dématage

Bonjours,

et voilà ça m'est arriver!! Vendredi devant en rade de Dieppe par 30 noeuds de vent je venait de franchir les passes sous trinquette et deux ris dans la grand voile, mon fils était dans la cabine pour arrêter le moteur, tout allais bien, 6,8 au GPS au bon plein le bateau, la barre douce et le bateau souple dans la mer bien formée, 2m de creux on partait poutr tirer des bords en rade lorsque soudain le mat s'écroule coté tribord. J'ai rien vu venir, pas de casse au niveau des haubants mais comme dans un dessin animé tu vois le mat s'incliner avec une lenteur inexorable comme un arbre que l'on abats.

Après un moment de stupeur, analyse de la situation, le bateau est balloté par les vagues, pas de blessé à bord, mon fils ainé est avec moi sur le pont pour faire le bilan, sa copine et la soeur de la copine dans cockpit sérieusement hébété. Premier soucis voir ou le courant et le vent nous font dérivé, pas de danger immédiat, donc avant de démarrer le moteur il faut dégagé le mat avec le génois sur enrouleur, la grande voile et la trinquette, donc le coupe boulon entre en action. Je me félicite d'avoir acheter il y a quelques années un vrai coupe boulon avec prés d'un métre de manche, car couper des haubants de 8 mm et de 10mm tout en se faisant balloté de droite a gauche et d'avant en arrière n'a rien à voir avec à faire la même chose sur le plancher des vaches.

Bref après une heure de travail ou il a fallut également dégager les goupilles de l'enrouleur et du halle bas rigide le mat avec les voiles et la bôme s'en vont par le fond et libère le bateau. Entre temps malgré le fait que nous n'avions pu d'antenne VHF nous avons pu entrer en relation avec la capitainerie du port de DIeppe pour les tenir au courant de notre situation, nou n'étiont qu'a 1/2 mile des passes. Nous avons démarré le moteur et sommes rentrée par nos propre moyens au port.

Voilà pour l'aventure du pont de l'ascension.

Maintenant commence un autre marathon avec l'assurance et les devis à faire faire.

Moonboots étant un contessa 35 de 1975, je suis à la recherche d'un mat d'une bome d'un enrouleur et de voiles. Compte tenu de l'âge du bateau trouver un profil comme on en faisait il y a trente ans ne va pas être facile, S'il existe parmis vous des personnes qui ont des pistes à m'indiquer je les en remercie par avance de bien vouloir me les communiquer.

DANIEL VIGNON

L'équipage
28 mai 2006
28 mai 2006
0

J'essai de comprendre
As tu idetifié la cause du dematage ?

28 mai 2006
0

Coupe boulon
Ayant vécu la même avanture dans des conditions à peu près identique - sauf que c'était au large du Cap Camarat en Méd par Mistral et que je n'avais que ma femme à bord - je me permets non seulement de conseiller + que vivement d'avoir un coupe boulons mais en plus il faut l'assurer (un bout de 6 avec un noeud coulant autour du poignet)

En effet dans les mouvements très désordonnés du bateau à ce moment là j'ai failli le foutre à l'eau et là pas dans la m...e

28 mai 2006
0

Coupe-boulon ?
ou cisaille à haubans ?
(sans ironie aucune mais pour faire avancer...)
j'ai les 2 à bords mais je crois me souvenir avoir eu les pires difficultés avec le premier pour trancher un étai.
(la cisaille est toujours sous plastique, je n'ai même pas regardé la différence...)

28 mai 2006
0

Sauf
si les ridoirs sont tordus ! ;-)

_/)

28 mai 2006
0

je confirme couper c'est plus rapide
En effet j'ai du également enlever la goupille de fixation de l'enrouleur et du halbas rigide ne pouvant avoir accès au cable. Il a fallut que j'aille dans ma boite à outils chercher un tournevis pour faire chasse goupille avec un marteau avec le roulis et le tangage que peuvent génerer des creux de 2M c'est galère d'autant plus que le mat de par son poid faisait pression sur la goupille. Donc couper le cable est plus rapide.

29 mai 2006
0

et
Dans ce cas la, il faut scier!

28 mai 2006
0

En plus,
les cisailles dédiées à cet usage ont une encoche qui "capture" le câble = moins de risques de riper.

_/)

28 mai 2006
0

pour completer
le coupe boulon a 2 lames droites et la scisaille à cable est comme un cécateur

29 mai 200616 juin 2020
0

Ou alors
la tronçonneuse sur batterie :

_/)

28 mai 2006
0

et pince-monseigneur ?
kif kif bourricot à mon avis.
Je me demande s'il n'est pas plus simple et plus rapide de devisser les ridoirs que de chercher à couper des cables qui vont forcément pas se laisser faire.

28 mai 2006
0

mais
demonter un ridoir est long, demande deux outils, enlever la goupille; et ce ridoir ne se trouve pas forcement dans une position ideale une fois le mat tombe. Couper me semble plus rapide.

28 mai 2006
0

coupe-boulon pour poid-lours
Coupe boulon ou cisaille à hauban, je ne sais pas le nom de l'engin composé de deux mort quasi parallèles et de deux bras de levier de 1m ou plus.
Je sais surtout que pour cisailler des haubans de 10 ou 12 (n.s.p.) il fallait poser un bras sur un sol bien ferme et jeter son quintal perso sur l'autre bras. En plusieurs coups on y arrivait, à terre, et avec un quintal.
en mer ? avec des fluets ?

Je pencherai plutot pour des pistolets à sectionner les haubans, en vente chez une certaine chaîne de ship mais limité à 10 ou 12 ou 14. Moi c'est plus et j'ai jamais trouvé la pyrotechnie adaptée, du coup je m'interdit de démater !!!

Désolé, si ça m'arrivait je sais que je ne saurais pas faire en coupant. Faudrait démonter si c'est encore démontable, et les récits insistent sur le coté aléatoire de cette démarche.

Un mauvais point.

Si une bonne âme connait de la pyrotechnique pour de fort diamètre de haubans, je suis preneur de la référence

29 mai 2006
0

scier ?
Euhhh
Scier du monotoron (19 fils) inox, à bord, dématé et avec les mouvements qui s'en suivent, plus de chandeliers, bordel indescriptible ... et l'outillage du bord, je le sens pas.
A terre, à l'atelier avec un étau et des mordaches en plomb pour bien immobiliser le monotoron et une lame neuve (32 dents) et pas rouillée, je pense que c'est faisable
Mais en mer, je lancerai bien un défi là dessus. Une enclume et un fort burin ont sans doute plus de chance.

Dommage d'ailleurs ça ferait une technique réaliste de plus pour se débarasser rapidement du mât.

  • si c'est du rod ou du dynema : euhhh.
  • si c'est du câble (49 brins) en galva : chic !
    Pas de chance, c'est le plus souvent de l'inox monotoron :

  • cisaille (vu, c'est pas un coupe-boulon) : jouable si adaptée au diamètre des haubans, irréaliste si gringalet (&lt 80 kg) ou si plus de 12mm, prévoir un appui très solide sur le pont

  • démonter les vis des ridoirs : lent, pas toujours le débattement nécessaire, souvent mal placé

  • déposer les cages des ridoirs au niveau des cadènes : bonne idée assez rapide si le débattement existe, si la goupille est accessible, si le marteau et le chasse clou existent et ne sont pas déjà tombé à l'eau (assurer un chasse clou, pas simple). L'expérience semble montrer qu'il y aurra toujours ridoir mal placé un pour intedire cette méthode sur celui là.

  • déposer au niveau de la fixation sur le mât : idem

  • scier : scier le ridoir inox, réaliste ?

en pratique il semble que ce sera un mix de tout ça.

bon, tout ça c'est un peu théorique (sauf la cisaille), c'est surtout de l'interview de copains qui eux ont déjà pratiqué

Yves.

28 mai 200616 juin 2020
0

il me semble...
Bonjour et bonsoir à toutes et à tous,

Il me semble qu'à bord de nos bateaux seule la cisaille devrait avoir sa place, le "coupe boulon" trouvant son utilité en ferraillage dans le batiment, par exemple.
Un tout petit dessin pour mieux comprendre comment les deux fonctionnent.

Bonne mer à vous.

29 mai 2006
0

idee pour couper:
la demmel ou equivalent sur 12 volts. ces petites machines ont des capacités étonnantes, il suffit d'avoir un fil assez long.
a votre avis, idiot ou pas?
jpierre

28 mai 2006
0

navré pour toi
et je ne souhaite cette mesaventure à personne.
par contre pour le profil c'est pas gagné. essaie peut etre du coté des mats maréchal, le patron est super et ses produits aussi mais bon ils sont pas donnés donnés.
vois deja avec ton assurance ce qu'il vont faire car si il applique un coef de vetusté, ils vont encore pouvoir s'en tirer à bon compte.
par contre si ils remboursent valeur à neuf (en standard) cela vaut peut etre le coup de mettre la rallonge pour avoir du tres bon materiel.
bonne chance
jpierre

28 mai 2006
0

Pour comprendre !
Tes haubans et donc ,les sertissages avaient quelle age ?

28 mai 2006
0

re dématage causes ?

Tout d'abord il a cassé à enriron 40 cm du pont, il s'agit d'un mat implanté sur la quille. Ensuite on remarque que l'aluminium à été fortement corrodé vraissemblablement par electrolyse au niveau de la fixation de deux pontets en inox servant a crocher le jokey poole. Il s'agit d'une fixation d'origine. Peut être que cette pose à été faite sans isolation entre l'inox et l'aluminium. En tout cas je pense que c'est la cause possible de cette rupture qui c'est faite au moment de la retombée dans le creux d'une vague, en tout cas ce n'est pas la rupture d'un hauban, j'ai du les couper tous d'une part, et d'autre part ils avaient tous été changé en 1997.

Daniel

28 mai 2006
0

Merci de la précision
J ai un copain ,qui rénove son mat !!je l ai aidé a le démonter !et bien ,la corrosion des deux parties et du manchon est trés importante!!pourtant celui ci est tout alu !!c est un mat des années 70 !!parfois la matiére est attaqué sur un tiers de la masse ! :-(

28 mai 2006
0

Un détail
Perso ça ne m'est pas arrivé sur autre chose qu'un dériveur.

J'imagine mal perdre du temps et risquer de ce coincer les doigts en démontant ce qui est fixé sur les cadènes...Avec un peu de distance (la longueur des bras de la pince) on est un peu plus à l'aise, non?

Pour ce qui est d'assurer le coupe boulon je ne me le fixerai pas au poignet, dès fois que ce soit moi qui passe par dessus bord, donc il faut l'assurer au bateau.

Pour éviter de tout laisser au fond et si il n'est pas trop éloigné, il n'y aurai pas eu moyen de laisser une aussière et un flotteur. Peut être qu'il y aura moyen de récuperer le tout plus tard, ça permettrai au moins de savoir ce qui s'est passé.

;-)

28 mai 2006
0

re detail
j'avoue que je n'y ai pas pensé sur le coup mais cela est une bonne idée, encore que la ou le mat à coulé il y avait environ 20 M de fond. Puis a ce moment là mon seul soucis c'était de mettre en sécurité mon équipage le plus vite possible en évitant que le mat ne se transforme en bélier sur la coque et ne finisse par la crever.

28 mai 2006
0

tu n'as pas relevé la position GPS non plus?
?

28 mai 2006
0

-
C'est le genre de truc auquel on pense quand on est posé tranquilement devant son ordi mais rarement quand ça nous arrive.
De toute manière, ça n'aurait pas changé grand chose :-p

28 mai 2006
0

re relever la position au gps
Je suis bien d'accord avec toi, car quand cela est arrivé je devais surveiller la dérive du bateau, j'étais à moins d'un mille de la plage de galet de Dieppe et à un 1/2 mille de la jetée ouest. Toutefois les suggestions faites sur ce forum sont interressantes dans la mesure ou celà pourra aider d'autres à qui cela pourrait arriver.

28 mai 2006
0

c'est vrai qu'a terre et sans stress
on n'a pas la même perception des priorités, mais c'est le genre de situation que j'aime bien imaginer au cas ou .. et effectivement les témoignages de ceux qui ont expérimenté en réel sont toujours utiles.

29 mai 2006
0

Pour trouver un mât....
Tu peux faire un saut chez SERRA à Deauville (quai de la Gare). Ils ont bon nombre de mâts d'occase sur parc. Si tu as les cotes, tu pourrais peut être y trouver ton bonheur. Peut-être également les mêmes à Ouistreham.
Je ne sais pas s'ils fabriquent encore des mâts à St Vaast la Hougue. jadis, cela s'appelait Isomat (repris par Facnor, je crois). Je leur avais acheté un mât déclassé à pris avantageux, il y a une vingtaine dannées.
C'est tout ce que je connais dans le coin.
J'ai connu un démâtage entre Aurigny et Le Hague à bord d'un Edel 4 avec moteur HB qui déjaugeait à chaque vague et sans VHF! Heureusement une famille anglaise qui passait à proximité a appelé la RNLI d'Aurigny qui nous a ramenés à Cherbourg. le grand stress!
Bon courage.

29 mai 2006
0

re pour trouver un mat
Bonjour,

Merci de ton soutient et de tes adresses que je connaissais déjà, mais avant il faut que je retrouve les côtes du mat car je ne les ai pas. J'ai envoyer une demande en ce sens à Jeremy Rodgers à Lymington, c'était le constructeur à l'époque (1975 à 1980) du contessa 35. J'attend sa réponse.

Te souviens tu de notre rencontre à Ostend dans la marina du fond du port?

30 mai 2006
0

OOSTEND
Oui c'est bien cela, il pleuvait et un gros voilier
allemand je crois barrer par un couple de sexagenaire avec winchs électriques et propulseur d'étrave.

Tu essayais de monter dans le nord de la hollande.

29 mai 2006
0

Escale à Ostende...
Je n'arrive pas à situer ton canote lors de cette escale, sans doute à l'aller vers la Hollande. C'est peut être un Altzheimer précoce!!!
Sur le chemin du retour, j'ai passé 3 jours (météo) à côté d'un First 31.7 de Gravelines.
Je rapars à la mi juillet vers la Hollande, encore une fois en espérant arriver dans le nord cette fois ci.

29 mai 2006
0

Escale à Ostende, suite....
Mes vieux neurones fatigués m'indiquent que Moonboot était à droite de Mood Indigo au ponton du RYCO.
Est-ce bien cela?

30 mai 2006
0

Vers le nord de la Hollande....
Effectivement, j'étais en route vers la Hollande.
J'ai malheureusement perdu un peu de temps car le vent n'est pas toujours celui que l'on désire et j'ai du faire demi tour avant d'être arrivé dans le nord pour rentrer dans les temps. Au retour, j'ai passé 3 jours à ostende, encore!
Je repars à la mi juillet avec la même destination, avec 2 équipiers jusqu'à Amsterdam.
Départ également lundi vers les Scillys où je skippe un Sun Légende 41 (cadre associatif). Malheureusement, nous ne sommes que 4 équipiers et peut-être finalement 3!

29 mai 2006
0

question derrière un clavier...
et sait-on jamais...(je touche précipitement de la peau de singe !):
est-il illusoire , plutot que de tout couper, d'essayer d'assurer mat + enrouleur avec des bouts étarqués au winch, le long de la coque ?
aucun moyen d'assurer l'ensemble pour éviter les coups de boutoir, sans nécessairement s'en separer ?
Surement une question très bête, "en situation", mais je la pose tout de même !

29 mai 2006
0

bien
Quand le mat tombe, il est toujours maintenu par tout ou partie du greement et se met en position de quille....Avec les voiles dessus, les forces sont collossales. Si il y a de la mert comme c'est souvent le cas lorsqu'on demate(!) le temps pendant lequel le mat s'appui ou cogne sur la coque parait tres long et on a qu'une hate c'est de la proteger: le plus rapide est de couper!

29 mai 2006
0

j'me doutais bien...
que c'était pas si simple ;-) ;-) ;-)
Et j'espère ne jamais avoir à contribuer efficacement sur le sujet !
Merci...

30 mai 2006
0

re bien
C'est exactement la situation que j'ai vecu. Nous avons essayé avec mon fils de ramener le mat le long de la coque mais il n'a pas bougé d'un pouce, alors on c'est attaché à tout couper pour le libérer au plus tot, d'autant que la plage était à moins d'un mille du bateau.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Le navire école allemand Mansfeld en flammes dans le Golfe de Gascogne. Assistance.

Après la pluie...

  • 4.5 (41)

Le navire école allemand Mansfeld en flammes dans le Golfe de Gascogne. Assistance.

mars 2021