Comment tracer une route et savoir si on est sur sa route?

Bonjour, j'aimerai savoir de quoi à ton besoin (instruments à l'ancienne pas de GPS) hormis une carte marine pour tracer une route et comment fait on?
Je n'ai que l'expérience en voile légère très peu en habitable je comprend les cartes marines, sais prendre un amer, un alignement.
J'aimerai me rendre à Ouessant en partant de Brest et on m'a dit que je devais tracer une route si je voulais arriver à bon port et pas dépasser l'ile et me retrouver au milieu du rail....
Si vous pouvez m'éclairer ça serait sympa :-)
Mathieu

L'équipage
27 sept. 2012
27 sept. 2012
0

Hello,
Règle Cras, compas pointe sèche, crayon, gomme...

Vu que c'est le programme du permis hauturier, tu trouveras plein d'infos sur le web qui expliquent tout ça...

27 sept. 2012
0

dans ton exemple, c'est aux courants qu'il faut particulièrement faire attention.
en fonction des conditions de vent, de la vitesse prévue dans ces conditions, de ton heure de départ ou d'arrivée prévue, il reste à tracer une route ...

27 sept. 2012
0

Bonjour,
déjà le matériel que t'indique Besbes, et ce n'est pas le tout de la tracer, la route, il faut ausi la critiquer.

27 sept. 2012
0

Pour aller de Brest à Ouessant, c'est courants, marées, cailloux et météo caractérielle. Une réponse en commentaire sur HEO n'y suffira pas. Regarde en effet (sur internet) ce qui concerne les cours pour le permis hauturier. Tu comprendras vite !
Exemple ici :
www.permis-bateau.org[...]ier.asp

27 sept. 2012
0

Bonjout Math, truc d'un pilote... Retiens et note :
RV votre Dérive Celà Vous Donne Chaque Mesure du Cap Compas. RV=route vraie (sur la carte) D=dérive du courant et peut-être le peu de dérive du voilier et on tombe sur le Cap Vrai... le D=déclinaison magnétique... CM=cap magnétique et tu tombes sur le Cap Comas de bord.

RV D CV DM CM d CC de gauche vers la droite, c'est le - algébrique, et de droite à gauche c'est le + . N'oublies pas, un- et un- donnent un + Bonne nav'

27 sept. 2012
0

@fannybelle tu as oublié le "d" pour déviation du compas :pouce:

27 sept. 2012
0

"J'aimerai me rendre à Ouessant en partant de Brest et on m'a dit que je devais tracer une route" On rève!!!!!!!
Fait un (gros) don à la SNSM. AVANT!

27 sept. 2012
0

et bien cet été je suis parti de Brest pour allé à Ouessant ...

impossible , dans le goulet de Brest je tirais des bords carré mais vraiment carré ....

donc pour allé à Ouessant il y a du boulot ,il faut cogiter

27 sept. 2012
0

Bonne question Mathieu : naviguer c'est prévoir.
Comme dit Besbes : Règle Cras, compas pointe sèche, crayon, gomme...
J'ajouterai les documents nautiques : cartes, almanach (marées, courants, feux... ) un paire de jumelles et (ou avec) compas de relèvement...
Ensuite par où passer ... Le goulet, la pointe St Mathieu (bonne fête)... et puis pour aller sur Lampaul par l'ouest : les pierres noires, les pierres vertes... tout ça à repérer à identifier et prendre en relèvement...
Passer par le Four et la Helle pour aller vers le Stiff

Mais il y a des finistériens du nord qui connaissent mieux que moi ces parages...

27 sept. 2012
0

J'ai une règle Cras, almanac'h Port, Marée, Courant, Horaire de marée et les cartes de la pointes bretonne, le tout c'est de se servir de la règle et du compas pointe sèche que je n'ai pas...encore

29 sept. 201229 sept. 2012
0

tout cela peut s'apprendre l'hiver :
- quand tu vas à pied au boulot entraîne toi à tenir un alignement par exemple le lampadaire par le clocher de l'église. C'est très instructif car tu comprends immédiatement comment voir de quel côté tu dérives
tant que tu y es entraîne toi aussi à tenir un alignement sur l'arrière ...
- s'il ya un tapis roulant dans ta ville, utilises le tu visualiseras vitsse fond et vitesse surface
- pour le compas et la règle Cras tu lis le mode d'emploi
- pour les courants, ton pseudo de Math in the sail laisse penser que tu es bon en math :pouce: et que mettre des vecteurs bout à bout est pour toi un jeu d'enfant
- pour les calculs de marées, un bon bouquin, un peu de réflexion et c'est bon !

Pour le rest c'est du bon sens et un peu de savoir faire.
Et vu le prix d'un gps de poche pourquoi en prendre un, il te permettra de vérifier que ton estime n'est fianlement pas si mauvaise que cela.

en tout cas, tu as complètement raison de vouloir apprendre à tracer ta route et vérifier ton estime avant de penser GPS.

autrefois, j'ai débuté en école de voile (vauriens, 420) à 15 ans, en même temps je me suis amusé à utiliser une carte marine dans la baie.
l'hiver suivant j'ai bossé le livre des Glénan
Puis à 18 ans sur le mousquetaire ) papa (mais sans papa qui ne savait d'ailleur pas navigeur) nous avons été de Cherbourg à Saint Malo en passant par les îles, puis Cowes.
L'année suivante c'était un retour direct des Scillies par vent d'Est et petite visi.
équipement : compas de route compas de relèvement et gonio, c'est tout.
on a aussi fait le tout de Bretagne comme cela. Et c'était pratique courante.
Nous sommes beaucoup ici à Cherbourg à se souvenir d'entrée à Guernesey ou Aurigny avec une visi très réduite. Certains se souviennent même avoir loupé Aurigny ....
Donc ne pas se bloquer sur la nav, ça se bosse un peu et ça se met en pratique en commençant par du facile pour voir si on a compris (ne pas oublier bien sur la nav de nuit)

bon courage
Hubert, de Cherbourg

27 sept. 201227 sept. 2012
0

Si tu compte faire plus que de la voile legere, suivre un cours de navigation me parait utile, surtout dans ton coin.

Une fois la route tracee, un petit GPS portable pourra t'aider a la suivre. Sinon tu dois faire des releves et trianguler, mais pour ca faut etre certain des amers que tu releves.

Ton programme me parait un peu ambitieux, c'est un coin complique et le plus gros danger n'est pas forcement le rail...

La Baie de Douarnenez par le Tourlinguet et le Tas de Pois c'est sympa et plus simple pour commencer

27 sept. 2012
0

On navigue depuis très longtemps et ceux qui nous ont précédé ont travaillé dur pour nous donner des méthodes permettant de naviguer en relative sécurité.
C'est leur rendre hommage et en mème temps assurer sa sécurité que de faire l'effort nécessaire, qui demande temps concentration et exercices, d'apprendre auprès de plus anciens ou d'organismes d'enseignement adéquats ou en lisant les livres (librairies maritimes ou parfois sur Internet) traitant ce sujet (cf permis hauturier) ce qu'il est indispensable de savoir. Tous ceux qui naviguent vraiment ont fait de mème. Dans tous les cas ne tentez pas le diable, particulièrement dans certains lieux connus pour ètre difficiles.

27 sept. 2012
0

Sans méchanceté aucune, mais pour aller de Brest à Ouessant, si tu te poses ce genre de questions : NI VA PAS.

En revanche, lis les cours du permis hauturier, navigue dans la rade, va à Camaret, essaie un jour le Conquet, va à Douarnenez, ... Et tu verras, un jour tu sauras que faire pour aller à Ouessant. Et seulement ce jour là tu y iras.

Ou alors trouves une place d'équipier, c'est très formateur aussi...

27 sept. 2012
0

Si ça peut t'aider, un petit retour d'expérience du débutant en voile habitable que je suis :

  • savoir lire une carte, c'est bien. Savoir faire le lien entre les amers que tu vois en nav et ceux qui sont sur la carte, c'est une autre paire de manches qui demande un peu d'habitude. Car n'oublie pas que tu es en nav, que le bateau avance, et que les décisions doivent se prendre vite.

  • découlant du premier point, savoir faire des relèvements et les reporter, c'est bien, mais les faire vite et de manière certaine, puis les reporter tout aussi vite et efficacement, car tu as rapidement besoin de savoir où tu es, c'est une autre histoire... Pour peu que tu aies un peu de mer et pas trop de visi, ça devient vite un cauchemard.

  • Reste la solution imparable du relevé GPS à reporter sur la carte. C'est pas de la chirurgie du cerveau, mais ça demande aussi un peu d'habitude.

Par conséquent, je ne voudrais pas casser tes ardeurs, mais perso, je n'envisagerais pas ce genre de nav avant de m'être bien entraîné dans un environnement un peu moins difficile.

Bon vent à toi

27 sept. 2012
0

Cet été j'ai eu l'occasion d'aller plusieurs fois à Camaret, j'y suis allé sans faire de route juste en regardant la marée pour rester tanké dans le goulet. J'aimerais sortir un peu de la rade quoi...
Dans tous les cas, merci à tous pour ces renseignements, je vais consulter les sites de cours de nav' hauturières.
Je ne pensais pas que c'était si compliqué d'aller à Ouessant!
Le compas à pointe sèche donne une image de la vitesse moyenne parcourue en un certain laps de temps, c'est bien ça?

27 sept. 2012
0

Jamais vu l'intérêt de ce compas à pointe sèche!

Avec une règle tu mesure la distance et la reporte tout aussi bien AMHA

27 sept. 2012
0

Avec une règle ? graduée je suppose : deux mesures donc !
Avec un compas, tu pointes une branche sur un point, l'autre sur l'autre, c'est très précis, tu bloques et tu reportes sur l'échelle des latitudes pile en face et il n'y a qu'une mesure à lire !
Moi je vois pas l'intérêt d'une règle...

27 sept. 2012
0

Le compas pointes sèches sert à reporter des distance sur la carte en mesurant les miles nautiques sur l'échèle des latitudes, sur les côtés de la carte... pas sur l'échelle de longitudes en haut et en bas...

27 sept. 2012
0

le traceur gps me semble indispensable en regard de l'inconscience de l'auteur de la question.
le plus sage étant de ne pas partir seul dans ce contexte !

27 sept. 2012
0

J'ai trouvé un site qui à l'air bien fait, je vais plancher dessus
www.permis-hauturier.info[...]ion.php

27 sept. 2012
0

Oui le site de Philippe est très bien fait... potasses-le ...

27 sept. 2012
0

C'est pas complique mais comme ecrit BugCrusher ca peut vite tourner au cauchemard si tu ne maitrises pas.

Si tu y vas avec des potes ou pire, ta copine c'est la crise assuree.

A ta prochaine sortie, ou qu'elle soit, profites-en pour te faire une route, relever tes amers, etc...

27 sept. 2012
0

Mais il n'est pas exclu que la copine sache naviguer...
:heu: :cheri:

27 sept. 2012
0

Je peux changer de copine aussi :-D

0

et puis te laisse pas faire par la pub.
captain Fields remplace avantageusement jean CRAS
;-)

27 sept. 201227 sept. 2012
0

Tes "renseignements" sont chiches. Quel âge as tu?

On peut peut être accélérer le processus tout en observant les sages conseils donnés sur ce post... :tesur:

En voile légère:

A partir de Beaufort 5, quand le vent monte encore: c'est jubilatoire ou il est peut être temps de rentrer?

Les vagues au portant: quand elles sont assez hautes que tu perdes de vue le mât des copains dans les creux; t'aident à aller plus vite ou te donnent envie de rentrer ?

Le sous équipement personnel hors saison te fait il renoncer à une belle journée de navigation? Acceptes tu d'endurer un certain inconfort (pieds "glacés" par exemple) parce que c'est trop bon d'être sur l'eau?

T'es -t-il arriver de sauter le casse-croute de midi parce que c'est deux heures de plus à naviguer au lieu de rentrer?

As tu déjà semé au planning les bateaux de la sécurité en régate?

Passes tu facilement d'un bateau à un autre, et trouves tu rapidement tes marques et le réglage qui tue ou presque?...

:heu:

27 sept. 2012
0

Salut Jean-Marc pour te répondre j'ai 30 bientôt 31 ans
-A 5 Beaufort, c'est le top même si ça caille.
-Les vagues au portant me donne envie de les prendre légèrement en travers pour surfer plus longtemps.
-Quand je faisais de la voile ados je n'avais pas de combi pendant un an j'ai fait du laser 13 en ciré de marin péchou et pull en laine et basket il m'est arrivé de dessaler plusieurs fois, la saison se terminai en novembre et reprenait en mars.
-Il m'est arrivé aussi de sauter le casse croute du midi.
-J'ai semé le bateau du mono au planning aussi.
-Faire le singe sur le bateau sortir au tarp' et rentrer.
-En ce qui concerne les réglages qui tue, c'est en cours de test et validation ;)

28 sept. 201228 sept. 2012
0

@CergElAbroz :pouce:

27 sept. 2012
0

On peut dire bien amariné donc…
Avec l’impatience de la jeunesse, pour que la sortie soit possible sans vouloir attendre d’avoir absorbé toutes les ficelles de la méthode classique: bon usage des règle Cras-carte à jour-compas pointe sèche-crayon-gomme-jumelles-compas de relèvement-chronomètre.

Au préalable il faut connaître la signification de tous les "bidules" portés sur la carte se trouvant sur ou visibles de la route prévue.
S’assurer d’une bonne couverture météo à 24 heures, promesse de bonne « visi » sans brouillard parce que la mémoire visuelle particulièrement excitée à fortiori lors d’une première va être mise à contribution.
Le comblement des blancs sera partie de l’apprentissage.
Avec l’aide d’un GPS de base (+ un de secours identique même mode d’emploi) avec des piles neuves et pourvu de la fonction GOTO qui permet de se recaler en cas de doute.
En se basant sur un POINT DE REFERENCE judicieusement choisi rentré dans la mémoire du GPS (position connue précise et confirmée comme le centre de la rosace, sur la carte papier).
Tu peux te situer quasi instantanément en interrogeant le GPS qui te donne la direction et la distance de ta situation de l’instant au POINT DE REFERENCE.
Il ne te reste plus qu’à reporter la RECIPROQUE sur la carte papier.
Ne pas oublier de recouper tout au long de la navigation avec tous moyens possibles (rappelons qu’il fait beau bonne visi…) alignements, relèvements caractéristiques, chronométrages etc.…
Je peux t'assurer que le cerveau mémorisera sans peine tout le film que tu te repasseras ensuite de nombreuse fois (dans ta couchette, sous la douche… ). Le journal de bord c’est bon aussi.
Une main seulement, puis sans les mains, puis sans GPS du tout, sur un pied…
S’entraîner à terre pour assurer la manip localisation avant de se lancer. Se faire aider pour les hauteurs d’eau si tu ne maîtrise pas encore…

Pour une telle sortie côtière si on n’est pas familier de la zone et comme on ne peut s’affranchir des courants de marée et des hauteurs d’eau on déroule un scénario qui colle le plus possible à un plan pré-établi aussi renseigné que possible avec quelques solution de replis.
Ne pas se prendre la tête non plus par perfectionnisme, la capacité d’improvisation est utile pourvu qu’on puisse se localiser rapidement sur la carte en cas de flou cf plus haut.

Si tu peux te faire accompagner à bord par un navigateur chevronné, pédagogue et disert c’est mieux bien entendu...

Le pied de marin à 30 cm c'est pour passer l'examen. On ne le recherche pas systématiquement en vrai, sauf à vouloir pinailler au mouillage, à l'échouage ou engagé en infériorité avec la flotte anglaise du temps des corsaires...

27 sept. 2012
0

Un (trés ) vieux m'a dit :
"Ouessant" ? Vas-y que quand y fait beau. Tu sors du goulet et tu vas ou le soleil se couche, quand tu vois plus la terre vire à tribord et va là ou il y a le nuage

Antoine bientôt 93 ans. Sait pas ce que c'est qu'un GPS, (si peut-être "Gnole Pour Survivre").
Le coup du nuage sur les iles c'est même plus dans les livres.......

27 sept. 2012
0

Je vous rappelle un vieux dicton que les moins de 4x20 ans ne peuvent pas connaître, en usage au temps de la marine à voile, la vraie, avec des gabiers et tout et tout: "qui voit Ouessant voit son sang " Faites en bon usage.

0

et qui voit Groix voit sa croix
:alavotre:

27 sept. 2012
0

Quit voit Le Pouldu voit son ...... :acheval:

27 sept. 2012
0

qui voit moléne voit sa peine
qui voit sein voit sa fin

29 sept. 2012
0

Qui voit Yeu voit son pieu,
Qui voit Houat voit la Ouate
Qui voit Hoedic voit pas de fric
Qui voit Belle-ile voit son île
Qui voit Noirmoutier prend son pied
Qui voit Ré voit des prés
Qui voit Oléron touche le fond
Qui voit les Pyrénées passe de l'autre côté
Qui voit le Frioul bat la houle
Qui voit If a du pif
Qui voit le Riou a une barre à roue
Qui voit VilleFranche a une barre franche (cherchez l'intrus)
Qui voit les Embiez prend son pied
Qui voit Porquerolle sent des grolles
Qui voit Bagaud voit Port Cros
Qui voit le Levant voit pas de vêtements
Qui voit Sainte Marguerite voit...

27 sept. 201227 sept. 2012
0

Tenir une nav correct avec estime etc n'a rien de bien difficile. Au final tu te rendras compte que ce n'est que du bon sens.
Par compte ça nécessite un peu d'entrainement, donc potasse et valide sur l'eau dans une zone que tu connais bien ce que tu as appris dans les bouquins.
prend des cours ou fait toi aider.
Le GPS attention ça tombe en panne, ça perd parfois le fixe, il faut savoir faire sans, il faut aussi savoir se rendre compte a temps qu'il te donne une info pourri.
Le GPS traceur attention aussi. les récit de nav sont plein de gens qui constate des erreur de cartographie. et quand je lis ici ou là que des gens font des entrée de port inconnue avec une brume a couper au couteau il ne se rendent pas compte du risque qu'ils prennent.

27 sept. 2012
0

Il y a tout de même moins de chance de se planter avec un traceur GPS qu'avec des relèvements papier (que je pratique de moins en moins mais depuis 35 ans) et qui n'indiquent que vaguement les endroits où l'on n'est plus!
Quand c'est chaud, un bon GPS est plus sûr. La nav à vue, c'est souvent des erreurs. Dans la précipitation et l'inconfort, on a tendance à "acheter" un amer pour un autre, à oublier la déclinaison et à passer trop de temps le nez sur la carte. Quant aux pannes, je n'en ai pas eu (en pro comme en plaisance assidue). Le manque de piles, peut-être, au tout début. Un GPS ne donne pas d'info pourrie mais travaille en position géoréférencée précise sur une carto parfois peu précise, alors que les points à vue sont tracés en relatif par rapport à la même carto. Mais tous les endroits correctement cartographiés font très bien l'affaire au GPS (dont les côtes françaises).
Quant à l'estime quand on tire des bords comme à Ouessant, je demande à voir!

27 sept. 2012
0

Des pertes de fix j'en ai déjà eu.

Quand je parle d'info pourrie, c'est pour une utilisation en pilotage alors que la précision du gps est basse.

en faites dès que c'est Orageux ou avec une grosse cape ton électronique a quand même tendance a faire la gueule.

Enfin tout ça pour dire que la démarche de math est bonne dans le sens ou il est bon de savoir faire sans.

Je ne renie pas le GPS et autre traceur je pause juste un ti warning

27 sept. 2012
0

On ne réponds pas tout à fait à la question... Vieux principe à ne pa oublier... Ce qui est indiqué sur une carte n'est plus nécessairement la réalité en visu.

27 sept. 2012
0

A part cela vous prenez à l' E ou W des cailloux?

27 sept. 2012
0

Faut attendre les spécialistes : jpla et RV29N...
Four ou Fromveur, zat is ze question ?

:coucou: :coucou: :coucou:

28 sept. 2012
0

Les deux, à la suite

28 sept. 2012
0

60 M sans compter tirer des bords ça ce complique avec les marées (je plaisante)
Tu commences par l'E ou l'W des cailloux? :acheval: :acheval: :acheval: :acheval:

27 sept. 2012
0

www.pennarbed.fr[...]rochure
Je trouve ce fil surréaliste!

27 sept. 2012
0

Papy tu sors!!! :acheval:

:-p

27 sept. 2012
0

Pour aller de Brest à L'Ouessant ça ne semble pas bien compliqué : il y a des balises ou tourelle tout le long du chemin à vue les unes des autres, il suffit donc d'une carte .

Pour le courant ,là c'est essentiel on fait en sorte qu'il vous pousse ..

Pour le vent : on fait avec .. SW c'est bien ,E ideal

Par contre il faut prevoir aussi le retour

et pardessus tout rester au port un jour de brume

27 sept. 2012
0

Vas y, tu verras bien.
Une journée avec de bons coefs, une belle météo et une pleine mer tôt le matin pour avoir le jusant tout le trajet aller.
Au pire tu ne recommenceras plus au mieux tu auras fait comme beaucoup de touristes qui louent un voilier pour la première fois).
Dans le goulet le courant est perturbé au raz de la côte et au milieu il faut faire gaffe aux fillettes. A part ça, c'est de l'eau comme partout, avec du courant et du vent.
Je ne capte pas trop bien pourquoi tu ne veux absolument pas prendre de gps alors que manifestement tu n'es pas capable de tracer une route (d'ailleurs comment fais tu pour tracer tes relevements?) surtout que tu as surement un smartphone et que navionics coute 20 euros?

A moins que ce ne soit qu'un post destiné à provoquer l'indignation de ceux qui naviguent, autrement dit un troll?

Au fait, corsen veille le 16.

27 sept. 2012
0

Salut Johann,
Je ne veux pas prendre de GPS pour la simple et bonne raison que j'ai envie d'apprendre à l'ancienne, développer mon sens marin. A savoir si un jours j'ai un GPS et qu'il tombe en panne je pourrai me démerder... D'autre part je ne possède pas de smartphone mais un téléphone pas smart, donc pas d'appli.

En aucun cas il s'agit d'un troll post, juste retirer les divers conseils et expériences de navigateurs plus expérimenté, et je pense que je ne suis pas le seul à me poser cette question sur ce forum.

27 sept. 2012
0

C'est sur que cà sent trollement la mer.......

27 sept. 2012
0

Alors, si tel est le cas, il faut bosser.
Tu as besoin d'une regle cras, d'une pointe seche, un crayon et une gomme.
Tu tiendras à jour tes documents nautiques (cartes, instructions nautiques, ripam rabal, livre des feux, livre des courants, 1D) à jour en te connectant tous les jeudis sur le site du shom pour télécharger les GAN.
Tu vas d'abord apprendre à lire la carte (avec ton 1D) et tu passeras ensuite à l'apprentissage de la regle cras.
Tu vas ensuite porter un point sur la carte plusieurs fois pour le faire le plus vite possible.
Une fois que tu sauras faire ça, alors tu traceras des relevements.
Tu apprends donc qu'une minute = 1nq (et donc 1nds). en ligne droite d'abord et ensuite tu rajoute les calculs de variation (déclinaison et déviation, mais ça tu le sauras déja car tu auras lu ta carte avant).
Tu t'amuseras donc à apporter la correction de ta déclinaison.
Une fois tout cela acquis, tu placera ton point par 3 relevements.
Ensuite, tu verras qu'il faut savoir faire valoir sa route et corriger sa route.
Quand tu sauras faire tout ça, tu passe à la regle des douziemes pour pouvoir commencer à préparer une vraie nav'.
Tu vas ensuite t'entrainer au chaud, sur ton bureau à la maison à entetenir l'estime avec des exercices que tu trouves un peu partout sur le net.

Ensuite, ben voila, tu peux partir en mer en te demandant comment tu vas bien pouvoir faire ça en même temps que gérer le bateau et tes passagers.

Avec l'habitude tu auras tes petits trucs pour te simplifier la vie et ne pas passer ton temps le nez dans la carte (ben oui, il faut bien trouver un peu de temps pour remplir ton journal de bord).

Après, tu n'as plus qu'a t'acheter un ciré jaune, une casquette en laine bleue et une pipe. Bonne nav' et à bientôt sur l'eau.

PS : si tu me vois peinard dans le cocpkît, c'est parce que j'ai opencpn.

27 sept. 2012
0

mouarf Johann :D

on peu faire la même avec le gars qui a open CPN et tout un tas de truc électronique mais qui ne met pas le net dehors par ce qu'il passe tout sont temps a lire les doc, configurer et reconfigurer les port de sont GPS. qui est obliger de relancer openCPN après chaque mise en veille. sans compter que avec tout cette électronique pour faire de la voile on est obliger de laisser le moteur allumé pour alimenter tout le bordel qui sert juste a savoir ou on est, mais pas de souci il va pouvoir faire un routage vite fait comme ça il va savoir a l'avance combien de temps il va mettre pour faire la trinité le palais.... etc etc ... ;)

En côtier très rapidement tu auras moins besoin de passer de temps a l'intérieur.
Dès que tu perd la cote de vue tu lance une estime tu fait 1 point par 1/2heure puis un toute les heures quand tu es plus loin. même si tu tire des bords tu synchro ton virement avec ton point. c'est pas la mer a boire et puis bon a part manger et dormir tu as presque que ça a faire :p

Le seul truc un peu stressant c'est côtier sans visibilité dans un coin un peu coton là tu ne lâche pas trop la table.
Souvenir d'une entrée du trieux par brume ou j'avais recalé mon estime a la sonde je me suis laissé trop porté a l'E une petite erreur à la con en prenant les courant. tu te retrouve face a une cardinal qui devait normalement se trouver 1 mille a babord :X
mais bon on était encore loin loin de la sonde sécu et pas du tout perdu.
on avait un GPS mais pas allumé.
Du coup j'ai recalé l'estime ;)

faut pas être extrémiste le mieux c'est de faire les 2 :p

La technologie sort des truc super mais bon a la base tout marche de la même manière. Et bien comprendre comment ça fonctionne ça permet aussi de tirer le meilleur parti de tout ce matos :)

28 sept. 2012
0

C'est le but de la manoeuvre savoir utilisé le matoss correctement en passant par les bases.

28 sept. 2012
0

Ok Johann c'est noté, il y a du pain sur la planche.

27 sept. 2012
0

:pouce:
Insistons aussi sur l'étude préalable des documents nautiques de la zone.

28 sept. 2012
0

serieusement tu passes d'abord ton permis cotier , ainsi tu apprendra le balisage, comment accosté et quelques regles de barres et de securité ainsi que le CRR pour pouvoir utlisé une VHF .

Puis il doit y avoir chez toi une asso ,un club qui prepare le permis hauturier , ainsi tu auras acquis la theorie , tu pourras discuté avec les gars du coin et apprendre plein de choses utile et bonne à savoir

tout celà se fait l'hiver tranquille au chaud

puis au printemps bien armé tu mets ta theorie en pratique et apres sa viens tout seul puisque les fondations de la maison son solide.

josé

28 sept. 2012
0

Merci de te tes conseils José, j'ai déjà le côtier. Je vais m'orienter vers une asso et du travail personnel pour le hauturier.

28 sept. 2012
0

de quoi a t on besoin?...plus précisement de quoi a tu besoin? d'un cours "complet de nav" soit sur les sites dédiés,soit livres spécialisés(glénans/hors série Voiles et voiliers....ect...)
tu travailles tout ça,et seulement aprés ce "travail" tu reviens ici pour des précisions:éclaircissements...éventuels...si chacun y va de la sienne...on n'est pas rendus...et toi non plus!
si ensuite,lassé (ou stréssé!)de naviguer sans GPS..en plein brouillard (te prend comme par hasard ds tel ou tel passage délicat!)...tu passeras au GPS,eh bien meme démarche:tu te formes(livres ou sites...)et tu reviens ici pour détails/piéges/éclaircissements.....

28 sept. 2012
0

C'est noté Guy.

28 sept. 201228 sept. 2012
0

Ce n'est pas compliqué.
Tu suis les conseils de calypso et tu apprends la navigation sur mon site . J'ai essayé d'expliquer la nav simplement.
des points importants:
savoir lire une carte et reconnaitre facilement les amers.
bien situer conjointement les amers en visu et sur la carte
bien maitriser les courants.
pas naviguer à contre courant et vent contre courant.
bien utiliser la règle et le compas de relèvement.
commencer de petits trajets.
Ma première sortie en habitable. navigation entre Granville et Chausey 9 milles. c'est tout droit. Par contre l'entrée dans le sound, c'est autre chose.
Ma passion était la nav à l'ancienne, maintenant j'ai un traceur-sondeur avec les marées . C'est cool.
www.permis-hauturier.info[...]cer.php
Tu as des exercices sur la carte 9999 pour confirmer ton apprentissage
A+

28 sept. 2012
0

Oui Philippe je l'ai consulté je le trouve bien fait et compréhensible.

28 sept. 2012
0

Bon, moi je crois qu'on en est tous là.
La navigation à l'ancienne, c'est génial et c'es sécurisant.
Mais avec l'âge, on s'habitue à tous ce "machins modernes"!
Personnellement, cette année, j'ai apprécier le "machin" qui
calculait les marées à ma place et le "truc" qui disait que
mon bateau était bien entre deux cailloux !
Avec l'âge, on devient flemme :-)

28 sept. 2012
0

c'est mon cas. Est ce grave?

28 sept. 2012
0

Aïe, je suis sur les cailloux; merci le GPS
Ouf, c'est marée haute; merci le marégraphe !

28 sept. 2012
0

Les_grunes a effectivement réalisé un bon site où les débutants et d'autres trouveront leur bonheur. En plus, il est bien écrit

www.permis-hauturier.info[...]cer.php

28 sept. 2012
0

Et encore si tu le fais de jour .Imagine de nuit ,relevé des étoiles et tout et tout ,si le ciel est dégagé.... Tréve de plaisanteries .Une bonne carte de détails ,une bonne météo ,les heures de marées .Si tu sais prendre un amer pas de probléme .Bon vent ..amitiés

28 sept. 2012
0

En tous cas je me répète merci à tous pour vos éclairages, vos critiques, vos expériences.

J'ai récupéré pas mal de bouquin de la série Nauticus que je commence à potasser, pour ceux que j'aurai pu froissé en posant ce post, ce n'était pas volontaire de ma part, c'était pour récupérer un maximum de vécu et de retour d'expérience de chacun excusez ma naïveté et mon ignorance.

Mathieu

28 sept. 2012
0

Vous devez absolument vous persuadez que la Navigation demande du sérieux et de la rigueur, mème si certains font n'importe quoi (et parfois s'en vantent).
Les principes sont fondamentalement simples, tellement que n'importe quel cerveau les embrouille tant qu'ils ne sont pas digérés et passés presque à l'étàt de réflexe.
Le GPS mal compris peut-ètre sur ce point redoutable par sa presque perverse facilité et diabolique précision (tant qu'il n'est pas en panne ou dégradé par les USA).
Au delà des livres qu'il faut lire et avec les exercices sur papiers qu'il faut absolument réussir, il faut une validation sur le terrain
et alors voir ce qu'il y a vraiment à voir et non pas ce que l'on veut absolument trouver, particulièrement quand la situation est stressante. Dans les étapes d'apprentissage un contrôle éclairé peut ètre parfois utile tant que vous sentez que vous ne maitrisez pas tous les paramètres.
Tout le monde se trompe. L'erreur permet d'apprendre et de corriger. Encore faut-il ètre toujours la pour participer.

28 sept. 2012
0

Aucune excuse n'est nécessaire, tous ici, même les plus critiques héonautes se sont un jour plantés dans leur nav', ou plus grave sur des cailloux.

Pas plus tard qu'au dernier Tourduf, des mecs comme Andrieu et Escoffier -pas des perdreaux de saison donc- se sont mis sur les cailloux.

N'écoutes pas les aigris, et potasse a ton rythme.
Bonne nav'.

28 sept. 2012
0

oui mais pourquoi?une erreur de navigation proprement dite?
ou plutot ,comme je le pense,suite à une tentative,de "passer au plus court" soit une route "limite" pour profiter de contre courants...
meme munis de traceurs..d'I pad...et autres I technologies...la précision des GPS depend de la configuration des satellites visibles,expriméé par un coefficient d'affaiblissement de la précision(PDOP).... la panne d'un sat ne peut etre détéctéé et réparéé que plusieurs heures aprés la panne.....une cote élevéé peut masquer tel ou tel sat.....
voir à ce sujet les articles d'O.Chapuis.....
bref,la précision des gps est de 5/10 m au mieux et de 60m si tout n'est pas nickel
le GPS différentiel terrestre permet une précision de 1 à 10m
le différentiel satellitaire(WAAS/EGNOS) ateint la fourchette 3/7 m...donc si on va gratter prés des cailloux/entre des cailloux.....??

28 sept. 2012
0

Il faut recadre des choses :

ce n'est pas la precision de la position du bateau relevé par GPS qui fait debat ou qui peut etre incriminé mais la precision des relevé hydrographique ,c'est à dire la carte elle-m^me qui sur certaine zone a été relevé au 18eme siecle .
Les cartes sont petit à petit mise à jour avec des relevés moderne d'aujourd'hui ,mais il est bien certains que le bateau est lui à sa place mais pas le rocher ..

donc mefiance

29 sept. 2012
0

Tes deux sources d’imprécision (coordonnées GPS et défaut carto), c'est peanut (en France) par rapport au point tracé sur la carte qui retarde à coup sûr. Mais il n'est pas impossible qu'ils aient joué au plus près. Reste à doser la part de nav à vue et la lecture des cartes et instruments. Manque de préparation sur ce passage?

29 sept. 201229 sept. 2012
0

exact josé...celà entraine une 2 ème source d'imprécision...en attendant que toutes les cartes soient" rafraichies "grace aux campagnes de relevés .....
mais,il reste l"imprécision" du GPS....pour qui,va gratter ras les cailloux,dans de passages trés étroits....et les hauteurs d'eau autre source "d'imprécision",meme corrigéés de l'effet pression atmosphérique....je me situe dans les situations tourduf citéés par felgood...il serait intéréssant de savoir précisement pourquoi ils sont allés sur les cailloux....et à quel endroit....

28 sept. 2012
0

j'ai pas vu (ou mal lu), mais personne n'a dit que la meilleure façon de savoir où on est par visi réduite, c'est le sondeur et une bonne carte .......

28 sept. 2012
0

brève allusion dans un de mes postes précédent. recalage d'estime par les lignes de sonde, Sonde sécu, suivre une ligne de sonde.

La terre la plus proche sera presque toujours celle qui est sous le bateau et il y a un relief sous marin autant l'utiliser ;)
mais il faut savoir faire un calcul de marée :)

28 sept. 2012
0

tout à fait d'accord avec toi bil56.
Pour la précision du gps et de la carto, je pense que le goulet de Brest est quand même pas mal hydrographié.
Le travail sur carte est passionnant et je suis convaincu qu'il est nécessaire de le maîtriser avant de passer à l'électronique.
J'y mets quand même un petit bémol. Aujourd'hui il est difficile, de nuit, de distinguer les feux tellement nos côtes sont illuminées. La, le gps est un gain réel.

28 sept. 201228 sept. 2012
0

tu prends une feuille,
tu traces un trait (ça c'est la route),
tu peux utiliser une règle
tu poses la feuille par terre
en position debout, tu pose ta pantoufle sur la feuille
SI LA PANTOUFLE DÉPASSE LE TRAIT A GAUCHE ET A DROITE, TU ES SUR TA ROUTE
Tu vois c'est simple la voile entre Brest et Ouessant!!!

29 sept. 2012
0

Aller à Ouessant sans électronique c'est bien, mais il y a la route retour. Mais il te faudra trouver une fenêtre météo avec 2 jours de visibilité.
Tu as de la chance, c'est la carte de navigation des examens de la marine marchande, tu as plein d'exercices et de sujets en cherchant un peu, mais attention, les amers que tu as dans les énoncés, et ceux que tu verras vraiment à 1m au dessus de la mer ne sont pas les mêmes. Au final, il ne restera que très peu d'amers pour ta route.
Essaie de naviguer le plus longtemps possible en sortant de Brest en suivant un alignement par l'arrière, c'est ce qu'il y a de plus sûr.
Enfin, méfie toi de ton compas de relèvement, il arrive d'avoir 10° de déviation selon le relèvement, fais toi une courbe sur un plan d'eau clame, avec un magnétisme neutre.
Pour finir, ce n'est pas le genre de destination que je choisirais pour une nav sans électronique, sans expérience.

29 sept. 201229 sept. 2012
0

Y'a pas un statisticien qui peut nous faire un ratio entre la propension à tomber en panne de GPS et la marge+possibilité d'erreur générés par la nav' à l'ancienne? Pas de parti pris mais je pense que cette question vaut la peine d'être posée

29 sept. 2012
0

Pour ma part, le risque d'erreur arithmétique stupide est largement supérieur au risque de panne GPS, donc je fais confiance à mes yeux, à ma mémoire et au GPS...

29 sept. 2012
0

Et surtout la fatigue nous fait faire des choses totalement irrationnel. Je parle pour moi du style ne plus croire a son satnav (ancêtre du gps pour les jeunes) confondre une île avec une autre après une estime et d'être certain que cela est de la faute a un courant de 10 noeuds (mais bien sûr), etc etc . Des erreurs complètement dingues qui, a tête reposée laisse pantois. Pas foutu de voir un nez au milieu d'un visage. J'ai réussi de très jolies navigations "a la main" mais mes plus beaux ratés aussi.

29 sept. 2012
0

a part une situation internationale qui se tendrait et nous approcherait d'une guerre ou d'une intervention massive je ne sais ou et pourquoi.....le système GPS fonctionera sans dégradation ou inaccéssibilité grand public....avec
un GPS fixe +un portable(fonctionant sur allume cigare ET sur piles si besoin),la probabilité d'une panne est proche de zéro......à condition d'avoir un stock de piles!
en nav de croisière il est plus important de savoir "exactement" ou il ne faut pas passer....que de savoir pile poil ou l'on est!en course ça peut etre différent,on cherche à gratter,à couper au plus court...d'ou ma question à propos du tourduf

29 sept. 2012
0

Actuellement, le GPS, en dehors d'une panne beaucoup plus probable du récepteur, qui justifie qu'on le double, que des satellites, n'est pas le problème principal mais plutôt celui qui l'utilise. Sa facilité est telle quelle peut faire tendre à la paresse d'esprit, à la baisse de l'esprit critique, à négliger l'oservation, les recoupements et validations nécessaires avec les autres méthodes. Avec la précision actuelle on peut faire avec GPS + sondeur (+Radar pour l'approche), un mouillage sauvage par nuit noire dans un coin caillouteux parfaitement connu ou cartographié , mais je trouve cela nettement plus stressant qu'un IFR aérien, et pas très raisonable (mais on peut parfois délirer).

29 sept. 2012
0

En IFR (de nuit), le plus stressant c'est la panne des deux moteurs (pour un bi), même 1 en carafe, la tension monte et on regarde vite le déroutement prévu.

Ici pour la nav envisagée, ne pas oublier que Ouessant et ses parages sont réputés pour le brouillard plus que fréquent, les courants assez violents, qu'avec un GPS, en pleine purée on n'en mène pas large du côté des Pierres Noires ou Vertes et qu'avec un peu de vent contre courant y'a des "trous" assez spectaculaires dans le Fromveur.

Ah, aucun intérêt de prendre le Four pour rejoindre Lampaul à moins de vouloir pécher des homards à Bannec.

29 sept. 201229 sept. 2012
0

Une bonne météo avec une bonne visi, un bon calcul des courants et donc un bon choix d'heure de départ, en plus de l'expérience jusqu'à Camaret durant laquelle tu as appris beaucoup de choses, et tous les conseils donnés par chacun, vas-y, appareilles et "bon vent". Par contre, si une inquiétude persiste sur un point bien précis, retardes ton voyage. Les voileux de Ouessant sont peut être les plus adaptés pour te renseigner. Au risque de me contredire, je connais bien les courants de la mer d'Iroise et je ne suis pas prêt à les affronter à la voile. Déjà avec un navire "professionnel"de 50 mètres, on se fait des frayeurs. C'était, il est vrai, il y a une trentaine d'années avec des instruments de nav d'un autre temps, mais lorsque l'on voit un alignement s'ouvrir et que la compensation de 10 à 15° de cap ne suffit pas, c'est impressionnant, puis
on s'y fait et l'on fait confiance aux 2 bourrins, au barreur. Sincèrement, je mets une annonce au Moulin Blanc pour trouver un skipper sérieux (et bénévole) et j'appareille après.

29 sept. 2012
0

Bonjour, Attention aux conseils !!!!!
Johan écrit à quelqu'un en l'occurence à Math..... qui ne sait pas rester sur une route ceci:
"Partir avec le jusant.........."
Donc il lui recommande de partir avec le courant dans le pif, si en plus il rencontre un vent du sud ou de de SW comme dirait les jeunes (dont je ne fait plus partie) ça va pas le faire...
Il est vrai que si il part avec un courant faible (morte eau) et cette direction des vents c'est possible.
Pour moi, à la louche Brest Ouessant env. 35mn, à 5/6 nds environ 6/7h00 de nav. avec l'étale no problème, mais...
Pour moi il faut partir avec le flot et éviter si possible un fort vent du nord.
Johan ne veut pas de GPS, comment fera-t-il en cas de brume pour les amers, les relèvements, estimer sa vitesse, brefs pour savoir où il se trouve compte-tenu de son manque d'expérience.
J'aimerais avoir vos commentaires sur mon avis car Johan a peut-être confondu (faute de frappe) jusant et flot.
Bonne nav. quand même Math.
Gilles
Pour info j'ai fait 6 fois Lézardrieux/Port Navalo sans problème en navigant avec les courants ou/et le vent.
Ceci n'est pas une preuve de compétences et je ne l'ai jamais fait en janvier avec les ligneurs du Raz de Sein.

29 sept. 2012
0

Ben non, j'ai pas confondu. J'ai d'ailleurs fait cette ballade au printemps dernier. Si il ne dépasse pas 5nds avec le jus qu'il y a en vives eaux, c'est qu'il bat en arriere ou qu'il se laisse dériver.
C'est comme dans le trieux, tu as tes 4/5 nds de courant qui te poussent pleine balle vers pontrieux.
Tu peux partir au flot, mais dans ce cas, (surtout avec ton exemple de suroit) tu feras du surplace et tu ne décolleras de brest qu'à la renverse mais le vent te sera ensuite favorable pour remonter jusqu'à l'ile.

La vitesse fond, dans mon cas (avec un voilier de voyage chargé à bloc et des vieilles voiles) était plus proche des 10nds que des 5nds.
tes 30nqs sont donc lochés en 4 heures max pour peu que ton canot' avance un peu à la voile.

Pour le gps, je comprends pas ton intervention. J'ai un gps à bord (plusieurs même) et je m'en sers tout le temps. ça n'empêche pas de garder la carte papier ouverte à la TAC pour tenir la position à jour.
'fin bref, chacun fait comme il veut.

29 sept. 2012
0

Ben oui GillesPetrel22,

Partir 2H après la PM Brest, pour avoir le courant portant dans le goulet et arriver vers les Pierres Noires env. 6H après la PM et ensuite le flot le poussera, assez vite de 3/4 travers, mais il n'y a plus que 10' avant d'embouquer la baie de Lampaul.

En cas de brume il n'aura qu'à écouter le bruit de l'onde qui court sur les hauts fonds :
- Pas de bruit , très bon.
- Chuintement, ça remonte.
- Bruit d'évier, y'a des trucs pas loin.
- Bruit de torrent, on doit voir les cailloux sous la coque.
- Craaaccc!, le 16.

Pas de panique, les corps, après plusieurs A/R sur quelques marées finissent toujours à Molène. Les iliens sont habitués, ils prennent bien soin des péris en mer. :doc:

29 sept. 2012
0

Melody l'a évoqué. Même en IFR on se fie au GPS.

A part cela, j'utilise beaucoup le GPS qui est une véritable source de confort pour tout l'équipage. Le fait de faire figurer le vecteur "route fond" sur un voilier permet de bien visualiser la dérive globale (courants, vent) et de savoir si on passe une pointe ou si on doit virer de bord (avec la précaution habituelle car rien n'est immuable).

29 sept. 2012
0

Bonjour,

en avion, que ce soit VFR ou IFR on peut se trouver dans des conditions scabreuses. La différence avec le cas présent, c'est que dans un avion, tous les instruments sont au moins doublés, le pilote est entraîné à pallier aux défaillances, il sait faire avec ce qu'il a... et on part quand même avec un Route sol tracée sur une carte et une estime.

En bateau, le mini est de tracer sa Route fond, reporter heure/heure les courants de marée (compas à pointes sèches et règle CRAS) en fonction de la vitesse estimée du bateau. On obtient (géométriquement) une route surface, donc le cap à prendre. Si on a un GPS, il nous situera à tout instant sur le fond. Si pas de GPS, on recale son estime par des relèvements d'amers ou de bouées. Dans les 2 cas, on corrige le cap (ou pas) en fonction ainsi que l'Heure Probable d'Arrivée au prochain way-point. Simple, mais sans entraînement au chaud et au sec, chez soi, avec des exercices d'école le stress prendra le dessus sur la raison et on part à la cata. Il faut partir en ayant une totale confiance sur ses estimations et ensuite faire confiance aux instruments pour se recaler, donc apprendre la navigation.

29 sept. 201216 juin 2020
0

Ouessant, ça peut-être ça (à deux Mousquetaires).

Vous remarquerez que l'autre, derrière la crête de vague, a empanné. Nous aussi, avant ou après, je ne me rappelle plus.

29 sept. 2012
0

Et souvient-toi : quand les mouettes ont pied, il est temps de virer!

29 sept. 2012
0

Bonsoir, keep cool JOHAN!!!!
Premièrement je ne comprends rien à ta littérature.
Si je traduis tu n'as pas confondu, donc tu pars de brest contre le courant, OK.
Pour moi partir avec le flot veut dire partir avec la montante donc de brest à ouessant avec le jus (donc le courant) au cul.
Même dans ces conditions j'ai rarement vu
pour ce trajet des voiliers chargés "à bloc" filer 10nds.
Je ne comprends pas ta remarque sur le GPS, sinon que j'ai suggéré à Math. d'en avoir un compte-tenu de son inexpérience. Bien évidemment les cartes papiers restent d'actualité.
Au sujet des 4/5 noeuds dans le trieux de La Croix jusqu'à Pontrieux, faudra m'expliquer, à part en vives eaux sous le pont de Lézardrieux.
A part tout cela, sans être frileux, je ne conseille pas à un gamin d'apprendre la théorie dans son bureau, et ensuite de faire ce trajet seul pour s'initier.
Un peu de respect pour les bénévoles de la SNSM.
Johan, peut-être que tes commentaires et donc mes réponses sont dus à une mauvaise compréhension, si c'est le cas ... excuses....
Dans tous les cas une mousse à Lézardrieux, voire 2 si affinité.
Gilles

30 sept. 2012
0

"Pour moi partir avec le flot veut dire partir avec la montante donc de brest à ouessant avec le jus (donc le courant) au cul."
NON, Gillespetrel22, tu oublies le goulet de Brest.

Bon, tu es excusé, on peut faire de grands voyages entre Lézardrieux et Port Navalo sans passer par Brest.

Quant à Math in ze sail, l'initiateur de ce fil, si ce n'est pas un troll, qu'il prenne le temps d'apprendre avant d'aborder ce genre de trajet; d'ailleurs ne pas voir tout de suite la difficulté de ce projet est une preuve d'inexpérience totale en nav' (et savoir mener un dériveur n'y change rien, même si c'est la première étape vers l'autonomie).
Que conseiller alors? peut-être de faire des exercices de nav dans la rade de Brest, puis un premier long trajet vers Morgat ou Douarnenez aller/retour, un tour dans les courants du chenal du Four une autre fois, encore après aller à Molène, au Conquet, ou à l'aber Ildut... Bref, pas de précipitation. Et ne pas se contenter des relèvements et de la règle Cras: les calculs de marée, les alignements seront au moins aussi importants pour aller à Ouessant ou à Molène.

Le problème, c'est que dans ce coin ce n'est pas très progressif; dès qu'on sort de la rade, on est en mer d'Iroise et les choses sérieuses commencent. Il faut s'assurer d'une bonne météo, c'est vraiment important.
Il faut se donner les moyens de réaliser ses rêves, même si c'est long.
Bon courage!

30 sept. 2012
0

Salut KAIROS,
Je suis d'accord avec toi je n'avais pas oublié le goulet, ma réponse se voulait généraliste.
Evidemment que l'effet de la renverse n'est pas immédiat etc. etc.
Loin de moi de penser être un Moitessier pour avoir fait ces petits voyages dans des conditions toujours acceptables.
J'ai également fait ce "grand périple" en passant par Belle ile en Terre, mur de Bretagne, Josselin et Vannes en 2H30.
Entièrement d'accord avec toi pour la graduation de l'apprentissage.
Bon dimanche,
Gilles

30 sept. 201230 sept. 2012
0

Savoir que certains se rendent à Ouessant depuis le continent en KAYAK... Rien d'un exploit, juste attendre les conditions qui le permettent.... :reflechi:

30 sept. 201230 sept. 2012
0

C'est une opinion très personnelle, mais dans la vie, il faut savoir apprécier les différentes étapes vers un but. Aller à Ouessant (lieu mythique pour moi) après n'avoir été qu'à Camaret, (surtout en partant de Brest) me parait griller les étapes. Ca risque de rendre blasé à 30 ans (mais c'est mon opinion très personnelle). A moins de viser très haut, genre tour du monde, alors rien à dire, Ouessant dans ces conditions n'est qu'une étape.

Griller les étapes, c'est manger le dessert avant l'entrée, c'est faire l'amour sans préliminaires. Que reste t-il à découvrir ensuite ?

Mais je sais bien que nous vivons à l'époque de la consommation reine, en quantité, rapide, immédiate, même sans en avoir les moyens (financiers pour nous = crédit) (physiques pour les sportifs = dopage).

Ca nous donne des insatisfaits éternels (c'est toujours mon opinion personnelle), des éternels râleurs qui réclament toujours plus alors qu'ils ont tout.

30 sept. 2012
0

J'ai bien compris ce que tu voulais dire Pascal, mais je ne suis pas dans cet optique de consommation outrance d'avoir tout tout de suite. Posséder un bateau je le désir depuis que je suis gosse j'ai attendu, me suis donné les moyens (financiers et techniques) je l'ai restaurer (même si ce n'était pas une épave) pour qu'il puisse naviguer en sécurité. Je n'ai pas écouté certain de mon entourage me disant que je me lançais dans une aventure périlleuse, que j'allais me servir 3 fois du bateau par an. Vingtaine de sortie depuis qu'il est à l'eau (ok c'est la première année).
Ouessant pour mon niveau d'expérience c'est peut être trop téméraire, aussi j'irai d'abord à Douarn' et Morgat, avant je travaillerai à terre la lecture de carte utilisation de la règle de Cras et compas à pointe sèche.
Quitte à me répéter je préfère avoir poster ce "troll post" comme certains peuvent le qualifier ainsi et faire hérisser les poils de certains et recueillir les avis de tous les participant plutôt que de rester dans mon coin faire ma connerie aller à Ouessant me planter sur des cailloux, beugler dans le canal 16.

30 sept. 2012
0

Salut gilles,

Ne t’inquiètes pas, je ne suis pas du tout énervé et je suis désolé que mon dernier message laisse à penser que je le sois.
Pas de problème pour boire un coup à lézardrieux, j'adore ça. Mon bateau est à perros guirec et quand je fini mes bricolages je remonterai vers chez toi parce que le coin est superbe. J'y suis d'ailleurs resté plus d'un an au chantier naval dont je tairai le nom pour ne pas lui faire de pub (parce qu'il ne le mérite pas).
Zone d'ailleurs très technique niveau navigation dès qu'on ne fait pas le grand tour de bréhat. Je me rappelle un retour de paimpol par le kerpont assez impressionnant au niveau du courant. Le genre de coin ou on n'a pas vraiment le droit à l'erreur et à l’approximation.
Peut être qu'il serait possible de se caler un moment pour faire une balade ensemble d'ailleurs, non?

30 sept. 2012
0

Salut Johan,
Merci pour ta réponse.
Voici les noms des 3 chantiers à Lézardrieux:
Le Bon, la Brute et le Truand.
D'après l'emplacement de ton bateau sur ton album je pense que tu as pratiqué La Brute ou le Truand, pas de chance.
Je retrouverai tes coordonnées sur ton site PRO sinon nous pourrions le faire via Hisse et Oh.
Cordialement,
Gilles

30 sept. 2012
0

et vu la carte des courants je partirai au alentour de 3h apres la PM de Brest ...donc le goulet de Brest se fait avec le courant. Arrivée environ 3h apres à la Pointe St Mathieu à l'etal de BM puis courant dans les fesses jusqu'à Ouessant soit par le chenal du Four ou par l'exterieur suivant la destination sur l'Ouessant . la destination sur Ouessant se faisant suivant la direction des vents pour etre a l'abri au mouillage .

Pour ce qui est de la route il suffit d'avoir une carte et des yeux pour repérer les balises et les tours il y en a presque tous les milles on ne risque pas de se perdre ..

30 sept. 2012
0

je dirai le truand.... :reflechi:

30 sept. 2012
0

Bon, aller à Ouessant, OK
Mais Math, une fois arrivé, il fait quoi?

30 sept. 2012
0

il va manger un ragout sous la tourbe à Lampaul ...

30 sept. 2012
0

Il assura correctement son mouillage pour ne pas se trouver dans ce genre de situation

et après il ira mangé un ragout.

30 sept. 2012
0

@ Gilles et Johann : Ouessant, goulet, courants, le bon la brute et le truand... Bon, je vois que la réconciliation sera bientôt arrosée à Lézardrieux ?? Voilà une issue bien sympa.

Dans ce cas, je veux bien jouer l'arbitre chez Didier ( les armes devront être déposées à l'entrée...) :alavotre:

A la suite de quoi, on ira descendre le Trieux à 5 noeuds dans un flot de vives eaux aux alentours de la mi-marée de préférence, histoire de voir si on avance ou si on recule (comment veux-tu, comment veux-tu... :acheval: :acheval:)

30 sept. 2012
0

Bonsoir,
Pas de promesses Lérard de l'action....
Passons-nous nos coordonnées en MP pour nous rencontrer chez Didier, ou Gaude à Loguivy (maintenant Alain) ou chez Maryvonne à Kerloury (mon repère au-dessus de l'école des apprentis marins, face au port)......
Arrêt de la liste, plus s'appelle faire une piste et attention en traversant le pont Lézard les bleus sont là.
Pour le fun ,j'espère que vous m'accepterez je suis passé au moteur (j'ai pas dit à vapeur).
A bientôt,
Gilles

30 sept. 2012
0

:alavotre: :mdr:

30 sept. 2012
0

@Gillespetrel22, Johann, Calypso2, ça fait plaisir que pour une fois tout le monde tombe d'accord!

Bon apprentissage à Math in ze sail.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bien fini ?

Après la pluie...

  • 4.5 (55)

Bien fini ?

mars 2021