Cockpit ouvert

La semaine passée, j’ai filmé cette petite vidéo pendant une nav de 50 NM entre Dieppe et Boulogone. Le vent soufflaient à 30 nds réels. Les vagues devaient faire dans les 3m, peut-être 4m pour les plus grandes. Pas des conditions extrêmes, mais tout de même pas mal de vent et une mer déjà bien formée. Nous naviguions au portant à un angle de +/- 120° réels et nous faisions +/- 12 nds dans les surfs, +/- 9 nds en fin de surf, et 10-11 nds de vitesse moyenne.

Vu le design du bateau, mon cockpit est très profond. Le plancher de cockpit est à peu près 30 cm au-dessus de la ligne de flottaison, ce qui n’est franchement pas grand-chose. On voit bien que l’eau ne rentre pas dans le cockpit par l’arrière. Il y a tout au plus quelques gouttes.

Pendant la construction de mon bateau, je me souviens que certains avaient critiqué le fait que j’avais opté pour un cockpit ouvert. Ils affirmaient mordicus que des tonnes d’eau rentreraient par l’arrière lors de navigations au portant par gros temps.
:mdr: :mdr: :mdr:

L'équipage
06 sept. 2012
06 sept. 2012
0

Même constat... Il y a des années que je lis ce fantasme qui remonte surement aux années Moitessier.

Je navigue sur un A 40 dans toutes conditions et jamais la moindre goutte ne monte à bord par l'arrière. Nous allons trop vite...

Et c'est très pratique pour pisser et surement aussi pour remonter un homme à la mer...

06 sept. 2012
0

Bonjour. Le problème n'est pas l'eau qui pourrai rentrer et ressortir tout aussi vite mais plutôt le fait que tout ce qui tombe dans le cockpit rejoint la mer ......aussi sec! et les poissons que l'on pêche itou :pecheur: planquez bien tous vos bidules type telephone, tablettes etc et le couteau/tire-bouchon indispensable. :alavotre:

06 sept. 2012
0

Jamais perdu quoi que ce soit de cette manière. Encore un fantasme ...
:heu:

06 sept. 201206 sept. 2012
0

De toute façon, par mer démontée, les vagues, quelque soit le type de cockpit, déferleront par l'arrière et n'auront aucune difficulté à envahir le cockpit.
Mais là, il fait vraiment en arriver à des conditions dantesques.
Au moins, avec un cockpit ouvert, l'évacuation est très rapide.

j'ai pratiqué une ouverture sur le tableau arrière de mon F33. Genre 50cm de large. Pas plus pour des raisons structurelle liées aux futurs bisafrans, sinon, j'aurait ouvert totalement.

06 sept. 2012
0

"par mer démontée, les vagues, quelque soit le type de cockpit, déferleront par l'arrière et n'auront aucune difficulté à envahir le cockpit."

Encore faudrait il que ce voilier avance doucement.
Or, dans ces conditions de mer démente, pour ce type de voilier la meilleure solution est la fuite et la difficulté est de réduire la vitesse. Si le cockpit se remplit d'eau, ce sera plutôt par une vague vicieuse de 3/4 arrière et avec un cockpit ouvert, elle est vite évacuée, ce qui est positif.

07 sept. 2012
0

Ou d'une autre manière, c'est la position du bateau qui peut fluctuer au gré d'un dérapage.

07 sept. 2012
0

C'est marrant, j'ai l'impression d'avoir dit exactement la même chose…

On peut toujours chipoter sur le 3/4 4/4 5/4.
Dans une mer démontée, en fuite, la vague scélérate se positionne au gré d'un certain hasard.

06 sept. 201216 juin 2020
0

Mon cockpit est également ouvert, jamais posé de problèmes, et ce qui tombe sur le pont est rattrappé par le cale pieds ;o))
:alavotre:

06 sept. 2012
0

Sympa les batteries accessibles sur le pont et le wc intègre au siège barreur :p
pour le cockpit ouvert ar moi je trouve ça impeccable et plus facile pour jeter à l'eau les indésirables :)))

06 sept. 2012
0

Cockpit ouvert, j'ai un panneau amovible pour obturer.
10 ans qu'il n'est pas sorti du coffre.
Bon, j'ai perdu 1 tournevis dernièrement et comme il a plongé dans les posidonies, il s'y est caché !
Après le repas, un seau d'eau et c'est propre!

06 sept. 2012
0

Avant d'ouvrir l'arrière de mon cockpit pour avoir un accès pratique et utile à la jupe, j'ai demandé l'autorisation à l'architecte (Caroff). il a justement insisté sur la nécessité de prévoir une barrière pouvant empécher un humain d'ètre emporté par une déferlante s'évacuant naturellement à gros débit vers l'arrière, situation non fantasmatique, cette vidange rapide étant par ailleurs salutaire pour le bateau. J'ai donc mis en place cette garde (prévue). Par temps moin tumultueux la surélévation réglementaire de 40cm à l'entrée de la descente suffit pour arrèter l'eau pouvant noyer la descente et par mauvais temps on ferme cette descente qui devrait ètre assez étanche.

06 sept. 2012
0

Bonjour , mon bateau précédent , était un Fantasia quillard ,muni d'une jupe de 50 cm , dont le plancher était très bas , en rentrant de Corse avec fort vent d'est , le coquepit a été rempli , plusieurs fois par une déferlante de l'arrière......malgré les vide-vite , l'eau met beaucoup de temps à s'évacuer totalement , il y a toujours une écoute qui veut partir avec l'eau embarquée........aujourd'hui j'ai un F 265 , à l'arrière ouvert , ( le panneau amovible est rangé au garage , de façon définitive).........je préfère de loin ce système......je parle de deux configurations différentes , sur des bateaux de taille comparable , et que j'ai pratiqué .....12 ans pour le 1er , et 14 ans pour l'actuel.......

07 sept. 2012
0

suivant les modes du moment les choses evoluent

à une epoque "le" bateau sûr devait avoir mon cockpit le plus en avant possible ,une cabine arriere est le must

aujourd'hui c'est le tableau ouvert comme les coureurs ,avec une casquette visiere en arriere ..

et demain ça sera quoi ???

et toutes ses "evolutions" ne reposent que sur du subjectif pas sur du scientifique, celui qui a un bateau avec un arriere ouvert trouvera celà formidable ,l'autre aura un doute ....l'esentiel c'est que tout le monde soit content

07 sept. 2012
0

ça me fait pensé à une mesaventure il y a bien longtemps .

En famille en remontant le Raz de Sein ,la mer était formée du coup de vent de la veille ,et le courant était contre le vent (de memoire f4/5) . au Raz la mer était creuse ,m^me tres creuse ,les mats des autres bateaux disparaissaient presque .

Nous avons reçu une deferlante par 3h sur l'avant pas sur l'arriere par l'avant , le winch sur le mat c'est trouvé sous l'eau , un bruit terrible sur le pont , la vague est passée pardessus la tete de mon fils qui était adossé à la cloison ,pas une goutte . Moi j'étais à la barre ,j'ai pris le paquet en pleine poire , et bien je puis vous dire qu'heureusement que l'arriere était fermé et qu'il y avait un balcon sinon je ne serais surement pas là aujourd'hui pour vous raconter l'histoire .

07 sept. 2012
0

instinctivement je préféré un cockpit fermé toute n écoutant les avis divergents, dans une mer très grosse par moment et en quasi fuite pendant au moins 24 heures j'ai trouvé rassurant le petit cockpit très protégé, il a été rempli partiellement 2 ou 3 fois et comme le dit viking par des déferlantes surprises ne venant pas de l'AR

07 sept. 201207 sept. 2012
0

.
Quand, à la suite d'un coup de vent de la veille on passe le Raz de Sein dans une mer formée, on s'attache !
Que le cockpit soit ouvert, fermé ou central. ;-)
.

07 sept. 2012
0

"Il y a des années que je lis ce fantasme"

définition de fantasme :

fantasme, nom masculin
Sens Désir plus ou moins conscient. Ex Fantasme sexuel. Anglais fantasy

Pour moi, une vague qui remplie le cockpit est loin d'être un fantasme, un cauchemar plus surement...

Plus sérieusement, j'ai un cockpit central, pour les enfants je trouve cela plus sécurisant, mais pour la nav en grosse condition, je préfère le cockpit ouvert, même si aucune vague n'est encore entrée dans le cockpit. Les deux ont leur intérêt.

07 sept. 2012
0

Oserais je un parallèle de fantasme cauchemardesque ! :lavache:
Ou alors d une sensation perçue comme très dur a vivre ! :heu:
dans un delta plane motorisé la frêle carlingue de quelques kilos d un modéle de baptême de l air est sécurisante , le même pour les initiés ou vous avez la vue du sol sous les pédales ! :oups:

ben , les premières heures ! :-( :tesur: :-p

07 sept. 201216 juin 2020
0

Oserais-je m'immiscer dans ce débat?

Je suis fan du cockpit central, peut-être ringard, mais bien sécurisant, en solo ou avec de jeunes enfants.

CaptainRV

07 sept. 2012
0

A titre personnel peu importe, dans le gros temps je m'attache quelque soit la forme du cokpit.

Par contre depuis que j'ai les enfants (4.5 ans et 18 mois cet été) avec moi, le cockpit central facilite bien des choses notamment lorsqu'ils sont "seuls" dans le cokpit le temps d'une mannoeuvre par exemple.

07 sept. 201207 sept. 2012
0

Un cockpit ouvert cela peut se fermer pendant la navigation : cable +filet, par exemple.

07 sept. 2012
0

Faut pas se faire d’illusion, si on se prend une bonne vraie et grosse déferlante, quelque soit la forme du cockpit, on se la prend dans la tronche :
- On est attaché court, on se prends juste une bonne branlée !
- On est attaché long, on se fait briser les reins ou une patte par les obstacles qui pourraient nous empêcher de passer par-dessus bord……
- On n’est pas attaché, on est probablement loin du bateau et de son cockpit, peut être avec une patte cassé ou les reins en bouillie, et peut être même pas conscient……
- Le cockpit, lui, se videra de toute façon, plus ou moins lentement en fonction de sa forme et de sa capacité à évacuer…………
Après chacun estime lui-même ce qu’il doit faire pour lui et pour les personnes à son bord !!!

07 sept. 2012
0

Quand j'étais gosse, à l'école de voile du Trieux il y avait des Capricornes, dériveur sans tableau arrière...
www.leboncoin.fr[...]806.htm
J'ai souvenir d'une vague due au sillage d'un GROS bateau à moteur nous arrivant sur l'arrière... et qui au lieu de vous pousser et nous faire surfer était entrée dans le bateau, m'avait trempé les pieds et, plus grave, privé de goûter...
Mais c'était plus simple à écoper en cas de dessalage.

07 sept. 2012
0

Le cockpit ouvert est lié à la conception des bateaux légers et ultra-légers. Dans le gros temps et les déferlantes au portant, il suffit de vivre quelques surfs et d'observer ce qui se passe à l'arrière pour être de plus en plus rassuré. La plupart des néophytes du cockpit ouvert sont plus effrayés au port qu'en mer !

Evidemment sur un bateau lourd, à 6 noeuds au portant, on ne doit pas dire la même chose. Les arrières norvégiens style Joshua prouvent bien qu'il fallait se "défendre" des vagues assaillantes de l'arrière. Les fantasmes tenaces viennent de là !
Noter que même Moitessier a finit par couper ses trainards au portant pour "partir au surf" et éviter les chocs monstrueux qu'il encaissait. N'en déplaise aux puristes, peut-être choisirait-il un ULDB à cockpit ouvert aujourd'hui ?!

A haute vitesse sur un bateau léger, c'est toujours par l'avant que l'eau entrera. Au surf, au travers ou au près... vague ou enfournement. C'est l'argument n°1 pour le cockpit ouvert qui évacue instantanément les dizaines (centaines) de litres/kilos, vers le sillage...
Sur les coursiers océaniques, on n'imagine plus de cockpit fermé ou alors masque et tuba !

Pour la croisière, l'argument de la remontée de l'homme à la mer devrait vraiment faire réfléchir, et faire disparaitre la crainte de perdre son gobelet.
Ensuite les avantages de la manip du moteur HB sur les petits bateaux, la baignade, la vaisselle... la facilité.

07 sept. 2012
0

Deux beaux exemples de déferlantes qui envahissent le cockpit:

La seule manière de se protéger, c'est de s'attacher.

07 sept. 2012
0

Je tiens à préciser que j'ai lancé ce fil juste pour démonter les fantasmes concernant les cockpits ouverts qui-se-remplissent-constamment-de-tonnes-d'eau et qui-éjectent-automatiquement-tout-objet-qu'on-y-depose.

Cela ne veut pas dire que je considère que les cockpits fermés et les cockpit centraux sont des ignominies. Cela peut être des options très valables pour 36 autres raisons.

07 sept. 201207 sept. 2012
0

Trés apprécié, merci

Mais, on peut me payer, je n'irais pas à ma place de ces petits gars...

CaptainRV

08 sept. 2012
0

Sur mon 40' proto open double safran le tableau est ouvert avec un îlot central pour le bib. La seule fois où une quantité d'eau significative est entrée c'est par l'avant. Nous naviguions en baie d'audierne avec 30 noeuds de vent, 1 ris et trinquette avec un vent apparent à 30° et une vitesse surface de 8,5nd. Une vague abrupte a traversé le bateau avec une lame de 30 à 40cm. Sur 4,30m de large cela fait beaucoup d'eau à évacuer. Cela a pris moins de 10 secondes y compris tous les bouts du cockpit. Un équipier a été drossé sur le balcon.

Avec un AMEL54, cockpit central, la même aventure nous est arrivé au large du Portugal par 40 nds et un vent apparent à 90°, vitesse surface 9 nds. La vague a tourné comme une toupie dans le cockpit central en la transformant en baignoire avec 50cm d'eau. La descente était fermée... Evacuation en 20 secondes par les nables. Les deux équipiers dans le cockpit ont vraiment testé leur cirés.

Les deux cas ont bien fonctionné alors qu'il s'agîssait de deux voiliers et de deux programmes complètement différents. Tout est dans l'équilibre de la conception.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

Après la pluie...

  • 4.5 (57)

parapluie de Cherbourg aux Hébrides

mars 2021