De l'importance des réglages !

Bonjour a tous,
Je termine la quatrième saison sur mon bateau (sun odyssey 34.2), et au risque de faire sourire, j'ose une confidence qui peut être servira a d'autres :
J'avais choisi ce bateau principalement pour son confort et sa facilité de manœuvre (premier bateau), en acceptant sa réputation de marcheur moyen. Néanmoins, en fin de troisième saison j'ai commencé à étudier les solutions qui permettraient d'optimiser un peu les perfs (voiles, hélice repliable, antifouling...) parceque la croisière c'est bien, mais marre d'arriver le dernier!! Malheureusement, faute de temps je n'en ai rien fait, et j'ai entamé la saison 2014 dans la configuration exacte de 2013.
Et cette année, c'est la grande révélation, "et si je devenais un peu attentif aux réglages de la voilure". Résultat incroyable, perf radicalements changées grâce à toutes ces petites choses que je négligeais : chariot d'écoute, penons, halebas...
Dans la bonne brise de cette été en Bretagne sud, j'ai surpris quelques bateau de taille supérieur et augmenté d'environ 20% mes vitesses moyennes.
Bon, je dois bien avouer que cette découverte me motive encore plus a lui offrir une nouvelle garde robe, mais c'est une vrai révélation, et je suis encore plus satisfait de ce bateau maintenant que je le maîtrise totalement et que je connais ses capacités réelles (ainsi que celles du capitaine).

L'équipage
30 août 2014
30 août 2014
5

toutes ces petites choses que je négligeais : chariot d'écoute, penons, halebas...

Ce sont les petites rivières qui font...
Juste une chose, dans ta liste (non exaustive, j'ai bien compris), y voir les penons ....
C'est quand même la première des choses à travailler, car ce n'est pas un réglage, mais un repère de réglages. C'est THE outil qui défini si oui ou non tu est bien réglé. Seul le spi a un répère différent (la larme, ou l'alarme).
Le seul autre suivant est le speedo.
Et quand tu auras atteint les limites du réglage de voile (associé à la façon de barrer), l'étape suivant pour encore gagner des places (ou du temps) c'est la nav (pas de celle que l'on suit sur une tablette).

30 août 2014
0

J'ajouterais comme indicateurs les sensations dans la barre et son angle, et le VMG au louvoyage au prés comme au vent arrière.
Bon, OK, je pinaille mais comme tu affirmais: "Le seul autre suivant est le speedo."
Sinon en plus de la nav tu as aussi la dextérité "au contact" pour enfumer ou te défaire d'un adversaire.

06 sept. 2014
1

@matelot17523
par tout petit temps en régates...se munir de petites vis inox ou rivet pop(par ex....)et de ci de là jetter une pièce dans le cockpit ou la voilure d'un adversaire trés proche...
intrigués et inquiets car cherchant d'ou provient cette pièce...les équipages et le barreur se déconcentrent....vous les distancez!!c'est ça la dextérité"au contact".....

30 août 2014
3

:bravo: bah voilà, quand on fait un peu attention !!
c'est quand même plus sympa un voilier qui marche bien, non ?
et avec un speedo, on s'en rend mieux compte ... aïe, pas la tête José ... :mdr:

01 sept. 2014
0

tu as droit a une étoile

josé

30 août 2014
0

Tes super perf c'est combien de nds sur une grosse bete pareille ?
Quand je vois les polaires sur le "Avalon routeur" je suis perplexe

0

Les perfs en question c'est 5.2 de moyenne sur Sauzon-lorient et sur lorient-port haliguen. Pour la mesure j'utilise l'iPad que je déclenche au démarrage du moteur et que j'arrête une fois amaré.
En instantané c'est des pointes autour de 8nd, toujours au gps, dans 20nd de vent et sans courant.
Mon speedo est pessimiste depuis toujours, j'ai fait des essais au moteur sur la vilaine et constaté jusqu'à 1 nd d'écart par rapport aux GPS (1 fixe, 1 portable, et toujours l'iPad ).

30 août 2014
0

Sauf erreur de ma part, on peut incrémenter ou décrémenter la valeur indiquée par la plupart des speedos quand ils ne donnent pas les bonnes mesures !
ça doit être dans ton mode d'emploi!
Thierry, sur Troll

30 août 2014
0

Ta vitesse de carene serait environ de 8nds : En pointe tu es sur ta vitesse de carene. C'est coherent, mais je pensais qu'avec un boat aussi long on se faisait une moyenne de 6 à 7 , mais ce n'est qu'une impression , je n'ai que mon pti 6m comme experience. .....10nds de vent mesuré au coqpit : 6,8 à fond au portant , et 5 au bon plein.
.
Perso j'ai gagné 1,5 nds à la voile au bon plein par rapport à l'an dernier, j'ai ajouté penons sur la voilure et palan sur amure gv . Et surtout le plus de gain un peu de resine sur le bord de fuite de ma quille qui faisait presque 1cm d'epai.
Ainsi j'ai divisé ma conso carburant par 2 au moteur à la vitesse de 4nds : Plus efficace que j'imaginais !
Au prochain carenage j'attaque le bord d'attaque ......
cordialement

0

Bonsoir,
Je suis attentif à la vitesse moyenne car elle m'est indispensable lorsqu'il faut annoncer les temps de trajet a la p´tite famille ! Et c'est pour cette raison que je calcul entre le moment ou nous démarrons et jusqu'à l'arrêt a destination.
Par contre, il est évident que ces moyennes pourraient être supérieur avec un autre protocole de mesure, ou tout simplement des nav sur des distances plus longues.
Avec nos habitudes de voyages (10 a 20Mn par jour), j'utilise la valeur de 4,5nd moy pour nos estimations de temps de trajet. Avec ça je ne suis jamais loin de la réalité, et même un peu pessimiste (ça fait parfois plaisir aux enfants d'arriver plus tôt que prévu !).

30 août 2014
0

houlà Papy_jame, tu m'intéresses beaucoup sur les progrès que tu as pu faire!
je me doutais qu'en tant qu'ancien planchiste, ton sens du vent t'aurait fait vite apprivoiser notre "pti 6m", j'avais suivi avec intérêt également les essais de ton palan, mais là, tu m'as scotché avec ta modif' de la quille!!! Alors là, j'avoue que je n'y aurais probablement jamais pensé. Aurais tu des photos ou des détails sur la façon dont tu as travaillé ta quille?

30 août 2014
4

Tu prens un aileron de planche qui permet de naviguer à plus de 40nds puis....... tu regarde ta quille : Horreur !!!
.
Sachant que : 1 brin d'herbe de 3mm sur 10 de long pris dans l'aileron te fait perdre au moins 10nds.........
.
Je vais trouver des photos sur ma 1ere action....
.
Tu regarde ensuite les quilles de boats sur les aires de carenage ...là il y a de quoi rigoler, et meme sur les canots de regate c'est hallucinant de mediocrité !

Regarde le voile de quille d'un Surprise je me marre....Le voile c'est une plaque de tole, ha ha sachant qu'aucune partie ne doit etre plate, il faut en mettre grave de la voile haut dessus pour alimenter ce non-profil !

Quand aux bords d'attaque là c'est pathetique...par exemple le First 30 est tres amusant : Le type qui a dessinné le safran a fait un super travail mais la quille est une horreur ! : Comparer le bord d'attaque de la quille avec celle du safran : Tout est dit !

31 août 2014
2

Bon ben faut documenter tout ça avec des photos et des dessins car s'il s'agit de reprofiler les voiles de quilles c'est pas inaccessibles pour les voileux plaisanciers..

31 août 2014
0

Hello,
Tu parles de l ancien First 30 ou du nouveau. J ai le nouveau, je pense que le traitement de surface du voile de quille n est pas top, tu confirmes?

04 sept. 2014
2

tu es incapâble de différencier un bateau dessiné en 1972 et un en 2012 !!!!!
:reflechi:

31 août 2014
0

First 30 : Celui que j'ai vu, je suis incapable de dire sa generation.

31 août 2014
0

Bases incontournables :
.
- Aucune partie ne doit jamais être platte.
- Maître beau ( partie la plus epaisse ) toujours à 1/3 du bord d'attaque.
- Bord de fuite le plus fin possible, limite coupant, mais attention toujours pas de partie platte.
- Rapport maitre beau/profil : entre 8 et 15 %
.
Pour le bord d'attaque 2 strategies :
1 Favoriser la portance = bord d'attaque arrondie
2 Favoriser la vitesse = bord d'attaque en pointe
.
La portance ne sert que peu dans les allures abbattues, et , dans les allures de pres la vitesse donne de la portance......au carré de la vitesse.
En consequence le bord d'attaque arrondie est nul en bateau, mais bon en aeronautique.
.
Bref ,quand je vois un voile de quille de regatier faite d'une plaque de tôle platte, qui la ponce amoureusement au papier 900, je rigole.
Cordialement

31 août 2014
0

"pas de partie plate"... je ne comprends pas. Qu'est ce que tu veux dire exactement? Des quilles en tôle ondulée?

31 août 2014
0

merci ftiti!

31 août 2014
0

Je pense qu il veut dire qu entre chaque point du profil du bord d attaque au bord de fuite, c est à dire de l avant vers l arrière on ne doit pas pouvoir tirer une droite parallèle à la corde. Un profil voit sont épaisseur croître de son bord d attaque jusqu à son épaisseur maximale qui correspond en général au centre de portance, située entre 20 a 40 pour-cent de la corde ( ça dépend du type de profil, entre les NACA les Eppler les Hepperle, les Hirtz et autres il y a en des milliers dont les coordonnées ont été décrites), et ensuite décroître pour être très fin au bord de fuite décrivant une courbe qui peut être convexe, ou convexe puis concave sur les derniers centimètres comme la quille du dernier A35. Je vous invite à voir cette quille sur la vidéo de présentation du A35 au Nautic 2013, cette quille est un petit bijou.

31 août 2014
0

Voici 3 profils type NACA avec le bord d attaque plus ou moins arrondi ou effilé c est selon et le bord de fuite plus ou moins effifle

31 août 2014
0

Juste un peu de Syntofer auto, sur le bord de fuite , un coup d'ecouenne puis de papier de verre.
Quand ça sera au point au niveau forme je referais tout bien à l'epoxy.
;
J'ai vu la difference immediatement en quittant l'aire de carenage. Je pensais evidemment gagner mais pas à ce point . A ma grande surprise.
Test facile : Moteur à fond sans voile eau platte et sans vent j'ai gagné 1 gros nds , puis test conso à 4nds, mon repere poignée de gaz parlait dejà . La conso à suivie.
cordialement

31 août 201416 juin 2020
1

Zut j'ai oublié la photo

31 août 2014
0

si je te suit, le bord d'attaque d'une quille doit etre saillant et non pas arrondit ?

31 août 2014
0

Carré?

31 août 2014
0

Oui. Regarde les quilles et voiles de quille des bateaux de regate les plus rapides, ils sont pareils que les ailerons de planche. Mais il ont encore du boulot sur le bord de fuite hé hé

31 août 2014
0

Selon moi le profil est toujours plus épais sur le bord d'attaque.
Voir les explications ds le liens :
www.arwenmarine.com[...]eN.html

31 août 201431 août 2014
1

Bonsoir,
on n'enfoncerait pas des portes ouvertes, là, des fois? Parce que découvrir qu'il faut quand même un peu régler un voilier pour le faire marcher... :acheval: :acheval: :acheval:

31 août 2014
0

Ben, nan... Ce qu'on appelle les réglages fins (l'optimisation) je commence tout juste à le mettre en pratique quand je navigue.. Avant je m'occupais à faire les manœuvres proprement sans faire de c......ies, sans me planter dans le plan d'eau..., et je vérifiais que les équipières ne puissent pas tomber à l'eau.. Bref beaucoup de stress alors optimisation des voiles c'était bon pour les stages.. Et avec les années (car nous on pratique peu hélas) , la confiance venant on commence à affiner. Donc ce n'est pas "découvrir les réglages" c'est le mettre en pratique et constater le gain au speedo.. Et je comprend ce que petit 3ème a voulu dire..

31 août 201416 juin 2020
0

Les voici les 3 profils cette fois?

31 août 2014
0

Je trouve ces profils tres beaux. Pourquoi tant de bateaux, même ceux de regate, sont ils si loin de ce genre de shape ?

31 août 201431 août 2014
0

Quelle est la démarche à suivre pour réaliser les modifications de sa quille ?

Peut on dégager quelques actions simples mais efficace (80% d'effet pour 20 % efforts ...) ?

Ensuite pour faire encore mieux comment reprendre complètement le profil de quille ?

Si j'ai bien compris on peut utiliser le "Syntofer" pour ajouter de la matière au bord de fuite puis reprendre. Vous avez d'autres matériaux à recommander ?

Quid de l'augmentation de la surface mouillée lors de la correction ? J'imagine qu'il faut s'arreter avant d'avoir tellement allongé sa quille avec un profil est très fin (comme un aileron de planche)... mais quand s'arréter ?

Au boulot j'ai pas de quoi simuler de la mecanique des fluides, des gens seraient pointus sur le sujet ?

31 août 2014
0

Je pense qu'il faut dejà faire simple : Les basiques avec le bon sens paysan. Il suffit de faire un tour sur les aires de carenage pour se rendre compte de la marge de progres facile.
La surface mouillée, avec des profils qui ne ressemblent à rien , ç'est une blague.
Bon le syntofer c'est du polyester donc pas etanche....Gel coat ou faire avec epoxy. Mais on peut essayer au dessus du gel coat....... Ha ha j'en vois qui bondissent.....Le polyester tiendrait donc sur une coque moins bien que les moules?

31 août 2014
2

bon attention, faudrait un vrai spécialiste, car on serait bien en train d'extrapoler sans savoir vraiment de quoi on cause ...en plus hydrodynamisme et aérodynamisme, c'est pas la même chose, y'a une petite différence de densité du fluide il me semble ...
vous savez qu'on augmente l'efficacité d'une pale d'hélice en en supprimant les turbulences vibrations et autres en donnant un coup de lime ou de meule sur le bord de fuite pour y faire précisément un méplat ?

31 août 2014
0

Oui tu as raison pour les petits affinages, encore faudrait il demarrer avec les basiques respectés. Ce qui est loin d'etre generalement le cas.

01 sept. 2014
0

Oui la viscosité (ou le nbre de Reynolds si je me souviens un peu).
Dans l'article qui est en lien plus il est dit que certains profils destinés aux avions (rapides) peuvent être utilisés pour les bateaux.

31 août 2014
0

C est une histoire d écoulement et de nombre de reynolds. C est assez compliqué et ça peut pas être expliqué comme ça en un post.
Sur internet on peut télécharger xflr5 gratuitement pour faire de petites études. Payant mais plus élaboré il y a mecaflux.
On peut s'amuser à étudier divers profils et les soumettrez à divers écoulements pour voir ce que cela engendre comme traînée et portance selon l'incidence.
Déjà si auprès des constructeurs on pouvait avoir les coordonnées de nos profils de quilles....
Cependant selon moi, à mon niveau en tout cas, je peux gagner d avantage en étant rigoureux et attentif au réglage de mes voiles. Une fois que j'aurais maitrisé cela, je m attaquerai au profil de quille.
Je viens de lire un voile et voilier hors série, tout savoir sur les voiles, qui est intéressant dans ce domaine.

31 août 201431 août 2014
1

Les profil de plans anti-dérive, c'est hyper complexe. Les principaux paramètres pour une portance calculée en fonction de la surface de toile sont la vitesse max au prés, à un angle de travail du plan (gite), la surface du plan et plus particulièrement l'allongement, l'angle d'incidence de l'eau sur le profil.
Avec cela on détermine un profil qui soit adéquat pour le près et limitant la trainée au portant. Il est determiné par un% de creux et un % de son placement.
On peut difficilement modifier le % de creux et son placement, la longueur de corde, etc...
Par contre, un truc facile c'est la surface de glisse du profil que l'on peut quelques fois améliorer par un mastic/ponçage.
Le reste...

31 août 2014
0

C'est parque c'est tres complexe au calcul , que des voiles de quille sont plats et les quilles sont tres souvent avec des bords de fuite, finition meulés à l'arrache ?
Faisant un tour je n'ai vu qu'un seul voilier (de couse) qui avait un bord de fuite inferieur à 4mm.
Et, 4mm de bord de fuite sur une hauteur de 1,5m il faut probablement 5m2 de voile, pour consommer la perte correspondante a 8nds de vitesse boat , sous 10nds de vent.
.
Sur un 15m c'est pas grave mais sur un 6 ou 8m ça devient critique.
Mais on dira que c'est la faute à la vitesse de carene.......

01 sept. 2014
1

J'ai essayé un bateau un fois qui dérapait (dérivait ) littéralement par pétole. Il était nécessaire de la faire abattre afin de prendre de la vitesse et réussir à faire "accrocher" la quille.
Le profil était trop fin...

01 sept. 2014
0

Oui sauf qu'une quille qui n'accroche pas (je ne parle pas de près serré) c'est pas forcément courant...

01 sept. 2014
1

Sans vitesse pas de portance. Dans mon monde à moi il faut toujours abattre pour prendre de la vitesse avant de caper. et , ce quelque soit le profil.

31 août 2014
1

Perso je suis persuadé que l'on gagne bien plus coté quille que voile.
Exemple : La vitesse de carene : C'est reelement une marche technique, mais elle excuse toutes les mediocrités de quille et voile.
.
A partir de 5nds l'eau devient visqueuse comme de la patte à modeler et chaque mm mal fagoté devient un frein. A 7 nds on est semi solide et chaque mm mal fagoté devient une ancre..
Combien de m2 de voile faut il pour consommer les pertes d'un voile plat.
A quoi sert de booster un moteur aux petits oignons si le frein a main du vehicule est bloqué ?

01 sept. 2014
0

je suis toujours assez admiratif par ce qui vient d'etre ecrie ... :reflechi:

01 sept. 2014
0

Si je me souviens bien pour ce qui concerne l'état de surface : une surface légèrement rugueuse génèrera un régime turbulent en suracfe de la parois. Ce régime sera limité en épaisseur pour devenir ensuite "laminaire".
Une surface hyper lisse ne génèrera pas de turbulence mais décrochera beaucoup plus rapidement (moins de tolerance) et très brutalement.
C'est ce qui expliquait un moment des carènes de Classe America ou autres avec une certaine porosité si je me souviens bien :reflechi:

01 sept. 201401 sept. 2014
0

Oui, à tel point qu'ils sont rigoureusement interdits par la jauge Laser ainsi que les polish contenant du silicone.

01 sept. 2014
2

Si tu parles de surf sur l'eau la wax que l'on met sur la planche se met du coté des pieds et joue un rôle d'anti dérapant. Sous la planche c'est un glaçage époxy c'est tout.

Si tu parle de snowboard (puisque tu parles de farte) les conditions de glisse sur neige non rien à voir ;)

01 sept. 201401 sept. 2014
0

Ça n'a rien d'une théorie! Les balles de golf trouées ont une traînée plus faible que les lisses.
Pour la régate, la NASA devellopé cela pour Start and Stripes pour l'AC de 1987 c'était tellement efficace que ça était interdit dans la jauge ACC. Les américains ont récidivés lorsqu'il n'y avait plus de jauge avec Godzilla en 2010 utilisant un adhésif strié créé par 3M.
www.nasa.gov[...]ts.html
news.3m.com[...]p-match
Il y a meme des expérimentations dans l'aéronautique pour appliquer le principe aux avions de ligne pour économiser du carburant.
www.air-journal.fr[...]49.html

Attention, laisser des berniques sur sa coque ne permet pas de reproduire l'effet "peau de requin" :langue2:

02 sept. 2014
0

Je nuancerai un peu. D'après "Monsieur X" de BWM-Oracle ca semblait relativement efficace.
www.voilesetvoiliers.com[...]usa-17/
en fait, ça pas été repris dans le monde la course car interdit par l'ISAF (rule 53).
Mais bon maintenant, le mieux pour éviter au maximum les frotements hydrodynamiques c'est encore de foiler! ;-)
:alavotre: :alavotre:

01 sept. 201401 sept. 2014
0

Oui, c'est la théorie de la balle de Golf (constellé de "trous")
Mais l'America à démontré que ce ne fonctionnait pas (en l'etat des connaissances de l'epoque).
Maintenant les revetements "teflon" privilégiant la glisse ont démontré leur efficacité sur les coques et appencides, du dériveur Olympique au multi océanique.
Et les surfeurs continuent de "farter" depuis longtemps

02 sept. 2014
0

@Cambuse:
J'ai ecrit: c'est LA théorie de la balle de Golf, je n'ai pas écrit que c'était DE la théorie.
D'ailleurs les balles sont toujours grêlées.
Plus prosaïquement, ce sont les phénomènes de "couche limite", terme exact.
Pour la Coupe, rien ne permet d'affirmer que la peau de requin à permis à Conners de gagner contre Kookaburra III, fûsse de 4 à 0.
Et l'interdiction qui s'en suivis à plus a voir avec le dérappage de la coupe qui s'en suivit opposant New Zeland de 90 pieds au S&Stripe 88 catamaran à Aile rigide...
.
Et les "peaux de requins" n'ont pas du tout été repris dans tout le monde de la course qui a suivit, sauf effectivement la société 3m qui a cherché un coup de pub.
Pourtant à l'heure où l'on fait voler les bateaux, l'exploitation des couches limites à du être envisagé...
Par contre il y a un cousin "grossier" à cet effet qui se fait de plus en plus sur les coques, les multis comme les monos rapides, ce sont les redans qui exploitent le même phénomène mais à echelle plus importante, certainement facilité par les faibles vitesses exercées dans l'eau (en comparaison à l'air) et sa viscosité.

01 sept. 2014
1

petite experience sur les voiles .

lorsque j'ai acheté mon bateau les voiles étaient dejà usagé quelques saison apres j'ai du me resoudre de les changer .

Avec les vieilles j'ai donc fait des tests . apres 10 virements de bord et apres stabilisation de la remonté au vent je faisais 135° bd ,td soit une remonté au vent à 65° environ ,je parle allure au pres normal pas trop serré et celà par F3 .

J'ai changé mes voiles et les ait un peu modifé , les test dans des conditions similaire mon fait gagné 30° . Pour la vitesse gagnée là je ne peux donner de chiffre car c'est bien impossible à chiffrer , mais pour l'angle là c'est mesuré sûr

01 sept. 2014
1

Les voiles et surtout leur reglage c'est evidemment determinant pour la remonté.
Perso avec une gv hors d'age au pres : J'ai mis un palan à l'amure, et moins bordé pour ne pas profiter de ce creux , devenu par le temps un gouffre ( devente d'environ 30% au guindant ) j'ai gagné 20° à vitesse egale.
Autre constat : A 4 personnes dans le coqpit je vais au moins aussi vite que seul, voir +, j'en conclu que je dois matosser mon canot sur l'arriere.

01 sept. 2014
0

Autre constat : A 4 personnes dans le coqpit je vais au moins aussi vite que seul, voir +, j'en conclu que je dois matosser mon canot sur l'arriere.

Je crois qu'une conclusion plus simple et bien plus logique s'impose: plutôt que de matosser 4x70kg (moyenne) sur l'arrière, ton canot, comme tous les autres de 7m et moins, trimballe plus vite et plus facilement 70kg que 280kg.
Pourquoi chercher compliqué?

01 sept. 2014
1

Autant pour moi, j'avais mal compris sa construction de phrase.

01 sept. 2014
0

Justement, c'est le contraire que Papy-Jame a remarqué: S'il va "au moins aussi vite à 4 que seul", c'est donc que tout seul il irait moins vite...
Les interprétations possibles sont donc à rechercher plutôt sur l'assiette que sur le simple poids transporté.

01 sept. 2014
0

Je parlais bien de l'assiette....

01 sept. 2014
1

J'apprends énormement en relisant x-fois "Les voiles. Comprendre, régler, optimiser" de B. Chéret.
J'ai remarqué que beaucoup connaissaient leurs réglages optimum sur le bout des doigts mais moi, changeant de beteau à chaque location, j'avais surtout besoin de comprendre les mécanismes et principes pour me réadapter chaque année.
Je ne peux que recommander ce livre.

01 sept. 2014
0

au peaufinage des oeuvres vives déjà évoqué, j'ajouterai l'amélioration du joint coque/quille, souvent pas bien joli. Une solution rapide à mettre en oeuvre : une bande de mylar collée sur ce joint. Ce meme Mylar peut être collé également sur un puits de dérive. Chacune des lames de Mylar épouse parfaitement le profil de la dérive et empêche les mouvements d'eau dans le puits.

01 sept. 2014
0

Est ce qu' il est possible d'appliquer votre raisonement au longues quilles ? Par exemple: le new ranger ou l' alpa 7.
Peut etre le naca est trop épais, mais il y a surement des profiles plus efilés et longs.

01 sept. 2014
0

Ce n'est pas une question de profondeur verticale de la quille, ni de sa longueur de profil (sur le plan horizontale ) mais une question de rapport entre la longueur de profil et le maître-bau (epaisseur maxi.)
Le plus courant en nautisme il me semble est 12%. Soit environ 12cm d'epaisseur pour 1m de long.
J'ai fait mon safran à 8% et ça marche correctement. Mais c'est limite.
.
Apla 7 ? New Ranger ?, helasje ne vois pas ce que c'est.....

02 sept. 2014
0

Sauf qu'il est difficile d'imaginer un profil type NACA sur une quille longue, à savoir une quille qui naît à l'étrave et finit à l'étambot

02 sept. 2014
0

raahhhhh.... J'y pige rien, il me faut un dessin :-(

02 sept. 2014
0

Si, la forme de l aile ou de la quille importent peu, un NACA à 12% que ce soit sur une corde de 10 mètres ou de 10cm à son bord marginal ( au saumon) aura toujours 12% d épaisseur relative sur sa corde à son tiers le maximum d épaisseur est au tiers de la corde, par contre le reynolds ne sera pas identique sur l ensemble du plan.
On peut même faire ce que l'on appelle des profils évolutif, on commence à l emplanture par un NACA a 9% par exemple, et pour compenser la perte de portance vers le saumon puisque la corde est plus courte, et bien on augmente l épaisseur du profil vers le bord marginal à 12%.

01 sept. 2014
0

Alléluia.....alleluiaaaaaaaaaaaaaaaa!
L homme est par"essence"un être qui aspire au(x!)progrès ..

01 sept. 2014
0

Merci pour la réponse P_j , J' ai compris un peu plus. B. v.

01 sept. 201416 juin 2020
0

Ci dessous :
En couleur on voit l'image des pressions les plus fortes sur le bord d'attaque ( profil avec bord d'attaque arrondi.) gros efforts à la penetration.
;
Dessous profil naca avec bord d'attaque legerement pointu : L'effort de penetration dans ce cas est largement réduit et sans perte de portance. Par contre l'angle d'incidence doit rester moderé.(pas bon pour l'aerien )
.
Le bord d'attaque de la quille de mon canot sera proche de ça l'an prochain.....hé hé

02 sept. 2014
0

OUPS erreur sur le profil noir et blanc

02 sept. 2014
0

quand tu parlais de bord d'attaque pointu j'avais peur (une pointe pour moi c'est ça : < ) ...
bon là je comprend mieux
si les chantiers ne font pas de bord de fuite efficaces c'st à la base pour des soucis de facilité de construction et de solidité
mais en effet ça vire souvant au n'importe quoi
quand c'est bien fait en respectant l'efficacité, la facilité de construction et la solidité le bord de fuite est coupé en biseau

un bord d'attaque plus fin te fera moins gagner que ton bord de fuite optimisé
et il y a un risque que tu décroches plus facilement (plus de dérive) sur un bateau pas très rapide
enfin tant que c'est pas le cas c'est tout bénef

02 sept. 2014
1

Le profil aquila en blanc est un profil plan convexe, je ne serai pas étonne qu'il s'agisse d un Clark y. Il n est pas symétrique et n est donc pas adapte pour travailler avec les performances sur bâbord et sur tribord. Avec ce type de profil si tu mets la convexité à bâbord ta quille aura une très bonne portance sur bâbord et tu n accrocheras rien sur tribord. Et inversement si tu mets ta convexité sur tribord. Il te faut donc un profil symétrique pour la quille. Les profils plans convexes sont utilises sur des avions plutôt lents demandant beaucoup de portance et volant à plat. Avec un tel profil, sur le dos un avion aura beaucoup de difficulté à se maintenir en l air alors que sur le ventre le vol sera sécurisant.
La plupart des profils sont en régime turbulent à partir d un reynolds a 500000, certains tolèrent jusqu a 7000000. Le nombre de reynolds c est le produit de la vitesse par une longeur de référence divisé par la viscosité cinématique du fluide dans lequel le profil évolue. La viscosité de l air à 25 degrés est de 15,610-6 m2/s, celle de l eau à 20 degrés est de 1,00710-6. Le rapport est donc de 1 a 15.
Un même profil pour une même longueur de référence aura donc les mêmes performances dans l eau que dans l air en allant 15 fois moins vite. Si tu prends une quille avec une corde de 1 m, évoluant à 3 m/s, son reynolds sera de 3000000, cette même quille aura le même reynolds dans l air pour une vitesse d écoulement de 45m/s. Tu remarqueras que nous sommes déjà en régime turbulent pour une vitesse d environ 6 knts. Ce qui implique une forte augmentation de la traînée et donc une résistance à l avancement. Pour retarder ce passage en régime turbulent il faut avoir un profil qui accroche le plus loin possible les filets du fluide vers son bord de fuite. Quand j ai vu la forme particulière du bord de fuite du nouvel A35, j ai posé la question du pourquoi au représentant au Nautic, qui était Cyrille le Glohaec. Bien que je me doutais de la réponse. Il m a expliqué que les ingénieurs avaient beaucoup travaillé sur la partie arrière de la quille et que cette forme de profil avec une fuite légèrement concave était faite pour retarder le décrochage des filets.
Je n en suis pas sur mais je pense que cette concavité derrière crée de la place pour le fluide, c est à dire un vide, une dépression qui raccroche les filets. J ai pas osé prendre des photos et des mesures pour étudier ça en soufflerie numérique mais franchement je trouve que cette quille est un petit bijou.

02 sept. 2014
0

ftiti Tu as une
Bonne vue, effectivement un profil assymetrique ne convient pas pour une quille ou un safran, hormis pour les reccords de vitesse pure à la voile. J'avais mis juste des exemples pour illustrer le bord d'attaque.
.
- Le chantier Finot utilserait un profil naca 63012 ( 12%) perso je trouve que le bord d'attaque est encore trop rond sur la serie 63
.
- Tu explique tres bien pourquoi il ne faut jamais de partie plate.
Un bord de fuite s'inversant concave m'apparait logique pour diminuer la trainée, on parle même aussi quelquefois de bord de fuite flexibles ( ce que l'on fait sur le haut du grement en planche ) mais on n'a jamais reussi à le faire sur les ailerons en planche sans pb de vibrations.
.
Ta reponse à Tribal : Tu as encore raison , et c'est bien expliqué .
Toi qui touche bien sur le sujet : A quel vitesse ( environ ou ordre d'idée ) passerait on en turbulent sur un profil à 12% ?
Cordialement

03 sept. 2014
0

J ai pas oublié. Mais il faut que je me replonge un peu dedans et pour le moment j'ai pas mal de boulot.
Ce que je peux dire brièvement, c est que sur ton profil l écoulement passe de laminaire à transition avec couche limite et turbulent ou tous les filets sont décolles. L incidence joue un rôle, l état de surface joue un rôle, la géométrie du profil joue un rôle...un profil à bord d attaque rond aura une zone laminaire plus courte qu un profil à bord d attaque plus pointu mais sera plus tolérant aux variations d incidence. Le NACA 63012 à son épaisseur Max 12% a 30 pour-cent de sa corde, le NACA 64012 à son épaisseur Max 12% a 40 pour-cent de sa corde. La partie d écoulement laminaire est plus importante sur le 64 et par rapport au 63 mais il est moins tolérant, c est en rapport avec la zone de transition et l'épaisseur de la couche limite. Je ne sais plus pourquoi i? faut que je vérifie cela.
Bonne soirée.

10 sept. 2014
0

je suis d accord avec toi. dans le tangage par exemple, on peut constater que lors de ce mouvement oscillant, la vitesse du fluide sur la quille n est pas la meme a l emplanture de la quille par rapport a son saumon donc pas la meme portance ni la meme trainée de façon homogéne sur l ensemble de la quille. mais comme tu le dis, c est une base de discussion.

04 sept. 2014
3

j'ai toujours pensé qu'il faut prendre les profil Naca avec un peu de distance et de mefiance par rapport a leur caracteristique annoncé . Et que leur resultat dans la pratique peuvent etre tres loin des esperances suputé

Car dans leur utilisation à bord d'un bateau on s'eloigne considerable de leur mesure en laboratoire . Tout d'abord le milieu dans lequel ils vont evolué n'est pas homogene ,autour de la coque nous sommes dans un melange eau/air en prepetuel brassage ,difficile à apprehender . Puis ces profils ne sont pas immobile dans l'eau ,ils s'enfoncent, gite,tangue, donc que ce passe-t-il au niveau des turbulances ,des filets d'eau ?, mystere .

Par ailleurs leurs emploi optimum se situe toujours pour une plage bien determiné de vitesse ,audelà de laquel ils deviennent plus au moins mauvais ...

alors soyons prudent et humble avec ces formes ...mais bon il faut bien une base de depart sur laquel s'appuyer pour les determiner car sinon comment faire a part depenser des fortunes en bassin des carenes.

josé

10 sept. 2014
1

Voila quelques infos. J avais reflechi a pas mal de choses pour ma quille il y a environ un an de cela en mobilisant de vieilles notions remontant a plus de vingt ans, aidé en cela par un doctorant en physique que j ai rencontré par hasard, intrigué qu il etait de me voir me poser des questions qui sont loin de mon domaine professionnel actuel.
Alors je vous demande de l indulgence et si quelqu un peut apporter un eclairage et des explications supplementaires il est le bienvenu.

voila donc ce a quoi j ai reflechi ces derniers jours et je vous parle de la couche limite. c est je pense dans notre domaine d application plus important que laminaire turbulent. On est vite en regime turbulent, cependant le profil reste efficace, une explication ce trouve dans cette couche limite.

"Hello ,
Histoire d approfondir le sujet, on va parler de la couche limite.
A distance d un objet en déplacement, les molécules d un fluide ont une vitesse U égale a la vitesse de déplacement de l objet. Plus on se rapproche de l objet, plus ces molécules sont freinées pour etre a vitesse nulle par rapport a l objet quand elles sont au contact de sa paroi. La couche limite a par definition une épaisseur d egale a la hauteur par rapport a la paroi ou l on retrouve des molecules qui ont une vitesse egale a 0.99U. Ce differentiel de vitesse entre le sommet de la couche limite et la base au contact de la paroi est permis par la viscosite v du fluide.
Cela est décrit par les équations de Navier Stokes.
Au sein de la couche limite, l écoulement peut avoir un régime laminaire, de transition, turbulent, cela dépend du Nombre de Reynolds Re qu il faut considérer localement pour etre plus fin.
L épaisseur de la couche limite est dépendante aussi du Re
Au sein d un écoulement laminaire, toutes les molécules se déplacent avec une vitesse différente en module mais dans une même direction. Quand au contact de la paroi, la vitesse des molecules changent brutalement pour tendre vers une pente infinie, il y a decollement et au dela ca part dans tous les sens, il y a turbulence et tourbillons avec formation d un sillage. Cela est d autant plus important que le profil est mauvais. Les forces de viscosité ne sont plus assez importantes pour assurer un contournement de l objet.
D apres des formules que j ai pu retrouver dans des cours, l épaisseur de la couche limite croit le long du profil en fonction de x, la distance depuis le bord d attaque, le nombre de reynolds croit aussi le long du profil selon x et quand ce nombre de reynolds atteint une certaine valeur 5.10exposant5 le plus communement admis semble t il, on passe a un regime turbulent avec un epaississement butal de cette couche limite.
Sans entrer dans les details, on en déduit que la trainée dépend de la forme, de l orientation de celle-ci, du Re, et de la rugosite de l objet. Une rugosite plus grande entraine un décollement plus précoce. Et pour la portance le paramétre le plus important est le profil.
Pour nos quilles et safrans on peut agir facilement sur la diminution de trainee en diminuant la rugosite ce qui entraine retard au decollement de la couche limite. Cela augmentera aussi la portance.

J ai un logiciel de mecanique des fluides , Mecaflux, qui me permet de calculer la trainee portance cx cz de differents profils
Je constate que pour une quille de 2 metres de long et 1 m de large, en 64010 a 6knts et 3degres d incidence on a
la force de portance pour profil éditeur importé est 3396,558 Newtons ( 346,448877 Kg.f )
la force de trainée pour profil éditeur importé est 74,6004 Newtons ( 7,60924109 Kg.f )
puissance consommée par la trainée :230,2666 watts( 0,312862 chevaux )
Je constate que pour une quille de 2 metres de long et 1 m de large, en 64010 a 6knts et 4 degres d incidence on a
la force de portance pour profil éditeur importé est 4570,347 Newtons ( 466,175361 Kg.f )
la force de trainée pour profil éditeur importé est 113,2821 Newtons ( 11,55477388 Kg.f )
puissance consommée par la trainée :349,6641 watts( 0,475087 chevaux )

Je constate que pour une quille de 2 metres de long et 1 m de large, en 63010 a 6knts et 4 degres d incidence on a
la force de portance pour profil éditeur importé est 4356,931 Newtons ( 444,406928 Kg.f )
la force de trainée pour profil éditeur importé est 96,13258 Newtons ( 9,80552353 Kg.f )
puissance consommée par la trainée :296,7292 watts( 0,403165 chevaux )
Le 64010 a son maximum d epaisseur a 40% de la corde, le 63010 a 30% de la corde. Le 64010 parait donc avec un bord d attaque moins rond. Cependant pour avoir la meme portance que le 63010, il lui faut une incidence plus importante ce qui entraine une augmentation de la trainée supérieure a celle du 63010 pour la meme portance donc diminution de la vitesse. Si tu veux moins de trainée, tu perds en cap.
"

11 sept. 2014
0

Oui, l ideal serait d apprehender la forme dans sa globalite, et analyser le comportement des oeuvres mirtes dans l air des oeuvres vives dans l eau et a l interface air eau et a la gite considerer que l extrados de la quille est en partie dans l air ...etc. La problematique est tres interessante mais cela est hors de mes competences. Je pense que dans les cabinets d architecture naval il peut y avoir des logiciels qui modelisent tout ca, mais pour un particulier, l investissement est sans doute disproportionne. Ce serait quand meme chouette de modeliser nos bateaux.

11 sept. 201411 sept. 2014
0

Oui, c est ce logiciel que j utilise et j utilise aussi XFLR5
Je suis decu d apprendre qu il n existe pas de logiciel apprehendant l'objet dans sa globalite.
Par contre j ai lu la these d un type qui a fait un travail comparatif entre etude en bassin, etude numerique avec differentes methodes de calculs et il concluait que les etudes numeriques etaient tout a fait valables et apportaient a moindre cout des solutions pour l etude aerodynamique des bateaux. C est un travail qui avait ete fait pour et avec Finot.

12 sept. 2014
0

Là je où rigole c'est entre tes justes theories fumantes de calculs, bassins de carene etc....
Et ce que l'on peut constater en réel :
Là devant à Courseulles un Oceanis 37 en carenage, qui ne doit pas etre bien vieux. Que vois je devant mes yeux ahuris ? Un caisson de sortie d'helice cubique, environ la taille d'un madrier coupé tel quel.
De mon experience de planchiste je dirais qu'il faut au moins 10m2 de voilure sous 15 nds de vent pour emmener ce truc immonde à 8nds.
.
Arretez les calculs et les bassins de carene, car concretement c'est hallucinant de mediocrité.
.
Je ne parle pas des culs de chalutiers,( hormis pendant l'action de peche), pour aller loin chercher le poisson, à croire que les chantiers pensent que ces gens ne paient pas le gazoil. Les chantiers pourraient faire un petit effort. et pas besoin de calculs ni de bassins de carene, parce que là c'est plusieurs profils de madriers de maçons à emmener, et plus souvent à 15nds qu'à 6 . Là un coast down serait marrant......les consos doivent impressionner.
;
Bref c'est une honte ! :lavache:

12 sept. 2014
0

"Pas grave le bateau avance" moi je disais "genfoutissme" : On dit exactement la même chose.
;
Pas grave le bateau avance....Ben justement moi je trouve qu'un bateau ça n'avance pas bien. Et je comprends pourquoi en voyant le dessous.
Et quand je vois un Blue djinn en expo à Ouistream avec sa derive faite d'une simple planche chanfreinnée, je me dis que vu le progres et le soin des chantiers, je vais garder mon Flirt de 35piges.
.
Si j'étais pecheur professionnel , une fortune de gaz oil perdue inutilement pour des bouts de bois mal foutus au cul du bateau, ça ne me ferait pas rire.
Et , si matelot le pitaine me disais : Pas de bonne paie faut payer le gazoil.....
Mais bon ils sont pecheurs, et ils ignorent probablement ce que leur coute la dynamique des fluides.
Je ne suis pas pro , alors je me marre :-D :-D

0

et on n'essaye plus, pour les mettre au point, ni les avions, ni les voitures...

11 sept. 2014
0

Je peux refaire les calculs avec 8 10 12 knts etc su tu veux dis moi sur quel profil?.
Sur un profil symetrique la portance est egale, au meme degre d incidence , que ce soit a babord ou tribord. J ai pris 6 knts parce que c est la vitesse au pres de pas mal de bateau et c est probablement a cette allure que l on demande a une quille d avoir le plus de portance pour equilbrer la pirtance des voiles.

12 sept. 2014
0

Papy Jame

Ftiti raison differement

si la trainée est plus faible celà entraine à vitesse égale une puissance de propulsion plus petite ... ce qui pour un voilier peut etre interessant car a courbe de redressement comparable ayant une voilure plus petite celà va engendré un lest moins important ,donc gain de poids ou de TE .

21 sept. 2014
0

j ai fais un tableau des resultats trouvés par mecaflux de 6 a 12 knts pour 2 a 8 degrés d incidence. j essaie de faire une piece jointe pour l inserer.

12 sept. 2014
0

Papy jame

à 6nd il ne se passe rien ce n'est m^me pas une "vitesse" en vitesse pour un bateau c'est presque du surplace . Ayant travaillé sur des vitesses à 60 ou 80 nd là oui on commence à ce poser des questions ...

12 sept. 2014
0

oui tu as raison biensur , mais je voulais parlé du changement de l'impact de l'eau sur la carene que tu evoquais que "l'eau qui devient dur"

a nos tres faible vitesse il ne se passe rien il faut allé beaucoiup ,beaucoup plus vitesse pour voir apparaitre ces parametres un peu bizarre

11 sept. 2014
0

Fliti

il y a un autre parametre important . Il ne faut pas prendre la quille isolement , elle est fixée à une coque qui va generer ses propres filets d'eau et qui vont s'ecouler en haut de la quille suivant une direction qui n'est pas horizontale.Cette coque va avoir une sacrée incidence sur la quille
Or on a tendance à concevoir une quille avec des profil NACA horizontaux ce qui est a mon avis une erreur comme elle etait seul non relié à une carene .
donc dans la pratique pour ma part je visalisais les zones de connicité de la caréne (ordinateur) qui donne une idée de leur forme et de leur pente au niveau de la quille . Et pour faire le volume de la quille je donnais une pente au profil Naca parallele au filet d'eau et non horizontal . Car en plaçant le naca horizontalement il se trouve non pas dans le sens de l'ecoulement de l'eau mais legerement en travers ce qui genere des turbulences .

11 sept. 2014
0

dans les cabinets d architecture naval il peut y avoir des logiciels qui modelisent tout ca, mais pour un particulier, l investissement est sans doute disproportionne.

Ils morcellent. Aucun logicel ne prends l'ensemble appendices/coque.
On trouve sur le net des éditeurs de profils et leurs calculs hydro/aéro
www.mecaflux.com[...]nce.htm

12 sept. 2014
1

absolument ftifi

depuis plus de 10 ans maintenant les Bassins complete les resultats des essais avec des etudes numerique ou l'inverse . ils font de plus en plus du numerique .

Une chose à savoir ,lorsque l'on fait un essai en bassin ,prealablement on determine une forme avec les parametres issu du cahier des charges ( vitesse,charge,TE etc) et une maquette passe en bassin qui formi les mesures recherché suivant des situations de mer ... par exemple on sait que le bateau ira à telle vitesse par mer belle ou autre et qu'il lui faudra une certaine energie ... Si le cahier de charges est atteint tout le monde est content , mais si l'on est a coté de la plaque ,s'il manque par exemple 2nd là est la question .car le bassin ne dit pas comment et ou modifier la forme . On modifie suivant son intuition ,son experience , ç'est le bonhomme qui decide ... et ensuite on recommence les essais , ça peut allé dans le bon sens comme à l'inverse ou rien donné .

les logitiels quelle qu'ils soient ne donnent que des resultats jamais (jusqu'à present) de solution , ne disent pas la demarche qu'ils faut faire pour atteindre un objectif .

12 sept. 2014
0

Pour poursuivre sur le sujet du bassin et du numerique .

On peut faire une comparaison :

avant qu'arrive l'ordinateur (époque que j'ai connu) on traçait sur une feuille de papier une forme de carene à la main puis on calculait avec nos moyens (regle à calculs puis calculette) tous les parametres ( coef, deplacet,cgc, KMT ...) un boulot de fou... et lorsque ça ne collait pas et bien on modifiait le dessin et rebellotte ..donc fialement ça n'allait pas bien moins car ça prennait des semaines et des mois et beaucoup d'aspirines ...

Puis on a eu l'ordinateur qui fait tous ces calcule à la vitesse de la lumiere ce qui permet d'adapter la forme de la carene tres tres rapidement ..

Pour les autres besoins ( tenu face à la mer, vitesse, giration, tangage, filet d'eau ,réseau des bulles d'air etc etc..) il faut passer par le bassin , c'est tres loin ,tres tres cher, on peut faire un parallele avec le dessin à la main ..

Mais depuis plus de 10 ans les bassins font des recherche sur des modeles numerique qui a terme remplaceront les essais et là on aura un sacré bond car on aura tout ses resultats presque instantament comme les données hydro ... Si ma memoire est bonne ils pronostiquaient les années 2020 pour ne plus avoir besoin d'essais

Et la chaine totale sera bouclé

Par exemple aujourd'hui on ne fait plus explosé les bombe atomique pour connaitre leur effet destructeur , les modele numerique fissent . et ces modele on été obtenu suite aux essais .

12 sept. 2014
1

là on change de sujet Papy jame

que dire egalement de grande therorie sur les profils naca des safran par exemple et apres on met une helice à quelques centimétre..

on voie de tout c'est bien naturel ... et je pense étre un peu de la partie , j'aperçois des choses allucinantes mais bon pas grave le bateau avance ...

11 sept. 2014
0

@ ftiti
bonjour
C'est super tes calculs, mais 6 nds c'est le moment ou l'eau devient dure, ou les bateaux commencent à plafonner et, où , à partir de là on accuse la vitesse de carene , pourrais tu remouliner tout ça pour une vitesse de 8 nds ? puis 10nds ?
La trainée ne serait pas au carré de la vitesse ?
.
Un bord arrondie favoriserait permettrait de grands angles d'incidence ok , mais sur un profil symetrique..... la portance est la même de chaque coté donc ça ne porte rien !? Non ?
L'arrondie du bord d'attaque de mon 6m fait 5cm de diametre, je vois sur un Oceanis 37 sur cale, son bord d'attaque fait 1cm. Bizarre ça ne remonte pas au pres un Oceanis ?
.
Sur certains deriveurs c'est plus pres de la planche de bois qui pivote que du profil naca 63012
.
Un truc m'échappe....
Cordialement

12 sept. 2014
0

Bonjour ftiti
Par exemple le profil tres courant 63 012 ce serait interessant.
.
Je ne te suis pas sur un raisonnement :
-Tu dis, entre le 63010 et 64010 à 6nds si la trainée est plus faible la portance est moindre, et oblige un angle d'incidence plus grand.
- Moi je dis, si la trainée est plus faible, pour une même puissance de propulsion la vitesse sera plus grande, et generera de la portance, ainsi le cap sera similaire et la vitesse plus grande.
cordialement

12 sept. 2014
0

Calypso2 la plupart de nos canots ont bien du mal à depasser les 6 à7 nds, Je ne connais pas beaucoup de voiliers , et même de moteur capable d'atteindre les 60 ou 80nds que tu cite.
Hormis quelques offshore sans appendices, et les calculs de pales d'helices je ne vois pas à quel univers tu fais reference.

12 sept. 2014
0

Impact de la très haute vitesse sur un plan porteur: la cavitation apparait.
(60nds?? plus?? ce n'est pas dit)

02 sept. 2014
0

OUPS Erreur d'image : Voilà le type de bord d'attaque que je cible.

02 sept. 201416 juin 2020
0

enfin....

02 sept. 2014
0

croyer vous qu'un bords de fuite refait au mastic epoxy ,en l'affinant jusqu'a 2 ou 3 MM tiendra dans le temps ?

11 sept. 2014
0

Ben tous les ans tu fais ton carenage....Suffit de retoucher ce qui n'aurait pas tenu. L'epoxy tiendrait dons moins bien sur ta quille que les moules ?

02 sept. 2014
0

a la premiere amarre qui passera sous le bateau , ce sera à refaire

03 sept. 201416 juin 2020
0

.Bonjour , j'ai pas tout compris.....et puis ,vous êtes bien bon, profil Naca,profil Naca....oui mais lequel ??? pour quelle vitesse et quels angles d'incidence??? çà change tout le temps çà...bof ,je crois que je vais rien changer.......cordialement.

04 sept. 2014
0

Ooooohhh, la belle quille de Figaro !

12 sept. 2014
0

@pitalugue J'avais pas bien regardé, il me semble que ce voile de quille ne soit qu'une plaque de tole : si c'est le cas : C'est pas bon !
;
J'ai testé il y a bien longtemps, un aileron de planche fait d'une plaque de duralumin de 4mm d'epai surface ordinaire genre aileron de 30cm ( vue de face ) mais sans profil juste une plaque découpée avec, tout de même un bord de fuite raboté et un chanfrein comme bord d'attaque: Résultat depart au planning hyper tard et laborieux , quand à la vitesse de pointe reduite à 15 nds pleine balle.
Je confirme la theorie : Une plaque de tole non profilée dans le sens du flux ça marche pas bien du tout.
.
j'ai regardé, les ailerons de planche oscillent entre les profils 63010 et 63012 soit 10 et 12% mon safran à 8% apparait ok.
Perso j'aurais ce voile : Je le charge pour faire du mini 63008 ou maxi 10. Mais avec bord d'attaque moins arrondi (disons 5mm de diametre). Bord de fuite fin voir coupant ,mais se reduisant plus rapidement sur le dernier cm pour eviter les vibrations.
Fais un coast down avant toutes modifs.......
Cordialement

04 sept. 201416 juin 2020
0

Bonjour à tous,
J'ai retravaillé le bord de fuite de la quille de "Corto" avec du mastic époxy. J'ai respecté les temps de séchage et de sur-couchage. C'est fait depuis 3 ans et je n'ai pas constaté de problèmes particuliers jusqu'à ce jour. Cette année, j'ai poncé pour faire "tomber" l'arrête (plat de 5 mm).
Je n'ai ressenti ni amélioration, ni détérioration au niveau navigation.

04 sept. 2014
0

Tu n'as rien ressenti ; d'avoir tomber l’arête, ou d'avoir retravaillé le bord de fuite ?

04 sept. 2014
0

Et le travail sur le bord de fuite, tu as constaté qq chose d'un peu mieux, ou de beaucoup mieux ??

04 sept. 2014
0

D'avoir fait tomber l'arrête, bien sûr !!! :-(

11 sept. 2014
0

Tu n'as pas ressenti !? Il faut des criteres objectifs !

04 sept. 2014
0

Deux autres pistes ;-) :
- Se passer de quille...il y plus de frottement de celle-ci
- Diminuer la surface mouillée...

La deuxième est le principe même de la régate en cata 16', cad que pour gagner de la vitesse on barre de manière a quasi sortir un des patins de l'eau, on équilibre les poids pour limiter la trainée et on favorise une prise d'angle qui permet au bateau de générer du vent apparent.

04 sept. 2014
1

Bonjour , non ce n'est pas une quille de Figaro , mais de F265......c'est aussi un plan Finot.....7,92 m de long de coque , et 1,5 m de tirant d'eau.......pour parler des bords de fuite, les quilles, brut de fonderie, présente un bord de fuite irrégulier, les deux demi-moules se raccordent mal......pour affiner ça, il faut prolonger légèrement les lignes du lest....20 à 30 mm....ce qui m'a valu un jour , la remarque d'un curieux : vous augmentez le plan de dérive, vous allez faire rejauger le bateau????? Réponse : je n'augmente rien du tout, j'essaie de me rapprocher du dessin de l'architecte.........
Pour parler du résultat, la différence n'est pas mesurable , ni sensible à la barre. mais le même soin sur le safran, sur la coque, sur les réglages, la chasse aux poids inutiles......fait que l'on a finalement un bateau plus agréable et plus efficace.........bon courage.

04 sept. 2014
0

Merci Pitalugue

04 sept. 2014
0

Ok pour le F265, mais ça ressemble foutrement.

Dans le même genre, un copain (RIP) au jury "vous pompiez" "non, je massais les vagues"

04 sept. 2014
0

Et comment faire tenir, accrocher un bord d'attaque ou de fuite repris en polyester ou époxy sur une quille fonte?

04 sept. 2014
0

Pour parler du résultat, la différence n'est pas mesurable , ni sensible à la barre. mais le même soin sur le safran, sur la coque, sur les réglages, la chasse aux poids inutiles.....

Sur les safrans, au contraire on enlève de la matière en coupant le bord de fuite (réduction de la corde par le bord de fuite) quand ceux-ci vibrent aux vitesses max ou plus (surf).
C'est ce qu'explique Ftiti avec les "nouveaux" bords de fuites concaves (sur les quilles, mais on peut l'imaginer sur les safrans) qui "rejettent les filets d'eau vers l'extérieur du profil pour éviter la "collision" des filets d'eau qui se referme après le passage du profil quand il n'est pas porteur.

04 sept. 201416 juin 2020
0

Sur Carpe Diem , remise a nu de la fonte, 2 couche VC tar enduisage enduit epoxy reprofilage du bord de fuite avec un biseau asymetrique, ponçage 2 couche Vc Tar et VC 17.

05 sept. 201405 sept. 2014
0

Je ne saurais dire. J'avais très peu navigué sur le bateau avant.
En réponse à la question de B.MAYER

11 sept. 2014
1

Les modifs il faut les mesurer , pas essayer les ressentir , ça depend tellement des conditions. maîtriser les pertes de son canot.
.
Pour ça utiliser la methode "coast down"
-Un jour sans vent mer d'huile (sur un plan d'eau sans courant de preference ça simplifie les calculs ).
- Au moteur plein gaz......6,3nds pour moi
- Couper net et debrayer et lever le moteur.
- declencher le chrono au passage 6nds.
- noter le chrono au passage 5nds , puis 4 nds puis 3nds puis 2 nds
- appliquer la formule 1/2 m (V1-v2)¨^2

m= masse du bateau, V vitesses en m/s
Vous obtiendrez la valeur des pertes en w "all include" sans portance.
Facile de mesurer des modifs , de la forme des appendices , de modifs d'assiette.
- De projeter combien de w il faut rajouter pour gagner 1nds à 6nds et combien de KW il faut rajouter pour gagner 0,1nds à 10nds.
Bons tests

12 sept. 201416 juin 2020
0

:pouce:

12 sept. 201416 juin 2020
0

:pouce:

12 sept. 2014
0

Jooooliiiii !
J'avoue que le prix d'un A/R terre plein m’arrête pour faire le chose BIEN.

12 sept. 2014
0

Waouh, quand je vois la quille de Bidou (ce qu'elle est belle) je suis sûr qu'il a une bonne glisse, pas besoin de calculs compliqués,
(surtout quand je compare avec la gueule de la mienne).

21 sept. 201416 juin 2020
0

Tableau de resultats pour le 63012 a l attention de tous ceux que cela interesse. Par ailleurs, en relisant des documents de chez Finot, le 63012 a l air d etre un profil utilisé pour les safrans.


21 sept. 2014
0

ftiti : Merci beaucoup,
Mais le document semble n'aurait il pas un pb , je n'arrive pas à le telecharger integralement.
Merci !

21 sept. 2014
0

Je vais essayer une autre mise en forme. La c est un tableau sous word 2007.

21 sept. 2014
0

Bon, c est moins joli, mais au moins c est visible.
Voila donc les Cx, Cz, finesse (Cx/Cz), Portance en Newton Fp, Trainee en Newton Ft, la puissance necessaire pour vaincre la trainée en Watts du NACA 63012 a 2 4 6 8 degres pour 6 8 10 12 knts dans l eau.

incidence en degrés 6 knts 8 knts 10 knts 12 knts

2

Cx 0,00796 0,00796 0,00796 0,00796
Cz 0,2118 0,2118 0,2118 0,2118
Cx/Cz 26,60804 26,60804 26,60804 26,60804
Fp N 2017 3587 5605 8072
Ft N 76 134 2010 303
Watt trainee 234 554 1084 1873

4

Cx 0,00861 0,00861 0,00861 0,00861
Cz 0,4482 0,4482 0,4482 0,4482
Cx/Cz 52 52 52 52
Fp N 4270 7591 11862 17080
Ft N 82 146 228 328
Watt trainee 253 600 1172 2025

6

Cx 0,01513 0,01513 0,01513 0,01513
Cz 0,7106 0,7106 0,7106 0,7106
Cx/Cz 47 47 47 47
Fp N 6770 12036 18806 27081
Ft N 144 256 400 577
Watt trainee 445 1055 2060 3600

8

Cx 0,02186 0,02186 0,02186 0,02186
Cz 0,8227 0,8227 0,8227 0,8227
Cx/Cz 38 38 38 38
Fp N 7838 13934 21773 31353
Ft N 208 370 578 833
Watt trainee 643 1524 2976 5143

Il convient d apporter les remarques suivantes, le calcul a ete fait pour une quille de 2m de long et une corde de 1 m. Le faible allongement facilitant le passage des filets de l intrados a l extrados, il y a donc des pertes en bout d aile et les resultats obtenus sont donc optimistes. Mon logiciel ne calcule pas ces pertes, il prend l hypothése idéale d un fort allongement.
Un des moyens qu ont trouve les ingenieurs aeronautiques pour empecher les passages de filets d air de l intrados a l extrados au niveau du saumon des ailes de leur avion et ainsi d'eviter les tourbillons en bout d aile a ete de mettre des winglets sur les avions civils, les missiles ou les reservoirs supplementaires en bout d aile sur les avions de chasse. Je me permets la l analogie de ces reservoirs supplémentaires positionnés au saumon, de forme oblongue...comme les quille en T avec lest en bulbe des quilles de certains bateaux, dont le mien. Sur les bateaux de regate , on propose souvent l option quille a bulbe pour la navigation en equipage reduit, en plus d un meilleur effet de rappel, il y a peut etre aussi une optimisation de l'aérodynamisme.

22 sept. 2014
0

SUPER !!!!!
Grand merci ftiti. Bravo !!!
.
En supposant que la trainée de la coque , du safran, etc suive le meme style de loi:
.
WHAOU !! Pour passer simplement de 6nds à 8 nds avec un tel profil il faut plus, que doubler la puissance de la voilure !!!!
.
Ca demontre qu'il vaut mieux bichonner les dessous de son boat que les dessus.
ça explique aussi pourquoi les bateaux plafonnent aux alentour des 6 à 8nds fonction de la taille, je pense que ç'est pire que la vitesse de carene.
Si j'abusais .........J'ose......Ce serait super bien la même chose avec un 63010 voir si on gagne plus en vitesse qu'on perd en derive (donc en incidence).
C'est sure je vais continuer à bosser plus sur ma quille, que sur le grement.
.
ftiti encore merci c vraiment SUPER !!!

:bravo: :bravo:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la tempête sur Toulouse, on a pu sortir la voile de notre drakkar !

Après la pluie...

  • 4.5 (185)

Après la tempête sur Toulouse, on a pu sortir la voile de notre drakkar !

mars 2021