Dérapage CQR Golfe du Morbihan

Bonjour à tous,

Après quelques jours de croisière, je souhaiterais vous faire part d'une mésaventure qui nous ait arrivé dans le golfe du Morbihan et surtout avori vos lumières :)

Nous avons mouillé sur la cote Est de l'ile d'Arz, en face de l'école des Glénan avec notre Gib Sea 105 Q (1,8m TE) par 6m de fond (marée haute) le samedi après midi. Mouillage avec CQR 16kg (apparemment pas l'originale...) 30m de chaine de 10mm et 20m de cablot 18mm. Je vérifie par une grosse marche arrière (3000tr/mn) que l'ancre a bien croché, tout va bien.
Pendant la nuit de samedi à dimanche, réveil à 1h30 par un bateau voisin trop proche... Après vérification GPS nous n'avons pas bougé, en effet j'enregistre la trace du bateau pendant le mouillage ce qui nous permet d'avoir une idée de la position de l'ancre et du rayon d'évitage. Notre cablot est pris dans la quille. On attends la renverse et oup on se remets dans le bon sens, ouf... Le voisin qui avait mouillé avec 20m de chaine et 5m de bout après nous a remouillé plus loin.

La journée du dimanche tout va bien, mis à part le cablot qui se reprend dans la quille.

Pendant la nuit du dimanche au lundi, réveil à 1h15, frayeur nous avons complètement décroché et dérivons par 2nds dans le chenal à 300m de notre mouillage initial, par 15m de fond, le cablot dans la quille et le bateau en travers du courant... Impossible de remonter le cablot ni meme de le bouger. Je mets le moteur (je savais de la veille que le cablot de passait pas par l'hélice) pour essayer de revenir dans des fonds pour respectable et faire raccrocher l'ancre. Moteur à fond arrière le bateau est à l'arrêt. Je stoppe le moteur et l'ancre à raccrocher par 15m de fond dans le chenal... Quelle chance, un rocher???
Cablot toujours hyper tendu, j'attends la renverse ou l'étale pour remonter l'ancre.
Le courant se calme vers 4h. A à 4h30 le courant s'annule et s'inverse, direct le cablot se dégage de la quille et je peux commencer à remonter à la main. L'ancre à bien accroché dans un rocher ou autre car le bateau est bloqué. Après 1ou 2 tentatives au moteur je réussie à me dégager et remonter complètement le mouillage. Direction une bouée pour assurer la fin de nuit...

Comment se fait-il que mon cablot se prenait à chaque fois dans la quille?
Ayant environ 8 fois la hauteur d'eau et vérifier la tenue, je pensais à être correctement mouillé (à tort). Qu'aurais-je pu faire d'autres à part empenner 2 autres? Quelqu'un a-t-il eu des problèmes de tenue à ce mouillage?

Sans rentrer dans le débat des ancres, je change dès que possible pour une Delta avec laquelle j'ai de nombreuses expériences réussies.

PS: De nombreux bateaux avaient mouillés à coté du samedi au dimanche sans trop de longueur et sans problème...

L'équipage
12 sept. 2016
12 sept. 2016
0

Pourquoi ne pas mettre une alarme de mouillage ? elle t'aurait prévenu du dérapage... Change d'ancre : Rocna ou Spade.

12 sept. 2016
1

N'est ce pas plutôt dû à l'utilisation du cablot et au courant et pas à l'ancre ? cf ce fil : www.hisse-et-oh.com[...]textile

12 sept. 2016
0

Effectivement, peut-être qu'une gueuse d'un ou deux kilo pour lester le cablot pourrait éviter cela ?

12 sept. 2016
2

One more time, une petite précision de vocabulaire pour la bonne compréhension : lorsqu'on dérape une ancre, il s'agit d'un acte volontaire quand on l'arrache du fond lors d'un appareillage.
Une ancre qui ne tient pas CHASSE.

A part ça, il me semble évident qu'il faut contrôler la tenue et le bon ordre du mouillage à chaque renverse (sauf embossage ou mouillage bahaméen).

12 sept. 2016
0

avec mon sun rise ,40 m de chaine de 10 et cqr(enfin une copie) 16kg sur fond de 8m . toujours grosse marche arrière pour vérifier l'accroche. ben à la basse mer , l'ancre juste posée sur le sable .pas du tout enfouie même partiellement.ça tient just par le poids.
j'ai changé pour une kobra . même manoeuvre, même endroit , même conditions : ancre bien plantée.(visu à la basse mer)

12 sept. 201612 sept. 2016
11

tu aurai mouillé que les 30m de chaine pour les 6m d'eau c'était bien suffisant et cela t'aurais evité tout ces ennuis. et avec un evitage plus restraint ,le voisin aurait pu resté à sa place

12 sept. 2016
0

Comme Lulu,
à chaque renverse faut vérifier.
Après, il y a ceux qui n'ont jamais rien fait et n'on jamais eu de problème. "Bienheureux les ignorants" comme on dit.
Quand tu changes de sens, la chaine ne tire plus dans l'axe avec lequel tu as planté.
Parfois, comme tu tires à 90° voire 180° par rapport à l'initial, tu arraches l'ancre. C'est d'ailleurs ce que tu as dû faire pour te dégager.
Si elle ne se replante pas, ben tu pars.
Donc les ancres qui s'enfouissent spontanément font mieux que la CQR.

J'ajoute que si ton cablot a tendance à flotter, tu dois le lester avec un plomb pour qu'à la renverse il tombe bien à pic à l'étrave, sinon tu le retrouves en effet dans le safran ou la quille. Pas besoin de mettre bien lourd, un Kg suffit souvent.
Problème résolu avec un tout chaines, mais c'est un autre débat..

Ne pas oublier que 2 noeuds de courant sur une carêne, c'est beaucoup.

12 sept. 2016
0

Lulu2, merci pour cette précise :) Le mouillage tenait très bien dans le 2 sens mise à part le problème de cablot dans le quille.

En effet un poids sur le cablot aurait peut être évité la prise dans la quille mais pas sur...

Je mets une alarme de mouillage dans les coins nouveaux et la première nuit pour limiter la conso elec :). Cette fois le mouillage avait tenu 36h avant de Chasser.

12 sept. 2016
0

quand on mouille dans du courant faut être sur de son mouillage : nature du fond , longueur de mouillage , ancrage ,évitage et ceci sans garantie 100/100. les joies des mouillages quoi!

12 sept. 2016
1

En tout cas merci de partager cette expérience, qui heureusement se termine sans dégat... Un petit coup de rappel...

12 sept. 2016
0

Il arrive toujours qu'un jour ou l'autre que notre ancre chasse mais moi ce qui me gênerait le plus , c'est cette histoire de câblot qui se prend dans la quille .
Lorsque j'avais refait ma ligne de mouillage , le vendeur m'avait demandé si je désirais avoir un câblot flottant ou " coulant " sachant que ce dernier est moins élastique je l'avais quand même choisi pour éviter ce genre d’inconvénients .

12 sept. 2016
0

Comme le dit Duduche, merci pour avoir relaté cette expérience, intéressant
on voit bien à la lecture des commentaires que personne ne sait expliquer ce qui est arrivé, donc ça doit pas être simple :-)

c'est bizarre quand même ton câblot dans la quille. Bonne question de savoir s'il flotte ou pas ? s'il flotte, cela peut expliquer qu'il se prenne dans la quille à la renverse ? et donc qu'ensuite, globalement ton mouillage perde de l'efficacité ? Le bateau n'étant plus tenu par la proue mais par le côté, la force exercée par le courant doit être bien supérieure, non ? (cette explication me plait bien :-) )

maintenant si ton câblot coule, je ne comprends plus et je ne vois pas bp d'éléments qui aident à trouver dans les commentaires ci-dessus

alors il coule ou pas ?

12 sept. 2016
0

Je ne sais pas si l'ancre est si responsable que çà ! J'ai vu un voilier dériver à grande vitesse avec le courant en Rance trainant son corps mort : la ligne de mouillage était prise dans la quille et le bateau en travers du vent et du courant.
Avec la trainée de la coque en travers et le fardage ( le bateau se prenait des coups de gite de plus de 20° vent de travers) rien ne peut résister à mon avis.

12 sept. 2016
0

Le cablot coule et j'ai jamais eu de problème de ce genre par fort vent, simplement des petits chassages qui me poussent aussi à changer d'ancre.

Lors des premières renverses malgré que le cablot était dans la quille, le bateau restait dans l'axe du courant ou du vent. Par contre lorsque l'ancre a complètement chassé et même lorsque le bateau s'est arrêté par accrochage dans le rocher j'étais en travers...

12 sept. 2016
0

Celle Qui Rippe :)

12 sept. 2016
1

Hello,
Quand j'ai acheté mon cata(8T), il y avait une Fortress à poste(7kgs..;)et une CQR (25kgs) dans un coffre...?
Etant très novice, j'ai fini par lui demander pourquoi...d'après lui, il chassait constamment avec la CQR, plus jamais avec la Fortress...il se baladait essentiellement dans le Golfe du Morbihan aussi.
Du coup, je l'ai également gardée à poste...et ai donné la CQR à un copain(Ovni43) qui en a été ravi, lui...
Comme quoi... :heu:

12 sept. 2016
0

je n'arrive pas bien à comprendre comment le cablot qui coule peut se prendre dans la quille lors de la renverse et comment le bateau fait pour rester dans l'axe du courant avec le cablot de l'ancre qui tire que l'arrière de la quille.... mécaniquement ça me semble étonnant...

12 sept. 2016
1

Étonnant, mais cela arrive parfois lorsque le vent et le courant sont en sens opposés. Quand c'est le cas, on met un trainard derrière le bateau pour forcer le bateau à s'orienter dans le sens du courant.

12 sept. 2016
0

cela m'est arrivé une fois il y a longtemps .mouillage en mer juste devant deauville.calme plat. le lendemain matin le cablot filait sous le bateau collé à la coque ,très tendu, passait derrière la quille et revenait sur l'avant sous l'eau (2m)le bateau bien dans l'axe du vent.dégagement au moteur.(1 tour 360°)et hop! cablot revenu sur l'avant.

12 sept. 2016
0

Chez un ship dans mon coin il y a un énorme bac á sable avec des ancres en miniature de toutes sortes; il suffit de tirer sur la chaine: toutes se plantent sauf la CQR qui dérape et n'arrive jamais á accrocher. Je sais que le test est douteux car il ne tient pas compte de nombreux paramètres , mais on reste perplexe devant cette articulation qui semble n'être lá que pour empêcher l'ancre d'accrocher.

12 sept. 2016
1

La CQR une fois enfouie tient très bien, mais pour s' enfouir elle trace habituellement un long sillon sur 5 ou 10 mètres selon le sol.
Et à chaque renverse de courant elle recreuse son sillon.
Et risque de rencontrer un caillou qui la fait remonter, ou un gros paquet d' algues qui la remplit et empêche l' enfouissement.
C' est pourquoi je l' ai abandonnée en 1974, remplacée à l' époque par une FOB, maintenant par une Cobra.

13 sept. 2016
0

J'ai utilisé pendant plusieurs années un (fausse) CQR de 20 kg ça tient un fois enfouie mais j'ai parfois chassé sur quelques dizaines de mètres par vent fort (mistral) depuis j'ai une Rocna Vulcan, elle ressemble beaucoup à la Spade; rien à voir avec mon ancienne CQR elle s'enfonce immédiatement à la traction dés qu'elle se pose la ou elle est et la résistance ne semble pas avoir de limite (rafales à 55 N au mouillage cet été, j'ai eu beaucoup de mal à la remonter) de fait je dors plus sereinement.
Je suis sur un mouillage tout chaine et j'aime pas trop les mouillage mixtes compliqués à remonter quand il faut quitter un mouillage en catastrophe et que ça souffle fort.

13 sept. 2016
1

Dans les coin à fort courant, et à évitage rapide, pour un peu que le vent contrarie un peu tout ça, le câblot ne peut que se prendre n'importe où sous le bateau. Rien que de la chaine,et pas de problème.

13 sept. 2016
0

Dans cet endroit du golfe la renverse de courant est très rapide et les vents était de travers. Les fonds étaient très vaseux mais je ne sais pas si il y avait des algues, peut être vu la cote Est d'Arz...

Heureusement que ma quille est droite et sans saumon sinon le cablot ne se serait pas décroché...

Merci pour vos commentaires!

13 sept. 2016
1

j ais mis une 16kg kobra 2 avec 15M de chaîne cette été j ais pu tester avec force 6/7 pour 3M de fond
aucun soucie l ancre disparaît littéralement dans le sable.
Et plus sa tire plus sa s'enfonce
Par contre pour la sortir les 1500w du guindeau était le bien venu...
Une 12kg suffi d après le fabriquant mais vue le prix ont peu prendre 2 taille de plus sans regret...
Quelle pied dormir par force 7 alors que tous le monde est partie encombre les ports....

13 sept. 2016
0

certains conseils sont pour mixte -cablot pour justement mettre de l'élasticité dans le mouillage et éviter ainsi (semble-t-il) le dérapage.pour ma part je mets tout chaine si possible.

13 sept. 2016
1

J ai vecu la bas, connais bien ce mouillage pour l avoir beaucoup pratiqué et ta mesaventure est un grand classique

1 les fonds sont fait de vase et verdure, tenue tres moyenne mais avec une ancre plate ça le fait

2 si le vent est faible, le courant fait tourner le bateau ds tous les sens sur lui meme pendant le gros dodo plus le petit vent qui tourne lui aussi
Tout cablot non tendu va s entrouler autour de la quille, voir prendre le safran avec

Pour eviter la situation, ne mouiller que de la chaine, ça vient d etre dit
Pour se sortir facilement de la situation, j attachais un parre batage à la ligne de mouillage que je larguais
La tension du mouillage sur le bateau en travers suffisait pour que le cablot se deguage de lui meme
Bateau libre, je pouvais demarrer le moteur et aller recuperer mon mouillage

13 sept. 2016
1

Le mouillage devant Ars, près de la cale de Pen Raz est en effet de mauvaise tenue. Il y a un champ de laminaires qui ne permet pas de mouiller convenablement et autour c'est une bonne épaisseur de vase molle. J'ai vu une fois Steredenn partir à la dérive vers le nord malgré un mouillage refait 4 fois et validé par une bonne marche arrière. Mon canot a dérivé sur 200m avant que l'ancre plate de l'arrête dans 3m d'eau !

13 sept. 2016
0

En effet il faut uniquement de la chaine.
L'expérience de mettre du bout existe(ait?) même sur des bouées. J'en ai fait l'expérience avec un voisin dont le bout c'était pris entre la quille et le safran. Le bateau n'évitait plus. Donc (gros) bisous avec mon arrière. L'expert a conclu que le mouillage textile n'était pas adapté à un bateau de type quillard. De plus les bateaux se "baladaient" beaucoup avec du textile... c'est(était?) mis en place pour des raisons de maintenance.
Il y a déjà souvent des soucis avec les mouillages sur corps mort dans le golfe, alors sur ancre... prudence...

13 sept. 2016
0

bonjour perso jamais de cablot , et une cqr la vraie plutot surdimensionnèè par raport aux preconisations ou une rocna normale(celle avec l'arceau à mon sens bien plus moderne et efficaçe qu'une delta elle deja superieure à une cqr, et surtout une alarme de mouillage! en cas de coup dure je leste la chaine(poids coulissant) apres chacun adapte son mouillage suivant ses convictions et son experiençe et si ça tient c'est le prinçipale! on pourrait faire des livres et des livres sur les mouillages

13 sept. 2016
1

Apparemment ce mouillage est de mauvaise tenue, pourtant il était conseillé dans un forum...
La prochaine fois ce sera avec une nouvelle ancre et un poids (ceinture de plongée par exemple) à 4-5m du davier.
En général n'ayant pas confiance en ma CQR, je mouille mes 30m de chaine 10mm minimum quelque soit la hauteur d'eau plus du cablot si besoin...
Je vais changer pour un Kobra 2 16kg, j'aurais préféré une rocna mais ce n'est pas le même budget :)

13 sept. 2016
0

Oui. Ma chérie a dérapé au même endroit il y a longtemps. Rétrospectivement, ca lui fera plaisir de savoir qu'elle n'est pas la seule.

13 sept. 2016
0

En 20 ans d'utilisation de ma CQR de 16 kg, je n'ai chassé que 2 fois.

A Calvi, une nuit, lors d'un orage avec des rafales à 55 nœuds, sur un quinzaine de mètres, mais dès que le vent a baissé d'un dizaine de nœuds, le bateau s'est stabilisé.
A Porto Colom, dans un sable grossier, lors du passage d'une dépression, avec des vents de 35 nœuds. Elle chassait doucement.

Le reste du temps, aucun soucis, même par 45 nœuds de vent, à Cadaquès. Mais je mouille long.

Je l'ai cependant changé pour une Kobra de 16 kg, qui je pense dans les mêmes condition, n'aurait pas bronché.

13 sept. 2016
0

Depuis quelques années, la Mairie d'Arz a organisé le mouillage sur corps morts à Pen Raz. Je crois qu'en saison, il y a un service d'accueil qui attribue les bouées visiteurs et encaisse les redevances.
C'est plus cher, mais c'est plus sûr!

13 sept. 2016
0

Vu le prix tu prend le poidsite au dessus...

13 sept. 2016
0

Je pense rester sur la 16kg pour la faciliter de remontée car c'est souvent à l'huile de coude et le guindeau est vieux...

13 sept. 2016
0

Attention avec les CQR :
- Les copies sont souvent approximatives et ne respectent pas les angles et les cotes (vous pouvez vérifier : les vraies CQR ont des proportions différentes suivant le poids)
- SL mettait en garde vis-à-vis des CQR usées qui ne respectent plus les angles de butée de verge...

13 sept. 2016
0

Et pourtant:
Sur mon Neptune 94, j'avais une vrai CQR de Lewmar. Cette ancre a été une catastrophe, ne tenant absolument pas, dès que le vent dépassait 20 nœuds, malgré des mouillages, dans les règles de l'art avec 6 fois la profondeur.
Su le GS 106, ce n'était pas une vrai CQR , mais une SOC (Plastimo) de 16 kg. A part les deux chasses citées plus haut, elle a toujours très bien tenu, pendant 20 ans de mouillages forains.

13 sept. 2016
2

comme beaucoup d'entre vous j'ai aussi dérapé au mouillage à cet endroit.
Je dis comme setereden. Dans du courant alternatif le bateau peut remonter sur son mouillage, soit part le vent soit par le courant. Il faut alors ne pas laisser trop de cordage, 3 ou 4 m maximum de façon a ce que même si le bateau remonte vers son ancre il n'y ait pas assez long de cordage pour se prendre dans la quille. Dans ce cas peut-être vaudrait-il mieux mettre un mouillage tout en chaîne ce qui en plus limite les mouvements du bateau et évite ainsi d'aller embrasser les bateaux à côté.

14 sept. 2016
0

Il y a aussi une technique de mouillage en chenal:
1 mouillage avant + 1 mouillage arrière.
Le bateau reste alors aligné.

14 sept. 2016
0

Ayant un DI acier j'ai utilisé parfois cette technique sans trop de problème. Cela suppose que les longueurs de chaines soient réglées optimum pour ne pas dériver de trop et que les ancres tiennent.
Cas particulier une fois après mouillage/échouage avant volontaire travers courant en catastrophe à Charron, cause bateau ingouvernable couvert de moules (première sortie depuis Marans). Le mouillage arrière avait était posé assez loin dans une vase molle et l'ancre s'y était profondément enfouie. Le départ s'était fait sur le mouillage arrière en fin de marée montante (après réflexion j'aurais dû attendre l'étale complète) et le bateau libéré de l'avant s'était immédiatement aligné dans le courant. La remontée de l'ancre arrière demanda des efforts.
Il est certain que le problème de base est la qualité et du fond et les possibilités d'accroche vraie de l'ancre. Le corps mort est une bonne solution pour autant qu'il existe et soit fiable.

14 sept. 2016
3

bonjour outremer. J'ai longtemps ancré le bateau sur deux ancres en Loire où il y a un fort courant alternatif. J'ai trouvé un grave inconvénient à l'ancrage avant arrière comme tu le dis, c'est que quand le courant est fort le bateau a tendance à se mettre en travers à marée basse (quand il y a pas mal de chaîne molle), ensuite il se met en travers et finit par arracher une ancre .
J'ai failli perdre plusieurs fois un bateau dans ce cas là mais il est vrai qu'en Loire le courant peut être très fort jusqu'à plus de 6 nœuds en cas de crue au printemps à la fonte des neiges.
Quelle solution alors ? Bien mettre les deux mouillages devant derrière mais ramener le mouillage arrière sur l'avant avec l'autre. Le bateau est alors comme sur un corps mort.
Inconvénient ? Les deux chaînes finissent rapidement par s'entortiller et les démêler est pratiquement impossible. La solution temporaire que j'ai trouvée consiste à finir le mouillage arrière par une amarre textile qui est beaucoup plus facile à démêler à l'étal de BM ou de PM.
Si c'est pour un mouillage longue durée un émerillon s'impose à la jonction des deux chaînes mais je n'aime pas trop un mouillage longue durée dans ces conditions, autant alors se poser un corps mort si par un heureux hasard ça n'est pas interdit

13 sept. 2016
0

Kaj : C'est probablement la solution à mettre en oeuvre dans cette condition, encore faut-il avoir suffisamment de chaine :)

13 sept. 2016
0

Ah la CQR...que de mauvaises nuits ! Elle se met à chasser doucement pour ne plus recrocher. Je l'ai gardée en secours par sentimentalisme car elle était liv?ée d'origine sur le bateaux glaouches des 70's.
Moins de soucis avec la Delta, mais la meilleure que j'ai testé sur sable vase et merle, c'est l'autostable Bugel.
Bien sûr, pas de cablot si renverse de courant au programme !

13 sept. 201613 sept. 2016
0

Une CQR qui dérape c'est la preuve qu'elle a croché. Ce qui est en soi un heureux hasard.
Nota: Déraper est pris au sens de la définition donnée plus haut. Déraper est synonyme de lever l'ancre.

13 sept. 2016
1

Bonjour à tous

De mon coté je me suis fabriqué des amortisseurs d'amarre textile et caoutchouc (d'un coté une grande boucle épissurée qui passe dans les taquets et de l'autre une manille inox dans une petite boucle epissurée aussi).

Donc je laisse filer la quantité de chaine ad-hoc (3 à 5 fois la profondeur par PM...) et ensuite je relie la chaine avec mes attaches textiles qui font en gros 2,50ml chaque, prises sur les taquets tribord et babord et je redonne un tout petit peu de chaine pour soulager le guindeau.
avantage, plus d'effort constant sur le guindeau, ce dernier reste quand même en sécurité aucaszou, diminution des bruits de ragage de chaine, diminution de l'effet essuis- glace, et amortissement de l'ensemble.

les attaches dans la chaine de 10mm se font par des manilles inox à axe imperdable d'un diametre qui passe dans la chaine de 10mm, vite mises et vite otées si besoin il suffit de remonter la chaine au guindeau et de dégraffer les manilles).

Ensuite alarme de mouillage......

13 sept. 2016
0

Grosso modo tu viens de réinventer la main de fer, non ?

14 sept. 2016
0

Tout à fait mais je décrivait le montage complet et en patte d'oie, à faible cout, avec l'amortisseur caoutchouc incorporé ce qui amorti les à-coups du à la houle ou au clapot, car la main de fer n'est que la manille spéciale et relativement chère si il en faut 2......

Mais en final tout n'est-il pas un éternel recommencement...????

14 sept. 2016
0

Pour ma part j'utilise simplement un bout noué sur la chaine et amarré sur taquet, simple, rapide à défaire et économique :)

14 sept. 2016
0

À la place de "nouer sur la chaîne" j'ai un crochet inox (vieux mousqueton, fermeture retirée). C'est plus pratique... Le bout est frappé en permanence sur le taquet, et un tuyau y est enfilé pour éviter l'usure dans le davier. Un noeud simple de chaque côté du tuyau le place exactement où il faut.
Quand on mouille tous les jours, parfois deux fois, j'aime bien avoir tout en place...

14 sept. 2016
0

Merci baboujoli pour le tuyau je testerai :)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer