demande de conseil aux navigateurs solitaires chevronnés

Bonjour à tous,

je me pose quelques questions sur la navigation cotiere en solitaire sur un bateau de 10 metres. bon pour le reglage des voiles, j'imagine bien que le pilote doit bien simplifier la manoeuvre et autoriser une petite balade à l'avant histoire de virer le genois pour metre le solent. pour ce qui est du mouillage, la manoeuvre me semble plus coton... surtout quand le bateau n'a pas de guindeau (fut-il manuel).
est ce qu'il existe une technique connu des initiés qui permette de gerer la ligne de mouillage et le moteur? à la limite pour ce qui est de mouiller l'ancre, j'arrive à trouver quelque chose, mon principal probleme concerne la remontée...

merci d'avance!

François

L'équipage
13 août 2007
13 août 2007
0

ca dépend si y'a du vent, s'il fait beau temps
et je suis sérieux
grosse connerie , lever les voiles avant l'ancre quand y'a du vent
et vice-versa ne pas les lever avant quand y'en a pas
le tout dans un mouillage fréquentée avec risque d'éperonnage intempestif avec voisins récalcitrants
seul au monde, je bois un café au milieu de l'effort
django, 25 ans de vie marine sans guindeau :-D

13 août 2007
0

euhhhhh Django
j'ai pas tt compris :tesur:
lever les voiles qd y a du vent, même avec guindeau, c'est assez physique, plus que le boat va prendre le vent d'une façon ou d'une autre, et plutôt pas comme il faut. retour à la barre, souvent ancre pendante, rapidos = casse gu... et après 15 à 20 kg en pendule... bizarre.
je dirai que qd il n'y a pas de vent, ben c'est cool et on prends sont tps, avec le teufteuf. qd y a du vent, faut de l'erre pour pas emplafonner le voisin, teufteuf juste à avancer, barre légèrement libre, remonter le bazar sans traîner... le tt par mer calme bien sûr, parce que par mer formée, c'est blessure assurée et tt seul ??? sauf le récupérer par l'arrière, si équipé.
il y a eu un post, qui décrit un relevage en s'aidant d'une bouée, je n'ai pas pratiqué, mais ça semble pas mal.
en résumé, tt seul, ça se fait, faut être costaud, organisé, et pas être à touche touche.
bonne touée,
à+, jlc

13 août 2007
0

faut courir vite
et pas se prendre les pieds dans un bout !

Plus sérieusement, il n'y a pas de recettes . Chaque mouillage est différent :
- vent,
- courant,
- la combinaison des deux,
- autres bateaux,
- longueur de chaîne,
- distance des cailloux ou de la plage,
- voiles hissées ou pas,
- ...

De toute façon quand on est tout seul, il ne faut pas avoir peur du ridicule ;-)

Il m'arrive de déraper l'ancre, remonter deux mètre de chaîne, courir et partir doucement pour se dégager des autres bateaux ou de la côte avec l'ancre qui pendouille . (pas très élégant)

Sinon le plus simple, mais on peut pas toujours, c'est de passer en avant au ralenti quand l'ancre est à pic, avant de la déraper .

Encore mieux (j'y songe) télécommande moteur, pilote et guindeau si il y en a un . On fait tout assis sur le roof au pied du mat !

13 août 2007
0

Moteur
En cas d'utilisation du moteur, à part des allées et venues du cockpit à la baille...

En fonction du temps : paisible, je remonte plus loin que l'aplomb, mets au point mort et m'en vais remonter un maximum. Quand c'est trop dur, je retourne à la barre et recommence.

Par vent fort, le temps de remontée est très reduit et je fais beaucoup d'allées et venues.

Parfois, les circonstances permettent de laisser le moteur embrayé et d'aller remonter la ligne de mouillage.

Une seule fois, je me suis fais surprendre par du mauvais temps, il était devenu impossible de remonter le mouillage; alors j'ai manillé mon plus gros pare-battage sur l'extrémité de la chaîne, j'ai tout mis par dessus bord, je suis parti au large, et suis revenu quelques heures plus tard reprendre le mouillage.

Michel

13 août 2007
0

mon petit truc

Calypso fait 10.5m et pese 6.5t avec un mouillage de 16Kg et une chaine de 10m.

J'ai un quindeau manuel mais je ne l'utilise pratiquement jamais ,çà va pas assez vite à mon gout.

Alors j'ai une paire de gants et bien debout en utilisant le poids de son corps ça remonte tout seul. Le probleme c'est de rentrer l'ancre rapidement , alors lorsque je mouille je met un bout à l'extremité de l'ancre aussi s'il y a pb je l'ammarre vite fait au balcon puis apres j'arrange le chose et ainsi elle ne cogne pas l'étrave.

josé

13 août 2007
0

et dire qu'il y a
des guindeaux électriques qui se commandent à partir du cockpit
:-D :-D :-D :-D
mais oui si tu as levé ta GV (je l'ai fait :-D :-D :-D)et que meme choquée, lorsque l'ancre décroche, tu risques de partir à donf du mauvais coté (celui ou y'a un obstacle)
mais c'est vrai que si on n'a pas peur du ridicule, quitte à attendre dix minutes que le voilier se mette du bon bord, on y arrive
y' deux jours je me suis fait encore emboutir pae un xxxxx qui a voulu à tout prix se mettre cul à quai par fot vent presque de travers
j'ai pu vérifier le bon état de solidité de mon balcon arrière, quand son ancre s'y'est emplatrée..

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Une photo prise à Majorque dans les Baléares. Le mouillage se trouve juste sous le cap Formentor au nord de Majorque

Souvenir d'été

  • 4.5 (52)

Une photo prise à Majorque dans les Baléares. Le mouillage se trouve juste sous le cap Formentor au nord de Majorque

novembre 2021