condamnation snsm

ça craint......

L'équipage
30 jan. 2017
30 jan. 2017
0

A ça craint en effet ,merci pour cette article,

30 jan. 2017
2

Ça va rappeler à certains patrons qu'un remorquage ne consiste pas à passer une remorque et embrayer...............

30 jan. 2017
5

Pas faux, mais ça va aussi rappeler à certains patrons qu'il vaut mieux laisser le bateau à sa place plutôt que de le remorquer pour éviter les plaintes. Si il faut maintenant dévisser tous les planchers avant le remorquage ça risque de devenir compliqué.....

30 jan. 2017
8

Et un de ces 4 , la SNSM va annoncer qu'elle ne s'occupera plus que des personnes , pour les remorquages il faudra faire appel à des sociétès privées.
Suivant le contrat d'assurance , les frais incomberont au proprio .
Il va sans dire que les frais de remorquage seront d'un autre montant que ceux pratiquès par la SNSM .

7

Peut-être que ces coûts plus importants seront le "vrai" coût du remorquage et que, au lieu d'abuser de la "naïveté?gentillesse?exaltation?autre chose?" des bénévoles, on paiera pour ce que ça coûte.

30 jan. 2017
0

Bof il reste 70 % à charge du proprio !!!

La condamnation porte sur le manque d’information, il n'y a pas d'erreur de la Snsm omis le faite d'avoir oublié de dire (ou d'écrire plutôt) Monsieur le proprio si je bouge ton bateau on peut découvrir une fuite sous tes planchers que je ne peux pas contrôler pour l'instant ! Certainement dû ''au feu de l'action''!

Si le propriétaire avait était assuré il n'aurait pas fait de procès (comme d'hab) !

Une foi les occupants en sécurités, il n'y avait plus d'urgence mais l'envie de faire bien et vite pour aider le proprio aura était préjudiciable aux sauveteurs dans cette triste histoire. (a méditer)!
:heu:

30 jan. 201730 jan. 2017
0

"Si le propriétaire avait était assuré il n'aurait pas fait de procès..." mais ce serait peut être l'assureur qui en aurait fait un.

Depuis quelques temps, les pompiers sont de plus en plus souvent mis face à leurs erreurs par les assureurs et ils sont d'ailleurs eux-même assurés pour cela comme, je l'espère pour eux, la SNSM.

0

L'assureur préférera que la SNSM lui rembourse ce qu'il a payé pour le bateau coulé.

30 jan. 2017
0

Improbable que l'assureur porte plainte:
il préfère que la SNSM lui coule un bateau plutôt qu'elle en abandonne quelques dizaines.

30 jan. 201730 jan. 2017
0

Tout cela donne sacrément à réflechir y compris aux généreux donateurs www.lemarin.fr[...]la-snsm

30 jan. 2017
1

Ils ne sont pas responsables du défaut d'assurance chez certains que je sache. Je trouve tout simplement si-dé-rant qu'après avoir engouffré des dizaines de milliers de Brouzouffs dans un rafiot on mégote sur quelques centaines par an ne serait-ce que pour être en règle vis-à-vis des AUTRES, ceux qui mettent la main à la poche pour ne pas se retrouver devant l'alternative suivante en cas de dégât : se retrouver endetté jusqu'au cou ou jouer les filles de l'air, à noter que la dernière option est choisie dans bien 90% des cas......

En ce qui concerne les bénévoles de la SNSM, on est bien content de les trouver dans des conditions météo les plus variées (c'est un euphémisme) pour sauver ne serait-ce que les VIES qui se trouvent à bord :bravo:

30 jan. 2017
0

l'article dit qu'il n'était pas assuré .C'est vrai
Mais comme on a pas tous les éléments peut etre pas assuré pour les dommages causés par le proprio au bateau .
en ce qui concerne la RC ou le reste peut etre que oui.
Pour le reste je suis ok avec toi

30 jan. 2017
9

Certains sont prets à tout pour récupérer de l'argent. Trop facile de faire des "économies" en n'assurant pas son bateau et d'aller après attaquer ceux qui font de leur mieux pour vous rendre service et vous sortir d'un mauvais pas.
Un état d'esprit pas digne d'un marin!
Honte à eux

30 jan. 2017
0

La Kriegsmarine fonctionnait avec des marins. Ils tiraient sur les survivants, à chacun l'idée qu'il veut se faire sur "l'esprit marin" en tout cas c'est aussi tordu que malhonnête et s'ils tenaient à ce point à leur coque de noix ils l'auraient assurée bien comme il faut !

30 jan. 2017
0

Il existe un document de non recours, mais difficile de le faire signer avant intervention......

30 jan. 2017
0

Quand on a les moyens de se payer une barcasse à 100.000 Boules, on a ceux de s'offrir les services d'un "bon" avocat (bien pourri) même si on n'a pas ceux de s'offrir une assurance ad hoc.......

30 jan. 2017
9

Pourquoi qualifier un avocat de "pourri"?
Un avocat est là pour défendre les intérêts de son client et le faire gagner même si la cause est mauvaise. Dans ce dernier cas, s'il trouve les bons arguments et/ou les trous dans la procédures ou si l'avocat adverse n'est pas très bon, il gagnera. Ce n'est pas poua autant qu'il est "pourri"!
Je ne suis pas avocat ni lié à cette corporation, mais je les ai fréquentés à mon corps défendant pendant 30 ans!

30 jan. 2017
2

c'est lamentable ,petit,audessous de tout

mais bien dans l'air du temps .Il est assez habituel que la SNSM soit poursuivi apres un remorquage ,le patron local avait lancé un appel car il cherchait un benevole "juridique" tellement il avait d'affaire à traiter .

quelle tristesse !!!

tous les remorquages finiront par etre traité par le privé ,et alors là bonjour les factures ,il aura interet d'avoir une bonne converture d'assurance ...

30 jan. 2017
3

et puis on réagit face à un article dans un journal sans vraiment avoir d'élements .c'est vrai que présenté ainsi on ne peut que se poser des questions sur des gens procéduriés à qui on sauve la vie et qui chient dans la main de leur sauveteurs.

30 jan. 2017
0

l'assurance est obligatoire pour les voitures, cette obligation devrait l’être également pour les bateaux. . . .
finalement ces personnes ont trouvé le moyen de se faire un peu d'argent. . . mais si leur bateau prenait feu au port, ou bien s'ils esquintaient le bateau d'un voisin? Cela ne serait pas de leur faute bien sur. . .

30 jan. 2017
1

L'assurance RC est obligatoire, c'est tout.
Tu prends une licence FFV est tu es assuré en RC.

Mais la RC ne couvre bien sur pas ton bateau.

L'article est fait dans l'urgence, sans que tous les éléments aient étés pris en compte.
Il faut attendre la suite pour savoir.

30 jan. 201716 juin 2020
30 jan. 2017
3

@Mobilis, merci pour ce document très éclairant !

C'est quand même une vieille histoire qui remonte...

C'est incroyablement gonflé de la part des "plaisanciers" !
Ils se baladent dans une zone interdite à la navigation, s'échouent sur des rochers, se font chercher (bénévolement) pour ne pas se mouiller en nageant vers la côte et devoir marcher ensuite, et après attaquent en justice et gagnent 30 pour cent de la valeur vénale de leur bateau !!!
:lavache:

30 jan. 2017
5

Le plus gênant dans l'affaire, c'est que le jugement les condamne parce qu'"ils étaient débiteurs à l'égard du chef de bord, qui n'est pas un professionnel de la navigation maritime, d'une information sur les risques de voie d'eau du fait de l'échouement sur les rochers"

En clair : le plaisancier est par nature un incompétent incapable de se rendre compte lui-même que son bateau peut être endommagé par des rochers. Drôle de vision de ce qu'est la responsabilité...

30 jan. 2017
5

Je le comprends pas exactement comme ca : la SNSM sur ses opérations d'assistance et de sauvetage des PERSONNES agit bénévolement, dans un cas de force majeure. Dans le cas d'un remorquage, qui est un acte payant, la SNSM n'agit plus comme organisme de sauvetage , mais comme société de remorquage: Il n'y a plus de danger immédiat, elle n'a pas obligation d'intervenir (le fait qu'ils aient les deux casquettes en même temps ne simplifie pas les choses). En tant que société de remorquage, elle a une obligation d'informer ses clients (puisque c'est ce qu'ils sont) du déroulement de l'opération, des risques encourus (puisque, je suppose que par la nature même de l'opération on ne peut pas exiger plus qu'une obligation de moyens), ainsi que du coût de la prestation. C'est ce qui lui est reproché ici. La formulation est mauvaise, mais elle est claire : le tribunal a considéré que le chef de bord ne disposait pas de toutes les informations disponibles au moment de prendre sa décision, et que celle-ci aurait pu être différente le cas échéant. Le fait que ledit chef de bord soit d'une moralité inexistante et un rapace ne change rien, malheureusement...

30 jan. 201730 jan. 2017
1

C'est pas clair... Un peu plus haut, dans l'article, on note que " les juges d'appel ont bien reconnu que la SNSM est intervenue pour une mission d'assistance, et non de remorquage". Mais je pense qu'effectivement, l'article omet de préciser que la nature de l'opération a changé en cours de route.

Mais ça n'empêche que lesdits juges ont quand même rendu un jugement qui ne va pas dans le sens de la responsabilisation du plaisancier, puis qu'il ne pourrait pas se passer d'un avis professionnel pour se rendre compte des risques liés au déséchouement d'un voilier pris sur des rochers... Personnellement, je n'imagine pas qu'une telle opération puisse être sans risques, et je n'imagine pas non plus qu'il appartienne aux sauveteurs de la SNSM de démonter les planchers pour vérifier une - probable - voie d'eau... C'est mon bateau, et mon avis doit compter dans la décision de procéder au remorquage ou pas. Et si je donne mon accord, sachant pertinemment qu'on n'a pas pu ou voulu procéder à des vérifications exhaustives, cet accord doit dédouaner la responsabilité du remorqueur.

30 jan. 2017
0

le bénévolat à 600€ l'intervention ? vous comprenez mal

30 jan. 201730 jan. 2017
0

Ils étaient 8 à bord et pas un seul pour s'assurer qu'il n'y avait pas de voie d'eau. Allons donc...

30 jan. 2017
2

rien à dire on est dans le triangle faute / préjudice / causalité !
tirer un bateau qui est échoué au Batéguier par beau temps n'est pas une urgence, il faut comme avant tout déséchouage vérifier l'absence de voie d'eau ce qui d'après l'expertise n'a pas été fait totalement (faute)
il a coulé (préjudice)
à cause du remorquage ...
je suis chirurgien hospitalier et je m'apprête à aller réparer un fémur cassé, en cas de dommage du à une mauvaise prise en charge je suis évidemment prêt à en assurer la responsabilité pénale et l'assurance de mon hôpital la responsabilité civile, aider son prochain, bénévolement ou non ne met pas au dessus de la loi ...
les bénévoles de la croix rouge, de la protection civile, de la SNSM sont aussi exposés à voir leur responsabilité mise en oeuvre
en l'occurence la SNSM n'intervenait que pour un problème matériel, les passagers avaient pied et étaient à 100 m de la côte ...

30 jan. 2017
0

100m à la nage c'est loin. Et puis, ils n'avaient qu'à ne pas appeler. Et qu'il y ait remorquage ou non de prévu, s'assurer qu'il n'y avait pas de voie d'eau à bord. C'est bien le moins après une collision avec 7 pékins à son bord........

30 jan. 2017
0

Le Batéguier, Iles Ste Marguerite
Balisé correctement 0.80 m d'eau
Inutile de nager pour rejoindre le bord
Chaque année, des distraits, des je sais tout, des Locations à la journée montent sur les hauts fonds du Batéguier
Heureusement que tous ne portent pas plainte contre la SNSM !!!

30 jan. 2017
13

bonjour,
je n'aime pas cette discrimination entre les pro et les amateurs ....
quand on va sur l'eau on doit savoir ce que l'on fait ou bien on reste couché sous un pommier ..
que la snsm intervienne c'est très bien ,qu'on lui cherche des poux dans la tête après ,ça l'est moins ,évidement les juges sont partis sur le fond et pas sur la forme et on écouté le baveux qui à plaidé dans un domaine qui leur est complètement étranger .
ces affaires devraient être jugées devant un tribunal maritime avec des magistrats compétents ,ce qui n'a pas été le cas .
j'espère qu'elle va aller en appel et qu'ils seront déboutés .
cet été je me suis fait remorquer sur les étangs de gruissan suite à un
échouage ou ment à l'issue de mon plein gré ,j'ai payé et je les en remercie encore ..
alain

30 jan. 2017
0

C'est déjà un jugement d'appel... Il ne reste donc que la cassation sur la forme, puis un nouveau et dernier jugement d'appel.

30 jan. 2017
0

j'ai voulu écrire à l'insu de mon plein gré
alain

30 jan. 2017
1

En droit il n'y a pas grand chose a dire, le jugement parait equilibre.
En ethique il y a tout a dire: bassesse, incompetence et esprit de lucre sont les guides de nombre de gros malins tous tres fiers de leurs rapaceries. J'en ai fait les frais il y a dix ans, je connais...

30 jan. 2017
0

Le problème c'est quand le Droit donne raison à la bassesse, pour moi ce n'est plus du droit mais de la finasserie......

30 jan. 2017
3

le droit ce n'est pas de la morale. Sinon je ne ressens que dégout devant un imbécile incompétent et plaideur qui traine en justice des volontaires prêts à se lever la nuit et risquer leurs vies par force 9 pour sauver des plaisanciers
le chef de la vedette aurait du faire signer une décharge de responsabilité
de toutes manières c'est risqué de déséchouer une vedette lamentablement échouée par beau temps sur les cailloux

30 jan. 2017
0

d'accord sur le fait qu'on mélange les genres avec les mêmes personnes pour le sauvetage des vies humaines et le nettoyage du récif des épaves laissés par des irresponsables

30 jan. 2017
0

Dans un contrat normal, équilibré, les deux parties mettent en commun leurs compétences pour aboutir à un projet. En l'occurence, la CA evoque plutôt un contrat d'adhésion, où la SNSM serait le seul sachant, et le plaisancier un imbécile qui ne peut que signer et fermer sa gueule, ou ne pas signer et fermer sa gueule quand même... C'est ça qui ne va pas. Pour le reste, la SNSM agit bénévolement quand il s'agit de secourir l'équipage, et commercialement quand il s'agit de remorquer le bateau. Et en principe, les deux aspects - bénévolat et contrat - de la relation proposée sont clairs. Il n'y a aucune raison objective pour que ce ne soit pas les mêmes personnes - qui disposent (en principe, mais il y a des exceptions) de la compétence nécessaire - qui soient aptes à assurer ces deux aspects d'une même mission.

2

Il n'y a pas de rapport direct entre Droit et morale.

Par respect du Droit, les magistrats peuvent être amenés à libérer des criminels amoraux au motif qu'un détail de procédure ne respecte pas le Droit et c'est immoral.

Par respect du Droit, on met en prison des personnes qui ont tué pour défendre leur vie ou par pitié face à la souffrance de proches et ça aussi c'est immoral.

Le Droit n'est ni moral ni amoral : c'est le Droit.

30 jan. 201730 jan. 2017
1

Ce n'est pas la justice qui est imparfaite mais la morale.

La justice s'applique à tous de la même manière alors que la morale est individuelle.

La justice est toujours juste. En revanche cette justice "commune" n'est pas nécessairement raccord avec la morale de chacun.

0

Mais c'est précisément parce que la justice prend en compte la perspective de la personne, de ses motivations, des circonstances pour évaluer les faits qu'elle est juste.

Maintenant, effectivement, certains avocats sont des brèmes (j'en connais) et d'autres sont compétents (j'en connais aussi) et si la perspective présentée pour apprécier les faits est mauvaise, le jugement sera faussé (tu remarqueras que je ne précise pas qui des deux a présenté la mauvaise perspective...).

31 jan. 2017
0

En philo du droit, on rappelle toujours qu'une "chose n'est juste ou injuste que d'un certain point de vue". Il ne peut y avoir d'objectivité en la matière.

30 jan. 201730 jan. 2017
0

La justice ne se donne pas aux plus offrant. En revanche, il est probable que ceux qui ont beaucoup auront les moyens de s'entourer des conseils qui leur permettront de mieux se défendre.

Pour rester dans le nautisme, un navigateur qualifié sur un petit navire sans équipement sera beaucoup plus désarmé devant une tempête qu'un navigateur de qualité équivalente navigant à bord d'un énorme yacht avec équipage et équipement qui va bien. De là à en déduire que la météo se donne aux plus offrants...

Je peux te garantir que des petits savent aussi très bien se défendre quand ils s'y intéressent un peu.

La justice est parfaite dans son exécution. Il y a tellement de garde-fou que la moindre erreur sera en mesure d'être utilisée contre elle.
Ce sont les justiciables qui, eux, n'ont pas toujours les moyens de disposer des bons conseils au bon moment.

31 jan. 2017
2

Je croyais que c'était de François Fillon.....

30 jan. 2017
0

Désolé pour la confusion, c'est le rhum :alavotre:

0

C'est ton opinion.

31 jan. 2017
0

Le droit n'est pas, par essence vertueux. La vertu étant une notion forcément individuelle.
L'idéal est qu'il rencontre la morale ou la vertu d'une majorité même si, il n'est en fait que l'expression du pouvoir en place.
.
Au final, le droit a un objectif : celui de régir les rapports entre les humains en essayant qu'ils évitent de régler leurs différends en se tapant dessus. Et en rapport avec cet objectif là, depuis que l'être humain s'organise en société, l'évolution globale n'est pas si mauvaise.

30 jan. 201730 jan. 2017
5

Ce qu'a relevé la Cour d'appel, c'est que, pour ce qui concerne le remorquage, il ne s'agit plus de "volontaires prêts à se lever la nuit et risquer leurs vies par force 9 pour sauver des plaisanciers" (tu oublies de dire gratuitement) mais de prestataires de service qui se font payer pour cette prestation et ça : ça change tout.

On ne peut pas raisonner de la même façon quand il s'agit d'un rapport "je t'aide, tu m'aides" gracieux et quand il s'agit d'une transaction commerciale.
Dans ce dernier cas, on parle de pognon, de contrat et d'obligation et plus de gentillesse "si tous les gars du monde".

Ce mélange des genres est insupportable et je persiste à penser que, comme dans le monde du sauvetage à terre, le bénévolat (quels qu'en soient les motifs pour ceux qui s'y prêtent) n'est plus adapté à la réalité de ses clients.

Je trouve choquant que des mecs pensent apporter une entraide confraternelle à des gugusses (nous tous) qui se complaisent à bénéficier d'un service de garderie tout en refusant d'en payer le prix.

Si la SNSM était payante, le gars n'aurait peut être pas appelé.
Si il avait appelé, le contrat aurait été clair d'emblée et il n'y aurait pas cette dégoulinade absurde de bons sentiments sur un sujet purement matériel.

30 jan. 2017
0

C'est surtout risqué de sauver certains types d'individus. Quand le Droit n'es plus guidé par le sens moral ce n'est plus du droit mais la loi du plus malin, j'ai peut-être cité Voltaire ou Rousseau sans le savoir en tout cas c'est ce que j'en pense 200 ans après eux......

30 jan. 2017
0

Ce que dit confusément Manillon, c'est que la création du droit est inspirée (ou inspiratrice) de morale. Par contre, tu as raison : son application doit être totalement dé-moralisée.

N'empêche que les magistrats restent des humains, pour lesquels la morale joue un rôle qu'ils le veillent ou non. Ca fait partie de l'imperfection de la justice, dont il ne faut jamais attendre une véritable justice. Tout juste une transaction mal fagotée qui tente de limiter les pertes pour les deux parties...

30 jan. 2017
0

Non, elle peut être objectivement injuste, quand par exemple, dans le même procès (donc les même juges) elle condamne quelqu'un pour un délit à l'encontre d'une personne mais l'acquitte pour le même délit commis à l'encontre d'une autre, tout simplement parce que l'une a présenté sa défense de façon catastrophique, alors que l'autre l'a joué finement. Les faits établis étaient pourtant rigoureusement identiques...

30 jan. 2017
1

La Justice est aussi parfaite que le Pape, ben voyons. Je dirais que c'est une grosse p... qui se donne au plus offrant, plutôt !

31 jan. 2017
2

De plus, le justice est là pour trancher des situations et circonstances particulières en application de la Loi. Elle n'est pas là pour (r)établir un équilibre social en fonction de mérites et/ou de besoins. Ces équilibres là, ils sont du ressort du choix politique (et donc de l'électeur in fine).
L'institution judiciaire ne peut se concevoir comme un Robin des Bois ; sinon elle prendrait une position militante et politique qui n'est pas son rôle.
.
Dans le cas présent, ce n'est pas parce la SNSM est constituée de beaucoup de bénévoles méritants qu'elle est affranchie de toute obligation (surtout dans une opération commerciale se voulant professionnelle) et ce, même à l'égard d'un "nanti" propriétaire d'un bateau qui ne navigue que pour son plaisir.
Le fait d'être incontestablement "de braves garçons" n'efface pas tout sens de la responsabilité de l'institution dans la bonne exécution de ses missions. Cet élément joue bien entendu dans l'appréciation tout comme joue le manque d'alternative possible dont disposait le propriétaire dans les ciconstances données.
Ici, la SNSM agissait comme l'aurait fait un dépanneur au bord de la route : c'est à dire dans le cadre d'un contrat (probablement mal torché).

31 jan. 2017
0

Ce qui est chiant dans la morale, c'est que c'est toujours la morale des autres (Léo Ferré). :heu:

31 jan. 2017
0

Non mais là, il risque d'y avoir du monde au portillon, on risque de refuser du monde :-p
Pascal :alavotre:

30 jan. 2017
0

Si j'en crois ta définition le Droit c'est de la m...

30 jan. 2017
2

hello
la pointe bateguier , c est sur st marguerite a 1,4 miles de l entée du port...........
pour se planter la, c est un classique de la zone
je jour dit (météo france) pétole
la prochaine fois, qu ils laissent le fer a repasser ( c en est un) sur las cailloux
avec la faune fricos de cannes, ca n a pas l air rentable de vouloir jouer "remorques"
c est pas la bretagne.........
c est malheureux pour l institution mais cela donnera matiere a reflexion a d autres patrons avant que de se lancer dans ce genre de manip
ceci dit j ai un profond respect pour les equipages et le travail réalisé, mais la, ils auraient du appeler la police municipale et leur refiler le bebe
loulou

30 jan. 2017
3

D'ici à ce qu'on apprenne qu'il y avait le clan Fillon à bord, on n'a pas fini de se marrer :-D

30 jan. 201730 jan. 2017
4

Là, Manillon, tu as manqué une belle occasion de ne pas être lourd! :doc:
et un modo qui lui met une étoile !

30 jan. 2017
0

Excuses aux modos, je me suis trompé!

30 jan. 2017
0

Pas d'étoile de la part d'un modo sur le poste de manillon.

30 jan. 2017
4

La SNSM est gratuite et bénévole pour le sauvetage des personnes. Elle ne l'est pas pour l'assistance aux biens, et bien que je partage pas ses conclusions, Nemo le grisé à raison: ca change tout.

Le problème, c'est de combiner les deux. Que nous disposions en france d'un service gratuit de secours, c'est tout à fait noble, mais la ou les choses se compliquent, c'est quand dans la foulée, elle propose un service commercial.
Si la SNSM était rentrée au port avec les margoulins en question, et les avait envoyé vers une boite spécialisée en remorquage en mer, les avis qu'on peut lire ici seraient sans doute bien differents. Tout le monde admettrait bien volontiers que le professionnel en question à une part de responsabilité (estimée ici à 30% du prix du bateau par le tribunal), et qu'il pouvait bien en discuter avec les clients avant d'engager l'opération, et qu'il n'avait qu'a lui faire signer... blabla.
Sauf qu'ici, je suppose que la SNSM, dont c'est une source de revenus non négligeable, a dû proposer le remorquage dans la foulée du sauvetage, troquant donc sa casquette de sauveteur bénévole pour celle du professionnel du remorquage en mer (que le bonhomme soit bénévole ou non ca ne change rien, la prestation est payante auprès de la snsm, et c'est la snsm qui en endosse la responsabilité, par le biais de ses bénévoles ou non) qui propose un service, alors meme que les hommes engagés dans l'opération et le matériel lui ne changeait pas.
Le tribunal n'a pas trouvé à redire sur l'opération de sauvetage, et si le bateau avait été endommagé lors de ce sauvetage, la décision du tribunal aurait sans doute été bien differente.
Ici, ce n'est pas la SNSM bénévole et altruiste qui a été jugée (et condamnée) mais bien la société commerciale de remorquage. Elle l'a été comme n'importe quelle autre l'aurait été, alors oui ca fait du mal quand c'est un organisme pour lequel on a du respect de la sympathie, mais la décision du tribunal n'est pas choquante, elle ne remet pas en cause les missions de la SNSM ni le dévouement de ses bénévoles, elle vient juste rappeler que dès lors que l'on propose une prestation professionnelle, on endosse aussi la responsabilité qui va avec.

30 jan. 2017
3

sauf que si le remorquage avait été effectué par une entreprise privé le coût serait complètement différent.
la facturation d'un remorquage snsm ne suffit même pas à combler le coût materiel et gas oil (sans même parler du poste salaire puisqu'il n'y en a pas)

30 jan. 2017
0

ben si, à prestation et bateau identique toutes les stations ont le même tarif (confirmé par ton document)

0

C'est effectivement totalement anormal qu'un service soit payé moins cher que ce qu'il vaut (j'ai bien dit "vaut" et non pas "coûte") sous prétexte qu'il exploite des bénévoles à peine dédommagés et du matériel sans coût comptable.

Se lancer à vil prix, sans aucune conscience du risque engagé (risque financier et judiciaire) dans le commerce de prestations pour lesquelles ils sont incompétents (dans le sens pas formé aux réalités commerciales) est absurde.

Encore une fois, si retirer son épave des kayoux était devisé à 20000 €
je suis persuadé que le gars aurait été soit plus prudent soit plus ingénieux.

Ce qui est gratuit ne vaut rien.

30 jan. 2017
0

C'est pas vraiment la question. Le coût de l'opération n'entre pas en ligne de compte, il suffit que ce soit une prestation commerciale. En schematisant, c'est pas parce que tu payes pas cher que tu dois te contenter d'un boulot de sagouin (sans préjuger ce qui s'est passé ici, c'est finalement sans importance). Si mon garagiste me facture 10€/h mais me torpille ma bagnole, il ne pourra pas se réfugier derrière "ah mais oui, mais à ce prix la, je perds de l'argent moi, alors joker, j'y suis pour rien". Le tribunal n'est pas la pour décider si la SNSM facture assez cher ou pas, ou si le mec en a finalement eu pour son argent, ce n'est meme pas mentionné, mais pour définir les responsabilités de chacun.

On peut par ailleurs disserter sur combien il est immoral de poursuivre une institution qui vient de te sauver, et qui va facturer son remorquage à perte (mais la sortie sera comparativement moins à perte que s'ils laissent le bateau sur place, c'est une facon de couvrir un peu leurs frais) alors meme que l'on sait pertinemment , meme sans se le faire expliquer, les risques d'une telle opération, mais ce n'était pas le theme de ce proces, et heureusement, le droit et la morale, ca fait pas forcement bon ménage en société...

30 jan. 201730 jan. 2017
0

Es-tu sûr de ce que tu dis ?

www.appcamaret.fr[...]NSM.pdf

Toutes les stations n'ont pas les mêmes tarifs

Cela s'adressait à adav29

30 jan. 2017
0

la snsm c'est alignée sur les entreprises privées ,suite à une plainte de leur part pour concurrence déloyale.
j'ai payé 340€ pour 10mn de remorquage ,ce que m'aurait pris un privé
j'ai vu leur tarif en fonction de la taille et du temps employé ,c'est le même que dans le privé ..
alain

0

Dans ce cas, leurs obligations sont les mêmes.
J'espère qu'à ce prix là les gars sont payés comme le seraient les dépanneurs.

30 jan. 2017
0

ça doit pas être pareil partout alors (je parle pas du coût horaire, identique partout en france, mais de la manière de l'appliquer).
Et dix minutes de remorquage ça représente quelques heures effectives ( départ et retour jusqu'à la station que tu peux rajouter à tes dix minutes).
Sans mettre ta parole en doute j'ai du mal à croire qu'une entreprise privée ne t'aurait pris que 340 € ttc (soit 283 € ht) pour deux heures de taff , matériel, gas oil et charges comprises

30 jan. 2017
3

moins on a a faire a des tiers moins on n'a d'embrouilles,,

30 jan. 201730 jan. 2017
0

Du moment qu'ils sont payé pour sauver "le materiel" ils sont toujours volontaires mais plus benevoles, dans tous les cas, rémunerées ou non nos actions entrainent notre responsabilité. Si je casse le bateau d'un copain en voulant lui filer un coup de lain je ne lui dirais pas "t'avais qu'a pas m’appeler" je prendrais garde a ne abimer puis si dommages il y a je les assumerai

30 jan. 2017
0

Exactement un contrat est constitué par deux partie ou plusieurs et prévoit une prestation et une contreprestation.
Le fait que ce soit à titre gratuit ça n'a aucune incidence.
Je te remorque parce que j'ai les compétences.
Comme tu dis les actions entrainent des responsabilités et des conséquences.
Dieu merci.

30 jan. 2017
0

fais du bien à bertrand, il te le rend en...chiant.

30 jan. 2017
0

2 exemples qui me laissent des interrogations :
1) un remorquage de voilier effectué par la SNSM de Bandol sur 1 à 2 milles environ, cause panne de moteur ; il y avait du vent et je ne sais pourquoi ce voilier n'a pas gagné par lui-même l'entrée du port. J’étais sur la zone, j'ai tout suivi de visu et par VHF, puis je suis allé également m'amarrer à Bandol où j'ai pris des nouvelles. Le remorquage (3h environ en tout) lui a été facturé... 6000 €. L'assurance avait donné son accord. Est-ce l’échelle de prix normale ?
2) un voilier échoué sur le sable en Grèce, qui a appelé à l'aide. C'était loin de tout, aucun port ni centre de secours à proximité et personne ne répondait à ses appels (en français !). Je suis allé le sortir très conscient des risques mais j'ai estimé que je devais le faire. La manœuvre n'a pas été facile mais a réussi. Ai-je été léger ou inconscient ...?

30 jan. 2017
5

ni léger, ni inconscient, simplement marin solidaire :pouce: :bravo:

0

Léger ou inconscient ou non, tout dépend de l'accord que vous avez pris avant.

Si il est convenu qu'advienne que pourra et que vous faites comme vous pouvez et tant pis pour les éventuels dommages : c'est, comme le dit Papy-boom, de la solidarité.

En revanche, si tu ne connais pas le gars et si tu t'es contenté de lui passer une remorque...

Mon chien, qui n'aime pas naviguer, ne profiterait pas de la situation en cas de problème. Un homme, en revanche...

30 jan. 2017
0

@ shrubb: le tarif est de 690 € pour remorquer un plus de 12m avec un canot tout temps (voir doc de bruno 972 plus haut); donc 3h à 690 € ça fait 2070 €, pas 6000 €.......à moins d’être de Marseille :heu:

30 jan. 2017
1

Moralité (!?) :
Il y a des gus plus compétents au tribunal qu' à la barre d' un voilier.

30 jan. 2017
7

Moi j'en retire une analyse .

Il vaut mieux avoir un terrain de gardiennage, que remorquer un rafiot, c'est moins risqué et plus juteux . :heu:

Moi j'ai une petite histoire de pompier.
Quand j'étais jeune, il y a 3-4 mois, il y a eu un incendie dans l’immeuble collé au mien. Les pompiers sont passé par ma fenêtre, pour aller éteindre l'incendie.
Quand tout a été terminé, mon proprio est passé et a remarqué que la moquette était flinguée, ce qui était vrai bien sûr. Mon assurance ne m'a pas remboursé vu que je n'avais qu'à refuser qu'ils passent par là et le proprio me l'a facturé, ça m'avait couté mes 2 mois de caution à l'époque, en franc.
Pour me faire rembourser il fallait que je porte plainte contre les pompiers, mais j’étais pompier volontaire !

Du coup, je me suis mis à boire, comme quoi :-p :-D

Pascal :alavotre:

0

A première vue, la préjudice que tu as subi est consécutif à l'intervention des pompiers pour éteindre un incendie.

Ce préjudice fait donc partie des conséquences de l'incendie et aurait pu/du être supporté par le voisin comme toutes les autres conséquences. Tu es un tiers lésé au même titre que la copropriété de son immeuble ou le voisin qui a eu son appartement enfumé.

Éventuellement, son assureur, si il juge que les pompiers ont commis une bêtise, pourra effectivement mettre en cause les pompiers.

sur ce coup là, soit tu ne dis pas tout soit ton assureur a été à côté de la plaque en ne te donnant pas la bonne information.

Pour finir sur cette réponse, un détail : passer sous silence une faute sous prétexte d'esprit de corps c'est une connerie. J'imagine que, ce faisant, tu imagines que, le jour où ce sera toi qui fera la faute, tu seras couvert et tu n'auras pas à en assumer les conséquences et que donc commettre une faute n'est pas si grave que ça, etc.

C'est précisément pour ça que, lorsque des pompiers font une faute ils sont poursuivis et que leur attitude "grande muette" les dessert de plus en plus souvent.

0

Non, ce ne serait pas à ton proprio de s'en occuper mais à toi.

Pour les cons, je fais dresseur : c'est souvent eux qui pleurent...
Pour ça, il faut aussi des valeurs mais les miennes ne consistent pas à camoufler par esprit de corps mais à afficher sincérité, franchise et honnêteté.

C'est d'ailleurs souvent pour cela que je suis grisé : l'important n'est pas d'avoir raison mais d'arriver à se le faire pardonner...

30 jan. 2017
0

Tu sais Némo, j'avais un peu plus de 20 ans à l'époque, gentil, pas méchant pour un ron, un honnête gamin en quelque sorte...
Mais pour être franc qu'aurais-je fait aujourd'hui ?
Une explication avec mon proprio, c'était plus à lui qu'à moi de se démerder, et finalement ça m'aurait certainement couté plus cher, je suis un peu moins timide aujourd'hui! :heu: et bâti différemment, plus sexy bien entendu :-D
Mais pour le coup que ce soit hier ou aujourd'hui, il y a des trucs que je ne pourrais pas faire même si c'était mon droit, à mon age, on a encore quelques valeurs qui restent ancrées, même si c'est plus à la mode, je préfère le vie à vie, c'est bien souvent plus productif, mais bon, quand tu tombes sur un con, des fois tu pleures... :tesur: :-p
Pascal :alavotre: :alavotre:

30 jan. 2017
0

Non non, pour moi, c'est le proprio, bien sûr, le feu éteint, il n'a pas gagné son appart, c'est juste à ça que je pensai, mais tu ne pouvais pas le savoir c'est moi qui y étais .
En passant par les greniers ils avaient accès à la cage d'escalier par le haut et éviter l'embrasement général ...
Au pire l'assurance, mais en tout cas, pas moi, mais j'étais jeune, beau et con ...comme aujourd'hui.... :heu: :whaou:
Pascal :alavotre:

30 jan. 2017
0

lamentable,c'est le chien qui mord la main qui le nourri.

30 jan. 2017
1

Merci pour vos réponses. Pour le remorquage à Bandol, j'ai bien vu les tarifs et c'était effectivement ce qui aurait dû s'appliquer mais... la vedette "normale" n'était pas disponible et il a fallu sortir la grosse vedette, tarif double environ... c'est ce qu'on m'a dit ! :oups:
Pour mon sauvetage en Grèce, je ne connaissais pas le gars qui était à bout et un peu affolé, je ne lui ai pas passé de remorque mais j'ai pris la sienne (j'avais quand même un semblant de prudence !), difficile de négocier quoi que ce soit, l'eau était agitée, 25kt de vent, il gîtait dangereusement en enfonçant sa quille, il y avait urgence. Un anglais sur son annexe nous a aussi aidés et personne ne s'est posé trop de questions. Difficile de raisonner sur un plan juridique à ce moment, même si on y pense.

0

L'enfer est pavé de bonnes intentions.
:litjournal:

30 jan. 2017
1

Le tarif que je t'ai donné c'est la grosse vedette ( le canot tout temps, alias ctt pour les intimes), donc le plus cher ;)

31 jan. 2017
0

salut olivier
vous avez eu de la chance sur ce coup la, en grece c est tres codifié et reglementé l assistance
les cost gards se permettent de mettre en quarantaine a quai un bateau qui a "touché" jusqu a production d un document d expert spécifiant l état du bateau......
suite a un appel a la vhf, ils arrivent pour "enquete" et c est le début du folklore
d expérience, il faut leur accord avant que de porter assistance, et ils ont réparti les zones connues de risque d échouage entre quelques locaux qui on le "marché"
loulou

31 jan. 2017
0

Et bien malheureusement oui, tu es tout autant exposé, même en rendant service ! :tesur:
Pascal :alavotre:

31 jan. 2017
0

Oui Jean-Loup, je ne connais pas ces détails mais je pouvais les imaginer. J'ai bien vu les risques au moment de cet appel mais je ne me voyais pas me défiler. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que j'ai pris quelqu'un en remorque, je suis en plus récidiviste ! :policier:
Après, je suis moins exposé que la SNSM s'il y a matière à poursuites...

30 jan. 2017
0

Solidarité avec la SNSM.
Ils ont déjà subi des procès par des professionnels de remorquage en mer. Son ancien Président avait démissionné.
Comme dans tous les domaines, 99% des gens honnêtes et qui prennent toutes le précautions subissent les retombées du 1% de profiteurs qui s'en foutent de tout, font n'importe quoi et ensuite tentent tout ce qu'ils peuvent pour tourner la situation à leur avantage. Dégoutant

31 jan. 2017
2

ça dépend du point de vue.
Les professionnels de l'assistance te diront qu'il est malhonnête pour une association de faire travailler ses bénévoles pour rien pour exercer une activité tarifiée alors qu'eux doivent supporter salaires et charges. Et les salariés de ces entreprises te diront que c'est ça qui leur permet de nourrir leur famille. Pour eux, c'est juste.
De l'autre la SNSM, en facturant ses opérations d'assistance, peut amortir plus facilement son matériel qui sert essentiellement au sauvetage (que ne font pas les pros de l'assistance). Pour la SNSM, c'est cela qui est juste.

30 jan. 2017
0

Etre honnete n'a jamais été rentable...

30 jan. 2017
0

Ne pas l'être ne l'est pas toujours non plus François ! :heu:
Pascal :alavotre:

31 jan. 2017
1

Faux. Je connais plusieurs mécanos, voiliers, accastilleurs, qui sont honnêtes et dont les affaires marchent bien. Certains ont même de belles décennies de carrière au compteur.......

31 jan. 2017
0

il me semble que dans cette affaire, le problème vient du fait que tout le monde a fait confiance à l'autre (par hâte d'en finir)

le « plaisancier » s'est dit que si la SNSM le tirait, c'est qu'ils savent qu'ils peuvent le faire sans risque. Ce sont des pro.

La SNSM s'est dit, si le « plaisancier » ne dit pas qu'il a une voie d'eau, c'est qu'il n'en a pas, pas la peine de mettre une pompe pour le remorquage.

31 jan. 2017
1

Si j'ai bien tout lu, l'équipe de la SNSM a mis à bord une pompe, par précaution, mais cette dernière s'est révélée insuffisante pour étaler la voie d'eau.

31 jan. 2017
7

allez je m'en mêle
moi je dis merci et paie ma cotis à la snsm cf. sauvetage en mer.
moi si je suis en panne parce que je suis con, exemple plus de fuel, et que la snms doit me remorquer, je paie et je ferme ma gueule parce que dans un tel cas je suis vraiment un gros con, c'était a moi de prévoir
moi si je tombe en panne que je ne pouvais prévoir, ca arrive même avec un bon entretien, que la snsm vient me chercher, je paie, dis merci et contacte mon assurance pour remboursement cf assistance
moi si je crasch mon bateau sur un rocher parce que je suis un gros con, et que la snsm vient me chercher, je paie ferme ma gueule et regarde avec l'assurance par la suite

après deux choses.
premièrement oui, la snsm aurait certainement mieux du contrôler cf. trou dans la coque après un choc
deuxièmement, si j'ai pas les moyens d'assurer correctement un tel bateau, et bien j'en achète un plus petit et l'assure correctement. Je ne peux comprendre de ne pas avoir 'assurance correcte

31 jan. 2017
0

Bonjour,
Non ça ne craint pas... c'est tout à fait normal, il faut assumer...
Je remercie la justice pour cette décision au combien pertinente et juste... Par ailleurs, vivement l'Ubérisation du secours en mer... ou le déploiement d'un secours en mer professionnel...
La SNSM est au secours en mer ce que le volontariat est aux sapeurs pompiers...

31 jan. 2017
5

Quand vous serez en train de couler et que les secours vous demanderons d'abord le numero de votre CB pour venir vous chercher et vous ferons payer l'integralité des frais (helico , équipage, gazoil, personnel de coordination des secours) on verra si vous etes toujours pour "l'uberisation" et la privatisation des secours.
Le bénévolat et le volontariat n'exclue pas le professionalisme, heureusement que les sapeurs pompiers volontaires existent, ils n'en sont pas moins professionel au sens des compétences.
Si vous pensez que cette évolution est souhaitable et que les assurances prendront tout en charge, oui certains contrats le proposerons mais à quel prix ?
Et une fois remboursé vous ne trouverez plus aucune assurance.

31 jan. 2017
1

Avoir une entité de secours gratuite à l'usage n'implique pas forcement que ce soit assuré par des bénévoles. De meme que le fait que ce soit assuré par une boite privée n'implique pas forcement que ce soit payant à l'usage. (J'insiste sur le "a l'usage" car il y a toujours quelqu'un qui paye...)
Par exemple, je ne crois pas qu'on te demande ta carte bleue avant de t'embarquer dans une ambulance du SAMU ni lorsque tu arrives aux urgences. Pourtant, personne la dedans n'est bénévole. Si pour une raison X ou Y, tu es en plus emmené aux urgences d'une clinique privée, on ne te demandera pas ta carte bleue non plus...

31 jan. 2017
0

cela est vrai en medecine car nous avons la chance d'avoir la Securité sociale , va dans certains pays et tu verras si l'on te demande pas la carte bleue avant de t'opérer

31 jan. 2017
0

Il y a des pays européens où le remorquage est privé, un véritable business dans les zones pièges, les plaisanciers parviennent quand même à assurer leurs voiliers.
A noter que ces plaisanciers sont un peu plus marins et responsables que les français................

31 jan. 2017
1

Je ne suis qu'un irresponsable qui dans une autre vie appuyait sur le bouton pour rappeler l'équipage SNSM, passait la remorque au neuneu de plaisancier qui faisait 2 demi-clé sur un taquet en alu tenu par 2 vis de 4, et qui a navigué des dizaines de milliers de miles en Manche/Mer du Nord.
Alors oui, j'ai une petite idée du comportement du plaisancier français.

31 jan. 2017
0

Les patrons sont payés à la Rnli

31 jan. 201731 jan. 2017
0

"A noter que ces plaisanciers sont un peu plus marins et responsables que les français........"
J'imagine que tu ne ne fais pas parti des irresponsables Thorlak ;-) merci pour les autres :heu:
pascal :alavotre:

31 jan. 2017
0

M'enfin, je te l'ai précisé Thorlak, tu es parrrrrfait, d'ailleurs tu dois être le seul, donc merci pour les autres... :cheri: :cheri:
Pascal :pouce: :alavotre:

31 jan. 2017
0

Dans tous les cas, le sauvetage et/ou assistance sont coordonnés par le MRCC (Maritime Rescue and co-ordination centres), en France les CROSS, en UK, les Coast Guards, en Belgique le MRCC Ostend par exemple).
C'est le MRCC qui définit ensuite les moyens à engager. Il est possible que ce soient des moyens privés pour l'assistance dans certains pays, mais je l'ignore.
En UK que je connais bien, les Coast Guards font intervenir systématiquement le RNLI, équivalent britannique de notre SNSM, avec la même organisation basée sur des bénévoles qui quittent à toute heure leur travail ou leur lit douillet en cas d'appel. Dans ce pays, les interventions d'assistance y compris remorquage ne font pas l'objet d'une facturation. Il est vrai que le budget de la RNLI est largement supérieur à celui de la SNSM car de l'autre côté, tout ce qui flotte cotise, contre quelques modestes % chez nous. Par ailleurs, tradition britannique, la RNLI reçoit de nombreux dons et legs.

0

c'est peut être que l'affichage des vrais coûts rend un peu plus "responsable"...

Qu'il s'agisse des secours ou du coût de la médecine.
:litjournal:

0

Ce que tu es en train de dire est ni plus ni moins que tu es conscient du fait que tu profites de la couverture des secours (que ces secours soient utilisés ou non) et que tu bénéficies à vil prix d'un service qui vaut la peau des fesses en exploitant les bénévoles (ou leurs motivations pour intervenir) et les fonds collectifs.

C'est simplement dégueulasse.

Les assurances prendront en charge ce que prévoit les contrats et si les assurances doivent pour cela coûter ce qu'elles valent réellement, où est le problème?

31 jan. 2017
0

ATCFrog, la comparaison avec le systeme de santé ne tiens pas. Il y a un payeur qui s'appel la secu financé par nos cotisations sociales.
Le fait que les usagers ne payent pas ou tellement peu abouti d'ailleurs à quelques excès.
J'imagine mal un systeme ou chaque plaisancier et marin pro cotiserait pour financer un systeme de secours accessible a tout le monde et dans tous les pays du monde

31 jan. 2017
0

"J'imagine mal un systeme ou chaque plaisancier et marin pro cotiserait pour financer un systeme de secours accessible a tout le monde et dans tous les pays du monde"
Globalement, à l'échelle du monde, tu as raison.
Mais, dans nos contrées, ça s'appelle "l'assurance" qui est une mutualisation du risque... mais évidemment, le critère pour en bénéficier est qu'il faut être assuré...

31 jan. 2017
0

Cette histoire met en lumière le problème actuel et sérieux, de la SNSM.
Je me souviens avoir discuté avec un responsable SNSM qui était venu nous en causer lors d’un passage de permis à Cherbourg, il y a 1 1/2 an.
D’une part elle se heurte à des problèmes de trésorerie importants : baisse du financement des collectivités locales - y a plus de pognon.
Heureusement qu’il y a les sponsors (TOTAL le principal), et les dons, et je crois que l’état a mis une petite rallonge pour lui éviter de couler.
Les prestations de remorquage sont donc pour eux une certaine manière de renflouer les caisses, qui sont vides.
Le responsable en question me disait les évolutions qui imposaient une professionnalisation de plus en plus grande, d’où des coûts de formation obligatoires et importants. Des navires de plus en plus chers, aussi, et plus complexes. Un personnel souvent retraité, de plus en plus âgé.
Il me parlait aussi justement de l’aspect juridique de leurs interventions. Il y a l’exemple du cas qui nous intéresse, il y en a d’autres, y compris des boîtes privées qui se plaignent de la concurrence de la SNSM. Voir ici
bit.ly[...]2jq4C51
Tout cela remettra peut-être en question dans le futur l’organisation des secours en mer.
Dans beaucoup de pays étrangers ayant une façade maritime importante, les secours sont assurés par l’état, avec des professionnels (gardes-côtes).
D’autres organisations ressemblent à la notre.
Les plus riches sont, comme par hasard, les anglais (voir dans le document cité plus haut), avec la RNLI, alimentée par des dons, qui est constituée de “volontaires”, bénévoles? I don’t know. Je me souviens que le gars de la SNSM me disait que certains matériels utilisés par les anglais, eux, même d’occase, ils ne pouvaient même pas en rêver.
Ne pourrait-on pas fusionner SNSM, préfectures maritimes, affaires maritimes, gendarmes, et même douanes. C’est un peu redondant tout ça.
Je ne trouve pas normal que le secours maritime ne subsiste que grâce à la générosité, entre autres c’est vrai, d’un pétrolier.

31 jan. 2017
0

L'état français fait, en tout et pour tout, un chèque de 3 millions d'euros pour l'ensemble des stations snsm......

31 jan. 2017
0

En effet; c'est pas négligeable.

02 fév. 2017
0

plus toute les aides diverses et varier faite par les collectivités locales ,par exemple mise à disposition de locaux ,attribution d'une subvention annuelle à la station locale au m^me titre que l'équipe de foot etc etc ..

31 jan. 2017
2

Plus 66 % des dons des particuliers, sous forme de déduction fiscale...

31 jan. 2017
0

"Je ne trouve pas normal que le secours maritime ne subsiste que grâce à la générosité, entre autres c’est vrai, d’un pétrolier."
.
De nouveau, tout dépend du point de vue.
L'habitant de la Creuse ne trouverait probablement pas "normal" de payer pour les secours en mer. De même, moi qui ai horreur de la montagne et du ski, dois-je trouver "normal" de payer pour les secours en montagne ?
.
L'autre question est aussi de savoir ce qu'il faut laisser à l'initiative 'non publique' (je n'écrirai pas du 'privé' car on va de suite me parler de profit) et ce qui doit dépendre des pouvoirs publics.

Le RNLI est purement privé mais rend un service public ; à l'instar des dispensaires médicaux ou des avocats dans le cadre de l'aide juridictionnelle.
mais cela est un vaste débat qui dépasse H&O

31 jan. 2017
0

En Espagne les services de recherche et de secours sont du ressort de la Société Nationale de Secours et de Sécurité Maritime (Salvamento Y Securidad Maritima) qui coordonne la marine espagnole, les services aériens, les garde-côtes, la Guardia civile maritime, les gouvernements régionaux, le service maritime de l'operateur de téléphone et la Croix-Rouge.
Les services de secours sont payants et peuvent être très cher, j'ai assisté à un hélitreuillage qui ma semblé particulièrement long (à 8334€ l'heure d'hélicoptère).

www.salvamentomaritimo.es[...]sto.pdf

31 jan. 2017
0

écumeur tu as été plus rapide, il y'a des points communs entre nos 2 posts

31 jan. 2017
0

Une idée peut être à discuter sans polémiquer. Pour moi la SNSM doit rester ce qu'elle est. Seule chose à changer son financement. Pourquoi ne pas prélever un tout petit pourcentage sur chaque assurance. Vu le nombre de bateaux immatriculés, la SNSM s'en porterait beaucoup mieux et, sans parler de salaires, elle pourrait aussi ne serait-ce que symboliquement défrayer les volontaires à qui certains doivent la vie...
En tout état de cause, un grand merci à eux.........
Excusez moi si mon post fait doublon, j'avoue ne pas avoir lu toutes les interventions par manque de temps (je suis au boulot).

31 jan. 2017
1

Oui, mais boucan, le jour où TOTAL arrête que se passe-t-il?
Mais il est en effet logique que ce soit les utilisateurs potentiels qui soient mis à contribution.

31 jan. 2017
0

Les p'tits enculés de plaisanciers pas assurés !
Je serais le patron de la station, bien cagoulé j'irais les prendre par la peau des coui...es et les mouilleraient au large...ou alors quelques petits coups de batte de baseball dans leur sale petite gueule de parigots si je suis dans un bon jour...

31 jan. 201731 jan. 2017
1

Au moins ça a le mérite d'être clair . :heu:
Bon, moi je suis "Lorrain", fait gaffe, si tu vois une bouteille de vodka vide qui traine, tu réfléchis avant, surtout que de temps en temps, j'en ai des comme tu racontes avec tendresse "...sale petite gueule de parigots...." , mais pas sûr qu'ils tendent leur deuxième joue, peut-être même pas la première non plus .... :mdr: ;-)
Pascal :alavotre:

31 jan. 2017
0

@rigil : mets au moins quelques binettes rigolotes, histoire de bien confirmer que le coup de la peau des couilles et de la batte de baseball, c'était de l'humour. :heu:

31 jan. 2017
0

C'est comme le bon whisky : ce qui compte, c'est le plaisir et la modération :heu:

31 jan. 2017
0

Avec un bon whisky, jamais !

31 jan. 2017
0

Bon, ben j'arrive, puisque ta cave de bon liquide ambré semble inépuisable

31 jan. 2017
0

Oui Hi, tu as raison, car des fois on pourrait ne pas comprendre, vive les binettes :langue2:
Pascal :alavotre: :langue2:

31 jan. 2017
0

Pas trop de modération non plus, sinon on s'emmerde.......

31 jan. 2017
0

Raison de plus , plus il est bon et moins modération veut s'arrêter ! Et le mauvais on en parle pas, c'est juste bon à flamber le homard ;)

31 jan. 2017
0

Oui, t'as bien raison Hi, comme ça tu vas pouvoir continuer à garder ta modération au placard :mdr:
Pascal :alavotre:

31 jan. 2017
0

Oui tu as raison et pour le coup en tant que modo, tu l'as bien fait valoir la modération ;-)
:bravo: Pascal :alavotre:

31 jan. 2017
0

Le problème avec ton idée c'est que 4 bateaux sur 10 ne sont pas assurés.bien souvent le port ne contrôle pas,il faut juste remplir la feuille de réinscription, marquer un numéro bidon et donner le nom d'une compagnie d'assurance.
De toute façon c'est le propre de l'homme de gâcher quelque chose de beau.
On va y arrivé au depanneuses maritime.

31 jan. 2017
0

OK Matsyl.
Mais en cas d'intervention SNSM, si pas assuré, prix fort pour l'intervention.
Avantage double: inciter les proprios à s'assurer (même en simple RC ) et financement SNSM.
Comme le dit si bien que se passe-t-il le jour ou TOTAL cesse ce financement ?????
Oui je sais, ce financement est certainement déductible des impôts français......

31 jan. 201731 jan. 2017
0

le problème c'est que si le gars n'est pas assuré la snsm va attendre très longtemps avoir de se voir payer l'intervention....elle risque même plutôt de ne jamais avoir le paiement

31 jan. 2017
0

adav29-
OK, je sais qu'en France on croule sous les règlements et lois diverses, mais si tu ne paies pas tes impôts les huissiers on vite fait de te retrouver et la saisie arrive très vite. Il suffit de faire de même avec les plaisanciers indélicats qui ne paient pas leurs assurances et le problème financier SNSM ne s'en porterait que mieux. Je maintiens donc l'idée, même si elle n'est pas évidente à mettre en place dans un premier temps.

31 jan. 201716 juin 2020
0

La meilleure à la fin sur le jugement ...les prétendus travaux :

31 jan. 2017
0

... donc bateau refait à neuf par ses propriétaires?
Mais sans aucune facture ne serait-ce de matériaux? Pas très crédible

31 jan. 2017
0

Assuré ou pas, le problème n'est pas (que) là. Imaginons que l'on rende l'assurance obligatoire, comme pour les travaux de bâtiment, que se passe-t-il avec un étranger?
Non, je pense que la SNSM doit être en mesure d'obliger le "sauvé" à payer, au besoin en mettant sous scellés le navire, dans la mesure où il n'a pas coulé!

31 jan. 2017
0

Ben... c'est le cas.
Comme tout créancier, la SNSM peut saisir les biens de son débiteur dès lors qu'elle dispose d'un titre pour ce faire.

31 jan. 2017
0

Celle la est trop belle, une association même d'utilité public doit être en mesure d'obliger de faire payer... de quel droit ?

31 jan. 2017
5

Je propose de professionaliser la SNSM et de demander au Mexique de payer

31 jan. 2017
0

Y a plein d'associations qui facturent des prestations. Certaines, d'ailleurs en concurrence avec des privés, ce qui est ici d'ailleurs le cas.

31 jan. 2017
0

À mon avis vous n'avez pas bien lu parce que ce zozo il a bien dit qu'il n'était pas responsable de sa mise à la côte enfin sur les rochers tiens donc avec huit personnes à bord il n'est pas responsable.
"le naufrage n’aurait pas eu lieu si le navire n’avait pas été remorqué de sorte que toute faute de navigation du skipper ayant causé l’échouement du navire, à supposer qu’elle existe ce que nie le skipper, n’a aucun lien de causalité avec l’immersion ; "

La voie d’eau au niveau de la chaise supportant la ligne d’arbre porte hélice tribord s’est ouverte lors du déséchouement, puis du remorquage du navire et non lors de l’échouement ; contrairement aux affirmations des premiers juges, l’absence d’eau dans la planche de cale de proue et la direction de l’enfoncement de la chaise qui ne peut résulter que d’un choc frontal (projection contre les rochers) permettent d’affirmer qu’il n’y avait pas de brèche dans la coque avant le remorquage ; les seuls dommages causés par le heurt initial contre le fond et dont le remboursement n’est pas demandé sont ceux subis par les hélices et les deux lignes d’arbres ;
Il faudrait qu'on m'explique la partie du texte ci-dessus. La coque éventrée OK. Les hélices et lignes d'arbre tordues mais les chaises qui ne bougent pas c'est difficile à croire.
En plus quand on voit le baratin du baveux les hélices serait à la proue. Ben il y a des termes qui changent comme ça.

01 fév. 2017
0

je retiens deux choses .

pour arriver à 30 000 euros, il faut 300 clampains comme moi qui donnent 100 euros par an.

Si la SNSM facture le remorquage , emmerdements
Si la SNSM ne facture pas, emmerdements.

01 fév. 2017
0

C'est vrai Ker Mahy, avec ce genre d'arguments diffamatoire, quand on donne pas on pas pas plus envie de donner ;-) :-p
Pascal :pecheur: :alavotre:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

un soleil gros comme ça

Après la pluie...

  • 4.5 (103)

un soleil gros comme ça

mars 2021