difficulté de vendre ou acheter

Bonjour,
ces jours ci je me suis promené sur les ports de ma région, c'est ainsi que j'ai pu me rendre compte de la difficulté d'acheter ou de vendre. En effet il vous faut avant tout l'autorisation de mouillage que cela soit au port ou au mouillage.Je vois donc des bateau sans sortir au despespoir des propriétaires qui ont des acheteurs potentiels mais ne peuvent conclure de façon positive. J'ai encore vu des personnes qui vendent le corps mort et emplacement mais là c'est illégal.Certainse personnes fulminent..!!
Au grand pavois j'ai eu entendu dire qu'il manquait 54 000 places..c'enorme..le marché est morose..!!

L'équipage
16 oct. 2008
16 oct. 2008
0

Eh oui tu découvres
une situation bien connue des vendeurs et des acheteurs. Il manque x dizaines de milliers de places, les places qui se créent sont en nombre très insuffisant.
Raisons plus ou moins valables : restrictions environnementales, détournement des budgets pour d'autres activités plus rentables, captation des places nouvellement créées par les professionnels, réticence des élus pour favoriser l'hébergement de nouveaux bateaux dont l'immense majorité ne sort pas ou très peu.
En pratique : pour vendre du neuf les concessionnaires offrent (enfin sous-louent) la place pendant un temps plus ou moins long ; et pour l'occasion, soit on a une place à soi, soit on achète une des rares places amodiées à prix d'or (le prix du bateau en gros), soit on se met sur la liste d'attente d'un ou plusieurs ports (3, 5 ans d'attente ou plus). Tout cela entraînant un double cercle vicieux qui ne fait que raréfier encore plus les places disponibles.

16 oct. 2008
0

IL faut se méfier des chiffres annoncés...
Les plaisanciers qui cherchent une place s'inscrivent dans plusieurs ports en liste d'attente, ce qui multiplie par 4 ou 5 le nombre de places recherchées.
Donc, si on annonce qu'il manque 20000 places par exemple,il en manque en fait environ 5000!
Très souvent, celui qui obtient une place oublie de prévenir les autres ports où il est inscrit, ce qui crée une certaine inertie dans le système.

16 oct. 2008
0

places
Sans provoquer l'ire des pêcheurs professionnels, il y a énormement de places dans les parties "pêche" de la plupart de nos ports qui permettraient de caser la plaisance. mais la on touche au tabou, pourtant la réduction des flottes de pêche est bien réelle. On pourrait même pousser l'investigation sur les darses et ports miltaires.

16 oct. 2008
0

On détruit les voitures
passées un certain âge (sauf rares modèles de collection). On devrait rendre cela obligatoire (aux frais du proprio) pour les bateaux de tant d'années (à déterminer par le législateur)qui ne sortent plus des ports. Ca peut paraitre exagéré, péremptoire, facho ou tout autre qualificatif mais la solution serait là! Je préfère cette idée à celle qui consisterait à continuer de détruire systématiquement le littoral pour des raisons peu défendables, vous en conviendrez.

17 oct. 2008
0

faux
pour les voitures

tant que la voiture a un contrôle technique OK, quel que soit son age, elle a le droit de rouler...

pour les bateaux, j'en connais des vieux qui en font baver plus d'un....

je connais notamment un Swan 65 de 30 ans comme neuf

17 oct. 2008
0

?????
En france, il n'y a aucune loi qui impose qu'une voiture soit détruite passé un certain age. La seule obligation, c'est d'être en état technique de rouler.

Sinon, le problème des places de port n'est pas pire que le problème des garages et parking à Paris. Le prix moyen d'un garage, c'est 2 fois le prix moyen d'une voiture neuve pas si petite.

Faudra un jour prévoir un budget port plus important que le budget du bateau. C'est aussi simple que ça.

18 oct. 2008
0

c'est vrai quoi ...
le proprio qui n'a pas de quoi se payer un bateau neuf tous les ans ou qui n'a pas assez de congés pour naviguer toute l'année ne devrait pas avoir le droit de garder son bateau dans un port sinon destruction
là on trouverait (ceux qui restent) de la place

euh ! mon bateau 28 ans il est pas trop vieux au moins je voudrais bien le garder encore qq années

17 oct. 2008
0

pire encore
..certaines listes d'attentes ont un temps de 70 ans...c'est de la folie...

17 oct. 2008
0

St MALO, un exemple à suivre
Il y a aussi des ports de plaisance ou il faut renouveler sa demande chaque semestre et ou la liste d'attente est publique sur internet.

A St Malo, par exemple.

Pourquoi, cet exemple ne serait il pas suivi.

A nous, A VOUS DE L'EXIGER.

17 oct. 2008
0

Je ne sais combien vous payez,
Je ne sais combien vous payez, mais nous, dans notre beau port des pays bas,à 1 h00 de bruxelles, nous payons 1200 euros par an pour notre voilier de 11.50 sur 4m

amities

o

17 oct. 2008
0

J'avoue que je vois
pas bien le rapport avec le fil là :reflechi:

Amitiés aussi ;-)

17 oct. 2008
0

rapport
heu je n'ai lu que le dernier post..........d'ou......bon aller ca servira à ne pas oublier combien jhe paye par nan.

Reamitiés

18 oct. 2008
0

c'est mon soucis principal ...
après en avoir bavé pour acquérir le bateau, je recherche désespérément un corps mort ds l'estuaire de la Rance.
c'est un vrai gros problème.
en même temps, je vois beaucoup de bateaux "abandonnés" qui font office de parc a moules dans des ports . Il y a tellement de mousses sur certains qu'on pourraient presque y cultiver un potager ...
La solution des places ds les ports de pêche en est une .
Je me demande si une règlementation ne serait pas nécessaire ?
est ce qu'un plaisancier qui navigue 3 semaines ds l'année en été a réellement la nécessité d'occuper un emplacement à l'année ?
je ne pense pas.
Et que dire des corps morts inutilisés pendant des années ?
...

18 oct. 2008
0

Si j'ai bien compris,
Vous ne voulez pas uniquement une place de port. Vous voulez en plus une place pas chère. Et comme vous n'en trouvez pas, vous voulez une loi qui vous attribue automatiquement cette place de port pas chère.
:-D

Faut relativiser un peu quand même.

19 oct. 2008
0

le prix des places
devrait être inversement proportionnel aux nombres de sorties.
Lançons d'ailleurs dès maintenant une pétitions!!!

20 oct. 2008
0

à l'aber wrach
Ils ne propose des places qu'à l'année pour une occu

20 oct. 2008
0

à l'Aber wrach
ils ne proposent que des places à l'année pour une occupation de 3 mois ce qui doit bien les arranger ceci dit entre nous.

20 oct. 2008
0

Un peu dérangé par ce propo
moulte plaisanciers ne peuvent pour raison professionnelles ou familliales naviguer plus de 3 semaines dans l'année devrait t'on pour autant les ejecter des ports? beaucoup d'entre nous sont dans ce cas il faut "souvent travailler pour se payer son loisir" il reste donc moins de temps pour naviguer
en mediterranée le problème est crucial pour l'économie locale de certaines stations, peut etre faudrai t'il aussi prendre en considération les impératifs économiques plutot que de réaliser au frais du contribuable un port de pèche inutilisé par les pro comme entre Frontignan et Sète le transformer en port de plaisance permettrai de loger 2500 bateaux.
on peux aussi demander au propriétaires d'entretenir leur bateau régulièrement et nous aurons ainsi une selection naturelle...
dernier point ne pensez vous pas que la pénurie de place permet l'augmentation des place sans que personne ne rechigne... à qui profite le crime les pros pour lers bateaux neufs ne manquent guère de places dans nos CHERS ports

A bientot sur l'eau

18 oct. 2008
0

Solitaire, chacun fait ce qu'il veut
de son bateau, naviguer avec n'est pas une obligation !
Imagines que tu aies une voiture dans un parking payant dont tu ne serves que pour les vacances. Trouverais-tu juste qu'on veuille t'expulser sous prétexte que des automobilistes plus méritants, qui utilisent leur voiture tous les jours, manquent de places ?
Si cela peut te rassurer, j'ai mon bateau à 300 m de ma maison et je l'utilise tous les WE, quelque fois même en semaine, mais je trouve normal que certains n'aient pas les mêmes envies que moi !

18 oct. 2008
0

Oui.........justement
En effet.....il y a quelques années (avant la refonte complète de l'aéroport de Nice) il y avait un parking payant en sous-sol en permanence occupé (plein toute l'année) par des voitures que les autorités avaient baptisées "ventouses". Ces voitures appartenaient à des touristes principalement étrangers (fortunés) qui laissaient en permanence leur voiture et ne les prenaient que quelques semaines par an pendant leurs vacances.
Est-ce normal ? Les personnes de la région qui désiraient prendre l'avion à Nice pour leur travail ou autre ne pouvaient plus stationner du tout.
Est-ce normal que l'espace public ne soit réservé qu'a quelques privilégiés?
Débat.............

18 oct. 2008
0

Hàà...Ebraball ma griller!!!
Je pense comme lui...Bon,là t'es colère because pas de place...
Va plutôt tirer la manche de ton député pour avoir des places,issues de pontons neufs,de coins pèchoux dédensifiés,de friches industrielles,que sais-je.
Parce que des friches,il commence à y en avoir... :-(

18 oct. 2008
0

je suis un peut
d accord pour une chose ces sur les bateau ventouse qui prive certaine place, mais les port ces tant que le bateaux ne pressente aucun danger pour lui et les autres et que le proprio paye il peuvent pas intervenir ce qui est un peut dommage a mon gout mais bon quand a l idée de détruire les bateau ventouse non pas d accord car ces pas parce que le bateau est une ventouse qu il est pourri .chacun a le droit d avoir son bateau qu il soit ou neuf il doit pas avoir de priorité pour un ou pour l autre.

18 oct. 2008
0

Pas d'accord
En cette période de remise en question de certains comportements et de certaines cultures de société, ce n'est pas parce qu'on paye qu'on a droit à..

Je préfère un comportement civique ou citoyen, appelez ça comme vous voulez, penser aux autres ne peut pas nuire.

RV

18 oct. 2008
0

Immobilisation
En cherchant un mouillage ou ponton dans les cotes d'armor, j'ai été assez surpris bien que prévenu des délais d'attente.

En me balladant j'ai aussi vu pas mal de bateaux qui ne sont surement pas utilisés et qui se trouvent à la limite de ce que l'on pourrait appeler une épave.

Si ces bateaux libéraient leur place pour finir dans un chantier naval ou au fond du jardin, il y aurait surement des délais un peu plus courts.

On a surement pas tous le loisir de naviguer tous les jours, mais j'imagine que pour la plupart d'entre nous les bateaux sortent au minimum quelques semaines / an, il serait aussi assez simple de considérer un bateau immobilisé durant un an comme épave et de l'envoyer dans un chantier naval.

J'en vois déja raler, mais une voiture en ville qui ne bouge pas finit tout simplement à la fourrière.

Rolland

18 oct. 2008
0

idem
pour les ports :-( ; les capitaineries ne peuvent pas virer les bateaux si la place est payée ...

18 oct. 2008
0

eh bien non
un projet reculé de 5 à 6 ans et une épave en attendant, un vieux monsieur qui vient voir son bateau de temps en temps et qui garde la place pour son fils ou son petit fils et bien d'autres, pour le constater il y a c'est vrai des gens qui paient leur place et ne bouge pas mais ils ont tous une bonne raison (attention je ne juge pas du bien fondé de leurs arguments, je constate).
sur mon babord, un bateau qui ne bouge pas, sur mon tribord un bateau qui ne bouge pas, et les deux ont des bonnes raisons!!!et le mien qui vu la météo de cette année n'a pas bougé assez a mon goût.

20 oct. 2008
0

Ce sont les places "dry dock"
qui manquent pour les bateaux qualifiées de ventouses. Ils s'abimeraient certainement moins sur bers, tout en laissant la place pour ceux qui sortent régulièrement. C'est une idée....

21 oct. 2008
0

pour repondre a Clarivoile
qui es tu et que sais tu de la vie de ces petits vieux pour porter un jugement aussi brut et definitif

que sais tu des souvenirs qui pour eux sont liés a cette "ventouse", qui te dit que ce ne sont pas de bons moments passés avec un proche disparu , ou que ce bateau a pour une raison ou une autre representé une des plus belle periodes de leur vie

je ne comprends absolument pas le ton meprisant de ta reaction

:non::non::non:

21 oct. 2008
0

clarivoile
selon toi, à quel âge devrait-on euthanasier les vieux qui volent le pain des djeuns?

21 oct. 2008
0

ATTENDS MON GARS
D'etre vieux....jamais je n'accepterai ton raisonement et encore moins que tu me pousses pour prendre ma place, P11 un "vieux" qui parfois sait encore se défendre :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-(

18 oct. 2008
0

oui
assez d'accord avec cela. il y a quelques mois, à ce propos, quelqu'un avait raconté l'histoire de deux petits vieux qui venaient voir leur bateau ventouse en se tenant la main, la larme à l'œil....je trouve cela malheureusement stupide!

Interdire à de nouvelles générations de vivre ce qu nous avons vécu simplement parce qu'aller regarder notre vieille ventouse nous émeut est stupide et démontre un égoïsme inacceptable.

C'est le même esprit que celui qu'on doit avoir dans l'écologie. Ce n'est pas parce qu'on est riche qu'on peut détruire cette propriété commune et limitée qu'est la terre

18 oct. 2008
0

non
"J'en vois déja raler, mais une voiture en ville qui ne bouge pas finit tout simplement à la fourrière."

Si tu loue une place de parking a Vinci, et que tu paie régulièrement ta place, tu peux laisser ta voiture 1 an sans bouger. Elle ne partira pas à la fourrière.

19 oct. 2008
0

heu
:tesur: bien que je t aimes bien!

ton voilier vat rester combien de temps , sans naviguer au brésil?
mais , ce n est peut étre pas le méme bléme?:reflechi:
si ta barque est hors de métropole!!:heu:

:alavotre:

18 oct. 2008
0

Le problème
"En me balladant j'ai aussi vu pas mal de bateaux qui ne sont surement pas utilisés et qui se trouvent à la limite de ce que l'on pourrait appeler une épave"

est que le prix des places n'est pas suffisement élevé. Il n'incite pas les gens à libérer les places s'ils n'en ont plus réellement besoin.

21 oct. 2008
0

Trop cher en prix de revient
Une place dry dock coute très cher en prix de revient, beaucoup plus qu'une place à flot.

Il faut déja un équipement de ce style : www.marinetravelift.com[...]008.pdf (seul capable d'aller assez vite) en service 365 jours / an. Il en faudra plus que des grues/portiques pour carénage. En moyenne, en carénage, c'est une fois par an par bateau, réparti sur l'année. En dry dock, ça risque d'être plus d'un par an, et il risque d'y avoir des demandes énormes au début et fin de vacances. Plus le personnel qualifié pour l'utilisation, 365 jours par an. A moins qu'on interdise délibérement toute mise à l'eau, et donc toute utilisation du bateau 6 mois par an. Ensuite quand on lit la doc, pression sur l'axe avant : 102900 livres : 46 tonnes sur l'axe avant. Plus qu'un poids lourd en charge. Mais le poids lourd, c'est réparti sur 5 essieux. Donc pour le chariot lève bateau il faut une surface de roulement en béton armé.

Pour que le dry dock devienne intéressant, il faut que les places à flot doublent ou triplent de prix. Au minimum.

21 oct. 2008
0

non
Rien de méprisant dans le ton! Pourquoi le serai-je?

Par contre je continue à penser que conserver quelque chose qui m'est inutile au nom d'un souvenir...pourquoi pas, mais si ce faisant, je sais que j'empêche ceux qui sont nés après moi d'avoir la chance de vivre la même chose que moi relève de l'égoïsme, et ne peut-être défendu à mes yeux.

Que ces personnes âgées cessent de vivre dans le passé et au contraire renaissent, une fois de plus, en faisant profiter au générations suivantes de leur privilège d'être simplement passé sur cette terre avant.

C'est ce qu'on essaie de faire comprendre aux gens lorsqu'on parle d'écologie: Ce n'est pas parce qu'on est avant les autres dans l'arbre généalogique, que la vie et l'univers nous appartiennent!

On vole déjà suffisamment, pour notre confort et nos plaisirs, les générations à venir et les peuples moins favorisés, continuer à le faire pour le simple le souvenir de notre petite vie médiocre est révoltant. La photographie doit suffire.

Si nous devions squatter tous les endroits du monde pour y conserver ce qui a vu passer nos amis, nos amours, nos familles, nos joies et nos peines.....

21 oct. 2008
0

Ponton
Je ne vois pas bien le rapport entre ce que j'ai écris et ta remarque stupide!

Dire que bloquer une place au nom du souvenir, en empêchant des plus jeunes de vivre les rêves que nous avons eu le droit de vivre, est égoïste, n'a rien à voir avec tes propos ridicules!

Et que fait-on dans nos maison, lorsque la place vient à manquer? On se sépare de ce qui a été nos anciens jouets, pour y mettre les nouveaux et ainsi la vie continue.
Ainsi, nos plaisirs passés s'effacent pour permettre à nos plaisirs d'aujourd'hui de prendre place pour continuer à nous épanouir.

Mais dans les ports, on s'en moque un peu parce que c'est la place du plaisir de l'autre, et non le notre.....Je ne serais pas très fier d'un tel comportement.
Et ce n'a rien à voir avec quelqu'age que ce soit, cela arrive tout au long de la vie.

18 oct. 2008
0

Mouais
il faut bien avouer quand même qu'on a bien défiguré les côtes pour que les "parisiens" (terme générique désignant les citadins n'habitant pas au bord de l'eau...) puissent "garer" leur bateau 11 mois par an, les "bonnes" années...
A l'époque où j'en était un, je m'étais renseigné sur les prix d'un "parking" au sec pendant ces 11 mois: c'était bien plus cher que la place de port ! J'avais donc renoncé.
Perso, je ne trouverais pas illogique de favoriser les gens "du coin", mieux placés pour profiter de ces places 12 mois sur 12. A condition de prévoir des ports à sec convenables pour les autres. Je dirais même plus: un bateau qui tire sur ses amarres toute l'année (tempêtes d'hiver incluses) s'esquinte plus que celui qui attend tranquillement sur un ber.

19 oct. 2008
0

C'est marrant ...
Il devrait y avoir une place de port reservée d'office pour MOI. Parce que je suis du coin, parce que je navigue, parce que ... et pour les AUTRES, on met leurs bateaux à la fourrière, on les détruit, on les met à sec, parce que ...

Drole de mentalité.

19 oct. 2008
0

pour les places il y a une solution

qui peut convenir au 3/4 de plaisanciers ayant un ponton.

Combien de temps par an ces bateaux naviguent-ils ? allé soyons genereux 3 semaines .Donc le plaisancier durant ces 3 semaines paie son ponton et sa place visiteur dans un autre port:deux places par jours.

La solution consiste à trouver une aire de stockage dans un chantier il y en a pas mal et de mettre son bateau aux pontons visiteurs de port en port lors des navigations.

Vacances fini : bateau à terre, terminé.

et faite vos compte c'est pas plus cher m^me souvent bien moins cher qu'un ponton toute l'année .

et je rajouterai plus de soucie en cas de coup de vent et plus de vol..et souvent bricolage possible avec toutes les facilités.

josé

19 oct. 2008
0

et
pas d'osmose non plus...

19 oct. 2008
0

allons allons

soyons sincere, un type qui est du coin qui connait tout les rochers ,qui connait du monde trouvera toujours une astuce pour mettre son bateau à l'eau."le parisien" non.

josé

19 oct. 2008
0

pour illutre r
ce que je dis : ici on voie des malouins qui cherchent des places , mon copain malouin à une place au ponton en Rance , en face il a son corps mort et un deuxieme corps mort à Solidor qu'il utilise lorsqu'il sort en mer....

josé

19 oct. 2008
0

non volonté politique = chance d'épanouissement
Le manque de place de port ce n'est qu'une volonté -ou une non volonté- politique !
Comme dit plus haut, les friches industrielles et étang élevage à moustique existent !

Quelques milliers de places seraient faciles à trouver, en respectant la nature. Mais comme la situation perdure, il faut se poser quelques question... Qui gagne à cette situation? Cela arrangerais peut être les communes (tien c les mêmes qui pouraient poussé à de nouvelles ouvertures de places). Elles spéculent sur l'augmentation du prix d'une denrée râre. Notre monde capitaliste leur en donne une solution bien commode : + rare donc + cher. On finira bien par décoler quelques vantouse en taxant ceux dont le pouvoir d'achat pouront suivre. Pour les autres, il leur restera le rêve!!!

Sur cette voie, les francais qui aiment la mer naviguent. Par centaines, loin des cotes francaises, ils s'ouvrent sur le monde, ne payent plus leur place de port en france, ne font plus travailler des artisant et restaurateur gaulois. Certain ont de trés grosses unités, d'autres de petites, tous se demandent pour combien de temps payeront-ils des pavillons francais ? jusqu'à la fin de leur leasing? Garderont ils plaisir à revenir dans une contrée où les radards poussent sur le bord des routes comme des champignons ? Où les taxes et factures de multiplient dans notre boite au lettre, à l'exeption de celle du port que l'on attend toujour ! ;-) :-p

20 oct. 2008
0

Yakafokon...
Comme c'est facile!!!
On verrait même les communes spéculer!!!

Tout aménagement est une affaire très complexe.
S'il s'agit de transformer une zone plus ou moins marécageuse en marina, on se heurte aux législations relatives à l'environnement, préservation des zones humides... et aux lobbies écolo! Voir à ce sujet les difficultés pour réaliser Port 2000, le port à porte conteneurs du Havre.

S'il s'agit de reconvertir des zones portuaires dévolues à un trafic devenu quasi inexistant ou à la pêche (ex. Chef de baie à La Rochelle), on se heurte aux ports de commerce, autonomes ou pas, qui ne veulent pas lâcher d'espace (ex. à Rouen, on vient seulement d'ouvrir une marina de 50 anneaux, qui doivent être portés à 150, on en parlait depuis plus de 20 ans!), ou bien au lobby des pêcheurs qui ne veulent pas lâcher une partie d'un port de pêche à moitié vide!

Les investissements sont très importants et il n'est pas sûr que des communes puissent se lancer là dedans, encore que les infrastructures portuaires soient, je crois, sous la coupe de départements.

Quant au prix dans les ports, mis à part ceux qui sont dont la gestion est privée (rares sur nos côtes atlantiques et manchardes), ils sont gérés par des communes, chambres de commerce ou structures semi publiques et n'ont pas vocation à faire du profit. Si on réfléchit un peu au coût des infrastructures et de leur entretien, aux frais de personnel, je ne trouve pas que les prix soient excessifs (là, je vais me faire incendier par les bien pensants!). C'est tout de même pratiquement 2 fois plus cher lorsque l'on passe sur les côtes anglaises où les marinas sont des entreprises privées.
Les prix sont comparables aux nôtres en Belgique ou en Hollande (sauf dans les eaux intérieures où ils sont généralement nettement moins chers).

Alors il faut cesser de dire que cette pénurie de places résulte d'une politique délibérée. c'est tout simplement que la croissance du marché de la plaisance (merci à l'élévation considérable du niveau de vie dans les 50 dernières années!) est plus rapide que celle des investissements portuaires, opérations de longue haleine!

20 oct. 2008
0

Et si
la solution était à sec ?
En tant que "Parisien" qui plus est pas encore propriétaire, vous imaginez bien que je sais de quoi je parles !?! :-p
Mais plus sérieusement, ne faudrait-il pas créer plus de places à sec, et en espace visiteur ?
C'est à priori la situation à laquelle je pense le plus.
un voilier transportable n'est pas forcement toujours compatible avec nos modes de vies et de vacances (sinon, la remorque est une bonne alternative),
A l'eau toute l'année sans sortir, je ne pense pas que ce soit terrible.
Alors qu'à sec, il ne s'abime pas, et un coup de fil au port avant d'arriver pour le mettre à l'eau avant qu'on arrive, et le tour est joué :-)
Reste peut-être le problème du prix du grutage, mais plus de grutage feraient peut-être baisser le prix justement, non ?

20 oct. 2008
0

Place à sec pour un voilier
Place à sec pour un voilier, il y a des limitations.

Déja, les bateaux à moteur, ça s'empile sur des rayonnages. Pas les voiliers. Donc il faut beaucoup plus de place, et donc plus de distance à parcourir chargé = plus de temps.

Il n'y a qu'a voir se qui se passe autour des cales en juillet/aout. Pour un port à sec, le problème ne sera pas le nombre de place, mais les limitations de l'emplacement de mise à l'eau, et les limitation du dispositif de manutention.

Un coup de fil pour le mettre à l'eau, c'est bien. Mais le problème, c'est que des coups de fils, il va y en avoir 200 s'il faut beau et que c'est un samedi.

20 oct. 2008
0

et au passage
Si vous connaissez une vantouse à donner :-p

20 oct. 2008
0

c'est cher
puis le prix aussi...ici c'est dans l'air du temps, a 50 % du prix de la place du port..mais c'est vrai que c'est aussi pas pratique ni commode.....

20 oct. 2008
0

une autre idée ...
faire un prix dégraissif en fonction du nombre de sorties...
C'est en tout cas l'idée développée dans le site de la voile pourave ici
voilepourave.over-blog.com[...]25.html

(au passage, l'article sur la sécu est à pisser de rire ...voilepourave.over-blog.com[...]47.html )

Voilà des idées entre autre ... pour rire / ou pas

21 oct. 2008
0

Pour compléter
sur la "mobilité" : il paraît que dans les années soixante (je ne m'en souviens pas, j'en étais encore au vaurien et à la caravelle sur plans d'eau intérieurs...) certains ports offraient la gratuité les deux premières nuits d'escale, ce serait peut-être une idée à relancer, non ? . Par ailleurs, lorsqu'on est vraiment très mobile, en croisière, qu'on arrive tard le soir et qu'on repart tôt le lendemain matin il est fréquent qu'on ne paie pas l'escale, on arrive même à avoir le code des douches auprès d'un autre plaisancier...
Le prix des escales en France reste raisonnable : entre 10 et 20 Euros par nuitée en saison, si on compare avec un terrain de camping sur le littoral, ce n'est pas si cher ! Au Royaume Uni les ports de plaisance privés sont beaucoup plus chers.

21 oct. 2008
0

Passeport
Ca existe aussi dans les Côtes d'Armor :
une dizaine de nuités gratuites dans quasiment tous les ports du département.

Mais... les gros malins !...ce système n'est pas valable pour juillet/aout !
M'en fout, j'suis en retraite ;-)

Un autre arrangement, à Binic je crois, qui a passé un accord avec les anglo-Normands qui conduit à ne payer que demi-tarif les nuités à Jersey (sauf WE) sympa...pour ,les binicais !Il faudrait que ça fasse école, ce truc-là !!

21 oct. 2008
0

celà existe dans le Morbihan

On appelle celà le passeport.

la Sagemor qui gere 4 ou 5 ports dans le Morbihan a institué ce systeme pour leurs clients.Lorsque tu te rends dans un autre port tu as droit à 3 ou 4 nuités gratuite à condition d'avoir signalé ton depart permettant ainsi à un visiteur de prendre ta place sans surprise.

Il y a un projet d'etendre celà à tous les ports du Morbihan.

josé

21 oct. 2008
0

idem pour moi pb de place de port
acheter un bato ok mais le mettre où?

21 oct. 2008
0

C'est pour ça
qu'un voilier genre Brin de Folie ou Folie Douce peut se négocier entre 10 à 15 000 €, soit quasiment la moitié du prix d'un bateau neuf de 5.50 mètres, alors qu'ils font dans les 9 mètres.

21 oct. 2008
0

C'est pour ça
qu'un Brin de folie ou un Folie Douce peut se négocier d'occasion entre 10 et 15 000 €, soit quasiment la moitié du prix d'un 5m50 neuf, alors que ces bateaux font dans les 9 mètres.

NB j'ai posté un autre message, mais il ne s'est pas affiché.

21 oct. 2008
0

En ce qui me concerne
J'ai trouvé une place à la Roche Bernard en 8 mois, en acceptant de passer 6 mois/coffre, 6 mois au ponton. Ce qui ma permis de mettre le bateau quelque part (ouf!) et de me mettre sur la liste d'attente pour le full ponton. (3 à 5 ans)
Si ça avait foiré, je me serais sans doute rabattu dans l'estuaire de la Loire, St Nazaire, voire plus haut.
Il y avait aussi la possibilité de coffrer dans l'Odet (mais nettement plus loin).

Pour la Sagemor, c'est en effet un méga-super-système, et pour compléter ce que dit José plus haut, il s'agit de nuitées consécutives (dans mon cas), ce qui fait qu'on peut passer 2 nuits à X, partir 2 nuits pour Y, et revenir à X pour encore deux nuitées, et ce, inclus dans le contrat. En gros, à condition de ne pas dépasser 2 nuits consécutives, on ne paye pas de port --en plus de sa prpore place-- durant toute la croisière.

J'ai tellement aimé ce système qu'il fautque je vous raconte un petit souvenir de juillet dernier en arrivant au Crouesty (1ère étape):
--"Votre port d'attache?
-- La RBernard
-- ah, vous devez avoir le Passeport Morbihan dans ce cas?
-- Euh oui, mais comme on est partis tôt ce matin, on a pas eu le temps de le faire viser... (glups ndla, en fait, on n'y croyait tellement pas qu'on n'avait pas voulu attendre 8 heures, ouuuuh la honte!!)
-- Ne bougez pas (petit coup de fil à la capitainerie de LRB)
-- Bon, ils sont ok pour que je le tamponne à leur place, votre croisière est déclarée, les deux nuits sont comprises dans le contrat, vous n'avez rien à payer ! " (32€x2)
=&gtbéatitude... couinement de joie intérieure...

Voici pour info la liste des ports concernés:
LRbernard, Arzal, Ile aux Moines, Arradon, Port-Blanc, Port Haliguen, La Trinité, Locmicquélic, (et plus dans le passeport complet)

Sans oublier 3 semaines au sec, ber, terre-plein et manut gratos dans mon cas, 382 euros économisés.

Alors, c'est vrai, la Roche bernard, y a une écluse, faut se taper la Vilaine pendant 1h30 (quand y a pas de vent, sinon, c'est plus, à cause de mon £^ù! de RC12D), et je ne peux pas sortir/rentrer tout le temps.
mais ils sont super sympas (dans l'ensemble, j'ai trouvé les ports de la sagemor plus accueillants que leurs voisins du secteur, et cela ne me coute "que" 1100 euros /an et des brouettes, alors que Pornichet était aux alentours de 4000 !!

Amic

Yaum_contentdesonportetquiledit

21 oct. 2008
0

favoriser les batos qui sortent le plus souvent
Je propose de donner la priorité aux bateaux :
- de clubs
- d'associations
- d'écoles de voiles
- en copropriété
c'est à dire ceux qui naviguent le plus.

21 oct. 2008
0

Une grosse partie de la solution est au sec
Ahhh. Voilà un sujet qui mérite un bon débat d'idée.

Mon avis:

On sent bien que résoudre le problème via des places de port à flot est impossible à relativement courte échéance:
* La plupart des bateaux qui s'y trouvent n'en bouge pas.
* Etendre un bassin est très complexe, voire impossible dans la plupart des cas, sauf à jouer du bulldozer et de la bétonneuse à grands coups de millions.

Il me parait logique que les places à flot soient utilisés par ceux qui naviguent. Un bateau à flot qui ne navigue pas, c'est idiot. Pour moi le seuil critique, serait autour d'une sortie par trimestre. En dessous, ça justifie une mise au sec en attendant d'augmenter la fréquence de sortie du bateau. Rien qu'avec ce chiffre, on libèrerai un paquet de place.

Mettre en place une aire de stockage de voilier au sec est simple, dès lors que le voilier en question ne bouge pas durant une période assez longue. Ca tombe bien, c'est justement ceux-là qu'on cherche à caser!!
Un champs, une arrière-cour, une friche, un quai de pêche ou commercial désafecté etc.. suffit amplement. Il ne s'agit pas de tout bétonner pour faire un parking urbain avec tout le confort (eau + élec etc..). Juste une zone de stockage simple. Et transporter un voilier sur de telles zones est réalisé tous les jours dans plein d'endroits. Et qu'on ne vienne pas me dire que ça coute cher. Un bateau immobile durant des années sur un ber, ça coute que dalle à la collectivité.

Maintenant, il faut rajouter à ça un problème saisonnier. Grosso modo tout le monde navigue entre le 14 Juillet et le 15 Aout. Sorti de ces périodes, il n'y a pas de problème de place de port en France. Si le nombre de bateaux immobiles durant un été, et que l'on pourrait donc mettre au sec, dépasse celui des naviguants entre le 14 Juillet et le 15 Aout, on a gagné la partie.

Le reste du temps, la plupart des bateaux sont hivernés et donc pourraient être au sec de toute façon!

Là ou on serait mal, c'est tout le monde se mettait à naviguer toute l'année. On en est loin, mais vraiment très loin....

21 oct. 2008
0

Espérance de vie
Vous savez quel est le vrai problème? C'est l'espérance de vie des bateaux construits il y a 20 ou 30 ans.
Prenez un Sun-Fizz bien entretenu de 1980, il sera encore là dans 20 ans ou plus.
Comparé à l'automobile dont très peu roulent encore après 20 ans, nos bateaux des années 80 sont toujours bien vivants, exemple Sun Fizz, Wauquiez, Feeling, etc...

A quand les BatoBic?

Je ne prends aucunement partie ici, je constate simplement un fait.

RV

21 oct. 2008
0

Non, la petite partie.
Qui va accepter d'aller dans un port à sec ?

Si on demande à priori si les gens ont l'intention de naviguer, la réponse sera invariablement oui. Sinon, ils n'auraient pas acheté de bateau.

Si c'est à posteriori, les gens auront déja utilisé une place à flot. Et en plus, ils auront tous une bonne raison pour ne pas avoir navigué. Vous allez mettre au sec le bateau de quelqu'un qui n'a pas pu naviguer le mois précédent parce qu'il a eut un décès dans sa famille. Sans compter ceux qui se débrouilleront pour envoyer quelqu'un sortir le bateau 1/2 heure, histoire de comptabiliser une sortie. (Je suis prêt à parier, que comme la surveillance des amarres ou l'entretien, ça peut créer un marché de service).

Le stockage à sec de gros bateaux coute hors de prix. C'est bien pour cela que pratiquement toutes les barques et dériveur sont stockés à sec depuis longtemps, mais tous les gros bateaux sont à flot. Si c'était moins cher de mettre les gros bateaux à sec, on l'aurait fait aussi. Quand il y aura 400 000€ de réparations sur un problème de grutage, l'assurance va aller vérifier tout. La certification de la grue. (Norme ISO engins de levage), le controle technique Veritas, les qualification et formation du grutier. Et tout ça, ça a un prix.

La grosse partie du problème, c'est comment faire accepter aux gens d'aller dans un port à sec alors qu'il y a beaucoup de contraintes.

Diminuer le prix de la place de port à sec. C'est pas possible.
Donc simple : la place de port à flot beaucoup beaucoup plus chère que la place de port à sec.

Accessoirement, simplement augmenter le prix des place de port à flot réduira par lui même la longueur de la file d'attente.

On peut même envisager une taxe sur les places de port à flot pour subventionner les ports à sec, puisque personne ne veut y aller ... :mdr: :mdr: :mdr:

Je rigole, mais pas tant que ça ...

21 oct. 2008
0

tout à fait
le système mis en place dans les ports à sec est déjà bien rodé et est vraiment pratique pour tous ceux qui habitent loin de leur bateau.

Il s'agit là encore de mentalité, et de comportement

21 oct. 2008
0

Je crois que tu te fourres partiellement l'index dans l'orbite, Invite :
Qui va accepter d'aller dans un port a sec ?
celui, parmi ceux qui n'habitent pas à proximité immédiate de leur bateau, qui va consacrer deux minutes de son temps à réfléchir et à comprendre les avantages de ce mode de stationnement.

Jusqu'à 12m environ pour un voilier, un port à sec ne grute pas. la manutention se fait grâce à des supports adaptés, soit sur un monte charge soit sur une remorque tractée.
Pas ou peu de risque, rapidité de manutention.

Contrairement à ce que tu crois pouvoir affirmer, il n'y a aucune contrainte particulière à être dans un port à sec si ce n'est celle de devoir prévoir quelques heures à l'avance ta mise à l'eau.

Ce peut être contraignant pour un autochtone capricieux, c'est sans importance quand tu dois faire trois heures de train pour rejoindre la mer (c'est mon cas et celui de bon nombre de plaisancier).

Par contre c'est bourré d'avantage par rapport à un stationnement à quai : risque de vol moindre (c'est plus "voyant" de grimper dans un bateau sur ber que de sauter dans un bateau à quai), maintenance facilité puisque le bateau est au sec, durabilité trés largement augmentée des anti fouling, pas d'osmose, aucun risque d'accident de port, pas de risque de voie d'eau etc...

Actuellement, la place de port en, eau est plus chère que le port à sec (chez moi et pour mon bateau, en tous cas).

Je pense que, si tous les gakisicôné arrêtaient de raconter n'importe quoi et si les groupes financiers qui monopolisent à leur profit la gestion, juteuse des ports (suivez mon regard...) cessaient d'ignorer (au mieux) ou de dénigrer (au pire la formule, le port à sec connaîtrait un essor important.

Pour couper court à la question, j'utilise mon bateau tous les quinze jours de début mars à fin octobre (peut être que je poursuivrais cet hiver) et quasi tout le temps en juillet/aout, ce qui me fait totaliser une douzaine de mises à l'eau annuelles.

Depuis quatre ans durant lesquels j'ai d'abord testé puis ensuite choisi cette formule, je n'ai jamais eu le moindre souci.

En effet, si on retirait des ports les bateaux qui ne sont pas en état de naviguer immédiatement de manière autonome comme le prévoit en général leurs règlements pour les ranger à terre et si les bateaux n'utilisaient les services portuaires que de manière rationnelle, les problèmes de place seraient totalement réglés.

P'tèt' que ce serait aussi moins rentable pour les gestionnaires de port qui, du coup, auraient du mouvement et donc du travail, et des places vides et donc du manque à gagner.

Pour conclure, je comprends qu'on préfère laisser pousser une pelouse sur sa coque pourrissante pour le simple plaisir des promeneurs, mais je préfère personnellement sortir mon vieux bébé de l'eau, sans que ça me pose aucun problème, ni moral, ni matériel, ni technique ni, ni, ni...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Peinards dans les Hébrides

Souvenir d'été

  • 4.5 (92)

Peinards dans les Hébrides

novembre 2021