Collision

A French fisherman has died after his vessel was in collision with a Condor Ferry on its way to Jersey from France

c'est le St Malo Jersey qui a coulé hier ce bateau de pêche.
1 mort et deux blessés.
Pour en avoir croisé plusieurs, ils vont vraiment vite très vite env 35 nds, je n'étais pas serein.

JJ

L'équipage
28 mar. 2011
28 mar. 2011
0

ce matin
...

28 mar. 2011
0

premar
www.premar-manche.gouv.fr[...]que.php

Collision entre un ferry et un navire de pêche au large de Granville

Paru : Le 28/03/2011 à 15:50

Lundi 28 mars 2011 à 8h50, le ferry Condor Vitesse de la compagnie Condor Ferries qui effectuait la liaison Saint-Malo/Jersey a signalé au port de Saint-Helier (Jersey) une collision avec le navire de pêche Les Marquises immatriculé à Granville. Cet accident s'est produit entre le plateau des Minquiers et les Iles Chausey à environ 30km dans l'ouest de Granville.

Le port de Jersey a immédiatement envoyé le canot tout temps de la Royal National Lifeboat Institution (RNLI). Le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) de Jobourg a coordonné l'opération et a dépêché l'hélicoptère Dragon 50 de la sécurité civile basé à Granville, armé par une équipe d'urgentistes. Plusieurs navires de pêche sur zone ont rapidement rallié le lieu de l'accident.

A la suite de la collision, les trois membres d'équipage du navire de pêche ont été repêchés. Deux d'entre eux ont rapidement été récupérés indemmes par les moyens nautiques du Condor Vitesse. Le troisième marin pêcheur a été retrouvé quelques minutes plus tard par un autre navire de pêche, le Joker. Inanimé, le marin pêcheur a été transféré à bord du canot de la RNLI qui l'a rapatrié à Jersey.

Malgré les premiers soins pratiqués sur le pêcheur sur les conseils du Centre de Coordination Médicale de Toulouse et la prise en charge au Centre hospitalier de Jersey, le marin pêcheur, patron du navire de pêche Les Marquises n'a pu être réanimé.

Vers 12h00, le caseyeur Les Marquises a coulé.

28 mar. 2011
0

ça devait arriver un jour
quand on voit à quelle vitesse deboulent ces trucs à la con , il etait etonnant que ce ne soit pas arrivé plus tot .

et meme dans le chenaux d approche a St Malo ils deboulent comme des cons meurtriers , j en ai vu un, un dimanche de grand beau temps où il y avaient des bateaux de toutes tailles dans tout les sens,et bien ils deboulaient encore a au moins 15 nds , c est criminel !
c est un peu comme si on laissait les autobus traverser une rue pietonne à 90 km/h , c est totalement stupide !

en tout cas toutes mes condoléances à la famille du gars qui y est resté

:-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-( :-(

29 mar. 2011
0

mes condoleances egalement...
Il y avait une grosse brume, apparement...
( Source :Ouest Torc'h..)
:-(

30 mar. 2011
0

c'est tout de ^m incroyable!
non seulement le radar,
mais à l'époque de l' AIS...
avec ts ces moyens d'entendre parler de collisions;
non,non,la faute lourde n'est pas de se trouver derrière l'écran radar,
non seulement,mais le règlement (il me semble )oblige à une veille visuelle, et donc à réduire la VITESSE...

30 mar. 2011
0

Décibels contre décibels
"incroyable les survivants ont dit qu'ils n'avaient rien entendu."
Si vous naviguez un jour sur un caseyeur, vous comprendrez que les décibels n'y sont pas absents et c'est un euphémisme.

30 mar. 2011
0

Ils ne passent pas toujours au même endroit..
selon la hauteur d'eau, notamment ils n'hésitent pas à passer à l'ouest de la NE Minquiers si la marée leur permet de passer au dessus des cailloux: ce sont toujours quelques milles de route en moins en donc du carburant économisé.

Ph

30 mar. 2011
0

Juste une sortie de route...
C'est en avril 1995 que le catamaran Channiland a touché un rocher en sortant de la route dans un virage au nord de Corbière.

Ils n'avaient pas négligé le coefficient mais ont viré un peu large dans le S qu'il faut effectuer.( et allaient sans doute trop vite) et ont touchés la Frouquie;

Cette route entre le rocher et la phare était la route régulière des ferries depuis le début du siècle jusqu'aux années 70 ( Sarnia, Caesara...)

29 mar. 201116 juin 2020
0

OUI, mais...
Ces NGV sont normalement munis d'au moins 2 radars qui, compte tenu de la brume, devaient être en service ; et un navire de pêche en acier donne immanquablement un écho radar

Seulement, si il n'y a personne derrière l'écran du radar, c'est une faute lourde...

Ceci étant, ce ne sont que des suppositions et certainement un enchaînement de circonstances funestes.

Je suis souvent dans la zone avec un bateau acier ; jusqu'à présent, j'avais l'impression d'être en sécurité avec l'écho radar sur ce genre de coque : je vais revoir mon jugement.

30 mar. 2011
0

nouvelles
La visibilité était très faible: brouillard
Le condor était proche de sa vitesse max près de 40 nds.
Le choc a été si violant que le bateau a été coupé en deux, des morceaux sont passés au niveau du pont du condor "d'après des passagers"
et incroyable les survivants ont dit qu'ils n'avaient rien entendu. Pourtant on les entend à plusieurs miles.
Comme tu dis NAVI, il y a des zones où l'AIS est loin d'être superflux.
Condoléance au disparu.
JJ

30 mar. 2011
0

Trop de confiance dans les intruments + force de l'habitude
Ce qui me surprend c'est:
1 De mouiller des casiers sur la route prise chaque matin à la même heure ( à 2/300 m près).
2 De naviguer à 37 nds dans une zone de mouillage de casiers habituelle.

Il faut savoir que la proximité des Sauvages ( bouée au sud-est des Minquiers) est un "coin" très "péchant" que se dispute les Malouins et les Granvillais.

Il me semble qu'une solution serait d'instaurer un rail de 300 m interdite à la pêche sur la route empruntée par les NGV.

0

et à force ...
et à force de couper au plus court, il y a quelques années un cata à passagers s'est éventré sur un de ces cailloux : ils avaient négligé le fort coefficient de marée.
C'est du genre :" on ne comprend pas on passe toujours là d'habitude ..."
un autre s'est planté en passant trop près à la Corbières (SW de Jersey) ils ont juste eu le temps d'aller s'échouer dans la prelière baie venue (Saint Brelade Bay)
cordialement
Hubert, de Cherbourg

30 mar. 2011
0

Un autobus ne s'arrête pas aussi vite.
S'ils naviguent vite dans les chenaux de St Malo, ils s'arrêtent tout aussi rapidement en cas d'urgence...
Mais il me semble que dans les chenaux de St Hélier, ils vont beaucoup moins vite.

Un autobus ne s'arrête pas aussi vite. ;-)

30 mar. 2011
0

moi tout ce que je retiens de cette affaire
c est que certe le pecheur etait peut etre a l endroit où passent generalement les ngv, mais que je sachent les ngv n ont pas de chenaux reservés donc on a tous le droit de se trouver là et normalement cela ne devrait pas poser de problemes , et encore moins entrainer une mort d homme
et deuxieme point une fois de plus, sous pretexte de rentabilité , le ngv se contrefout des regles de precautions elementaires en n adaptant pas sa vitesse a la visibilité !

j espere seulement que ce triste accident va servir a faire comprendre à ces "marins professionnels " qu ils ne peuvent pas faire n importe quoi sous pretexte de respecter les horaires , meme si ils s arretent plus vite qu un bus , ce que je demande à voir .
pour reprendre l analogie avec le bus , c et un peu comme si les bus etaient autorisés a rouler plein pots dans le brouillard pour garantir le respect des horaires !
il s agit de simple bon sens , quand on y voit pas , on RALENTI, et surtout si on est professionnel !

30 mar. 2011
0

ces "marins professionnels "
sont surement "coincés" entre leur bon sens marin et le impératifs de les employeurs
c'est de ce coté qu'il faut s'interroger ...........

30 mar. 2011
0

moi, je trouve que tu inverses les priorités
je mettrais securité avant rentabilité et pas l inverse !

parce que le role d un commandant de navire est avant de ramener son navire en entier eet sans accidents au port!

quand aux routiers , c est vrai qu il y en a quelques un de "félés " , mais la grande majorité se conduit de maniere responsable , je parle là pour les camons immatriculés en France , parce qu il est vrai que chez les transporteurs etranger , il arrive qye l on voit de tout .
chez nous , j ai vu des semis Espagnol se conduire comme des inconscients et prendre et faire prendre des risques inconsidérés

la securité est l affaire de tous et est une affaire de civisme et de respect des autres

30 mar. 2011
0

On ne sais pas grand chose de cette affaire
Quelques réflexions générales dans le contexte d'un accident :
1. ce n'est pas parce qu'un bateau est coulé avec un mort que c'est forcément l'autre, resté à flot et sans victime, qui est responsable (la règle peut d'ailleurs être transposée la route, au rail, aux avions, aux piétons, ...)
2. Ce n'est pas parce q'un des deux est étranger, plus grand, plus gros, plus beau, plus riche, plus puissant, ... que c'est forcément lui qui est responsable.
3. Ce n'est pas parce qu'un bateau va plus vite qu'un autre qu'il perd forcément sa priorité.
4. Quelle serait la vitesse adaptée aux circonstances qui ont prévalu (zéro semblerait être la seule réponse parfaite) ? Sous question : comment encore se déplacer lorsque la brume est présente.
5. Quels moyens de veille les DEUX bateaux avaient-ils mis en oeuvre ?
6. C'est bien de râler sur les NGV mais quand vous souhaitez vous-même vous rendre d'un poin A à un point B qui nécessite une traversée, on est tous bien content que le bateau aille vite (pareil pour le TGV ou l'avion).
7. Dans le même contexte, la rentabilité n'est pas un vilain mot. C'est ce qui permet de payer le bateau (et ceux qui l'ont fabriqué), l'équipage et le fuel, ... De plus à Saint-Malo, je crois qu'il préfère avoir les retombées d'une liasion NGV que pas de liaison du tout. Et ce service est un service à la collectivité (même s'il est rendu par des privés) Donc, ne crachons pas dans la soupe que nous buvons tous !
8. Quand on saura ce qui s'est réellement passé, on laissera quand même un Tribunal jugé l'affaire en pleine connaissance du dossier après avoir entendu les parties ; le reste n'est que valeur de jugement de café du commerce...

30 mar. 2011
0

Respect du RIPAM = suppression des NGV
"le jugement ce sera dans quelques années et nous n'en saurons pas grand chose."

L'enquête est de la responsabilité de la justice de Jersey. Le jugement sera donc rapide et le document relatif à l'enquête sera public et très détaillé en 2012.

A noter que si les NGV respectaient le RIPAM en Manche,un grand nombre de leurs traversées seraient annulées.

En effet, hier, la brume était épaisse et la vitesse de sécurité surement inférieure à 5 nds. mais cela arrive souvent.

31 mar. 2011
0

Visibilité 30 m.
D'après le journal de Granville, la visibilité était de 30 m et le bulotier en aluminium, en train de remonter une filière, a été percuté par la coque tribord du Condor.

Dès l'alerte donnée par les garde-côtes de Jersey,et après avoir préalablement entendus l'appel du Cross Jobourg vers "les Marquises", les autres pécheurs sur zone se sont rendus sur les lieux et c'est l'un d'eux qui a repêché leur copain et les deux matelots vivants.

Ce sont les passagers du Condor qui ont vu puis informés le capitaine de la collision!

Les pêcheurs s'étonnent qu'un bateau en alu n'ait pas été visible sur les radars.

Par ailleurs, contrairement à ce qu'on dit certains médias, il y a déjà eu une collision sans gravité (dématage) entre un Arpège et un hydrofoil de CONDOR dans les années 80.

31 mar. 2011
0

Tu es certain ?
Dans un reportage FR3 (que je ne retrouve pas), ils disaient (sous réserve habituelle des info télé) que l'accident avait eu lieu dans les eaux territoriales françaises. Que l'instruction était mené en France.

31 mar. 2011
0

Regle 19
c'est ce qui va s'appliquer. Sachant qu'il y a eu des théses sur cette régle, cela va etre dur à démeler la vérité. en tout cas si visibilité de 30 m, par temps de brume, le ferry est déjà fautif avec une vitesse non adaptée.

A+
Capt Eric

30 mar. 2011
0

idem sur la route
combien de fois ne voyez vous pas des semi remorque lancés a fond dans le brouillard, sous la pluie ou meme la neige ?
croyez vous qu'a part quelques inconscient les chauffeurs aient plaisir a travailler dans ces conditions ?
le probleme c'est notre civilisation du toujours plus vite, plus haut, plus loin.
alors que faire ?
bien sûr ce drame est monstrueux et bien évidement le pacha du ngv va en prendre pour son grade et certainement y laisser de nombreuses plumes mais combien d'entre nous n'ont-ils jamais râlé parce que le journal n'était pas dans la boîte un matin ou parce que le train avait du retard ?
cessons de vouloir tout et tout de suite et ces drames diminuerons.
pour le reste un bon jugement nous donnera bonne conscience et nous contunuerons sans rien changer tout en nous "étonnant" que cela recommence.
jpierre

30 mar. 2011
0

Le rôle d'un Commandant de navire...
Est, en priorité, de préserver les intérêt de l'armateur. Il est donc de son devoir de concilier :
- Rentabilité
- Sécurité
Le bateau est consigné à Jersey, l'armateur va devoir faire face à des poursuites.

Le job n'a pas été fait.

30 mar. 2011
0

pas de difference entre français et autres...
sans doute les routiers français font-ils un peu plus attention au reglement que les autres mais pour ce qui est des riques en cas de mauvaises conditions de routes, ils sont sur un plan d'egalité, le délai est prioritaire sur tout (hors discours officiel bien entendu), j'en parle en connaisance de cause, j'etait sur la route en semi jusqu'à il n'y a pas si longtemps.
la sécurité est pour les entreprise une priorité des lors qu'elle n'entraine pas de pertes financieres. et le ratio entre securité et cout de celle ci est etudié de tres pres.
qu'est-ce qui coute le plus cher:
-les demandes de remboursement en cas de retard sur l'horaire ?
-les indemnisation aux victimes d'un possible (mais de loin pas certain) accident?
pour la majorité des entreprises de transport la bonne réponse est la premiere et donc la securité passe au second plan.
pour une societe comme condor il sera de toute façon moins cher de payer ou plutot de faire payer par son assurance l'erreure d'un employé (le capitaine) que de verser des indemnités aux passagers et clients cargo des que le brouillard ou le vent dégradents les conditions de navigation, ce qui est fréquent dans la baie de saint malo.
de toute façon le pacha sera le lampiste, coincé qu'il est entre deux devoirs antagoniste, la sécurité et le respect des horaires. le premier pouvant lui couter en cas d'incident, le second lui coutant surement en cas de mécontentement de sa hiérarchie.
nous sommes tous responsables simplement par notre mode de vie.
jpierre

30 mar. 2011
0

bien d'accord
et cela rejoint ce que je dis
la question est bien de savoir quel est le ratio admissible par la collectivité entre cout de la securite et cout d'exploitation.
il 'est pas question de dire que le pacha du ngv porte la totalité des tords et celui du pecheur en a une part lui aussi,ne serait-ce que pour etre sorti en mer dans des conditions defavorables... à priori
sa presence en mer a cet endroit découle aussi du meme ratio.
mais nous oublions tres vite que ce ratio existe et que c'est nous qui collectivement le fixons, des qu'un accident a lieu pour nous offusquer et vilipender ceux qui mettent la vie des autres en danger.
l'etre humain est d'une complexité sans bornes...
jpierre

30 mar. 2011
0

oui
1) Oui c'est le RIPAM qui fait loi.
2) Oui c'est évident
3) Il n'est pas question de rapidité, Le RIPAM impose d'éviter l'abordage même si on n'est pas privilégié
4) Oui, il faut adapter sa vitesse, le RIPAM le dit bien
5) Selon les obligation du RIPAM
6) comparer avec le TGV est inutile, on ne traverse pas les voies et nous imaginons sans peine nous trouver dans le brouillard à 3 nœuds avec une veille attentive et nous faire exploser de la même façon d’où nos réactions.
7) On peut faire du NGV sans en arriver à tourner à 35 nœuds avec une visibilité de 40 mètres.
8) C'est bien vrais mais justement nous sommes au café du commerce et si nous nous limitions à notre raison, sans exprimer notre effroi, on devrais seulement réagir en disant "OK bien lu".

Je pense que nous avons tous envie de partager cette émotion et maintenant car le jugement ce sera dans quelques années et nous n'en saurons pas grand chose.

Je suis comme toi, je n'aime pas commenter sans savoir mais c'est humain car, coupant la route de cet engin des dizaines de fois chaque année, entendant son bruis dans la brume, voyant la hauteur de sa vague arrière, je ne peu m’empêcher de penser que ça aurai pu, que ça pourrai m'arriver.

Je suis encore plus effaré maintenant car naïvement, je pensais que les moyens de veille, de détection, de sécurité et de respect du RIPAM étaient adaptées. En gros, que j'avais peur mais que lui maitrisait bien et que cette peur était infondé.

  • Que dois-je faire maintenant lorsque il est à l'horizon ?
  • Est-ce que la règlementation est suffisante ?
  • Qui dois s'adapter à ce risque et comment ? On peu se poser la question non ?
31 mar. 2011
0

Site du rapport d'enquète.
Voici le site ou vous trouverez tous les résultats de l'enquète en 2012.

MAIB.Gouv.UK

31 mar. 2011
0

C'est exact.
La collision s'est produite à 1 mille des eaux Jersiaises et l'enquête est effectuée conjointement avec la France.

Pour le détail, je ne suis pas dans le secret des autorités...

01 avr. 2011
0

au dela du silence et du respect
On est forcément quelques uns à s'interroger :
C'est une fortune de mer, point barre, mais...
Y'a eu collision
Donc forcément entre un privilégié et un pas privilégié.
Tous deux ont tort puisque la collision n'a pas été évitée (je sais, c'est dur, mais c'est quand même comme ça).
Les marques de pêche tu les vois comment dans la purée de poix?
qui voyait l'autre sur son tribord?
Ces deux questions là elles sont pas primordiales dans ces circonstances
Les vraies questions ce sont celles portant sur la veille attentive et la réduction de vitesse par visi réduite.
Le Condor Vitesse il était à 30 knts ou un peu plus sans aucun doute (tu vas sur marine trafic et tu fouilles un peu, t'as pas besoin d'un juge d'instruction pour savoir)
Le bulotier il entendait pas forcément ce qu'il y avait autour de lui, en étant au travail (et peut-être avec la zicmu à donf pour soutenir l'effort, qui ne l'a pas fait?)
En même temps ces machins là (NGV)ont des horaires (pas des routes, tu peux les trouver dans des fonds que tu pensais pas qu'ils y seraient)d'autobus donc faut pas s'étonner de les voir débouler à l'heure où ils déboulent.
Certains navires (les "gros" et ceux à passagers donc le Condor) ont une obligation d'émission AIS; ça serait bien étonnant que le Condor n'ait pas à ce moment là été conforme à cette obligation (dans ma toute petite expérience, les ferries sont bien plus ok que bien des cargos sur tout ce qui est sécu et j'ai jamais croisé de cargo qui émettent pas l'AIS).
Il n'y a pas d'obligation de réception / alarme AIS pour un navire de pêche de petite taille à ma connaissance, donc pas d'info dans ce cas.
Les ferries sont remarquablement équipés pour ce qui est des radars (2 et de super qualité, au moins chez Brittany Ferries, chez Condor j'ai pas vu le matos mais y'en a 2 obligatoirement).
Un pêcheur, même en alu, à ras de l'eau et sur mer plate, ça peut peut être échapper un moment au radar (et, quand on est tout près, le radar le voit pas à cause de l'angle mort... sauf si c'est un radar de technologie récente dont je sais plus le nom qui permet de voir des petits trucs pas gros tout près en surface, mais ces radars là, proposés à grand battage publicitaire à la plaisance, n'équipent pas les ferries à ma connaissance).
J'ai perso quelques expériences transmanche par visi un peu moins que nulle
Dans ces conditions, les gros sont tranquillement à 15 knts sur les rails et les petits essaient de les dépister pour pas se faire culbuter et l'inconscient collectif admet que ça passera.
T'as qu'à croire!
J'ai parfois, n'ayant pas à l'époque d'aide AIS et encore moins radar à bord, traversé par zéro visi avec les infos Jobourg trafic
Sauf que quand tu passes vers chez les British y'a pas d'équivalent
et il m'est arrivé de finir en balançant toutes les 1/2h un message securite par VHF avec position et route et indication "je peux pas vous détecter évitez moi"; dans ces conditions les réponses "OK, I see you" sont quand même sympa! Cependant, commentaire d'un officier de ferry lors de discussion plus tard à sa passerelle, :"faut quand même pas être parano, vous êtes pas le seul à traverser la manche par brûme". Oui, bon, OK.
Je navigue par brûme régulièrement depuis tout petit..J'aime pas vraiment.
Par brûme tu fais pas route comme par temps clair.
Et tu fais pas ton travail de pêche non plus pareil. Mais par ici on continue à naviguer malgré la brûme parce que sinon à certaines périodes on serait tous au sec!
Paix à ceux qui sont aujourd'hui dans la peine.
JM

01 avr. 2011
0

Précisions
Les marques de pêche tu les vois comment dans la purée de poix?"
Le GPS, tu connais? Les pêcheurs posent leurs filières à quelques mètres près, toujours aux mêmes endroits. A une dizaine de m près, c'est péchant ou cela ne l'est pas.

"qui voyait l'autre sur son tribord"
Le caseyeur était en action de pêche, en train de relever une filière, le patron aux commandes extérieures à l'avant

01 avr. 2011
0

Théorie et pratique
Est ce que cela signifie que par temps de brume en Manche, les cargos et autres devraient naviguer sur le rail à quelques noeuds avec un veilleur à l'avant?

01 avr. 2011
0

sur les navires classe HSC
Francais ils ont obligatoirement le système(j'ai oublié son nom) qui enregistre tout ce qui se passe à bord, vitesse du navire, image radar, donnée AIS, paramètre moteur, enregistrement des conversation dans la passerelle, enregistrement des conversations radios et si un de ces systèmes ne fonctionne pas ou est éteint il y a une alarme et c'est enregistré. je l'ai vu sur un navire ou j'ai travaillé, en fait c'est une boite noire qui obligatoire sur les navires depuis quelques années maintenant.
ensuite à voir si le condor est immatriculé en France, mais ça m'étonnerai car c'est un investissement et certaine compagnie passent outre en immatriculant ces navires là ou le système n'est pas obligatoire.
jy

01 avr. 2011
0

Je suis d'accord avec toi
mais en priorité réduire la vitesse. Qui en cas d'abordage sera une faute si elle est excessive.
aprés, adapter une vitesse constante d'accord , mais toujours avoir les machines pretes a manoeuvrer.
avez vous piloté un navire a 35 ou 40 Noeuds? Ca va trés vite et le temps de réaction est trés tres réduit.
je le fais réguliérement et je peste quand nous avons par bonne visibilité des pécheurs autour de nous.
notre vitesse dans ce cas descend a 18 20 noeuds, avec ARPA et autres systemes. Avez vous géré 20 cibles autour de vous et dont le CPA et le TCPA changent en permanence? Vous verrez que même 20 noeuds par bonne visibilité, de nuit, c'est pas facile à maintenir.
Avec un S Band pas d'echos superflus, on voit tres bien au radar et les acquisitions se font rapidement.
Aprés entre en ligne de compte les imperatifs de la compagnie et de l'horaire....
et la!!!!

et puis on le sait bien, quand on le fait une fois puis deux, et puis trois, on pense que ca passera toujours comme cela, et arrive la collision...

Capt Eric

01 avr. 2011
0

Attention, Regle 19
il n'y a plus de navires privilégiés.

Tout le monde manoeuvre:

Conduite des navires par visibilité réduite

1 - adapter vitesse au plan d'eau pour réduire les risques d'abordages
2 - Feux Marques et signaux
3 - Tout moyens de détection, Radar (S band), AIS, veille doublée, Ecoute, etc...

Le Ferry avec une vitesse de 35 knts (si c'est vérifié) est déjà en infraction.

Capt Eric

01 avr. 2011
0

Oui,
en théorie mais aussi en pratique, avec moyens d'écoute, Radar S band, camera Thermique HD + I R, et vitesse réduite en tenant le coté droit du rail.

capt Eric.

01 avr. 2011
0

Non pas du tout...
Ils doivent adapter leur vitesse au moyen de veille dont ils disposent. Le radar avec Arpa est là pour ça.
En cas de très mauvais temps ET de brume, le radar pers en qualité. Il réduise alors la vitesse pour laisser le temps au radariste ou au logiciel de déceler sur la porté radar un autre navire dans le bruit de fond des vagues. Ils anticipe la correction de cap de 3 à 5° max sur la distance. D’où pour nous l’intérêt d'une vitesse constante.

Il n'y a pas d'écart en la théorie et la pratique courante sauf quelques contrevenants.

Il faut cependant admettre que le risque d'erreur est faible avec les navires faisant route alors qu'un navire en pêche est assez imprévisible sauf à le traquer à l'AIS pendant une heure ou deux et comprendre son plan de "ratissage".

22 août 2011
0

Iles ont retenu la leçon...semble t-il.

je suis rentré de Jersey ce matin par un temps légèrement brumeux et ait croisé le Condor Vitesse. Il effectue maintenant d'importants changements de cap pour passer à au moins 1/2 mille de chacun des échos radar rencontrés!
Il semble en être de même pour les navires rapides français.

22 août 2011
0

excusez moi mes ca fait beaucoup de blabla pour dire qu'il faut etre profondement debile pour faire du 30 noeuds dans le brouillard non? Et ceux qui pensent que c'est normal parceque les gens sont préssés qu'ils aillent se faire fou..
désolé
bon vent

23 août 201123 août 2011
0

j'ai été croisé en Norvège dans la purée totale par un NGV qui fonçait à 30 nds (vu sur mon radar) : ça fait peur!

23 août 201123 août 2011
0

.

RV

23 août 2011
0

Bonjour
Avant tout, un sentiment de tristesse et de compassion se dirige vers la famille.

En fait, les Condors comme les autres transporteurs maritimes sont tenus par des horaires.
Si demain un pacha reduisait un peu trop la vitesse souvent, il est probable que ce dernier soit mute sur un canot moins noble au mieux.

Le trouillometre est en permanence en cas de brume sur ces canots a cause de la vitesse excessive. Il est vrai que les armements mettent en avant la distance d'arret tres courte comme argument pour justifier de la vitesse.

coque aluminium de 155 feet lege pour 34.2 knots = 45 metres pour le crash test ce qui parait rassurant jusqu'au jour ou ..

Les pecheurs de leur cote, ne sont pas toujours en veille, concours de circonstances tristes.

Laissons l'affaire se regler juridiquement, car c'est la seule voie qui peut - -aider --la famille.

N'oublions pas que les statisques mettent le metier de marin-pecheurs dans le top 5 des risques.

Quant au patron du Condor, il doit bien sur etre a plaindre aussi.
La pression de l'armateur sur les equipage ne figurera nulle part et le capitaine sera juge seul.
Et la regle 19 pour les 2 parties ?

Cordialement
Regisson

23 août 2011
0

Un commandant de Bord est seul maître à bord. Il est formé et payé pour cela.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Inishmore island

Après la pluie...

  • 4.5 (45)

Inishmore island

mars 2021