Des « nouvelles ancres » et de leur tenue dans la vase

Cet été, je mouille près de Saint Florent en Corse mouillage pas protégé du secteur Nord . Le lendemain annonce de vent fort d’Ouest sur la Balagne et tournant Nord dans le golfe. Durée de la punition renforcée par le thermique quelques heures à 30/35 n avec rafales. Dans 6 m j’avais mouille 30 m de chaîne sur fonds de vase ancre Rocna vulcan de 20kg avec un amortisseur de mouillage de plusieurs mètres. Voilier 12m 9tonnes. Pas de problème j’ai pas bougé d’un poil. Par contre le surlendemain on relève le mouillage et arrivé à pic le guindeau manque de disjoncter. Je relâche de la chaîne et fait avant en tournant à 180degre de l’axe de traction et après 20mn de tractions répétées au risque d’arracher le davier l’ancre a fini par sortir de la vase. J’avais déjà contacté un plongeur pour la récupérer que j’ai annulé au dernier moment. C’est la troisième fois que ça m’arrive un autre fois dans du sable dur l’ancre avait percé la
croute et s’était enfoncée
profondément. Je me dit que le
jour où il faudra remonter
l’ancre en catastrophe je serai
obligé de larguer la totalité du
mouillage à l’eau. Parfois le mieux et l’ennemi du bien. Je me demande si c’est déjà arrivé à certains d’entre vous avec ces ancres modernes type Spade. Ça serait intéressant de confronter ces expériences. Avant j’avais une CQR qui ripait doucement et m’empêchait de dormir sereinement.

L'équipage
28 juil. 2020
28 juil. 2020
0

salut
bien sur que dans de tels fonds une Rocna est difficile à décoller et le guindeau et le davier en souffrent, la solution serait de la décoller en laissant une dizaine de mètre de chaine au fond et de la tirer dans l'autre sens pour la faire tourner ou plus simplement de la décoller avec un orin.

31 juil. 2020
0

C’est bien ce que j’ai fait mais il m’a fallu m’y reprendre une vingtaine de fois pour la sortir. Ça avait sérieusement tiré lors du mini coup de vent à 35 n puisque l’avant avait fait le sous marin au plus fort des rafales .

31 juil. 202031 juil. 2020
4

Je ne sait plus si c'est Alain Poiraud ou Peter Smith qui disait :

"Si l'ancre est profondément enfoncée, venir à pic, tournez la chaine au taquet... et allez boire un café; pendant ce temps elle va très progressivement basculer verge en haut et sortira avec les mouvements du bateau"

Pour l'instant j'applique avec bonheur les préceptes du Maître... (Des fois il faut du temps vraiment, mais ça fonctionne).

31 juil. 202031 juil. 2020
1

+1 café noir
chaîne à pic, crochet passé dans un chaumard pour ne pas plier le davier, et attendre...
je ne crois pas du tout que un orin puisse faciliter quoi que ce soit (on parle de remonter une ancre non coincée), essayer de soulever une rocna enfouie par le petit trou arrière d'oringage qui n'a aucun bras de levier je veux bien voir... en tout cas il faut bien plus que les bouts de ficelle qu'on voit'utiliser comme orin

29 juil. 2020
0

Retour d'expérience très intéressant. Du coup, pourquoi ne pas oringuer ?

Perso, je n'aime pas trop. La dernière fois que j'en ai utilisé un, à Campomoro, il y a plus de 10 ans, j'ai ramené un truc tout entortillé sur la chaîne (ancre Delta) alors que je n'avais jamais rencontré de problème auparavant. Depuis, je me passe d'orin. Comme la CQR, la Delta creuse lentement son sillon (très beau sillon dans le sable de St Cyprien par une nuit bien ventée).

Sur l'oringuage de la Rocna, ce guide d'utilisation mal traduit de l'anglais :
www.proship.fr[...]se.html

Utiliser une ligne de récupération maintenue à flot

Bien qu’en conditions normales les ancres Rocna soient facile­ment récupérées en utilisant la ligne de mouillage, il n’est pas rare que les ancres se trouvent bloquées par des objets sous-marins tels que roche, corail, câbles ou même épaves submergées. Une fois entravées par un tel objet, il peut être difficile, voire impossible, de récupérer l’ancre en tirant simplement sur la ligne de mouillage. L’application d’une grande force afin d’essayer de déloger l’ancre dans de telles circonstances risque d’endom­mager l’ancre, votre navire ou des équipements connexes.
Une solution à cette situation est d’utiliser une ligne de récupération maintenue à flot. Ceci implique d’attacher une petite balise ou tout autre dispositif de flottaison au point d’attache dédié (voir la section « Familiarisation ») à l’aide d’une corde légère plus longue que la profondeur de l’eau à la marée haute. La balise flotte ainsi directement au-dessus de l’ancre.
Si les tentatives de récupération normale de l’ancre échouent, la balise peut être relevée de façon à soulever l’ancre « vers l’arrière » à l’aide de la ligne de récupération.

Les documents originaux : rocna.com[...]-guide/

29 juil. 2020
4

J'ai moi aussi constaté que la Rocna pouvait s'enfoncer très profondément. Il y a deux semaines, après avoir passé huit jours au même endroit toute l'ancre arceau compris avait disparu dans le sable sans laisser de trace. J'avais mis une amarre arrière sur un bloc de béton au fond et donc le mouillage tirait toujours dans le même sens face à la houle. Je me suis tout de même dégagé sans difficulté en m'aidant du moteur.
Après cinq semaines au mouillage à Praia au Cap Vert dans de la vase collante, ça avait été un peu plus difficile !
Enfin, je trouve ça plutôt rassurant, c'est mieux que l'inverse non ? En tout cas cela rend une chaîne lourde inutile, pour moi qui ait de la chaîne de 8 grade 70 pour une Rocna de 20 kg.

29 juil. 2020
0

merci pour ce retour.
Pour info, quels poids/longueur du bateau pour Rocna 20kg?

29 juil. 2020
0

11,5 m et 8 tonnes.
Une 16 kg suffirait selon les préconisations de Rocna.

29 juil. 2020
0

@matelot
merci, tu as bien sais le sens de ma question. pour un 38' la 16 suffirait, mais j'avais aussi bien envie de mettre la 20 avec aussi de la chaîne de 8 grade 70. Le gain sur le poids de la chaîne par rapport à une standard est beaucoup plus important que 4kg.

29 juil. 2020
0

Les fabricants ont intérêt à faire croire à l'efficacité de leur ancre et pour cela ont tendance à la sous-dimensionner. Tu imagines si Rocna affichait 20 kg nécessaires tandis que SPADE mentionnait 12 kg pour le même bateau ?
Ces indications sont parfaitement valables pour qui n'utilise l'ancre que pour la sieste ou pour une nuit calme sur mouillage sain quelques semaines par an.

Dans ma pratique, j'ai fait +2 par rapport au fabricant. Aujourd'hui, je ferais plutôt +3.
Un copain, qui a sensiblement le même bateau, a préféré prendre +4. Vu sa pratique (il est 100% au mouillage, toute l'année, et le Meltem souffle...), il a entièrement raison. 10 kg de plus c'est quelques mètres de chaine, mais pour une SPADE c'est une tenue autrement plus performante.

29 juil. 2020
0

merci, cela me conforte dans mon analyse.
ce qui me limite, c'est l'encombrement avec le bout dehors.
Il faut donc y penser au départ

29 juil. 2020
3

Patxaran je ne pense pas que Rocna surestime son tableau de préconisation à des fins commerciales, j'ai une 20 pour un 42'/12t après avoir hésité de prendre la 25, je ne regrette pas ça tient vraiment bien, la surface me parait aussi importante que le poids et pour 4 à 5 kgs de plus la différence de surface est minime, donc si ils préconisent 16 pour 38' ça parait tout bon.
j'ai mouillé très longtemps avec des CQR, britany, etc... si tu n'as jamais testé la Rocna (ou autres nouvelles ancres) vas y les yeux fermés, d'expérience je te garanti que ces ancres sont autrement plus efficaces.

29 juil. 2020
0

merci. c'est sur que le paramètre important pour la tenue est la surface, et comme c'est proportionnel on a l'habitude de parler en poids, mais c'est un raccourci. jamais testé des Rocna, mais elles ont un bon retour en général et l'arceau me parait une bonne idée pour crocher à nouveau si cela lâche. j'en ai vu qui ont soudé un arceau sur une CQR pour la transformer en CQRP. (celle qui ne ripe plus)

29 juil. 202029 juil. 2020
0

Pas d'accord avec faby9 : Rocna précise pour quelles conditions les préconisations sont établies, et elles ne sont pas optimistes.

31 juil. 2020
0

Très bonne solution la chaîne de 8 avec une bonne ancre

29 juil. 2020
0

Merci pour ce retour,
je prends note du besoin d'une solution d'orin sérieuse et bien étudiée dans ce cas.

29 juil. 2020
0

Idem avec ma Rocna 25 kg au Bois de la Chaise.
On risquait pas de chasser ! Quel bazard pour la faire déraper, au moteur on y est parvenu, mais on a remonté un gros tas de vase ...
Plutôt rassurant, je préfère ça que l'inverse.

29 juil. 2020
4

Bonjour
Quand ça arrive et avec ma Delta, c'est très fréquent, pour la décoller je redescends à peu près 3 mètres de chaine pour ne pas être à pic et je mets en marche avant lente pour dépasser l'ancre. Elle vient toujours en se renversant. Je dirais même qu'à chaque remontée, lorsque j'arrive presque à l' à pic, je stoppe le guindeau et je laisse le bateau la dépasser sur son erre . On sent bien le moment où elle s'envole par arrachement. Puis je finis la remontée. Ainsi je ne force jamais sur le guindeau. C'est le bateau qui l'arrache, pas les pignons du guindeau.

Vincent

29 juil. 2020
0

Oui, c'est à peu près ce que je faisait avec ma Delta, ça venait doucement...
Avec la Rocna, c'est une autre paire de manche !

29 juil. 202029 juil. 2020
0

La puissance du guindeau doit jouer un peu : le mien est un Lofrans 1700 W, force d'arrachage de 1.6 tonne, alimenté par une batterie dédiée de 200 Ah.

29 juil. 2020
0

Idem, Lofran Tigre, un moment donné on n'a pas envie de tout casser...

29 juil. 2020
0

Si tu as le guindeau avec la chaîne en prise, c’est bien les pignons qui forcent... mais pas le moteur ;-)

29 juil. 2020
0

Je fais comme Ozone : à 1,5 fois la hauteur d'eau environ, petite avancée gentille au moteur, on laisse dériver, on retire, et la SPADE finit par se décrocher.
Equipé d'un stop ancre, le guindeau est toujours préservé.

29 juil. 2020
0

Je crains que tourner de 180 degrés ne soit pas la bonne méthode, elle reste crochée, faut avancer lentement, à six mètres j aurai été ravi de descendre mettre un bout !

29 juil. 2020
0

Perso, je me range à l'avis de Quizás. Orin. Bien monté avec cordage lesté au bout coulissant sous la bouée, peu de chances d'emmêler et c'est efficace et éprouvé.

29 juil. 2020
-10

c'est pour cela qu'il faut mettre beaucoup de chaîne pour éviter de "mobiliser" l'ancre ... il faut raisonner à l'inverse, c'est la chaîne qui tient le bateau et l'ancre n'est là que pour sécuriser dans le cas où la chaîne glisse (au minimum 40 m de chaîne voire 50 m sur un 12 m et surtout JAMAIS de câblot ...); mais chacun mouille comme il veut ... si tu perds une ancre et un guindeau à chaque mouillage ... pas glop ...

29 juil. 202029 juil. 2020
4

Alors celle-là, c'est la meilleure !🧜‍♂️🧚‍♂️
(Finalement, il vaut mieux mettre un gros caillou, c'est plus économique !)

29 juil. 2020
-3

j'ai pris 55 nds au mouillage et j'ai dormi comme un bébé ... c'est bien de persifler, c'est mieux d'être ouvert aux expériences des autres ...

29 juil. 202029 juil. 2020
5

Tant mieux pour toi, libre d'avoir la foi !👍
Mais heureusement pour toi ton ancre a dû bosser un peu plus que tu ne le crois.
(dormi comme un bébé ? => dormi 1 heure, pleuré 3 heures)

29 juil. 2020
-4

@ Café noir : le persiflage et les bons mots n'apportent rien à la discussion si ce n'est flatter ton égo ... tu as très souvent mauvais esprit et tu le prouves encore ici;
une fois, j'ai perdu une ancre car le mouillage était mixte sur un voilier de prêt; un peu de chaîne et du câblot; les conditions ont été vraiment tranquilles ... 15 nds (peut être plus par rafales ? mais sans plus) et protégé par la côte ... la chaîne n'a pas fait son boulot et l'ancre s'est enfoui ... même la SNSM qui est venu nous aider n'a pas pu l'arracher de la vase ... cette mauvaise expérience là m'a suffit ... chacun mouille comme il veut ...

29 juil. 202029 juil. 2020
2

"Mauvais esprit"... et encore, tu ne me connais pas en vrai, là, je me modère, je m'auto-censure.
[PS. Pour Lego®, je suis plutôt dans loto-dérision (FDJ)]

29 juil. 2020
6

"55 nds au mouillage", avec 50m de chaine, un bateau de 12m.
Ce qui est bien, c'est que ca se calcule, il ne manque que la profondeur, je vais supposer 10m.

On va se contenter de considérer le système statique.
(alors, "oui, mais en fait ca bouge, c'est dynamique", j'arrête tout de suite : en dynamique, ca se calcule aussi, vous ne voulez pas voir les chiffres, vous balanceriez votre chaine illico... On va donc rester dans le cas qui reste favorable au "tout chaîne", à savoir le modèle statique)

55nds sur un bateau de 12m, c'est 561kg de tension sur la chaîne.
Sur 50m de chaine sur 10m de fond, la chaine quitte totalement le sol à partir de 350kg de tension. (elle est tendue)
Mais à 55nds, l'angle (qui est encore de 0 à 350kg de tension) atteint les 4,3°
(donc, la chaîne est totalement soulevée, et l'angle de tir sur l'ancre commence à être vers le haut, et non plus horizontal : à ce niveau là, le système est strictement équivalent à une ligne de dyneema de 130m : grosso-modo la même élasticité, et le même angle de tir sur l'ancre)

Il est vrai que la chaîne peut tenir toute seule le bateau, c'est parfois vrai. Quand le vent est faible.
Mais avec de gros coups de vent, tant mieux si la chaîne rassure, mais elle ne touche plus le sol.
(et si vous vous intéressez au modèle dynamique au cas où il y aurait des vagues ou des rafales, alors vous risquez de tomber des nues, et vous précipiter sur un système d'amortissement quel qu'il soit... Un simple câblot sur le pont pourrait faire l'affaire)

Maintenant, je veux bien croire que vous ayez dormi "comme un bébé", 600kg de traction sur une bonne ancre, ca passe, même avec 4° d'angle de tir vers le haut (ce qui n'est objectivement pas dramatique)
Donc, il serait bon de rendre à césar ce qui appartient à césar, et de remercier cette bonne ancre comme elle le mérite !!
(en commençant par éviter d'aller raconter sur les forums qu'elle ne sert à rien)

29 juil. 2020
0

Intéressant
Sur un 13 m, 50 nds de vent et on dépasse même les 1500 kg si j'en crois le début de cet article :
www.amphs.org[...]les.php

29 juil. 2020
2

Le début de cet article se contente de reprendre les données d'Alain Fraysse, ce qui prouve qu'il est sérieux, mais autant reprendre les données à la source.
Je suis parti des mêmes sources, sauf que je suis resté sur des forces statiques.
En statique, les efforts sont bien moindres.
En dynamique, les efforts sont potentiellement énormes s'ils ne sont pas bien amortis (statique x2, x5, x10 ... pas vraiment de limite sinon celle de l'élasticité des matériaux)
Une chose est sûre : oui, il est possible de casser le davier, tordre l'ancre, exploser l'émerillon, voir casser un maillon, (etc) dans un système dynamique avec un amortissement tout pourri.

29 juil. 202029 juil. 2020
2

où j'ai dit qu'elle ne sert à rien ? faut peut être aller sur les forums en lisant ce qui est écrit ... pas en fantasmant ... le sujet est : comment éviter que l'ancre ne s'enfouisse au point que l'on ne puisse plus la relever ...

29 juil. 202029 juil. 2020
7

Effectivement, je n'ai pas bien repris la bonne formule, veuillez me pardonner.
"c'est la chaîne qui tient le bateau et l'ancre n'est là que pour sécuriser dans le cas où la chaîne glisse"
Ce à quoi je propose que l'ancre qui a permit de passer une nuit tranquille malgré 55nds de vent mérite un gros câlin et plein de remerciements, parce que cette nuit là, ce n'est pas la chaîne qui a tenu le bateau.
(edit : comment je fais pour expliquer que c'est l'ancre qui a tenu 100% de la tension, mais qu'évidemment, c'est bien la chaîne qui lie l'ancre au bateau, sans me prendre une remarque corrective de bas étage ? J'aime bien écrire des phrases précises, mais là, je ne trouve pas :( )

"Angle de tire" : ah, j'apprends un truc, merci !

Je note aussi que le principal reproche que vous faites aux mouillages mixtes n'est pas de tenir moins bien qu'un mouillage chaîne, mais de trop solliciter l'ancre au point que l'on n'arrive plus à la sortir.
C'est un argument intéressant, qui mérite d'être étudié : est-ce qu'un mouillage mixte sollicite plus ou moins l'ancre qu'un mouillage tout chaîne.
Cela mérite plus ample réflexion pour une réponse sûre, mais on peut pronostiquer que :
- le mouillage mixte sollicite davantage l'ancre par temps calme (ce qui est cohérent avec vos observations) Effectivement, par petit temps, un gros tas de chaîne suffit à tenir le bateau.
- le mouillage mixte sollicite autant sinon moins l'ancre par temps difficile, de part l'effet d'un amortissement plus important qui va soulager l'ancre.

Maintenant, j'aimerais quand même faire remarquer que si je m'embête à aller chercher des sources, rentrer des données précises qui ne sont pas les miens, faire des simulations, essayer de les expliquer, c'est aussi pour apprendre des trucs aux gens.
Pas juste pour qu'ils me fassent remarquer que j'ai fait une petite faute ici ou là. (ca me fait plaisir qu'on me fasse la remarque, c'est toujours instructif, mais ca m'attriste qu'il n'y ait QUE ca)

29 juil. 202029 juil. 2020
0

tu n'es pas le seul à t'y intéresser et Artimon de STW a fait un tableur reprenant toutes les contraintes y compris dynamiques; si tu veux être félicité pour ta contribution, permets moi, d'abord, de féliciter Artimon pour la qualité de son travail pour l'esprit positif dans lequel il présente son travail et l'esprit coopératif et collaboratif dont il fait preuve pour expliquer sa théorie en vue d'applications pratiques et, pour ces derniers points, ce n'est pas ton cas ...
tu fais plus que ne pas reprendre ma formule, tu la détournes pour totalement dénaturer mon propos ...

29 juil. 2020
0

"...il faut raisonner à l'inverse, c'est la chaîne qui tient le bateau et l'ancre n'est là que pour sécuriser dans le cas où la chaîne glisse (au minimum 40 m de chaîne voire 50 m sur un 12 m et surtout JAMAIS de câblot ..." sic!
J'ai déjà lu des âneries sur la pratique du mouillage, mais là c'est le summum ! 😂
L'efficacité par conditions très difficiles, (vent fort, houle, fort clapot) du mouillage mixte est largement vérifiée et démontrée, autrement que par la formule impayable, ".... je dors comme un bébé !..." re sic!
Voir Alain Poiraud, Alain Fraysse, et même Artimon que tu cites et qu'il faut savoir lire, interpréter et comprendre les démonstrations ! 🙄

31 juil. 2020
0

povre moana29s : ça ne change pas, tu es toujours dans l'invective ... par manque d'arguments ? ... qui parle de conditions très difficiles ? ... une fois de plus, tu réponds à côté ... l'auteur du post déplore avoir enfouie son ancre et dans des conditions "ordinaires" ... enfouie au point d'envisager d'avoir recours à un plongeur ...

31 juil. 2020
-2

.... et toi dans la condescendance "pauvre hareng" 😀, plus facile à pratiquer faute d'arguments avisés et vérifiables 🙄
Mais tu es coutumier du fait 😂

29 juil. 2020
1

le câblot a surtout un énorme défaut que tu connais forcément donc je ne m'étends pas sur le sujet; et ce défaut le rend totalement rédhibitoire à mes yeux

29 juil. 2020
2

20 ans de câblot jamais chassé, chassé une seule fois avec du tout chaîne, never again

31 juil. 2020
0

Stp ne pas comparer ce qui se passe avec un 30 pied et un 50 pieds...

J’ai passé une nuit avec 45 nds sur un 50 pieds, et le truc que je peux te dire, c’est que je n’aurais pas fermé l’œil si j’avais été sur du câblot.

La chaîne de 12 est plus rassurante.

Oui sur mon sangria j’avais du câblot... mais honnêtement à côté d’un bateau de 18 tonnes, c’est un jouet... sans perler de l’enjeu financier... x100, le prix d’une petit maison le 50 pieds hein!
Mon sangria c’était le prix d’une 206 d’occasion!

31 juil. 2020
-1

les qualités élastiques amortisseurs du câblot peuvent être utilement remplacées par celles d'amarres judicieusement disposées pour mobiliser, en plus, du frottement, sur la coque et à plat pont, pour diminuer les efforts sur chaque taquet (les 4 habituels voire 6 quand on en a 2 à l'embelle); on obtient un système de mouillage beaucoup plus efficace, facile à mettre en oeuvre et à larguer que le câblot qui est, par nature, extrêmement limitant quant à la possibilité d'améliorer la tenue du mouillage (si 20m de câblot sont mouillés, 20m de plus n'apportera rien; si 20m de chaîne sont mouillés, 20m de plus apportera un meilleur indéniable)

31 juil. 2020
1

Je préfère les affirmations de Fraysse ou Artimon qui, elles, sont étayées par des calculs théoriques que chacun peut vérifier.
J'ai 50 mètres de chaine, que je peux prolonger par 50 mètres de cablot.
Je pratique le système de Artimon, bout de 10 mètres qui reprend la chaine par un noeud et que je ramène à l'embelle. Comme Artimon, je suis persuadé qu'un taquet suffit (ils sont faits pour ça.) Mon bout de 10 mètres s'allonge de plus d'un mètre dans les surventes. 20 mètres supplémentaires permettraientt d'amortir bien plus que 20 mètres de chaîne tendue à mort. Pas besoin de chaine pour tenir l'ancre, elle est totalement enfoncée. Et, perso, je préfère....

31 juil. 2020
1

@ faby9 : j'ai déjà vu des taquets s'arracher et pas dans la tempête du siècle

31 juil. 2020
0

Des taquets arrachés au mouillage ??? Peut-être.
Cela dépend sans doute des bateaux... ceux qui doivent utiliser le rail de fargue en guise de taquet, sans doute ?

31 juil. 2020
0

Des taquets arrachés au mouillage ??? Peut-être. en tout chaine, alors...
Cela dépend sans doute des bateaux... ceux qui doivent utiliser le rail de fargue en guise de taquet, sans doute ?

31 juil. 2020
0

on ne peut vraiment se fier qu'à une vraie bite d'amarrage quand il y en a une; et les voiliers d'aujourd'hui ne brillent par la haute résistance de leurs taquets ... entre autres ...

31 juil. 2020
0

J'adore ce genre d'affirmations péremptoires sans aucune discussion possible.
J'espère que tu es allé raconter ça à Artimon : il n'utilise qu'un taquet, le malheureux...

31 juil. 2020
0

ma constatation n'a rien de péremptoire lol c'est juste une constation, de visu, que les matériaux et la réalisation des voiliers "d'aujourd'hui" n'apportent qu'un faible résistance ... de mémoire, Artimon navigue sur un Ovni (?) de très grande taille, et d'ailleurs Ovni ou pas, il utilise un voilier de grand voyage conçu et réalisé pour et donc avec des qualités de résistance adéquates ... quant à affirmer qu'Artimon n'utilise qu'un taquet, je ne suis pas aussi affirmatif que toi, surtout qu'il a, aussi, modélisé les frottements à plat pont et sur la coque dont je parle

31 juil. 202031 juil. 2020
0

Je ne sais pas, contrairement à toi je n'ai pas vu de nombreux taquets arrachés au mouillage. Généraliser à partir de constatations exige une connaissance des statistiques assez poussée, même si accessible : lois de Bernoulli, binomiale, approche par la loi normale, puis calculs des intervalle et seuil de confiance, etc.

Mais tes "constatations" sont fausses au moins en ce qui concerne Artimon, qui n'a pas d'Ovni. Et oui, il utilise un seul taquet, ainsi qu'il l'explique et le décrit à qui discute avec lui. Par contre, il fait en sorte que les frottements soient le plus réduits possibles : il utilise même des poulies pour les éviter car il ne compte que sur l'élasticité de son câblot.
Mon voilier n'est pas si vieux que ça, et ses taquets sont bien proportionnés et d'une résistance permettant de tenir le bateau.

31 juil. 202031 juil. 2020
0

Et tu as raison car, maintenant, j'ai effectivement souvenir d'une discussion avec lui, vieille de 5 ans au moins, au cours de laquelle je lui ai indiqué qu'il était dommage de ne pas mobiliser le 2ème taquet avant en réalisant une patte d'oie permettant d'amoindrir les mouvements du voilier par le bras de levier qu'elle procure et il en avait convenu

31 juil. 202031 juil. 2020
31 juil. 202031 juil. 2020
0

Artimon a plutôt un Garcia (style Passoa54 de mémoire), pas tout à fait la même chose qu'un Ovni, même "gros"...

PS :la vrai bonne réponse est là :

31 juil. 2020
0

Donc avec des taquets dignent de ce nom

31 juil. 2020
0

Laurent , quand on a un mouillage mixte évidemment le cordage suit la chaîne j ai 30 mètres de chaîne et 30 mètres de bout, si je veux dans un cas exceptionnel je peux rajouter du bout

Par ailleurs l élasticité du câblot est incomparablement supérieure à tes amortisseurs caoutchouc,

Avant j avais 3 mètres de chaîne et une danforth jamais chassé, toujours sur du sable, pareil pour le première proprio qui a écumé les grands lacs américains avec ce mouillage, c vrai qu on a du sable et de grands espaces pour mouiller

Je desteste mon nouveau mouillage comme je n ai pas confiance dans le tout chaîne je mets toujours mes 30 mètres plus du câblot

Et en plus fini les mouillages à la voile, triste

31 juil. 2020
0

@ JeanLW : je n'ai pas parlé d'amortisseurs caoutchoucs et, de plus, je n'en ai pas et je n'en ai même jamais utilisé

29 juil. 2020
1

" le sujet est : comment éviter que l'ancre ne s'enfouisse au point que l'on ne puisse plus la relever"

Non, ce n'est pas le sujet.
qui donc a écrit n'avoir pas su relever son ancre parce qu'elle s'était trop enfouie ? ? ?

(et on relève son ancre en catastrophe essentiellement quand elle a ripé et nous amène aux rochers... rarement quand elle est totalement statique)

31 juil. 2020
-2

qui l'a donc écrit ? l'auteur de ce post qui avait prévenu un plongeur pour désenfouir son ancre ...

31 juil. 2020
-1

mais l'a annulé...
Erreur de débutant ?

31 juil. 2020
0

Erreur de débutant? j’ai du
pratiqué plus d’un millier de mouillages en Méditerranée et en Atlantique des Antilles à la Bretagne sur des bateaux très différents de 20 à 50 pieds. Je pensais savoir reconnaître une ancre engagée d’une ancre simplement enfouie et je les ai toujours sorties sans trop de difficultés. D’ou ce post pour savoir si ce genre de mésaventures est déjà arrivé à certains en particulier avec ce type d’ancre. Ce qui m’a surpris c’est les tractions répétées très fortes en avant lente à l’inverse du sens du mouillage au risque de fausser mon davier qu’il a fallu faire pour progressivement remonter l’ancre. J’ai vu qu’elle venait en me mettant à pic je rentrais un peu plus de chaîne à chaque fois. J’ai pensé qu’elle avait attrapé un machin bien lourd au fond. D’ou le contact pris avec le plongeur qui disposait d’un parachute gonflable pour tenter de l’arracher du fonds. Si j’avais oringué j’aurais peut-être plus facilement la remonter. A noter que j’ai déjà vu un plaisancier perdre son mouillage sur fonds de vase après avoir accroché sans doute une épave . Enfin c’est très bien que ces ancres s’enfouissent profondément mais s’il faut partir vite ça risque d’être un gros souci.

31 juil. 2020
0

Mes excuses, Domde, être débutant n'est pas une insulte. C'était en tout cas une première, non ? Peut-être après tout y avait il une accroche dans ce cas ?
Parce que certes, elles sont très difficiles à relever quand il s'agit de vase bien collante, mais on y parvient quand même -avec il est vrai parfois quelque sueur froide.

La solution de Hareng (de la chaine, rien que de la chaine) pourrait être complétée par une bouée accrochée à la pointe de l'ancre, qui empêcherait celle-ci de s'enfoncer ? Alain Poiraud n'a pas assez étudié la question...:-)

0

@ faby9 : je fais de la voile sans jambes et toi sans cerveau ... finalement, nous sommes, peut être, à égalité ...

4j4j
0

ça, c'est de l'argumentation !!!
Ton infirmité, que tu mets en avant, ne justifie pas tout.

0

@ faby9 : infirmité ? et, en plus, tu es un grossier personnage ... tu manies l'ironie, argumentaire des sots, et tu t'étonnes de prendre une porte dans la tronche ?

0

Bof.
En fait, tu es complètement vexé parce qu'on ne prend pas au sérieux ton analyse du rôle d'une ancre (qui se prend un -8) ; Pour rappel, je cite l'info du siècle version le Hareng : " c'est la chaîne qui tient le bateau et l'ancre n'est là que pour sécuriser dans le cas où la chaîne glisse " !!! )

et c'est bien toi qui mets en avant ton "affection (accidentelle ou congénitale) entraînant l'affaiblissement ou la suppression totale de la fonction d'un organe ou d'un membre." (définition exacte du mot "infirmité" que j'ai utilisé, et qui n'a strictement rien de grossier) pour tenter de justifier ton utilisation d'insultes envers les autres.

Enfin si tu considères ma proposition de mettre une bouée à la pointe de l'ancre pour éviter qu'elle ne s'enfonce trop comme un "argumentaire de sot" (sic), je crains que personne ne puisse rien pour toi : la greffe de neurones n'est pas pour demain.

0

@ faby9 : tout est dans ta dernière intervention : ton mauvais esprit et ta mauvaise foi ... tu dénatures mon propos pour le rendre ridicule ... je te laisse à tes certitudes ...

29 juil. 202029 juil. 2020
-1

angle de tire et pas angle de tir ...

0

On a aussi pris plus de 50 nds de multiples fois au mouillage. Et on a pu constater de visu qu'à un moment, c'est l'ancre qui nous tenait et pas la chaîne. La chaîne est un excellent amortisseur mais au bout, il y a une ancre et elle compte énormément.

29 juil. 2020
0

"ouvert aux expériences des autres".
C'est pas tellement la culture locale j'ai l'impression...
Lorsque je parle de mes lignes de mouillage mixtes et légères, je me fais à chaque fois tirer dessus et pourtant je dérape extrêmement rarement et il m'arrive d'être le seul à tenir...
En matière de mouillage, mon avis est qu'il n'y a pas de vérité. Chacun trouve la solution qui le satisfait en fonction de son bateau et du terrain.

29 juil. 2020
-1

@ juliusse : explique ton mouillage stp, pas souvenir d'avoir lu ton principe

29 juil. 2020
2

perso, pour l'orin je laisse toujours un bout en matière flottante d'environ 2m de long (couleur jaune et orange, bout de ski nautique). Soit j'oringue sur ce bout, soit je le laisse libre.
S'il est libre et que je doives plonger pour oringuer j'aurais toujours 2m de moins de plongée à faire grâce à ce bout...

29 juil. 2020
0

et l'ancre est plus facile à trouver....

29 juil. 2020
0

exact

29 juil. 2020
0

ça c'est nouveau ,
maintenant on se plaint que les ancres tiennent de trop.
le problème est que la chaine se tend ,si elle ne se tend pas l'ancre ne s'arrache pas et ne s'enfonce pas trop dans la vase .
avant j'avais une bruce 20 kgs qui disons tenait si je faisais bien attention en prenant mon mouillage
je l'ai remplacé par une spade acier de 12kgs qui s'enfonce dans le sable et disparait .
en me servant de l'inertie du voiler je l'arrache sans problème .
mais quand je suis dans une baie ouverte ,j'ajoute à 2 foisla profondeur un poids additionnel de 10kgs
sur la chaine .
jamais ma chaine ne se tend même sous la torture des rafales ,en plus j'ai un amortisseur sur la main de fer pour encaisser les accoups .
j'avais une bouée automatique de mouillage ,mais je l'ai vendue des gens intelligents la prenaient pour une bouée de corps mort .
alain

29 juil. 2020
-1

Effectivement, 50 m de chaine de 10 , fond vase tres collante , 6 m, voilier 7 t gigoteur , 35 nds +++
Lors de la tempête ce mardi soir, martinique.
Ancre 20 kg spade facile a remonter car la chaîne a fait son job.
Comme dit le hareng

01 août 2020
0

Apres coup.:
Les rafales du coup de vent , futur cyclone isaias sont montées à 45 nds. Dans mon cas , c'est ds de la vase bien collante.
Mais jai très peu dormi...
Je n'aime pas trop la foudre. Cadenes composites.

29 juil. 2020
2

Je crois que la nature de fonds est un des éléments principaux qui fait que ces ancres modernes sont difficiles à faire remonter une fois qu’elles se sont enfoncées par fort vent selon les matériaux du fonds qu’elles rencontrent. Oringuer c’est la solution pour sortir l’ancre en cas de difficulté mais c’est du tracas en plus à gérer surtout en solo. Je vois pas trop d’autres solutions acceptables je vais m’y mettre. Bien sûr avec le poids du bateau et l’inertie on arrive à les faire sortir mais on ne sait jamais si on a pas accroché une épave quelconque.
Quand aux élucubrations un peu hors sujet mais rémanentes sur le poids de la chaîne par fort vent, (hormis les amortisseurs de mouillage indispensables) les équations sur le point de chaînette détruisent scientifiquement ce genre d’argument, l’effet réel étant mineur. Mon ancre de 20 kg tient 2 tonnes de traction et à ce compte la chaine même avec 100 kg de lest au milieu sera tendue comme une corde à piano et l’amortissement sera nul, zéro. D’où la nécessité d’un amortisseur.

29 juil. 202029 juil. 2020
2

bon du coup on reste sur l'orin pour récupérer son ancre et si il n'y a pas assez de place pour oringuer au milieu d'un parking surpeuplé on en déduit que c'est un mouillage dangereux par gros temps et on va mouiller ailleurs?
perso ça me va

30 juil. 202030 juil. 2020
0

mon bateau fait entre 8,5 et 9t pour 12m de coque, j'ai une océane de 13kg (et une delta de 20 comme miséricorde, + une FX27 pour l'arrière) qui croche bien dans le sable, mais sur un autre fil de discussion HEO, l'océane n'est pas réputée fiable. l'océane est l’ancêtre de la Spade.
Sur 50m de chaîne de 10 + câblot de 16. avec toujours une main de fer et 10m d'amarre élastique comme amortisseur.
Comme je dois partir loin et longtemps, je souhaitai remplacer l'océane par une Rocna et j'hésite entre la 16 et la 20kg.
à la vue des réflexions lu ci-dessus, mieux vaudrait la 20kg ?

30 juil. 2020
0

J'ai pris la 25 pour un 13 m, à la réflexion je me demande si pour partir loin et vers des mouillages inconnus la 33 n'aurait pas mieux convenu, un voisin sur un Alberg Rassy de 12 m a mis la 33, elle ne paraît pas disproportionnée dans le davier, alors que la 25 fait toute petite sur mon bateau.
Donc, à mon avis pour un 12 m, minimum la 20, c'est une histoire de surtace autant que de poids.

30 juil. 2020
0

Néanmoins, si l'objectif, ce sont les tropiques, il n'y a pas tant besoin de surcharger : L'alizée, quoi que parfois fort, n'atteint jamais la force d'un coup de vent de variables, les mouillages et le fait qu'il y ait moins de monde permet de mouiller long sans se préoccuper des voisins éventuels et les fonds sont généralement de bonne tenue.
Hors tropique, tu peux avoir de gros coups de vents au mouillage, des voisins proches qui t'obligent à mouiller court et des fonds rocheux de mauvaise tenue. Une ancre + grosse est bienvenue. On a toujours eu 25kg pour nos 18tonnes et jamais dérapé sous les tropiques. La même dans le nord l'an passé, on a dérapé plusieurs fois. Suis passé à delta 35kg.

30 juil. 2020
-2

Tout dépend si ton coursier tire des bords au mouillage ???
Un ami qui voyageait sur un 1p m en fibre avait choisi une Rocna 25 kg
Les voiliers de voyage privilegient la Rocna. C'est juste une constatation visuelle.

30 juil. 2020
0

Non, nous on est parfaitement stable quand les autres tirent des bords. J’étais convaincu que c’était lié à notre quille longue, mais les discussions semblent montrer que ce n'est pas ça. Par contre, nous, au mouillage, on roule plus que les bateaux à quille rapportée.

31 juil. 2020
0

J’ai eu le même dilemme 12 m et 9.3 t et j’ai pris la 20kg. Super accroche mais presque trop d’ou le post. Avant j’avais une CQR et un Danforth le jour et la nuit par rapport à la Rocna.

30 juil. 2020
0

Il me revient en mémoire (vu au grand pavois): qui aurait testé "Anchor Rescue"?
www.anchorrescue.com[...]t-works

30 juil. 2020
0

Anchor Rescue semble très astucieux.
La pièce mobile qui glisse le long de la chaîne peut même être équipée d'une caméra...

Des retours d'expérience?

31 juil. 202031 juil. 2020
1

Anchor Rescue semble effectivement très astucieux et permettrait de résoudre le problème à l'origine de ce fil. Cela marche bien dans un salon nautique, mais :
Les questions que je me pose :
- est-ce efficace à 100%? pas grave si déjà on peut résoudre >50% des cas c'est bien.
- y-a-t-il un risque de décrochage intempestif de l'ancre si les deux chaines s'emberlificotent?
cela peut arriver avec le bout de l'orin et le bateau vient alors tirer l'ancre par la tête et le mouillage chasse.
c'est aussi pour cela que je trouve séduisant l'orin de 2m en câblot flottant.....

31 juil. 202031 juil. 2020
0

en 1) l'orin
en 2) les palmes masque et tuba
en 3) la bouteille de plongée.

je n'ai jamais eu besoin du 2 ni du 3, avec pourtant l'ancre enfoncée au delà des oreilles...
Dans la vase, il faut tirer - avec le guindeau s'il a de la puissance, sinon avec le moteur- jusqu'à ce qu'elle se déchire. L'ancre ne craint rien (ou alors, faut en changer !)

31 juil. 2020
0

Mon guindeau tire une demi tonne. Il a failli disjoncter. J’ai vu une vidéo de Rocna ou on voit ce type d’ancre s’enfouir à plus d’un mètre. On parle pas de juste enfouir les oreilles. Enfin un masque et un tuba permet de voir l’ancre qui a disparu et qu’il reste plus que la chaîne de visible. Ça permet de confirmer que ces ancres s’enterrent mais c’est justement l’objet de ce poste. L’orin Va falloir qu’il soit super costaud même si ça tire sur le diamant

31 juil. 202031 juil. 2020
0

@Patxaran : c'est effectivement le problème de l'orin souligné de nombreuses fois dans ce forum (prise de la bouée de l'orin par un autre bateau et risque de décrochage de l'ancre) j'avais proposé une solution qui pourrait résoudre ce problème : une ligne d'orin flottante, une bouteille plastique au lieu d'une jolie bouée d'orin, un fil cassant de plusieurs mètres passant dans une anse de la bouteille plastique et un plomb au bout.
l'orin est ainsi tendu à la verticale, personne ne va s'amarrer à une bouteille plastique accrochée à une ficelle, si accrochage accidentelle le fil cassant casse et l'ancre n'est pas déplacée mais on peut toujours récupérer la ligne flottante à 2 ou 3 mètres sous la surface pour décrocher son ancre.

(pour que la ligne d'orin ne s'emmêle pas à la descente de l'ancre la freiner à la main jusqu'à ce que l'ancre touche le fond, si on jette tout le paquet avec l'ancre risque d'emmêlage)

31 juil. 2020
0

j'ai même lu des compte-rendus où le bout de l'orin s'emmêle avec la chaîne de l'ancre du même bateau. Donc la solution de la bouteille pourrait être aussi une réponse.

31 juil. 2020
1

Rencontre Artimon à Riga bateau salt 57 impressionnant

31 juil. 2020
1

Ils rentraient de st Petersburg ou je prévoyais de me rendre via Tallinn eux avaient fait Suède et Finlande, une équipe incroyable de septuagénaires et peut-être octogénaire européenne, tous des supers ingénieurs spatiaux qui avaient conçu la fusée diamant et la fusée europa. Le bateau était surmonté d un nombre spectaculaire d antennes !

31 juil. 2020
0

pour revenir à l'amortisseur, je mouille le mien (amarre de 16) soit avec un nœud de bosse, soit la main de fer utilisée par artimon.
j'envoie le tout (nœud ou main de fer) à l'eau en rallongeant le mouillage chaîne de 10m avec l'amarre attachée à un gros taquet en milieu de bateau, il y a donc environ 5m dans l'eau et 5m hors de l'eau.
artimon laisse la ligne élastique totalement hors d'eau.
j'ai donc un doute sur la bonne méthode, artimon étant sans conteste un homme de très grande expérience.

31 juil. 2020
0

Je fais comme toi.
Artimon n'utilise plus de main de fer, après avoir plié la sienne au point de ne pouvoir la défaire et avoir été obligé de prendre le large avec l'ancre qui pendant au bout de sa chaîne.
Il utilise le noeud de bosse qu'il a amélioré.

1

C’est aussi arrivé à un ami sur un 40 pieds dans un coup de mistral . Les mains de fer W... à éviter... au mouillage.

0

Le modèle osculati est top
Il se libère quand tu lèves l’ancre et pend à son bout
J’ai un cordage suffisamment long pour amortir sans toutefois pouvoir aller jusqu’à l’hélice... manque 50cm
Quand je dois quitter un mouillage, je remonte au guindeau, range mon ancre et seulement ensuite gère la main de fer...

Cela évite les cafouillages en cas d’urgence de nuit

0

@ Cédric 1983 : d'accord avec toi, l'osculati est très bien et se désengage vraiment sans soucis mais dans un gros coup de vent, est ce qu' elle ne pourrait pas, malgré tout, se tordre ? ou bloquer complètement le maillon qu'elle retient ? je crois que je ferais mes noeuds de bosse habituels alors

0

est ce que tu as vu comment elle est faite?

C'est un bloc d'inox de 800grs!

0

oui, j'en ai une ... lol ... et je veux bien me rendre à ton avis ... lol
mais j'ai un principe en voile c'est que la connerie possible est déjà faite et c'est la connerie impossible qui est en train de se faire ... donc je suis méfiant ... lol

31 juil. 2020
2

En tout cas, voilà un sujet qui fait couler beaucoup d'ancres...
(pas faciles à remonter)

31 juil. 2020
0

Bonjour. Une fois ,j'avais mouillé sans oringuer et à l'appareillage , l'ancre était coincé , impossible de l'arracher . Comme il y avait un léger clapot j'ai raidi au maximum la chaîne au bas du clapot et l'ai tourné vivement sur la bite d'ammarage , la tension sur les éléments était très impressionnante , quelque chose va casser , la bite , la chaîne , l'ancre ou le davier , finalement à la 3e vague l'ancre s'est décroché sans qu'elle soit déformé.. une autre fois , c'était à côté du Fort Boyard ou il y a beaucoup de blocs et chaîne raidie , au moteur , je suis allé dans tous les sens et l'ancre c'est décroché , bonne journée , François

31 juil. 2020
1

J’utilise une manille kong sur la chaîne et une amarre extensible d’une douzaine de mètres « cousin trestec », à l’endroit du davier pour éviter le ragage je fais passer l’amarre par un tuyau de pompier déclassé. C’est indestructible. L’amortissement est de 1,5 m environ sur 12m. L’amarre est fixée sur le taquet avant. J’avais tenu 50 noeuds de mistral avec en Sardaigne à Porto Conte, mouillage tout chaine.

31 juil. 2020
0

ça tient bien, à Porto Conté.
J'ai passé 2 ans au bout du ponton de la marina. 2 mètres d'eau, et les grandes nacres en dessous.
Superbe !

0

Bonjour
J'ai une Manson Supreme dont je suis très content meme concept que la Rocna.
Elle possède une fente dans la verge dont le but est de faire "coulisser" la manille d'ancrage pour la "décoller".
J'ai jamais eut à le faire mais l'idée semble bonne
www.mansonanchors.com[...]upreme/

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer