Dérive sur un Trisbal 36

Bonjour.
Une question apparemment simple.
Comment procéder pour remplacer la drisse qui sert au relevage de la dérive mobile.
En effet, je souhaite remplacer cette drisse par une en dyneema.
merci si quelqu'un peut me renseigner

L'équipage
25 déc. 2020
25 déc. 2020
0

Bonjour,
la drisse se remplace dérive haute. Une fois la dérive remontée, passer un cordage sous la coque et le souquer de manière à tenir la dérive haute afin de retirer la drisse. Enlever le dessus du puits de dérive. L'attache de drisse ou de câble est constitué d'une fente dans l'épaisseur de la dérive traversée par un axe. On ne peut y crocher une manille ni y capeler un cablot, mais on peut y enfiler un bout et le terminer par un nœud de huit. Sur mon bateau, Jaoul, j'avais bloqué le bout par un nœud de 8 et pour ne pas qu'il glisse entre les deux parois de la fente entre l'axe et le corps de la dérive, j'avais intercalé une rondelle en inox et une autre en téflon pour isoler l'inox de l'alu.


didit4:Bonjour JaoulJe suis sur le point d'acquérir un trisbal 36, mais il y a un point qui m'inquiète : c'est sa capacité à remonter au vent. Vous ne vous êtes jamais retrouver dans une situation scabreuse à ce propos ? Faut-il dans certain cas l'aider au moteur ? A vous lire, Didier·le 07 juin 00:31
Jaoul:Remonter au vent, c'est compter entre 100 et 120 degrés de secteur de louvoyage, dérive due au vent comprise, selon l'état de la mer (plate ou clapot moyen).Je n’appuierai plus jamais au moteur. C'est risquer de flinguer le moteur par absence de refroidissement quand on est tribord amure. En effet, appuyer au moteur au près fait giter le bateau bien plus. Tribord amure, la prise d'eau de mer du moteur s'en trouve dégagée et le moteur n'aspire plus que de l'air et se met à chauffer. Danger.Rouler le génois et faire route directe au moteur me paraît plus sur et plus efficace.Le Trisbal est un bateau de voyage confortable. Le près dans la mer formée n'est pas son fort mais pour l'équipage non-plus. C'est une allure épuisante pour les hommes comme pour le matériel. Vaut mieux abattre plus amplement et prévoir une escale supplémentaire ou une route plus longue que d'endurer un inutile inconfort. Je le répète, l'esprit du bateau, c'est le voyage avec le temps qu'il faut pour y goûter et les mouillages peu visités.·le 07 juin 16:15
26 déc. 2020
0

Merci pour votre réponse.

Je connais votre site.
Bon WE


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

un soleil gros comme ça

Après la pluie...

  • 4.5 (132)

un soleil gros comme ça

mars 2021