crac aussi !

petite mésaventure...

je convoie mon bébé (fantasia) le long de la côte bleue, cap à l'ouest, le vent est de sud est 20 à 25 nd, mer agitée, solent + gv à un ris...
moi content, ça marche bien, puis une sensation bizarre à la barre: tiens y'a comme un temps de réaction un peu long...

je pense rapidement à la "classique" casse de safran du fantasia...mais pour l'instant rien de visible.
je pense à me dérouter sur carry...ce qui va me rapprocher de la côte: avec ce vent, si ça casse...mauvaise idée
je decide de continuer , passer le cap couronne, et m'abriter derrière pour vérifier.

5 minutes plus tard, CRAC:
le safran se casse au niveau de la ferrure basse, plus "rien" dans l'eau, départ au lof,virement de bord puis debut de la "toupie".
mon bébé est incontrolable, j'affale tout, mets le diesel en route ça peut servir?
je dérive donc vers la côte, je m'enerve, mets mon gilet, allume une clope (c'est nul), sort mon aviron (ridicule), embraye le moteur, un peu de gv, un peu d'aviron: le bateau est maintenant à la cape "foireuse", nez à 30° des vagues, vitesse 1 nd...mais au moins je ne dérive plus vers les cailloux (j'ai déja perdu un demi mile sous le vent)
appel pan-pan vers le crossmed, qui m'envoie le canot snsm de carry...
un "privé" se pointe pour remorquer...je refuse.
j'attends comme ça, de temps en temps le bateau repart vers la côte avec une vague plus c... que les autres: bagarre avec l'aviron pour faire demi tour
la vedette arrive, me passe la remorque, et la c'est la kermesse: mon bateau ne veut evidemment pas suivre son "sauveteur", la quille fait croche pied à chaque vague, la remorque explose le davier, se prend dans l'étai.
je "bricole" vite la remorque avec un bout pour eviter qu'en plus de mes petits soucis le mat ne tombe !
l'entrée dans dans le port est sportive, l'équipage de la snsm s'acharne à reduire la longueur de la remorque...
on arrive enfin à quai...ouf

conclusions:
-le safran du fantasia est bien fidèle a sa reputation
-avec ces conditions météo et la distance de la côte sous le vent, la théorie (je fabrique un safran de secours avec mon aviron et mon plancher...merde ou ai je rangé la perçeuse ?)reste la théorie.
-controler le bateau avec la grand voile et le solent: j'en rigole encore (jaune)
-n'accepter si l'on peut (!) que la remorque de la snsm...forfait 300 euros...et mes sous sont mieux dans leur poche que dans celle d'un privé "gourmand"...
-l'efficacité du cross et de la snsm est une réalité (votre cotis est à jour ?)
-la biere à l'arrivée au port est vraiment bonne...

si vous avez des idées ou suggestions sur ce genre d'avaries...je suis intéressé

L'équipage
23 juin 2005
23 juin 2005
0

Pas de solution simple
Petit commentaire sur la possibilité de contrôler le bateau avec les voiles.

Il me semble que, sur les carènes contemporaines avec safran indépendant de la quille, le safran joue le même rôle que les plumes d'une flèche: assurer la stabilité directionelle.

On peut donc essayer de se servir des voiles pour remplacer le barreur, avec le safran plus ou moins maintenu dans l'axe du bateau.

Mais se servir des voiles pour contrôler un bateau ayant perdu tout le safran ne donnera à mon avis jamais rien, quelles que soient les compétences du skipper.

Heureux pour toi que cela ne soit pas terminé trop mal. Bien joué!

24 juin 2005
1

Pour garder le bateau
remorqué bien droit : un ou des trainards à l'arrière. J'ai testé cela en remorquant un gros bateau à moteur qui n'avait plus de safrans et un gros fardage , il partait dans tous les sens. On a mit deux aussières de vingt mètres à la traîne, impeccable ! Cela devrait sûrement marcher avec un voilier...

_/)

24 juin 2005
0

safran de secours
çà donne envie d'avoir à bord un safran de rechange déja prêt à monter, genre planche et godille déja percées avec boulons à poste .
discret pas encombrant

24 juin 2005
0

Ce qui fait peur
c'est le peu d'efficacité de l'aviron (ridicule...).
Il t'a quand même permis de virer de bord et d'éviter la côte, mais visiblement, pas de diriger le bateau. D'autres expériences sur ce sujet intéressant ?

0

une solution
est de prendre un aviron pas ridicule...

mais on le range où?
au patatras, on me dit que c'est pas joli
:-/

24 juin 2005
0

la meme histoire
est arrivee a un pote sur son fantasia en bordure du raz blanchard alors qu'il convoyait son camion.
J'ai l'impression d'entendre a nouveau cette histoire, mot pour mot sauf la clope (i fume pas).

Resultat des courses : davier pete et balcon tordu dus a la trop grande vitesse de remorquage

Conclusion : l'aviron ne sert a rien, pas la peine d'insister, le plus efficace est d'appeler rapidement le Cross (il derivait sur Aurigny). La SNSM est toujours aussi rapide et efficace.

24 juin 2005
0

safran de secour
Salut à tous
Sur mon muscadet, j'ai trainé pendant 15 ans un safran de secours d'un surface de 50%, équipé d'une barre fixe a boulonner sur place.
Par précaution j'avaisaussi monté deux fémelos de secours sur le tableau arrière. C'a m'a un peux encombré durant toutes ces années, mais c'a me rassurait.
En 2001 après une nuit trés agitée alors que le vent fablissait à 4_5, pile au milieu de la traversée entre Corfou et la botte Italienne un fémelo du safran casse et le second s'arrache dans les secondes qui suivent. Grand trouniquet j'usqu'à affallage des voiles. A ma grande surprise nous avons réussi à installer sans trop de mal le safran de secour malgré l'agitation. Après une remise enroute très prudende, et devant la difficultée de réparer en Italie du sud nous avons continué j'usqu'à Messine sous voilure de moins en moins réduite.
Si un jours j'ai de nouveau un voilier avec safran sur tableau arrière j'aurais encore un safran de secour.

24 juin 2005
0

ça m'interesse
ton safran "50 %"
en effet je me vois mal trimbaler un safran de fantasia à bord...beaucoup trop encombrant !

ça permet au moins de rester autonome, ce que je n'ai pu ce jour la eviter... a contre coeur :-(

j'ai installé ce matin un nouveau safran (en epoxy celui la), nettement plus costaud que celui d'origine, j'ai egalement changé les ferrures...

merci pour vos contributions

24 juin 2005
0

sûr que non
salut robert,

non je ne l'ai utilisé que pour attendre le remorqueur...

vu l'etat de la mer, et les perfos de mon moteur en marche arrière: 8cv + bec de canard...

surtout: j'avais la mer 3/4 arriere donc a chaque fois le bateau "choisisait" un bord (forcement le + souvent vers le vent) et partait ainsi jusqu'au rappel (violent) de la remorque.

par temps plus calme cela aurait été sans doute une solution...je le note !

24 juin 2005
0

Pas efficace
En tout cas pas dans une mer deja formee avec 20/25 n de vent.
Par contre sur mer plate, sans vent, ca peut le faire, mais c'est rare d'avoir des pb de safran par petole...

24 juin 2005
0

Moteur ?
Avais-tu laissé le moteur en route pendant le remorquage ?

Si oui, une bonne partie des problèmes d'instabilité vient de là. En fait si le moteur est en route il faut mettre la marche arrière, comme cela le bateau est "tendu" entre la remorque qui tire vers l'avant et son hélice à l'arrière qui tire vers l'arrière.

Sinon, essuie glace garanti, comme au mouillage ;-)

24 juin 2005
0

safran de rechange, mais tableau AR ?
Interessant ce fil, il m'a confirmé que le remorquage d'un bateau sans safran n'est pas chose aisée et peut se traduire par bien d'autres dégats !
Interessante aussi l'astuce des trainards, on peut aussi y ajouter pour les quilles relevables l'idée de relever à fond.
MAIS tout ça suppose que le tableau AR est intact, ce qui n'est pas toujours le cas après un choc dans la pelle. J'ai vu un jour un First 235 sur le point de couler dans le bassin d'Arcachon après un talonnage sur un parc à huitres, son tableau AR proprement arraché (même talon d'Achille pour les First 210, 260 etc et sans doute bien d'autres, où les ferrures sont boulonnées directement sur le tableau).
D'où le bricolage fait sur mon 235 de renforcer les platines de fixation de ferrure par des 'tirants' (en fait des tiges filetées inox) repris sur les 2 cloisons de la partie arrière du bateau. J'espère ne jmais avoir à tester la solidité de l'ensemble.
Autre précaution de sécurité élémentaire: dans les petits fonds, ne jamais naviguer avec la quille relevée plus haut que le safran. Un choc sur la quille vaut mieux que sur le safran!

24 juin 2005
0

Théoriquement
il y a sur ces bateaux des goupilles un peu "légères", parfois même en plastac, faites pour péter en premier, justement pour éviter l'arrachage des fémelots et du tableau arrière... Comprend pas, z'ont quand même prévu le coup, les archis.

24 juin 2005
0

Possèdant aussi un Fantasia ( safran bois d'origine, 23 ans)
je souhaiterait connaître la matière de celui qui a cassé: contre-plaqué ou polyester.
Dans mon coin, sur une dizaine de Fantasia, seul deux ont encore leur safran d'origine en CTP.
Les safrans polyester sont-ils plus robustes que les CTP?
J'envisage de remplacer celui de mon canot par:
- polyester, si Jeanneau le distribue encore
- CTP, comme à l'origine, fabrication maison
- CTP + statif/epoxy, dans ce cas je compte adopter un profil un peu plus évolué.
J'ai interrogé les propriétaires de Fantasia qui ont eu des casses de safran: une cause agravante semble être l'usage des pilotes électriques:ceux_ci poussent à 70 Kg avec un bras de levier de 0.70m, peu de barreur ont une telle poigne !
Merci d'avance pour les réponses.
LHA :-p

24 juin 2005
0

Trofort Totor !
tu nous explique comment mouiller dans le Blanchard avec un bateau non manoeuvrant ??
:lavache: :reflechi:

24 juin 2005
0

mais bien sur, trop facile !
avec 20/25 noeuds de vent, la mer qui va avec et 6 noeuds de courants, car c'est bien de cela dont on parle. On jette la pioche, elle croche tout de suite et le bateau s'arrete qq seconde plus tard.
Elle est pas belle la vie ? :-)

24 juin 2005
0

Ancre au surf ?
A partir d'une certaine vitesse, l'ancre risque fort de bien "planer" dans l'eau et d'arriver au fond avec un angle de tire de la ligne de mouillage de 45° ou même moins (j'ai essayé). Avec la vitesse de la pointe au sol elle risque fort de ne pas planter, car elle fait du "surf" sur le fond.

Et au cas où elle plante, tu risques aussi d'arracher le davier et le guindeau quand la ligne de chaîne va se tendre alors que le bateau est à 5 ou 6 noueds avec des vagues en plus (la partie textile amortissante ne sera peut-être même pas encore sortie à ce moment là).

Mais bon, si vraiment y a plus rien d'autre à faire on peut le tenter ....

24 juin 2005
0

Intéressant Kiwi !
Quelle taille (poids) de bateau ?
Comment freiner progressivement ?

24 juin 2005
0

Merci pour le témoignage ;-)
Un point favorable: ta chaine (10) et ton cablot (16) était un bon cran au dessus de ce qui est en général prévu par rapport au poids du bateau.

Faut aussi faire gaffe de pas se prendre un pied (ou quoi que ce soit) dans la chaine ou le cablot qui file ... voir Alain Colas ...

Un jour j'ai essayé juste pour voir, eau plate pas de vent, au moteur à 3 ou 4 noeuds, bateau 8 tonnes, chaine 10 cablot 18 ... ça a marché mais ça fait peur quand on sent le coup de boutoir du blocage.

24 juin 2005
0

Pour le profil: genre NACA ( éliptique ) , ces profils équipent les
bateaux ayant des safrans sous voute ( voir les production selon les plans de Ph. Briand entre autre ).
J'en profiterais de ces travaux prévus pour cet hivers pour augmenter l'épaisseur du safran et de noyer dans la statif les ferrures: plus de pourissement par entrées d'eau.
Lorsque l'on regarde le dessin de ce safran on peut se douter du futur point de casse : à l'endroit du décrochement, ( une solution de continuité aurait été préférable à cet angle vif rentrant à 90°) . Un meilleur profilage doit aussi faire diparaître la cavitation ( à partir de 5.5 Nds sur mon ship).
- 3300 Euros pour un safran,ils ont dû remplacer Francs par Euros sans faire la conversion !!!!
-- si ce prix est celui du modèle polyester, combien coûte la version Airex/Epoxi, j'angoisse...
Pour courage pour tes réparations.
LHA

24 juin 200516 juin 2020
0

bonne idée
le kit "pret à l'emploi"...

pour le modèle "airex - epoxy" c'est 2200 euros par un chantier naval sur Marseille , je l'ai monté aujourd'hui, j'essaye demain...

apparemment c'est du rigide, j'ai également monté des ferrures neuves...sans jeu celles là !

tiens une photo du modèle d'origine (oui oui celui à 3300 euros ;-)

24 juin 2005
0

une solution pour la derive a la cote...
mouiller...
si on peut plus faire autrement ;-) ;-)

0

attends,
tu arrives dans des fonds de 10 à 20 m à plus de 100 m de la côte, en cas d'urgence, y a quand même moyen de stopper le bateau...

à condition d'avoir un bon mouillage, mais qui va dans le Blanchard sans un bon mouillage?

0

l'ai déja fait
bon, trois noeuds de courant seulement, mais un bon 30 noeuds de vent.

L'ancre a pris tout de suite, j'ai filé toute la chaine (bien étalée auparavant) sans problème et commencé à freiner doucement sur la ligne, dans 10 mètres d'eau, j'ai filé environ 60 mètres avant d'arrêter, mais rien de cassé....

bon, mais comme disait qqn dans un autre fil, il faut pas attendre que ça soit nécessaire pour le tenter, mais s'exercer à l'occasion.

et puis j'avais du bon matos.

0

le second dans mon album
un Victorian, construit en amateur dans les moules originaux de wauquiez 15 ans plus tard.

la chaine en puit était totalement sortie sur le pont d'un bord, les 100m d'aussière en partie étalés sur l'autre bord, le reste proprement lové en baille dans le cockpit.

je me disais qu'au pire, si ça foirait, je me retrancherais dans le cockpit et essayerai de freiner sur le winch d'écoute (plus souple qu'un taquet).

le ship fait 2700 kilogs, la chaine de 10 et l'aussière de 16 nylon torronné.

le problème est de freiner sans bloquer sur le taquet, et de voir arriver les coques à temps... et j'avais balancé la chaine à l'eau en une fois, sans attendre que ça prenne.

je reconnais que c'est une mise place difficile sur un petit bateau par mauvais temps, mais si c'est ça ou se retrouver sur un brise lame...

0

d'ailleurs...
j'ajoute, et un pote l'a fait assez vite après avoir eu un twist, que si je devais racheter un petit ship, il aurait une bonne bite sur le pont avant au lieu d'un taquet.

24 juin 2005
0

polyester
jeanneau le fait encore...3300 euros...non tu ne reves pas !
c'est ce modele que j'avais: peu de fibre (qualité moyenne) beaucoup de mousse injectée :-(

le nouveau est en fibre + epoxy (1 cm mini d'epaisseur) avec l'interieur en mousse airex... c'est nettement plus serieux, un peu plus lourd également(beaucoup plus de fibres)

si tu peux le faire en ctp (âme) + fibre + epoxy c'est sans doute une tres bonne solution.

c'est quoi ton profil plus evolue ?..

le tout ctp j'y crois pas, il y a beaucoup d'efforts sur ce safran...

24 juin 2005
0

Safran de secours bis
Je vous propose un article sur la réalisation d'un kit prêt à servir avec les moyens embarqués sans augmenter l'encombrement.
De toutes façons, j'y pensais déjà, les 2 mésaventures récemment rapportées (dont une avec un sistership) m'ont convaincu.
Donc dès demain je m'y colle avec des jolies photos (j'ai justement 2-3 mannequins sur les gen... euh,sous la main)
;-)

24 juin 2005
0

a savoir
que Charles commercialise un CP special profil ( style derive ou safran ), mélé avec de la fibre et de l epoxy, ca doit etre beton ( bien que je n en n ai pas encore vu )

Je crois que la casse d un safran est la hantise de tous les voileux avec le dematage.

Une solution a creuser, un safran de secour, mais repliable : je m explique, trois panneaux cp, le tout relié sur charniere ( pour pouvoir le plier en 3 par exemple et que l ensemble se rigidifie avec une barre en acier ou en inox qui passerai dans de gros pontets ou similaire.

L interet du pliable est que tu peux le mettre sur le tableau arriere sans voir le merdier partir un coup a droite et un coup a gauche puisque rien n est encore dans l eau, puis quand c est installer, on deplie et on installe la barre inox.

Pour le coup c est pas un profil naca, mais surement bien suffisant pour se rapprocher du port.

QQ 1 voit un inconvenient de ce que je viens de dire ?

24 juin 2005
0

bonne idée
l'inconvénient, c'est la place que çà prend quand çà ne sert pas (et faut bien dire que statistiquement, çà ne sert pas)
Donc la ou les planches doivent être prises dans ce qui existe déja sur le ship
Il est vrai que là çà dépend beaucoup du bateau
il faut trouver
- le panneau qui fasse au moins la moitié du safran (ex. plancher)
- l'axe vertical qui doit se solidariser rapidement avec la planche(ex. aviron)
- la barre franche avec montage simple idem(ex. barre franche de secours)
- les guides de l'axe vertical, de préférence 2 sur le tableau arrière fixes ou amovibles, c'est pas le plus simple
pour que l'ensemble puisse être utilisé avec le minimum de mains et le maximum de confort
:-)

27 juin 2005
0

Bonjour, je n'ai pas connu une telle mésaventure ( je touche du
bois), mais en de telles circonstances ne serait-il pas possible d'essayer de stabiliser le boat à l'aide d'une ancre flottante ?
= Ancre fottante ou simple traînnard, selon l'équipement disponible à bord au moment de l'accident.
En jouant sur l'emplacement du point de fixation de la manoeuvre ( à l'arrière ou légèrement sur le coté), il doit être possible de se diriger. Une ancre flottante de faible diamètre doit permettre de se diriger au moteur. Avez-vous connaissance d'une telle manoeuvre?
LHA

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (185)

novembre 2021