débutants s'abstenir ?

Je découvre la voile et je suis impressionné par toutes les connaissances nécessaires, la cartographie, la météo, la géographie, les GPS et dispositifs electronique, le moteur diesel et l'electricité à bord, la gestion de l'energie, la gestion de l'eau potable et de l'alimentation, la connaissance du voilier, le vent , le réglage des voiles, les feux, les ports , la VHF ETC...
Je débute cet apprentissage vers la quarantaine passée, et le chemin vers la connaissance et l'expérience sera bien long.
Je n'ai pas la chance d'habiter au bord de la mer, et n'ai eu l'occasion de naviguer avec des amis ou de la famille. Donc il faut se débrouiller pour découvrir ce monde nouveau, mais fermé.
Je suis admiratif de certaines contributions sur le forum, et des récits de voyage que j'ai pu lire, mais je voudrais connaitre vos débuts, comment vous avez commencé, les annecdotes, les talonages, vos premières arrivées au port, la premiere sortie seul ou à deux, est ce que l'on dort au mouillage, en clair toutes vos petites faiblesses et erreurs du départ, combien de temps il faut pour se sentir à l'aise etc...
Je dois partir bientot pour une location de 2 semaines, et je suis heureux et en même temps plein d'apréhensions, alors dites moi que pour vous aussi c'était pareil

L'équipage
29 août 2004
29 août 2004
0

te tracasse pas
Bienvenue à bord d'HeO.
Je ne suis pas un de ces marins bourré d'expérience mais j'aime la voile, ainsi que le bateau à moteur, la moto, le quad, le vélo, l'apéro, la bouffe, la sieste...
Mais à chaque embarquement, j'ai toujours le trac et je passe pas mal de temps à tout vérifier, surtout lorsque je suis avec des copains qui eux me font confiance absolue. S'ils connaissaient mes doutes, ils ne viendraient peut- être pas.

29 août 2004
0

bienvenu sur HEO......
il y a de tout sur ce site,et tu trouveras deja pas mal de lecture interessante dans la bibliotheque .........

tout ces recits et ces anecdotes sont toujours à remetre dans le contexte trés particulier du lieu,et du moment.pour plus de precisions,tu n'auras qu'a demander......

de plus il ne sera pas imossible de trouver sur place un habitué du site qui pourra te guider dans tes recherches et programes de nav.

gg.amicalement..........

29 août 2004
0

Non, plutôt recommandé aux débutants !
T'inquiètes pas Falcor, les chercheurs n'ont pas identifié de zones du cerveaux qu'on pourrait appeler "bosse de la marine", ce qui signifie que l'art de naviguer ne vient pas d'une prédisposition génétique mais de l'apprentissage et de l'expérience.

Donc tu es sur le bon chemin !

Et rappelle toi que ce sont des Suisses qui ont niqué les Kiwis à la dernière coupe de L'America. Comme quoi y'a pas besoin d'avoir la mer en bas de chez soi !

Et en plus, une fois que tu seras à l'aise avec la navigation, tu découvriras le non moins difficile art de la gestion et de la maintenance d'un bateau, qui est loin d'être une synécure !

Mais soit bien averti: la navigation à voile et la mer sont une drogue extrèmement puissante. Comme toute drogue, elle a ses effets néfastes et bienfaisants: comme ton corps et ta tête vont bien quand tu navigues, tu retrouves tous tes muscles et ta capacité physique, ton esprit est apaisé et loin des tourments du quotidien. Mais quand tu quittes le bord, tu as été piégé par l'accoutumance du sel de mer, ton esprit et ton corps hurlent du manque de ce qui est devenu vital pour toi, tu deviens désoeuvré à terre et ton âme se désespère.

Ca fait une semaine que je suis rentré, j'arrive pas à m'y faire !

29 août 2004
0

Je suis un éternel débutant...
Et ce n'est pas pour jouer les faux modestes mais parce que "chaque fois qu'on va en mer on apprend quelque chose" (dixit Tabarly)

Ne te tracasse pas, l'apprentissage se fait sur le tas, progressivement, au gré des situations et des rencontres. Une fois que tu connais les bases, comme régler les voiles au près et au portant, les règles de priorité et la lecture des cartes, c'est déjà un bon début qui te permet d'envisager pas mal de sorties sur l'eau.

Ensuite, faire du cours des Glénans ton livre de chevet serait une bonne idée, pour t'imprégner progressivement de cet état d'esprit particulier, indéfinissable mais bien réel, qui différencie le promeneur du marin.

Ama, mieux vaut ne pas te laisser impressionner par la panoplie technico-matosso-électronico-formationnesque à la mode aujourd'hui...
Le pragmatisme et la simplicité d'antan me semblent plus agréables à vivre (mais à chacun ses choix!)

Ainsi, en ce qui me concerne (comme quelques autres de ma génération, 56 balais à ce jour) j'ai appris le B.A BA avec des CRS, gentils animateurs de voile sur Caravelle puis 4.20... Mais c'était avant mai 68! ;-)
La motivation pour le bateau?
Aucune!
C'était juste pour suivre une fille qui aimait ça (je parle du bateau)
A quoi tient le destin?

Après être resté de longues années sans toucher une écoute, j'ai acheté mon premier voilier à 30 ans, sur un coup de tête, et je me suis lancé. Première traversée: Normandie/Bretagne, petit coup de vent, GV déchirée, puis calmasse, plus de moteur, et navigation nocturne obligée au milieu des cailloux et des cargos.
Pour une première sortie de débutant, c'était gratiné, mais c'est ainsi qu'on apprend!

Plus tard, j'ai relevé la barre: Sachant à peine tenir une estime cohérente, et m'empêtrant les neurones dans la règle des douzièmes, je me suis lancé en solo dans une traversée du golfe de Gascogne.
Celle-ci réussie (après un échouage et quelques escales imprévues!) direction les Canaries.
Cette fois à la gonio.
Et ainsi de suite...

Pour ma première transat solo, je ne savais toujours pas me servir d'un sextant! Mais je me suis dit "Le voyage sera long, j'aurai toujours le temps d'apprendre en route et, de toute façon, au pire, c'est grand les Amériques, y'a peu de chance que je les loupe, j'arriverai bien un jour quelque part..."
Et lorsque je suis arrivé, j'avais inventé chemin faisant un nouveau système de calcul basé sur des interpolations astronomiques qui aurait pu me rendre millionnaire si des imbéciles n'avaient pas eu l'idée saugrenue d'inventer le GPS entre temps... :-) :-)

--
christian.navis.free.fr[...]/

29 août 2004
0

j'avais eu dse bateaux à moteur
et un jour j'achete par téléphone un super daïmio pour echapper à une crise pétrolière

je reçois le bateau sur un beau camion un début d'après midi sans jamais avoir mis le c.l, pardon le pied sur un voilier

me voyant bien embarrassé avec cet engin, le grutier me dit qu'il a un bénéteau évasion 25 et qu'il viendra me donner un coup de main après sa journée pour remater

puis il m'a appris la voile puis j'ai appris tout seul et je continu à apprendre tout le temps, car il en va de la voile comme de l'aviation, c'est l'expérience et l'entrainement qui permettent de s'en sortir mieux

en fait un bateau c'est à la fois pas compliqué et très compliqué car ça fait appel à plein de corps de métier

il suffit de bien évaluer tes capacités, rester dans ce que tu sais faire, apprendre à faire ce qui te tente et t'en remettre a d'autres pour ce que tu ne sais pas faire, sachant qu'il vaut mieux ne pas faire que faire mal en ce domaine

amicalement et bienvenue au club

29 août 2004
0

Le pire qui puisse t'arriver ...
c'est de te dire un jour que ça y est, tu sais tout sur la navigation et les bateaux ... ne te restera alors plus qu'à raccrocher les crampons :-)

Pour le reste, pas de soucis si on suit une règle basique: savoir bien mesurer jusqu'où on peut aller à un moment donné: ni se sous-évaluer, ni se surévaluer.

Quant-à ceux qui te diront qu'ils ne sont jamais inquiets ou qu'ils n'ont pas le trac au moment d'appareiller pour un grand départ, c'est des menteurs ou des écervelés. Note qu'un "grand" départ ne se définit pas en milles marins, mais par rapport à ce qu'on sais faire à coup sûr: dès qu'on fait un truc qu'on n'a jamais fait, c'est un grand départ :-)

Bon vent, Robert.

P.S. A Porquerolles en septembre, attention à la météo qui peut-être particulièrement caractérielle. Mais c'est le prix à payer pour apprécier ce lieu particulièrement magique, qui est un de mes préférés :-)

29 août 2004
0

Ouaip !
Mouillage baie d'Alicastre et couché de soleil, tu nous diras ce que tu en pense en rentrant, mais je te parie qu'à ce moment là, tu ne te sentiras plus tout à fait le même :-)

PS: ne va surtout pas mouiller près du port de Porquerolles, j'ai commis cette erreur justement la première fois que j'ai loué un bateau (un 30 pieds aussi d'ailleurs) !

PPS: tu vas t'éclater avec ton First, promis !

29 août 2004
0

Falcor
bonjour et bienvenue à bord...

et tu verras par la suite qu'il n'y a pas d'âge pour commencer la voile et que c'est un milieu où l'on apprend une ou plusieures choses supplémentaires à chaque sortie en mer.

Alain

29 août 200416 juin 2020
0

bienvenue
le "grand départ" c'est à chaque fois.
Le petit trac c'est tout le temps.
Les interrogations c'est sans fin.

mais les récompenses sont la.

La beauté d'une arrivée dans un port; un mouillage dans le golf du morbihan, un couché de soleil en mer .......

Le tout est de rester humble
une petite image pour te faire rever

29 août 200416 juin 2020
0

Arrivée ...
à Porquerolles en décembre à la tombée de la nuit ...

29 août 200416 juin 2020
0

belle image
superbe photo Robert
on fait le concours avant l'heure

Le quart de nuit arrive au large de Penmach

29 août 200416 juin 2020
0

encore une autre image
C'est surement l'effet du chouchen !

breuvage breton pour les adeptes de la méd

29 août 200416 juin 2020
0

Tant qu'on est dans les images...
Devinette: Comme le Horn c'est un phare sur une île au bout d'un monde, avec une réputation de sévères bastons (bien que lors de mon dernier passage fin juin, c'était plutôt calmos)
C'est où?

29 août 2004
0

Merci de vos encouragements
certains messages me vont droit au coeur !
J'ai hate d'accumuler des milles, pour ne plus psycotter sur tout ce qu'il y a à faire.
Mais dans vos commentaires sur d'autres fils, j'ai lu que l'on critiquait ( à juste titre certainement ), les gars qui jetaient leur ancre sur la votre, qui ne savaient pas manoeuvrer dans un port, ou savaient à peine se servir de la VHF et à mon grand desespoir je vais bientôt leur ressembler !
J'ai l'impression qu'en arrivant au port, un grand silence va régner et tous les regards vont se tourner sur moi, pour voir comment je vais rater ma manoeuvre !
Allez racontez moi quand même quelques petits tracas qui vous sont arrivés au début, et dont vous n'étiez pas fier.

29 août 2004
0

a Freja
Pourquoi ne pas aller mouiller près du port de Porquerolles ?
Sur le pilote cotier, il est indiqué que c'est l'annexe du port lorsqu'il est complet.

29 août 2004
0

Hum,
L'idée espiègle de ne pas te dire pourquoi m'effleure ....

Mais non :-D

Lorsque tu arrives le soir, comme nous l'avions fait, tout était calme. Le lendemain matin, dès 8H, c'était danse de St Guy pour le bateau tous les 1/4H ! En effet, il y a un trafic terrible de vedettes de passagers qui font des énormes vagues et font danser le bateau. Ils mettent les gaz à fond dès la sortie du port, et quand ils arrivent, ne les coupent qu'au dernier moment !

C'est plus sympa d'aller se mettre plus loin dans la baie d'Alicastre, on peut mouiller dans moins d'eau sur du sable, la plage est splendide (et l'odeur des pins, hummmmmm), il y a un boulanger qui livre le pain et les croissants au bateau, et le port n'est qu'à à peine 1m en annexe (bien sur, moteur vivement conseillé !)

Mais il y a plein d'autres coins pour mouiller à Porquerolles ....

... sur la chaine des autres ou pas ! :-D

29 août 2004
0

et bien..........
en voila une petite qui m'est restée en memoire......

c'etait il y a une bonne trantaine d'année,pour la premiere fois,nous passions de l'autre coté du cotentin ce fut une sorties farcie de ces annecdotes que tu reclames.....

à notre premiere arrivé à granville,avec mon papa sur un edel 4 deriveur de 7m. (quelle merveille)nous empruntons l'entrée entre les trés hautes murailles des jetées,le temps etait superbe et nous,aux anges.nous sommes à 2 noeux,au moteur,et soudain nous voyons l'interieur du port de plaisance,avec les voiliers biens alignés......plaisir.....puis soudain,je regarde en hauteur et apperçois une bandes de personnes ecroulés de rire........coup d'oeil autour de moi,et c'est là que je vois une ligne discrete qui barre l'entrée du port................

"vachte le sueil !!!!!!!!accroche toi papa!!!!!!!"

nous en etions à moins de 10 metres.....la barre et le hb.en puit dans le coin,et REALITE 2,a pivoté sur place evitant un contact rude et ....humiliant..........

j'ai regardé à nouveau en hauteur ,il n'y avait plus personne,domage .......

en fait,les indications nautiques etait assez succintent à l'epoque et surtout,j'avais un mal fou à me faire à l'interpretation du T.U.et bien,on l'a echaper belle.......

trés en avance grace à une metéo geniale,on s'etait relaché et n'avons pas ete alerté par la hauteur des infrstructures de l'entrée......

depuis,il y a le nouveau port,d'ailleurs je n'y suis pas aller depuis trés longtemps.......

gg.distrait......

29 août 2004
0

un bon moyen de ne pas dire de connerie sur la vhf
se taire

le meilleur moyen de manoeuvrer dans un port ou dans un chenal: un bon moteur au ralenti en travaillant uniquement à l'inverseur, sans accélérer sauf urgence

deux bons moyens de ne pas etre sur les autres;

arriver le premier

se mettre le + loin possible

enfin un excellent moyen en cas de pb: garder le sourire,discuter et etre poli et affable et normalement à part certains cons qui ne mériteront pas d'encombrer ta mémoire, personne ne te tiendra rigueur d'un acte manqué et que celui à qui ce n'est jamais arrivé te jette la premiere ancre

amicalement

29 août 2004
0

re ma premiere prise de poste au ponton, entre les poteaux
à port camargue avec un gin fizz livré 1 h + tot,

21 fois sans succès et la 22eme était parfaite

après un peu d'entrainement, normal la 1ere fois mais comme un créneau, parfois, il faut se reprendre et c'est vraiment pas bien grave

amicalement

ps les spectateurs on trouvé que ma manoeuvre était pas terrible mais que mon pastis était de première

29 août 2004
0

Falcor ....
J'aurais du te dire aussi que mon premier mouillage que je considère raté car dans trop d'eau et avec trop de chaine (hmfff, j'avais pas de guindeau !)et sur un lieu très inconfortable ...

... c'était celui devant le port de Porquerolles !

29 août 2004
0

si ça peut t'aider........
tu y verras les mouillages à l'avance.........

www.francevoile.com[...]ges.htm

utile et beau......

gg.

29 août 2004
0

Le fond ... et la forme ...
Falcor, ce qui est souvent critiqué, c'est la manière d'être, ce n'est pas l'incompétence. Ceux qui critiquent purement l'incompétence sont des imbéciles, car on est toujours l'incompétent de quelqu'un. Il y a des mecs très compétents qui se comportent comme des gougnafiers, et des néophytes exquis :-) Y a aussi des néophytes gougnafiers, mais ceux-là n'apprendront jamais rien.

Et surtout, faut savoir laisser le temps au temps, et ne pas être pressé d'arriver avant d'être parti, que ce soit pour l'étape ou pour l'apprentissage ...

29 août 2004
0

où?
où creches tu? loin de la med?

29 août 2004
0

t'en fais donc pas !
commence par le commencement, déja avant d'apprendre la navigation il faut apprendre à manoeuvrer !
n'hésite pas à manoeuvrer le plus souvent possible(à ce sujet si tu n'est pas trop loin de la baie d'aigues mortes, tu est sur que nous serons plusieurs pour te proposer de venir à notre bord )

d'autre part ne regarde pas les autres sur le quai, ils n'y connaissent rien! et seraient certainement bien pire à ta place...
et sache aussi que chaque fois que tu loupe une manoeuvre, le meilleur est de ne pas s'énerver, pas crier et surtout pas paniquer, au pire tu iras toucher un autre bateau mais comme tu sera pas "vite" et bien ce ne sera pas grave !

en tout cas bienvenue dans le meilleur des mondes, celui de la mer.

29 août 2004
0

le début :
le tour d'un ilot sur le Jurançon fraichement acheté d'un ami et premiers bords sur un voilier !
2 mois plus tard, nous voilà en posession de Joy, 12,50m et premières sorties dans le lagon. Nous avons appris en lisant les hors-série de Voile et Voiliers, en demandant et en observant les autres et ... en essayant, sans honte aucune, toutes les tecniques possibles afin de nous faire notre propre idée das manoeuvres adéquates, car nombre de marins grands causeurs devant l'éternel n'ont pas mis les fesses sur un voileir depuis leur dernière colonie de vacances... Donc n'écoute pas forcément tout le monde, fais-toi ta propre idée ! depuis 1 an 1/2 nous nous eclatons, sortons tous les WE, et nous partons samedi prochain faire la rgate Nouméa-Port Vila avec à la clé 3 semaines de vacances dans les iles du Vanuatu !

29 août 200416 juin 2020
0

Cool
T'as déjà l'essentiel avec les stages en école de voile. A priori tu te sens prêt pour louer un poil, avec la trouille que ça doit procurer à tout être responsable. Cool.
Après, le plus difficile c'est le départ, mais en général on merde pas trop le premier jour. On a bien prit la météo et on assure, la nav est belle et courte et l'équipage semble ravi. Le premier mouillage et la trouille revient, mais l'un dans l'autre, ça finit par s'arranger.
Le pire reste à venir : le coup de vent vers 3 heures du mat alors que ce n'était prévu que dans la nuit du lendemain, le merdier pour s'assurer que tout va bien et la nuit courte pour s'parecevoir que c'était pas si méchant que ça et que le coup de vent est bien pour la nuit prochaine.
Mais un bon p'tit déj et tout repart (à 11heures du mat). Un tour de l'île et un super abri pour parer le coup d'air prévu. Ils ne t'auront pas cette fois.
Après une aussi belle journée et une soirée cockpit à refaire le monde, quoi de plus beau... qu'une nuit blanche à attendre les moindre montée de la prochaine risée, scruter la moindre saute de vent, vérifier le secteur,... 3heures du mat et toujours rien,... à 6 heures un café bien frais que tes chers équipiers n'auront pas manqué de te préparer pour écouter que demain 3 à 4 de S à SO, mer belle à peu agitée.
Enfin de compte , on s'en fait tout un pataquès, mais àpart le mouillage raté de la première soirée et des 4èm et 5 jours, tu t'es pas mal demerdé. Heureusement que les mecs du port t'ont pris les amarres le jour du ravitaillement, parce que vous étiez mal barrés, mais rien à voir avec ce dernier jour où en rendant le bateau, il a fallu s'appuyer sur tout ce qui était autour. Bon t'as raison, il y avait un peu trop de vent de travers et tu ne connaissais pas le bateau.Et puis rien de cassé, alors... :-)

Tu vois en final, on s'en fait tout un monde ;-)

30 août 2004
0

Progrès en vue
A vous lire, la confiance arrive tout doucement, et on va se lancer .
Je vais imprimer vos messages dans le carré, et dès que ça n'ira pas , j'irai vite relire celui qui s'accorde avec la circonstance.
Par contre en voyant une photo de Porquerolles en décembre, j'ai pensé que quelqu'un qui navigait là l'hiver, n'habitait peu être pas très loin.....
Alors de là à penser, qu'un marin doté du sens de la pédagogie, habitant dans le coin pourait éventuellement venir nous donner quelques conseils le premier jour de notre location (dimanche 5 sept ), mais je m' égare....

30 août 2004
0

comme disait Gabin
"maintenant, je sais qu'on ne sais jamais!"
on peut essayer de se préparer un maximum a toute sorte de situation, il y aura toujours des imprévus qui arriveront.
L'expérience partagée remplace seulement en partie l'expérience personnelle.
conclusion: fait tes expériences, ne te complique pas la vie avec trop de détail au départ et profite de la vie!
juste un bémol: attention, on n'en n'a qu'une (de vie)

bon vent et bonne nav
didier

30 août 2004
0

La voile c'est comme le jardinage
La voile c'est comme le jardinage !!!!
On commence jardinier et on finit apprenti

Razvag

30 août 2004
0

La sagesse...
Comme le dit un de mes amis "dans le mot plaisance il y a plaisir"
il ne sert à rien de chercher à se faire du mal, on apprend l' humilité, la patience, la prudence et bien d' autres choses encore.
J' ai lu tous les avis sur ce thème que tu as lancé et je les partage !...
laisse faire le temps, la passion fera le reste
Je te souhaite bien du bonheur

30 août 2004
0

etre serein ...

se sentir responsble, savoir qu'on a rien à prouver, et prendre chaque problème un par un et le teriner. mais savoir gérer les priorités. cela peut être par exemple beaucoup plus important de s'occuper et rassurer un équipier qui a le mal de mer , que fignoler un réglage de voiles.

enfin ,essayer de gérer sa peur, mais rester imperturbable si une déscision est prise en commun pour le bien de tous. Savoir rebrousser chemin sans la honte, mais parsqu'eele est plus sage pour le confort de tous.

Naviguer, c'est partager la passion que l'on a du bateau et de la mer, et la faire aimer aux autres. c'est redécouvrir les choses simples et être à l'écoute de la nature et des hommes.

Moutik

31 août 2004
0

Stop
Je crois qu’avec tous ces conseils je vais avoir la trouille à ma prochaine sortie et pourtant ça fait presque 30 ans que je navigue. J’ai cru comprendre que Falcor demandait de raconter nos c….eries de débutant. Alors allons y !
Avec 6 mois d’expérience au retour de ma première croisière en 1975, avec mon daimio et son moteur hors bord 4 cv on a essayé de rentrer dans l’étang de Thau par bon mistral (environ force 6/ 7).
On avait la GV arisée pour aider le moulin à fond la caisse et on tirait des petits bords carrés dans le canal de la pointe courte. Le courrant était trop fort et on a décidé de s’amarrer sur les quais qui bordent le canal, mais avant cela on affale la GV. C’est à partir de la que l’affaire se corse. On voulait s’amarrer face au courrant Le voilier se mettait en travers, impossible sans voile et avec ce moteur de le redresser, on dérivait vers les ponts mobiles qui étaient fermés. On a pris la direction du quai j’ai mis le pied (nu) pour amortir le choc et le balcon du daimio m’a explosé le gros orteil. J’ai accroché un anneau d’amarrage avec la gaffe et l’on s’est amaré avec soulagement. Deux jours après, le pied dans le plâtre, on a récupéré le bateau par beau temps.
Cet incident n’a pas freiné ma passion de la voile et depuis je ne mets plus le pied pour arrêter le bateau. Cela fait 29 ans que je ne me suis plus blessé en bateau.
Lorsque l’on apprend tous seul, les leçons sont douloureuses mais efficaces.
J’ai beaucoup appris et j’apprends encore mais ce n’est que du plaisir. Alors Falcor je te souhaite beaucoup de plaisir.
bruno

31 août 2004
0

à conserver en *.pdf ce fil
et à relire les soirs de blues

31 août 2004
0

une confidence
lors de notre première, et pour l'instant unique, sorie en mer à 2 sur un Sangria en location, j'étais à l' avant pour la guider la manoeuvre à Groseille ( ma femme), le voilier était équipé d'un petit hors bord.
Je lui criais arriére, arrière , et comme elle ne m'entendait pas très bien, elle a arrété le moteur trop bruyant ( logique non ?)
J' ai donc piqué un sprint sur les passavants, pas grave, j'adore ça, puis tiré sur la ficelle.

Enfin, ce n'est rien par rapport à ce qui nous attend, j'imagine.
Arrêter de vous marrer, on repart dans 3 jours. :-D

31 août 2004
0

tu t'en est sorti....
et tu as apri,éh bah.........ça commence......

t'inquiete pas ,c'est simple si tu prends pas trop de risque.........tu en sera etoné....et fier......et tu nous le raconteras......

gg.confiant..........

01 sept. 2004
0

Un conseil ...
Apprends très (très) vite à communiquer avec ta femme par signe et non en criant. Dans le premier cas c'est très classe, dans le deuxième, tu passes pour un gros c... et tu fais la joie du mouillage à l'heure de l'apéro (et là, tu peux être sur que je suis dans le cockpit à attendre et me marrer !)

Allez, une autre petite histoire:
toujours la même première location, nous avions loué un Gibsea 302 (pas une bombe, ce truc là !) au départ de Bandol. Inventaire, tout le tralalala, et comme le proprio n'avait pas de place de port, j'ai même pas eu le temps de prendre mes marques, zou, dégagez !
Bon.
Nous voilà en route vers Porquerolles, cela faisait même pas 2H que nous avions le bateau. Bon, tout allait bien quand même, il y avait un peu de houle mais pas trop, au moteur car pas de vent, le bateau commençait à sortir le brion de l'eau mais pas trop. Nous passons la baie de Toulon. La profondeur dans le coin est d'une centaine de m. Je passe la barre à ma femme pour faire mes relèvements tout-bien-comme-il-faut-et-comme-c'est-marqué-dans-le-manuel, bien que je voyais bien où j'étais, et je descends pour faire mon point à la carte, en disant à ma femme (qui n'avait encore jamais navigué de sa vie):"tu continues comme ça et tu surveilles le sondeur: si jamais il y a 20 m, tu m'appelles". Tout à coup, petite voie tremblante qui vient du cockpit:"Nicolas, y'a plus que 15 m !" Nom de dieu de nom de dieu mais c'est impossible, je me rue dans le cockpit avec la carte à la main. M....., y'a plus que 10 m, je commence à être en sueur, mais qu'est ce qui se passe, c'est complètement impossible. 8 m au sondeur alors qu'il devrait y en avoir 100, ma femme commence à être complètement paniquée, j'essaye de garder mon sang froid pour comprendre ce qui se passe, un sous marin en remontée ? un conteneur qui flotte entre 2 eaux ? Le compte à rebours fatal continue: 7m, 6m, 5m, ... Oh non, on va couler même pas 2 heures après être parti !Je dis à ma femme de faire demi brusquement et me jette sur la barre. Rien à faire, la remontée du fond se poursuit inexorablement: 4m, 3m, 2m, ...Je serre les dents en attendant le choc ... 1m ? 50 cm ? ... pas de choc ! Ah ben là y'a un loup ! Y me semblait bien qu'il y avait une quille en partant ! Mais pas de choc. Une vedette des affmar nous observe de loin, une grande interrogation devait régner à bord pour savoir quelle manœuvre nous étions entrain de faire. Hébétés, dubitatifs, nous reprenons notre route (en prenant soin de se mettre exactement dans le sillage d'un quillard qui nous précédait). Je fume au moins 10 cigarettes en essayant de comprendre. Notre sondeur n'est pas fiable ? Alors ça promet pour la suite de la croisière ! D'ailleurs pour l'instant, il affiche toujours 0. Mais c'est quoi cette m....
Puis nous arrivons devant le port de Porquerolles où nous mouillons de nuit, crevés, trop profond et trop près, je l'ai déjà raconté, sans savoir la galère de batterie qui nous attendait le lendemain (je le raconterai), je me sers un whisky et commence à réfléchir.
Mais bon sang mais c'est bien sur !
Je vais voir la position de la sonde à l'avant du bateau. Euréka, la sonde est implantée très en avant sur la coque, comme il y avait de la houle, la sonde sortait de l'eau à chaque vague et mesurait la distance entre la coque et la surface de l'eau.
J'ai beaucoup ri, ma femme aussi. Je lui ai dit: "tu verras, ce coup là, on en rira encore longtemps !"

Et j'en ri toujours, effectivement !
:-D

01 sept. 200416 juin 2020
0

Tu ne dis pas toute la vérita Freja ;-)
En fait le lendemain, ça recommence, et le surlendemain aussi. C'est finalement en rendant le bateau au proprio que celui-ci te confirmera que le chrono-rebours de régate se déconnecte en appuyant sur la petite touche là :-p .

01 sept. 2004
0

Ah ?
C'était pas l'hélice du sondeur ? :-p

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

2019, les Cabanes. L'été arrive, les travaux sont finis, demain on met les voiles

Souvenir d'été

  • 4.5 (182)

2019, les Cabanes. L'été arrive, les travaux sont finis, demain on met les voiles

novembre 2021