Discussion sur les différentes gammes de voiliers de croisière

Bonjour,

Un échange à propos de la comparaison Océanis34/Duf34 sur le fil du gars qui cherche un Duf34 perf m'inspire ce fil pour discuter de la nécessité ou pas de plusieurs gammes de voiliers.

Cette discussion n'a pas pour but de convaincre qui que ce soit, mais d'avoir les points de vues forcement divergeant, même si c'est pas vital, ca nous changera au moins un peu des questions sur les moteurs et les panneaux solaires et puis un forum, c'est aussi fait pour discuter ...

Dans la suite le terme "croisière" est pour les bateau de type Océanis et le terme course/croisière de type Duf 34 Perf ou équivalents. Je prends pour exemple ces modèles car c'est l'exemple du fil qui à inspiré celui la, mais il n'y a rien pour ou contre ces modèles la précisément, je n'ai eu ni l'un ni l'autre ( et mon bateau étant par définition le plus beau beau, le plus confortable, le plus tout ce que vous voulez, il n'y a pas débat la dessus 😉 😁 )

Alors voila la question du jour. Pourquoi ce besoin de proposer une gamme purement croisière? Question à prendre du point de vue de l'utilisateur, pas des chantiers qui ont besoin de faire du business.

Alors que, selon moi, tout ce que peut faire un voilier de croisière, un voilier de course croisière peut aussi le faire mais que la réciproque n'est pas vraie.

Certains nous dirons, "le confort", mais un course croisière à taille égale, est très confortable pour la croisière, voir même plus confortable car la tenue en mer, et les performances, font partie intégrale du confort...

Pour moi un voilier de croisière ce doit d'être marin et performant (la définition de performant peut aussi être discutée). IL peut y avoir des gammes spéciales pour des voiliers de grand voyage et de régate, car il y a des besoins bien spécifiques, mais pour la croisière, je ne vois pas bien le besoin de différencier et multiplier les gammes, océanis/First pour Bénéteau, GL/Perf pour Dufour, etc, etc,

Alors, votre avis?

L'équipage
16 nov. 2021
16 nov. 2021
1

tu visites un first 36.7 et un océanis 361 et tu vois la différence en terme de volume/confort pour des vieux bateaux
tu visites un dufour 34 et un dufour 335 et tu vois la différence en terme de volume/confort, pour bes bateaux de 10 ans

plus moderne, tu vois les plan du futur first 36 et de l'océanis 35.1 et tu vois la encore les différence en terme de volume et confort

Le plaisancier moyen est un terrien, habitué a sa hauteur sous bateau, son lit en 180 de large, sa douche de 10 minutes tous les matins, et surtout il a de l'argent, et c'est humain, il lui faut le montrer... claquer 180 / 280 / 380ke dans un bateau neuf et avoir un petit cockpit ou il ne pourra pas inviter de monde, c'est pas possible!
Bref les bateaux sont conçu comme des maisons, ou des mobil home ou des camping car ...
80% des bateaux ne prennent jamais de ris! alors si il faut tirer le premier avec 16nds apparent, imagine la panique ... en plus ca coute cher de mettre un grand mat sur une caravane... on sous toile c'est plus simple! et puis il y a le volvo vert dans la cale, il faut bien qu'il serve!

Les voileux, qui sortent quand il y a 25 nds de vent, bah il y en a de moins en moins ... pour eux il y a les courses croisières!

16 nov. 2021
2

Toujours aussi tranchés les avis de Cédric. Ils ne servent pas vraiment à répondre à la question. "80% des bateaux ne prennent jamais de ris" d'où sors tu ces chiffres?

16 nov. 2021
0

Heu...naviguant sur des bateaux lourds et sous toilés, je n'en prends quasiment jamais.
Il m'arrive de partir avec un ris, mais c'est souvent lors de navs prévues au portant, histoire de ne pas déventer le génois.

16 nov. 2021
0

En Med, on voit même des voiliers sans voiles = pas de permis !

16 nov. 2021
0

Je fais de la voile depuis peu de temps et en méditerranée.
Il faut reconnaitre ce qui est, des qu'il y a un peu de vent (>15 noeuds) il n'y a plus personne sur l'eau. *Par contre si il fait un beau week end avec bcp de soleil et qu'il n'y a pas un brin de vent, les voiliers sortent soudainement... Véridique ce week end j'y croyais pas. Et la ca sent le gasoil.....
La pluspart des voiliers sont utilisés comme des résidences secondaires. C'est triste.

16 nov. 2021
0

Sur mon premier bateau, le montage des bosses de ris montrait qu'ils n'avaient jamais été utilisés. Sur le nouveau, il n'y avait de bosse que pour le premier...

17 nov. 2021
1

En réponse aux 3 4 posts ci dessus, je trouve logique que près des côtes on voit bcp la risée gasoil, en revanche à 300M des côtes il est abandonné.
Valable que l'on soit ds le Var, ou les Antilles, ou la Polynésie

16 nov. 2021
3

Un course croisière performant doit bien remonter au près, d ou tirant d eau et voile de quille adapté, donc limitation dans certains bassins de navigation.

16 nov. 2021
2

Je prends mon cas. Je voulais remplacer mon bavaria 34 de 2000 mais était limité par la largeur autorisée pour mon poste d'amarrage( 3.48m pas un centimètre de plus).
Dufour 34: meilleures perfs mais aménagements très proches du Bavaria (cuisine très petite, rangements bof) et son exact opposé Oceanis 343 (intérieur très vaste et lumineux, cuisine xxl, des rangements partout).
Inconvénients importants pour la croisière du Dufour: barre d'écoute au milieu (elle permet des réglagles plus efficaces mais gêne la vie au mouillage), barre à roue qui gêne bien la circulation dans le cockpit, banquettes de cockpit ridiculement courtes pour le farniente. Inconvénients de l'Océanis. Hauteur sur l'eau et fardage, écoute de GV au piano qui oblige à bricoler (un peu) pour avoir la maîtrise de la GV depuis le poste de barre. Sur la qualité de construction, sur mon bateau de 15 ans et le dufour de mon voisin de ponton, c'est du pareil au même. Les 2 bateaux ont été bien entretenus, n'ont jamais tapé et sont en très bon état.
J'ai la chance d'avoir une belle gv lattée et un génois neuf. L'océanis ne se traîne pas même si je ne rattraperai jamais un dufour 34. Le rating de 21 n'est pas ridicule pour un bateau pur croisière mais pas comparable aux 23.5 à 24.5 des dufour. Mais pour avoir ramené l'oceanis cet été de Grèce vers Marseille (4 nuits en Marina ou en port en 6 semaines), je ne regrette absolument pas mon achat cohérent avec mon programme. Quant à la performance, je régate sur le bateau d'un copain et ça me suffit largement.

16 nov. 202116 nov. 2021
0

@« tout ce que peut faire un voilier de croisière, un voilier de course croisière peut aussi le faire mais que la réciproque n'est pas vraie. » a écrit Now.

C’est on ne peut plus vrai, mais…la plupart du temps avec un peu moins de confort…et le plaisancier du 21ème siècle, vieux la plupart du temps, qu’est-ce qu’il cherche avant tout? Ben le confort, pour lui c’est l’alpha et l’oméga, c’est pas un jugement de valeur, c’est juste un constat…mais bon y a quand même des exceptions et ceux là se tournent vers des bateaux plus ludiques.

16 nov. 2021
7

Ces "gammes", croisières ou régate, reflètent une identité. Et trouvent leur public. Tu as des personnes qui ne jurent que par des "régatiers", car ca leur "correspond". Mais l’environnement familial fait qu'ils le chargent comme un mulet, et le bateau perd ses performances ... Mais c'est leur identité.
A l'inverse, tu as des gens qui aiment la croisière, le confort au mouillage, inviter des amis (et pas forcément pour étaler le niveau de vie ...), accéder à des trous d'eau, mais qui vont soigner la charge du bateau, leur jeu de voile, les quelques reglages qui sont à leur disposition, et qui feront avancer leur bateau.
Je fais partie de cette deuxième catégorie, ce qui ne m'empêche pas d'aimer pousser un peu le bateau.

En plus, psychologiquement, c'est facile : si un first me double, c'est normal, si c'est moi qui le double, c'est un exploit :)

F

16 nov. 2021
1

Complètement d'accord. Surtout avec la dernière phrase. :)

16 nov. 2021
3

Je comprends bien vos explications mais ...

1/ si on cherche le confort d'une maison, rien ne vaut une maison. Un bateau reste un bateau et doit être fait pour aller sur l'eau, ce qui implique des contraintes.

2/ Mon bateau qui est ce qu'on appelle un course/croisière de 36 pieds (en réalité 36 est l'appellation commerciale, il ne fait "que" 35 pieds et quelques) comparable au Dufour 34 perf, est très confortable que ce soit au port, au mouillage ou en mer. Il y a des grandes couchettes de 1,60m de large, le carré est confortable la cuisine, même si petite, permet de cuisiner et la hauteur sous barrots est excellente (elle pourrait même être moindre sans gêner). Il y a même une douche, certes petite, mais fonctionnelle et surtout il est confortable en mer, il remonte le Mistral, il est très sur en mer (donc confortable) et à des limites bien supérieures aux miennes (ce qui est un gage de sécurité). Il ne lui manquais qu'une TAC (c'est presque corrigé) et on pourrais lui faire le reproche de son mat traversant qui occupe un peu le carré, mais bon c'est un voilier donc... Que peut m'apporter de plus un voilier de croisière qui ne permet pas de rentrer chez moi correctement à la voile quand le Mistral souffle, ce qui est le cas souvent (c'est d'ailleurs pour cela que j'ai changé de bateau, mon précédent était nul au près.)

Bien sur la notion de confort est très subjective, mais le fait de vouloir se déplacer sur l'eau à la force du vent (sinon, pourquoi un voilier?) impose des choix et vouloir transposer les choix de confort d'une maison sur un bateau est forcement une erreur quelque part.

Et puis la voile, c'est un loisir, c'est un sport et c'est parfois (souvent pour ceux qui sont propriétaire de leur bateau) une passion, donc pour assouvir tout cela il faut ce qu'il faut !

zut, j'avais dit que je ne voulais convaincre personne et voila que j'avance mes arguments d'une façon qui pourrait faire croire le contraire ... on discute hein, c'est tout 😉

16 nov. 2021
0

Mille plus à Now, un course croisière civilisé du style des Grand soleil Comet, Dehler, X si on a les sous permettent une croisiere quasi aussi confortable qu’un croiseur mais sous voile, raideur à la toile etc sécurité, remonter au vent d’une cote par vent fort il n’y a pas photo.
Le concept existe encore mais ceux d’aujourd’hui sont plutôt plus cher que les croiseurs me semble t il.

16 nov. 2021
0

Sur mon course croisière je m accommode facilement du cockpit et de la hsb limités.

La faible capacité des coffres est plus ennuyante en croisière..
Pas de padlle
Pas de vélo pliant
L annexe ou le spi

Il faut en être conscient avant d acheter.

16 nov. 2021
3

Pour moi c'est simple, les gammes "croisière" sont nommées ainsi parce que pour des raisons marketing les chantiers ne peuvent pas les appeler gamme "location".
Fañch

16 nov. 202116 nov. 2021
4

Ça devient compliqué de discuter. On pose une question. L'initiateur du fil a déjà la réponse mais "c'est pour voir". On essaie d'apporter une réponse nuancée. Et derrière toujours quelques réponses faites de poncifs limite insultants en particulier pour les plaisanciers qui préfèrent naviguer "pépère". Je vous rassure. La plupart d'entre nous ne sont de toute manière que de simples plaisanciers mais ne sommes pas des marins. Alors, un peu d'empathie et de modestie ne ferait que du bien à ce forum. Sans compter qu'il m'arrive de naviguer avec du vent sans casser le bateau.

16 nov. 2021
0

@Sarkis: tu as parfaitement raison.
Un course croisière si on veut faire des régates ou naviguer rapidement se défend, un croisière si on préfère le confort et si on n'est pas pressé, l'essentiel est le plaisir qu'on en retire. Le poncif du "on a de l'argent et on veut le montrer" est complètement stupide par rapport avec les bateaux sur lesquels nous naviguons en général. Nous ne sommes pas à St Trop sur des yachts à quelques millions d'euros.

16 nov. 202116 nov. 2021
0

Sarkis : On peut prendre beaucoup de plaisir à naviguer pépère, y compris sur un bateau de location ;)

Et pourquoi ce mot location serait péjoratif ?
Ce que je voulais dire c'est que des gammes de bateaux priorisent le confort à la performance tandis que d'autres priorisent la performance au confort.
ça ne fait pas obligatoirement des uns des sabots et des autres des trucs spartiates... heureusement.
Les principaux clients (et donc en partie donneurs d'ordre) sont actuellement les boites de loc et de charter, pourquoi le nier ?

16 nov. 202116 nov. 2021
1

C’est marrant, cette expression « course-croisière »… Pas un peu antinomique, non?
Course : on veut aller vite, le plus vite possible, on cherche la légèreté.
Croisière : on cherche à durer, on est lourd, on cherche la distance plutôt que la vitesse, même si ça ne gêne pas d’avancer un peu.
Just a thought.

Au fait, Now, je crois qu’il y a des « voiliers croisières » qui remontent très bien au près.

16 nov. 2021
0

Les comet grand soleil déhler etc sont plutôt des déplacements moyens qui surfent volontiers mais ne planent pas

Déplacement moyens ils sont top au près et par petit temps toutes allures comme le mien

16 nov. 202116 nov. 2021
0

Tu as raison, "Course-croisière" c'est une appellation bizarre, mais c'est une appellation qui existe et je crois que chacun voit de quoi on parle quand on dit ça non?

Je considère mon bateau et aussi le dufour 34 perf comme des bateaux de croisières. Et pour mon cas, je ne fais pas de régate, je suis juste tombé raide dingue de mon bateau quand je l'ai visité.
Et d'ailleurs, en régate, je ne serais pas très bon, je n'en tire pas le maximum car je ne suis pas très bon régleur (je me soigne mais c'est pas facile)

PS : je parle souvent du Dufour 34 perf, car je l'ai vu à l'œuvre, je le trouve comparable au miens mais il est plus connu, donc c'est peut être plus parlant comme exemple?

16 nov. 2021
0

Now : « et je crois que chacun voit de quoi on parle quand on dit ça non?« 

Et bien non justement, simplement à cause de la contradiction bien réelle entre lourd et léger.
Ou alors, on peut comprendre cela comme « compromis », c-a-d ni lourd - on ne veut surtout pas -, ni léger - par la force de choses -.
Mais bon, à notre époque, tout et son contraire est tout à fait acceptable, manque juste un peu de bon sens.

16 nov. 2021
0

bah ok, alors on doit dire comment?
Peut être que Course-croisière est une appellation désuète? c'est comme ça qu'on disait dans les années 80/90/2000.
Et je suis bien d'accord, il y a des voiliers de croisière qui remontent bien, voir très bien au près. Le miens par exemple est très bon dans cet exercice ... on l'appelait "Course-croisière" à sa sortie 😉 Blague à part, il y a bien deux gammes distinctes dans les grand chantiers.

16 nov. 2021
0

On les appelle comme on veut, mais on devrait les appeler ce qu’ils sont, des « compromis »! (Ok, en un seul mot).
Alors on va continuer à les appeler les « courses-croisières », bateaux ni lourds ni légers, dont la catégorie est directement issue du marketing. Il y a mieux pour faire sa culture, n’est-ce pas?

17 nov. 2021
0

C'est comme les bagnoles, 4x4, SUV, aircross...course égale compétition, seul la victoire etc...et si tu veux gagner, on sait quel bateau il faut

16 nov. 2021
0

J'aime bien aller vite sur l'eau, mais je n'aime pas trop les compromis.
Quand j'ai acheté mon ancien bateau de croisière pour naviguer en famille, j'ai privilégié le côté pratique: le petit tirant d'eau, une voile d'avant sur enrouleur, pas de barre d'écoute pour limiter les risques de pincement de doigts des enfants, un spi asymétrique comme seule voile de portant, etc... Et le budget que je n'ai pas mis dans la dernière carène à la mode ou des voiles de régates, et bien j'en ai mis une partie dans un petit cata. J'ai sûrement perdu un ou deux noeuds d'un côté, mais j'en ai gagné plus de vingt de l'autre.

16 nov. 2021
0

Pour le petit tirant d'eau, c'est ce que je voulais au début, mais c'est assez incompatible avec mon critère qui était d'être performant au près pour pouvoir rentrer chez moi contre le mistral. Je me suis donc résolu à prendre un grand TE (2m20) et je ne le regrette pas car le bateau est formidable au près et ça ne m'a jamais gêné par ailleurs jusqu'à présent.
C'est sur dans d'autres régions, à fortes marées par exemple, ça serait plus délicat.
L'idéal aurait été pour moi une quille relevable moderne comme sur les Pogos ou JPK38FC mais hors budget.

16 nov. 2021
0

J'ai tout le respect pour toutes les formes de navigations à la voile, et d'ailleurs mon précédent bateau était loin d'être un course croisière, c'était un très tranquille Biloup 9m...

On peut discuter sans être d'accord, je prends l'argument du confort, mais je voudrais comprendre en quoi un Océanis (par exemple) 34 ou 35 ou 36 est plus confortable que mon Comet ou que le Dufour 34 perf, encore par exemple et en prenant des bateaux de même époque bien sur, pas un vieux comparé à un neuf.

J'ai visité les deux catégories, je trouve que le volume intérieur est comparable, avec c'est vrai une cuisine et SdB plus grande sur les croisières, mais malgré les superstructures bien plus imposantes, je ne trouve pas la différence si flagrante ou du moins je trouve le volume des courses croisières suffisants et le surplus de volume n'apporte pas grand chose, que tu ai 1m90 ou 2m10 de hauteur sous barrot, ce que tu as en plus est "de trop" (sauf cas particuliers de personnes très grandes?)

Et puis on est pas obligé de naviguer tout dessus en toutes circonstances, il m'arrive souvent de naviguer pépère avec mon commet, par exemple en prenant un ri plus tôt que ne supporterais le bateau ou encore en ne remplaçant pas le Solent par le génois alors que le temps le permettrais. Ce qui est important pour moi, c'est le plaisir de naviguer et par exemple, un bateau qui marche bien avec peu de vent et qui te permet d'avancer sous voile (même pas très vite) quand la plus part sont au moteur autour est un réel plaisir. Ce qui ne m'empêche pas de mettre le moteur si mon équipage s'impatiente et que le vent est vraiment faible.
C'est pour ça que je disais que ce que fait un croiseur plus tranquille, un course croisière peut le faire, mais pas l'inverse.

aucune volonté d'insulter quiconque, juste confronter les points de vues. Mais vous avez raison, l'important est que chacun trouve son compte en étant sur l'eau.

16 nov. 2021
2

J'ai enfin une minute à moi pour répondre à ce sujet, que je trouve assez pertinent (merci Now), depuis ce matin que le fil est ouvert.

J'ai pour ma part toujours cherché un course-croisière (ou à tout le moins un bon marcheur), pour les raisons qu'a très bien expliquées Now plus haut, je n'y reviendrais pas. Le seul hic aujourd'hui, c'est que je me retrouve avec un rail d'écoute de grand voile juste devant la barre à roue, qui ne gêne absolument pas pour le passage (la barre, gigantesque, s'en charge très bien), mais qui va gêner terriblement pour le bimini (on s'est copieusement cramés dans deux jours de calme plat en faisant un Bonifaccio/Gruissan il y a deux ans, on ne veut pas recommencer en Grèce l'été prochain).

Mais ce n'était pas l'objet de mon post.
Ce qui me chiffonne assez avec les modèles contemporains, c'est qu'on n'a plus vraiment le choix : c'est ou bien croisière (voire location pour reprendre l'opinion de Dahut d'Ys, qui n'est pas loin de la vérité pour beaucoup de bateaux de plus de 40'), ou bien c'est carrément régate (et là, on oublie le confort pour de bon).

Le mien (forcément le plus beau, le plus fier, le plus plus) fait 37', j'y ai deux cabines avec de grandes couchettes, une grande douche (qui sert pas tant que ça : on se lave à l'eau de mer), une cuisine suffisante, une tàc, trois très grands coffres, un cockpit dans lequel on peut dormir presque allongé sans gêner le Raymond qui tient la barre (Raymond, c'est le nom que j'ai donné au pilototo). Faudra qu'on apprivoise un peu mieux les équipets pour ranger l'apéro (c'est à dire déplacer le chargeur de quai), soit.
Et en plus il va souvent à plus de 7 Kn.

Je serais bien en peine de trouver quelque chose d'équivalent construit aujourd'hui, ou alors à un tarif tout à fait au-delà de ce qui me paraît raisonnable...
Des "camping cars" oui, des gazelles, oui. Un bateau qui fait un peu les deux, non.

Et je trouve cela bien dommage.

17 nov. 2021
0

J'ai la même impression et cela me semble encore plus vrai dans les "petites" tailles. Dans les années 80, on trouvait des bateaux qui me semblaient très polyvalents, capables de (très) bonnes performances tout en étant vraiment confortables en croisière. On peut citer par exemple le first 29, l'arcadia, le feeling 850, liste non exhaustive ... Aujourd'hui on dirait qu'il faut faire, en prenant l'exemple de la gamme bénéteau, un choix entre deux "extrèmes": soit l'option peu habitable "seascape/first" soit l'option confort tranquille "oceanis".

16 nov. 202116 nov. 2021
0

Moi, je reste vivre sur mon voilier pendant plus d'un mois sans toucher le moindre port, et sans me priver aucunement ni d'eau ni d'alcool ni de nourriture. Mon maxi a été de 6 semaines, de criques en criques, génial.
Je dispose de tous les outils nécessaires, et d'un stock de pièces détachées important (exemples : groupe d'eau, relais et commandes de guindeau, injecteur et bougies, anodes impeller filtres et courroies en quantité, etc.) : poids et volume conséquents.
C'est logiquement un voilier de grande croisière. Cela se voit à son équipement (exemple : régulateur d'allure) et à sa capacité de charge : 700 litres d'eau, 450 litres de Gaz oil, 3 tonnes de charge.
On fait moins de 50 heures moteur en 5 mois.

Je ne crois pas que je pourrais en faire autant avec un "course croisière", dont l'objectif me semble être celui d'arriver au plus vite possible au port, intérêt que j'estime très restreint : j'aime bien être en mer, je suis heureux quand mon voilier file à 7 noeuds, tout comme quand il avance seulement à 3 noeuds (je m'en fous : j'ai le temps, et tout ce qu'il faut avec moi).

16 nov. 2021
0

Ça paraît pas mal ce que tu fais Marco. Profites bien!

16 nov. 2021
-1

Je ne prétends pas que ce soit "pas mal", ni que ce soit "ça la vraie voile", ni que mon voilier soit "un vrai voilier": juste que c'est celui qui me convient pour ma façon de voir la voile : un moyen de propulsion, écolo et silencieux, un brin technique mais si peu, rien de plus, et surtout pas un sujet de gloriole ou gonflage d'ego (pour ça, j'ai d'autres ressources qui n'ont rien à voir).

16 nov. 2021
0

« On fait moins de 50 heures moteur en 5 mois. »
Bravo, mais pour combien de milles ?

Je passe aussi 5 mois chaque année sur mon « course croisière » mais avec seulement 285l d’eau et 90 l. de gasoil.
Je vais au port au max 5 à 6 fois et je ne fais même pas le plein d’eau à chaque fois (j’aime bien traverser léger) et ça me suffit pour aller de crique en crique, les douches de pont et pour les traversées.
Quand au gasoil, si je pouvais diviser par deux le réservoir, je le ferais. En Méditerranée il y a des pompes partout.
Donc on peut avoir le même programme avec des bateaux très différents, sans doute pas avec le même confort mais chacun ses goûts.
Par contre j’ai fait nettement plus de moteur cette année, mais j’ai dépassé les 3000 NM.

16 nov. 202116 nov. 2021
-1

5 à 6 fois en 5 mois, pour moi, c'est trop.
En fait c'est l'idée de DEVOIR absolument faire le plein qui me gênerait. Je vais dans un port parce que j'en ai envie, pas parce que j'en ai besoin : c'est pour moi le gage de la liberté. A la limite je m'équiperais bien d'un déssalinsisateur, mais c'est franchement inutile dans mon cas.
Combien de miles ? c'est bien une question de coureur, ça : aller le plus vite possible et/ou le plus loin possible pour un temps donné. Moi, je me suis senti bien là où j'étais dans à peu près 90% du temps. Je peux rester 5 semaines dans un mouillage, la plupart du temps seul dans la crique. Ou 1 mois dans un port de pêche. Le nombre de miles n'a donc aucune importance à mes yeux : j'ai écris "je vis sur mon voilier", je n'ai pas écris "je navigue", même si pour moi le mouillage fait partie de la navigation, c'en est même le but ultime.

"un vrai bateau quoi " t'as raison : un bateau, c'est en eau douce; en mer, on ne parle que de navire.

16 nov. 2021
0

Ah oui je comprends mieux les 50 hres, c’est même beaucoup pour le programme.
Mais je n’ai jamais dis « les vrais bateaux » j’ai parlé de bateaux différents et de navigations (ou pas) différentes.

16 nov. 2021
1

Pour répondre à la remarque de Roc à propos de la barre d'écoute de GV en travers du cockpit, ça aussi , je ne comprends pas bien pourquoi ça gène tant certains? et pourquoi sous prétexte de confort, les chantier renvois cette manœuvre dans des positions parfois pas top pour la voile. Le mieux est peut être en arrière de la barre? mais pas toujours faisable.

La mienne est devant la descente et c'est très pratique, elle est en travers mais pas au milieux du cockpit et le réglage est aisé, sauf peut être en solo si on est derrière la barre ou la, il faut enclencher le pilote et aller faire son réglage, mais on s'y fait très bien, en solo, on ne règle pas la gv toutes les trois secondes.
Et au mouillage, on la mets d'un coté et elle ne gène pas du tout.

PS : @ Roc, si j'en crois ton profil, ton 37 pieds est un Grand Soleil, magnifique bateau! 👍

17 nov. 2021
0

Même si j'ai eu un habitable quelques années, j'ai surtout une culture de multicoques. Et autant la barre d'écoute est indispensable sur un tri ou un cata, autant elle me paraît plus anecdotique pour faire de la croisière en mono. Ou alors j'ai pas tout compris. Mais il me semble qu'avec l'écoute et le Hale bas, on fait déjà pas mal de choses, et que le gain de vitesse apporté par la barre d'écoute n'est pas vraiment sensible. Par contre, ça demande plus de vigilance avec des enfants à bord, et il faut s'assurer qu'il n'y a pas de petites mains sur le rail quand le chariot se déplace.

16 nov. 2021
1

Bonjour
Discussion intéressante. il y a autant de navigations que de programme, On peut pour compliquer la chose parler de croisière rapide.Je ne régate pas , mais j'aime assez sentir mon voilier vivant quand je barre avec de bonnes sensations. En passant sur un 40 pieds, j'avais un peu peur de m'éloigner de ça, celui que j'ai en ce moment me procure tout ça: vivant dans le petit temps, puissant dans la brise. il mouille un peu bien sur car peu de fardage, mais peut on tout avoir? la hauteur sous barreau diminue au niveau du carré, mais j'y suis toujours assis en fin de compte.
Le frigo ne fait pas 100 litres mais finalement, pour la bière et un peu de frais, c'est nickel, il consomme peu du coup. la douche est petite,mais j'y suis calé. Pas de contre moulage, une crash box, je ne me suis jamais aussi senti en sécurité, pourtant il ne fait que 8 tonnes.Je le charge peu. Les réglages sont fin, j'ai aussi la barre d'écoute devant la colonne, mais pas gênant pour moi, je ne souhaite pas un autoroute vers la jupe.Il m'oblige à être frugal sur toutes mes consos, et cela cadre bien avec l'idée que je me fais de la voile.
Peu t’être, un jour, pour le grand départ, je prendrais plus lourd, plus d'inertie pour pouvoir charger...surement, ce sera une autre histoire.

16 nov. 2021
0

Bonjour,le course croisière permet la pêche, se promener, faire vite aussi,etc, un vrai bateau quoi 😊

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Oh fil de l'Oh

Souvenir d'été

  • 4.5 (156)

Oh fil de l'Oh

novembre 2021