Coup de gueule sur les logiciels de navigation préhistoriques d'aujourd'hui

Le crétinisme des logiciels de navigation maritime

1/ Quel appareil Gps automobile vous ferait passer par le tunnel d'une voie réservée a la SNCF, traverser une piste d'atterrissage ?

C'est pourtant le cas avec nos logiciels de navigation maritime. Les navires passent au travers des terres sans débat.
On pourrait au minimum demander une alerte lorsque une liaison de waypoints passe par la terre ou même, luxe extreme, par des bas fonds ou a quelques mètres de récifs ou des cotes (notion de distance de sécurité)

J'en connais qui diraient que le capitaine doit être responsable et tout vérifier etc etc
Mais ce n'est pas comme ça que ça fonctionne dans la vraie vie intelligente.
Par tous les moyens on doit protéger chacun des erreurs possibles en les rendant tout simplement impossibles.

Un célèbre consultant d'entreprise disait : "si une erreur peut être faite, elle sera faite."
Pourquoi ? Question de probabilité autant que de concours de circonstance (fatigue inattention, distraction etc.)

Ceux la même qui disent que le capitaine n'a qu'a faire gaffe ;-)) renient ainsi tout le travail de la sécurité routière dans la transformation de tous les carrefours accidentogenes et l'amélioration de la signalisation, de la visibilité etc. pour sauver des vies "en amont"par dizaine de milliers.
Ce travail d'ange gardien sans lequel une partie de nos proches seraient possiblement aujourd'hui sous terre.

2/ Quel GPS automobile vous obligerait a chercher sur la carte l'endroit ou vous voulez aller ? Ce qui veut dire : pas de base de données alphabétique des lieus et encore moins de mode recherche de nom de site ? (iNavx ?)
Qu'ils aillent faire un stage chez google maps, tomtom, viamiche ou autres.

L'équipage
09 sept. 2015
09 sept. 2015
0

:pouce: c'est pas faux
Une base de données serait un vrai plus
Pour le reste mon Garmin semble éviter de couper à travers champs et me met une alerte si la route passe au dessus d'un danger genre roche découvrante

09 sept. 2015
12

Mais je passe réellement par dessus les cailloux et la terre.....tout dépend du l'heure de la marée.

09 sept. 2015
1

Moi itou, d'autant que j'ai un dériveur ... :mdr:

09 sept. 201509 sept. 2015
11

Si une bêtise est possible, elle a déjà été faite, si elle est impossible, alors elle sera faite !... (très prochainement)
.
"Crétinisme" de Tomtom, (ou de leur utilisateurs) puisque vous faites référence à ces outils de navigation terrestres....
.
J'habite un petit village de montagne près du Mont-Blanc.
Tous les hivers il y a des vacanciers qui peinent à arriver dans ma station, certains ont même été obligés d'abandonner leurs véhicules à quelques kilomètres de leur hôtel et d'appeler un taxi pour finir le voyage, leur voiture ne les rejoignant que le lendemain sur le camion-plateau un dépanneur....
.
En cause leur logiciel de navigation programmé pour "le trajet le plus court" !
en effet celui-ci ne sait pas éviter de les envoyer par des chemins déjà difficiles en été, mais souvent difficilement praticables en hiver sauf par des véhicules adaptés et équipés conduits par des chauffeurs ayant connaissance du terrain et des difficultés de la conduite sur neige sur une voie étroite et pentue et sachant pertinemment que certaine fois une sortie de route est toujours possible !
.
Pour gagner potentiellement moins d'un kilomètre "sur le papier" ils hypothèquent la fin de leur voyage, alors qu'en suivant le fléchage de la route normale nationale puis départementale, ils n'auraient absolument aucune difficulté à arriver "à bon port".
Voilà ce qu'il peut arriver à écouter le "au prochain carrefour, tournez à droite", alors que tous les panneaux officiels indiquent de façon évidente que la route à prendre c'est "tout droit" (et les cartes Michelin ou IGN également)
.

Chacun choisi de faire confiance à l'outil de son choix, mais en navigation maritime il est généralement admis qu'il est préférable de recouper des informations de différentes sources et ne pas suivre aveuglément une machine, il existe en mer des lieux dont la cartographie même officielle est encore très très incertaine, parfois juste un trait de côte tiré de photos aériennes, sans aucune indication de sonde.
Là il faut se décider à mettre le nez dehors avec un œil dédié au sondeur et l' autre très attentif à l’environnement immédiat ! :reflechi: :topla: :goodbye:

09 sept. 2015
0

Pour 1/ ce qui pourrait être utile (et qui existe peut-être) serait une alarme si en gardant la même trajectoire et la même vitesse, dans les 5 minutes on passe au dessus de fonds avec une hauteur d'eau insuffisante (facile à calculer avec profondeur de sécurité et hauteur d'eau en cours)
2/ d'accord, cela remplacerait avantageusement en mémoire les sonar charts de navionics
Utilisant Navionics et openCPN, je ne sais pas si ces fonctions y sont disponibles, quelqu'un pourrait m'éclairer ? Merci

09 sept. 2015
0

que ceux qui n'ont jamais talonné ou passé à côté d'un rocher qu'ils n'avaient pas vu sur la carte papier ou électronique ou qui font toujours le grand tour, jettent la première pierre.

09 sept. 2015
4

Bonjour,
en fait, ce qui serait bien, ce serait de greffer un cerveau au GPS... De préférence, un cerveau humain :acheval: :acheval: :acheval:

09 sept. 2015
2

Oui mais quand tu t'es gouré, le GPS ne t'engueule pas et ne te dit pas "Je te l'avais bien dit" et autres joyeusetés... :cheri:

11 sept. 2015
0

ok mais pas celui de ma Belle-Mere........
idéal pour se perdre !

09 sept. 2015
0

On a pas trouvé de volontaire pour le don d'organe
Beaucoup se sont proposés
Mais n'ont pas réussi les tests de sélection

09 sept. 201516 juin 2020
9

Ne pas comprendre la différence entre un trajet libre sur mer et un trajet terrestre sur des routes pré-existantes me fait penser que le crétinisme n'est peut-être du côté où l'on pense...
- la sortie de Stockholm (Suède), vue générale
- un détail

09 sept. 201509 sept. 2015
1

Et sur la route, pas besoin de tirer des bords (enfin "normalement" :heu:) !

Gardons notre "savoir faire" et notre sens critique, sur mer c'est absolument vital! :topla:

09 sept. 2015
1

Ces images montrent que la navigation n'est pas simple en effet.

un trait tiré entre 2 waypoints s'appelle une route.
on est en effet libre de la suivre ou pas, en voiture ou en bateau.
C'est complètement différent sur beaucoup d'aspects tout en étant parfaitement identique sur d'autres. sujet stérile !

Phyteas refuse le progrès, tire en arrière
Mais le vent pousse !
La carte papier n'est qu'une aide à la navigation, et alors ?
Le système GPS aussi
Les logiciels de navigation aussi
et alors quoi ?
on peut les rendre plus mieux, plus utiles, plus sûrs, plus sécuritaires.

Ca ne les change pas en autre chose que des aides à la navigation.
Pourquoi certains disent toujours :

"il faut pas que mon logiciel de nav en fassent plus , je suis bien assez malin, parce que ce n'est qu'une aide, après tout je suis le capitaine et avec ma carte papier ma boussole et mon sextant je suis très fort
STOP ! ce n'est pas la question

faites un post sur ce qu'est un logiciel de nav et ce qu'il n'est pas, ce qu'est un capitaine et ce que ça n'est pas et n'encombrez pas ce post avec ces considérations redondantes.

De toutes façons avec ou sans freins, les logiciels évolueront, poussés par la concurrence et les exigences des utilisateurs.

09 sept. 2015
0

Oui, (mais il saura se défendre lui-même) je le considère au vu de toutes ses interventions sur ce forum, comme très (très) pointu sur le sujet cartographie et logiciel.

09 sept. 2015
4

"Phyteas refuse le progrès, tire en arrière"
Alors là, grossière erreur ! Et je ne parle pas de la faute d'orthographe ! :non: :non: :non:

09 sept. 2015
0

oui je vois bien que PYTHEAS54 est on ne peut plus calé en cartographie, personne ne le nie.

09 sept. 2015
2

C'est quoi la prochaine revendication pour ne pas être préhistorique?
Des bateaux branchés google sans pilote?

09 sept. 2015
0

il y a belle lurette que les bateaux au pilote automatique sont "sans pilote" les 3/4 du temps

09 sept. 2015
0

Pour moi aussi, le navik est roi :-)

09 sept. 2015
0

Oui, des fois on en croise, de nuit, sous pilote, sans veille..... et sans feux de route :heu: :reflechi: :doc:

09 sept. 2015
0

98% du temps dans notre cas, il barre tellement mieux que nous :heu:

09 sept. 2015
1

Navionics propose une option qui lors da création d'une route, tient compte des obstacles et des côtes. C'est assez bluffant! Je m'en sers pour contrôler ce que je fais manuellement et ça marche!

09 sept. 2015
1

L'option existe chez navionics ou il y a le choix entre route manuelle ou raout automatique. Avec la seconde le logiciel fait ses calculs pour proposer une seconde route avec même points de départ et d'arrivée mais contournant la terre

09 sept. 2015
1

Et je regrette que Inavx que j'utilise maintenant n'intègre pas cette option qui évite d'avoir à créer soit même 10 waypoints de plus pour contourner les obstacles

09 sept. 2015
0

Tout a fait d'accord
Je suis dans le même cas de figure avec iNavx.
Esperons qu'il évoluera.
Pour le moment je trouve la création de route pénible,
peut être que je m'y prends mal.
Je ne peux créer une route qu'apres avoir créé tous les waypoints nécessaires.
Avec mon petit Magellan je créais une route directement sur la carte en 2 temps 3 mouvements

09 sept. 2015
2

Il est vrai que la majorité des logiciels n'ont pas de base de données et que beaucoup font passer au dessus d'obstacles mais sachant cela , la majorité des utilisateurs restent critiques et prudents quant à leur utilisation , ce qui évite surement quelques problèmes car si l'on fait le parallèle avec leur équivalent routier , beaucoup de gens leur font confiance aveuglement et il n'est pas rare d'entendre parler d'erreurs de destinations voir d'accidents .
Je lis souvent que les logiciels de navigation marine ne sont que des aides à la navigation et je partage cet avis mais rien n’empêche qu'ils pourraient être un peu plus " intelligents " .

09 sept. 2015
3

il y a déjà assez de la pétasse blonde langoureusement allongée dans le cockpit de la pub de nos voiliers, si en plus il faut qu'elle ouvre sa gueule pour répéter en boucle "tournez à droite immédiatement, tournez à droite immédiatement, ...."

ppfffff ................................................

09 sept. 2015
5

La remarque de Jeromef3 prelude sans doute de la prochaine evolution de ces logiciels. Beaucoup d'analyses automatiques sont deja possibles avec les informations fixes (fonds), les informations predictibles (marees) et les capteurs disponibles a bord (fond, vent, AIS), ce n'est qu'une question de programmation.
Pour aller plus loin il faudrait echanger les informations meteo en automatique sur un mode standardise. La liste devient infinie avec toutes les fonctions d'analyse liees aux vagues et au vent.
Le probleme est que chaque voilier a des limites differentes de celles de son voisin et qui peuvent varier en fonction de l'equipage a bord et des conditions d'armement du moment.
35 noeuds peut etre une ballade de sante sous spi pour un voilier sur-entraine et des conditions de Mayday sur beaucoup d'autres.
Le parametrage deviendrait vite une usine a gaz.
La comparaison avec l'automobile est interessante. Le deplacement automobile etait autrefois un signe de liberte absolue ou chacun faisait ce qu'il voulait a deux ou trois regles pres (j'ai connu cette periode). Il est maintenant de plus en plus encadre. La fin du cycle viendra vite avec les vehicules sans chauffeur pilotes par big brother.
La voile en est encore au stade du "faite ce que vous voulez a deux trois regles pres" C'est encore un espace de liberte quasi total (le dernier?) dans notre societe. Souhaitons nous evoluer vers la conduite automatique de nos voiliers?
Soyons clair je ne refuse pas le progres, j'ai beaucoup de gadgets a bord soigneusement selectionnes et que j'apprecie. Mais je me targue de toujours pouvoir traverser la Manche avec une carte papier, une regle Cras, un crayon, un sondeur, un compas et mon bon sens. Donc ne poussons pas trop vite vers une evolution de type automobile.

09 sept. 201516 juin 2020
1

C'est la facilité depositionnement procuré par les GPS, qui amène à de funestes confusions. On finit par considérer le WP comme une bouée de sauvetage. Or, les cartes peuvent être extrêmement complexes, voir l'exemple de Stockholm, au post précedent, voire complètement fausses.
On n'est pas en voiture et il faut préparer sa route. OpenCPN fait çà très bien et GE2KAP fournit les élément sécurisant la carte. Mode opératoire (sans jouer au prof...)
1) Sur la 1ère carte on trace une route, avec un lieu d'aterrissage proche sur une carte incertaine
2) Avec GE2KAP on fiabililise la CM93 avec une Navionics en approche. Là on voit qu'il faut déplacer le dernier segment de route, ce qui se fait très facilement
3) On sécurise l'arrivée avec une Navionics (toujours avec GE2KAP) plus détaillée, qui montre les écueils. On insère des WP et on modifie la route
4) Enfin on crédibilise le tout avec une carte en fusion/transparence, (toujours avec GE2KAP) et le tour est joué

Si l'on se trouve dans une mer à marée... on intègre les données en préparant sa route, idem pour les courants, et... la météo. En fait c'est un comportement marin, opposé à un comportement routier, et on se rend très vite compte de l'intérêt de sacrifier un peu de temps avant que de prendre la mer

Michel

09 sept. 2015
0

"Or, les cartes peuvent être extrêmement complexes, voir l'exemple de Stockholm, au post précedent, voire complètement fausses."
.
Ou pratiquement vierge hors le trait de côte sauf sur le trajet régulier de "L'Express Côtier" qui est seul correctement sondé et avec quelques très rares balises.
Et pourtant nous y fûmes .
(Avec des cartes papier à l'époque, les plus précises disponible au près du Service Hydrographique Danois, parfaitement identique à ceci )

09 sept. 2015
1

cf. VOR Team Vestas... :heu:
Quant à la comparaison avec les GPS auto, OK pour la base de données mais pour le reste je m'abstiendrai.

09 sept. 2015
2

La différence essentielle entre un logiciel maritime et un logiciel routier, c'est que le logiciel maritime doit positionner le point sur une carte, à l'endroit précis où se trouve le récepteur. Et en aucun cas il ne doit extrapoler ce point pour le placer sur un schéma type routier, correspondant à la requête d'itinéraire imposée par l'utilisateur, et dont la simple finalité est d'informer, non pas sur l'endroit où on se trouve, mais sur le prochain changement de direction.

L'utilisateur du routier se fout royalement de savoir s'il est à 100 m ou à 500 m du château d'eau. Tout ce qu'il importe, c'est de savoir quand il devra tourner...

09 sept. 2015
0

oh là malheureux! pas si vite! Chez Tesla (et d'autres grosses limousines) me semble-t-il, les suspensions peuvent être adaptées selon la position GPS à l'approche de dos d'âne etc... Et c'est beaucoup moins que 100m de précision. Chez Rolls-Royce, c'est même la boîte de vitesse qui est reliée au GPS!
jvc.sagepub.com[...]bstract
www.engadget.com[...]ng-gps/

09 sept. 201509 sept. 2015
0

Là je suis d'accord. Maintenant, un trait de côte ou une ligne de sonde peut être l'équivalent d'une route, par rapport à laquelle le GPS calcule uniquement la distance qui le sépare de celle-ci. Ne reste "plus qu'à" y rapporter sa hauteur d'eau en zones à marnage, et voilà.

09 sept. 2015
1

Oui, mais ça ne tient compte que des points situés sur la ligne de l'itinéraire calculé, ce qui est infiniment moins que l'infinité de points dont devrait tenir compte un logiciel maritime pour offrir ce genre de service. On n'est quasiment jamais pile poil sur la route prévue en maritime, alors que le logiciel routier t'y place de façon artificielle.

09 sept. 2015
2

Mais c'est justement ce qui m'amuse de faire une route sur la carte marine (plutôt le jeu de cartes) et, grâce à l'ordinateur et au logiciel qui va bien (OpenCPN) et au GPS qui donne la position assez précisément, de suivre ou non cette route.
La préparation peut se faire à l'avance, mais il faut constamment rafraichir ses informations en tenant compte des conditions de mer, de vent, de trafic... Et ça aussi ça fait partie du jeu.

Si ça ne vous amuse pas, faites des croisières chez Costa en précisant "pas de rase-cailloux" !

Et lisez donc le bouquin de Pierre Boule "Les jeux de l'esprit"...

09 sept. 201509 sept. 2015
0

En Méditerranée, cela doit être assez facile à paramétrer pour le programmeur. Mais ça se corse en Bretagne ( :oups: ) avec le flux et le reflux qui me font marée… sans compter les courants et la météo. Essayez de faire une programmation fiable pour traverser les Minquiers ! En tenant compte aussi des apparaux de pêche…
:reflechi:

10

c'est moi qui décide où je veux ou ne veux pas passer, pas un logiciel.

09 sept. 2015
1

c'est tout simple ! il faut faire preuve d'intelligence et ne pas se fier aveuglément à ce qu'on nous a machouillé. -mais faire preuve d'intelligence n'est pas donné à tout le monde hélas ! c'est pourquoi j'estime avoir eu beaucoup de chance, pourvu que ça dure !

09 sept. 2015
2

Bonjour. Mais pourquoi vouloir s'obstiner à suivre une route faite de waypoints?!
C'est ridicule, je regarde la carte(papier ou électronique) et je me dirige vers l'endroit ou je désire aller et c'est tout. De temps en temps, je trace un trait à suivre parce que mes yeux le voient mieux de la barre et je fais en sorte de m'y tenir et çà évite le zoom.

09 sept. 2015
0

Il a des logiciels plus intelligents que d'autres. je pense aux logiciel de routage qui peuvent 'suggérer' une route qui tiennent compte de la météo, des courants et de la distance à la cote. Mais c'est au chef de bord d'adapter cette suggestion, à l"évolution de la situation de la météo, de la position car la vitesse des polaires n'est pas forcément celle du bateau et bien d'autre détails. Pour ma part ça me convient bien.
Mais imaginons qu'usant de cette liberté, subitement la machine reprenne la main parce que ce n'est pas conforme à son planning, trop, c'est trop.

09 sept. 2015
0

Il promet le plaisancier du 21eme qui rêve d'une transposition tomtom.

09 sept. 2015
1

J'ai un GPS routier dans ma voiture. Je l'ai acheté d'occase (il avait moins d'un an) il y a quelques années - j'ai essayé de mettre les cartes à jour mais ça coûte encore des sous... alors j'ai laissé tomber.
Il m'arrive donc de rouler en plein champs alors que je suis sur une route nouvelle...

09 sept. 201509 sept. 2015
0

Je suis loin d'être réfractaire au progrès (j'ai un traceur, une tablette, un PC, etc...) mais là pour le coup, je ne suis pas sûr d'avoir envie d'un logiciel qui me fasse "tout seul" la route. Ou alors comme simple suggestion... Déjà parce que ça m'ôterait le plaisir de définir ma route, ensuite parce que même tracée avec soin, j'aime aussi le plaisir de la modifier en cours de route, soit pour gagner en confort, soit pour aller voir quelque chose qui m'interpelle sur l'horizon, un bateau, un phare, une côte, etc... Et pire que tout, je n'aimerai pas l'idée de réduire mes navigations au simple fait d'aller au plus vite d'un point A à un point B, car même si ça y ressemble déjà, la différence est psychologique. Et ça change tout ! :mdr:

09 sept. 2015
1

Et en plus du plaisir de tracer soi-même sa route, définir et placer soi-même ses wp sur la carte permet de l'apprendre quasi-par coeur !

09 sept. 201509 sept. 2015
0

Les mises à jours ? Google map, pourtant très réactif, ne connait pas certains rond-points pas forcément récents mais visualise les ralentissements dus aux feux.
Il me dit régulièrement de -par ex- tourner à droite alors que la flèche sur l'écran m'indique de tourner à gauche ! En même temps, ça fait travailler le cerveau et le sens critique ! :-D
Et aussi la réactivité !

09 sept. 201509 sept. 2015
0

notre ami jeromef3 ne doit pas savoir qu'en voilier, la ligne droite n'est, pratiquement jamais, le plus court chemin entre 2 points;
déjà que la voix du "Gps" auto est proprement insupportable ...;
si tu as besoin d'une aide pour savoir où tu es et où tu vas, il est encore temps de prendre des cours de navigation;
et ça me rappelle un fest noz où "l'orchestre" est arrivé en retard car le Gps de son bus l'avait emmener proprement et sans coup férir dans une ville homonyme mais du mauvais département ... ça laisse rêveur ...
de plus, des logiciels de nav évolués, il y en a plein : éviter de trop fort vents, limiter le nombre de manœuvre et de changement de voile, chercher la route la plus rapide etc etc ...
le Gps de base sait aussi déclencher une alarme;
il vaudrait mieux que tu dises : "le logiciel de nav que j'utilise est préhistorique"

09 sept. 2015
0

iNavx est préhistorique ? déjà ?

09 sept. 2015
0

@ jeromef3 : ben, c'est toi qui dit que les logiciels de nav sont préhistoriques et crétins

09 sept. 2015
1

les conducteurs sont décérébrés avec ce gps,
j'habite une rue en impasse avec panneau à l'entrée, malgré ça des voitures ou camions s'enfilent dans ce petit lotissement à rues étroites et virages à angle droit jusqu'au fond "parce que le gps l'a dit" !!!
pas envie de connaître la même chose sur l'eau ...

09 sept. 2015
0

trop tard... :-D

09 sept. 2015
1

Bonjour avec une carte go vision garmin 720s il y à la fonction auto guidage qui permet d'éviter la terre les digues jeter l utilisé sans pb

09 sept. 2015
0

ah ! que ça va être bien de voir mon bateau monter la vague grâce au pilote commandé par le GPS qui lui aura dit que celle là il faut la négocier et de savoir à quelle heure je vais devoir mettre les amarres en arrivant euh !! au fait pourquoi c'est moi qui doit les mettre il y aura bien qqun chargé sur appel téléphonique de m'attendre au port c'est le progrès ou pas ...

09 sept. 2015
0

Tiens, c'est une idée ça : faire calculer la hauteur des vagues par le GPS, ça va éviter d'entendre au café du port : "j'ai surf des vagues de 6m en passant le raz"

09 sept. 2015
2

Je sens que je vais passer pour un vieux c.. rétrograde.
Yoruk nous dépeint une sorte de "Meilleur des Mondes" électronique, où on doit se livrer à bon nombre de manipulations de cartes électroniques diverses pour arriver à destination.
Les récents échanges sur les cartes Navionics montrent de nombreuses faiblesses du système. On risque d'additionner des imperfections, erreurs de programmation, risque de bugs et à lire ces posts, j'ai l'impression que nos bateaux deviennent des usines à gaz électroniques avec tous les risques potentiels que cela induit.
J'ai utilisé récemment un bateau de location avec une cartographie Navionics sur la console de barre. Je reconnais que cela donne un grand confort et évite les navettes à la table à carte. Mais lorsque le secteur est garni de rochers, cette cartographie truffe la côte d'icônes spécifiques qui empêchent de localiser même le trait de côte!

J'ai une certaine allergie à la complication de tous ces systèmes (idem avec la voiture!) et je pense que ma bonne carte papier, ma règle CRAS, mes cartes de courants, mon GPS de base et mon neurone survivant à grand peine m'apportent une fiabilité et un plaisir inégalables. Mais ce n'est qu'un point de vue de septuagénaire sur le déclin et encore pour peu d'années!!!

09 sept. 201509 sept. 2015
0

Non, pas de manipulation hasardeuse, ni de fantaisie technologique. Simplement aujourd’hui tu peux récupérer en 10 minutes les infos qui te permettront de fiabiliser ta route.
Maintenant si tu préfères ta règles Cras, c’est ton droit, mais pour ceux qui naviguent dans des eaux mal définies… C’est prendre un risque qu’il faut assumer… Tu ne peux pas ignorer que ta route doit être préparée, et je ne te souhaite pas d’avoir à la déchiffrer sur ta table à carte alors que ton bateau court sur les cailloux
C’est vraiment tout simple, non ???
Michel

09 sept. 2015
0

ça frise la maniaquerie. Non, si tu as un équipage au top et un navigateur fiable à la table à carte, ce pourrait être de la maniaquerie.
Si tu es seul, alors il ne faut pas de surprise, et ta route bien préparée, te fera découvrir le paysage maritime dans toute sa logique, sans te poser de question
Maintenant c'est une question de région et de connaissance de la région, bien sûr

Michel

11 sept. 201516 juin 2020
0

J'aurai du préciser, dans l'exemple que je donne, il n'y a aucun balisage, toutes les cartes comme les guides, sont faux...

  • La passe d'entrée au port fait 30 m de large frangée de cailloux
  • L'accès à la marina fait 15 m de largeur utile et on trouve au mieux en serrant un peut vers l'Est 2 m d'eau (deux mètres)

Si tu n'as pas sécurisé ta route, et tes WP serviront à ça... Tuas toute chance de te planter... Cà tombe mal, c'est une mer sans marée.. inutile d'attendre le flot pour te sortir de là

Ci joint ma trace de cet après midi

Cordialement
Michel

09 sept. 201509 sept. 2015
0

J'y reviens, ton observation concerne la 4 ème image, celle de de la confirmation par fusion/transparence, qui ne vise finalement qu'à contrôler la qualité du trait de côte.
La modif des WP concerne la 3 ème image, celle qui identifie sur les SASPlanet /navionics les écueils. C'est quand même plus cool d'avoir une route fiable à suivre, pré établie.. Non ???
Michel

09 sept. 2015
0

et ceux qui naviguent sans cartes , y sont quoi , des hors la loi...j'espere rester hors la loi parfois..un acte de resistance civile :whaou: :scie: :scie:

09 sept. 201516 juin 2020
1

Oui, mais faire 3 WP à l'intérieur d'un port, ça frise la maniaquerie. ;-)

09 sept. 2015
5

Tu fais comme tu veux. Personnellement, quand j'arrive dans un port, même bien connu, j'observe très attentivement tout ce qui se passe dehors : balisage, mouvement des autres navires, signaux portuaires, travaux en cours éventuels, vent, courant, vérif de la préparation du bateau, imagination d'un plan B en cas de surprise, etc.
Il ne me viendrait pas à l'idée de suivre des WP.

09 sept. 2015
3

Curieux d'accuser de risque-tout celui qui s'aventure dans les cailloux "armé" de son GPS et ses cartes papier :
- à croire que cela n'est possible que depuis l'avènement de la cartographie électronique assistée .
- cartographie qui n'est, ni plus ni moins, qu'une reproduction plus ou moins fiable de la cartographie imprimée
- la décision raisonnée tient dans l'analyse critique des données disponibles … très certainement plus difficile lorsqu'elles sont issues d'une usine à gaz . L'actualité récente le prouve .

Ces quelques lignes n'ont d'autre objet que de battre en brèche le principe que la sécurité ne réside que dans la NAO (navigation assistée par ordinateur) mais plutôt dans une attitude réfléchie du chef de bord … et que demain chacun puisse encore naviguer, pour son plaisir, comme bon lui semble … avec responsabilité ! ;-)

09 sept. 2015
1

Dire qu'il m'arrive d'éteindre l'instrumentation ...

09 sept. 201509 sept. 2015
1

Pour recentrer ce débat, la question n'est pas de savoir si l'electronique c'est bien, et s'il faut donner un tel outil a quelqu'un qui n'y connait rien ... ... ...
la question est double :
- est-il acceptable qu'un logiciel de carto vous fasse passer sa route sans sourciller sur des cailloux (c'est théorique car le pilote, pas si con, est à bord pour parer et barrer le vrai bateau, pas le bateau sur l'écran)
*c'est l'absence d'alarme le problème
- est-il bien que dans certains logiciels, on soit obligé de fouiller la carte à une échelle 1/120000 pour trouver un point de destination dont on connait comme tout le monde, la dénomination "postale". à l'échelle 1/130000 il n'apparait pas cause carto vectorielle

* c'est l'absence de champ recherche sur une de base de donnée, absente aussi, et pourtant très petite, des points cotiers et iles etc.

pour ceux qui jugent leur log nav peu utile, bien sur on sait qu'ils n ont pas besoin de ces fonctions, la première étant pourtant présente dans certains logiciels...

09 sept. 2015
0

Question 1 : de mon point de vue, oui ! Si tu relèves mal tes amers ou reporte mal tes relèvements sur la carte, tu peux tout aussi bien te mettre sur un caillou. Le logiciel ne doit pas se substituer à ta capacité d'analyse et d'observation, qui sont indispensables en mer.

Question 2 : ça c'est plutôt du marketing, si les utilisateurs le réclament, les éditeurs le rajouteront à leur offre, avec le surcoût lié.

09 sept. 2015
0

Le GPS est toujours officiellement classé en aide à la navigation et pas comme moyen exclusif de navigation. On n'est pas des militaires en mission de bombardement. Une base de donnée valable doit ètre mise à jour (quelquefois d'un jour sur l'autre en avion), et les docs papier étaient aussi annotées pour mise à jour.
La sureté de navigation est augmentée nettement par recoupement et critique des données de diverses sources
Pour le fun: ce matin vol en ULM. Par habitude je prend le 1° cap au compas. Mais mon moniteur s'obstine par manque de place et facilité de lecture à placer son GPS pas loin du compas qui devient faux selon les caps. Confort du GPS quand il marche
ou fiabilité du compas à choisir dans ce cas (heureusement que sur des avions moins folklo on a un compas juste, un gyro de report, des VOR/etc ..et maintenant un GPS avec carto, intégré et homologué et au top une présentation complètement intégrée des infos).

09 sept. 2015
0

Il me semble que les logiciels de routage savent (plus ou moins) le faire ...

09 sept. 2015
0

La gestion des haut fond existe sur Adrena mais indirectement via la fonction routage qui evite soigneusement les hauts fonds, les zones de vent fort ou faible et egalement tous les arrondis de cap et autres zones a eviter que l'utilisateur definit lui-meme.
Le routage ne gere pas la hauteur de maree, il se contente de te faire passer dans une zone sure quelque soit la hauteur d'eau. C'est sans doute sage car ce n'est pas plus difficile a programmer.
Quand on plot deux way-points et que la droite qui les relie passe au dessus de la terre, le logiciel ne dit rien. Sans doute parce que ses concepteurs ont estime qu'en voilier on fait parfois de beaux zig zag entre deux waypoints. Cela depend du vent et du courant.

09 sept. 201516 juin 2020
1

Le jour ou le logiciel de navigation me dira comment trouver mon chemin dans ce dédale....et pourtant il a bien fallut passer :heu: pour l'instant je préfère
ouvrir l’œil, et je pense que c'est encore pour un "certain temps" :reflechi: :lavache: :goodbye:

09 sept. 201509 sept. 2015
0

ya pas une appli sur Iphone pour ça??? Interfaçage du pilote sur GPS+radar+GoPro :reflechi: :jelaferme: :acheval:
.
PS: désolé jerome pour la pollution de ton sujet

09 sept. 201509 sept. 2015
3

Bien sûr que si, tout est intégré dans la boule presque ronde juste au dessus du gros machin rouge :reflechi: :mdr:

09 sept. 2015
0

ça va, c'est dans le sujet, ça concerne les évolutions des log de nav ! :reflechi:

09 sept. 2015
0

En même temps, vu comme c'est beau, ce serait dommage de fermer l'oeil !

09 sept. 2015
0

ne t'inquietes pas, dans pas longtemps ils n'existeront plus que dans les archives.

09 sept. 2015
4

hello,

la question de jeromef3 m'interpelle profondément.

la géographie est-elle une matière disparue ?
le sens critique est-il une espèce en voie de disparition ?
sommes nous devenus dépendant a ce point des "machines" ?
faut-il que tout nous soit délivré en "pré mâché" ?

j'ai un gps de voiture, il lui arrive fréquemment de m'envoyer dans de mauvais itinéraires.
ce même gps ne sait pas où j'habite et me situe sur le lieu dit d'à coté, pratique pour les livreurs (encore eu le cas ce matin).

lorsque je dois effectuer un trajet, je sais si ma destination est plus proche de marseille que de roubaix, et si j'apprécie son coté pratique, je roule généralement avec le son coupé.
si il me semble que l'itinéraire qu'il propose ne correspond pas à ce que j'étais allé voir sur via-michelin (pub gratuite), je fais confiance à mon cerveau et aux indications routières.

j'ai depuis peu un ordinateur à bord avec open cpn,si c'est un indéniable confort, cela ne reste pour moi qu'un outil au même titre qu'une carte papier et je ne lui demanderai jamais de lire la carte à ma place.

je suis seul en mesure de décider si je peux passer à un endroit ou non en fonction de la météo, des courants, de mon tirant d'eau et de la marée ainsi que de mon état physique et mental. confier cette capacité de décision à un outil programmable est pour moi une épouvante. qui me ferait certainement rester à terre.

je considère dangereux pour l'avenir de voir de plus en plus de gens faire confiance exclusivement à ces appareils qui je l'espère ne remplacerons jamais nos misérables cerveaux.

dernière avatar en date pour un gps, j'ai undicuté avec quelqu'un qui a suivit le sien aveuglément, bilan le camping car ne passait pas sous le pont. capucine bien amochée et comme c'était une petite route, un bon kilomètre de marche arrière

à force de trop en demander, on fini par ne plus savoir faire...

cordialement
jpierre

09 sept. 201509 sept. 2015
0

… ce dont on parle ici est, justement du logiciel, qui, renseigné des caractéristiques du convoi aurait permis d'éviter l'itinéraire avec un tel pont .
Cela me semble tenir du B-A BA de la cartographie routière pour véhicule "hors-normes"

09 sept. 2015
0

hello freychou,
le probleme est justement là. seuls les gps routiers pour poids lourd permettent de prendre en compte les caracteristiques du vehicule mais le prix du gps n'est pas tout a fait le meme....
jpierre

09 sept. 2015
0

Je partage l'idée, cependant personne ici n'appelle à faire confiance "exclusivement" au matériel (de plus est à 1 unique équipement) quel qu'il soit.

09 sept. 2015
0

Et récemment l'accident d'un car espagnol, je crois, dans le nord de la France. Il a suivi aveuglément les indications de son GPS et s'est engagé dans un souterrain qui a littéralement décalotté le bus, faisant des blessés. Et pourtant il y avait certainement comme toujours des panneaux indicateurs de limite de hauteur!

09 sept. 201509 sept. 2015
1

Finalement, le plus simple, ce serait encore de supprimer la mer et de naviguer seulement sur écran. Si tu te plantes, tu entendrais: " essaye encore!!! " sans plus de dommage. Plus de prise de ris, plus de carénage, plus de nettoyage, plus de couture, plus d'épissures, plus de vannes qui pètent et dont on se demande s'il ne faut pas les supprimer, plus de positions bizarres pour démonter le démarreur et qu'après tu as mal aux reins pendant trois jours, plus de batteries déchargées au moment de démarrer le moteur, plus d'angoisse s'il n'y a plus de places dans les ports, plus de con de GPS qui te fait traverser le jetée d'en face, plus de forum, plus d'apéros, plus rien, quoi.

09 sept. 201509 sept. 2015
0

oui, juste naviguer, naviguer sur un forum, un forum de mer de mer de mer :oups:

09 sept. 2015
1

Il faut surtout redéfinir ce qu'on attend d'un logiciel. Pour ma part, j'en attend une information facile d'accès et fiable sur ma position, que je puisse facilement recouper avec ce que j'observe. Donc pour moi, le mieux c'est un affichage sur l'écran de cartes raster géoréférencées, et un point provenant d'une puce GPS qui fonctionne. Le reste n'est pas indispensable.

09 sept. 2015
0

nom de dieu....prothesez nous!

09 sept. 2015
1

Une explication terre à terre aux logiciels de navigation maritime qui nous font passer sur la terre :

il y a plus de 38 millions de véhicules terrestres en France, donc un marché de peut-être 25 millions de GPS.
25 millions fois 100 ou 200 € renouvelés assez souvent ( j'en consomme bien un tous les 3 ans à cause de chutes, accus usés, prise qui ne charge plus... bref de l'obsolescence programmé ! ) , ça permet d'avoir un outil globalement très pratique, quand il fonctionne.

Et on est combien à utiliser les logiciels de nav : trente mille , cent mille ?
Une toute petite niche, d'autant plus qu'on est très friand ( moi le premier ) de solutions gratuites.
Tout ça pour dire qu'on peut difficilement exiger des fonctions de routage fiables avec nos cahiers des charges trop aléatoires : polaires du bateau, courant , météo, louvoyage, heure de la marée, réglage des voiles et j'en passe.
Maintenant si les valeureux développeurs d'Open CPN , Inavx et autres veulent bien continuer de développer nos joujoux, bravo , je suis preneur - au tarif habituel !

09 sept. 201509 sept. 2015
0

Très juste, bravo aux développeurs pour le travail déjà accompli.
Tous mes encouragements pour ce qui reste à faire.
Et si en plus ils fournissaient une documentation et notice d'emploi COMPLèTE et GRATUITE, ce serait encore mieux.

09 sept. 2015
0

Vous verrez que dans l avenir les procéduriers attaqueront les constructeurs parce qu ils ont tapé un caillou. Cela se voit deja aupres des tribunaux pour X raisons quant à la route..en résumé lui accorder un peu de confiance sans oublier le contrôle , et sans dépendance absolue ...

10 sept. 2015
1

Ben oui
Sans aucune animosité de ma part, ce fil c'est vraiment nawak
Dsl
JM

09 sept. 2015
2

citation de Guiltyornotguilty

" il est généralement admis qu'il est préférable de recouper des informations de différentes sources et ne pas suivre aveuglément une machine, "

avec ça, tout est dit !

(Il y a un tas de plaisanciers qui ne savent même pas calculer leur dérive .... alors, imaginez le reste !)

Moi, je ne saurais me passer d'un lecteur de carte, mais j'ai plus de plaisirs a prévoir ma navigation sur des cartes marines.

Salutations

10 sept. 2015
0

A l'instigateur de ce fil, je répondrai qu'il existe chez les informaticiens, une procédure qui s'appelle "le test du singe". Elle consiste à faire tester le logiciel par une personne à priori peu ou pas compétente dans le maniement de l'informatique, et de voir les problèmes qui se posent. On appelle cela vulgairement les versions "beta test".
Je lui conseille donc de proposer sa candidature aux différents fabricants de logiciels , Maxsea par exemple.

11 sept. 201511 sept. 2015
7

Bonjour,

Par ailleurs il y a aussi des développeurs qui ont des convictions et leur propre vision d'un logiciel de navigation.

Pour ma part je pense que l'évitement automatique des zones dangereuse pour la navigation va à l'encontre du sens marin. L'informatique doit rester un outil d'aide à la decision et devrait être pensé en ce sens.

Le test du singe porte bien son nom... Et je ne suis pas convaincu que le responsable d'un bateau et de son equipage puisse l'être.

10 sept. 2015
0

Bonjour,
très bonne sugestion de schwelles, c'est pour moi la meilleure façon d'influencer les développeurs de logiciel, se proposer comme Beta Testeurs. On test la version qu'on nous propose ET on propose de nouvelles fonctions utiles.

11 sept. 2015
1

on lit de sacrés choses ici ,c'est impresssionnant ...

11 sept. 2015
0

Evitement automatique, non. Par contre, si les zones de haut-fonds ou les dangers qui croisent la route prévue pouvaient être signalés même à petite échelle, ca serait pas mal.

11 sept. 2015
2

dans la meme veine, si les gps terrestres pouvaient indiquer les nids de poules...... et le bord des trottoires!!!!

:reflechi: :non: :litjournal: :doc: :acheval:

jpierre auquel il reste un demi neurone

11 sept. 2015
4

il y a poutant une façon toute simple pour eviter tout ces dangers :

naviguer sans waypoint et le probleme est resolu

11 sept. 2015
0

la comparaison avec la CAO me parait bonne : le gros probleme souvent rencontré c'est que le savoir utilisé un logiciel n'a jamais resolu les problemes de conception,de realisation et de fabrication contrairemnt a ce que l'on pense ... on sait utiliser le logiciel au m^me titre que l'on savait utilser un tire-ligne mais ça ne donne aucune solution au probleme posé ???

grace à la CAO on peut tracer une forme mais sera-t-elle bonne ou sera-t-ell une grosse m...?? ça le logiciel ne le dira jamais

11 sept. 2015
0

Viens par chez nous. Même avec 1/2 neurone, je pense que tu peux comprendre.

Quand tu places un waypoint à 100 miles, dans notre coin, il y a de bonnes chances que ta route croise : des bancs de sable, des champs d'éoliennes, des plateformes pétrolières, des rails de cargo, ect, ect... Autant de choses qui ne sont pas affichées à petite échelle sur mon gps. Donc soit tu vérifies laborieusement la route en mode zoom sur l'écran 5'' de la chose, soit tu déballes les cartes papier ou le PC.

Si le gps pouvait signaler les zones qui posent potentiellement problème, cela m'éviterait de devoir visualiser l'ensemble du parcours à grande échelle pour ne pas m'échouer comme un vulgaire Open 70.

Cote gps voiture, ce que tu demandes existe. L'appli s'appelle Wase. Et il y a des millions de neuneus dans mon genre qui la trouve très utile.

11 sept. 2015
1

Bonjour,

Mon opinion :

Les débuts de la CAO étaient vraiment similaires à ce que l'on voit en cartographie électronique, les logiciels reproduisaient ce que l'on faisait à la table à dessin en 2D. Puis on est passé à la 3D, la 3D réaliste, la simulation de mécanismes, l'optimisation automatique des formes, ...A chaque étape il s'est trouvé de bonnes âmes pour dire qu'avant c'était mieux et que le tire-ligne suffisait :-)

Globalement la cartographie actuelle se contente de reproduire les informations que l'on a sur les cartes papier, c'est au navigateur d'interpréter les informations.

Les prochaines générations apporteront de véritables aides à la navigation, c'est déjà un peu le cas des ENC, chaque bouée par exemple, connaissant la position du bateau par le Gps, pourra signaler une mauvaise route. Le routage va sûrement s'améliorer, à l'instar de ce que l'on a dans nos voitures. L'accès de plus en plus loin des cotes à Internet va donner l'accès à quantité de bases de données.

Autre exemple la réalité augmentée, déjà utilisée dans la Coupe America, permettra à la fois de regarder un objectif et recevoir dans ses lunettes des informations essentielles à la sécurité.

Le plus de cette évolution, c'est qu'on peut débrancher le truc ! Et continuer à se faire peur/plaisir en faisant son estime à l'ancienne. J'utilise aussi ma règle Cras et les cartes papier, mais à présent venant d'Angleterre l'atterrage sur l'Aber Wrac'h est devenu plus serein.

11 sept. 2015
1

ce terme de way point m'a toujours laissé perplexe!!! y sert a quoi,? passez vous par des way points pre- etablis ??
j'ai toujours été tout droit +/- par la.. puis rectifier la route selon les positions reelles an fonction du vent des courant de la mer, des voiles de l'heure du repas etc...
c'est pas bien ??
en general je prends un cap sans trop regarder la carte , un cap qui marche , puis je regarde ce qu'on peut changer pour se rapprocher d'une route +/- directe... mais selon la meteo la route direct n'est pas toujours la meilleure et en plus change tout le temps
bref je ne comprendrai jamais rien a ces debats..le bazar pointe votre position sur une carte ; c'est pas assez?? c'est pourtant une fin en soi
.
couchez le vieux :doc:

11 sept. 2015
0

tout comme moi , je ne voie vraiment pas l'interet des waypoints surtout a la voile ou si ralonger la route surface dans certaine circonstance

11 sept. 2015
0

J'utilise un GPS basique, sans carto.
Au fil des a années et de mes navigations, il a un bon nombre de WP en mémoire.
En vrac : le feu à l'extrémité de la jetée la plus utile (ex. le musoir de la digue nord du Havre), une bouée qui me servira de bouée d'atterrissage (ex. la bouée Merville pour Ouistreham. Certains recommandent de ne pas mettre les coordonnées du feu sur la jetée par exemple, mais je sais bien que je ne dois pas trop m'en approcher! Ce sont des WP de destination, indication de la route directe théorique. Avant de partir, je définis avec ma carte papier la route probablement la meilleure, en fonction des dérives de courant, du vent etc... Une fois sorti, je fais de mon mieux! Trouver le meilleur bord pour me rapprocher de mon point de destination!
Il m'arrive de créer des WP pour parer un plateau rocheux par exemple car c'est plus facile à suivre. Il y a également le WP sur un feu d'alignement d'un port qui me permettra de rentrer en homing en cas de brume.
Dans tous les cas, je garde le contrôle.

11 sept. 2015
2

Oui mais motu, toi, tu es un marin donc tu navigues comme un marin; les autres sont des informaticiens donc ils naviguent comme des informaticiens ... (j'ai plus confiance dans les premiers ...);
@ ptiplouf : à quoi ca te sert de mettre un way point à 100M ??????? la terre la plus proche est celle sous ta quille

11 sept. 201511 sept. 2015
1

je me pose la question souvent et ne suis pas si sur de la reponse.
je crois que dans un avenir proche il faudra depose un plan de nav comme les avion ont un plan de vol, et si s'ecarte de la route un point en moins :mdr:

11 sept. 2015
1

Combien de fois en préparation de nav on prévoit un plan léché pile poil aux petits oignons et qui se révèle foireux, pour x raison, en sortant du port ? ça doit friser les 99% ...
et, si je comprends bien nos amis, ils vont faire pédaler le logiciel miracle et vont le suivre aveuglément sans vérifier ? parce que pour vérifier, faut quand même suffisamment zoomer ...

11 sept. 2015
0

Avant on faisait le point on le reportait sur la carte. De temps en temps on tirait un trait pour la route qd le vent était favorable. Maintenant le logiciel nous donne la position exacte c'est qd m^me moins chiant ! Quant à faire la route, les Wp, etc ..Il faut m'expliquer, quand on est au pret, dans les thermiques et que ça monte et qu'il faut tirer des bords, ce que devient le magnifique tracé de route.
A 5 noeuds de moyenne ! On a tt de même le temps de voir où on va. A moins d'être très occupé dans la couchette !

11 sept. 2015
0

Philippe,

Je pense que tu ne te rends pas compte à quel point le terrain est miné au large de l'Angleterre. Entre les champs d'éoliennes qui poussent comme des champignons, les plateformes pétrolières et les bancs de sable, nous n'en sommes plus à contourner quelques obstacles, mais pratiquement à suivre des voies de navigation.

Zoom un coup sur l'estuaire de la Tamise ou la zone au nord de Lowestoft sur opencpn par exemple et tu verras.

Bonne soirée.

11 sept. 2015
1

CONTRE COUP DE GUEULE
Et pourquoi ne pourrions nous pas avoir des logiciels de navigation préhistoriques sur des embarcations qui utilisent des modes de propulsions aussi préhistoriques que... la voile et le vent ?
Hein, Pourquoi pas !!!

11 sept. 2015
11 sept. 2015
1

Bonsoir,

J'ai l'impression que sur ce fil il n'y as que des "Néandertaliens"...
Il existe depuis plusieurs années des "plotters" ou l'on met le point de départ , puis le point d'arrivée et il trace votre route en évitant la terre et les écueils.
LE problème, c'est que les dis plotters ne prennent pas en considération le vent et l'état de la mer.
Sans faire de pub, j'ai plusieurs fois utilisé des "Garmins" ayant ce mode de routes automatique.
Perso, je trouve ça nul et dangereux. Je préfère utiliser OpenCPN et faire ma route moi même.

Serge

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

 Ty arc en ciel au pays du Ty punch

Après la pluie...

  • 4.5 (93)

Ty arc en ciel au pays du Ty punch

mars 2021