des cones de jordan sur la ligne de mouillage

tout est dans le titre avec l'objectif de reduire la violence des rappels en cas de vents forts

L'équipage
08 sept. 2019
08 sept. 2019
0

Cônes autopolaires et algèbres de Jordan

C'est tout ce que je trouve sur internet.... mais je ne vois pas le lien avec une ligne de mouillage... :heu:

4

Ce genre de chose n'a d'effet qui si le bateau dérive
Tant que l'ancre tient il ne servira à rien mais si l'ancre se sépare de la chaîne alors cette ancre flottante permettra d'arriver moins vite dans les rochers

08 sept. 2019
1

Je ne pens pas non plus que des mouvements de rappels, fussent-ils violents, soient suffisamment linéraires avec une vitesse linéraire pour apporter un freinage efficace.
Le trainard de Jordan (Jordan's drogue) se conçoit dans le cas d'un bateau en déplacement du type " en fuite" avec un freinage amorti pour lui éviter le chavirage dans les déferlantes ..... La littérature sur le Jordan's drogue est explicite sur son utilisation, et même très précise et technique s'agissant du rapport d'etude des Coast Guards américains ( pas facile à lire cependant j'en conviens...)

08 sept. 2019
0

Pourquoi ne pas utiliser alors une ancre flottante en plus du mouillage ? C'est quand même moins lourd à mettre en oeuvre.

2

Pourquoi ?
Parce que cela ne servirait à rien tant que le bateau ne dérive pas

08 sept. 2019
0

Oui. Ma question tenait compte de votre affirmation relative à la dérive en cas de rupture du mouillage. Je ne crois à l'effet d'amortisseur ni de l'une ni de l'autre, mais la présence d'un système de ralentissement peut être psychologiquement rassurant dans un mouillage malmené.

08 sept. 201908 sept. 2019
1

Je pense vraiment que ni un Jordan ni une ancre flottante ne fonctionneront efficacement, car l'un comme l'autre se conçoivent dans un freinage crée par un déplacement linéaire du bateau. Dans le cas des rappels d'une ligne de mouillage le deplacement en tension de la ligne de mouillage n'aura pas assez d'énergie cinétique linéraire ( la ligne se tend et se détend par a coups) poir apporter du freinage.
Sur le sujet les mouillages en conditions difficiles, le bistrot d'en face (stw) dont je suis aussi adepte ( et membre) avait émis une analyse sur ce sujet avec une etude technique très argumentée dont son auteur est physicien, et sans entrer dans les détails trop techniques et mathématiques ses conseils étaient surtout à résumer dans le sens suivant: de la longueur (de chaîne) - mais ça c'est d'une relative évidence - assortie à une bonne longueur de cablot textile qui assure l'amorti dans les tensions, et positionné correctement.

08 sept. 2019
0

bien sur que ce n'est pas l'utilisation "normale" du trainard de jordan
par contre quelques chiffres:
dans 5m d'eau:
mouillage tout chaine de25m :course:1.20m
,avec 10m de chaine et 15 de cablotl course :3.50m,
dans 10m d'eau:
50m chaine: course 1.80m
15m chaine et 35m câblot:7,00m
quand on connait l'importance de l’amortissement sur la tenue de l'ancre(éventuellement des taquets),et au vu d'une course non négligeable de la coque, je repose la question,en dehors de tout accident de mouillage ,sur la pertinence de cône de jordan pour un amortissement des mouvements,sachant que,au delà de l'effet ralentissement de ce type de trainard,c'est semble t il cet effet d'ecretement des efforts qui est surtout recherche ;concernant la longueur nécessaire du trainard,ici,il n'est plus dicté par la longueur d'onde du train de vague,et peut être nettement plus court,étant en permanence immergé
a noter que je ne milite pas pour,juste que je me pose la question de sa pertinence

08 sept. 2019
0

Je suggère que tu fasses l'expérience et que tu viennes ici nous en faire le CR.

08 sept. 2019
0

Ce sera probablement une première, l'utilisation de Jordan drogues au mouillage. D'où ma remarque.

08 sept. 2019
0

je compte bien essayer mais avant ,je sollicite l'avis pertinent de la communauté

08 sept. 2019
0

Certains utilisent des seaux pour amortir le bateau au mouillage, pourquoi pas des trainards?

08 sept. 2019
0

Quand on connaît les effets d’amortissement d’un traînard de Jordan lié à la longueur et qui ne fonctionne qu’avec un effet de courant contraire on ne devrait même pas se poser la question. C’est vraiment comique pourquoi pas un parapluie ?Une bonne ancre Spade ou Rocna bien crochée et ça c’est pas donné ça s’apprend, de la chaîne suffisamment en longueur suivant le vent et le clapot, un amortissement sur plusieurs mètres voir dizaine sur du textile (trestec cousin par exemple) en plus si ça souffle très fort pour amortir les à coups et ça tiendra même en Patagonie. Et pour les mouillages de l’apéro ne pas se prendre la tête et un petit exomil et ça ira bien.

08 sept. 2019
0

Quelle patience !
:-)

08 sept. 201908 sept. 2019
0

ça demanderait peut-être à être testé grandeur nature, ou à être modélisé ? mais de mon point de vue les éléments qui me font douter sont =
- le mouvement tension-détente de la ligne de mouillage dans les à-coups n'applique pas - il me semble - une traction purement longitudinale sur la chaine qui passe d'un état "arc de cercle" à un état "ligne tendue".
- les cônes, contrairement à des seaux comme cité ci-dessus, ne sont pas rigides mais de toile textile. la composante de traction sur la ligne Jordan dans les à-coups n'étant pas purement longitudinale, ces cônes textiles vont -ils vraiment agir efficacement ?

par conséquent la composante de traction longitudinale susceptible de donner une force de resistance aux cônes de jordan me parait totalement insuffisante
J'en doute ... je dirais intuitivement ... sans avoir capacité à y mettre moi-même une équation en face j'en conviens ....

08 sept. 2019
0

Un trimaran volage au mouillage, malgré une patte d'oie en sus, se stabilise mieux avec un seau ou deux en pendille sur les flotteurs à 2 ou 3 mètres de profondeur. Idem sur la ligne de mouillage, ça amorti sérieusement. Maintenant, je ne suis pas un spécialiste du mouillage...

08 sept. 2019
0

Peut être en les positionnant verticalement sur des drisses lestées. Ainsi le lest ferait descendre la ligne de mouillage (ce qui permet à l’ancre de tirer plus à l’horizontale) et les cônes l’empêcheraient de se tendre trop rapidement. J’y crois moyen mais pourquoi pas ...

08 sept. 2019
0

à ce stade ce n'est plus un mouillage forain, ça devient du camping...

08 sept. 2019
0

je me suis un (beaucoup) planté dans les chiffres donnés plus haut en fait il faut lire pour 5m et 25m de mouillage:4,5m et 6.80m
et pour 50m avec 10m de profondeur:9.00m et14.20m
tout le monde aura,je pense,corrigé.

08 sept. 201916 juin 2020
0

J'essayé une petite ancre flottante sur la ligne de mouillage, fixée environ 1m sous l'eau, mais qui travaille en perpendiculaire à la ligne, "gonflée" alternativement coté babord et tribord, elle a une certaine efficacité dans la réduction de la vitesse latérale du bateau, donc reduction des chocs finaux sur la ligne. Le défaut, au bout d'un moment elle s'entortille sur la ligne et ne s'ouvre plus; mais on peut sans doute trouver un système pour la garder ouverte. Elle fait quand même un bon mètre de diamètre.
Finalement, le but est le même de la voile de mouillage: essayer de reduire l'instabilité d'un bateau face au vent soit en déplaçant vers l'arrière le centre des efforts aérodynamiques, soit vers l'avant les efforts hydro.
Un autre moyen, filer une petite ancre, ou poids, à cote de l'étrave de façon à le faire frotter sur le fond et ralentir un peu le départ latéral du bateau. Si la direction du vent était constante, mouiller deux petites ancres en moustache, une babord et une tribord perpendiculaires à la ligne principale: même effet qu'une voile de mouillage, sauf que cette dernière peut suivre les changements du vent, les deux petites ancres en moustache non.

ps l ancre flottante utilisée pour bloquer l'annexe, plus pratique :-d

08 sept. 2019
0

Ce qui se faisait à une époque lointaine, une petite bouée de mouillage avec 1 m de garcette frappée au milieu de la ligne de mouillage. Ca fait amortisseur. Maintenant je ne sais pas si en calcul théorique c'est vraiment efficace.

08 sept. 2019
0

J'ai essaye' avec des parebattages, mais dans un autre but: j'avais presque perdu toute la ligne avec la chaine de mouillage qui s etait entortillee avec les renverses autour d'un fond rocheux tres sale, pour ne pas y tomber deux fois j'ai mis des parebattages tous les 10m environ, la chaine restait assez suspendue; c'est bien sur tout un autre but que l'amortissement ou "la plus grande tenue du mouillage", juste pour eviter que la chaine touche trop le fond.
Je crois que ces ancres "modernes" peuvent donner plus d espace a ces techniques moins utilisees, leur tenue meme avec un petit rapport longueur ligne/profondeur reste etonnante.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le navire école allemand Mansfeld en flammes dans le Golfe de Gascogne. Assistance.

Après la pluie...

  • 4.5 (132)

Le navire école allemand Mansfeld en flammes dans le Golfe de Gascogne. Assistance.

mars 2021