Comment prendre un ris par gros temps?

Salut à Tous !

Je fais de la voile depuis peu sur un Oceanis 350 de 88.
Ma question est la suivante:
Comment prendre un ris lorsqu'il y a une forte houle (plusieurs metres) et que l'on est en vent arriere avec les vagues dans le dos et une famille à bord(par exemple en transat)?
Excusez ma question de debutant mais j'aimerai comprendre svp.

L'équipage
07 mai 2019
07 mai 2019
2

perso ! sur bateau classique mise a la cape pour intervenir tranquillement mais je ne suis pas pro mais pour avoir testé plusieurs fois ça va bien

07 mai 2019
6

La question n'est de savoir comment prendre un ris (tu l'apprendras vite en répétant la manœuvre) mais quand. Vu les conditions que tu imagines, cela veut dire que le ris aurait du être pris depuis belle lurette.
En voile, un principe important est de savoir anticiper.
Je ne sais pas si j'ai répondu à ta question.

07 mai 2019
0

à Delta800: Je ne sais pas ce que veut dire mise à la cape :(

à Tilandsia : Oui en partie , mais Si l'on a pas anticiper pour une raison diverse, ou que l'on a pris 1 ris et que la temps forcit rapidement et qu'en faite c'est 3 ris qu il fallait prendre , je me demande si on peut faire cette manoeuvre sans devoir se mettre nez au vent ?

07 mai 201907 mai 2019
0

à Delta 800: C'estbon j'ai compris pour mise à la cape deja merci je viens d'apprendre quelque chose de nouveau dont j'avais aucune idées !! :D

SUPER !

07 mai 2019
1

La mise à la cape d’un voilier consiste à régler le cap du voilier de sorte que le vent et la houle arrivent par le travers avant. Dans cette situation, le voilier ne fera que dériver sur la mer, en se laissant tout simplement porter par celle ci, le vent et le courant éventuellement, sans roulis ni tangage.
La manœuvre est assez simple. Se mettre à la cape consiste, dans un premier temps, à virer de bord. Lors de la manœuvre, vous ne touchez pas aux écoutes de la voile d’avant. Le virement de bord effectué, la voile d’avant se trouve à contre, et elle restera comme cela. Dans le même temps, vous choquez l’écoute de grand voile. Il ne vous reste plus qu’à pousser la barre sous le vent.moi je l utilise justement pour des prise de ris vue que je suis souvent seule sur une petite unité

07 mai 2019
3

je me met a la cape plusieurs fois par an ...d'abord ainsi je m'entraine et affine le réglage et par grosse mer cela permet de prendre l'apéro tranquillement et de manger sans probleme :alavotre: :mdr:

07 mai 2019
1

idem je pense qu il et important de bien métrisé cette manœuvre qui peut ce révélé très utile

07 mai 2019
0

HAHA je vais m'entrainer !

07 mai 2019
0

Merci Delta super renseignement pour moi !

Et en vent arriere cela peut il fonctionner?

07 mai 2019
1

La cape sèche, bien sûr.

07 mai 2019
0

Excellent !

JE VOUS AIME LES COPAINS ! MERCI BEAUCOUP !

BON VENT A VOUS !

07 mai 2019
1

Je prends mon ris sans changer de cap.

07 mai 201907 mai 2019
0

Moi je dis a ma femme chérie, c'est fort la, tu te sens de prendre la barre.

Ah NON.

Parfait alors va prendre le ris.
Et si c'est mal fait je lui gueule dessus, et elle de corvé de vaisselle pour les 10 ans à venir.

:acheval:

Sérieusement, ça dépend du bateau, de son équipement, de la configuration ..
ça peut se faire en continuant de faire route, comme nécessiter de repasser par une phase de quasi près / cap.

07 mai 2019
3

Il y a un fil recent sur "prendre des ris au portant" avec pas mal d'idées
bv r

07 mai 2019
0

je pense que c'est celui la. Pas un fil récent mais les dernières contribs sont récentes effectivement.

www.hisse-et-oh.com[...]portant

Sinon, perso au portant par vent fort, j'ai du mal à faire descendre la GV, je me mets au près pas trop séré, je déborde la GV pour qu'elle ne porte plus, je continu à faire route sous foc seul et je prends mon ris comme ça.
Si la mer est forte, on peux effectivement mettre à la cape pour ne pas se rapprocher du vent c'est plus sécure.

ça dépend vraiment des circonstances et de comment on se sent.

07 mai 2019
0

Attention, je crois bien que c'est pas conseillé de réduire la GV à la cape et encore plus par gros temps.. Perso, j'en ai pas l'expérience car comme vous le savez ce n'est pas une méthode enseignée pour réduire, la cape ne sert que pour se mettre au calme et manger tranquillou un morceau ou aussi pour arrêter le bateau en cas d'urgence..
Viking pourrait mieux nous expliquer le sujet.

08 mai 201908 mai 2019
1

well, la cape permet beaucoup plus que ça !! pardon vis à vis des anciens de me citer mais il y a des nouveaux !!

Le récit de la traversée de l’Atlantique Nord :

association-first30.org[...]ng.html

extrait
" On ne saura jamais ce qu’a fait Hal mais nous nous sommes retrouvés brutalement à contre, bâbord amures. Le bateau reste bien calé. Hal amarre la barre et me propose de voir ce qui se passe, " give it a chance, man ! ". Le bateau semble content

et finalement nous resterons à la cape courante bâbord amures jusqu’au lendemain matin. S’ensuivirent 17 heures qui resteront un bon souvenir, quel confort après la fuite. Quel bonheur de sécher les fonds, nettoyer, ranger, préparer le premier repas chaud depuis longtemps, trouver des canettes de bière encore intactes dans les fonds (la plupart étaient cabossées et percées, penser à les assurer la prochaine fois !), revivre un peu plus normalement, toutes choses étant relatives bien entendu et dormir du sommeil du juste, la VHF sur le 16 quand meme.
"

07 mai 2019
0

Perso, il m'est arrivé de vouloir descendre la GV par vent fort en rafales. Même en me suspendant au guindant, GV débordée j'ai eu un mal fou à la descendre.Mes coulisseaux n'étant pas de 1ère fraîcheur, j'ai demandé au barreur de mettre le bateau bout au vent. Je serai assez d'accord avec Chemistrebor.

08 mai 2019
4

bjt twerky
je reprend votre question

:''Comment prendre un ris lorsqu'il y a une forte houle (plusieurs metres) et que l'on est en vent arriere avec les vagues dans le dos et une famille à bord(par exemple en transat)? ''

dans ce contexte , Tilandsia vous a bien répondu des son 1er post

ensuite :
vous parlez de famille a bord

tous dépend de la famille et combien ils sont ?
alors disons que si vous êtes 4 avec 3 éléphants, autant dire que vous êtes seul !
mais si un autre des 3 est opérationnel, alors les choses seront plus façile .

vous parlez de prendre un ris avec du vent et de la mer soutenu , de l'arrière

a moins d'etre en course avec un équipage de gros bras , on ne laisse pas une voile haute dans ces conditions

on a déja anticiper et pris un ou 2 ris

(pour info ,il n'est pas rare qu'en transat , la GV puisse rester a un ris ou 2 tous le long du parcour)
simplement pour que le bateau soit plus stable car la mer et le vent sur la hanche ont une forte influence sur la stabilité de route du bateau , elle le déséquilibre ,lui font faire des lacets , c'est pourquoi pour réduire cet effet ,le vent doit ''tirer ''le bateau par les voiles d'avant et non le ''pousser''via la GV ,en conséquence vous garderez plus de surface de voile a l'avant et arriserez la GV .
avec plus de surface a l'avant le bateau avance plus droit , (dailleurs
beaucoup traverse la GV ferlée sur la bome, et uniquement avec des voiles en ciseau a l'avant)

donc
dans les grains ,(sous l'alizé ils peuvent etre nombreux certain jours), la GV etant déja réduite, vous n'aurez plus qu'a réduire les voiles d'avant, en les enroulant le temps du passage du grain , ce qui est quand meme plus facile .

maintenant si votre GV déja réduite d'un ris , demande a nouveau a etre réduite alors que vous etes au portant avec un vent soutenu .
sauf a savoir que plus la voile est déja petite puisque déja réduite , plus il sera facile de prendre le ris suivant ,
sachez toutefois qu'il n'y a pas de méthode miracle a cette allure
chacun a son truc pour faire descendre la voile (ou la renvoyer), et étonnement ce n'est pas systématique que le truc qui a bien marché un jour fonctionne aussi bien un autre jour !!
personnellement je ne met pas a la cap pour réduire ou renvoyer au portant .

bonne navigation

08 mai 2019
1

sur la "plupart" des bateaux ... si on se met à la cape et que l'on choque la GV à fasseiller pour prendre le ris, les forces antagonistes voile d'avant à contre / GV bordée disparaissent et même barre à fond à contre le boat re-loffe juqu'a revirer.
ou alors on garde la GV un peu bordée et on la descend en tirant comme un âne.
je pense que cette technique n'est valable que pour de petits boat avec une bonne pelle, au dessus de 35' ... essayez

pour éviter les serpents de mer, tout a été dit sur ce fil :
www.hisse-et-oh.com[...]portant

08 mai 2019
0

C’est sérieux ?

08 mai 2019
0

Ok bon j'aurai déja appris et je vais m’entraîner pour me la mise à la cape ,mais cependant ;

ahunuivoile votre explication m'a bien éclairé aussi, je comprend mieux du coup .vous avez bien visualisé ma question !

merci à tous en tout cas et à bientot.

08 mai 2019
0

tu verras en s'entrainant on voie la difficulté . par exemple le foc à contre l'écoute s'appuyait sur le greement ce n'était pas bon ,dans un premier temps je m'étais un chiffon ..pas satisfaisant par mauvais temps , maintenant j'ai une seconde écoute pour, que je passe a l'interieur des haut bans avant de ce mettre à la cape

ces "trucs" on ne peut les inventer quand s'entrainant ...

08 mai 2019
0

je vais repondre juste "avec une famille à bord)

dans ces cas la famille est dans le bateau , avec une cuvette si necessaire mais personne dehors

08 mai 2019
0

Je dirai, plutôt un seau, ou deux.... et de l'humour!!!

1

Un seau...
José a souvent expliqué qu'il n'est pas un adepte du chiotard et qu'il préfère les seaux pour évacuer ses trop pleins métaboliques.

Moi, si j'étais un de ses passagers, je préférerais largement la cuvette au seau.

08 mai 201908 mai 2019
0

exact ,j'aime la simplicité

et ceci dit ,j'ai un équipier habituel qui prefere le seau aux toilettes ,il s'installe au pieds du mât et fait tranquillement son affaire … bon c'est un bon marin il sait utiliser le seau dans ce cas bien particulier ,savoir faire qui se perd avec les temps "moderne"

08 mai 201908 mai 2019
0

Hahaha ouai ! bon pour le moment ma femme m'aide beaucoup et nos 3 enfants de 14 -10- et 4 ans ne sont pas sujet au mal de mer ..
Mais bon on n 'est jamais à l abri d'un petit vomito !

08 mai 2019
0

Eh oui...hummm...Beurk-Gueurquingue !

08 mai 201908 mai 2019
0

On m'a appris qu'il fallait en toutes circonstances rester manoeuvrant et éviter de se trouver dans des situations où l'on ne pouvait plus faire face (vous me direz à raison que sur une grande traversée on fait avec ce qu'on a mais je me suis cantonné jusqu'à maintenant à du cotier): c'est à dire pouvoir monter au vent, virer, empanner, et que cela nécessitait de porter la voile adaptée au près. C'est vital pour aller chercher un HàM ou éviter un obstacle (côte sous le vent, haut fond etc...)

si je ne me trompe pas, la mise à la cape sur un habitable nécessite un virement de bord pour mettre la voile d'avant à contre: il faut donc à un moment remonter au vent ...ce qui pose problème si on est surtoilé.

J'ai eu l'expérience par exemple d'une navigation surtoilé (ça soufflait et nous étions légers à bord) au près sur un J80. C'était fort peu agréable: la barre était super dure, le bateau se couchait et il fallait sans cesse pointer dans le vent pour éviter la surpuissance (autant dire qu'on avançait pas et qu'on capait encore moins). Cela n'empêchait toutefois pas d'abattre bon plein de choquer la GV et de prendre un ris. Par contre une tentative de virement de bord (certainement pas menée exactement comme il aurait fallu) s'est soldée par un grand coup de lof sur l'autre bord et un équipage au fond du bateau...

Une fois le ris pris, plu de problème et le navire avançait bien plus vite et dans des condition de confort et de sécurité incomparable. Ce que j'en ai retenu, c'est qu'il faut porter la toile du temps et ne pas compter sur des astuces de régatier ( c'était l'objet de la sortie sur ce J80 ceci explique cela): pointer dans le vent, ventiler au chariot et à l'écoute, blinder le patata etc... pour retarder la prise de ris et rester GV haute en attendant le bord de portant salvateur, c'est très beau sur le papier, mais si on présume de ses compétence, cela finit au tas et peut être dangereux.

Il ne faut donc pas être surtoilé. d'autant que larguer un ris est plus facile que de le prendre.

Sur le Bda sur lequel je navigue (souvent en duo) les ris se prennent au port en regardant le temps qu'il fait et le bulletin météo, lorsque cela ne suffit pas, on met le bateau à la cape, ce qui nécessite de ne pas attendre le dernier moment, dès que la barre devient dure et qu'il faut jouer du chariot la Gv descend.

Le capitaine note dans le livre de bord les conditions et les manoeuvres faites en conséquences cela permet de connaitre la voile du temps... Il y a eu des tâtonnements au départ c'est sur.

On peut se faire plus facilement surprendre au portant car on sent moins le vent, mais le savoir c'est chercher à l'anticiper, c'est là que connaitre le navire et ses capacités est important.

Sur un voilier léger on peut mettre la voile d'avant à contre à la main, choquer la GV en grand et mettre la barre sous le vent à n'importe quelle allure. c'est comme cela qu'on s'arrête en voile légère, je n'ai jamais testé sur plus gros.

Sur l'autre fil, certains intervenants font valoir qu'il ne peuvent remonter au vent avec la voilure portée à l'instant t. De ce que j'en ai compris (Je n'ai pas l'expérience du gros mauvais temps au large et je me garderai bien de porter un quelconque jugement), c'est surtout du à l'impossibilité de se retrouver travers ou face aux vagues, mais alors pourquoi ne pas avoir pris de ris (à moins d'être en course) lorsque les vagues ont grossis, cela renvoie par ailleurs aux deux question de l'HàM et du danger sous le vent...

08 mai 2019
1

je ne sais comment les uns ou les autres font , mais au portant c'est certain on peut vite se faire surprendre par la force du vent reel lorsqu'il faut remonter au pres ,car le vent apparent est moins fort ...et avec un bonne brise ça avance bien et on peut porter de la toile .

Pour ma part j'ai toujours un oeil sur l'anémomètre et j'ajoute la vitesse du bateau ..ce qui donne un beaufort en plus (à la grosse) en reel
Donc à partir de là et bien je reduit ou pas . à f5 j'affale l'artimon et à f6 je réduis le genois et a f7 je prends un ris ou avant f7 ..j'ai ainsi des reperes …

De toute manière une fois la vitesse de carene atteinte on peut mettre ce que l'on veut de toile en plus on ira pas plus vite ..par contre le bateau va vite devenir un enfer a gouverner et etre inconfortable ...donc cool

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer