Dériveur lesté, quelques questions...

Bonjour,

Je me pose quelques questions, pas forcément métaphysiques, à propos de mon pépère...

  1. Le sondeur.

Pour configurer le sondeur, est-il préférable de prendre l'embryon de quille (1,40m) ou la dérive sortie (2,45 m tout de même)?
Personnellement, j'aurai tendance à privilégier la quille (élément fixe) mais ma zone de navigation comporte beaucoup de chenaux et de zones +/- ensablées...

  1. Remonter la dérive.

Comme un C#*§, après avoir bien raclé, epoxydé et recouvert d'antifouling ma dérive, je l'ai remontée avant la mise à l'eau sans trop faire attention, et là, bingo, j'ai fait un superbe surpattage ([i]surpattage constaté lors de la pris de photos pour le bout qui suinte[/i]).
D'où ma question : est-ce que, contrairement à un winch classique où l'on fait un ou deux tours, il ne faut pas enrouler le bout autour du winc qui aide à relever la dérive. S'agit-il de faire juste un 1/4 de tour et passer le bout sur le guide ?

2b: si quelqu'un a une idée pour remédier à ce surpattage, cela m'arrangerait bien (la dérive est haute, souquée à mort et le bout est tendu comme une corde de violon...)

2c: je mets en appui, si elle passe, une photo de l'enrouleur avec le surpattage où l'on voit le bout qui suinte et la couleur verdâtre du winch.
Que signifient ces symptômes qui me font penser à de l'électrolyse ?

  1. Le béquillage

Dans tous les débats relatifs aux avantages/inconvénients des DI, DL et autres quillards, il est expliqué que l'avantage des DL est de pouvoir béquiller facilement.
Mon bateau pesant à vide dans les 8 tonnes, je me vois mal béquiller, d'autant que je n'ai toujours pas trouvé d'emplacements sur la coque pour encastrer d'éventuelles béquilles.
Est-ce qu'un possesseur de DL assez lourd peut-il m'expliquer s'il a déjà béquillé, ou si cela n'est qu'une vue de l'esprit, passé un certain poids (ce que pense, mais peut-être à tort).

L'équipage
24 fév. 2008
24 fév. 2008
0

DI
Sondeur : je choisirais le niveau de la sourface pour configurer le sondeur. A toi de retirer ensuite le tirant d'eau effecti en fonction de la position de la dérive.
Surpattage: La seule façon de défaire ce bazar c'est de donner du mou sur le bout entre la dérive et le winch. Si la dérive n'est pas complètement rentrée et si c'est possible, placer une bosse en amont du winch et la raidir avec un autre winch. Autre solution envisageable : aller dans un endroit ad'hoc à marée descendante et poser le bateau sur sa dérive. Dès quil y a suffisamment de mou dans le bout, défaire le tout et remettre tout en ordre. Autre solution encore, celle d'Alexandre le Grand avec le Noeud Gordien, mais il faut alors accéder à la dérive pour remettre un nouveau bout !!!!

Bon courage !

24 fév. 2008
0

béquilles
sur mon attalia dl acheté au printemps il y avait des béquilles. le precedent propriétaire (et le seul depuis l'origine) m'a dit que la seule fois qu'il a béquillé sur sable dur, il a vu de loin un pecheur a pied gratter le sable pas loin d'une des béquilles. le bateau a pris 10° de gite d'un coup. depuis il n'a plus jamais béquillé !!!!. lors de l'achat j'ai descendu les béquilles et depuis elles sont au fond du garage. je pense comme toi que passé un certain poids le dl ne sert qu'à s'aprocher plus pres de la cote que les autres et rentrer plus tot au port. en plus sur les fonds vaseux charentais c'est inutilisable.

24 fév. 2008
0

Pour le surpattage du winch...
...avec un serre-cable tu frappes un cordage le plus loin possible du winch (côté dérive...) sur ta bosse de relevage pour essayer de donner du mou en tirant par la descente principale, peut-être par la bôme.

Il faut faire plusieurs tours sur un winch, self tailing ou pas.
Mais s'il y a trop souvent surpattage c'est que le winch est mal positionné par rapport à l'arrivée du bout.
L'angle entre le cordage et l'axe du winch doit être de 95°.

Etalonnage du sondeur, c'est toi qui voit, perso j'ai la hauteur d'eau, quand il affiche 2,40 m je recule... (1,80 de tirant d'eau).

Béquillage : le saumon du GB 38 semble assez large, mais qu'elle est la profondeur du safran ?

;-)

25 fév. 2008
0

Et le winch vert ?
En ce qui concerne le béquillage et la sonde, ma réligion était +/- faite, donc je ne m'étendrai pas...

Pour le surpattage, je vais essayer effectivement avec un bout supplémentaire pour essayer de soulager la tension, mais j'avoue avoir penser à la solution ultime (noeud gordien) lors du carénage de printemps. La dérive est vraiment haute et je crains ne pas avoir beaucoup de marge.

Par contre concernant le winch, pourquoi cette couleur verdâtre (cf. photo du 1er post) et cette accumulation de jus suintant ?

P.S. Duf36, le safran du GB38 est à niveau de la quille. Mais, même si le saumon de cette quille est large, je ne me vois pas béquiller ce bébé de 8 tonnes sur une plage, en Bretagne, durant mes vacances...(soupirs)

25 fév. 200816 juin 2020
0

Salut GibSea
Une photo du winch de ma derive. Il n'est pas non plus en tres bon etat, le bout qui remonte est mouille. Sur le miens, il manque le quide.
Debut d'annee derniere, j'ai demande au chantier naval de deposer la derive pour la refaire. Ils n'ont jamais reussi a enlever l'axe. Il faudrait le detruire. J'attends d'etre a la retraite pour m'en occuper mais si ca me gonfle, je la laisserai comme ca. surtout que ce bateau marche bien meme sans derive.
Je devais t'envoyer des photos du pont, mais je ne suis pas rentre en France depuis un moment. Normalement je rentre fin mai. Comme je n'aurai pas beaucoup de temps, le bateau restera a terre, mais je pourrai t'en envoyer.
A bientôt sur le net.
Joël

25 fév. 2008
0

Béquillage...
OK pour béquiller là où d'autres bateaux le font, mais malgré tout, amha, cela reste lié à la taille du bateau.

Dans tes différentes expériences, as-tu béquillé avec un bateau de +/- 8 tonnes ?

25 fév. 2008
0

Béquillage
Que ce soit en Manche ou en Atlantique, j'ai souvent béquillé les bateaux sur lesquels j'ai navigué et qui le pouvaient. Ma religion est la suivante : s'il y a, là où j'arrive, des bateaux avec leurs béquilles je mets les miennes, sinon je m'abstiens. Quelque fois cependant, on a pas vraiment le temps de réfléchir. Un jour, aux Ecrehou (entre Carteret (50) et Jersey : 14 m de marnage en VE, pour les ceusses qui ne connaissent pas), un jour disais-je, à marée descendante de VE j'ai touché avant d'atteindre le lieu où je voulais mouiller. Dans cette région, le temps de la réflexion est court : nous avons béquillé le plus vite possible et avant d'avoir pu bien régler les garants, le bateau était au sec, heureusement sur une belle bande de sable à peu près plate.

25 fév. 2008
0

Pour Letgo
Bonjour Joël,

Content de te lire.
As-tu reçu les photos des varangues et réservoirs ?

En attendant que tu mitrailles ton bateau pour m'aider à terminer le mien, tu peux peut-être m'aider dans un petit problème.
Je viens de terminer le carré, qui est surélevé - salon de pont oblige - et je trouve que le système de fixation de la table sur le bout de plancher non amovible n'est pas rassurant.
La table du carré présente une souplesse que je n'imagine pas en naviguant (en cas de gîte, je crois que la table ne retiendra personne), on hésite à sy appuyer pour manger !
Selon moi, cette souplesse est liée au plancher sur lequel la table est solidement boulonnée.

Est-ce pareil chez toi, et sinon (table solidement fixée supportant des coups de gîte) comment le plancher qui supporte les deux pieds est-il fixé ?

25 fév. 2008
0

10,5 tonnes sur bequilles
Pegase fait 10,5 tonnes pour 11m40
c'est un dériveur lesté (1m20).

Le précédent propriétaire était un adepte du bequillage. J'ai deux bequilles en inox dont une avec des marches (c'est plus facile pour descendre et remonter à bord)

Donc à priori pas de problème pour 8 tonnes

25 fév. 2008
0

L'ex-proprio
à qui je viens d'acheter mon nouveau bateau (Amel Euros 39) avait coutume de le béquiller soit à Sauzon soit dans les rivière comme celle de Mérien, et ce bateau approche les 8,5 tonnes en ordre de marche. Mais faut être costaud, j'ai déjà du mal à sortir une demie-béquille !!!

25 fév. 2008
0

pour ton pb de derive
si tu es à terre, ne peux-tu pas par en dessous mettre un bois de la même épaisseur et avec un cric soulever doucement la dérive à condition qu'elle ne touche en haut du puits, ce qui libèrerait un peu la bosse. pour le résidu qui coule àmha ne serai-ce pas simplement le bout qui quand il est à l'eau se gorge d'eau en souquant tu l'essores comme il y a un peu de vase et de merdouille avec l'eau pour peu qu'il reste un bon moment sans être manœuvré à la moindre humidité toute cette saloperie coule. Sur la photo il semble effectivement que le winch ne soit pas à sa place je pense que la tête devrait être affleurante aux boiseries

25 fév. 2008
0

Pas à terre...
Le problème est que pour terminer mes travaux, j'ai mis mon bateau à l'eau (pour éviter le cumul port à sec et place de port).
Pour résoudre ce problème, je vais essayer en secouant/tirant latéralement le bout, de lentement décoincer la partie surpattée. Sinon, j'attendrai le prochain carénage pour faire comme tu dis.

Pour "le bout qui suinte", tous les constats convergent vers le même diagnostic: un effet de capilarité du bout, qui, comme il est tendu, laisse remonter l'humidité jusqu'au winch..

Sinon, je me suis fait gentiment engeuler par un copain qui s'étonne de voir la dérive haute alors que le bateau est à l'arrêt.
Je pensais éviter de salir la dérive, mais c'est vrai que de toutes façons, même remontée, elle est partiellement dans l'eau.

Et donc, pour ceux qui possèdent un DL, quand le bateau est au repos, c'est dérive haute ou basse ?

25 fév. 2008
0

dérive haute
le precedent proprio la relavait en permanence au port. resultat quand j'ai carené 1 mois après la derive est nickel !!!cette année je ne lai pas trop fait. on verra la difference au caranage 2008

26 fév. 2008
0

Dérives hautes...
... comme ça elles restent propres.

25 fév. 2008
0

Béquiller.
Bonjour à toutes et à tous.
Pour béquiller le poids du bateau importe peu.
Seule la portance (résistance) du sol et la surface d’appui sont à considérer.
Plus le rapport charge/surface est faible, plus tu as de chance de rester debout.
Mon voilier pèse environ 10,5 T et je le pose toujours sur ses béquilles….. avec toujours un peu d’appréhension sur la tenue du sol !.
Au ponton, je rentre toujours ma dérive afin d’éviter l’accrochage de coquillages pouvant être cause d’un mauvais fonctionnement. Pour info le câble de remontée et en inox.

25 fév. 2008
0

dérive remontée et câble inox aussi
tout est dans le titre

A mon avis, dans le noir du puit de dérive, elle se salit moins vite, voir pas du tout.

25 fév. 2008
0

dérive haute ou basse...
Visiblement le consensus se fait sur la dérive haute quand le bateau ne navigue pas.

C'est également ce que je fais, mais selon un voisin de ponton (qui n'a pas de DL), cela exerce une tension inutile sur le bout de la dérive et pourrait expliquer la capillarité qui suinte sur le winch..

Selon lui, quand elle est dans son puit, la dérive est +/- mouillée, autant donc la laisser en bas, avec le bout légèrement détendu qui en faisant une boucle, évite que la capillarité ne remonte (stagnation).

Je n'ai pas de religion sur ce sujet (c'est mon 1er DL), alors je me tourne vers ceux qui ont la pratique pour connaître les différents arguments.

25 fév. 2008
0

mets de l'huile !
Pas facile,il te faudrait une huile hydrophile sinon du WD 40 et après tu arroses avec de l'huile de machine à coudre, quand c'est bien imbibé tu essaie de saisir le bout avec une pince pour décoincer. mais c'est plus facile à a dire qu'à faire.
Pour le béquillagele nôtre pèse au moins 8 tonnes en charge et nousl'avons béquillé sans problème en Atlantique. Mais faut choisir son fond. le sable je n'aime pas trop par contre du sable vasard oui.
Malgré tout il y a toujours une petite angoisse et si je peux j'évite.
L'avantage du Di sur le quillard c'est que s'il doit tomber ce sera de moins haut. A Sauzon c'est assez fréquent à cause des fouille merde qui cherchent des vers à marée basse malgré l'interdiction.

25 fév. 2008
0

Béquillage (suite)
Au long de ce fil, je me rends compte que plusieurs parmi vous béquillent leur bateau plutôt lourd, alors que je pensais cela être du domaine du virtuel.

A défaut de lancer un fil spécifique, je serai assz intéressé sur les retours d'expérience.

  • Poids, taille (coulisses ?) des béquilles ?
  • mode de fixation sur la coque et via un bout sur la poupe et la proue ? (cela doit qd même être différent pour un 8-10 tonnes que pour un DL de 1,5-2 tonnes...
  • quid en cas de chute ? est-ce déjà arrivé ?
25 fév. 2008
0

Il m'arrive de béquiller
Il m'arrive parfois de béquiller mon bateau qui fait environ 10 t et 1,75 m de TE (quille longue). Les béquilles sont en chêne et pèsent bien 30 kg (mais ça ne pèse rien dans l'eau ), fixées par deux gros boulons à travers le pavois (pas besoin de garants).

Naturellement, je ne fais ça que sur un fond plus ou moins connu (soit vu à marée basse, soit après avis des locaux). Le premier échouage à un endroit n'est jamais vraiment serein. Il arrive que le bateau penche un peu, un patin s'enfonçant de qqs cm. Stress, mais ce n'est jamais tombé jusqu'à présent ...

Une fois, j'ai vu un bateau tomber (c'était un voilier de la Royale dont je tairai le nom ...). Il ont passé la nuit à creuser sous le flanc du bateau, mais il ont pu repartir à la marée suivante. Coup de chance dans la malchance !...
Faut dire qu'il n'avaient mis qu'une béquille et qu'ils avaient maintenu le bateau sur cette béquille à l'aide d'une ancre portée loin du bord et maillée sur une drisse en tête de mât.
L'ancre a dérapé et ...

25 fév. 2008
0

bout surpatté
Une astuce pour débloquer ta situation (assez efficace et facile à mettre en oeuvre):
Le bout libre qui "sort" du winch surpatté, tu le ramène EN LE FAISANT REVENIR EN SENS INVERSE DU SURPATTAGE sur un autre winch (en le rallongeant si nécessaire). Dès qu'un tour est libéré, tu refais l'opération.
Je croyais le procédé bien connu, j'ai du trouver ça jadis quelque part sur la bible des Glénans !
Bon courage.

26 fév. 2008
0

Je veux bien essayer
Bonsoir,

Je veux bien essayer cette technique, mais en position à l'inverse du surpattage, se trouve la cloison du coffrage du puits où est fixé le winch...
J'avais déjà essayé de tirer "à rebrousse" le bout, mais rien n'a bougé.
Je vais quand même essayer les différentes techniques expliquées, on verra bien...

26 fév. 2008
0

2 petites choses
avant de tirer dessus pour défaire en force comme dit Kaj un peu d'huile peut aider juste sur les endroit que tu espères dédoubler et au fur et à mesure, prévois aussi de changer le bout quand tu auras réussi car ou tu auras mis les pinces ou/et l'étau, le tournevis , le démonte pneus, il y aura une faiblesse et si il casse quand la dérive est haute gare à la casse. Ta dérive est sabre ou guillotine ?? si c'est sabre en la remontant faire attention à la possibilité d'un congre ou d'une anguille de se mettre à l'affut dedans ça m'est arrivé et avant de comprendre et de trouver d'où venait l'odeur j'ai mis un moment et pour dégager le puits des restes de la bestiole à la main et en aveugle bonjour l'ambiance

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (24)

mars 2021