Coques à bouchains ???

Bonjour,
Que pensez-vous des coques acier à bouchains ??? Vaut-il mieux 2 ou 3 bouchains ??? Cela inflence t-il vraiment le comportement en mer ??? Vaut mieux les dessous plats ou en V ???

L'équipage
22 fév. 2013
22 fév. 2013
0

avec 1 bouchain on peut faire un bateau génial comme le Muscadet,
avec plusieurs, y'en a qu'on fait des sabots .... :jelaferme: :litjournal:

22 fév. 2013
0

il est bien difficile de repondre

bateau de 8m ou de 30m!!!!

22 fév. 2013
0

De façon générale, on peut dire que plus le nombre de panneaux est important, plus les architectes peuvent obtenir une coque se rapprochant de la forme.

Ensuite, un double bouchains avec fond V permet d'avoir des entrées d'eau moins plates qu'un double bouchains avec une sole.

la plupart des coques acier de bateaux de voyage est à double bouchains avec fonds en V.

la position de la ligne de bouchain supérieure détermine la largeur à la flottaison, et l'angle de gite auquel le bateau va se caler sur son bouchain et ne plus en bouger.

une faible largeur à la flottaison permet de minimiser la surface mouillée pour le petit temps.

Deux extrèmes :

le sauvignon (Harlé), avec une ligne de bouchain assez haute, a un faible couple de redressement au dessous de 10 degrés de gite, en raison d'un flottaison plutôt étroite.
Par contre, une fois calé, à 18 degrés, il est très difficile de le faire passer par dessus. le bouchain supérieur fait un "coin" avec un énorme volume de flottabilité.

Sa faible largeur à la flottaison n'est pas la pour aller vite par petit temps (on connait le flegme de ce bateau en dessous de 12 noeuds de vent), mais pour approfondir la coque à volume déterminé, ce qui permet d'obtenir une grande hauteur sous barreaux dans un bateau de 8.50 m et baisser le centre de gravité du lest.

Le pineau (Harlé aussi) a une ligne de bouchain supérieur sous la flottaison.
Il a de ce fait une très importante largeur à la flottaison, permettant une importante charge utile.
Il est également plus raide aux petites angles, mais moins ensuite.

bref, c'est un magnifique exercice de style, dans lequel se mêlent, pèle-mêle :
esthétique,
surface mouillée,
passage dans la mer au près,
raideur à la toile aux petits angles,
raideur à la toile aux grands angles,
hauteur sous barreaux,
avec l'immense contrainte de panneaux qui doivent rester développables ou proches de l'être.

22 fév. 2013
0

"avec l'immense contrainte de panneaux qui doivent rester développables ou proches de l'être."
?
J'avais toujours compris que c'était pour faciliter la construction, en particulier la soudure, que les archis de ces bateaux les concevaient à bouchains. Peu d'amateurs se sont lancés dans la réalisation de coques en acier en forme...

J'ai vécu et participé à la construction d'un Flot 40 de S. Langevin, à double bouchain, je connais un peu.
Une fois partis, nous avons navigué pas mal de conserve avec un Joshua (coque acier en forme, de chantier).
Nous allions sensiblement à la même vitesse, même sur de longs parcours.
En revanche, le Joshua roulait nettement plus au portant. Au mouillage aussi, dès que le vent était un peu fort, il évitait davantage et roulait plus.

22 fév. 2013
0

Pour info

tout le monde connait la fameuse courbe des bras de levier de redressement .

pour un bateau à 1 bouchain on multiplie l'aire de la courbe à 25° par 1.25 et par 1.5 pour deux bouchains. pour tenir compte des angles des bouchains qui empechent le bateau de "rouler"

josé

22 fév. 2013
0

Bonjour paty20,
A voir aussi les RM en CP, multi-bouchains.. Rapides et bien calés à la gite.

22 fév. 2013
0

Les aciers ne sont pas des bateaux de courses mais plutôt ds bateaux de grand voyage.
L'architecte cherche à optimiser performances et réalisation
surtout quand il s'agit de chantier amateur ou que l'on cherche un coût de production pas trop élevé.
(Au départ il faut savoir si l'on veut un bateau de course ou une bateau de voyage que l'on peut surcharger sans trop de risque et si l'on veut un quillard ou un DI).
Caroff écrit que pour une mème base de coque il n'y a pas de différence très sensible en navigation au final entre la réalisation à 2 ou 3 bouchains. 3 bouchains donnent un peu plus d'habitabilité et une forme se rapprochant plus d'une coque en forme mais rajoute de la complexité à la fabrication. Le fond plat est surtout le fait du DI
(j'ai un DI Caroff 3 bouchains, qui a été aussi réalisé à 2 bouchains et en version quillard). .

22 fév. 2013
0

Merci pour les réponses...
Ce que je chercherais, c est un DL Acier de 11 a 12m pour voyager loin et longtemps (retraite) seul ou en couple. Je sais que ce sont des voyageurs et pas des betes de course, mais je veux pas quand meme me trainer.... J adore les Rève d antille mais ce sont des quillards et un peu lourds dans le petit temps .... Pour le moment je penche plutot sur un samba36 ou un JNF 38.... DL plutot qu un intégral pour toujours avoir un embrion de quille et avoir le lest le plus bas possible.

22 fév. 2013
0

Ne rèvez pas trop. Les aciers sont nécessairement un peu lourds, ce qui influe hélas beaucoup sur tout l'équipement, mais de toute façon, les coques en forme ont une vitesse limite, fonction de la longueur. Surtout les bateaux de voyage sont en pratique très souvent surchargés. Attention L'acier (j'ai un acier)est robuste et facilement réparable mais demande un entretien relativement important avec des règles d'anticorrosion à suivre impérativement (entre autre anodes, cablage électrique) . Il faut donc avoir des raisons motivées pour actuellement acheter ce type de bateau.

23 fév. 2013
0

si c'est dans un programme de grand voyage, qu'est-ce qu'un noeud de plus ou de moins ? Bien d'autres considérations entrent - AMHA - en ligne de compte : confort à la mer et au mouillage, volume, espace, capacité de charge, etc..

bonne recherche

22 fév. 2013
0

Les deux bateaux sont d'excellents choix.

le choix est très limité dans les DL en acier.

Les JNF 34 et 38 sont pour moi les deux références, dans leurs tailles respectives.

Un JNF bien aménagé (c'est à dire pas trop lourd) ça marche bien.

Tu trouveras aussi quelques Damien IV acier en DL. Un ami en possédait un. Un bateau très élégant.

22 fév. 201322 fév. 2013
0

Une dérive sur un bateau acier, ça rajoute encore une source de problème et de corrosion à surveiller et entretenir...

Caler 1,00 m (dérive haute) ou 1,80 m, avec un quillard, pour la même longueur de bateau, j'ai toujours pensé que cela ne faisait pas une grande différence pour le programme de nav ou l'endroit où tu vas mouiller. AMHA.

Quant à la vitesse, dans cette taille, ils vont tous à 5 nds, 5,5 nds de moyenne en traversée... c'est toujours le concours du plus grand nain !

23 fév. 201323 fév. 2013
0

Franchement je pense que le DL cumule les inconvénients du dériveur (dérive et problèmes inhérents) et ceux du quillard (échouage sur béquille et peu stable).
Qui à ne pas prendre un DI pour des problème de "lest bas" et volonté d'échouer, je préférai un biquille. Par contre les biquilles modernes sont rare en acier.

Franck.

23 fév. 2013
0

et pourquoi pas un dériveur lesté ,peu de tiran d'eau ,confort au portant ,échouable et carénable echoué .
avec une dérive en bois stratifié et lestée ou en mousse chappée .
dans le genre du dalithe ..
alain

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

… le calme

Après la pluie...

  • 4.5 (72)

… le calme

mars 2021