des quillards qui tombent de leur ber.
Faut connaître le contexte.
Donc affirmer "Il y a eu même des RM sur terre plein qui se sont retrouvés sur leur bordé par grand vent" est une mauvaise info.
Je note que de DES RM on est passé à UN...

15 mar. 2015
0

Merci pour vos infos !

17 mar. 2015
0

@MIjean,
je vous joins en MP les coordonnées du propriétaire qui pourra vous donner tous les éléments et circonstance.

17 mar. 2015
0

Une expérience/ un avis concernant le Django 7.7 .... Sur le sujet qui nous intéresse bien-sûr

17 mar. 2015
0

Ce n'est pas le plus stable, à fortiori si l'avant est pris sur un corps-mort.

17 mar. 2015
0

Merci. Peux tu préciser un peu plus ? Il est équipé d'une béquille arriere . Faut il systématiquement l'ancrer à l'arrière ? Uniquement ou avant et arriere ? Ton opinion est elle nuancée ou très inquiète ?

17 mar. 2015
0

Je ne suis pas certain que la béquille arrière soit d'origine sur les premiers.
Le hasard fait qu'il y a en a 2 dans mon environnement, Manche ouest.
Un des 2 échoue tous les jours, assez régulièrement sur le nez sur fond vaseux pas toujours régulier il est vrai.
L'autre est dans un port à flot, et à priori l'échouage n'est pas très serein lorsqu'il y a du monde à bord.
Je pense que le django est plus choisi pour ses qualités marines avec échouage occasionnel, que pour sa stabilité au sec avec vie à bord.

Mon opinion n'est pas nuancé, et ce n'est pas le biquille que je choisirais si je devais aller barouder tous les WE en famille, à moins de passer mes vacances le nez sous le Dolphin de Gorey........... :mdr:

17 mar. 2015
0

il était interdit aux biquilles de stationner le long des pontons d'attente à Mortagne sur Gironde car il y avait sous le ponton un socle en béton légèrement débordant qui faisait qu'une seule quille pouvait reposer à marée descendante et pas l'autre. On devine la suite.
je ne sais pas si c'est toujours d'actualité, cette info date de 2002...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

Après la pluie...

  • 4.5 (124)

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

mars 2021