Co propriété , Mayday moi!

Et ben voilà, C'est l'histoire d'un gars qui tombe raide dingue d'un easterly 30 qu'il se met aussitôt en tête d'acquérir auprès de quelqu'un qui voudrait bien le vendre, mais pas trop. Les deux compères finissent par tomber d'accord sur une co propriété mais sans trop savoir de quoi il en retourne; Donc , si quelqu'un a déjà vécu une telle aventure ou s'est penché sur la question, je suis preneur de tout ce qu'il voudra bien me poster. Merci par avance! Truc et astuces sont bienvenus, témoignages apocalyptiques et extatiques aussi! Merci à l'équipe de HEO!

L'équipage
07 nov. 2012
08 nov. 2012
0

En co-pro depuis le début de l'année.
9à se passe très jusqu'ici, nous avons une utilisation du boat complémentaire donc pas de conflit dans les dates....
On fait quelques sorties ensemble aussi.
Sur le net nous avions trouver un contrat type, faire une recherche sur gogol...

08 nov. 2012
0

Co-pro à 2 ça peut être bien. Au delà de deux c'est trop... Je connais des passionnés, amis à la base, qui se sont déchirés comme un spi dans une barre de flèche....

08 nov. 2012
0

Moi, je suis tombé rraide dingue d'une fille.
Je voudrais me marier avec elle, elle aussi, mais on ne sait pas bien de quoi il en retourne.
Si quelqu'un a vécu une telle aventure, etc...
Donc, pas une décision à prendre à la légère même avec un bon contrat.

0

hors sujet, sauf à prendre la fille en copropriété !

Hubert, de Cherbourg

08 nov. 2012
0

témoignages apocalyptiques et extatiques :

extatiques ... il y a certainement des exceptions.

apocalyptiques ... les tribunaux en sont pleins.

Le conseil du jour : Fais de économies pur t'acheter TON boat, sinon fais du roller.

Toutes les copro démarrent dans la joie et l'ivresse, après, au premier pépin...

08 nov. 2012
0

Il y a d'autres solutions que la copropriété...
la location par exemple ! le propriétaire reste propriétaire à part entière et l'autre participe aux frais d'entretien du bateau, en fonction de l'utilisation qu'il en a... si le contrat dérape chacun peut rentrer dans ses lignes sans trop de douleur.

08 nov. 2012
1

Le problème de fond, c'est de se connaître soi-même et de connaître l'autre.
Il y a des tempéraments propices à la copropriété et d'autres (largement majoritaires) qui ne le sont pas.
Je m'explique car je suis moi-même associé et dieu sait que je ne l'aurais pas fait avec n'importe qui. Le problème essentiel tient à l'argent. Les sociétés humaines sont faites telles que dans la majorité des cas c'est chacun pour sa peau et par conséquent on compte, et dans le cas d'un bateau on compte souvent et beaucoup ses sous. Au besoin sur base de contrat dûment signé, base de la justesse, pomme de discorde et préambule de la justice.
Dans notre cas, mais parce-que nous sommes faits comme çà nous ne comptons pas. Chacun fait des achats et agit pour améliorer le bateau sans demander de compte à l'autre. Nous divisons simplement en deux les grosses factures type stationnement ou travaux confiés à un professionnel et encore. Si l'un de nous a plus d'argent que l'autre à l'instant t, il paye et ce sera le tour de l'autre la fois suivante peut-être, si d'ici là il est plus en fond.
C'est infernal pour la plupart des gens mais c'est un schéma qui fonctionne à merveille à la seule condition d'être dans un état d'esprit différent de la majorité.

09 nov. 2012
0

ma copro marche exactement comme la tienne. sans doute aussi parce que les frais qu'elle engendre rentrent pile poil dans notre budget. le montant investi chaque mois par chacun ne représente pas un effort important pour nous et tant que des problèmes de chômage ou de santé n’apparaissent pas tout roule. en plus nous n'avons pas mis d'affectif dans le bateau. si un jour l'un veut partir l'autre achète ou on vend sans regret. bien sur rien d'écrit, tout sur la poignée de main.
depuis 4 ans çà baigne mais faut dire qu'on est tout les deux dans le profil favorable : on se fout un peu de tout. si l'un veut se faire plaisir sur un truc il n'emmerde pas l'autre s'il a les moyens d'assumer la depense.

08 nov. 2012
1

Je peux parler de notre exemple.

Je commence par un conseil : pour envisager d'une copro, il est bon de discuter sur "et si on avait un bateau ensemble, on ferait quoi ?" en traitant tous les points de la vie du bateau, stationnement, entretien, programme de croisière, manière de naviguer, attentes personnelles, blocages.

Si la vision est commune, cela mérite de continuer. Si elles sont antagoniste, il vaut mieux que chacun ai son bateau.

Erendil est en copro depuis 25 ans. Au début on était 3, puis une demi douzaine, puis presque une dizaine et je suis quasi seul aujoud'hui.

La règle était simple : une mise de fond modeste (elle était généralement de quelques milliers d'euros) et perdue si l'on sortait.

Jacques

08 nov. 2012
0

Bonjour Jacques
qu'en est il sur le plan administratif ? je parle du (des) propriétaires sur l'acte de francisation ?

09 nov. 2012
0

Le propriétaire est une association loi 1901, avec des conditions d'adhèsions strictes (parrainage).

Jacques

08 nov. 2012
0

En plus Erendil c'est un catamaran. Au pire à deux, on pouvait partir chacun avec sa coque...
Je plaisante.
Le principe "celui qui part perd sa mise" me parait excellent.

08 nov. 2012
0

Mon premier bateau a été acquis en copro, j'ai gagné un bateau et un ami !

08 nov. 2012
0

coproprio ? laisse tomber. attends et paies toi ton boat. sinon c'est trop chiant. si tu veux faire une améiolration et qu'il ne veut pas? ou des travaux... ou une peinture.... ou un changement de voile parce toi ca va, mais lui il ne les ménage pas... etc... enfin, fais comme tu veux. mais c'est se marier avec un mec sur un objet couteux qui est une "maitresse".... t'en connais toi , deux gus pour une nana qui s'entendent bien pendant des années ?

08 nov. 2012
0

On ne doit rien généraliser, ni faire d'un cas une épidémie, certaines copro se passent très bien, d'autres très mal, et plus souvent mal que bien de ce que j'entends. Donc perso je ne prendrais pas le risque.

On prend assez de risque dans la vie, rien qu'en mangeant le risque de s'étouffer, alors partout où je peux l'éviter...je l'évite.

Et ce qui se passe à merveille aujourd'hui ne présume en rien qu'il en sera de même jusqu'à la fin des temps !

J'ai eu un ami pendant 30 ans, je dis bien "j'ai eu". :scie:

08 nov. 201208 nov. 2012
0

Moi, une épouse avec laquelle la communion était parfaite durant plus e 20 ans,
puis d'un coup, comme ça, hop, plus rien, je suis devenu le pire des pires !

08 nov. 2012
0

L'essentiel, c'est d'être d'accord sur l'usage et surtout sur la correlation finances / avarie. J'ai eu plusieurs copropriétes toutes satisfaisantes, mais on avait clairement préciser nos choix (solidarité : la connerie que fait l'un, l'autre peut la faire, donc on partage toute réparation). Voir également la conception qu'on l'un et l'autre de "la mise en ordre du bateau". Si trop différent, problème assuré. Pour le reste, un contrat bien clair, c'est mieux. Prévoir aussi la stratégie en cas de revente de l'un des deux.

08 nov. 2012
0

Et qu'est-ce qu'on prévoit si l'un des 2 devient brusquement c.n (genre suite à une rencontre amoureuse avec une nana qui a une influence négative sur le pot. J'ai vécu ça dans une entreprise).

Rien ne peut empêcher les problèmes, contrat béton ou pas, et on est jamais sûr de ne pas avoir à s'affronter un jour devant un tribunal.

Je ne dis pas ça pour être négatif, il y a des aventures heureuses dans la vie. Seulement rien ne peut garantir des problèmes entre 2 personnes dans le temps.

08 nov. 2012
2

T'as raison mon gars.
Mais dans la vie, faut savoir risquer et se mettre un peu en danger si on veut avancer. C'est l'essence même du voyage d'ailleurs. Il y a des fois ou il faut se jeter à l'eau.

08 nov. 2012
0

Ce que je dis plus haut, c'est juste parce que certains disent "moi je sais que ça se passera bien", c'est de la naïveté ou de la vanité.

On ne peut dire "je sais" que lorsque l'affaire est close.

Biensûr, si on veut "vivre" on doit prendre des risques, d'accord avec toi Zadig.

09 nov. 2012
1

Eh, les gars. Faut relativiser. Dans toute histoire, il y a un risque de séparation, que cela soit en amour, au travail, en amitié et en bateau. Le tout est de le savoir et de traiter les problèmes avant qu'ils ne deviennent explosifs.

Et de réfléchir deux minutes avant de partir bille en tête avec le premier venu.

Jacques

09 nov. 2012
0

salut
pas trop compliqué, c'est la création d'une indivision juridiquement, donc il faut simplement former un petit contrat dans lequel on expose qui a le bateau, sur quelle durée, et dans quelles conditions. Il faut régler tous les problèmes auxquels on peut penser, comme par exemple qui fait l'antifooling, et la fréquence, qui choisi la peinture, qui peut mettre une petite fleur sur le mat ^^, enfin tout ce à quoi on pense. Le contrat, une fois signé, est valable pendant 5 ans, après, il faut recommencer :).
je mettrais sur la toile un modèle de contrat, c'est une bonne idée, mais il me faudra au moins 15 jours :)

09 nov. 2012
0

Un contrat hyper précis, qui d'ailleurs ne prévoiera jamais tout, c'est déjà la moitié du chemin vers un divorce. Rien que l'idée, la fausse bonne idée de faire un contrat çà veut dire qu'on se méfie.
Sauf évidemment s'il s'agit d'un projet professionnel.

09 nov. 2012
0

Pour une copropriété avec les 2 noms sur le livret, il me semble qu'un contrat est exigé.
Mais c'est peut-être ma mémoire qui me fait défaut.

09 nov. 2012
0

Exigé par qui ?

10 nov. 2012
0

tout simplement l'acte d'achat qui reprend les noms des acquéreurs et la répartition des parts.

10 nov. 2012
0

Il me semble mais encore une fois ma mémoire peut me jouer des tours que si l'on veut inscrire 2 propriétaires sur l'acte de francisation, il était nécessaire de fournir tout document mentionnant la répartition des parts entre les 2 copropriétaires. Il me semble que ce document est le contrat entre les copropriétaires.
Il me semble aussi que c'est l'acte de francisation qui fait office "d'acte de propriété".

09 nov. 2012
0

sur le livret de francisation de mon bateau il y a deux nom différents et pas eu besoin de contrat.
Le deuxième nom à choisi ensuite de prendre le mien et toujours sans contrat...

10 nov. 2012
0

Pas de contrat non plus, et pourtant 2 noms sur l'AF.
Le problème des contrats, c'est qu'avec le temps il y en a toujours un qui se sent prit pour un trat.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bientôt fini ?

Après la pluie...

  • 4.5 (115)

Bientôt fini ?

mars 2021