du bon usage du point de tire

Bonjour à tous!

Trop paresseux pour ressortir le cours de Glénans, j'aimerais une petite piqûre de rappel sur l'usage, en nav, du point de tire du génois.

Un retour d'expérience de l'utilité de modifier ce point de tire quand on change d'allure serait le bienvenu!

Personnellement, programme de cabotage sans recherche de perf, je n'ai pas le sentiment qu'un réglage aie beaucoup d'incidence...

Pitié, les régatiers, ne me brûlez pas sur le bucher des hérétiques!! ;-)

L'équipage
12 avr. 2010
12 avr. 2010
0

"simple"
Salut JM, j'aime bien le titre car cela va déchainer les foules ....
du près au portant d'arrière en avant
jolie formule ...

12 avr. 2010
0

tres utile aussi
pour réduire la puissance et la gite quand on est limite mais qu'on ne veut pas réduire

reculer le chariot de genoa, voile ouverte en haut qui laisse passer l'air, effet spectaculaire sur le comportement du bateau

12 avr. 2010
0

Pour faire simple............
.......si tu considére l'angle formé par le triangle de la voile, tu le partage en deux puis sur la moitié supérieure tu prends un "gros" tier.
Bon ça c'est l'angle.
Aprés plus c'est chaud plus t'avance et lycée de versailles quand ça mollit.

T'avais dit de faire simple alors........
:heu:

12 avr. 2010
0

réponse simple et basique...
en avançant le point de tire, tu tend la chute et creuse la bordure, donc tu obtiens une voile plutôt creuse et puissante
en reculant le point de tire, c'est l'effet inverse : tu aplatis la voile en tendant la bordure, et vu qu'il y a moins de tension sur le chute tu vrilles ta voile, ce qui permet d'évacuer le trop plein d'air par le haut de la voile

12 avr. 2010
0

Bien d'accord avec stan
Au Près, pour donner de la puissance (vent faible, gros clapot...), il faut creuser la voile d'avant. On avance donc le charriot d'écoute et on détend un peu la tension du guindant (suppression des plis parallèles à l'étai).
Lorsqu'il devient nécessaire de réduire la puissance (la brise est de retour, gite excessive), il faut ré-étarquer la drisse, reculer le point de tire, puis -si nécessaire- réduire. La voile est ainsi aplatie mais le haut de la voile vrille, ce qui permet de décharger et d'affiner cette partie haute (là où le vent est le plus fort). L'angle d'incidence entre le haut et le bas de la voile est alors important. Dans une mer agitée, cet écart entre le haut et le bas est plus tolérant aux variations incessantes résultant des mouvements du canot.

12 avr. 2010
0

mettons-nous d'accord!
pour rachid, quans ca forcit, on avance le point de tire, or toi tu nous indique qu'avancer le point de tire applatit chute et creuse bordure, ce qui, pour ma part, et le contraire de ce qu'il faut faire quand ca forcit!

12 avr. 2010
0

ben moi
j'ai toujours fait comme Stan ... ouvrir la bordure pour que l'air s'échappe ... Me serais-je trompé ??? :reflechi:

13 avr. 2010
0

d'accord avec julnevermind

josé

12 avr. 2010
0

point de tire
avec 4 pennons de laine que l'on place en haut et en bas du génois sur chaque face de la voile à 30 cm du guindant, plus moyen de se tromper, il suffit d'aligner ces bouts de laine en avançant ou en reculant le point de tire de l'écoute

12 avr. 2010
0

j'aime bien la réponse de Pendruig!!
Parce que c'est le seul qui ne me répond pas!!
Salut Gilles et merci.

Je vais me laisser bercer par quelques contrib supplémentaires, histoire d'en tirer des stats :-)

Bon Rachid, promis juré: dès que j'ai compris ce que tu m'as écris, je le balance dans une conversation..!

12 avr. 2010
0

réponse
tu exagère Jean-Marie, il t'as répondu Gilles

"du près au portant d'arrière en avant " c'est pas une réponse ça? ;-)

A+,

12 avr. 2010
0

si j'ai bien compris
plus tu pointes plus tu tires ou alors plus tu tires moins tu pointes. C'est bien çà? A moins que ce soit à la pétanque, je ne sais plus
:acheval: :reflechi: pas sur la tête, je sors en courant ;-)

12 avr. 2010
0

allons allons, un peu de sérieux.
Plus tu loffes, plus tu recule le point de tire. Plus tu abats, plus tu l'avance.

Le bon réglage, c'est quand, en choquant un tout petit peut, la voile fasseye tout le long du guindant. C'est à dire d'en haut jusqu'en bas.

Si le chariot est trop reculé, la voile va fasseyer en haut et sera encore pleine en bas. Si le chariot est top avancé, elle sera trés creuse, et généralement ne fasseyera pas.

Tu peux, comme cela a été dit, voir le bon réglage avec les penons. Les penons du haut et les penons du bas doivent être horizontaux.

Le vrillage se controle en choquant l'écoute. Et moi, dans ce cas, j'ai plutot tendance à avancer le chariot.

Le bon réglage du chariot est un élement essentiel, non seulement pour les performances, mais aussi pour l'esthétique et la longévité des voiles.

Combien de fois avons nous croisé un voilier qui se trainait au bon plein avec le haut du génois complétement fasseyant parce que le chariot était trop avancé ? Et le gars, à la barre, qui ne voyait rien parce que pour voir quelque chose, il faut sortir la tête de la capote ou aller sur la plage avant ?

Demain, les enfants, nous parlerons du réglage du nerf de chute.

Jacques

12 avr. 2010
0

Ca, Erendil
C'est un vrai bon conseil :
"Le bon réglage, c'est quand, en choquant un tout petit peu, la voile fasseye tout le long du guindant. C'est à dire d'en haut jusqu'en bas."
Merci, ca me parait la meilleure des réponses et sans doute la plus facile à interpreter :-)
Arnaud

12 avr. 2010
0

non, Erendil !
"Combien de fois avons nous croisé un voilier qui se trainait au bon plein avec le haut du génois complétement fasseyant parce que le chariot était trop avancé "

si le haut fasseye, c'est parce que le chariot est trop RECULE, la bordure trop BORDEE !

;-)

errare humanum est ....

12 avr. 2010
0

Ben oui,
t'as raison.

D'ailleurs, c'est rare de naviguer chariot trop avancé, parce que tu n'arrives pas à border la voile. Donc, dans ce cas, cela se voit tout de suite.

C'est bien le cas "chariot trop reculé" qui ne se voit pas si tu reste sous la capote. Tu peux border ta voile (enfin, comme tu le dis, ta bordure), mais elle dégueule complétement en haut.

Jacques

12 avr. 2010
0

Entre ce que l'on crois dire,
ce que l'on dis, ce que l'on entend, que l'on crois comprendre, que l'on comprend :-)

12 avr. 2010
0

pendruig
gilles tu avais raison au sujet du dechainement de passions...:pouce:

12 avr. 2010
0

de toute
façon bouger le chariot quand la voile est bordée c'est plus que coton en croisière j'ai un réglage moyen et ça me va bien roulé ou pas changé de cap ou pas c'est de la croisière de RETRAITE Basta

12 avr. 2010
0

Difficile sans palan...
mais réglable d'une seule main, sans se déplacer, avec un petit palan 4 brins.

13 avr. 2010
0

Meme impossible sans ramener le palan de chariot sur un winch.
ou sans choquer l'écoute.
Pour mon cas, je me fie au penons, a la vitesse affichée au GPS, a la gite et a la sensation de barre, en tentant d'équilibrer le bateau avec la barre au neutre sans y toucher. Naviguer avec un safran braqué de quelques degrés fait perdre facilement 0,5 kts avec 10 kts de vent.
d'une manière générale:
- vent faible 4 a 10 kts au (pres pas serré) voile creuse, avancer le chariot, choquer quelques cm de drisse et border ca raidit la chute, creuse le profil sur l'avant.
- Vent moyen 10 a 15 kts Chariot réglé de manière a relâcher la chute et affiner le profil, reprendre le réglage de drisse de manière a enlever le pli qui va se former sur le bord d'attaque.
- Brise soutenue Au delà de 15 jusqu'à 20 (après c'est un ris obligatoire) Chariot complètement a l'arrière, chute ouverte vers le haut bordure tendue drisse a donf. La gite est contrôlée par la GV, son rail d'écoute sa bordure plus ou moins tendue et surtout le Hale bas. Un équipier en permanence sur le winch qui borde et choque le hale bas en fonction des rafales ca ouvre sa chute et réduit le couple d'auloffée .
-Au delà 1 ris dans la GV, 3 tours sur l'enrouleur de génois Chariot ramené sur l'avant pour tirer dans l'axe de la bissectrice de l'angle chute/bordure, le génois n'est plus correctement réglable a partir du moment ou on le réduit par enroulement. Idéal, changement de voile d'avant.

Alain

12 avr. 2010
0

un truc mnemotechnique
Quant on veux plus de puissance: chariot en avant
Quant on veut moins de puissance: chariot en arrière.
Ensuite il ne reste qu'à adapter selon l'allure
Jacques

12 avr. 2010
0

un autre truc
le génois doit fasseyer sur toute la longueur en même temps.

Si il fasseye en haut d'abord tu avances le chariot
Si il fasseye en bas d'abord tu recules le chariot.

13 avr. 2010
0

nerf de chute
quand notre voile d'avant est bien réglée, que la chute chante, c'est là ou l'usage du nerf de chute s'impose, simple question d'économie sur le matos.

13 avr. 2010
0

oui, moi aussi!
je suis d'accord pour qu'on parle du nerf de chute!
Après, j'imprime et je relis tout ça à tête reposée.. ;-)

13 avr. 2010
0

Nerf de chute
Pour Jean Marie...
Habituellement il est relâché.
Mais, au Près, une fois ton génois et ta GV bien réglés, il arrive parfois qu'une partie de la chute de l'une ou l'autre de ces voiles vibre. D'où fatigue de de la matière.
Il suffit alors de reprendre un peu le nerf de chute et cette vibration néfaste disparait.
Ne pas oublier de relâcher le nerf à l'affalage. Le fait de border à fond le palan d'écoute de GV avec le nerf de chute non relâché peut créer des dégâts importants sur la chute...!

14 avr. 2010
0

Oui
mais a force de faire du pres, le tissus se detend sur la chute qui supporte tout l'effort. dans un premier tend il faudra utiliser le nerf de chute, puis refaire les pinces de la chute, quand le nerf ferme trop

14 avr. 2010
0

surtout bien réglée lebrisac
il n'y a pas grand chose à dire sur le nerf de chute.
A moins de parler de Kuta, d'écoulement, etc
Le bord de fuite, la chute, chante, vibre, donc quand la voile est bien réglée quand l'écoulement sur l'extrados et l'intrados, les flux sont équilibrés.

14 avr. 2010
0

pour le nerf de chute, très simple aussi
tant que ça fasseye pas, tu touches à rien
quand ça fasseye en vibrant à la chute
tu tends juste ce qu'il faut pour arrêter le bruit

amicalement

14 avr. 2010
0

avis perso

Partons d'une hypothese :navigation au bon plein ,le pres étant trop contaignant .

On sait que par petite brise la voile doit etre creuse puis doit s'applatir lorsque le vent monte jusqu'au moment ou on doit aussi reduire sa surface.

On a les outils suivant: guindant,rail d'écoute,nerf de chute,écoute.

partons d'abord petit temps :donc voile creuse ,pour celà :
-tendre le nerf de chute la voile ce creuse ,detendre le guidant (personne ne le fait sauf en deriveur) point de tire en arriere .

puis le vent force :le vent en forçant fera reculer le creux de la voile or celui-ci doit resté au milieu de celle-ci pour des raisons d'hydrodynamisme et pour ne pas perturber la GV.Pour celà on avance le chariot du rail d'écoute pour mieux tirer dans le prolongement de la chute de la voile et faire ravancé le creux .

le vent force encore :on detend le nerf de chute ,la voile s'aplati et on avance encore le point d'écoute pour le creux et pour aplatir la voile .

l'écoute elle nous sert à regler la limite du fasseyage .

a chacun sa pratique il me semble

josé

14 avr. 2010
0

pas se prendre la tête
tu as un enrouleur donc tu sors le génois à fond, l'écoute doit être dans la bisectrice de l'angle correspondant et ensuite tu touches à rien

quand ça mollit, tu déroules du génois et quand ça forcit, tu enroules du génois

laisses les réglages superfins aux Lecamistes casseurs de bateaux et Desjoyesques casseurs d'installations électrique:-D

amicalement

14 avr. 2010
0

OK, JP................
"et quand ça forcit, tu enroules du génois"
.........et la tu avances ou recule le chariot ?

14 avr. 2010
0

c'est peut etre vrai en théorie mais en pratique
si je n'avance pas le chariot quand j'enroule le genoa prend un drole d'air ... si je peux dire

la bordure serait tendue à mort et la chute flappe désespérément

en fait avec un réglage moyen du chariot donc non satisfaisant ça doit le faire
:reflechi:

14 avr. 2010
0

&lt&ltLa bissectrice n'a pas changé de position vectorielle&gt&gt
Ah bon, vraiment?
:tesur: :tesur: :tesur:

14 avr. 2010
0

Tu sais MB au lieu.............
..........de dire qu'on est des anes (ce qui est possible dans mon cas) tu peux participer au débat et dire a ton tour une connerie ou un truc intelligent..........

Quant au fait qu'on peut faire une analogie avec des engins volants, on t'a pas attendu, de mémoire JP est pilote privée, moi itou + brevet deta + para + ULM.........et yen a plein d'autres.........bon je dis ça c'est pour causer hein......
:heu:
cordialement.

20 avr. 2010
0

le desastre ...
- essayez de border un solent selont la bisectrice, on va rigoler 2 minutes.

une voile ça s'observe, on règle en fonction de ce que l'on voit et pas de ce qu'on a lut !!

le plan de l'enrouleur qui necessite pas de changement de position de chariot ça date un peu ...
c'est une théorie qui a vitre trouvé ces limites (quand tu réduits et que tu as un un point d'écoute a 4 m de haut c'est pas terrible ;-) )

14 avr. 2010
0

tu touches à rien
parce que la bisectrice n'a pas changé de position vectorielle, c'est le principe de l'enrouleur

c'est d'ailleurs facile çà vérifier en faisant la manip au port

en fait le chariot ne sert qu'en cas d'absence d'enrouleur(hors réglage superfin, bien sur)

amicalement

14 avr. 2010
0

c'est la deuxième fois
que je me fait la remarque, Messieurs vous auriez pu faire un petit effort pour intégrer les théories qui permettent de comprendre comment ça marche...

un bateau ce n'est pas comme une voiture ou tout est près réglé. Un bateau, il faut comprendre ce qu'il se passe pour régler et optimiser, ou pour le moins éviter d'écrire et de diffuser des bêtises ...

J'oubliais, juste pour certains, la théorie est valable pour tous et tous les voiliers et même pour tout ce qui marche avec des ailes... elle n'ai donc pas, une affaire personnel ni de voilier.

Mais elle n'empêche pas de marcher sur trois pattes :-p

14 avr. 2010
0

Pourquoi c'est faux
et pourquoi cela pourrait te réserver de belles surprises sur un bateau avec des voiles d'avants endraillées et pas très tolérant

Quand j'avance mon charriot je creuse ma bordure et aplatie ma chute ce qui donne plus de puissances donc ce qui favorise la gîte, le départ au lof etc
C'est exactement ce que je ne veux pas quand le vent forcit.

Ce que je veux au contraire c'est réduire la puissance, donc aplatir ma bordure et vriller ma chute pour libérer le trop plein d'air.
Donc dans ce cas je recule mon charriot.

Dans ton cas tu compenses la mauvaise qualité de la forme de ta voile lié à l'enroulement qui ne donne jamais de bon résultats pour les allures de prés.

Ta voile ne peut pas être plate donc tu compenses en avançant le charriot pour essayer de tirer sur la chute et tu creuses la bordure en même temps :-(
C'est bien là tout le problème de l'enrouleur.

14 avr. 2010
0

Donc, et on revient a mon post d'en haut...............

...........ou vous étiez pas d'accord;

"Aprés plus c'est chaud plus t'avance et lycée de versailles quand ça mollit."

si t'avances pas le chariot quand tu réduis le GSE ta voile devient vraiment moche, tout particuliérement avec baucoup d'enroulement.........

nananére.........:langue2:

14 avr. 2010
0

d'un réglage particulier
le chariot de Rachid on ne peut pas en tirer des conclusions générales, surtout quand elles sont fausses.Contrairement à la théorie valable pour tous et dans tous les cas.

14 avr. 2010
0

j'aime bien aussi la réponse de JP!
Tu ne touches à rien...

Bon, ça me rappelle ma mère, mais là c'est une autre histoire!! ;-)

14 avr. 2010
0

Mais en fait JP a raison...............
......le plus important c'est l'angle (ce que je dis aussi dans mon premier post) mais la bissectrice me semble un peu juste, au dessus c'est mieux.
Par ailleurs interférent, la coupe de la voile, son état, la position du chariot (ils sont posés ya 10/20/30 ans et les voiles ne sont plus les mémes que celles d'origine volontairement ou pas)........etc......

14 avr. 2010
0

c'est votre point de
référence qui n'est pas bon.
Il ne s'agit pas de savoir si c'est quand cela forcit ou pas. Nous n'avons pas tous les mêmes voiles ni les mêmes système de réduction.

La références qui met tous le monde d'accord c'est la gueule du bord de fuite, sont vrillage, ou sa fermeture par rapport au réglage de la puissance désirée et de son compromis avec le cap voulu.

Sont réglage ne prend son importance que aux allures de prés quand l'écoulement et laminaire.

14 avr. 2010
0

La bisectrice...
Désolé, mais le coup de la bisectrice est faux. Ca serait juste si l'angle de l'étai-bateau était à 90%
Là, comme l'étai est incliné, la "bisectrice" garde son angle mais subit une translation vers l'avant. D'où nécessité d'avancer le point de tire quand on réduit, pour garder le même réglage.
Amitiés
JF

14 avr. 2010
0

J'ai honte !
Ce que je viens d'écrire est faux... Désolé
Un doute et un schéma rapide m'a convaincu.
Mais la conclusion est juste :
quand on roule, l'angle entre de l'écoute change et il faut avancer pour le conserver. Je vais faire un schéma !
JF

14 avr. 2010
0

JF84 ne te prends pas
trop la tête...
Car à l'enroulement la chute et la bordure sont de moins en moins tendues, la tension se concentre au milieu de la voile et il y a flexion de l'étai etc

Vos mieux reprendre du pataras pour compenser la flexion de l'étai.

Les joies de la réduction par enroulement... ;-)

14 avr. 201016 juin 2020
0

Voilà !!
On voir bien que l'angle entre la chute et l'écoute n'est pas le même dans A (pas réduit) et B (réduit).
Il faut donc avancé le chariot pour conserver le même angle (ou 'monter' le chariot' !)

Amicalement
JF

14 avr. 2010
0

parlons chiffons
nous sommes plus confronté à des problèmes de tissus, de pressions, de contraintes qu'à des problèmes de géométries pures entre l'angle de la chute et de l'écoute et de l'âge du capitaine.

Nb il est rare que la bissectrice soit pile poil perpendiculaire au bord d'attaque comme sur ton shéma :-p quoi qu'il en soit cette position est à ajuster en fonction des réactions de la voile.
le contrôle avec penons est plus précis est plus sur.

14 avr. 2010
0

mb ça serait vrai si le point d'écoute était equidistant
du point d'amure et du point de drisse
dans ce cas ce n'est plus un genoa, plutot un yankee, IMHO !

14 avr. 2010
0

c'est cela ton raisonnement est valable pour un yankee mais
inexact pour un genoa à 155 % par exemple, sinon on fait un tour sur mon bateau on enroule à moitié et tu vois la tete du genao si je n'avance pas le chariot !!
mébon, pas grave
ce qui m'emm c'est que mon bateau soit à sec depuis le 1er octobre

14 avr. 2010
0

allo rachide
cela te va comme ça?

suis je un bon contributeur?

Qui essaye sincèrement d'expliquer les trucs à ses petits camarades?

trucs visiblement pas compris ou pas étudiés, et il n'y a aucun doute à ce sujet...

Ou alors tu penses que je fais juste le malin comme certains?

:-D :-D :-D

Il y a pleins de bouquins qui expliquent cela très bien.
En cherchant sur youtube il y a même des vidéos de B.Chéret.

14 avr. 2010
0

tatillon
mais JF84 désolé mais l'angle ne change pas entre la chute et l'écoute à l'enroulement...

je me répète mais le problème est ailleurs:

Car à l'enroulement la chute et la bordure sont de moins en moins tendues, la tension se concentre au milieu de la voile et il y a flexion de l'étai etc

Vos mieux reprendre du pataras pour compenser la flexion de l'étai.

14 avr. 2010
0

je ne te comprends pas
c'est relatif à la voile, mais sur le fond ce n'est pas le problème.

14 avr. 2010
0

sauf que sur ton schéma
si le bas est bien enroulé, le haut ne l'est pas et si tu déplaces le point de tire le long de la bisectrice dans le cas A, tu verras bien que ça marche et que tu peux enrouler le triangle

en effet soit la chute = x m et la bordure = z m

à l'enroulement et dans le même nombre de tour, il va falloir absorber x m de chute et z m de bordure, ce qui fait qu'a chaque tour, le ratio entre chute et bordure est constant, condition nécessaire pour enrouler (d'ailleurs, il est facile de constater que l'enroulement n'est pas le même en haut qu'en bas, la différence d'hélicoïde permettant de maintenir le ratio)

et si ce ratio est constant, la bisectrice est constante

mais peut être me gourre-je???:-D

amicalement

16 avr. 2010
0

sauf que...
c'est vrai s'il s'agit non pas de la bissectrice, mais de la hauteur du triangle. Les lecteurs auront rectifié mes errements d'eux-mêmes.

16 avr. 2010
0

Non
tu ne te gourres-je pas. A cause de Thalès et des triangles semblables. Les angles restent constants. Mais il faut un enroulement identique tout le long de l'étai. Est-ce le cas ? Ce qui n'empèche pas de régler gast...

16 avr. 2010
0

génois à enrouleur

l'angle de l'écoute et de la bissectrice est comme je le disais relatif à la forme de la voile.
Les voile hautes il est plus vertical et inversement pour les voiles plus basses.

Le génois s'enroule sur le guindant ses proportions ne changent pas l'angle reste sensiblement le même.

Les points de références pour réfléchir à ses réglages sont dans tous les cas de figures sont la puissance désirée en jouant sur la bordure et sur le creux.
Que notre voile soit fatiguée, bien ou mal coupée, avec un accastillage du 19éme sciècle, sur enrouleur ou non, avec vent ou sans vent mer agitée ou calme ceux sont toujours ces éléments de réglage qu'il faut prendre en compte, plus un élément que nous n'avons pas abordé dans le sujet: c'est la relation avec la GV.

Il est vrai aussi que nous avons envisagé que des mouvements de réglage longitudinaux.
Mais dans le cas de réglages latéraux il s'agit toujours d'ajuster la bordure et le creux la puissance, quand on change le braquage de la voile.

17 avr. 2010
0

Il me semble que ton schéma n'est pas tout a fait exact,
Quand tu enroules le génois un tour ne signifie pas la réduction en bas, essaies sur ton bateau, tu vas voir que ca correspond a quelques cm en bas au point d'écoute et plusieurs dizaines cd cm en haut coté drisse, du a la différence des angles en bas très ouvert et en haut beaucoup plus fermé , donc inévitablement la bissectrice change, donc le point de tire qui doit bouger vers l'avant si je ne me trompe.
@+ et bonne nav
Alain

14 avr. 2010
0

c'est vrai
je ne suis pas tres bon en dessin (celui-ci n'est pas tout a fait juste...)
Essayons une autre voie...
L'axe de l'effort souhaité pour fermer la chute est vertical. si on ramene le point d'ecoute vers l'avant, l'angle entre l'ecoute et l'effort souhaite est de moins en moins bon. D'ou la necessite de corriger cet aspect.

Mais il est vrai, aussi que le flechissement de l'etai joue. Pas tant sur la chute, plutot sur le creu d ela voile.

amities
JF

14 avr. 2010
0

et oui
JF 84 le fléchissement de l'étai donne du volume à la voile, et avancer le chariot aussi.

17 avr. 2010
0

tu as raisons , tu augmentes l'effet hypersustentateur du génois
en courbant le profil comme les avions lorsqu'ils atterrissent , ils sortent les volets ce qui courbe le profil et augmente la poussée verticale sur l'aile.
Le fait de ramener le chariot sur l'avant diminue la corde , augmente la cambrure et donne le même effet avec pour conséquence avancement du centre vélique, par contre le ramener sur l'arrière fait tout le contraire, mais est bénéfique lorsque le vent monte en force, tout comme l'avion qui rentre tout a vitesse de croisière.
En ce qui concerne les nerfs de chute:

Sur la chute il permet comme les volets de raidir celle ci et de conserver un profil potable le chariot avancé. Le faseyement de la chute doit être contrôlé par la tension d'écoute et l'avance du chariot.
Sur la bordure il permet de remonter le centre de poussée vélique, et d'avoir une voile plus creuse au milieu par petit temps.

Le fléchissement de l'étai se contrôle en partie par le pataras et la tension sur la drisse de génois. Plus tu relâches le pataras, plus tu relâches l'étai sur un gréement en tête, tu creuses ton génois vers le bord d'attaque. Sur un fractionné c'est mois sensible c'est la tension de la drisse de génois qui prévalue. il faut en tous les cas équilibrer les deux de manière a ne pas défavorises la GV avec trop ou pas assez de creux dans le haut.

Mais le réglage du nerf de chute me laisse un peu dubitatif, qui va s'amuser a aller sur l'avant avec du vent de la houle et une gite bien prononcée régler ses nerf de chute ????? Tout ca c'est de la théorie sur internet !!!! Je laisse mes nerfs de chute juste tendus pour ne pas froisser la chute et la bordure génois au repos.

Enfin un barber permet de fermer complètement le profil pour les bateaux minis de rails d'écoute qui sont placés sur le pont. C'est de loin le plus intéressant quand on fait du près serré, a consommer sans modération sur les unités de plus de 4m.

Le meilleur réglage ? c'est une alchimie qui marche quand le bateau avance bien, et le moins gité possible.
J'y arrive pratiquement jamais.
@+ je vais régler mes nerfs de chute.
Alain

17 avr. 2010
0

merci altr
car j'avais l'impression que toutes mes tentatives d'explications étaient vaines voir même pas lues.

Ailes et voile m^me combat ;-) :-D

14 avr. 2010
0

nerf de chute
je me lance .

il est généralement admis que quand la condition de Kuta est parfaitement respectée, la chute "vrombisse".

ça "crame" le tissu en haut de la chute et ça découpe le pli du logement du nerf de chute suivant le pointillé. ça prend 1/2 heure à recoudre pour 20 cm. ça finit à la voilerie qui est contente.

si on n'est pas en bonnes relations avec la voilerie, on tire sur la ficelle juste ce qu'il faut pour arrêter ledit "vrombissement" et on la bloque avec le petit coinceur vendu avec la voile.

au suivant ;-)

martin

14 avr. 2010
0

Si, si...
tu peux régler l’orientation du plan de voilure d’un foc en latéral presque comme une grand-voile, ceci en décalant le point de tire en latéral grâce à une short-sheet ou un barber.

C’est très efficace, particulièrement sur les bateaux larges.

Donc tu peux tirer devant, tirer derrière, mais aussi sur le côté.

Ben avec tout ça y a de quoi s’amuser…
;-)

15 avr. 2010
0

le sujet c'est
le point de tire, mais si vous voulez élargir le sujet au braquage de la voile et sa relation avec la GV pas de problème si JM13 à trouver réponse à sa question?

15 avr. 2010
0

Bon on résume ...
REGLAGE CHARIOT DE GENOIS

1 / Du près au vent arrière, d’arrière en avant.

2 / En arrière quand le vent forcit.

15 avr. 2010
0

bon........ on résume (en croisière)
tu le règles une fois pour toute quand il est entièrement sorti comme déjà dit et ensuite tu ne touches plus à rien

amicalement

15 avr. 2010
0

ce ne sont plus
des résumés mais des raccourcis fulgurants :-D

15 avr. 2010
0

bien..
merci à vous tous pour vos contributions!

J'y trouve une réponse à ma question, j'y trouve surtout MA réponse.

Comme cela a été dit plus haut, la voile est souvent affaire de feeling. Si je me traîne, je ne suis pas content sauf s'il me plaît de me traîner et, en med, en été, il m'arrive souvent de me plaire à traîner!!

Je n'ai pas tout compris de vos contribs! Mes études de psycho ont été éloignées de la mécanique des fluides et atutres joyeusetés scientifiques.

Mais c'est ça qui est chouette: c'est avec nos regards différents que l'on construit ce site: le liantc'est l'eau, salée dans la plupart des cas!

Bon vent et belle saison à vous tous,
Jean-Marie

15 avr. 2010
0

maintenant
il ne te reste plus qu'à sortir le juge de paix , "la bible des Glenans" qui évidement explique tout celà tres bien

15 avr. 2010
0

et je rajoute
vue certaine explication sur le sujet ce livre serait un excellent cadeau pour certains

josé

15 avr. 2010
0

les différentes bibles on justifié tant d'horreurs
qu'il vaut mieux éviter d'en faire une référence en matière de promenade en famille en méditerranée

"les glénans" n'est juge de paix que pour les adeptes de la secte pure et dure un peu parisianiste et Yachte Clube qui se la jouent, et n'ont pas de valeur réellement universelle pour le promeneur du dimanche, le pécheur des Andamans, de la cote Brésilienne ou l'habitant de la Baie James et le Piqueloutiste du golfe d'Aigues Morte

pour moi, c'est surtout, à port cam, ceux qui rentrent à la voile pour faire les kékous en génant tout les autres dans la passe et qui portent des gilets et des cirés par force 1, au mois de juillet dans l'avant port:-D :-D :-D

amicalement

15 avr. 2010
0

tu as raison Calypso
le livre des Glénans est à conseiller à tous!
C'est d'ailleurs mon seul bouquin dans ma cabine avant!

15 avr. 2010
0

En matière de voile...
...et sans remettre en cause l'excellente encyclopédie des Glénans, la bible serait plutôt le fameux:
"Les Voiles, Comprendre, Régler, Optimiser" de Bertrand Chéret, Editions Gallimard.
Tout y est clairement expliqué, y compris la mécanique des fluides appliquée à la voile.
A lire, à assimiler et à relire.

15 avr. 2010
0

rentrer le point de tire
vous avez seulement considéré le réglage du point de tire en longitudinal,
mais en transversal ?
intéressant de rentrer le point de tire dans certaines conditions de voilure

sur certains "petits" bateaux genre microsail, il y avait un barber avec 2 pontets et 2 taquets au lieu de rails
cela existe aussi sur de plus grosses bailles.

15 avr. 2010
0

Une bible expurgée
Avec Joana et Nino la première fois que j'ai ouvert ce bouquin j'ai cru lire un manuel pour scout de Baden Powel même ton préchiprécha, même graphisme etc je trouve ce cathéchisme de l'école des Glénand fouillis, somme toute superficiel, pas forcement le meilleur livre à mettre entre les mains de quelqu'un qui débute.

Les hors séries de V&V sont à mon sens remarquablement bien fait. Moins cher et plus spécialisés.

16 avr. 2010
0

pour résumer
quand je disais au début de ce fil "la voile est avant tout empirique", c'est que je pense vraiment que chacun se fait sa vérité sur tel bateau à tel moment, ce qui peut être une connerie monumentale sur un autre bateau à un autre moment...
je regrette presque ma réponse basique et initiale qui avait juste pour but de répondre simplement à une quetion simple...
finalement, à lire tout ça, "naviguer à la voile", ça a l'air vachement compliqué ! je n'aurais peut être pas du choisir d'en faire un métier !!!??!!

16 avr. 2010
0

allons Stan
pas de regret ta réponse est excellente et suffisante pour comprendre ce qui se passe et t'adapter à tous les bateaux et à toutes les situations.

je dirais que c'est la première et meilleur réponse.

15 avr. 2010
0

Je crois
que je vais me ploger dans le Chéret, la Bible des réglages

16 avr. 2010
0

normal
puisqu'on flotte :-p

16 avr. 2010
0

bon usage...
En tout cas merci a JM13 pour avoir initier cet excellent fil..
Plein de techniques grace a lui.
Cordialement.
Micehl

16 avr. 2010
0

michel
pas de soucis! c'est sympa, j'en conviens, d'ouvrir des fils de ce type en début de saison.
Je suis allé sur ton blog: chouette!

Une petite pensée solidaire pour ton hivernage sur la Seille, brrr!!

16 avr. 2010
0

Merci JM13
Enfin un fil qui parle de voile
Amitié
Yves

17 avr. 2010
0

DVD de Vincent Cheret
1 heure de très bons conseils, Il te fait comprendre comment ca marche, très simplement avec des exemples pratiques.
Surtout les phénomènes aérodynamiques et les interactions entre GV et Génois.
A consommer sans modération.
Alain

18 avr. 2010
0

Vincent ?
...ou Bertrand CHERET ?

19 avr. 2010
0

T'as raison, c'est Bertrand
Tu l'as regardé ce DVD ?
@+ Alain :-D :-D :-D :-D

18 avr. 2010
0

Bertrand, certainement
Je ne possède que l'édition 70 du manuel des Glénans, rédigée par Goldschmidt et Abraham Cette édition avait au moins le mérite de donner des informations aérodynamiquess exactes, entre autres des polaires de forces aérodynamiques variant avec l'angle d'incidence, la forme de voile etc... toutes exactes. Je ne sais pas ce qu'il en est dans les éditions récentes.
Par contre, ce qui est stupéfiant chez B.Cheret, c'est qu'il n'y comprend absolument rien. Que ce soit dans ses vidéos ou dans les fascicules de Voiles et Voiliers, il se trompe d'axe en permanence, ne les trace pas dans le bon sens etc. Si vous le trouvez confus, rassurez vous, c'est pas vous, c'est lui, ce qui ne remet pas en cause ses compétences de voilier ou de champion. Simplement, dès qu'il touche à la physique, il est perdu.

18 avr. 2010
0

Si on part dans les manuels...
Et le pataras ??
On en fait quoi ??
Faut que l'étai soit le plus étarqué possible...
( ne serait-ce que pour rouler le génois en cas de réduction de surface )

Ma maigre expérience me laisse a croire qu'une voile d'avant ( au près ) doit être la plus plate possible...

Donc, plus on avance le point de tire, plus la bordure sera creuse...
La chute se referme,l'écoulement d'air ne se fait plus correctement...

Mais... dans les manuels, j'ai lu qu'en cas de "surpuissance" de vent, en reculant le point de tire, le haut de la voile "s'ouvre", laissant ainsi échapper le " trop plein " de vent...

Mais, ce n'est que "théorie"...

Depuis que je pratique, ( je n'ai que 3/400 NM a mon actif ), je n'ai jamais vu changer le réglage du point de tire, en cours de nav'...

:-)

19 avr. 2010
0

Je te crois sur parole ;-)
Mais faut le "vivre" en pratique, car sur tableau...
:tesur: j'ai du mal a saisir les nuances :-)

19 avr. 2010
0

Quand je dis
[i]Mais, ce n'est que "théorie"... [/i]
C'est par rapport a ce que j'ai lu et vécu ( ou pas encore ) en nav' :-)

Clair que je lis avec intêret vos " discussions", justement pour "emmagasiner" certaines infos de part vos expériences ;-)

[quote]5 degrés de gite en moins ![/quote]

Et niveau performance, ça reste pareil ?
Ou l'intêret est de garder un certain confort ?

19 avr. 2010
0

je radote, c'est sûr ...
mais essaye de faire du dériveur sur un engin un peu évolué (pas un vaurien réformé des Glénan ...) c'est incroyable comme on ressent l'évolution du comportement du bateau à chaque changement des réglages. Après tu lis les bouquins et tu comprends TOUT ... :reflechi:

19 avr. 2010
0

jorginho
sur un bateau avec grand genoa, le fait de reculer le point de tire est spectaculaire, du genre 5 degrés de gite en moins !

ce n'est pas du tout théorique !

19 avr. 2010
0

meilleure performance et meilleur cap
et surtout possibilité de continuer sans réduire (sans enrouler ni prendre un ris)

j'ai beaucoup utilisé en régatte mais je fais aussi en croisiére solo

le réglage du point de tire se fait assez bien sur le first 30 avec 2 poulies rajoutées mais il faut un winch des force 4 apparent

rappel, genoa 33 m2 gv 17 m2 ...

19 avr. 2010
0

Eh! bien...!!!
Je ne connais ni les videos, ni les fascicules V&V, mais pour pouvoir juger sur pièce, achète donc "son" livre.
Et si, après avoir réussi à lire et assimiler toute la première partie concernant la "physique" tu as toujours la même opinion n'hésites pas à réitérer tes objections...
AMHA !

19 avr. 2010
0

théorie et pratique
ils y en à pour qui la théorie est indispensable, ce sont les voileries et leur personnel.
Si la théorie était fausse ou sans importance ils nous vendraient des draps... :-D

Une voile neuve qui sort de son sac est un pur produit de la théorie...

Et comme je n'ai pas envie de refaire le chemin qui nous a permit de l'élaborer et de la vérifier tout au long de l'histoire de la marine à voile etc

Je profite de l'expérience des autres en l'apprenant, cela me fait gagner du temps...et m'évite bien des conneries.

19 avr. 2010
0

si tu
l'as lu tu pourrais peut être nous en parler ?
et plus particulièrement sur les principes fondamentaux qui y sont évoqués :

"Il est certes parfois ardu de suivre l'auteur dans ses calculs les plus poussés, mais la lecture des principes fondamentaux qu'il énonce se révèle tout à fait éclairante..."

Dans tous les cas merci pour la référence que je ne connaissais pas. :-p

19 avr. 2010
0

C'est en naviguant qu'on apprend
J'ai fait pas mal de 470 et peux te dire que le réglage de quelques cm en plus ou moins sur un chariot, de foc ou d'écoute de GV, ca te fait perdre de précieuses secondes.
Maintenant sur les grosses coques l'effet n'est pas instantané comme sur les dériveurs.
J'ai regardé la vidéo de BC qui vulgarise pas mal les effets aérodynamiques sur les voiles. Ça m'a permis de concrétiser certaines réglages que je faisais d'instinct.
@+
Alain

20 avr. 2010
0

Ce qui est bien sur impossible,
Aucune pratique n'a jamais modifié la moindre théorie...scientifique établie. Il n'y a pas de retour sur expérience dans ce domaine. L'aérodynamique est l'aérodynamique, elle est quasiment bouclée et sera la même dans dix siècles. Curry est un chercheur pré-scientifique, la plupart de ses intuitions étaient bonnes, il a prévu et inspiré la plupart des engins actuels (gréements à fente). Ce qu'il énonce est valable du papyrus au carbone.
Si l'on appelle théorie le laborieux mélange entre pensée indigène et données aérodynamiques qu'effectue B.Cheret dans le documentaire ethnographique diffusé par you tube, alors oui, cette théorie là est remaniée par l'expérience puisqu'elle se base sur l'expérience pour tenter de l'expliquer, c'est à dire la rendre cohérente avec sa représentation indigène du monde.
S'il ne disposait pas des moyens d'observation d'aujourd'hui, M.Curry mit en oeuvre une réelle démarche scientifique, isolée de l'expérience commune, par définition.

20 avr. 2010
0

La Théorie et la pratique
Salut les matelots
Je trouve qu'on s'écarte un peu de la réalité de la plaisance. Il semble acquis et confirmé par la théorie que:
1/ Vent faible au près bon plein : plus tu creuses et fermes le profil, plus il devient puissant, mais demande un angle d'incidence plus élevé pour ne pas déventer le bord d'attaque &gt Réglage du chariot sur l'avant
2/ Vent moyen au bon plein a serré : tu équilibres les tensions en haut et en bas sans creuser exagérément &gt Réglage du chariot a peu près au milieu pour te trouver sur la bissectrice de la chute et de la bordure.
3/ Vent puissant Bon plein a près serré : Tu aplatis le profil, tu affines le bord d'attaque, tu ouvres la chute en haut &gt chariot en arrière
Bertrand Chéret l'explique très bien.

La formule de la portance c'est 1/2 * Rho * S * V2 * CZ
Rho = densité de l'air a la tempéature de mesure
V2 = Vitesse au carré
S = surface du profil qui varie le long de la hauteur du triangle avant
Cela n'a pas changé depuis de siècles

le CZ est influencé par la cambrure et augmente avec celle ci, in profil plat mis en incidence a un CZ faible comparé au CZ d'un profile courbe avec la même incidence.
Pourquoi ? a cause des turbulences sur l'extrados et au décollement de la couche limite.
Maintenant il y a la trainée qui utilise la même formule mais on remplace le CZ par le CX ...

Mais sur ce post personne n'a parlé des penons, qui sont a mon avis sont les témoins du meilleur réglage il en faut 7 a 9 de chaque coté sur un génois 3 sur le bord d'attaque, trois sur le milieu de la corde de la voile et 3 sur la chute et essayer faire travailler correctement tout ce petit monde de manière a s'assurer d'un écoulement laminaire sur toute la voile. le bon réglage : tous horizontaux. Si la chute est trop ouverte ceux de l'intérieur vont battre, trop fermée ceux de l'extérieur vont se mettre a battre. Une bande de creux sur le génois renseigne également très efficacement sur la forme du profil.

@+ et bonnes nav, je vais mettre en pratique les équations exposées ci dessus.
Alain

20 avr. 2010
0

A propos des pénons.
Je suis d’accord avec toi Atr pour dire que les pénons sont indispensables au réglage d’une voile.

Par contre dire que tous les pénons doivent être horizontaux, c’est vrai si on veut un écoulement laminaire parfait à partir du bon plein jusqu’au largue, mais pas pour le près serré.

En effet si on veut faire du cap il est bon que les pénons au vent du bord d’attaque soit proche de la verticale, ou au minimum oblique, et on s’écarte un petit peu de l’écoulement laminaire.

Par contre en aucun cas les pénons sous le vent ne doivent « voler », car ça voudrait dire qu’on abat trop.
;-)

20 avr. 2010
0

D'accord pour le bord d'attaque
Quand j'ai appris a faire de la voile mon moniteur disait:
"Tu es au maxi du près serré lorsque ton foc dévente légèrement sur son bord d'attaque. Mais que tu feras un aussi bon cap avec plus de vitesse en le gardant légèrement gonflé en ayant abattu de quelques degrés puis en relofant de nouveau pour regagner en cap."
Tu as raison dans ta remarque car:
Les deux tiers de la portance sont sur l'extrados, le reste sur l'intrados donc déventer les penons au vent sur le bord d'attaque ne fait pas perdre grand chose.

Ça c'était sur 470 maintenant avec nos grosses unités cela dépend énormément du moule du génois, sur nos bateaux ils sont taillés assez creux et leur finesse est très moyenne (sauf voiles taillés sur mesure) . La GV est encore portante quand le génois a déventé depuis longtemps et faseye dans le vent.

Quand tu mets tous les penons horizontaux tu fais environ 5 ° en moins de cap, mais par contre ta vitesse augmente. Il faudrait avoir les polaires de vitesse sous génois seul de chaque bateau pour en être sur.
Et puis il faut que le barreur ait l'œil constamment sur le génois, la galère et torticolis assuré ou webcam sur le mat!!! Trop vieux pour jouer a ca maintenant.
@+
Alain

20 avr. 2010
0

comme science sans conscience n'est que ruine de l'âme
théorie sans pratique n'est que vain savoir

et les ouvrages de sexologie sont à lire uniquement APRES avoir pratiqué soi même

en clair, faites votre expérience vous même et réservez les Glénans pour quand vous serez cloués au lit en arrêt maladie

amicalement

21 avr. 2010
0

Mon truc pour les penons

Soit une horloge
le penon au vent c'est la petite aiguille
Le penon sous le vent c'est la grande aiguille

Position pour des réglages fins:

Trois heures et quart : vitesse
Une heure et quart : cap-vitesse
Midi et quart : cap

Nos réglages jouent sur la petite aiguille la grande reste horizontale.

NB
Il ne s'agit pas de mettre la théorie et la pratique dos à dos, mais d'avoir une pratique, une expérience,éclairées,améliorée par la théorie.

21 avr. 2010
0

avec
les digitales? :-D

22 avr. 2010
0

belle balade
Pour moi qui suis un peu loin de la mer en ce moment cela fait bien envie...

Quelle marque la bière? :-D

21 avr. 2010
0

Et
tribord amure, ça donne quoi? :-)

21 avr. 2010
0

Tu transposes

c'est pourtant facile :-D :-D :-D

moins le quart pour la grande aiguille
Et 9, 11, 12 pour la petite...

21 avr. 2010
0

Salut MB
Pas mal le coup de l'heure sur les penons, je rentre juste d'une petite balade de 25 NM au large de l'ile Ré pour vérifier la théorie avec un pote a la barre de mon Bav 31 Cruiser.
Carène très propre, mer calme houle légère de 50cm environ, 8-10kts de vent de terre SSE très régulier, Vitesse SOG sur 2 GPS distincts.

Vent de travers
6,5 kts chariot au milieu,
6,2 kts chariot reculé,
6,7 kts Chariot en avant,
barre d'écoute de GV relâchée hale bas bordé a fond.

Pres - près bon plein
5,7 kts chariot au milieu penons OK,
4,8 kts chariot en arrière, la chute est complètement ouverte, les penons en bas et au milieu sont
horizontaux, en haut ca vole dans tous les sens. 5,9 kts Chariot en avant penons difficiles a garder horizontaux, (ca gite plus fort)Barre d'écoute 1/4 hale bas même position.

Pres serré, génois complètement bordé, barre d'écoute de GV au milieu, GV bordée, bord d'attaque du Génois a la limite du faseyement,
les penons du bord d'attaque font ce qu'ils veulent en fonction de la houle, et l'attention du barreur.

4,5 kts chariot au milieu penons a peu près OK,
4,3 kts chariot en avant il dévente au bord d'attaque cause de sa courbure en mettant un barber et en ramenant le point de tire vers l'intérieur ca se stabilise mais ca gite plus fort et ca dévente le haut de la GV le bateau n'accélère pas plus. De temps en temps il plante dans la houle et ca descend a 3,8kts
4,6 kts chariot en AR. Les penons du bord d'attaque sont plus stables. La voile est ouverte sur le haut et moins de gite, ca va probablement plus vite parce que le bateau gite moins et est plus dans ses lignes et ne plante plus dans la houle.

On a ensuite essayé de louvoyer de 5° a 10° en faisant accélérer jusqu'à 4,8kts abattu et redescendre jusqu'à avoir le bord d'attaque légèrement faseyant. Cap moyen plus faible de 2° (mesuré sur la trace GPS) vitesse moyenne supérieure de 0,1 kt. On a essayé également avec le pilote et l'option vent, il est meilleur que le barreur on gagne 0,1 kt!!!!

Fin du test, une bonne bière au large du phare des Baleines et on retourne a Port Bourgenay sous pilote auto, et on croise en chemin, trois vedettes lance missiles + 1 porte hélico allemand!
Guten tag! Grands signes et réponses amicales de l'équipage. Eux ils allaient beaucoup plus vite et n'avaient pas de problèmes de Génois.
Au fait que dit l'étiquette navale dans ce cas, quels ont les signes d'amitié entre la Navale et la plaisance ?

Voila la pratique.

N'empêche que c'est plus de la croisière mais la galère de rester constamment les yeux rivés sur les penons du génois pendant des heures. Réservé aux régatiers.
@+ et bonnes navs.
Alain

22 avr. 201016 juin 2020
0

Bavaria comme le bateau
En photo la rencontre avec la Kriegsmarine!

Amicalement
Alain
:-D :-D :-D :-D :-D

22 avr. 2010
0

Deux grands paradigmes gouvernent le réglage des voiles:
Le paradigme applicationniste, qui régna jusqu'en 1970. Il croit que la technique, et la pratique asssociée, sont une application de la science (physique en l'occurence). C'est le paradigme toujours utilisé par les Glénans et B.Chéret. Qu'ils comprennent, ou pas la physique en question, l'application est sujette à caution, puisqu'ils reprennent la catégorisation ancestrale des allures (près, bon plein, etc...). Le continuum aérodynamique est divisé en catégories, comme sous Aristote: au largue, on règle les voiles de telle ou telle façon etc...
Le paradigme constructiviste le remplaça, du moins à haut niveau, de 1970 à 1985, l'année dite de la Grande Purge. S'appuyant sur Galilée et Poincaré, à la grande horreur de la FFV, massivement d'obédience catholique, les constructivistes proposent de se limiter à une paire de catégories: route directe-route indirecte et sous-puissance-sur-puissance. Ces deux paires permettent de catégoriser l'ensemble du continuum aérodynamique mais aussi et surtout hydrodynamique. Sur un dériveur par exemple, le frein hydrodynamique est bien plus puissant que le moteur aérodynamique: bref, le réglage des voiles a peu d'intérêt s'il n'est pas relié à la stabilité de la carène. Par force 5, un 47O au largue va plus vite toute voile fasseyante que voiles bordées et équipage au trapèze. C'est une chose insupportable pour un dirigeant de la FFV ou un B.Cheret, maitre voilier. C'est pour cette raison que vous l'ignorez, mais tous ceux qui conçoivent et pilotent de grands multicoques le savent.

22 avr. 2010
0

Pourrais-tu développer ?
"... le réglage des voiles a peu d'intérêt s'il n'est pas relié à la stabilité de la carène. Par force 5, un 47O au largue va plus vite toute voile fasseyante que voiles bordées et équipage au trapèze...".
Est-ce que cela signifie qu'a partir d'une certaine force de vent, une coque "à plat" va plus vite qu'une coque gitée avec des voiles pleines ???
Est-valable pour toutes les formes de carènes : couloir lestés inclus ???

PS : aucune polémique dans mes questions seulement l'envie de comprendre.

22 avr. 2010
0

Oui oui
Intéressante contribution de Grandbarracuda, sa première intervention m'avez tiltée par son ambiguité et son ironie il m'avait semblé...
Cela se confirme, cela demande à développement, je me joins à Nrs.

22 avr. 2010
0

moi aussi ca m'intéresse,
Le travers est l'allure de transition entre la navigation en propulsion et celle sur la portance.
ca ne m'étonne pas trop que tu conserves de la propulsion GV faseyante, la trainée de la GV est au mini, d'autant que si le bateau reste a plat il est au mieux de sa trainée hydrodynamique.
Sur le test que j'ai fait hier ca se voit aussi au près en réglant le génois de manière a remettre le bateau un peu plus dans des lignes il accélère malgré un Génois qui n'a pas la puissance maxi.
Ce qu'il faut aussi analyser c'est le rapport trainée sur portance.
C'est pour cela que oracle a une aile qu'on peut modeler en courbure en fonction de l'allure et de la hauteur.
Mais si tu peux développer un peu plus ce serait super.
@+
Alain

22 avr. 2010
0

Quand tu dis :
"Par force 5, un 47O au largue va plus vite toute voile fasseyante que voiles bordées et équipage au trapèze"

a ce moment la il plane !!! il n'y a plus que l'arrière du puits de dérive jusqu'au safran qui traine dans l'eau, quand les équipiers font le poids et arrivent a maintenir la carène horizontale!
C'est encore plus vrai en planche a voile, c'est même l'aileron seul qui porte la carène est pratiquement décollée et rebondit sur l'eau. C'est aussi cause de ca que l'hydroptère a dépassé les 50 kts. Ils s'affranchissent d'une partie plus ou mois grande de la trainée hydrodynamique.

Je n'ai jamais vu l'équipage d'un 4.70 ou le véliplanchiste voile(s) faseyante(s) doubler la meute des ignorants au rappel et au trapèze qui bordent serré a cause du vent apparent qui augmente avec la vitesse.

Mais Je dois surement faire partie du paradigme applicationniste. Cela n'empêche pas que je suis fortement intéressé par un développement constructiviste.
@+
Alain

22 avr. 2010
0

ben oui,
je me suis défoncé les abdos à faire du rappel pendant des heures pour garder plat une coque tout en ayant les voiles pleines ... alors si maintenant on me dit que c'est inutile et qu'il suffisait de lâcher les écoutes pour ... gagner les régates que je n'ai pas gagnées ;-) ;-) ;-)

10 mai 2010
0

Tu donnes toi-même la réponse à ta question...!
En lisant l'ensemble des posts précédents, tu as dû te faire une bonne idée des différentes solutions que l'on peut utiliser pour optimiser le réglage de la voile d'avant.
Avec un point d'écoute situé juste devant le winch, il ne reste pas beaucoup de solution pour régler ton génois. Eventuellement, utiliser des poulies de spi fixées tout à l'arrière (rail de fargue), y faire passer l'écoute avant retour vers l'avant au winch (comme pour le spi). Barber hauler peut-être nécessaire ?

Ne connaissant pas le type de canot, il est bien difficile d'en dire plus.
Si ce n'est que de retrouver les spécifications de l'architecte avant d'acquérir un génois d'une surface adaptée me semblerait une évidente bonne solution.

PS: Sous réserve que ton génois ne soit pas un génaker ou un code zéro !

10 mai 2010
0

Si tu as des taquets sur l'arriere
Tu mets deux poulies arrimées dessus, comme si c'était un gennaker! mais par contre tu installes un barber hauler sur ton écoute de manière a ramener le point d'écoute un peu plus dans l'axe du bateau pour faire du cap.
@+
Bon vent
Alain

10 mai 2010
0

solution :
Tu fais retailler ton génois par un voilier.
Ça coute moins cher qu'un génois neuf.

10 mai 2010
0

probleme insoluble ?
Quand le point d'écoute du génois déployé se trouve 1 m derrière le rail d'écoute et environ au niveau du winch qu'est ce qu'on fait ? On revend le génois car il est pas adapté au bateau ou vous avez une solution sachant que c'est pas possible de mettre un deuxième rail d'écoute derrière le premier ?

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bandol en vue, août 2008 sur Colo

Souvenir d'été

  • 4.5 (55)

Bandol en vue, août 2008 sur Colo

novembre 2021