drisse mouflee ou palan d amure?

Pour mon genneker sur bout dehors,n' est il pas plus simple , moins onereux(?)et aussi efficace d ' utiliser un palan d amure que d' installer une drisse mouflee en tete de mat?
Vos experiences à ce sujet?
Il s agit d un first 30 donc gree en tete

L'équipage
05 juin 2007
05 juin 2007
0

contre plaque?
pour le coinceur, installer une contreplaque pour le palan d amure a priori, donc?

05 juin 2007
0

ok merci
La poulie du palan d amure doit etre fixee sur le bout dehors avec un ressort ou un autre dispositif pour ne pas avoir de vrillage en souquant depuis le cockpit?
Quand j avais ramene au cockpit le bout de la chaussette d asy, ca vrillait sans arret d ou ma question...

06 juin 2007
0

Tu navigues ou ?
Jette un oeil
association-first30.org[...]org.htm

il y a 3 rassemblements de First 30 bretagne nord sud et med (a marseille les 21 22 juillet)
t'inquietes pas on est tous des individualistes mais rencontrer d'un coup 10 proprios qui regardent les astuces des uns et des autres, c'est pas mal.

05 juin 2007
1

Tension
L'intérêt du mouflage, en divisant par 2 la tension de la drisse, est aussi de diminuer d'autant la compression sur le mât.

05 juin 2007
0

l'inconvénient
c'est que la drisse est 2 fois plus longue

d'où encombrement du cockpit (pas bien grand sur les bateaux heu agés)

c'est plus long à envoyer (spot fainéant)

sur un bateau de cette taille, je pense que l'on peu se passer des 2 et que la drisse de spi fera la maille sans problème

05 juin 2007
0

juste au winch?
pour le guindant d un genois leger de 35m2 environ ou un richter , ca suffit, sans drisse mouflee ou palan d amure sur un first 30 ,jusqu a force 2 a peu pres...?

06 juin 2007
0

pas d'ac
le bout de drisse sur lequel tu tires (ensuite que tu tournes au taquet) "tire" 2X moins, certes, mais sur la poulie de renvoi, donc sur le mât, la tension, donc la compression reste la même.

06 juin 2007
0

Si si
D'accord, la tension vers le guindant reste la même, mais la tension de la drisse le long du mât ou dans le mât est divisée par deux. C'est toujours ça de gagné.

C'est d'ailleurs ce principe qui a fait adopter le système du hook pour les drisses des dériveurs, et les classe J

06 juin 2007
0

Oui mais
D'accord pour la compression en pied de mât, mais pas entre le taquet et la sortie de drisse du haut!
(donc toujours une compression dans le mat lui-même) et cela se complique encore avec un éventuel renvoi au cockpit.

Sur une ralingue, la tension est toujours la même en haut et en bas.

On a maintenant des drisses qui n'ont plus d'élasticité, et on continue d'utiliser des hooks

06 juin 2007
0

je m'incline mais
je pensais à la pression du mat sur le pont qui elle, je suppose que vous êtes d'accord, ne dépend pas d'un mouflage ou non.

Pour le hook, c'est ce qu'on m'avait expliqué il y a 30 ans. C'était en 470 et "on" disait que le hook palliait le fait que la ralingue soit plus étarquée en haut puisqu'elle frottait dans sa gorge de mât.

Mais je ne garantis rien de la compétence de mon mono de l'époque...

07 juin 2007
0

bien souvent aussi
les renvois sont frappés sur l'embase du mât, donc la pression de l'embase sur le pont ne change pas.

Ah oui, ça ! Quand j'ai une idée en tête ! :acheval::heu:

06 juin 2007
0

ceci
s'adressait à récidive mais le post s'est mis trop bas...

06 juin 2007
0

oui mais
la compression du pied reste la même. Le pied ne "sait" pas que la drisse est moufflée ou non. Si tu mets un poteau sur un pèse-personne et que tu t'y hisses avec ou sans moufflage, il indiquera tjrs ton poids.
Imagines un moufflage avec un très très grand nombre de brins. La pression du pied du mat serait presque nulle ? Non. Amha.

Quant au hook, il a été inventé pour que la tension de la ralingue soit plus uniforme en haut et en bas. Qu'une fois le hook enclenché, on puisse étarquer par le vit de mulet en supprimant l'élasticité de la drisse descendante. Encore amha.

07 juin 2007
0

même en pied de mat ça change ..
parce qu'aujourd'hui bien souvent quand tu moufles c'est sur des bateaux a tendance sportives, avec retour des drisses au copickt ..

07 juin 2007
0

si si si ..
mat implanté :langue:

07 juin 2007
0

are
you sure ?

05 juin 2007
0

Pourquoi compliquer ?
Le gennaker est en principe une voile de petit temps. Je ne vois pas l'intérêt de ramener le palan d'amure ou la "drisse" de chaussette au cockpit, déjà bien encombré. Personnellement, j'amarre la drisse de chaussette sur un taquet du mât et mon palan est équipé d'un coinceur. Evidemment, si ton bout-dehors fait 2 m de long, c'est différent. Je précise que je navigue seul.

Pierre

06 juin 2007
0

Chaussette
C'est Petole qui a parlé de chaussette dans son post "Ok merci".
"Quand j'avais ramené au cockpit le bout de la chaussette d'asy, ça vrillait sans arrêt".

Pierre

06 juin 2007
0

gratuit et efficace
Affaler le spi asy dans la descente en passant sous la bôme.

L'opération se fait vent dans le dos, le spi est totalement déventé par la GV.

A partir de là, on a tout son temps.

On choque la drisse sur une cinquantaine de cm pour se donner du mou.
On ramène l'écoute en premier vers la descente.
On récupère le point d'amure (le "bras" d'amure doit revenir au cockpit)par la bordure depuis le point d'écoute en mettant la toile récupèrée dans la baille à spi qui est dans la descente.
Quand on a récupèré le point d'amure, il n'y a plus qu'à choquer la drisse de spi et enfourner le spi au dans la baille. Dans cette fin d'opération, le spi passe sous la bôme.

Les deux seules "préparatifs" nécessaires sont :
- une amure de spi qui revient au cockpit
- un cheminement non agressif derrière les haubans et sous la bôme.

06 juin 2007
0

le probleme vecu
C ' est effectivement le beau temps avec vent de demoiselle en plein ete , en Manche, asy bien gonflé et puis rafale force 7 ou 8 vent d est qui te tombe dessus.Et la, les batos se couchent si t es au mauvais endroit au mauvais moment.

Bien sur la meteo annonce risque de rafales mais juste avant, pas un souffle d' air, alors tu ne sors pas ta voile legere de la journee de peur de ne pas pouvoir reduire gentiement ou tu prends le rique de mettre tes barres de fleches dans l' eau?

J ai donc pense qu' un dispositif pour etouffer les voiles legeres serait sympa.Bien sur, l emmagasineur ou le stockeur a poste, ca le fait mais c est pas gratuit.Donc si je peux avoir le service equivalent pour un prix acessible, c est plus sympa.
Sur le Serpentaire, j avais monte une chaussette sur le bout dehors de 1m.Impossible sans aller a l avant , de l' abaisser!Ca vrillait etc...Alors un systeme qui coince quand t es dans l urgence, ca me gonfle personnellement!
Maintenant sur le First 30,j aimerais un dispositif ou on est pas force d' aller à l' avant par souci de securite et de rapidite.

Sinon, il n y a plus qu' a economiser pour un emmagasineur s' il n' y a pas de solution cheap and beautifull ou marcher au diesel parce que le vent est incertain, comme tout le monde mais bof.

06 juin 2007
0

precision
Avant j avais un asy donc la tension du guindant comptait peu mais si maintenant j envisage un genois leger, une sorte de code zero, la tension du guindant pour bien remonter devient essentielle d ou la necessite d un bon palan ou d un mouflage de drisse plutot onereux.

06 juin 2007
0

ok merci
A la limite je peux etouffer le gennek dans la descente aussi ?

08 juin 2007
0

toute façon
hisser une drisse avec des moufles ce ne doit pas ête facile :langue2:

08 juin 2007
0

Bout dehors
Bonjour,
A mon avis, il serait plus important de s’inquiéter sur les efforts que va supporter le bout dehors avec une drisse mouflée ou un palan d’amure.
Une simple drisse en Aramstar ne peut pas suffire ?

25 nov. 2013
0

Je ressors ce vieux fil après avoir chercher une réponse univoque que je n'ai pas trouvée.
Mon "problème" : J'envisage d'équiper mon cher bateau d'un Code 0 ou d'un CODE 1 de 60 m² environ. Le bateau fait 10,50 m - 7 T environ - Gréé en 9/10ème avec un mat de 15 m environ. Le but étant de compenser la faible surface l'autovireur dans les petits airs. Pour les allures plus arrivées, j'ai un asymétrique assez creux.
La sortie de drisse de spi étant juste à raz de l'étai, il faut que j'en installe une autre légèrement au-dessus.
Je n'utiliserait cette voile que dans les petits airs sans prendre trop de risques avec le vent car je navigue presque seul.
D'où les questions suivantes se posent :
- Faut-il que je mouffle la drisse (et/ou le palan d'amures) ?
- dans l'affirmative dois-je rester en dyneema 10 mm ou puis-je descendre à 8 mm (pour des questions de poids) ? Dois-je envisager un montage avec une drisse partiellement dégainée ?
- Quid de la traction (verticale et latérale) sur le bout dehors. Comment la quantifier sachant que je devrai installer une sous barbe ?
- tant qu'à faire quel diamètre de bout dehors (Selden 75 mm ou 87 mm) ? Les abaques Selden ne parle pas de sous-barbe ni de Code 0 pour ce type de contrainte.
.
Merci par avance à ceux qui m'aideront dans mon choix. Je profite en effet de cet hiver, alors que le mat est à terre, pour passer la drisse et installer les réas.

26 nov. 2013
0

L'un des internautes a fait remarquer qu'avec la drisse moufflée la compression sur le mât serait double, j'ajoute qu'en plus même réputée inextensible une drisse s'allonge et donc s'allonge deux fois plus quand on la mouffle, la compression sur les poulies n'est sans doute pas à négliger non plus.
L'ennui du palan d'amure est qu'il prend de la place où l'on n'en a pas à moins d'installer une solide poulie de rappel et de mettre le palan horizontal.
J'ai essayé les deux sur des catas de régate classe B, j'ai fini par adopter le palan d'amure après avoir cassé deux mâts. Mais en cata c'est normal

26 nov. 2013
0

Kaj quel est le lien entre dématage et palan d'étarquage de voile d'avant ?

27 nov. 2013
0

Quand on tire comme un sourd sur une de drisse le mât est très fortement sollicité, si on y met un palan le mât est encore plus sollicité et peut finir par casser. C'est une histoire de palan, la poulie de drisse de mât jouant alors le rôle de palan sur celui-ci

26 nov. 2013
0

Kaj,
Merci pour ta réponse mais je pense qu'elle est erronée.
Le mouflage n'entraîne pas de longueur de drisse supplémentaire (avec le surcroît d'extension que tu vises) EN UTILISATION. Un fois la voile en haut à 10 cm près, tu as la même longueur de drisse sous tension qu'avec un brin simple. Par contre, à ce moment, tu as 2X plus de longueur dormante dans le cockpit.
D'autre part, le mouflage ne saurait doubler la compression. Il la divise. La charge sur le réas d'en haut est divisée par deux tout comme la charge sur la poulie de pied de mat, celle de renvoi, le bloqueur au cockpit et le winch.
La tension entre les deux réas est divisée (théoriquement) par deux.
"L'autre moitié" de la charge est supportée par le point dormant sur le mat dont l'effort est transmis par le tube jusqu'à l'épontille (ou la quille).

27 nov. 2013
0

Oui, ça paraît logique mais j'ai quand même remarqué que le mât était beaucoup plus cintré comme ça. Une autre solution consistait à mettre un hook et de raidir par le bas de l'étai. On faisait ça en quillard de régate et l'étai restait bien droit. Mais on cassait quand même des mâts ! Je crois que l'usage du hook n'est plus à la mode.

26 nov. 2013
0

@brufan
Pour info je viens de faire faire un bout dehors en inox bcp plus abordable que chez Selden et à mon avis plus durable (pas encore testé prévu avec une sous barbe dans des conditions proches de celles que tu décris).
C'est un type qui fait ça selon tes plans tu le trouves sur LBC, mais il faut être très précis sur tes demandes.

27 nov. 2013
0

J'ai vu ça sur LBC (www.leboncoin.fr[...]818.htm ) tel quel, ça ne peut pas fonctionner : il n'y a qu'un point de fixation et en plus, il est pivotant. Ledit point de fixation est une horreur pour les pieds si on l'implante (comme il se doit) au milieu de la plage avant.

27 nov. 2013
0

Oui c'est ce fournisseur.
Tu peux lui demander ce que tu veux, l'idée est d'avoir un 2ème point de fixation à la roulette du davier (soit patte inox soudée soit sangle), mais de toutes façons avec un bout dehors il te faudra tjs une fixation sur la plage avant, sinon tu fais carrément souder un bout dehors sur le davier (je voulais le mien amovible)

27 nov. 2013
0

OK.
Sur mon bateau, il n'est pas possible d'utiliser le davier (excentré et un peu faiblard pour tenir la charge. je dois donc reprendre la fixation avant sur la ferrure d'étai. Pour ce qui est du point arrière, les systèmes Selden ou Soromap me semblent préférables car leurs attaches sont repliables et/ou peu encombrantes (pour les pieds). Il y a aussi les systèmes Niro Petersen (www.niro-petersen.de[...]ex.html ) mais ils ne peuvent (veulent) garantir la tenue avec une voile à guindant droit

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'enfer ou le paradis….

Après la pluie...

  • 4.5 (33)

L'enfer ou le paradis….

mars 2021