Collision un camion contre bateau ....ça fait mal...

Bonjour
Quel désespoir lorsque la capitainerie du port de Bordeaux m'appelle pour me prévenir qu'un camion a bousculé mon bateau.
Celui-ci était en cale sèche.... le camion a accroché la plage arrière ce qui a fait pivoter le bateau de 30° et incliner de 15° sur tribord en appui sur les 2 dernières béquilles qui étaient encore vaillantes (au lieu des 9). Mais le pire c'est que le bateau est tombé de ses cales de 20cm sur le sol = talonage :-( ...Iemanja est un Amphitrite qui pèse 15 tonnes...
Evidemment la plage arrière est à changer, mais les cloisons ont bougé (1cm), certaines varangues sont décollées, les jonctions menuiseries coque ont travaillée, 2 portes intérieures ne ferment plus....la coque a l'air saine...
J'attend l'expert mais j'ai peur qu'il simplifie les choses...car pour vérifier il faudrai tout démonter...
Est-ce que quelqu'un a déja eu ce genre d'expérience... des conseils peutêtre ... est-ce que c'est grave ... quels points ne faut il pas oublier de vérifier ... quel chantier prendre ... faut-il faire une contre expertise ... faut-il vendre le bateau ... :-(
merci pour votre aide ...

L'équipage
03 fév. 2008
03 fév. 2008
0

bien triste a lire
courage :-(

03 fév. 2008
0

Ca m' est arrive
en aout 2001, la marina de cascais m' appelle et me dit que mon bateau n' a pas supporte le vent ??? Que c' est un " act of god".

Il n' est pas tombe de 20 cms mais de toute sa hauteur, le safran est desaligne, pas de probleme structurel interne a priori, le bas hauban tribord pete.

C' etait au portugal , j' etais en poste a rome, je partais pour un autre poste a rome, j' etais encore en convalescence apres une maladie grave (Maladie de Lyme, les tiques ...)

Le responsable de la societe de manutention maintenance s'est conduit comme un porc, il a DEPUIS FAIT FAILLITE. Il aurait pu declarer l' accident et demander a son assurance de payer mais il s'est obstine

Mon assurance portugaise, Tranqilidade, dont l' expert etait un capitaine de porte conteneurs a la retraite a compris que je me battrais jusqu' au bout, je suis alle 2 fois a lisbonne, j' ai pris un avocat, j' ai envoye un fax par jour, j' ai produit un rapport de meteoconsult certifiant que le vent n' avait pas depasse 15 noeuds cette nuit.
Finalement Tranqilidade m' a fait un cheque sur la base du devis gonfle de mon abruti, j' ai mis le bateau sur un camion pour bilbao, la bas on l' a repare avec un petit chantier efficace.
Financierement je n' ai rien perdu mais l' epreuve a ete dure sur le plan moral.

Je presume qu' ensuite tranqilidade s' est retourne contre mon type.
Morale, il faut se battre, les assurances maritimes traitent peu d' affaires, souvent compliquees, ton bateau est surement reparable, c' est solide un amphitrite (unFirst 30 aussi d' ailleurs )
il faut essayer de garder la tete froide et montrer que son bateau n' est pas un simple objet !!

06 fév. 2008
0

garder la tete froide
bonjour
je comprend pour l'avoir vecue a la rochelle chez unschip..ou mon aloa etait en hivernages ..apres recent achats de notre part et 300hr de boulot avec mon epouse...t neufs.et boum par terre !!
a pres donc la colere la deception surtout garde la tete froide ..face au sinistre toucher a rien sauf a desarme le bateau(si po deja fait)
ensuite un max de photos! sous tout les angles! d ce que tu voie, croie voire, et ne voie pas..
bienssure faux remetrre la betes sur un calages serieux ..(et la peut etre que la pression de la masse sur la quille va esperont le soulager la tructure !!a faire a verifier!

assurances un principes qui vaux pour tout sinistre !ne rien anticipee avant visites de ton assureur expert et compagnie!
si tu doie demontee par toi meme queque element afin de demontre l'etats (faire par ecris et signe bon pour accord ) si refus laisse faire par chantier apres expertise !!et a leur demandes!!

de toutes les manieres signee quant on te le deamde !avec toute les reserves de vis cachees(degats)ectr....

pas de decouragement ...ne pas les lacher pour que ton dossier avance....courages tenacitee!!et si
tu peux un hiss et oh dans ton coin !!pour te sortire en mer !!

cordialement wag..35

03 fév. 2008
0

Oups !
Je compatis, mon bateau étant à terre 10 mois sur 12, c'est la plus importante de mes craintes.

Il me semble que les deux solutions sont:

1) si ton assurance estime que la valeur vénale du bateau avant l'accident est inférieure au coût de la réparation, elle te remboursera cette valeur vénale et vendra le bateau en l'état d'épave ... et tu peux le racheter pour en faire ce que tu veux. Et le réparer (ou faire réparer) sous ta responsabilité et ton contrôle. Et peut-être t'en tirer à bon compte en bossant beaucoup. Ou en acheter un autre.

2) si l'assurance estime que la réparation est jouable financièrement, une galère commence: démater, démonter, faire un expertise contradictoires à tes frais (car l'assurance minimisera les réparation) pour discuter le montant qu'elle te donne pour réparer. Ne pas oublier le coût du transport par la route jusqu'au chantier ... Et vérifier si elle demande des factures pour régler les réparations jusqu'à la hauteur promise ou si elle paie cash le montant estimé. Dans un cas, tu ne peux pas réparer toi-même, et il faut tout faire par des entreprises, dans l'autre cas tu te débrouilles comme tu veux avec l'argent reçu.

03 fév. 2008
0

Pourquoi "expertise contradictoire à tes frais"?
In fine, c'est l'assurance du camion qui devra payer.
L'assurance de notre ami missionnera son expert attitré qui évaluera les dégâts et le coût de remise en état. C'est une affirmation gratuite de dire qu'elle minimisera les montants.
Pour avoir vécu indirectement quelques sinistres dans mon club de voile, l'expert suit le chantier de réparation et valide le travail effectué.

Je pense qu'il est tout à fait inapproprié de commencer à démonter quoi que ce soit. Il faut tout laisser en l'état jusqu'au passage de l'expert qui, éventuellement fera démonter les aménagements là où c'est nécessaire pour son examen.

C'est un peu comme si on envisageait de démonter une partie de la carrosserie d'une voiture acidentée avant passage de l'expert afin qu'il voit mieux. Stupide!

03 fév. 2008
0

Ah ?
As-tu vraiment lu ? Je n'ai pas parlé de démontage avant l'accord de l'assurance , mais après passage de l'expert de l'assurance.

Ta vision des assurances est idyllique.

Bien sûr qu'ils vont minimiser. J'ai eu l'occasion de subir ça, à petite échelle heureusement. Il y a un cas où ils ne minimisent pas , c'est quand ils sont certains de faire payer la partie adverse si un tiers est en jeu.

Et même dans ce cas, ce sera une bataille entre deux assurances dont tu peux aussi faire les frais, avec ton bien immobilisé pendant un certain temps, voire un temps certain, chacun se renvoyant la balle.

Et même qu'il va y avoir un troisième assureur, celui du propriétaire de la place de stationnement.

Une belle bataille d'assurances en vue, ça promet une immobilisation du bateau pendant un temps dont on peut craindre le pire.

03 fév. 2008
0

en attendant,
commence à démonter tes aménagements de façon à faciliter le travail de l'expert.
ce sera tout à ton avantage.
et puis courage, l'ami,

03 fév. 2008
0

hem ! hem!
sale coup ...mais au fait le responsable c'est le camion et non le service portuaire ,a tu eu un contact avec celui ci ? le risque c'est qu'ils vont se bousculer les responsabilités ,enfin il faut que tu commences a démonter avant l'expert et surtout prends des photos avant de commencer, avec gros plan sur les déformations ,bon courage a toi et donnes nous de tes nouvelles .Amicalement

03 fév. 2008
0

démonter ?
C'est sûr, ça?
Je suis pas très convaincu que je toucherais à la "scène du crime". Qui peut assurer que l'expert ne va pas prétendre que c'est toi qui as causé des dommages en démontant mal?

En tous cas, je ne le ferais pas sans précautions, effectivement: photos avant, et surtout accord écrit de l'expert, copie à l'assurance.

03 fév. 2008
0

même avec l'accord
de votre assureur....NE RIEN DEMONTER

ne pas oublier que dans cette affaire il y a aussi l'expert de la partie adverse

03 fév. 2008
0

ne rien toucher
pas avant l'expertise
si l'expert est bon, il demandera un devis avant toutes choses.
Le chantier retenu pour les éventuels travaux (conseillé par ton expert, mais choisit par toi) démontera ou pas, mettra des réserves ou pas (en cas d'avaries découvertes ultérieurement) et ensuite, chiffres en main, l'expert dira si il paye et combien

je devrais dire LES experts, celui de ton assurance et celui de l'assurance du camion

le temps qu'ils trouvent une date commune,( ils ont 2 mois pour ça!!!) ne fait rien avant, sauf faire mettre le bateau en sécurité par les agents du port

03 fév. 2008
0

Huber a raison, je ne démonterais pas
sauf avec accord ECRIT de l'assureur, en stipulant que tu démontes un peu afin de faciliter le travail de leur expert, et bien sûr une tapée de photos pour preuves à l'appui ! Bon courage. Le nôtre est sur bers (pour rénovations) depuis un moment et j'ai toujours peur qu'une fois, il tombe !!! pour l'instant, on s'est contenté d'effraction avec disparition de toute l'électronique :-( et dégats de capot + taud. L'assureur a remboursé le montant maximum du vol, mais n'a rien voulu savoir des dégâts, heureusement pas trop élevés (500 E).

03 fév. 2008
0

Ouf!
Bon courage!

03 fév. 2008
0

Tombé de son ber...
j'ai visité et failli acheté un prétorien en vente sur ce forum.
le bateau était tombé de son ber, les dégats étaient visiblement très minimes.
ils ont été maquillés (cloison fendue masquée par une baguette), le bateau revendu avant que son propriétaire ne s'apperçoive du pot aux roses...
procès...
expertise (destructive, elle porte bien son nom pour vérifier la qualité des réparations effectuées...)
bref un bateau déclassé.
en effet lors de l'expertise il faut être vigilant et même le meilleur expert aura du mal à estimer les dégats "colatéraux" au choc (moteur, gréement,vannes de coque, étanchéité des ouvertures...)
les conseils de robert me semblent particulièrement judicieux.
si la situation est entre le déclassement et la réparation seul le coeur jouera mais peût être pas la raison...
bon courage et tiens nous au courant...

03 fév. 2008
0

Un conseil d'ami
Je rebondis par expérience sur ce que dis Robert:

"Et vérifier si elle demande des factures pour régler les réparations".

Ne te fais surtout pas rembourser sur les devis acceptés par l'expert, mais sur factures réelles.

L'expérience montre qu'il y a toujours des travaux non prévus et si tu t'es fait rembourser sur devis, ce sera pour tes pieds...

Bizarrement, la façon dont les assurances traitent les dégâts "bateau" est complètement différente de la façon dont ils gèrent les sinistres auto où un expert travaille en direct avec un carrossier agréé.
Ils payent en général sur devis et puis l'expert disparait, c'est au client de se débrouiller avec les chantiers.

Bonjour les dégâts pour ce qui n'a pu être vu lors de l'expertise.

RV

03 fév. 2008
0

un avis
Bonjour,

mon voilier de la meme marque que le tien est tombé au meme endroit en 1996 ( pas pour les memes raisons )avec des dégats assez importants mais bien réparés. j'ai quelques tuyaux a te donner si cela t'interesse.surtout les erreurs que j'ai commmises à l'époque. contacte moi sur mon mail. je suis sur bordeaux et puis te rencontrer si besoin mais surtout ne touche à rien avant que l'expert passe. par contre le coin étant un peu " craignos " enlève ce qui peut tenter un voleur
@+
pierre

03 fév. 2008
0

Devoir de précaution.
Mon avis va dans le sens de ceux qui te conseillent de ne rien toucher avant, mais n'oublie pas que tu es en droit de ne pas accepter les conclusions de l'expert. Pour celà il serait sage en effet de prendre un maximum de photos dès maintenant, au cas où.

03 fév. 2008
0

assurance
De toutes façons, puisqu'il semble que ce soit un tiers qui soit à l'origine du dommage (camion et/ou port), normalement ton assurance devrait être de ton côté pour t'aider à obtenir le meilleur remboursement de l'assurance du/des "coupable(s)".

A moins qu'ils soient malheureusement assureurs des deux parties. Ou qu'il y ait une collusion de mauvais aloi avec l'assurance opposée.

A priori, tu n'as rien à perdre à te rapprocher de ton assurance et leur demander quoi faire. Tout en restant vigilant...

Bon courage!

03 fév. 2008
0

comme dit plus haut ..
tu ne touche a rien...quand l'expert est là( tu harcelle gentiment) de tout ton stress...
ne pas oublier que tu est la victime , que le têtu gagne le fort , plus tu serra exigent , plus tu serra pris en considération..
vois avec ton assurance , et selon, un expert d'assuré qui défendra tes intérêts dans la mesure ou il sait qu'il aura 10% de ce qu'il obtiendra de l'assurance adverse

03 fév. 2008
0

Collision bateau camion

Le bateau a été redressé et calé par une entreprise du port de Bordeaux(ils ont fait venir une grue 150 tonnes).

L'assurance du camion est différente de celle du bateau.

J'ai commencé à vérifier la structure par les accés des planchers mais sans aucun démontage.
De toutes façon il sera nécessaire de démonter une partie des aménagements pour vérifier le reste, mais pour ça j'attendrai la décision de l'expert.

Wauquiez me conseil le chantier SMN à Port Grimaud, ils connaissent bien ce bateau (c'est l'ancien SAV de Wauquiez) mais bon c'est loin...

Sinon la dernière expertise de ce bateau date de 2005 et l'estimation de l'expert était 120 000€.

Serai-t-il justicieux de vendre ce bateau avec le bénéfice de l'assurance au profis de l'acquéreur... ce n'était pas dans mes projets mais je ne supporterai pas une mauvaise restauration (je suis trop exigent)

Merci beaucoup pour vos conseils.

03 fév. 2008
0

tu ne peux pas
le vendre dans cet etat là , je ne pense pas que tu en ai le droit , le sinistre n est pas soldé

maintenant tu n 'as pas beaucoup de choix , il te faut attendre que les experts et assurreurs avancent dans leur demarches et prennent une decision concernant la reparabilité ou non du bateau

ensuite si ils decident de reparer a toi comme te l' a conseillé deja quelqu'un de faire en sorte que l 'assurance paye sur facture et non sur devis et d'EXIGER du chantier qui fera le boulot un travail irreprochable selon tes gouts

;-) ;-) ;-) ;-)

03 fév. 2008
0

ne rien toucher et laisser
faire les experts et les assurances

en attendant tu peux déjà regarder du coté des camping car pour les vacances de l'année en court au moins

pour le chantier, qu'il soit à Port Grimaud ou en Mongolie Extérieure, c'est pas ton problème mais celui de l'assureur et il vaut mieux sécuriser la réparation en relation avec le constructeur, ce qui sera un + lors d'une revente éventuelle

amicalement

03 fév. 2008
0

Patience ....
Une des choses difficiles à intégrer mentalement, c'est qu'il faudra des mois pour clore le dossier. Peut-être même une saison 2008 fichue comme le dit JP.

Peut-être demander à Wauquiez s'ils ont un de leurs experts dans ton coin, pour que tu puisses avoir un avis de celui-ci (indépendamment de l'expert que mandateront les deux assurances adverses). Voire de déplacer un gars de Wauquiez lui-même ?

03 fév. 2008
0

penser aussi
qu'il va y avoir une perte de jouissance à inclure dans la liste des frais.

03 fév. 2008
0

a la réflexion
Sauf erreur de calcul 20cm c'est une vitesse d'arrivée au sol de 1m/s. Je suis étonné de tels dégâts. Même si c'est un choc sur matériau dur.

03 fév. 2008
0

En fait
Le bateau était sur 1 cale de 20 cm de hauteur, mais lorsqu'il pivoté de 30°, la quille n'a touchée le sol sans dérapage qu'à 1 mètre (environ)de son emplacement d'origine et je pense que le bateau est peutêtre remonté en prenant appuis sur ses étais pour redescendre 1 mètre plus loin lorsque ceux-ci ont cédé.
J'ai aussi été très surpris des dégats occasionnés par cet incident, mais personne n'a vu la trajectoire du bateau...

03 fév. 2008
0

D'expérience, dans un autre métier...
Il ne faut pas attendre grand chose des experts d'assurance dont le boulot est de défendre l'assurance (qui n'a pas forcément les mêmes interets que toi...) donc : il y a faute caractérisée, assigne le transporteur + le port au tribunal, un expert judiciaire (pas forcément meilleur mais impartial celui-ci et qui peut être dénoncé en cas d'incompétence)... bref c'est avocat et tout le tremblement et je ne pense pas que ce soit une perte de temps, car imagine que les deux experts (le tien et celui du transporteur) ne soient pas d'accord, ce qui est bien souvent le cas, car leurs intérêts divergent... il y aura procés, mais dans 2 ans !

05 fév. 2008
0

C'est quoi le problême??
..Récupérer au mieux et au plus vite le bateau...
Sauf effectivement à louer la saison prochaine..
Ce qui exclue une "juridisation" de l'affaire,car là c'est barré pour 3 ans...
_En faisant la synthèse des propos des matelots,tu as une foultitude de détails auxquels on ne pense pas ....
_Tu n'as rien fait...

Par contre,par expérience d'automobiliste,un client carrossier m'avait "engueulé" parce que j'avais fait passer l'expert hors de ses yeux....
Jamais d'expertise sans le pro réparateur...

ET éventuellement un devis autre que celui de l'expertise dans ta poche...

Bon courage.

05 fév. 2008
0

Nous ne sommes plus pressé
Ce bateau n'est pas prévu à la location, donc je ne suis pas pressé, mais je viens de vendre ma société pour naviguer et en profiter un peu. Et évidemment je ne pense pas que les réparations soient finis avant la fin de l'année.
Pour l'instant nous avons aucune intention de procès dans la mesure ou le résultat de l'expertise, qui ne sera faite que dans 3 semaines, soit conforme à nos attentes (aucune de perte de valeur de revente et une solidité identique à l'origine).
Nous allons le faire réparer soit à Port Grimaud chez SMN, sinon au port de la Rochelle au chantier des Minimes.

05 fév. 2008
0

Attention aux écueils :
Tu signalais, à juste titre d’ailleurs : « J'ai aussi été très surpris des dégâts occasionnés par cet incident,… ».
Normalement, en tous cas s’il est normalement constitué, ça devrait surprendre aussi l’expert adverse. Il devrait d’ailleurs bondir sur l’occasion pour en déduire que :

1°) En 2005 le bateau était en parfait état (attesté par l’expertise de l’époque)
2°) Le choc d’une hauteur de 20cm est sans aucune commune mesure avec les dégâts observés

Donc……le bateau a subi un talonnage depuis l’expertise, talonnage que le propriétaire cherche à faire prendre en charge dans le cadre de la réparation du dommage mineur infligé par le camion.

Rien que cette divergence cognitive se suffit à elle-même pour justifier la mise en œuvre d’une procédure judiciaire (dilatoire ?...).

Sur le rôle de chacun des experts :
Nous ne sommes pas dans le cas d’un sinistre automobile pour lesquels un système de compensation automatique est mis en œuvre, mais sur un pur sinistre RC dans lequel l’expert de ton assurance (qui ne payera rien de toutes les façons) te représente pour défendre tes intérêts auprès de l’expert représentant l’assureur adverse.

Dans le cas précis que tu décris c’est à toi ou à ton expert qu’il convient de démonter les dommages dont tu souhaites obtenir réparation ont été causés par le camion et exclusivement par le camion.

Charge à l’expert « défendeur » de lever le maximum de doutes pour protéger ses intérêts.

Pour simplifier : si l’expert adverse refuse purement et simplement tout dialogue (c’est du vécu…) quel serait, pour sa partie le risque ?

Et bien, aucun en fait :
Si il refuse, l’affaire devra devenir judiciaire. Tu n’y tiens pas donc tu seras ouvert à un compromis
 l’adversaire est alors gagnant

Si, faute de compromis, l’affaire doit devenir judiciaire, elle va induire une perte de temps importante.
Ne s’agissant pas d’un bien professionnel ou pouvant donner lieu à une perte d’exploitation justifiable (c’est un objet de loisir pour « riche ») la notion de perte de jouissance ne pourra qu’être symbolique. En revanche, le temps durant lequel aucune indemnité ne sera versée sera autant de bénéfice financier pour le défendeur.
 l’adversaire est alors gagnant

Si, un doute suffisant (ou un contexte local ou tout autre variable qui fait l’incertitude d’une procédure judiciaire…) amène le juge à pondérer si peu que ce soit la responsabilité du camion, le montant de l’indemnité ne pourra que baisser.
 l’adversaire est alors gagnant

En pratique dans ce dossier :
1°) Le bateau était sur ber.
Sous quelle responsabilité était-il stocké (voir contrat) qui est responsable du calage et du choix des bers (contrat pour la manutention) a qui appartiennent les bers ?
- Le propriétaire ?
- Le port ?
- Un prestataire ?

Ces parties ont-elles été mises en cause ? Si oui =&gt RAS TVB Si non =&gt il est important qu’elles soient présentes dès la première réunion d’expertise.

2°) Le bateau sera réparé.
Ce ne sera pas l’expert qui sera ni maître d’œuvre ni maître d’ouvrage.
Il faudra donc que le réparateur qui effectuera les réparations sous sa responsabilité soit présent et que ce soit lui qui détermine les travaux qui doivent être effectués. Sous le contrôle des experts qui évalueront le bien fondé de ces travaux et surtout leur corrélation, ou non, avec le dommage occasionné par le camion.

3°) Perte de valeur de revente
Un bateau acheté sous sa cote et détérioré par un accident ne verra peut être pas sa valeur se réduire.
Un bateau acheté au-dessus de sa cote et bien répara ne vaudra jamais que sa cote, c'est-à-dire que sa valeur sera réduite.

Un bateau accidenté est et restera un bateau réparé.

4°) L’accident a-t-il eu lieu sur la voie publique ?
Si oui, à quel titre le bateau était-il stationné sur une voie publique et sous quelle couverture d’assurance ?
Si non, a quel titre le camion circulait-il et sous la couverture de quelle assurance (sujet « drôle »…) ?

Bon courage, mais ce sera long.

08 fév. 2008
0

Oh, ben, t'en dis des choses là....
"[i]Le bateau est-il assuré "tous risques" ? Si oui, ton assurance couvrira suivant la valeur prévue au contrat et exercera son recours contre le tiers en en supportant les frais et les risques(subrogation)[/i].

Oui, mais dans deux limites :
Une assurance tous risques n'est pas une assurance n'importe quel risque. Le bateau à terre, sur des bers amateurs, est-il couvert.

Les dommages sont-ils en rapport avec le sinistre déclaré (voir plus haut)

"[i]Dans ce cas, pour minimiser son risque et son immobilisation financière, ton assureur a intérêt à limiter ses décaissements[/i]".

C'est absolument exact. Et le moyen le plus simple pour le minorer, c'est de la différer.

[i]"Dans ce cas, il y a une opposition d'intérêts (ne fusse que potentielle) entre assuré et assureurs"[/i].

C'est dénué de sens en théorie puisque l'assureur se substitue à l'assuré.
Ce n'est pas un conflit d'intérêt, c'est une divergence cognitive : l'assureur s'occupe d'indemniser les dommages qu'il couvre à leur valeur réelle. Pas un radis de plus, pas un kopeck de moins. L'assuré attend la remise en état de son bien à la valeur qu'il estime valoir. Nuance.

"[i]D'où, deuxième question, es-tu couvert en protection juridique ?
Dans ce cas, sans tarder, tu dénonces le sinistre à l'assureur Protection juridique (qui n'est peut-être et souvent pas le même que celui des autres risques couvrant le bateau).[/i]"

C'est ici que les athéniens s'éteignirent...

Dans le mot Protection Juridique il y a...juridique. L'intéret de ce type d'officine n'est pas de règler VITE les dossiers, mais de justifier leur activité par une complexification parfois excessive des procédures. Imagine que les parties s'entendent à l'amiable, comment pourraient-ils traiter le dossier...Enfin, souvent, l'accompagnement du Client a comme effet pervers (pour qui...?) de suspendre le règlement par l'assureur. Ben voui...puisque vous contestez, nous, on va pas boucler le dossier, mais...on est à vos côtés (tout bénef...).

"[i]Il doit intervenir ne fusse qu'en dépêchant un expert que tu as la liberté de choisir. Puis, si les choses s'envenime, un avocat de ton choix.
Au plutôt "ton" expert sera saisi du dossier et interviendra, au mieux tes intérêts seront protégés[/i]".

Mouais, mais là on est déjà en 2010....

08 fév. 2008
0

pas sûr du tout
Quelques questions avant toute chose ?

Le bateau est-il assuré "tous risques" ? Si oui, ton assurance couvrira suivant la valeur prévue au contrat et exercera son recours contre le tiers en en supportant les frais et les risques (subrogation). Dans ce cas, pour minimiser son risque et son immobilisation financière, ton assureur a intérêt à limiter ses décaissements.

Dans ce cas, il y a une opposition d'intérêts (ne fusse que potentielle) entre assuré et assureurs.
D'où, deuxième question, es-tu couvert en protection juridique ?
Dans ce cas, sans tarder, tu dénonces le sinistre à l'assureur Protection juridique (qui n'est peut-être et souvent pas le même que celui des autres risques couvrant le bateau).
Il doit intervenir ne fusse qu'en dépéchant un expert que tu as la liberté de choisir. Puis, si les choses s'envenime, un avocat de ton choix.
Au plutôt "ton" expert sera saisi du dossier et interviendra, au mieux tes intérêts seront protégés.

10 fév. 2008
0

Moi ce que j'en dis...
Dans mon post, je me suis limité à résumer ma pensée. J'aurai pu être eaucoup plus long.

Tu sembles avoir une idée fort suspicieuse et négative du monde des assurances en général.

A titre professionnel, je gère souvent ce type de problématiques et je me permets donc, à ce titre, de ne pas partager ta vision des choses. (Je précise que je ne travaille pas pour ou dans une assurance et que je n'ai aucun intérêt personnel à les défendre). L'écrasante majorité des sinistres se règle rapidement quand les faits sont simples. Cela commence à être plus complexe lorsque plusieurs causes et plusieurs responsables se superposent ou que les faits ne sont pas établis à suffisance de droit.

Le monde des assurances n'est certes pas idyllique mais il obéit à une logique tant économique que juridique très stricte. C'est un monde dur sans sentimùent mais logique.

A partir du moment où tu le comprends, en analysant un contrat, tu peux te faire une opinion sur la couverture ou nonb d'un sinistre.

Ta première réflexion est tout à fait exacte. Il faut vérifier si l'assurance couvre le risque du bateau à terre (c'est le cas dans la plupart des cas). Si le bateau avait talonné avant (ce que son propriétaire conteste) sans avoir créé de dommage visible ou nécessitant une réparation, ce sinsitre pourrait également être couvert par la Cie (Qui n'a jamais talonné ne fusse que très légèrement sans suite ?)

Sur l'opposition d'intérêts, tu n'as pas compris cette notion de droit. Tu parles de différence entre les attentes du plaisancier sinsitré et ce que l'assureur va lui payer. C'est autre chose. L'assureur va payer ce qui est prévu au contrat ; si le sinsitré voulait plus, il fallait soit souscrire un contrat plus avantageux et donc plus cher (si c'est possible de trouver un assureur), soit s'assurer soi-même.
L'opposition d'intérêt, c'est une autre notion. C'est lorsque dans l'application d'un contrat, assureur et assuré sont susceptibles de s'opposer sur l'interprétation des notions du contrat lui-même. (Je ne vais pas m'étendre plus avant sur cette question même si elle mériterait un article à elle seule).

Quant aux protection juridiques, là, je vois que tu n'as aucune connaissance réelle de ce secteur.
Une assurance PJ, comme toutes les autres, à intérêt non pas à se montrer utile mais à limiter ses décaissements. Aussi, pour elle, un bon dossier est un dossier que peut se clôturer vite et, si possible, avec le moins de frais possible. Une assurance PJ ne va donc sûrement pas retarder les choses car plus ça tarde, plus il risque d'y avoir des procédures longues et surtout coûteuse.
Toujours par expérience professionnelle, je sais que les gestionnaires de PJ cherchent toujours à aller vite pour limiter les frais.
Maintenant, là où il peut y avoir un risque c'est quand la PJ est liée à l'assureur d'un autre risque. Mais dans ce cas, il reste toujours un contrat clair et le libre choix de l'expert et de l'avocat.

Le système ne fonctionne pas mal même s'il peut être amélioré. Maintenant, personne n'est obligé de souscrire une assurance dégâts métariels ou Protection Juridique.

Mon post, certes fort simpl(iste), reprenait les premières orientations et décisions à prendre en cas de sinsitre surtout si le complexe de faits rend a priori la gestion de l'indemnisation délicate.

J'en ai écris assez pour aujourd'hui....

08 fév. 2008
0

sur LR
chantier des minimes ou chantier du vieux port (sur le plateau nautique (près du Mc do)
les deux ont bonne réputation

08 fév. 2008
0

Excuses moi...
tu parles du plateau technique et du mac do? what else ??

06 fév. 2008
0

Une théorie réaliste
Ta théorie pas si théorique que ça est quand même inquiétante...
Les bers m'appartiennent fabrication maison...
Comme dans tous les ports des véhicules circulent ...
Je n'ai jamais talonné avec ce bateau.
Le bateau est retombé de plus haut que 20cm car il s'est retrouvé à 1 mètre de son emplacement d'origine sans avoir touché le sol, je pense qu'il s'est appuyé sur son bers, ce qui l'a fait monter et ensuite il est redescendu lorsque les bers ont cédés...

merci

08 fév. 2008
0

le bateau
a peut etre ete soulevé par le camion, si il a acroché l'arriere les patins du ber ont poinconnés la coque et il a pivoté la quille en l'air ce qui expliquerai le deplacement de la quille d'un metre sans trace au sol le bateau a t'il ete deplace de l'endroit du choc? sur le parking? en tout cas demande a l'expert une verification de la coque a l'ultra son pour connaitre avec precision les zones delaminées bon courage a vous 2

08 fév. 2008
0

Enfin un témoin
Je viens de m'appercevoir que le moteur a aussi bougé, il a avancé de 2 cm vers l'avant...la chaise a bougée aussi... :-( :-( :-( :-(

Mais j'ai enfin la réponse à autant de dégats, un témoin a vu l'accident.... et oui, le camion n'était pas à l'arrêt, il a percuté le bateau alors qu'il roulait au moins à 40 km/h ce qui justifie les dégats.... :-D

J'espère que la coque n'est pas délaminée.... :-(

08 fév. 2008
0

on peut dire
que les bers étaient bien conçus. En pareille circonstances le bateau aurait pu tomber. Les dégâts auraient étés bien pires.

Donc ce n'est pas tant le talonnement sur un sol dur que la prise "en vrille"? par l'arrière qui a tout fait travailler dans un sens inhabituel.

Dans ce cas les décollements ne doivent pas être symétriques.

24 mar. 2008
0

Pas vu passer le fil
Bonjour,

Je ne sais pas où tu en es, depuis que tu as lancé le fil, et je m'amène sans doute quand que la messe est dite. Mais, comme j'ai aussi un Amphitrite (un 43 de 82), peut-être trouveras-tu deux ou trois choses intéressantes dans ce que j'ai à dire.

Deux expériences récentes :

Février 2005 : Je fais sortir le bateau de l'eau dans un port du Languedoc. Le grutier était seul, moi-même je tenais l'amarre de proue et je ne voyais pas bien où il passait les sangles ; bref, il a pris d'abord le bateau sur l'arbre et, lors de la 2nde manœuvre, sous la quille ; ça a ripé et l'ensemble est retombé à la baille d'une hauteur d'environ 1,5 m.

Coup de tél. à l'expert de mon assurance qui me demande de faire chiffrer les dégâts et convoque l'expert de l'assurance du port pour une expertise contradictoire dans les 10 jours.

On discute à peine. Le capitaine du port reconnaît que le grutier n'aurait pas dû être seul pour un voilier de ce calibre (pas évident à lever) et qu'il n'a pas placé ses sangles aux endroits indiqués. Donc, responsabilité pleine et entière du port.

Quelques dégâts mineurs : sonde arrachée, vît-de-mulet de l'artimon brisé net, support de du fouet de la BLU cassé, etc. Mais il y avait surtout l'arbre, la chaise d'arbre et peut-être même un support du moteur qui avaient morflé. Le pro à qui je m'étais adressé était plutôt du genre bricoleur, pas du genre à changer les pièces. Son devis était tellement raisonnable qu'il a été adopté immédiatement à l'unanimité.

Je suis parti un peu vite (il est vrai que j'étais attendu en Sardaigne) après la rectification de l'arbre. Ultérieurement, l'arbre, la chaise d'arbre et les supports du moteur devront être changés.

Je ne mettrai pas ça sur le dos des deux experts qui se connaissaient bien (encore que...), mais plutôt sur le dos du chantier qui a largement sous-estimé les dégâts. Depuis, il a fait faillite. Comme quoi...

Moralité : Il vaut mieux s'adresser à un chantier sérieux, ayant les moyens de faire un bilan complet des conséquences du sinistre, et éviter les réparations qui ressemblent à du bricolage.

Second épisode plus tard.

27 juin 2008
0

Chiffrage contradictoire
L'expert des AGF (partie adverse) me demande maintenant un chiffrage contradictoire..... jusque la je suis ok sauf que 6 mois après l'accident ça traine pas mal...

Mais est il obligé de m'imposer de déplacer le bateau dans le chantier qui à fait ce premier devis (avec lequel je suis d'accord) pour faire cette contre visite?????
J'ai demandé à faire ce nouveau chiffrage à Bordeaux lieu ou est stationné le bateau afin d'être sûr que lorsque je le confierai à un chantier on signé un contrat.

Qui sais si on peu m'imposer le déplacement du bateau pour ce chiffrage contradictoire????

27 juin 2008
0

a lorient est arriver
de gros degat sur un x suite a un tallonage important le bateau avait apène 6 mois tous l interrieur a bouger les porte fermait plus les tiroir s ouvrait plus non plus le chantier qui a réceptionner le bateau avait même demander a x de le remettre sur un moule que x refusat bien entendu x proposait une coque nue a remonter que l assurance refusat donc ca finit part un demontage complet du bateau réparation et remontage mais qui a couter plus cher q une coque nue et remontage alors je connais pas ton bateau mais peut tu pas avoir une coque nue avec vauquier pour remonter tes amenagements ce qui te permet d avoit une coque sur et plus fiable car ce genre de sinistre peut parfois laisser des incident non vue et donc pas reparer

27 juin 2008
0

je pense ...
qu'il serait plus simple si le devis doit être contradictoire de déplacer un gars du chantier qui doit faire les travaux.L'expert doit penser que tu veux simplement l'argent et faire le mini de travaux.
Toutefois comme l'expert n'a aucun souci à faire trainer si tu pouvais te lasser....

27 juin 2008
0

Un détail important
Une réclamation d'assurance se prescrit par un délai de 2 ans. Cela passe vite quand le bordel commence à trainer.

Tu dois donc, avant la fin du délai de 2 ans à compter de la déclaration du sinistre, envoyer un courrier AR à l'assureur (pas au courtier, mais à la compagnie) pour réclammer le réglement du sinistre. Cela interrompt la prescription pour deux nouvelles années, et tu recommenceras aussi souvent qu'il faudra pour être payer.

Il te reste un peu de temps, mais n'oublie pas...

Jacques

27 juin 2008
0

Le devis est important
presque 100 000€ pour réparer tout ce qui a bougé dedans le bateau.

J'ai peur qu'en acceptant de faire le devis contradictoire sur le chantier de réparation (ce qui nécessite un convoyage du bateau par la route), les experts modifient le devis de réparation et me laissent en plan avec mon bateau à moitier démonté.

J'aurai préféré qu'il y ai un accord avant le convoyage et c'est pour cela que je préfère faire le chiffrage contradictoire à Bordeaux.
Il faut que j'arrive à convaicre les experts.

27 juin 2008
0

?
je ne comprends pas bien ... en principe tout ceci ne devrait pas se régler entre toi et la partie adverse, mais entre ton assurance et l'assurance de la partie adverse ... enfin il me semble ?

27 juin 2008
0

100 000 euro
a tu lu mon post au dessus a tu joint vauquier pour savoir si il ont une coque nue ca couterai moins cher quand meme non puis remettre tes aménagement dedans

28 juin 2008
0

80% de main d'oeuvre
Noel
80% du prix n'est que de la main d'oeuvre,car la structure du bateaun'a pratiquement rien. Mais de toute façon, le modèle ne se fait plus depuis 20 ans; c'est un Amphitrite
;-)

28 juin 2008
0

Controle de mon bateau
Tout à fait Robert, tout ceci devrai se règler directement entre les assurances.

Mais avant de convoyer le bateau de Bordeaux à La Rochelle, je demande juste à ce que les partis soient d'accords sur les réparations à effectuer.
Je ne veux pas que une lorsque le bateau sera sur le chantier et partiellement démonté que les experts refusent certaines répérations.
C'est pour cela que je voudrai imposer le lieu du chiffrage contradictoire à Bordeaux afin de grader le controle de mon bateau.

28 juin 2008
0

Engager 100 K€ de travaux, impensable
Si j'ai bien compris, le montant des réparations tourne autour de 100 K€. Si c'est le cas, on trouve couramment des Amphitrites autour de ce prix et en bon état.

Il vaudrait mieux à mon avis, demander l'argent à l'assurance et lui laisser l'épave. C'est comme une voiture passée au marbre, elle ne sera jamais comme à l'état d'origine.

A titre d'exemple, il y a ici un Amphitrite à vendre en bon état à 55 K€ avec moins de 10K€ de travaux à faire pour qu'il soit comme neuf. J'ai les coordonnées du propriétaire.

RV

28 juin 2008
0

tous a fait d accord
avec capitaineherve pourquoi ne pas le changer et je doute que l assurance va deboursser cette somme la aussi

29 juin 2008
0

Et l'équipement du bateau
Il faut y penser, c'est vrai que certains bateaux sont moins chers, mais il faut les équiper. Pour donner un exemple, l'ancien propriétaire a fait 130 000€ de travaux entre 1997 et 2000 (moteur, grément, voiles, propulseur, BLU, désallinateur, Groupe électronique.....)
Mais c'est vrai il faut calculer et comparer.

29 juin 2008
0

Pas sûr que ce soit un bon calcul
Tout ce que tu décris a entre 8 et 11 ans et n'ajoute pas bcp de valeur au bateau.

Le 1er point est la valeur que la Cie d'assurances estime pour ton bateau. Malgré l'équipement que tu décris, je serais surpris que cela dépasse 120 K$. Mais as-tu fait l'exercice?

Par ailleurs, à quel prix pourrais-tu vendre ton bateau s'il était en bon état? A vue de nez, trouver un acheteur rapidement à plus de 100 K€ me parait difficile par les temps qui courent (et je doute fort que les choses s'arrangent, les belles années semblent bel et bien derrière nous).

Personnellement, j'essaierai d'obtenir le maximum de la Cie d'assurances et je chercherai un autre bateau.

Par expérience, les propriétaires ont tendance a valoriser leur bateau en ajoutant le prix d'achat plus les frais qu'ils ont fait dessus. 1

Dans les faits, ça ne marche pas comme cela. Il y a une cote et des plus et des moins en fonction de l'équipement et de sa vétusté: ton électronique, même si elle fonctionne ne vaut plus grand-chose, les voiles non plus, le dessal, j'ai qques doutes, quel est l degré d'humidité de la coque, etc..

J'en suis désolé si je te parais un peu brutal, c'est pourtant l'exercice que tu dois te résoudre à faire malgré l'attachement que tu peux avoir pour ton bateau.

Bon courage

RV

29 juin 2008
0

Une idée en passant
Est-ce que ton contrat prévoit la prise ne charge d'un expert d'assuré ; une sorte de contre expert choisi par toi et payé par l'assurance, comme dans une assurance immobilière ?

30 juin 2008
0

Je ne sais pas pour mon contrat
L'assurance accepte de prendre en charge les réparations de mon bateau mais ce qui m'inquiète c'est que les experts souhaitent faire un chiffrage contradictoire dès que le bateau sera sur le chantier.
Moi je préfère que tous les accords soient négociés avant le convoyage du bateau afin de ne pas avoir de surprise.

30 juin 2008
0

Expert d'assuré
S'il est prévu au contrat, l'expert d'assuré est rémunéré en fonction du montant de l'indemnisation accordée. Plus il obtient, plus il est payé. C'est le seul expert qui aura les mêmes intérêts que toi ; il négociera pour toi.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (175)

novembre 2021