De retour en escale pour plusieurs années .......comment vous faites ?

dites moi, dites nous comment vous avez fait, ce que vous avez fait. Revenir de voyage. comment faire pour se réadapter sur terre après avoir vécu au paradis ?
déjà un mois et demi depuis le retour et toujours difficile ...

L'équipage
11 oct. 2006
11 oct. 2006
0

c'est
difficile à vie. Condoleances

11 oct. 2006
0

on s'y fait
:-) :-( content, pas content, on y arrive quand même

11 oct. 2006
0

Bonne réintégration...
et si vous pensiez au prochain départ...???

ça pourrait vous aider en vous disant que tous ce que vous faites est dans ce seul but !

11 oct. 2006
0

Conneries tout ça, c'est pas si difficile
Imagine toi un front froid qui passe avec tous ses nuages, la tempé qui baisse et qui baisse et tu attends que le beau temps revienne.
En attendant, tu fais la vidange, tu répares la charnière qui avait pris du jeu, tu ranges pour la nième fois la baille à mouillage et tu peaufines le réglage de ce foutu 2 temps qui refuse de redémarrer dès qu'il a tourné 10 minutes.
En même temps, tu sais bien que si t'es là c'est parce qu'il le faut. Donc t'assumes.

Et puis le décalage est rigolo au tout début, triste ensuite et un véritable panard dès l'instant où tu es vraiment convaincu qu'on ne pourra jamais te retirer ce que tu as vécu.

Il m'a fallu près de deux ans, l'écriture d'un roman de 700 pages et le commencement d'un deuxième (arrêté par manque de temps) pour comprendre que c'était aux autres de s'adapter et que j'étais comme ça et voilà tout. Les efforts doivent être réciproques , mais c'est quand même à toi qu'incombe la charge de leur faire comprendre.

Tu n'as pas à culpabiliser parce que tu as vécu ce que tu rêvais. Tu dois juste leur faire comprendre qu'ils n'ont pas fait le même choix que toi et que, dans leur cas, ils devaient certainement avoir raison, et qu'en tout état de cause tu les approuves et ne ressent aucun dédain vis à vis d'eux ou aucune haine vis à vis de leur façon de vivre ou d'être. Et s'ils ne te comprennent pas, tu as au moins fait ton possible.
En fait, c'est comme en voyage : rester ouvert à toute possibilité de contact et ne pas hésiter à faire le premier pas, sans chichis. Tu verras, tu rencontreras des gens très interressants, même s'ils n'ont jamais voyagé ou foutu les pieds sur un bateau.
Reconstruire son univers n'est pas si difficile. Il faut simplement arriver à se convaincre qu'on n'est plus le soleil, mais simplement une étoile, ce qui ne te dévalorise en rien. C'est simplement une question de point de vue. Tu ne vas quand même pas faire comme ces curés qui continuaient à prétendre que la terre était plate uniquement pour ne pas avoir à faire l'effort de penser autrement :-) .
Trouver d'autres centres d'intérêts est certainement le plus rapide (pour moi l'écriture m'a définitivement guéri de la déprime). La substitution ça marche dans presque tous les cas. Essaye de te trouver un truc neuf qui ne t'interressait pas forcément avant comme le calcul intégral dans une algèbre non commutative par exemple :-D. Même si ça ne te sert à rien, tu verras que tu assimiles la façon de penser de ton entourage et que tu emploies leurs règles. Ils auront l'impression que tu t'intègres et ils auront raison :-).

PS : le truc qui tue c'est de vouloir raconter ce que tu as vécu. Si on te le demande, raccourci au max au début en attendant de voir à qui tu as à faire. En fait, tes histoires ils s'en balancent, exactement de la même façon que tu t'es pas mal foutu de ce qu'ils faisaient pendant que tu prenais ton pied. Imagine-toi leur demandant "alors ces dernières années à pousser les wagonnets, c'était comment ?" Faut pas mélanger politesse et intérêt. Tu n'es pas le centre de leur monde.

Et puis un jour, tu y retournes (j'en connais :-) ).

11 oct. 2006
0

si ça peut
aider, pense à tout ceux qui rêve de faire un jour comme toi de partir et qui ne le feront pas avant tres longtemps voir ne le feront jamais, par peur, manque de moyen, parceque leurs proches ou famille ne partage pas le même rêve, ceux la, sont surement beaucoup plus à plaindre.

Tiens pour le coup je me suis donné tout seul le bourdon, allez haut les coeurs je vais penser à ceux qui habitent loin de la mer, qui rêve d'avoir un jour un bateau, d'aller caboter librement sur les côtes bretonne...

finallement il y a toujours moins bien lotti que soit et si ça ne soulage pas ça permet sans doute de relativiser un peu sur son sort. ;-)

11 oct. 2006
0

trois ans
c'est court.
Desole

11 oct. 2006
0

le retour est assez facile
Pour nous,le retour a été assez facile.Retrouver notre maison et le confort qui va avec,regagner quelques sous,retrouver la famille et les amis,c'est très agréable.Le coup de blues arrive plutot au bout de quelques mois.La vie a depuis repris normalement,même si on envisage de repartir.De toute façon on ne regrette vraiment pas nos 3 ans de voyage.

11 oct. 2006
0

Complètement d'accord !
Je te suggère également au cours de tes insomnies et avec l'expérience de tes voyages de réfléchir sur ce problème pas encore complètement résolu mais oh combien passionnant de la terre tourne-t-elle ronde :

Considére une variété compacte V à 3 dimensions sans bord. Est-il possible que le groupe fondamental de V soit trivial bien que V ne soit pas homéomorphe à une sphère de dimension 3 ?Autrement dit, la question est de savoir si toute variété de dimension 3 fermée, simplement connexe et sans bord est homéomorphe à une sphère. Pour simplifier, , cela signifie que si « un objet à trois dimensions » donné possède les mêmes propriétés que celles d'une sphère (notamment que toutes les boucles de celui-ci peuvent être resserrées en un point), alors il est juste une « déformation » d'une sphère tridimensionnelle (la sphère ordinaire, surface dans — l'espace ordinaire —, possède seulement deux dimensions).

C'est l'énigme posé par Poincaré en 1904 sous le titre «La conjecture de POINCARE"

Après une telle prise de tête, facile de vivre et de repartir ! Pas belle la vie ???

11 oct. 2006
0

Rien compris ???????????????

En 1904, le mathématicien français Henri Poincaré avait posé cette question fondamentale en topologie, l'étude des propriétés géométriques d'objets qui restent constantes même lorsque l'objet lui-même est déformé, étiré, tordu.
Pratiquement, si l'on trace une courbe fermée, qui ne se recoupe pas, à la surface d'un ballon, et que l'on découpe ensuite ce ballon le long de cette courbe, on obtient deux morceaux.
En revanche, on peut tracer une courbe fermée qui ne se recoupe pas autour d'une chambre à air, et découper celle-ci selon cette courbe sans pour autant obtenir deux morceaux.
A partir de là, il a été démontré que toute surface de ce type qui est finie et sans bord (comme un ballon) est forcément la surface d'un objet sphérique. La conjecture de Poincaré stipule que cela continue d'être vrai si l'on passe des surfaces à deux dimensions aux espaces à trois dimensions. Mais cela n'a pas été démontré pour toutes les dimensions.

11 oct. 2006
0

Je le connais bien !!!
Oui c'est mon copain Grigori Perelman de Saint-Pétersbourg qui a trouvé, mais comme c'est un grand casanier, il a fallu que j'aille à sa place lui chercher la médaille et surtout les 1000000$ qui allaient avec.
Ce sacré Grigori, il a préféré la médaille, et depuis je cherche à faire construire un bateau sympa, mais les plans que je trouve sont tous trop petit, quelqu'un aurait-il l'adresse du chantier de MIRABELLA V ou de MALTESE FALCON, a priori ces canotes devraient me suffire .... La vie est dure !!!:mdr:

11 oct. 2006
0

merci vasko
enfin un bon sujet pour se prendre la tète..Poincare..la reponse est dans le nom....

au sujet..:(1)certaines sociétés font des lieux de vie sans fondations "les nomades"...le mal dont tu souffre,c'est le mal de la "racine"..notre culture baser sur les "fondations" voire nos maisons...quand tu part pour un long voyage tu "t'arrache" au système...est tu deviens un "deraciné";c'est mieux qu'un "enraciné"
(2).tais un reveur,et tu as la nostalgie,normal..
(3).y faut que tu bosse mon pote ,c'est le seul medoc..

11 oct. 2006
0

pour l' anecdote...
...un jeune russe vient d'avoir la médaille Field (le Nobel des matheux)pour avoir résolu l'énigme de Poincaré.je veux bien vous expliquer, mais tout dépend ce que vous avez de bon à la cave...:heu:

11 oct. 2006
0

lapin t'es mon chouchou
j'aurai pas dit mieux.
Ou en tout cas j'aurai pas mal merdé et personne n'aurait compris ce que je voulais dire.

[i]Tu dois juste leur faire comprendre qu'ils n'ont pas fait le même choix que toi et que, dans leur cas, ils devaient certainement avoir raison, et qu'en tout état de cause tu les approuves et ne ressent aucun dédain vis à vis d'eux ou aucune haine vis à vis de leur façon de vivre ou d'être.[/i]

C'est tellement vrai, n'attendre rien des autres. Ni amis, ni familles, tout le monde s'en fout.
Ecrit des mails aux copains rencontré sur l'eau mais n'attends rien des autres. Surtout pas admiration.

Car souvent tu te rendras compte que tu déclenches des réactions violentes simplement d'avoir fait. Comme si tu n'avais pas autre chose a faire que de te poser en modèle !

Courage, il parait qu'on revient vraiment un jour. Moi je suis jamais vraiment revenu, mais suis-je vraiment parti? Peut être que déja avant ...

11 oct. 2006
0

je reviens de Suisse et
j'ai du changer de banque, la mienne était déjà pleine...
comment faire?? comment gérez vous çà?

la vie est décidement trop dure

amicalement

autre pb nouveau: pendant que j'écrivais ce post, CLAUDIA SCHIFFER a laissé un message sur mon mail pour me dire qu'elle venait toute seule passer un mois avec moi aux Bahamas

décidement, j'ai envie de quitter ce monde pourri.....et bien trop difficile

11 oct. 2006
0

Tu as mal lu ton mail...
...Claudia vient te voir juste le temps de te déposer les enfants, et me rejoins ensuite car nous partirons aussitôt après pour ... deux mois ! On te téléphonera de temps en temps par Iridium . Bon courage !

11 oct. 2006
0

pffff...
...moi, rien qu'aujourd'hui,j'ai hérité de trois veuves de milliardaires africains en lisant ma messagerie...

11 oct. 2006
0

C'est uniquement un problème de "réadaptation" ?
Parce qu'il y en a des tas qui n'ont pas décollé de la case chômage dans leur jeu de l'oie. De plus, contraint à la navigation solitaire pour cause d'impossibilité structurelle de rencontrer des compagnons d'aventures marines, certains n'ont pas pu se permettre de très grands périples (mon cas).

Et si on y vit si bien dans ton paradis (fiscal ?) pourquoi en es-tu revenu ? Préfère-tu règner en enfer que de servir au paradis ?

Si tu n'as que des problèmes psychologiques tu es un heureux homme qui peut espérer trouver un psychothérapeute. Mes problèmes à moi, hélas, ne sont pas de "réadaptation".

11 oct. 2006
0

Mais tout bien réfléchi...
...
Il faut quand même être assez gonflé pour venir se plaindre auprès d'une confrérie de personnes qui ne rêvent que de départ qu'ils ne feront peut-être jamais et venir leur demander de l'aide pour revenir parmi eux.

Donc ne nous parle pas de tes malheurs de retour mais plutôt de ton bonheur du voyage, ou ne dis rien du tout... (ça, c'est pour faire suite à un fil récent qui demande plus de "joie" ou "d'allégresse" sur le forum).

11 oct. 2006
0

absolument pas!
j'adore consoler des gens qui ont fait ce que je rêve de faire...:reflechi::tesur: :-D ;-)

11 oct. 2006
0

Pourquoi, le paradis c’est ailleurs ?

Pour moi, il est ici tout simplement, au fin fond de la Bretagne, même sous le crachin, avec les copains de mouillage, alignés sur le quai les mains dans les poches à regarder chaque jour si nos bateaux pivotent bien avec la marée, comme si ce cycle immuable pouvait un jour s’arrêter, et remonter contents d’avoir constaté que la terre tourne toujours.

11 oct. 2006
0

une etoile Basile
Tu a tout simplement raison, le¨Paradis est devant notre porte.
Quoi de plus sympa que descendre la Grand-rue vers l'estran, de rever aux goelands tout en relevant le col du ciré jaune, celui qu'on prend plus en mer mais qui va bien a terre, de bien enfoncer ses mains dans les poches et de se laisser emmener par le doux son de la mer, du clapot qui arrive au fur et a mesure a tes oreilles.
Un simple regard pour voir le canot du Joss, le bleu a coté du tien: tiens, il a du sortir ce matin, il est pas loin, je vais aller voir au bar, une derniere fois, mes yeux se deplacent sur les corps-morts avant d'aller voir le large que je devine plus que je ne le voit, en fait!
aller, il'se fait fraid, on va s'en jeter un au bistrot du port, je remonte la cale, j'evite les casiers qui sont là,posée pour demain et je rentre dans le bar, enbuée, enfumée: que de bruit, de cris::Joss, t'es là!!!

11 oct. 2006
0

Ben en fait, le ti punch...
...que tu vas boire en short et en sandales, les mains dans les poches pour éviter les coups de soleil, à une terrasse aérée par les alizés, donne comme un petit gout fadace au verre de blanc que tu vas prendre au coin du zinc où tu seras allé te réfugier pour t'abriter du froid et du crachin...

11 oct. 2006
0

petitjean
Tu me fais du mal... :-)
j'peux pas t'payé l'apéro virtuel alors t'auras un étoile. bonne soirée...
a+
Pierr

11 oct. 2006
0

préparer
Préparer le prochain départ ....ça m'avait beaucoup aidé au premier retour .Après on sait qu'on peut repartir et c'est moins dur.
Bienvenue parmis les récidivistes.
Christian

11 oct. 2006
0

bonne question, meme si difficile
Je n ai retrouvé les reponses qu on avait fait sur HEO il y a 3 ou 4 ans ... snif.

Bref, tu essais de trouver des bons cotés (la bouf, la famille ... l Opera ...) et quand tu en a ras le bol, tu passes le raz et repars !

Just GO TO !

12 oct. 2006
0

Mais
Quand on part en voyage, on le fait pour soi, c'est un choix assez egoiste, en fait. Quand on en revient, il ne faut pas s'attendre a ce que cela devienne le centre d'interet des autres.
Ceux qui imaginent susciter l'admiration sont encore plus dans l'erreur:
- Si on n'a pas fait ce choix, ce n'est pas pour l'admirer chez l'autre!
- Naviguer peut faire eventuellement rever,mais quand on pratique soi meme, on vit deja son propre reve.
- On peut rever de voyage, mais faire le tour atlantique n'a plus rien d'exceptionnel aujourd'hui. Et puis il y a bien d'autre mode de voyage que celui la, sans parler qu'il garde plutot une image qui le reserve au favorises!

Ceux qui ont decide de ne pas partir ne l'on pas fait par manque de courage, mais parce que le voyage ne representait pas leur preference a ce moment de leur vie.

Enfin, les autres justement, pourquoi ne te feraient ils pas rever? Ils ont aussi fait quelque chose pendant ton voyage et pas forcement pousser de chariots(ce genre de remarque d'ailleurs est reelement affligeante, car elle traduit bien que pour certains ici, rien n'existe si ce n'est le depart en bateau).
Il n'y a pas que l'extraordinaire qui interesse. Le vrai est souvent bien plus communicatif que tout autre narration d'un passe.

12 oct. 2006
0

Rare ...
Une étoile pour clarivoile ;-)

13 oct. 2006
0

voyage sans retour ... définitif
BONJOUR,

moi, j'ai trouvé la solution, j'attends pour partir
d'avoir laché mon boulot et de ne pas avoir de
contrainte de retour ( sans une date de nouveau
départ de prévue).... c'est vraie que partir pendant plusieurs mois OUI, partir plusieurs années
c'est pas évident, ou il ne faut aucune attache...
et pas mal de fric...
SALUT
LE CELTE

13 oct. 2006
0

Conseil aux partants
Pourquoi ne pas s'occupper à conseiller les candidats au départ de votre expérience, à vous qui êtes partis puis revenus?

Ca permettrai, je pense, de confirmer que ce que vous avez vécu n'est pas qu'un rêve, et surtout de trouver des gens qui ont les même centres d'intérêt que vous. Vous serez donc un peu moins étrangers à ce monde de barbares.

Leon.

13 oct. 2006
0

juste une petite expérience perso
quelques piqures de rappel
le plus souvent possible
2 jours en mer par ci, 3jours par là, oh pas bien loin, ça n'a pas d'importance, par-contre tu retrouves instantanément le rythme, l'ambiance, l'art de vivre, la plénitude......tous les bons cotés (sans les mauvais hé hé hé...) de ton voyage, qu'il ai duré 3 ans ou 6 mois...

et ça tient un bout de temps......jusqu'au prochain départ?

16 oct. 2006
0

C'est vrai
désolé pour ceux qui ne sont pas encore parti.
Ma question et ma nostalgie sont peut être difficiles à admettre pour vous.

Par contre pour les autres, ceux qui savent ce que c'est, c'est une véritable question.
L'envie d'en parler, de parler du voyage ? oui elle est là mais c'est plus pour se replonger dedans que pour impressionner qui que ce soit.
Effectivement en parler ne sert à rien. Rares sont ceux qui s'y intéressent et après tout c'est normal. Chacun vit sa vie en esseyant de se persuader que c'est la meilleure.
Non ce qui m'est difficile ( à moi et à ceux qui sont partis avec moi) c'est l'impression de vivre au ralenti. voire même à l'arrêt. Tant l'enrichissement, l'intensité est grande en voyage. Beaucoup de mal à m'intéresser à ce qu'il se passe ici en France, tant nos problèmes d'occidentaux me paraissent dérisoires. Beaucoup de mal à perdre la convivialité naturelle des rencontres de voyage.

ça m'est peut être personnel mais me reste l'impression que ma vie était là bas ...

Quand je lis que pour certains il vous a fallu plusieurs mois voire plusieurs années ... Dieu me préserve de ça.

Reconstruire une autre vie. Aimer sa femme, ses enfants et ses amis. Tout simplement. Peut être. Sans en vouloir plus pour l'instant. ça doit être ça la solution.

16 oct. 2006
0

Ah
Si j'etais inscrit je mettrais une etoile :-)

16 oct. 2006
0

Oh
Ce n'est pas specialement par peur du cote de mon email car dans toutes mes interventions il est disponible.

Non, c'est plutot la difficulte a me retrouver cataloguer comme appartenant a un site. J'etais sur STW jadis a une epoque ou ce site etait tres sympa; puis celui ci a evolue dans un sens qui me plait beaucoup moins.

HEO est assez genial a mon gout mais je crains qu'un jour il change a son tour! :-(
En l'ecrivant, je comprends que c'est stupide car je pourrai alors quitter...juste l'impression de se sentir lier car j'ai le defaut de la fidelite :-)

C'est un peu beaucoup hors sujet.

N'hesitez pas a effacer :-)

16 oct. 2006
0

Le projet et le piège ?
Ce qui fait l'intérêt d'une vie c'est d'avoir un projet, que ce soit celui du voyage ou n'importe quel autre. Ils sont tous valables. La question est donc de savoir si tu peux (veux ?) construire un autre projet. Vivre dans le regret d'un temps passé est une sorte de confort aussi, yaka écouter tous les vieux #@&"$ qui radotent ;-)

Le piège, c'est de ne pas comprendre qu'une partie de l'agréement des relations humaines en voyage est due au fait qu'on investi peu (voire rien) à chaque endroit où l'on passe. On est en quelque sorte dilettante permanent, ethéré, on prend à chaque endroit le bon côté des choses, on laisse les mauvais côtés aux autochtones, ce qui est très agréable. Il y a toujours plusieurs facettes. Cest la facette un peu insignifiante et factice de ce mode de vie.

Quand tout ça est clair, on peut reconstruire des choix un peu plus durables, et peut-être même définitifs. Pourquoi pas un choix nomade, mais ce ne sera plus pareil. On peut en lire sur H&O un ou deux qui ont su faire ça très bien, ils se reconnaîtront :reflechi:

Désolé, c'est mon instant iconoclaste :-D

16 oct. 2006
0

C'est facile de s'inscrire, clarivoile, et ça n'engage à rien.

par précaution, crée une E-mail spécifique pour les forums.

Puis dans ton compte HEO, choisi "masquer l'E-mail".

C'est tout.

16 oct. 2006
0

Pas si hors sujet que ça,
et c'est même dans le sujet du fil : mes parents ont toujours voyagé, ceux de mon épouse aussi, et depuis nous n'avons cessé de voyager.

Résultat : nous n'avons pas de "clocher", même si la maison familiale de Bretagne est un havre de paix qui nous plait et que nous garderons peut-être pour nos vieux jours. J'y passe quelques semaines avec plaisir tous les dix ans.

Le bateau ? Pur hasard, ce n'est qu'un moyen de transport que j'ai préféré ma vieille Land Rover, et à l'époque où nous l'avons acheté j'hésitais entre un semi-remorque, une péniche et le voilier. Le choix du voilier a été pour sa souplesse d'utilisation. Sans plus, je n'étais pas marin et nous somme partis sur la mer avec zéro expérience.

Actuellement nous sommes ancrés en Martinique et nous y restons parce que nous nous y plaisons… dès l'instant où ce ne ce sera plus le cas nous irons voir ailleurs !

Hisse et Ho, c'est pareil : je m'y sens bien, je penses y avoir des amis pas tous seulement virtuels et le jour où je ne m'y sentirais moins bien je disparaîtrais aussi vite que j'y suis arrivé ! ;-)

[color=blue]_/)[/color]

16 oct. 2006
0

Montaigne:
Il faut vivre "ici" et "maintenant".

16 oct. 2006
0

Mais
Combien d'adolescents ont souffert des memes manques au retour de superbes vacances? Nous avons tous vecu cela et il nous arrive toujours de souffrir de ce coup de cafard apres une croisiere ou autre aventure dans une atmosphere excellente, meme si cette croisiere ou cette aventure ne s'est faite qu'au fond de son jardin! :-)

Il n'y a rien de pejoratif dans cette comparaison, mais c'est le lot de tous ceux qui ont la chance de decouvrir une forme de librerte, quelque chose de tres different.

Malheureusement, pour la majorite d'entre nous, le travail et ces obligations quotidiennes est une necessite. Alors, il faut accepter ce moment de deprime du au retour, apprendre a doucement le dominer.

Ainsi qu'on a montre de la curiosite pour tout ce qu'on decouvrait lors de ce voyage en mer, il faut tacher d'apprendre a ouvrir les yeux sur ce monde du quotidien qu'on croit si familier mais qu'en fait dissimule bien des richesses a celui qui ne sait regarder.

Bon courage, partager, non pas le voyage mes ses sentiments, apporte tant.

Merci d'avoir su le faire :-)

16 oct. 2006
0

comme toi
De retour depuis deux mois après être parti un an,
c'est sure que ce n'est pas facile à repartir dans la vie quotidienne...
Mais, je continue à voyager tous les jours.
(bus+train+voiture) 200km par jour x5=1000km semaine. de plus je prends l'avion de temps en temps.
Enfin de compte je voyage plus au boulot qu'en bateau. :-D
Non pour moi le plus dure c'est d'entendre sonner ce P**** de réveil le matin, je n'avais plus l'habitude.
;-)
Mais bon à part çà: J'ai l'impression d'avoir pris un an de retraite anticipé.Et elle est encore loin la retraite. :-(
Le voyage n'est pas fini, le bateau est à Québec et le retour du bateau est prévu soit cette année soit l'année prochaine donc çà aide (la tête est encore dans ce voyage)

Et on va commencer à préparer le prochain départ, dans 3 ans si possible...
:-D
( Si çà continue, Je ne suis pas près de la voir la retraite. ) ;-)
Et puis, la vie est belle et il y a plein de bonnes choses à faire sur terre aussi.
çà va aller va. :topla:
a+
pierr

16 oct. 2006
0

je compatis
a ce genre de problemes et le ressent jusque ds ma chair ;-)
je souhaite le meilleur a celui ou celle qui se pose des questions...
mon experiense perso est que pendant quinze ans je passai 4 mois a bosser a paris et 8 mois a depenser les sous gagnes en naviguant et autre joies terrestres
;-)
il m arrivait et j adorai d atterir le 29 juin et de bosser le premier juillet...ca aide...en tout cas je n avais pas le temps de me poser des questions...
mais c est sur que mon cas est diff
en parler et sur heo...voila deja une bonne therapie :-D

16 oct. 2006
0

Peut etre
Au cours de mes frequentes peregrinations, j'ai decouvert qu'il y avait d'autres modes d'evasion que celui qui me fascinait. J'ai en effet compris en me plogeant doucement dans le monde des arts, que je pouvais ressentir un bien etre comparable.

Loin du monde economico-social tres hierarchise, lorsque je prends un pinceau ou mon instrument de musique chaque jour, je deconecte autant que sur le bateau et les rencontres dans cette sphere peuvent etre tout aussi gratifiantes.

Je suis persuade qu'a long terme la diversite des passions sauve de ces trous d'air que toute realisation engendre, palie aux a-coups inevitables qu'une passion unique fait vivre

16 oct. 2006
0

pierre
C'est toi d'atacapoum ?
Atlante c'est erwan de Prosper ... (rencontré à Porto Santo 2005 pendant le coup de vent)

J'ai tes coordonnées j'essaierai de t'appeler. En ce moment je suis en plein ré- aménagement ...

A +

18 oct. 2006
0

toutes ma compréhension
23 ans que je suis rentrè , de 10 ans de voyage.
pas un jour ou je ne pense a repartir...depuis que j'ai découvert HEO c'est pire...j'ai des nouvelles d'amis qui sont en caledonie..le supplice..je ne pense qu'a ça...une fois que tu a l'arguè les amarres , t'est largué pour la vie.. ;-) ;-)..mais , mais tu t'est fabriqué des souvenirs :-D

19 oct. 2006
0

mais
c'est plus facile de vivre avec des projets...
quand on ne sait pas encore trop mais j'aime bien l'idée de prendre un an de retraite anticipé.
on est pas éternel alors profitons de la vie en :famille: La vie est belle, à terre ou en mer.

a+
Pierr
:-)

16 oct. 2006
0

Erwan
Passe un coup de fil ce soir (pas trop tot)ou quand tu veux.
Pour les autres: Excusez, c'est un peu perso mais bon, je connais les bons médicaments pour Erwan... :alavotre: :alavotre: :alavotre: ect...
a+
Pierr

19 oct. 2006
0

les souvenirs ou les regrets...
Le plus dur est-il de vivre avec les souvenirs de ses voyages ou avec les regrets de ne pas avoir réaliser ses rêves?A priori,parmi ceux qui sont partis,beaucoup(Django,la Capucine,Gébé,Pierr,Atlante,Poy de Rose et nous) espèrent repartir,seul en couple ou en famille.
Il manque peut-être une part de rêve dans le train-train quotidien même confortable.

19 oct. 2006
0

Partir...revenir
Bien d’accord avec ce qui a été dit précédemment.
Si le présent n’est pas passionnant, il faut travailler pour le futur, construire des projets même si ce ne sont que des idées vagues.

Quand nous avons largué les amarres en Aout 2004, nous savions que nous partions pour un an mais avec un billet “open”. Je veux dire par là que nous n’avions pas de date de retour précise, plus de boulot qui nous attendait.

Je voulais que ce voyage soit une rupture et qu’on en profite aussi pour trancher aussi nos amarres avec notre vie d’avant.
Nous quittions un HLM en banlieue parisienne, aussi, je ne m’imaginais pas reprendre les mêmes habitudes après un an au soleil.

Le projet était donc de s’installer en province au retour en se servant du bateau comme logement le temps de retrouver du travail.

C’était aussi prolonger l’aventure, se donner un nouveau challenge, découvrir une région, faire de nouvelles rencontres.

En Juillet 2005, nous nous sommes posés dans le port de Trentemoult, près de nantes. Un endroit stratégique pour notre projet de réintégration, puisque nous pouvions vivre sur notre bateau, près d’une grande ville avec toutes les commodités et le vivier d’emplois qu’elle propose.

Ce petit port a été une vrai chance pour nous car il est habité en permanence par plusieurs familles et nous avons vécu à bord comme en escale dans une super ambiance.

Notre retour a été très heureux car aussi riche et savoureux que le voyage.

Aujourd’hui, notre situation professionnelle n’est pas encore complêtement stabilisée, mais nous avons laissé le bateau pour nous installer dans une petite maison dans le vignoble du Muscadet et il ne faut pas nous reparler de revenir en région parisienne !

19 oct. 2006
0

Juste un trait d'humour
moi qui ait vécu dans le ''muscadet'', à la Cognardière, près du pallet, puis à sucé sur erdre( ;-)) les connaisseur apprécieront : à coté de trentemoult, où nous retounons tous les ans à l'occasion de la fameuse brocante, il y a un village qui s'appelle Indret, là où il y a un magnifique marché le dimanche matin, et où l'on peut voir les cargos liver leur cargaison de bois à nantes. Il est d'usage de certifier que ''mieux vaut Indret que tentemoult. ;-) au risque de me faire à nouveau sencurer pour cette petite blague :-p

19 oct. 2006
0

pas sûr que ça console, mais bon...
comme dit Fred plus haut,le bateau et la mer sont anecdotiques.Il y a mille raisons et mille façons de devenir ce que, faute de mieux ,j'appellerai un rolling stone...une enfance à l'étranger (c'est mon cas)les parents qui bougeaient déjà, et ça y est, tu es un voyageur toi aussi,c'est même pas un choix, c'est une donnée de ton équation,tu feras jamais partie des "imbéciles (heureux) qui sont nés quelque part"...la fille (ou le gars)d'un autre pays,qui a mis les yeux dans les tiens, et hop, t'es foutu,t'es sur la route...etc.tes yeux regarderont toujours le coin de la rue en se demandant ce qu'il y a derrière...une odeur,un fruit sur un marché,une fille des îles au regard triste,croisée dans un bus, tout ravivera à l'improviste ta mémoire, te serrera le coeur et te rappellera que tes semelles sont vierges de terre natale.Si en plus du reste la mer, une deuxième planète, t'a pris (*),pas la peine de résister,t'es bon pour bouger...

(*)"la mer t'a pris", en l'écrivant,"la mère patrie" me vient à l'idée... :-)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Baie de la madeleine - vue de l'annexe

Souvenir d'été

  • 4.5 (90)

Baie de la madeleine - vue de l'annexe

novembre 2021