Courant de fuite sur bateau métal

J'ai vu sur un bateau métal, une ampoule navette branchée entre le plus batterie moteur et la coque.
But recherché: griller les mùilliampère balladeurs ( elle chauffe), et avertir si c'est une grosse fuite (elle brille).
Est ce une bonne idée?

L'équipage
03 mai 2006
03 mai 2006
0

heuuu non, je pense ....
car l'ampoule elle même va créer la fuite.

Un testeur de fuite est réalisé sur ce principe (mais plus chiadé qu'une ampoule), mais il n'est pas branché en permanence, juste un moment pour vérifier si fuite il y a.

05 mai 2006
0

Mais encore?
"car l'ampoule elle même va créer la fuite".

Je ne suis pas technicien faible ampérage, certes mais:
l'ampoule est résistive, tant que la fuite est petite, , certes le jus passe ...mais l'ampoule fait chutter la tension déjà faible...non?
Si la fuitte est franche, l'ampoule s'allume, on la détecte. Is 'n it?
Tom B

05 mai 2006
0

isolement...
sur un bateau métalliquen une des bonnes solution est qu'il n'y a AUCUN contact entre les circuits électriques et la carène. Si on met une ampoule entre la batterie et la carène, c'est raté: il y a un contact de créé. Une carène bien isolée a une fuite aussi petite que 0.00001 ampères, pour voi ça avec une ampoule, faut se lever de bonne heure ;-)

04 mai 200616 juin 2020
0

un petit"bricolage"
Lorsque j'ai équipé mon bateau "alu" en 1984, je m'était bricolé un petit contrôleur de perte, dispositif que j'utilise toujours.
Il mériterait peut-être des amèliorations ? en ce cas , je suis preneur.
Merci pour vos suggestions .

04 mai 2006
0

Sémantique ...
D'accord avec Dom, ce sont des testeurs d'isolation et pas des testeurs de fuite ;-) ...

Mais c'est plutôt une affaire de sémantique: si la carène est isolée du circuit électrique, un défaut d'isolation ne crée pas nécessairement une fuite, mais elle induit le risque d'une fuite si un second défaut d'isolation est créé. En effet il faut qu'un circuit soit fermé pour que le courant puisse circuler. Et le testeur d'isolation va artificiellement créer cette fermeture, permettant ainsi de voir qu'il y a un défaut d'isolation inconnu ailleurs.

Donc on peut dire que le testeur d'isolation est très "conservatif" puisqu'il prévient du "risque de fuite" avant même que la fuite n'aie lieu :reflechi:

Si la carène est mise au (-), ce qui est obligatoire dans certains cas, il faut un testeur de fuite (sémantique) et pas un testeur d'isolation (puisque la carène n'est pas isolée). Le testeur de fuite va dans ce cas mesurer le courant dans la branche de mise au (-) de la carène, et ce courant doit nul.

04 mai 2006
0

Effectivement
Sur une coque alu, avec la coque isolée du circuit électrique (tous les appareils cablés avec aller et retour, pas de connexion masse-coque), un défaut d'isolation peut avoir lieu aussi bien sur le plus que sur le moins du circuit (on ne peut pas vraiment parler de "masse" pour l'un ou l'autre).

Donc l'appareillage de contrôle doit pouvoir trouver un défaut d'isolation aussi bien entre coque et moins (schéma proposé) qu'entre coque et plus, ce qui n'est pas fait dans ce schéma.

Je ne sais pas si les contrôleurs du commerce (à diode ou autre) gèrent ce problème.

Pour l'anecdote. Lorsque j'étais étudiant et quelque peu facétieux, en visite chez des cops, je prenais un détecteur de phase (sorte de petit tournevis avec une loupiote dedans), repérais la phase dans une prise électrique, donc par déduction le neutre, et mettais une résistance entre le neutre et la terre. Avec une valeur de résistance bien choisie, on a deux ou trois déclenchements par jour du disjoncteur différentiel. Y'avait pas d'ordis à l'époque mais seulement la hifi et le frigo chez les étudiants, donc c'était pas méchant...

Plus sérieusement, je ne sais pas s'il existe des disjoncteurs différentiels pour les circuits 12 ou 24 V continu. Quelqu'un a déjà vu ça ?

04 mai 200616 juin 2020
0

à mon humble avis
:non: ce ne sont qu'indication de fuite, sans être la mesure du courant.
si on veut le mesurer, on met un pôle à la tôle à travers l'ampèremètre, on en déduit la résistance de fuite (R=Vcc/Imesuré avec Vcc valeur de tension batterie, à mesurer), faire idem sur l'autre borne. le courant de fuite dans la tôle = VCC/(R1+R2) avec R1 et R2 les résistances mesurées précédemment.
mais est-t-il besoin de faire une mesure précise du courant de fuite ? :oups:
par contre la résistance de 12kohms en série avec le mA me semble excessive, j'ai modifié le schéma un peu au pif à voir avec le mA utilisé.
faites vous les mesures avec tout l'arsenal électrique&électronique sous tension ? ça doit avoir aussi son influence non négligeable.
bon, sais pas si ce que je vous écrit peut vous aider, mais y fait faim alors :
à + :langue2:

04 mai 2006
0

Me voilà rassuré,
je n'ai pas fait à l'époque un truc totalement idiot.
Mon bateau étant en aluminium et ayant réalisé le câblage en "bi-fils" / aller-retour, j'ai dormi sans cauchemar...pendant longtemps.
Effectivement je détecte les défauts d'isolation, mais soyons clairs, ne sont-ils pas à l'origine des plus gros risques encourus ?
Merci Messieurs, Robert, Sailsoft, sans oubler personne.
Sur vos conseils je vais modifier / compléter mon appareillage.
Bonne journée à tous .

04 mai 2006
0

Robert
le mA mourira pas car protégé par les diodes + 100 ohms (à ajuster bien sûr fonction du mA, tout comme l'autre résistance). déjà fait 50000 fois ou presque ds d'autres applications.
12 k me paraissent trop car on mesure des volts et pas des ampères, tout dépends de la valeur de courant à mesurer et le schéma est comme dit précédemment à ajuster.
le pb pour vous est l'électrolyse, moi en plastoc le boat je n'ai pas ce souci. mais je pense qu'il est intéressant d'avoir une valeur "limite" plutôt qu'une indication. entre 10 et 20 mA il y aquand même 2 fois plus d'électrons qui passent. mais là je n'ai pas d'info. surveiller la variation est le + facile, mais avec le circuit présenté, je n'aurai pas confiance.
mais tte façon j'achèterai pas un boat en métal donc je pourrai pas discuter + le sujet, alors je vous souhaite de trouver le compromis pour dormir tranquille et ne pas voir fondre votre bateau. :non:
m'enfin mon schéma, je le trouve pas mal... :bravo: à la diode près si tu veux. :topla:
bon courage et bonne anode... :goodbye:

04 mai 2006
0

pas vraiment d'accord....
tous ces systemes sont appelés des testeurs de fuites et n'en sont pas.... en fait c'est quand vous fermez le circuit par l'inter momentané ou le poussoir que vous créez la fuite...et c'est pour cela que ces inters doivent toujours momentannés pour ne pas créer de fuite permanente..ces appareils sont uniquement des testeurs de defaut d'isolation... ce qui n'implique pas une fuite de courant ... par exemple si vous branchez ces appareils sur votre voiture vous detecterez soit disant une fuite maxi... ce qui est faux... vous n'avez aucune fuite mais un defaut d'isolation du negatif avec la caisse de la voiture...puis que c'est prevu comme ca avec negatif a la masse.... et pourtant aucune fuite....
Dom

04 mai 2006
0

Amélioration ?
Roger, ton montage est intéressant et juste à mon avis. Il faudrait le compléter par son inverse, car en l'état il ne détecte qu'un défaut d'isolation sur le (-). Donc le même, mais en inversant le rôle du (-)et du (+)

04 mai 200616 juin 2020
0

Pour Roger et les mordus ...
voici quelques améliorations:

1) la détection de défaut peut-être symétrisée si on utilise un galvanomètre à zéro central. On verra à la fois les défaut sur les ligne (-) et (+).

2) plusieurs batteries qui ont le (-) en commun ne nécessitent pas les diodes que Roger a utilisées.

Je retranscris de mémoire, n'ayant pas ma doc sous la main ;-)

04 mai 2006
0

Simbad,
la résistance de 12 kohm de Roger est indispensable si le galvanomètre fait 1 mA, sinon celui-ci sera mort à la première fuite importante. Ton galvanomètre doit faire au moins 25 mA pour ne pas décéder en cas de gros défaut d'isolation.

Les diodes sont inutiles, si les moins sont communs, brancher sur 1 seule batterie sur le testeur suffit.

Il faut faire le test avec "tout en marche" (y compris le moteur, le guindeau, etc ...) sinon les défauts d'isolation entre le tableau et les consommateurs sont masqués.

04 mai 2006
0

Attend, Roger !
Ce soir (avec mes archives) je passerai ici un montage complet et détaillé en service depuis 4 ans.

04 mai 2006
0

D'accord Simbad
Au sujet du décès du galvanomètre, je n'avais pas fait attention à la 100 ohm ;-)

04 mai 200616 juin 2020
0

Promis pour Roger
voilà un montage simple utilisant un module voltmètre numérique à 5 euros pour faire un détecteur de "fuites" (d'isolement) indiquant des courants de façon précise entre 1 microampère et 2 milliampères aussi bien du (+) que du (-) de la batterie. En fait c'est un ampèremètre un peu particulier. L'afficheur indiquera un signe - si la fuite est sur le fil négatif et un signe + si c'est la ligne positive. Le courant est mesuré assez précisément.

Pour les composants, chez Conrad.fr:

LM38 réf 174440-62 (0.70 euros)
Afficheur digital : 063043-62 (4.35 euros)
7809: 179191-62 (0.70 euros)

coût total une dizaine d'euros plus le boitier ;-)

05 mai 2006
0

sitôt reçu
sitôt imprimé.
Voila de quoi occuper quelques heures de retraité...

Merci infiniment Robert.

05 mai 2006
0

Polarisation ...
Exact Simbad, ces afficheurs LCD ont une entrée "Low (-) " qui a une tension fixe (6V) qui sert de référence aux entrées "+" des AOP ;-)

Le fonctionnement est le suivant:

Le premier ampli OP est un convertisseur courant tension donnant -1V par mA.

Le second ampli OP est un ampli divisant par -10. On a donc sur l'entrée de l'afficheur une tension de +100mV par mA de "fuite" (isolement).

La 1ko d'entrée est une protection sans importance.

La diode 1N4007 est une protection sans importance sert contre le branchement accidentel à l'envers

Vérifier au montage que la tension du point d'entrée du LCD est bien à une valeur fixe (4 à 8V) et que la tension sur l'entrée - du premier ampli OP est bien identique et constante.

On peut changer la sensibilité V/mA en remplaçant la 10 ko.

Si l'afficheur LCD est un modèle qui ne donne pas une tension fixe sur son entrée "low", il faut la créer artificiellement par un pont (R,2R) sur l'alimentation 9V comme dit par Simbad .... qui connait son métier ;-)

Ce montage a un inconvénient (mineur): il additionne les courants de fuite sur la ligne (+) et la ligne (-) de la batterie, en gardant leur signe. Dans le cas vicieux et tout à fait improbable où ces deux défauts d'isolement seraient identiques, on ne verrait rien !

05 mai 2006
0

manquerait-t-y pas
une polarisation sur les entrées + des AOP ?
à moins que ce ne soit l'afficheure qui le fasse (connait pas cet article).
bonne bidouille.
à+

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

Après la pluie...

  • 4.5 (168)

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

mars 2021