democratisation de la plaisance: POUR OU CONTRE?

Fiers navigateurs,
Etes vous pour ou contre la democratisation de notre activitée?
Je dirais
POUR: Baisse, des prix du materiel, des meilleurs services car plus de concurrence, faire partager une passion...

CONTRE: De plus en plus de bateau, pb de place dans les ports, conduites irresponsables etc...

Pour ma part je dirais COntre!

L'équipage
05 sept. 2003
05 sept. 2003
0

la démocratie est une si belle invention
que je ne peux qu'etre pour la démocratisation de toute chose

mais je crois pas que démocratisation veuille dire clochardisation ce qui est malheureusement un peu le cas, parfois, quand on voit certains bateaux et leurs occupants

mais bien sur comme d'hab; chacun peut bien dépenser son RMi comme il le veut

amicalement

05 sept. 2003
0

merd'alors
vous trouvez qu'il ny a pas assez de con sur le forum? ou dans le ports ?

05 sept. 2003
0

POUR !
Cela forcerais peut-être les ports à agrandir et par conséquent améliorer leurs capacités d’accueil.
Contre car il y aura forcément plus de C.. a la barre, ça se voit d’ailleurs très bien depuis qu’il y a des voitures « low cost » et par conséquent plus démocratiques.
cordialement.

05 sept. 2003
0

jp,
Tout le monde n'a pas les moyens de se payer le dernier beneteau, jeanneau ou amel.. Il en faut pour tout le monde.. Relis donc Moitessier, çà te fera du bien.. et t'évitera peut-être ce genre de propos méprisants..

05 sept. 2003
0

democratie a l' athenienne ?
Je suis pour la democratisation de la voile parce que un con a terre qui va en mer ,a une chance de revenir sur terre moins con,plus humain...meme si l' effet dure pas tres longtemps;je le sais alors je retourne régulièrement faire un tour sur l eau et depuis que je me soigne,je suis moins pire..
Or je suis convaincu de ne pas etre un cas unique et pour nous les cons,la prise de conscience est toujours tardive et tres progressive,comme pour ne pas nous faire trop souffrir..et je puis témoigner :rien n est pire que d'etre con et de le savoir ou alors faut s accepter..surtout que la connerie c'est comme les odeurs corporelles ou les ronflements,ca gene toujours plus quand ca vient des autres..

05 sept. 2003
0

CONTRE
car avant tout je tiens à plaire à mon mentor "jp" alors...
virons tout ces pauvres qui envahissent toute nos belles marinas...
et pis je ne veus voir que des barreurs en smoking sur des ponts en tek lustrés parcourants la transparence immaculee des flots qu'enfin ma conceptions democratique de la plaisance me submerge HAAAAAAAAAAAAAAAAAAA... que de bonheur!

pour:
ch'ui eloquent et inspiré que quand j'veus ; na!

05 sept. 2003
0

je précise pour ceux qui se méprendraient sur mon propos qu'etre clochard
n'est pas un état de fortune, mais un état d'esprit

la pauvreté est une calamité qui ne conduit pas vraiment à la clochardisation si on a une dignité

je suis enfant d'émigré gagnant le smig toute sa vie, donc pas riche, pourtant à aucun moment on a vécu en clodos car on avait une dignité que certains meme plus aisés n'ont pas sur leur bateau

un bateau peut etre simple et peu cher, ça n'empeche pas qu'il soit rangé,propre, autre chose qu"un tas d'immondices avec un ponton barré par des morceaux de bois, des vieux moteurs et tout un fourbi digne d'une décharge, gardé par un ou plusieurs chiens aussi mal élévés que leur patron, des gamins et gamines se promenant cul nu dans le port, etc.... et que ses occupants aient des relations sociales normales avec le voisinage

que celui qui veut s'intégrer et respécter les populations autour du monde commence par son port de départ

je sais de quoi je parle, il y en a à port camargue et tout le monde attend qu'une chose: leur départ car ces "bateaux" pourrissent la vie de tout le monde

amicalement

05 sept. 2003
0

?
" mais bien sur comme d'hab; chacun peut bien dépenser son RMi comme il le veut "

j'avais cru comprendre par cette phrase que tu pensais que quelqu'un qui touche le RMI ne doit pas posséder de bateau, ou n'en est pas digne.

"etre clochard n'est pas un état de fortune, mais un état d'esprit"

quel rapport dans ce cas avec le RMI? si une personne fortuné peut etre etre sur un bateau "clochard" , alors pourquoi avoir fait mention du RMI?

je ne te suis plus.

06 sept. 2003
0

histoire de dire
La voile pour tous ...........oui.......
Mais contre les congés payés...
Le tourisme voyageur retrouverait sa dignité et la voile aussi.
Et nous serions moins nombreux au meme moment au meme endroit.
SAAAAALUT

06 sept. 2003
0

démocratisation de la plaisance
Expression inventée par un propriétaire de revue ambitieux dont le but -réussi- était de devenir l'animateur d'une puissante industrie de la plaisance travaillant en série. Il a réussi: devenant le tout-puissant président de la fédération de la dite industrie.
Conséquence:
les ports sont devenus encombrés et payants,
les bateaux, rentabilité oblige, sont devenus de plus en plus gros et chers; le "Yachting de papa" est revenu, encore plus cher que lorsqu'il n'était pas "démocratisé"
les petits charpentiers de marine, qui vivaient indépendants en construisant des bateaux pas cher ont disparu,
les petits chantiers ont disparu ou été "concentrés" pour la plupart,
et , si vous n'avez que quatre sous et vous obstinez à prétendre naviguer, voyez comme on vous traite de haut!
Mais la plaisance est, enfin, démocratisée
(ce qui me rappelle tout à fait le langage des "élites politiques")

Ah , qu'il est plaisant de rouler avec des mots ses con-citoyens dans la farine!

06 sept. 2003
0

je pense nullement que quelqu'un qui est au RMI n'est pas digne ou ne doit pas etre sur un bateau
mais je pense qu'il doit etre bien difficile pour ne pas dire impossible de le faire

ou alors, le RMI a été beaucoup augmenté sans que je le sache
ou alors encore, le prix d'achat et d'entretien d'un bateau est bien moindre que ce que me coute le mien

en clair, peu m'importe la fortune du navigateur mais beaucoup m'importe son savoir vivre avec les autres

bye

06 sept. 2003
0

DEVINEZ DE QUI JE PARLE
Tu peux pas arreter tout seul??? Ca ferait du bien à beaucoup de monde

06 sept. 2003
0

RAS LE BOL !
Y en à marre !!!!.
Il y a déjà un fil sur le RMI, et c’est assez fatiguant.
Ne pourrait-on pas laisser en paix ces gens, après tout si ils choisissent de vivre sur un bateau avec le RMI (ou chômage) c’est leurs problèmes.
Chaque personne qui fait ce choix et qui par la même occasion peut aller faire un rond dans l’eau le week-end épargne finalement d’autres charges à la société.
Après tout si ils décidaient tous d’exiger un logement social (ou HLM) cela représenterait une dépense supplémentaire pour la communauté et cela ne ferait peut-être pas leurs bonheurs.
Alors si c’est pour de nouveau tomber dans la diatribe avec ou sans smoking je dis POUR la démocratisation de la voile.
Le fait d’être avec ou sans éducation sur un bateau n’a rien à voir avec les moyens de l'individu mais seulement avec son éducation et son amour propre.
Il suffit de voir le nombre de bateau contrevenant dans les entrées de ports et ce ne sont pas des moindres
Cordialement quoi

06 sept. 2003
0

bizarre
ils sont d'accord, et ils s'engueulent!
j'ai compris que pour jp aussi bien que pour babou, ce n'est pas le capital sur l'eau qui compte, c'est le respect des autres et de soi même..
c'est pas ça?

06 sept. 200316 juin 2020
0

Y PAS PLUS CLAIR
Pour autant que cela ressemble à un bateau et pas à une roulotte Oui.
Le pognon ne fait pas le marin et vice versa.
Quand à relire le texte de J.P mon premier voilier était un Gib Sea 24 pieds et m’a coûté 619€
Voileusement.

06 sept. 2003
0

Plus de places
Par démocratisation je pense que l'on veut dire accés donné à un plus grand nombre. Par une baisse des prix peut être, un maniement plus aisé peut être.

Je pense surtout par un enrichissement général de notre pays qui a apporté loisirs et moyens matériels à un grand nombre.

Aujourd'hui nous arrivons à une limite : celle des places de port et de mouillage sur nos cotes. C'est certainement ce qui va de plus en plus limiter le nombre de bateaux à flot.

Je suis déjà effrayé de lire que certains envisagent d'acheter un bateau pour y vivre à l'année en dehors de tout projet de navigation. Si effectivement ce choix devient economiquement rentable et attire un grand nombre nous ne trouverons plus de place dans les ports.

La question qui se pose à mon avis est comment répartir les places disponibles:
en favorisant les bateaux en escales?
en favorisant les bateaux à l'année?
en favorisant ceux qui naviguent effectivemment?

par quel moyen discriminer c'est à dire gérer le rationnement. A ma connaissance il y a 3 grands moyens de rationner:
par l'argent (c'est celui qui est utilisé pour le caviar par exemple)
par la queue (au guichet du bureau de poste par exemple)
par des critères administratifs (c'est ce qui semble être le cas pour les HLM ) bien souvent ce dernier moyen est la porte ouverte au copinage et autre favoritisme.

Je ne sais pas lequel est le plus démocratique, queues et critères administratifs étaient les préférés dans les pays communistes.

Personnellement je pense que l'on devrait favoriser les bateaux en escale par des tarifs discounts et décourager les bateaux ventouses: avec un tarifs annuel très lourd qui baisserait dès que le bateau sortirait du port (-0,5% du tarif annuel par nuit hors du port par exemple)

un tarif annuel lourd est celui qui fait qu'il reste des places disponibles.

Mais naturellement je mets mon bateau à l'eau 3 semaines chaque année et je vais de port en port -:) -:)

Si vous trouvez ma proposition scandaleuse, parce que votre bateau reste à l'eau toute l'année par exemple et que vous ne faites que des sorties de l'après midi, je suggère qu'en plus de le dire vous fassiez une autre proposition de rationnement (attribution des places disponibles).

MichelR

06 sept. 2003
0

Pourquoi stoper la démocratisation ?
C'est quand même gonflé, une fois qu'on a accédé à un certain privilège, (exemple la plaisance) de dire "maintenant on est trop nombreux, stop à la démocratisation", et on referme la porte.
Les copains qui ont quelques années, voire une génération de retard pour accéder aussi au dit privilège, apprécieront.

Et on fait comment, pour dire qu'on arrête la démocratisation ? On va voir Chirac ? On va voir les constructeurs ?

Combien d'entre nous auraient un bateau sans une certaine démocratisation. Tous le monde sur l'eau n'est pas Slocum ou Le Toumelin.

Rassurer vous, les mécanismes de régulation vont se mettre en route, comme pour tout privilège, quel qu'il soit. Quand les riches ne sont plus seuls à profiter d'un truc, et que le petit peuple commence à en profiter, on met des freins. Prenez la voiture. Elle n'était possédée que par quelques personnes fortunées, ou des mécanos passionnés. Ils circulaient sans permis. Puis il a fallu inventer le permis, puis les taxes, puis le contrôle technique. Maintenant la circulation alternée. Bientôt la circulation en convoi grâce aux automates.

Et si tous ces trucs étaient appliqués à la navigation ? Ha ha ha !

Les plus riches songent maintenant aux vols dans l'espace.

06 sept. 2003
0

quand l'automobile s'est développée,
il a été crée des autoroutes et des routes nouvelles pour absorber l'augmentation du traffic

en matière de port, grace à une corporation bien connue faisant la majorité d'un parti politique aussi microscopique que contre tout ce qui est pour, la création de port est bloquée en France

pour des gens se voulant proches du peuple: bravo

la seule solution est de developper les places de port comme en hollande, en suede et dans bien d'autres pays, où le fait d'avoir un amel ou un jeanneau te fait pas passer pour un infame salopard insensible au malheur des autres.... et qu'il faut abattre à tout prix

bye

07 sept. 2003
0

Les pieds dans le plat!
Disons les choses clairement:
Pour satisfaire aux lubies d'écolos (qui n'ont jamais, jamais navigué, Ohé, Ohé!), pathétiques retraités des révolutions manquées pour qui les plaisanciers sont a priori des "ennemis de classe", on a gelé de 1981 à 2002 la construction ou l'extension des marinas, à de rares exceptions près.

Résultat: Un marché noir des places à l'eau, et une prolifération de mini ports à sec, aux hangars rouillés, aux sanitaires malsains, souvent sans rien de prévu pour les huiles et batteries usées, avec parfois même floraison d' épaves pourrissant alentour.
(Les ports à sec dignes de ce nom se comptent sur les doigts d'une main, au moins en Méditerranée)

Des marinas construites dans le style local sur concours d'architectes et après référendum municipal, respectant évidemment les règles d'hygiène, de sécurité et de récupération/destruction des déchets, auraient mieux valu que cette multiplication anarchique de chancres dont le poids économique local (taxes et emploi)risque de paralyser les élus les mieux intentionnés.

A tout interdire, on a favorisé le pire du système D. Malheureusement aujourd'hui, ces avatars de ports sont la seule solution pour beaucoup de yachties.

06 sept. 2003
0

on n'a pas de chance!
les nordiques ont tellement d'iles, d'estuaires, de fjords, de lacs , que les ports ne déparent pas le paysage comme hélas sur nos cotes..

quoique, si on acceptait d'avoir son bateau a 1h ou 2 de la haute mer, la place dispo est aussi immense, rien qu'avec les étangs du Sud ou les estuaires du Nord, mais on veut pouvoir sortir a 11h et etre rentrés à 17h!

et des coffres c'est 3 fois moins cher que des pontons, mais c'est moins pratique pour faire embarquer grand maman..

(je suis obligé de charcher des idées, car j'ai une place a l'année, et MichelR veut augmenter les prix!)

06 sept. 2003
0

Le stockage à terre ...
est une excellenbte solution pour ceux qui habitent loin de leur bateau: moins cher, plus sûr, pas de vieillissement du bateau, pas de soucis lors de tempêtes.

C'est ce que je fais,(12 mètres) et j'en suis fort aise. Sur un parking de supermarché moyen on met mille bateaux :-)

Je pense que c'est cela la vrai solution d'avenir, compte tenu de la durée moyenne de navigation des bateaux.

Robert.

07 sept. 2003
0

Robert
Tu écrivais :
moins cher, plus sûr, pas de vieillissement du bateau, pas de soucis lors de tempêtes.

Hem.. vu la quantité de bateaux calés jetés à terre à chaque grande tempête, je serais plus nuancé ;-)
(cf le joli jeu de dominos a coup d'oceanis tout neuf sur le parking des shipchandlers il y a 3 semaines à la grande motte.., et c'était juste un très gros grain...)

06 sept. 2003
0

La question initiale est ...
complètement théorique, car de toute façon, personne ne peut rien y changer , et heureusement !

La seule qui vaille, est de réfléchir à la meilleure façon de gérer tout cels :-)

Robert.

06 sept. 2003
0

où est la démocratisation?
Comme les gens se font avoir avec des mots! et comme ils en redemandent!

avant la "démocratisation", tout un chacun pouvait avoir un bateau, apprendre à naviguer, et loger son embarcation gratuitement dans de bons ports, faire garder son bateau pendant la morte saison par des retraités de la marine, l'entretenir par des petits chantiers pour un prix raisonnable. Un brave prof de dessin avait son bateau à Saint Martin de Ré, un autre avait un dériveur qui faisait son bonheur, un instituteur à la Flotte un petit côtre, et l'étudiant pauvre que j'étais (budget correspondant à environ 1/2 RMI actuel environ) allait chaque Samedi et chaque Dimanche, en auto-stop,jusqu'au bassin d'Arcachon pour en parcourir la totalité, en croisière et en "Vaurien" pour le prix d'une cotisation synbolique du "Touring-club". Puis, entré dans le "monde du travail" en tout petit fonctionnaire 1er échelon -salaire d'ouvrier - mon premier bateau de croisière -armé en 3° catégorie-, entre temps équipier sur divers bateaux qui avaient besoin de bras ...
Maintenant , les plaisanciers "démocratisés" (aisés ou pauvres, d'ailleurs) sont au service du fric (marchands de bateaux, d'accessoires, de places de port, revues qui pensent à leur place pour les amener à dépenser encore plus), les bons mouillages sont tous privatisés, qui par les communes, qui par des associations; les administrations battant de l'aile comme les Affaires Maritimes, ou ambitieuses comme la Gendarmerie ou la "jeunesse et les sports" ont touvé un nouveau moyen de cultiver leur importance et surveillent le troupeau (qui, à vrai dire, en a bien besoin tant il fait de gâchis).
Si vous êtes "démocratique " par les revenus (je suppose, parce que je ne vois pas concrètement ce que ce mot peut bien vouloir dire, tant il est utilisé pour tout et pour rien, et que ceux qui le profèrent le plus le pratiquent le moins), on vous fera vite comprendre que votre place n'est pas au bon endroit, même si vous y êtes né: vous n'avez pas encore compris?: il faut payer, et montrer vos sous. Votre rôle social est de travailler (si vous avez cette chance), payer, voter,et surtout ne pas venir gêner les gens qui comptent, ceux qui "ont", ceux qui vous "donnent" du travail. Accessoirement on vous tolèrera de "manifester", dans des formes assez conventionnelles, ça détend les nerfs du peuple.

Quant aux places de port manquantes...il n'y a même plus de quoi rire, tant les promoteurs et investisseurs ont une forte affinité pour le béton. Sur les 4 à 5 sites pas encore dévastés de l'île de Ré, il y avait un projet de bétonnage du "Fier d'Ars", un mini-bassin d'Arcachon local, sauvé semble-t-il pour le moment par les oiseaux migrateurs (!) et de la baie de La Flotte, avec son petit port du XVIII° siècle presque intact... Cela aurait fait de belles "marinas" qui font défaut actuellement.( ce qui ne les aurait pas empêchées d'être rapidement insuffisantes)

L'inventeur de l'expression de "démocratisation de la plaisance" avait vu loin: les constructeurs claironnent triomphalement leurs chiffres d'expansion chaque année: qu'il n'y ait pas d'abri où mettre les bateaux n'est pas leur problème, sauf si cela provoquait un "tassement" des ventes).

En attendant, débrouillons-nous, citoyens aussi indignes que démocratiques que nous sommes, pour loger nos bateaux où nous pouvons.

07 sept. 200316 juin 2020
0

les illusions
quand j'entend démocratisation de la plaisance, j'entend démocratisation de l'illusion consomatrice, tous le même rêve de liberté... tous ou presque dans l'attrape mouche toxico-consomateur.
Un des beau simbole c'est le "équipé tdm"
Je rêve que soit démocratisé le luxe de la qualité, je rêve de plaisancier qui préfaireraient cette barquasse (photo) a je ne sais quel sun first machin chose

07 sept. 2003
0

Pépé ...
Je parlais de stockage à terre dans des endroits techniquement structurés pour le faire ! Là ou je suis (dans le Var) il y a 300 bateaux à terre dont des bateaux de 20 mètres et plus. En 5 ans, je n'ai JAMAIS vu de bateau à terre, et cours des manutentions jamais vu des dégats plus grands qu'un balcon plié.

Mais évidemment, ils ont ce qu'il faut pour: les bateaux ne sont pas calés, il ont chacun leur ber à la bonne dimension, avec de gigantesques "transpalette" qui te déplace le bers avec son bateau de 20 mètres comme une palette de bière dans un super marché :-)

Enfin, des pros de la chose, quoi :-)

Tiens, si je la retrouve je te mets une photo ...

Robert.

07 sept. 2003
0

Sans illusions,
En Med, à moins de faire des ronds dans l'eau devant son port, naviguer coutera de plus en plus cher.
Voir les tarifs des marinas(privées) aux Baleares, et l'Italie suit de prés...

En France on selectionne pas par l'argent :))
mais les zones reservées aux bateaux "propres" arrivent, les arretés municipaux sont pris, pas encore apliqués...
Bref, pour ceux qui ont du temps, faudra aller plus loin.

07 sept. 200316 juin 2020
0

Stockage à terre ...
bien fait par des pros ... sur l'image un bateau de 12m promené comme un caniche sur le parking par le fangio de service qui te les place à 50 cm les uns des autres comme les voitures sur le parking d'Auchan :-)

Le bateau est sur un ber qui a des "pattes" qui s'emboitent sur le transpalette qui soulève le tout de 10 cm et se promène avec comme si c'était un jouet :-)

Ils sont capables de te faire cela pour des bateau jusqu'à 15-20m environ. Au delà, ils sont transportés par le "roulev" puis sur ber non déplaçables.

Durée d'une mise à l'eau : 15 minutes, d'une mise à terre et rangement :30 minutes

ça permet de ne rien bétoner du tout ... faut juste un sol bien plan au bord de l'eau.

Robert.

07 sept. 2003
0

Ah pas mal !
Ca a l'air sérieux comme truc !

C'est où ? Ca peut m'intéresser pour l'hivernage !

C'est cher ?

07 sept. 2003
0

Windjammer ...
faut pas trop regarder dans le rétroviseur :-) Un peu, oui, pour en faire une philosophie. Mais pas trop, sinon on s'en fait une misanthropie :-)

Amicalement, Robert

07 sept. 2003
0

Encore d'accord avec Robert !
La reflexion de Windja est intéressante, la démocratisation s'est accompagnée d'un changement de la façon de naviguer. Personnellement, avoir un bateau, ce n'est pas que tirer des bord: c'est profiter de la mer, vivre sur, dans et autour de la mer, c'est naviguer bien sur (et en même temps pecher, aller voir les dauphins, manger, rire, faire l'amour, ...), mais c'est aussi plonger, rester longtemps (plusieurs jours) dans un mouillage pour en explorer les recoins en apnée, changer de pays et y découvrir d'autres pays, d'autres cultures, rester quelques temps dans un port (ou un mouillage) pour faire connaissance avec des bateaux (enfin, surtout les équipages) qui voyagent, des habitants à terre ...

Pour tout cela, un Vaurien, c'est un peu juste ! Et un bateau équipé "tdm", même s'il est vrai que l'expression devient salement galvaudée, signifie grande autonomie pour ce que je veux faire (ahhh, j'ai pas encore de compresseur pour les bouteilles à bord !)

Ce n'est pas à la démocratisation de la voile au sens propre, auquel nous assistons, mais à la démocratisation du yachting, de la plaisance, qui n'était réservé qu'à une élite il y a encore 30 ans.

"En Med, à moins de faire des ronds dans l'eau devant son port, naviguer coutera de plus en plus cher."

C'est vrai pour l'Italie et les Baléares. Cependant, cette démocratisation peut être une excellente source de revenus, de création d'emplois, de développement technique, bref de ce qu'on appelle "développement durable" pour des régions qui en ont bien besoin !

Pour exemple:

La Tunisie: hum, pour moi qui vit à Paris, diable, je suis de plus en plus tenté vu les prix, le niveau technique, la gentillesse et le climat (20° en janvier, c'est autre chose que son bateau à Dunkerque !) A vrai dire, je me tâte avec la Turquie en prévision de gros travaux (les chantiers en France ont trop de boulôt !)

La Sardaigne: il reste encore beaucoup de place, accueil très sympa, pas cher (ex: Castelsardo, à une heure de Bonifacio, mais il faut avoir un vélo pour aller faire ses courses !) Seul parfois l'approvisionnement en pièce techniques est un peu juste

La Corse: y'en aurait des choses à faire là bas, cette ile pourrait être la perle de la Méditerranée pour la plaisance. Qu'est ce qu'il y a comme place potentielle (sans trop de nuisance écologique) ! Mais qu'est ce qu'ils sont longs à bouger ! Je rêve d'aller créer un chantier là bas: demandant un intervention mécanique à un professionnel à Ajaccio, la réponse (demande faite en mai): "de toutes façons, je ne prends plus rien jusqu'en janvier !"

Evidemment, celui qui habite à Brest ou à Marseille verra les choses de façon bien différente. Mais il n'y a pas que les habitants de bord de mer qui naviguent et qui souhaitent posséder un bateau. Pour un Parisien, mieux vaut 2 heures d'avion pour Tunis que 4 heures de bagnole pour La Trinité (et c'est plus dangereux, et y'a des bouchons, et ça pollue plus, ...)

Donc cette démocratisation, je ne dirais ni pour ni contre. De toute façon elle est là, il faut faire avec - cad essayer de mieux gérer - et je desteste les opinions tranchées à la lame.

07 sept. 2003
0

il faut deux bateaux par français!
c'est évident:
un petit qu'on met à l'eau soi-même pour faire un tour en mer, et un gros stocké a sec pour la croisiere annuelle, ou le futur tdm qui n'arrivera jamais, mais dont on rève..
Comme on mélange les deux usages avec un seul bateau, tout le monde veut une place au ponton!

et avec ça , en plus, le chiffre d'affaire des chantiers doublera!

autre idée: puisque l'usage principal des bateaux est de prendre l'apéro et de se baigner au mouillage , il suffit de stocker son bateau dans sa piscine: eau douce, bleu lagon, pas d'ancre qui dérape, et le congélo pas loin..

07 sept. 200316 juin 2020
0

T'as raison, Michel :)
En plus c'est vachement democratique: pour celui là j'paye pas de francisation, schut...

07 sept. 2003
0

démocratisation?
J'imaginais que la "démocratisation" était de mettre quelque chose à la portée du "peuple" (ainsi prétend le lieu commun de "démocratisation de la plaisance"). Si l'on voit l'exclusion à peine courtoise, mais ferme de tout ce qui n'a pas un solide compte en banque, on peut être perplexe.

De toute manière, nous vivons une civilisation du mensonge: faute que la chose soit, on vous nourrit avec des mots.. Dans la réalité, argenté ou non, on vous pressure jusqu'à ce que vous ne puissiez l'être, après vous êtes plus ou moins bon à jeter. On vous persuade qu'il vous "faut" tel objet (un grand voilier de haute mer, alors que peut-être votre bonheur serait sur un dériveur ou un petit multicoque et que, de toute façon, il n'y a plus de place dans les ports, une voiture qui roule à 220 km/h, alors que les autoroutes sont limitées à 130 et que les radars, de plus en plus nombreux et efficaces, vous guettent...). C'est le piège, technique où ,à l'encontre de la chasse, c'est l'animal qui se prend lui-même, attiré par une illusion de bien-être facilement atteint.
Je ne part pas en guerre contre qui que ce soit; je me contente de constater, et de ne pas m'en laisser conter.

Bien sûr, cela génère des flux financiers: c'est même la principale motivation des "informateurs" de la presse nautique.

Je me demande depuis longtemps combien l'un de ces bateaux démesurés coûte en ouvriers ou employés licenciés.

Curieuse "élite" à laquelle aurait été réservée la plaisance il y a 30 ans; une élite certes par l'effort d'apprendre, mais , sauf rares exceptions concentrées autour de Cannes, plutôt raisonnable. A La Rochelle, les "grands" appartenant aux "riches"étaient "Eloise "(quelque 13m, et "Marie-Christine" (même plan, mais avec moteur) ("Torribio" et "Rhapsodie", deux vieux 8m JI) et qui fraternisaient sans arrières-pensées (il n'y avait pas de concurrence pour des places de port) avec une certaine quantité d'"Estuaires", "Corvettes", "caphorn", "Corsaires", "Cornu 8,30", plans Sergent , quelques bateaux de pêche reconvertis, etc...Bien sûr, les voiliers des "grands" étaient hors de notre portée, mais cela restait encore dans le domaine du raisonnable (et puis, ils avaient besoin de bras pour les régates..)

Le "Vaurien", ce n'était pas pour aller au-delà de l'horizon (même si notre infiniment sympathique , cher et vénéré Jean-François Deniau a fait, je crois dans sa seizième année, la traversée vers la Corse avec - ce qui n'est pas recommandable même si cela prouve quelques qualités marines et personnelles, ou du moins beaucoup de chance puisqu'il est revenu vivant), c'était simplement le plaisir sans limites de naviguer sans moteur et sans ramer, et la joie de l'apprentissage de la mer et du vent, du jeu avec leur puissance (il me souvient d'avoir navigué avec 8 tours de rouleau sur la bôme, parfois même avec le foc gréé en grand-voile -truc que m'avaient appris d'anciens marins-pêcheurs; ce bateau , en contreplaqué, n'avait aucune réserve de flottabilité: il était rigoureusement interdit de chavirer. Au fond, qu'importe la traversée: le voilier n'est pas - ou est en tout cas bien autre chose qu'un moyen de transport)

Je ne parle pas de nostalgie,regretter ou protester ne changera pas le monde, il faut "faire avec" -et ne pas se faire piéger- . Il s'agit simplement de qualité de la vie et de bonheur sur l'eau. Là où "les petits, les sans-grades" peuvent encore s'adonner à leur plaisir innocent, sans être jetés comme des malpropres hors des endroits ou leur présence pas assez argentée fait tache, il y a de l'"ambiance" , de la joie et de l'amitié: ce ne sont pas les habitués de "Ty Beudeff" qui diront le contraire! Comme c'est la marin et non le bateau qui fait la navigation, ceux qui choisissent l'un et l'autre à leur mesure ont encore de belles journées sur la mer à vivre, même s'il faut se serrer les coudes dans les abris (enfin, ceux qui restent accessibles). Il suffit d'"en vouloir", d'aimer naviguer, et de faire l'effort d'apprendre -se connaître, connaître son bateau, connaître la mer: cela s'apprend.(je ne sais plus qui disait à ses étudiants -je crois que c'est Einstein : "il faut apprendre avec passion ET PROGRESSIVEMENT"); ou encore, comme les Franc-maçons "être un apprenti toute sa vie".
C'est le prix du bonheur sur l'eau (sinon se faire peur ou pire, est-ce le bonheur?)

Je ne sais s'il est démocratique de devenir adulte et autonome, de faire soi-même ses choix sans qu'ils soient plus ou moins imposés, et de les assumer, c'est-à-dire d'être LIBRE autant que faire ce peut. Ce n'est pas la "démocratie populaire", qu'elle qu'en soit la couleur, ni celle des marchands. C'est finalement très gratifiant.

Le fond de mon pavillon personnel est noir (qui ne s'en douterait pas?) Couleur de l'infini, et qui contient toutes les autres, pouvant restituer chacune à volonté. Le motif blanc n'est pas de crâne et de tibias: j'aime trop la vie (et ce symbole de mort est usé): Le mien est une sorte d'étoile symbolique, faite d'une synthèse de la foudre de Zeus (que pète le tonnerre!), d'un double Albatros (petite référence ironique aux "doubles aigles", qui ne tiennent pas très bien le coup sur mer, du moins celui d'Europe centrale), du trident de Poseidon, et du chiffre 5 ( le chiffre de l'homme debout: tête, bras et jambes ).

07 sept. 2003
0

faut-il une fortune pour naviguer?
Suggestions pour naviguer heureux sans y laisser (financièrement ) la peau:

pour naviguer sans dilapider un modeste revenu, il faut seulement: un bateau correspondant à ses moyens techniques et financiers, de la matière première d'entretien et de réparation (bouts, toile, bois ou résine, peinture) et ne pas être trop "glandeur". Il y a des "discounters" avec des prix TRES avantageux (comme "Pavillon noir" en Bretagne). Il y a tout un secteur de brocante nautique, d'autant plus intéressant que l'on trouve du matériel tout juste rodé,provenant de bateaux qui naviguent peu.On trouve des voiles de rebut ( 1 an de navigation, une très belle coupe et de bonnes coutures,très propres, 10 à 15 ans de potentiel) de régatiers qui, pour se maintenir au niveau, changent de voilure chaque année.
Un compas de route de bonne qualité (le mien me suit de bateau en bateau). Un compas de relèvements précis (j'ai un "Mini-Morin", l'"Iris" est mieux, mais comme le premier cité fonctionne au degré près, de jour comme de nuit, je l'utilise depuis 24 années.) Règle Cras (ou la "Batori-Anderson" la plus simple à utiliser, apparemment difficile à trouver -peut-être chez "Topoplastic"), et l'attirail: compas à pointes sèches, compas à tracer, gomme, crayon. Perso: j'utilise une planche à cartes étanche (~30€) très pratique sur un petit bateau, et une ardoise de plongée, pour noter caps et relèvement quel que soit le temps. Une paire de jumelles 7X50 étanche aux embruns (sinon: condensation). Un sondeur à piles, le plus simple, genre "Seafarer" (j'en ai vu un en service sur une passerelle de la Marine Nationale!). Le matériel de sécurité correspondant à votre navigation. Un GPS le moins cher possible (pas indispensable).
Une VHF si vos moyens le permettent -là aussi, inutile d'investir lourdement: il vaut mieux savoir bien s'en servir- un téléphone portable si vous en avez un: excellent pour les communications avec les postes terrestres jusqu'à 10-20 mille des côtes-, pas recommandé pour les appels de détresse mais cela a sauvé quelques vies- Un poste de radio courant, pour les bulletins météo de France-Inter. Règlementaire ou pas, un baromètre "basique". Même avec un sondeur électronique, une sonde à main (et une boîte de suif) les échantillons du fond sont parfois utiles. En Atlantique, l'"Almanach du Marin Breton", à la fois I.N, livre des feux, aide-mémoire de navigation et de renseignements administratifs, livre des marées..et qui est accompagné d' un remarquable C.D.ROM sur la navigation, la météo et la mer: le meilleur investissement qualité-prix. Cartes très bon marché sur "Sail-The-World". Une carte IGN au 1/100.000° peut être intéressante (détails de la côte à la maison et au sentier près, abondance d'amers) dans certaines zones où la côte est franche - comme en Corse - J'oublie peut-être certains détails, mais peu.
Selon votre bateau et votre genre de navigation, des sacs étanches, et des sacs et étuis de protection pour les papiers, le porte-monnaie, le portable, la VHF si non-étanche...
Le tout bien rangé.
Un bloc- notes avec la liste du matériel et une "check-list" -liste de pointage- de pré-appareillage, même sur un petit bateau; cela évite l'irritation de s'apercevoir qu'on a oublié les pellicules photos ou le vin rouge.

ASSURANCE INDISPENSABLE: au moins pour les dommages causés aux "tiers" et les frais de "retirement" (si vous coulez dans un chenal ou un port)

Règle générale, et vérifiée: moins vous mettez de "matos" à bord, mois vous avez d'emm... (pour les ranger, les retrouver, les utiliser, les entretenir, les réparer, les remplacer etc..)
et moins cela charge votre budget: ce qui dimine le stress et le déplaisir de penser qu'il va aussi falloir se nourrir après la croisière.

le budget d'un bateau d'occasion , raisonnablement choisi, équipé et entretenu en bon état, peut se tenir au niveau de celui d'une petite voiture: la règle: les frais sont d' à peu près 10% de la valeur du bateau.

Qui rêve d'un bateau très au-dessus de ses moyens (ou dans ses moyens et qui peut le conduire à des problèmes bancaire ou au divorce -ou aux deux -) est, soit "à côté de la plaque" soit à la recherche du prétexte pour ne pas partir.

Pour "loger" mon bateau -variable selon les années, mais toujours dans la fourchette de 5 à 8,50m, (et ne pas me faire un "sang d'encre à chaque grosse tempête") je me suis résigné à un mouillage payant (130€ par an) limité à 1m de tirant d'eau -condition pour être vraiment à l'abri au fond de la baie, en même temps qu'à proximité de la cale.
Il m'a fallu pour cela (il n'y a plus de place depuis longtemps) avoir recours aux relations du cousin de l'oncle du beau-frère de la tante de la soeur du grand-pêre de la niéce de mon ex-copine.
Comme me disait le président du jury du dernier exam que j 'ai subi "quand on veut on peut".

07 sept. 2003
0

Bof ...
Windjammer, souvent tu nous apprends des choses très intéressantes ... mais là tu nous impose ta vérité personnelle, ce qui est intéressant du point de vue ethnologique, mais sans plus. Ya un truc qui me gêne: tu sembles penser qu'une majorité de tes contemporains sont un peu demeurés et se laissent prendre san sciller aux miroir aux alouettes. C'est pas sympa pour eux :-)

Allez, racontes-nous un truc intéressant :-)

Robert.

07 sept. 2003
0

Pour Robert,

J'ai essayé de répondre sous ta contribition, mais ça ne se voit pas beaucoup.
Ca a l'air sérieux ton port à sec, c'est où ? Ca coute à peu près combien (avec mises à l'eau)?
Ca peut m'intéresser pour l'hivernage
Merci d'avance

07 sept. 2003
0

Dans le Var ...
à Port Pin Roland ! environ 16kF à l'année pour un 12m.

Robert

08 sept. 2003
0

Nicolas,
Tu écrivais :
Pour un Parisien, mieux vaut 2 heures d'avion pour Tunis que 4 heures de bagnole pour La Trinité (et c'est plus dangereux, et y'a des bouchons, et ça pollue plus, ...)

Hem... Je crois que ce n'est pas le même prix non plus ;-)

08 sept. 2003
0

démocratisation de la plaisance?
Je donne mon point de vue - le résultat de mes observations - comme chacun donne le sien. J'observe, par nature, par formation et pas expérience personnelle.
J'essaie de faire comprendre ,à ceux que le "contexte" essaie de persuader qu'il est impossible d'éprouver le plaisir de naviguer à moins de poser sur la table un "investissement" de 80.000 €, 1200€ de frais de port, et une bonne poignée d'"imprévus", et de faire à tout prix le "tour du monde" pour avoir fait quelque chose, qu'on peut vraiment se faire plaisir en visant moins haut et en profitant complètement du possible.Beaucoup le font, alors pourquoi pas?
Je trouve effarant (on s'en rend compte à certaines communications) que des gens qui n'ont probablement fait qu'à peine quelques ronds dans l'eau en "optimist" dans leur jeunesse,( ça se sent!), parlent déja de "bateau idéal" pour faire le tour du monde (dont l'un par le Cap de Bonne espérance, la Tasmanie le Cap Horn, et un peu d'Antarctique!)
Cela dit, il est évident que tout le monde n'est pas concerné, et, dans ceux qui le sont, pas tous au même degré.

Il commence à y avoir des ports "à sec" en Bretagne aussi (près de Vannes).

Il y a de plus en plus des roulettes au cul des annexes, des béquilles escamotables sur le "Kelt707" (intéressant si ça tient le coup); il finira bien par y avoir un train d'atterrissage escamotable sur les coques de bateau: ce n'est qu'une question de marché.
et le problème des ports serait résolu.

08 sept. 2003
0

Ben si !
Pour Pépé

Oui, compare ce que tu payes en France, pour quelqu'un qui habite plus près d'un aéroport que de la mer, c'est le même prix, l'avantage de ne pas perdre son temps à faire des ronds dans l'eau devant sa place de port et d'avoir la plus grande piscine du monde (hein Michel !).C'est même moins cher, si tu considères les achats hors taxes.

Mais ce n'est pas le sujet de la discussion, qui par ailleurs, part encore une fois en c...

Dommage

Bonne nuit à tous

PS: Windja, ça devient vraiment n'importe quoi !

08 sept. 2003
0

démocratisation de la plaisance?
Le seul endroit où la plaisance est "démocratisée" (?) C'est le forum: on peut, en principe tout dire, et, ce qu'on n'a pas envie de lire, on ne le lit pas: ce n'est pas très compliqué (apparemment pas pour tout le monde)

pour Nicolas: cela sert de réfléchir, surtout en matière de navigation Cela évite de naviguer "con" (ce peut être un choix)

08 sept. 2003
0

democratisation ou denaturation
Je sais pas pourquoi mais j 'ai le curieux sentiment,que certains vont tousser..
Je constate qu 'un bateau ,a voiles,en meme temps qu 'il se democrtise,comporte obligatoirement un gros moteur diesel,un chiotte comme a la maison,qu 'un frigo ,unfour et de beaux vaigrages ,c 'est indispensable etc
La "démocratisation",entendez la plaisance au cout minimum,ne semble pas etre la demande à la quelle les industriels répondent..probablement parce que les bateaux ou on ne vit pas comme dans un mobil home,ne sont pas un marché.
Donc la "démocratisation de la voile a probablement entrainé le renchérissement .
De meme la démocratisation,dans le sens usage en masse des mouillages,engendre la necessité d infrastructures et autres investissements..
Un voilier est aujourd hui une résidence secondaire,pas une religion de la mer.Le confort aseptise regne en maitre,donc il me semble que la démocratisation de la voile a entrainé sa dénaturation ou sa tranformation comme on voudra.
Un bateau aujourd'hui c 'est pas cher comparé a une maison luxueuse,ce que sont les unités actuelles voulues par le consommateur.Un voilier ,plus difficile ,attachant ,qu' on ne revend pas comme on divorce ,qui est ce que ca intéresse?une infime minorité...démocratie oui,mais à l athénienne..sinon on y perd son ame...et nous devenons tous des rhinocéros de ionesco qui vivent sans chercher a exister? C est pour ca que la voile c'est bien c' est qu 'on y croise des etres humains,irrationnels ,des reveurs éveillés qui balaient de leur folie l absurdité d'un monde aberrant.
Tant qu'il y aura des hommes dignes de ce nom,il y aura des marins,mais le jour ou les voiliers ne fleuriront plus l horizon,alors le monde appartiendra completement aux termites
Il est midi et l hypoglycémie aggrave mon cas.

09 sept. 2003
0

Pas de place au port?
Employez la methode corse:

AJACCIO (Reuters) - Un double attentat par explosif a été perpétré, mardi matin, contre des bateaux de plaisance amarrés contre un ponton en bois, à l'embouchure de la rivière Aliso, à Saint-Florent (Haute-Corse).

De puissantes charges ont envoyé par le fond deux embarcations de cinq mètres de long appartenant à des vacanciers continentaux.

La gendarmerie locale a procédé aux constations et n'a relevé sur place ni indice ni revendication.

09 sept. 2003
0

j'veux pas.................
Le mecanisme de "democratisation" est le meme pour beaucoup d'activitées par exemple: la plongée sous marine, la moto, la chasse, l'ULM, le camping car etc etc... et de quoi s'apercoit on?
Des qu'il y a trop de monde qui pratique une activitée les problemes arrivent et l'enchainement est toujours le meme...
plus de place pour pratiquer,
"Derangement" d'autres activitées
polemiques,
pollution (sonore, visuelle, dechet),
puis Debat "public"
puis Loi
Enfin impot, permis, interdiction etc
Pour vivre heureux vivons caché et peu nombreux..
Si quelqu'un veut "vraiment" decouvrir et faire de la voile c'est toujours possible et bienvenu au club (c'est mon cas..) si c'est trop facile, et ca le devient (gros moteur; gps, enrouleurs,
clim, frigo, et maintenant chaine hifi, micro onde
et edmain , baie vitree, terasse, spa et jacuzzi) tout ca dans des oceanis construits a la chaine et pas trop cher...(avec des mats pas trop haut)
Nos jolis port deviendront des parking camping car flottant avec tv qui hurlent, vacanciers en tout genre, bbq sur les pontons, discussions sur tout sauf la voile (connaissent pas en fait..) et surtout de bonnes grosses amarres pour que le camping boat ne bouge pas trop... grrrrrr

09 sept. 2003
0

Pas confondre...
T'as raison, Brindalu, mais faut pas confondre démocratisation avec vulgarisation.

La démocratisation, c'est quand tout un chacun peut matériellement se permettre d'apprendre et pratiquer la voile avec des moyens de base. Ca c'est plutôt bien et c'est, personnellement ce que je souhaite. S'il faut faire une "sélection" sur les naviguants, ce n'est certainement pas par le fric.

La vulgarisation, c'est faire croire qu'on peut passer ses vacances tranquille, en sécurité et traverser vers les iles en face avec un pack de fusées et un GPS, un ordinateur, un frigo, une moulinette... (et un gros carnet de chèques) sans connaissances particulières de la mer. Ca, c'est bon pour l'industrie nautique, mais pas bon du tout pour le nautisme en général.

09 sept. 2003
0

Heureusement, la mer se charge de remettre les idées en place
D'accord avec toi "swanee", si ce n'est que, celui qui, (comme tu dit)"croit qu'on peut passer ses vacances tranquille, en sécurité et traverser vers les iles en face avec un pack de fusées et un GPS"

Eh bien le jour, ou il se fait cueillir, par un bon coup de force 7, avec rafales à 8, il ne va pas le croire longtemps.

Je connais l'exemple, d'un type, qui avait acheté un Océanis, qui n'avait jamais fait de voile, et bien son bateau était en vente 6 mois aprés, maintenant, il fait "Caming car", comme loisir.
La mer s'était chargée de lui expliquer.

09 sept. 2003
0

classique
Ouiche, c'est le coup classique, j'en connais aussi pas mal qui sont passés au camping car...

Encore que, ce n'est pas trop ça le problème : il a essayé de naviguer, s'est apercu qu'il s'est trompé (sans trop de bobo j'espère) et n'a pas continué. Tout le monde fait des erreurs.

J'en connais aussi qui passent au motonautisme : z'aiment pas naviguer à 3 noeuds, veulent des glaçons à gogo et regarder Star'Ac le soir au mouillage. Pourquoi pas si celà se fait dans le respect de ceux qui, justement, aiment naviguer à 3 noeuds et faire du matelotage à la lampe à pétrole le soir au mouillage.

Le véritable problème, AMHA, c'est le détournement d'un bateau en résidence secondaire. Ce qui fait que la plupart des ports ressemblent maintenant à des campings.

09 sept. 2003
0

de chose et d'autre
C'est curieux: pour "protester" - contre les gens
qui viennent dépenser leurs économies dans le pays (?)- on détruit leur bateau. Choquant, et je ne vois pas le sens de la chose.
Mais , comme tout le monde, je ne peux m'empêcher de voir que ce ne sont pas les gros yachts qui sautent (je ne suis pas du tout partisan qu'on fasse sauter les grands yachts, pas plus que les petits: je constate) pas plus que le fort de Bregançon, qui est pourtant un symbole de plus de poids que le petit "pêche-promenade" d'un ajusteur ou d'un employé de bureau.
On ne connaît pas les détails, mais on peut être certain qu'il s'agit de vandalisme,de lâcheté ou de sottise.
En Corse, pays que j'aime et respecte (plus que certains habitants eux-même (avez-vous vu à Girolata le dépôt d'ordure des "paillottes", à moins d'1 kilomètre en remontant le sentier, à un endroit précisément où la vue sur le fort et la baie est sublîme?), j'ai toujours beaucoup apprécié l'accueil des gens. Je suis de tout coeur avec eux contre le bétonnage des côtes (nous en profitons aussi). Je suis tou autant contre ces agressions elles-mêmes, et qui plus est sans discernement.
Est-ce que les gens de l'île de Ré vont couler des bateaux, brûler de "Bois Henri IV" et faire sauter quelques maisons sous prétexte que terre et maisons ont été "raflées" et que la plupart des jeunes sont obligés de s'exiler faute de pouvoir se loger, même en location ?

Quant au sujet du titre: Ford, puis Renault (la 4ch) et Citroën ( la 2ch)sont passé des voitures essentiellement coûteuses à des voitures "pour l'ouvrier" ( telle était la "cible désignée ). Depuis, la fabrication de voitures " pour tout le monde " continue à se bien porter.
Nos chantiers de plaisance ont fait l'inverse en passant sans exception- qu'ils s'appellent Jeanneau, Bénéteau, ou même Amel, de bateaux pour tout le monde ou peut s'en faut, à des bateaux hors de portée, sauf à disposer de ressources importantes. Un exemple: l'un des meilleurs "petits" jamais dessinés, qui marchait bien tout en étant très sûr, maniable et plein de qualités - le "First 18" a été sacrifié à la rentabilité.

On ne fera pas une révolution pour autant, mais cela demande une réflexion sur ce que "nous" (?) faisons de notre environnement (dont font aussi partie les ports, les mouillages, les baies, les estuaires...)

09 sept. 2003
0

Caravane des mers, marins et tout le toutim,
Boudiou que vous etes restrictifs :
Vous ne semblez pas pouvoir imaginer qu'un gugus un jour s'interresse a la voile, qu'il achete un bateau, apprenne en ecole de voile ou ailleurs (en prenant des equipiers comprehensifs par exemple), fasse l'apero et le camping-car parce qu'il partira dans .... et que pour le moment il apprend doucement, et qu'effectivement, un beau jour, il parte pour tdm ou l'ile d'en face et....
qu'il prenne son pied.
J'en ai vu 2 ou 3 par mouillage,ponton, coffres ou ce que vous voudrez, dans les quelques escales pratiquees en seulement dix ans de "vraie" navigation (comme s'il y en avait des fausses!), j'en vois encore 2 ou 3 sur mon ponton aujourd'hui, et croyez-moi ils le feront.
Je ne suis pas Quebecois mais "Je me souviens".
Alors la democratisation... si j'en ai profite ?...un peu mon n'veu... si d'autres en profiterons ? Meme si je dois pousser un peu mon cul au mouillage, la porte sera toujours ouverte (sinon, parler de mer entre "vrais marins", qu'est ce que ca va devenir chiant... je prefere aller causer aux gugus en camping-car et marcels a trous ! :-) (bon c'est vrai que je les aime bien aussi ces etres humains la)

09 sept. 2003
0

democratisation de la medecine
Ah oui j'oubliais ;
J'ai pas lu tout le post alors execusez les redites mais, etes vous contre la democratisation de la mediecine sous pretexte que vous avez plus de voisins ?

09 sept. 2003
0

Bienvenu au club
Plus on est de fous, plus on rit, dit-on. Cela dit, la voile l'été, ça ressemble plus à un luna park avec ses trucs rigolos et malheureusement parfois ses faits tragiques. En fait le pb de ce pays, c'est qu'avec 5000km de côtes, globalement, la culture maritime est nulle.
Prenons exemple sur nos amis néo-zeélandais pour lesquels la mer est quasiment une religion. La démocratie, ça s'apprend, la mer aussi. Les pbs que nous rencontrons aujourd'hui sont bcp + le fait d'une approche consomatrice de l'élément marin à tous les niveaux qu'à une surpopulation.
Chacun voit midi à sa porte et la cohabitation entre tous les sports nautiques devient cauchemardesque.
Il y a un vrai boulot d'information, de sensibilisation, d'explication à faire à tous les niveaux.
Je remarque malheureusement, comme bcp sur ce fil, que la "démocratisation" en cours s'effectue par le haut, au profit des + fortunés qui en méditerrannée, pour ce que je connais, accaparent des kilomètres de côtes. Allez faire un tour entre Porto Cervo et Porto Rotondo, on comprend aisement ce qui nous attend pour les années qui viennent.
Snirf...

Christophe

10 sept. 2003
0

démocratisation?
Bien voilà, Christophe me paraît avoir tiré une conclusion très sensée à ce long échange ou nous avons tous, avec des éclairages différents, essayé de donner un sens à cette expression très manipulatrice,quasi impossible à définir honnêtement.
Je n'ajouterai plus rien, si ce n'est "si vous ne pouvez aller à Porto Cervo, allez simplement à Saint Martin de Ré". C'est chez moi, et je n'y vais plus: quand je passe dans les parages,je préfère mouiller sur ancre un peu plus loin et venir à terre en faisant un peu de canotage.
Bon vent!

11 sept. 2003
0

Democratie dites-vous....?????????
Si la démocratie consiste à :
-rester planter dans l'entrée du port, moteurs coupés ( à skydo), et à papoter..........
- etre bateau moteur et ne pas se dérouter pour laisser la priorité au voilier.
- à sortir en mer avec un déficit notable d'armement de sécurité
- à venir mouiller juste à proximité de l'autre, ne tenant aucun compte du rayon de giration....
- à mettre entre les mains de "n'importe qui" et ce sans permis des pénichettes - 8,9,10,11m - (sur les canaux)..
Alors ce n'est plus de la démocratie, c'est de l'imbécilité...Naviguer, prendre la mer est un état d'esprit..et l'esprit de ..sel..n'y est plus guerre comme bien d'autres choses..D'ailleurs c'est à cause de ces gents là que l'on en arrive à légiférer outre mesure et tout le monde est finalement emmerdé..ALORS ?

11 sept. 2003
0

AMHA
AMHA, CFPVEC.

11 sept. 2003
0

aller et faire
Oh que tu as raison Michel !

Il y a de parfaits démocrates qui vont à la voile et d'exécrables trousducs qui font du bateau. Question d'éducation je crois....et de volonté d'apprentissage comme il y a ceux qui montent à cheval et ceux qui font du cheval.

Stéphane

11 sept. 2003
0

attitude
C'est vrai que plus on est nombreux plus on voit les cons.
Vous avez l'air de dire que les premiers plaisanciers se comportainet tous bien et que les bateaux à moteur des années 1930 laissaient toujours la priorité aux jolis mouettes à voiles. Je dis : que nenni, chers amis.
Je ne crois pas que l'attitude de certains Yachtmann du début du siècle soit si différente de celle des prolos de la mer que nous sommes (en tout cas, que je suis). Il suffit de lire Slocum, le premier vrai plaisancier (au sens de : qui faisait ça pour son plaisir) et on voit que dejà le problème existait.
Moitessier (qui pour moi est l'exemple même de l'attitude à ne pas avoir vis à vis des autres) le denonçait aussi.
La démocratisation ça veut simplement dire de donner les moyens à un quidam qui le veut, de le faire. Ca n'emet aucune supposition sur son comportement;
Dans un monde idéal (et si j'ai bien compris l'avis général, robothumanisé), si tout le monde se comporte bien, que la plaisance soit démocratisée ou non, tout se passe bien.
DANS CE MONDE IDEAL :
SEREZ-VOUS ALORS SATISFAIT?
PREFEREREZ-VOUS CONTINUER A FAIRE PARTI DES PRIVILEGIES QUI ONT ACCES A LA PLAISANCE?
C'est ça la vraie question de la démocratie.
Merci aussi de répondre à mes 2 questions, puisque vous faites aussi partie des privilegiés qui ont un accès internet ;-)

12 sept. 2003
0
  • Coucou!! -

Ô immense tristesse...

Où l'on constate que l'exclusion (latente et douceureuse), l'incompréhension (à contresens et bardée de certitudes), l'a priori ... se glissent dans tous les sujets, dans tous les débats... histoire sans fin...

M'enfin... qu'est-ce que la démocratie peut bien avoir à faire avec la nav, avec les bouts' avec les bateaux? Je connais plein de gens qui naviguent sans être bardés de bif'tons... et alors?

Ceci dit je rejoins évidemment Basile (qu'est-ce que la démocratie "censitaire" ce fameux systéme où seuls ceux qui payaient une certaine somme d'impôts avaient le droit de vote... beurkh..!!)

Est-ce que quiconque aurait la bonne idée de demander: " êtesvous pour la démocratisation de la course à pieds? "...

Grand concours: quelqu'un a-t-il une... "bonne question à poser?"

12 sept. 2003
0

a michel 2
tu aurai pu aussi ajouter: tirer des bords dans une entrée de port quand 200 bateaux rentrent en file sérrée au moteur etc...

a evenkeel

je partage ton avis à mille %
ce qui différencie les gens, c'est pas la fortune, mais le savoir vivre et le comportement en société, ce qui en passant implique de ne pas vivre trop en dehors des règles sociales sous peine de susciter des manifestations de rejet social de la part des autres

le nombre de plaisancier en France est faible, (car la France a plutot une tradition terrienne, y compris en Bretagne où les anciens de l'intérieur s'approchaient peu de la mer), comparé à d'autres pays et tout ce qui permettra au plus grand nombre d'accéder au bateau est bienvenu

amicalement

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Ile Grande août 2021

Souvenir d'été

  • 4.5 (194)

Ile Grande août 2021

novembre 2021