Classe d'extincteur a embarquer..................

Bonjour et bonne année,
L'extincteur est obligatoire a bord mais quel type d'extincteur qq le sait il ?
Merci.
:reflechi:

L'équipage
03 jan. 2011
03 jan. 2011
0

Ceux-là tout simplement
www.accastillage-diffusion.com[...]aut.php

Les extincteurs (terrestres) auto... ne sont pas agréés, car leur dispositif d'obturation/percussion peut s'oxyder et donc devenir inutilisable.

Une révision annuelle est obligatoire pour nos extincteurs.

03 jan. 2011
0

Pas si simplement que ça...............
.........que l'extincteur doit resister un minimun a la corrosion soit, mais ce n'est pas ma question, j'ai été imprécis désolé.
:oups:
Faut il embarquer dans nos bateaux obligatoirement un CO², un eau et additif, un poudre ?
:reflechi:

03 jan. 2011
0

Et moi je pensais que ...
ceux que j'achetais à Auchan étaient homologués "marine" car ils avaient le dessin d'une bouée de sauvetage peint dessus, et qu'ils n'y avait pas besoin de les faire réviser avant leur date de péremption (3 ans au moins)...
A vous lire, sans doute me gourge-je...
Cordialement
Pierre-Louis

04 jan. 2011
0

d'accord avec toi...
si il y a le sigle bouée pas de problème à la date de péremption tu les jettes et tu rachétes chez LI.. prix 50% moins cher que les accastilleurs en général la promo est de mémoire vers mars

03 jan. 2011
0

?
?? t'es sur

05 jan. 2011
0

La bouée ou la roue avec écrit solas dessus?
Si c'est du Solas c'est pro, c'est agréé internationalement par la plupart des marines du monde ayant ratifié la convention stcw95 et donc la solas aussi... Bref, on éteint pas n'importe quel feu avec n'importe quel extincteur...
En savoir plus sur les extincteurs

-Les classes de Feu-

-Quel type d'agent extincteur sera le mieux adapté en fonction de la classe de feu ?-

-Le Triangle du Feu-

Parmi tous les extincteurs disponibles sur le marché, il est parfois difficile pour un non-spécialiste de choisir l'équipement qui convient le mieux à son environnement.
Rien ne remplace l'avis d'un professionnel, et nous pouvons vous donner quelques informations afin de comprendre pourquoi un type d'extincteur est mieux approprié qu'un autre…
-Les classes de Feu-
On distingue cinq classes de feux, pour lesquelles un ou plusieurs « agents extincteurs » (Le produit utilisé pour combattre le feu) sont utilisables.

La classe A :
Ce sont en général des feux produits par des matériaux dits « solides » ou « secs » et « braisants »: Bois, papier, tissus, certains plastiques, etc.…Ces matériaux brûlent en formant des braises qui peuvent ré-enflammer la matière même si elle paraît éteinte.

La classe B :
Feux de liquides ou de solides liquéfiables, ou « feux gras » : Essence, hydrocarbures, solvants, paraffine, etc. D’une façon générale : Ce qui brûle sans faire de braise. Les feux d’origine électriques sont classés dans cette catégorie.

La classe C :
Feux de gaz tels que propane, butane, acétylène, gaz naturel par exemple.

La classe D :
Cette classe correspond aux feux de métaux et ne se rencontre pratiquement que dans l'industrie : Magnésium, sodium, etc. mais également feux provoqués par l'embrasement de copeaux ou de poussière de fer.
Ces feux imposent l'utilisation d'extincteurs très spécifiques, tout autre type d'extincteur pouvant avoir un effet inverse au résultat escompté.

La classe F :
Feux d'huiles ou graisses servant d'auxiliaires de cuisson.
Cette classe, récente et peu connue, est encore très peu représentée dans le monde de l'extincteur.

-Quel type d'agent extincteur sera le mieux adapté en fonction de la classe de feu ?-
Voici un tableau succinct (seuls les extincteurs les plus courants sont représentés) pour mieux comprendre le rapport entre les classes de feux et l'extincteur préconisé.

L'eau pulvérisée avec additif : Classe AB.
Le plus courant des extincteurs pour la « Protection Générale ». Contient de l’eau additionnée d’un additif : Généralement de l’AFFF (Agent Formant un Film Flottant).
Beaucoup moins salissant que l’extincteur à poudre, et pourtant très efficace pour combattre des feux secs : Bois, papiers, tissus...et les feux de classe B (feux gras).
Il trouve sa place presque partout.
Action par refroidissement sur les feux de classe A dû aux fines gouttelettes qui, au contact du foyer, se vaporisent en absorbant la chaleur dégagée.
Action par étouffement sur les feux de classe B grâce à la formation d'un film flottant qui isole les vapeurs du combustible et de l'oxygène de l'air.

Capacités courantes : 6 Litres ou 9 Litres.
La portée efficace des Extincteurs Eau+Additif se situe entre 2 et 3 mètres, et sa durée de fonctionnement à jet continu de l’ordre de 12 à 20 secondes selon les modèles et la capacité (6 ou 9 Litres).

Utilisation sur des équipements électriques :
L'eau pulvérisée est utilisable en présence d'une tension inférieure à 1000 V, car l'eau est pulvérisée en fines gouttelettes, et le jet n'est pas conducteur. Souvent, la lancette elle-même est entièrement en matériau non-conducteur.
Risque de détérioration des équipements électriques et électroniques du fait de la nature liquide et mouillante de l’agent extincteur.
Attention à l'eau de ruissellement (Chargée en poussières et autres particules) qui peut être conductrice. Sur les feux d'origine électrique, un extincteur Co2 est fortement préconisé.

Le dioxyde de carbone (ou Co2) : Classe B.
Utilisable sur les feux de classe B (Liquides et solides liquéfiables), et également sur les feux d'origine électriques : Compteurs, baies de brassage, moteurs, équipements informatiques et bureautiques…
C’est la chaleur provoquée par un échauffement électrique qui enflamme les isolants (matières dérivées d’hydrocarbures, donc solides liquéfiables).
Ne provoque aucune salissure. Action par étouffement sur les feux de classe B et sur les feux d'origine électrique.

Capacités courantes : 2 Kilos ou 5 Kilos.
La portée efficace des Extincteurs Co2 se situe 1 et 2 mètres, et sa durée de fonctionnement à jet continu de l’ordre de 6 à 10 secondes selon les modèles et la capacité (2 ou 5 Kilos).
Le dioxyde de carbone (ou Gaz Carbonique) est éjecté avec force lors de la mise en service.
-Il est extrêmement froid (température inférieure à –50 °C)
-Il créée sur les surfaces un dépôt de glace carbonique (-78°C) qui se vaporise a son tour.
Pour ces deux raisons, éviter absolument de diriger cet extincteur dans la direction de quelqu’un à courte distance (&lt 1 mètre).
Le bruit généré par cet extincteur est assez impressionnant. (Souffle).

Sur des feux de classe A
(à condition que les braises n'aient pas eu le temps de se former) et B un extincteur au dioxyde de carbone (Co2) peut être utilisé selon le principe du « tout ou rien » : En cas de réussite le feu est éteint, mais dans le cas contraire les flammes reviennent rapidement.

Les poudres ABC (ou poudres polyvalentes) : Classe ABC.
Courant, très efficace et polyvalent car agissant sur 3 classes de feux mais salissant du fait même de la nature pulvérulente de l'agent extincteur : à réserver aux locaux ou un risque de feu dû au gaz est à craindre, ou dans les lieux tels que garages, dépôts, sous-sols, etc.. Et bien sûr les véhicules et stations-services.
Action par étouffement sur les feux de classe A grâce à la formation d'un vernis liquide qui isole les surfaces chaudes de l'oxygène et des gaz inflammables, empêchant le reprise du feu. Action inhibitrice sur les feux de classe B et C.

Capacités courantes : 6 Kilos ou 9 Kilos.
La portée efficace des Extincteurs à Poudre ABC se situe entre 2 et 4 mètres, et sa durée de fonctionnement à jet continu de l’ordre de 12 à 20 secondes selon les modèles et la capacité (6 ou 9 Kilos).
La Poudre ABC n’est pas conductrice d’ électricité, et peut donc être utilisée sur un équipement sous tension.
C’est, de plus, le seul agent réellement efficace sur les feux de gaz.

Mais :
La poudre ABC est extrêmement fine, s’insinue partout, abîme les équipements fragiles. Elle crée un nuage opaque et irritant qui risque d’augmenter le risque de désorientation.
Pour ces raisons, on déconseillera cet extincteur pour la protection générale des locaux du type magasins, restaurants..., ou l’eau pulvérisée + additif est mieux adaptée.
En revanche, les zones ou se trouvent des risques localisés (Chaudières, Zones de stockage, parking…) seront dotées de ce type d’extincteur.

Attention :
N’éteignez pas un feu de flamme gaz si vous ne pouvez pas couper l’alimentation (Risque d’explosion).
Voilà

03 jan. 2011
0

pour moi
tu as raison.

05 jan. 2011
0

De l'art de résumer au dessus,
ce qui s'est dit au dessous avant.

05 jan. 2011
0

Clair !
Bravo !

Je copie-colle tout ça dans mon livre de bord 2011.
Clair, concis, bref un bon résumé.

Romain

05 jan. 2011
0

Ca sent le Sécu-P
Bonjour à Marcel !

03 jan. 2011
0

Non KOALA-5
Ceux là sont tout simplement de la m..... tout juste bon à être en règle avec une réglementation obsolète.
Cordialement

03 jan. 2011
0

Même ceux type CO² ?
J'ai envie d'en prendre en plus de la m.... que tu mentionnes.

03 jan. 2011
0

extinteur ...
de type ABC, polyvalent
le nbre est indiqué dans les fiches sécurité selon les bateaux

à savoir, un ext de 1kg se vide en moins de 5 secondes !
alors en avoir au moins 1 plus gros à bord, c'est pas mal ...

(à propos, dernirère parole de Jeanne d'Arc sur le bucher ??? ......)

03 jan. 2011
0

Je serai moins affirmatif
Concernant l'agent extincteur.
La poudre polyvalente a le trés gros inconvénient d'être agressive à retardement sur tous les composants electriques et électroniques.
Quelques mois aprés son utilisation des désordres énormes apparaissent inévitablement sur tous les appareils qui ont été touchés lors de la diffusion.
De plus elle est trés volatile et quasiment impossible à diriger lorsqu'il ya du vent.
Je ne parlerai même pas du nettoyage aprés utilisation qui n'est pas ,loin de là, une mince affaire.
C'est un inhibiteur dont les molécules contrarient la liaison entre les elements du fameux triangle du feu.
Le CO2 est un étouffeur qui ''empèche'' le contact entre comburant et combustible, son efficacité est trés réelle dans un volume fermé et beaucoup moins en volume ouvert.
Le choc thermique au moment de la libération (-70°C)est certes formidable pour refroidir les bières mais aussi pour provoquer des problèmes arrières et là encore sur tous les composants electriques (entre autre).
Reste l'eau pulvérisée avec additif devenue avec l'arrivée de nouveaux emulseurs tensio actifs un engin extremement performant bien que completement ignorée par la réglementation maritime.
A mon avis c'est une injustice flagrante qu'un jour ou l'autre nos énarques répareront.
La réactivité n'étant pas la qualité première de ces ''élites de la nation''il va peut être falloir attendre encore quelques decennies.
L'eau pulvérisée avec additif est maintenant utilisable sur tous types de feux y compris hydrocarbure avec des conséquences induites trés légères par rapport aux autres agents extincteurs.
Elle agit à la fois comme refroidisseur, inhibiteur et étouffeur, son utilisation est beaucoup plus efficace dans des conditions météo dégradées.
Là encore et comme pour bien d'autres objets la réglementation Française donne un faux sentiment de sécurité en se mélant de tout et en empèchant l'analyse personnelle en vertu du fait qu'on l'a respectée.
Il est vrai qu'il est bien agréable de mourrir en règle !!
Et enfin, oui c'est vrai que l'extincteur de 1Kg s'apparente beaucoup plus à un gadjet qu'a un outil de lutte contre le feu.
Cordialement

03 jan. 2011
0

Merci Pedro
Pour ton approbation .... nos années d'expérience sont identiques.
Par contre aujourd'hui les additifs comprennent entre autre du glycool non imflammable qui empèche le gel (celui qui manque actuellement pour dégivrer les avions) et de ce fait les extincteurs à eau pulvérisée avec additifs sont insensibles au gel ( enfin bon jusqu'à -30°C pour la France).
Cordialement

03 jan. 2011
0

j'ai été commercial en AFFF( Light Water 3M)
de 1974à 1986

j'en ai vendu des tonnes en bidons de 20 l et fut de 200 litres et participé à pas mal d'entrainement et d'essais

une Société Lyonnaise avait trouvé qu'ajouter un peu d'urée technique au mélange améliorait l'efficacité et assurait une certaine protection antigel

c'est ce que j'ai à bord

pour ceux que çà intéresse, il s'agit de chaines carbonées perfluorées à mélanger à l'eau en très faible concentration abaissant la tension
superficielle de l'eau aux environs de 12 dynes/cm
, ce qui permet de mouiller pratiquement tous les autres matériaux et faire flotter un film d'eau additivée en surface des hydrocarbures liquides, ce qui les isole de l'oxygène de l'air en stoppant ou interdisant la combustion

cordialement

03 jan. 2011
0

tout a fait d'accord
avec Boujaron

le CO2 c'est pas mal mais c'est plus cher ..

et je rajouterai une couverture pour la gaziniere ou autre.

josé

03 jan. 2011
0

Absolument d'accord avec Boujaron
Je me permet d'intervenir avec mes 40 ans d'expérience dans ce domaine.
Bravo tout est dit. superbe intervention je suis d'accord sur tout même sur notre administration qui a + de 30 ans de retard (l'A3F existe en France depuis les années 70).
Je rajoute un commentaire (mon grain de sel) Attention l'eau gèle mais pour le type de croisière que j'envisage c'est pas un Pb.
L'eau de l'extincteur gèle mais il n'y a pas de risque de rupture de l'appareil. Simplement en dessous de 0°C l'appareil ne fonctionne pas. De l'antigel peut être rajouté pour les grands froids.
De mon côté je préfère utiliser le Rhum pour un autre usage.
Bonne année à tous

03 jan. 2011
0

au hasard
vous ne m’avez pas crue ??
vous m’aurez cuite !!!!

ou

je veux descendre ( des cendres )

bon Ok je sors :acheval:

03 jan. 2011
0

non non ...
pas ça ...

autre suggestion ??

:-p

03 jan. 2011
0

Eau + additifs
Lors d'une formation incendit, le formateur m'a conseillé un eau + additifs.
Tous les ships vendent les classiques ABC poudre, c'est trés bien pour éteindre un feu, mais si le feu n'a pas trop endommagé le bateau, c'est la poudre qui va le faire.

Des retours d'expériences ?

03 jan. 2011
0

oui gds
Oui gds, c'est exactement ce que j'ai essayé d'expliquer.
Cordialement

03 jan. 2011
0

En total accord avec Boujaron............
........je pense qu'il faut embarquer pour;
- les cas extrémes
- la réglementation
=&gt un poudre
mais aussi un (ou plus) extincteur (s) a eau avec additif en premiére intention...........

03 jan. 2011
0

Le Co2
est trés efficace, génial, pas salissant et tout et tout mais ne marche pas sur les feux qui font des braises (genre, par exemple, bois).

Effectivement, la poudre, c'est une saloperie impossible à nettoyer et archi corrosive.

Reste l'eau.

Jacques

03 jan. 2011
0

Finalement
le plus simple, comme déjà dit, serait de mettre le/les extincteurs réglementaires pour la décoration (le minimum demandé) et avoir un ou des extincteurs supplémentaires eau+additifs, de taille conséquente.

Quelle serait le bon volume pour un extincteur de bateau ?

03 jan. 2011
0

mon choix ...
serait:
1 gros CO2 pour la cale moteur
1 2kg ABC à poudre
1 1kg ABC à poudre

03 jan. 2011
0

le meilleurs choix
1 CO² + un eau pulvérisée AFFF + un poudre homologué marine le - cher possible à réserver au contrôle administratif

avec çà tu es paré pour tout type de départ de feu

avec la poudre, tu es paré pour jeter ton bateau en cas d'utilisation

cordialement

03 jan. 2011
0

Completement d'accord
Avec un petit améliorant qui serait de doter le CO2 de la cale moteur d'une commande à distance, genre tirette pour pouvoir libérer le gaz dans un volume fermé.
Ce dispositif existe chez tous les pros de la protection incendie.
Le poudre polyvalent effectivement à conserver précieusement pour présentation aux autorités et le munir d'une mention ''ne pas utiliser en cas d'incendie'' pour ne pas qu'un membre de l'équipage ait l'idée de s'en servir en cas de feu (c'est de l'humour quoique ..).
Cordialement

03 jan. 2011
0

lors d'une formation sécurité....
à Locmiquélic l'an dernier, il me semble qu'il a été dit que les extincteurs à poudre étaient appelés à disparaitre (pour les raisons évoquées précédemment) et aussi pour des raisons de toxicité.
L'intervenant recommandait d'embarquer des engins au CO2 et le nombre nécessaire à poudre en attendant le changement pour répondre à la règlementation.
Si je dis des bêtises, je laisse le soin à Calypso2 et à Noël 56 de me corriger.... ;-)
Benard

03 jan. 2011
0

attention
Quand même au CO2 en grande quantité car il abaisse le taux d'oxygène dans l'air (c'est un étouffeur) et est parfaitement capable de tuer son homme (nombreux cas répertoriés).
C'est pour cela qu'il doit être reservé aux volumes fermés dans lesquels on n'a pas accés.
Ou alors il faut un système d'alarme évacuation préalable avant libération qui est sans objet dans bateaux de plaisance.
Franchement l'eau pulvérisée ( ou encore mieux brumatisée)avec additif et un co2 dans le compartiment moteur c'est la voie de la sagesse pour qui veut réellement prendre ce problème en compte.
Enfin, moi je m'en fous, je n'ai rien à vendre !!!
Cordialement

03 jan. 2011
0

en effet

L'intervenant recommandait bien le CO2 bien moins destructueur que l'extincteur à poudre .

Mais il n'est pas necessaire reglementairement d'avoir de la poudre si on a adopté pour le CO2

josé

03 jan. 2011
0

L'idéal minimal
ce serait genre 6 litres ?

04 jan. 2011
0

En tout cas, pour ceux qui ont
déjà fait fonctionner un extincteur à poudre, même en plein air, les particules sont tellement fines que l'air devient totalement irrespirable, grosses quintes de toux, et asphyxie.

A mon avis, à proscrire absolument dans un bateau, mais c'est la LOI.

Faites l'essai avec un extincteur périmé avant de le faire recharger, et vous allez voir les dégâts sur l'homme. On tue le feu, mais le bonhomme en prend aussi un sacré coup.

RV

04 jan. 2011
0

attendez :reglementation
la reglementation n'a jamais imposé la poudre , elle impose un extincteur agrée marine d'une certaine capacité en fonction de l'importance du bateau .

Ensuite à chacun d'entre nous de prendre sa responsabilité ,et c'est que reside le probleme car l'on a le choix entre la poudre et le CO2 plus cher...

donc inutile de taper sur l'administration elle nous laisse le choix ,à nous de prendre nos responsabilités et ça ....c'est une autre histoire bien souvent

josé

04 jan. 2011
0

et bien pigalou
apres avoir consulté de nouveau la division 224 (ex reglementation) et l'actuel division 240 je ne voie nul part cette restriction d'utilisation du CO2

Et pour ma part j'ai toujours vue du Co2 partout sur les navires de peches ou autres....

peux tu nous éclairer davantage et donner l'article ... tu as peux etre raison et il est bon d'apprendre ...merci

josé

05 jan. 2011
0

pas grave pigalou

au moins à priori ce point est éclairci ,c'est vrai que co2 ça doit pas etre bon pour la santé

04 jan. 2011
0

La poudre
Est de plus extremement volatile et ce n'est pas sans conséquences sur les capacités à éteindre un feu.
Un exemple vécu de visu :
Un Zodiac avec moteur hors bord qui prend feu avec un vent quasiment arrière.
Le gars veut vider son extincteur .... et bien, il n'a pas réussi à mettre la moindre parcelle de poudre sur le moteur, absolument tout est parti instantanément vers l'avant du bateau.
En quelques minutes (2 à 3)il avait un énorme feu à l'arrière et n'a eut son salut qu'en sautant à l'eau.
Je suis certain qu'avec un eau pulvérisé avec additif il aurait au moins été capable d'atteindre le moteur, de le refroidir et peut être de circoncrire ce début d'incendie.
Franchement dans ce domaine ne vous fiez pas à la réglementation et il n'y aurait rien de pire que de se croire protégé en l'ayant respectée.
Cordialement

04 jan. 2011
0

Faux!
Le CO² est interdit dans les locaux habités... Voir division 224.
Cordialement,
Pierre-Louis

04 jan. 2011
0

Mes excuses, José,
J'ai répondu trop vite... Je ne retrouve pas l'article non plus. J'ai peut être rêvé... J'ai le souvenir d'un article interdisant l'usage du CO² dans un local habité...
Cordialement,
pl

05 jan. 2011
0

Le seul problème
avec le CO2 est qu'il est absolument inodore, et que utilisé dans un volume confiné comme une salle de machines, le but étant de remplacer l'air et son oxygène... un humain privé d'oxygène perd connaissance sans douleur et meurt si pas secouru très rapidement.

Pour le compartiment moteur d'un "petit" bateau où on peut au mieux passer la tête et une main, le danger est probablement moindre... :heu:

_/)

04 jan. 2011
0

Ouais mais
quand il faut s'en servir, mieux vaut ne pas hésiter quand même.
Rappelez vous cette vidéo que l'on a vue ici d'un incendie dans un port du sud-ouest je crois.
Le proprio d'un motor-yacht tout neuf assistant à un départ de feu a hésiter un peu trop pour ne pas pourrir ses beaux coussins en alcantara avec cette maudite poudre!

Quand il se décide c'est trop tard

Résultat: 5 bateaux partis en fumée:oups::bravo:

04 jan. 2011
0

Et que penser de ceci
www.fireknockout.com[...]ex2.asp

ou autre lien www.fkofireknockout.com[...]uage/en

ça ne vaut peut être pas une installation CO² bien faite pour le moteur mais c'est déjà mieux que l''extincteur poudre 1 kg réglementaire qu'on ne saura pas utiliser dans la clae moteur sans ouvrir la descente (la plupart des regards pour projeter la poudre sont inutilisables).

04 jan. 2011
0

Tout à fait vrai
brufan, les regards pour projection d'un agent extincteur dans la cale moteur sont une saloperie sans nom.
D'abord pour une raison simple c'est qu'il sont tous ''décapsulable''en exercant une action vers l'extérieur.
Hors, un local en feu est en dépression par rapport à son environnement et il faut vaincre cette résistance supplementaire qui ne peut s'envisager qu'avec un outil (genre pied de biche ou tournevis et marteau)ou alors d'ouvrir completement la descente et provoquer ainsi un appel d'air provoquant avec quasi certitude le fameux flash over qui va vous amener à chercher votre salut en ... sautant à l'eau.
Donc, sauf à avoir ce matériel en permanence au pied de la descente, il faudra avant aller le chercher dans un coffre quelconque ce qui rallonge considérablement le délai d'intervention
et laisse largement au feu le loisir de se déveloper gravement.
Vraiment, si vous avez le souci de protéger votre navire contre l'incendie il faut mettre ce dispositif à la poubelle et le remplacer par un volet occultable par rotation qui sera le seul moyen de l'ouvrir rapidement dans le cas d'un incendie déclaré dans la cale moteur.
Cordialement

04 jan. 2011
0

De toutes façons...
Les extincteurs réglementaires (2)
Seront vidés en 12 secondes. Si vous optez pour des extincteurs plus sérieux comme ceux que l'on trouve dans les bureaux vous disposerez de 40 secondes

Les extincteurs à poudre polyvalentes sont les seuls à vous offrir une petite change d'efficacité face à la combustion de composites ou graisses.

Les extincteurs CO2 seront bien adapté pour les début de feux d'origine électriques.

Mais de toutes façons, vous devrez dès la fin de la première minute passer à la phase suivante : ÉVACUATION

Hors la poile de graisse en feu qui peut-être recouverte avec la veste de quart du copain ou le fil du guindeau qui fume à traiter au CO2 après avoir coupé les batteries. Dans 90% des cas, c'est ÉVACUATION

Peaufinez vos procédures d'évacuation feu !

04 jan. 2011
0

Non
Ce n'est pas vrai que les extincteurs à poudre polyvalente soient les seuls à être adaptés pour un feu d'hydrocarbure.
C'est une idée reçue qui date de .....
D'ailleurs comment croyez que la défense incendie des dépots d'hydrocarbure soit assurée ???

04 jan. 2011
0

Qui impose quoi ?
[i]Article 240-2.43
Caractéristiques du matériel de lutte incendie
I. Le matériel de lutte contre l’incendie est approuvé conformément aux dispositions de la
division 311 du règlement, ou bien à celles de la division 310. Dans ce dernier cas, les
dispositions de la division 322 sont applicables. Toutefois, les extincteurs portatifs
conformes à la norme EN3 peuvent être embarqués.

II. La durée de vie et la périodicité des contrôles des extincteurs sont fixées par le
fabricant.[/i]

La norme EN3 n'impose pas les extincteurs à poudre !

Il n'y en a pas d'autres chez les shipchandler .

05 jan. 2011
0

Lors de ma formation
à L'EMES Cherbourg (6 mois), on a utilisé des extincteur pour nous montrer l'effet, mais pas pour stopper un feux d'hydrocarbure genre huile ou fuel...
On utilise exclusivement de l'eau additivée d'un mouillant, on faisait même des essais avec du liquide vaisselle !

04 jan. 2011
0

Je confirme
Dans le cadre de ma formation de skip, j'ai fait un stage chez les marins pompiers de Cherboug. J'y ai découvert que les pompiers et plus particulièrement les marins-pompiers habitués à travailler dans des milieux confinés n'utilisaient JAMAIS de poudre, ni même de CO2, mais de l'eau tout simplement, mais traitée avec des adjuvants.

Pourquoi continue-t-on dans la plaisance à nous IMPOSER des extincteurs à poudre? Ceci est un grand mystère pour moi.

RV

04 jan. 2011
0

Chez AD
www.accastillage-diffusion.com[...]aut.php
Il y en a aussi au CO² et HFC

05 jan. 2011
0

le teepol
a eu son heure de gloire

dans les années 60 mon père ( quelqu'un à la protection civile)en stokait des tonnes pour la lutte antipolution et aussi pour additif dans les gros équipements incendie

il lavait aussi sa 203 avec , bon : il y a prescription ...........

04 jan. 2011
0

Les extincteurs à eau + adjuvants
se sont peut être pas (ou n'ont pas été) tous à la norme EN3 d'où peut être une généralisation qui s'est immiscé dans les esprits ?

A moins que cela ne soit la nouvelle division 240 qui a apporté des changements que beaucoup n'ont pas encore très bien intégrés (moi le premier).

04 jan. 2011
0

Chez AD
il n'y pas d'extincteurs eau+adjuvants proposés.
C'est bizarre tout de même.

Peut être faut il considérer la phrase : "Toutefois, les extincteurs portatifs conformes à la norme EN3 peuvent être embarqués.", comme : ils peuvent être embarqués mais en plus du règlementaire ?

04 jan. 2011
0

les extincteurs
ayant étè plusieurs fois confrontè au feu,2 feux de voiture,feu atelier,feu au domicile (piéce à refaire entiérement)départ de feu plan de cuisson .
je dois dire que les stages faits,m'ont servi .
dès le dèpart du feu ,ne pas se poser de question,prendre l'extincteur et attaquer le feu à la base ,si le volume de feu est trop important, 1° sortir 2° appeler les pompiers,dans le cas du bateau,quitter le bateau,en prenant les précautions habituelles,appeler la SNSM .
pour les feux de vèhicule,les dèparts de feu ont été arrètès avec des extincteurs 1Kg.
pour le dèpart de feu plan de cuisson,un extincteur à mousse .
pour le feu dans la maison,le feu s'était quasi èteint tant la fumèe était épaisse,oui,j'ai craint un flash-over,mais j'ai pu aèrer de peu à peu,et lorsque je pouvais voir au raz du sol,j'ai vu repartir le feu et l'ai attaquè à la base,
4 extincteurs (1Kg)plus tard ,j'ai rappelè les pompiers que j'avais appelè en premier ,pour leur dire que ce n'était plus la peine.(ils n'étaient pas encore partis)
alors,dans le bateau,j'ai 2 extincteurs 1Kg homologuès qui me serviront en dernier recours (car j'ai pu voir les dègats de la poudre)
pour le moteur,un extincteur à aérosol de potassium ,pour la cuisine ,une couverture,et au centre du bateau un (petit) à mousse.
je ne souhaite ne jamais en avoir besoin

04 jan. 2011
0

En se balladant
sur les sites des gros fabriquants d'extincteurs, on voit :

Que tous les extincteurs doivent être conforme à la norme CE EN-3, qui existe en une demi douzaine de version.

Qu'il est parfois mentionné en plus une conformité à la directive 96/98/CE Marine.

A priori, je ne vois pas ce qui obligerais à avoir un extincteur à poudre pour être en conformité avec la division 224.

Jacques

04 jan. 2011
0

La réglementation
Impose des extincteurs capables de lutter contre des feux de classe B.
Pendant longtemps seuls les extincteurs à poudre permettaient de lutter contre ces feux d'ou l'amalgamme.
Aujourd'hui ce n'est plus le cas mais le lien est resté dans l'esprit et y compris dans celui des controleurs notamment de la gendarmerie maritime.
Nota: le marquage CE n'est pas une norme mais une autocertification de fabriquant qui peut se traduire par C commun E à l'essentiel.
Le marquage EN lui est bien issu du respect d'une norme (Europeenne Norme), elle remplace les anciennes normes nationale
Cordialement.

04 jan. 201116 juin 2020
0

La règlementation :
Extrait d'un fascicule officiel.
En espérant que cela soi lisible.

04 jan. 2011
0

Pas très lisible cette pièce jointe.
Ce sera beaucoup mieux ici :

www.savineslelac.com[...]032.pdf

04 jan. 2011
0

Grossière erreur de ma part,
la fiche précédente concerne le fluvial.

Pour le maritime c'est ici :
www.developpement-durable.gouv.fr[...]web.pdf

C'est tout chaud, cela date de décembre 2010.

04 jan. 2011
0

extincteurs à CO2
et les rejets d'oxyde de carbone,la couche d'ozone,le réchauffement climatique on en fait quoi, faudra que je demande à une pastèque

pas sur la tête, :acheval: je sors

04 jan. 2011
0

La fiche d'un expert maritime :
expertboat.com[...]e_5.htm

04 jan. 2011
0

Je ne sais pas
de quand date cette fiche ''expert'' mais certainement pas d'hier matin.
Car parler du halon 1301 c'est parler d'un défunt qui n'est plus autorisé aujourd'hui.
Oublier le halon 1211 qui lui était parfaitement compatible en dehors des volumes clos, laisse à penser qu'à l'époque de la rédaction il n'avait pas encore été developpé.
Enfin passer sous silence les eaux pulvérisées avec additifs me conforte dans l'idée que ce document est une antiquité plus du tout à jour de l'évolution de la technique.
Cordialement

04 jan. 2011
0

Tu as tout à fait raison.
j'aurais du me limiter à un copié-collé de la seule partie classification des types de feux.

04 jan. 2011
0

division 240 ...
Cinquième section – Incendie
Article 240-2.43
Caractéristiques du matériel de lutte incendie
I. Le matériel de lutte contre l’incendie est approuvé conformément aux dispositions de la division 311 du
règlement, ou bien à celles de la division 310. Dans ce dernier cas, les dispositions de la division 322 sont
applicables. Toutefois, les extincteurs portatifs conformes à la norme EN3 peuvent être embarqués.
I I . La durée de vie et la périodicité des contrôles des extincteurs sont fixées par le fabricant.
III. A l’exception des extincteurs prescrits pour la protection des installations de propulsion, un ou plusieurs
extincteurs peuvent réaliser tout ou partie des exigences de protection des autres parties du navire.
IV. Tout le matériel est facilement accessible.
V. A bord des navires dont la longueur de coque est supérieure à 15 m, l’emplacement du matériel de lutte contre
l’incendie est repéré par des pictogrammes conformes aux dispositions de la résolution A.654(15) de l’O.M.I.
telle qu’amendée, ou à une norme de signalisation de l’évacuation ou d’incendie en vigueur dans un Etat membre
de l’Union européenne. Cette disposition est en outre applicable à tout navire, lorsqu’il embarque du matériel
destiné à la lutte contre l’incendie qui n’est pas immédiatement visible du fait de sa disposition à bord.
Article 240-2.44
Extinction des moteurs hors-bord
I. Les navires à moteurs hors-bord dont la puissance totale est supérieure à 120 kW embarquent un parc
d’extincteurs portatifs de capacité totale minimale 34B.
II. Tout extincteur requis pour la protection d’un moteur hors-bord se situe à une distance du poste de barre
principal ou du cockpit n’excédant pas 1 m pour les navires dont la longueur de coque est inférieure à 10 m, et
n’excédant pas 2,5 m pour les autres navires.
Article 240-2.45
Extinction dans les locaux de machines
I . Tout local de machines abritant une ou plusieurs machines à combustion interne dont la puissance est inférieure
ou égale à 120 kW comporte un dispositif obturable, permettant la diffusion d’un agent d’extinction sans qu’il
soit nécessaire d’ouvrir le ou les panneaux d’accès habituels. Dans tous les cas, le moyen d’extinction est au
minimum du type 34B.
II. Les locaux abritant une ou plusieurs machines à combustion interne dont la puissance est supérieure à
120 kW disposent soit de moyens mobiles analogues à ceux prescrits au paragraphe ci-dessus mais de type
minimum 68B, soit d’un moyen d’extinction fixe conforme aux dispositions de la division 322 du règlement.
Article 240-2.46
Extinction dans les espaces extérieurs
et dans les locaux autres que les locaux de machines
I. Une cuisine avec appareils électroménagers dépourvus de flamme nue dispose d’un extincteur portatif de
capacité minimale 5A/34B, ou d’une couverture anti-feu conforme à la norme EN 1869.
I I . Un foyer à flamme nue est protégé soit par un extincteur de capacité minimale 8A/68B, soit par un extincteur
de capacité minimale 5A/34B et une couverture anti-feu. Ces moyens se situent à moins de 2 m de tout appareil à
flamme nue installé en permanence, et sont placés de telle sorte qu’ils restent accessibles en cas d’inflammation
de l’appareil.
III. Un espace habitable avec couchage dispose d’un extincteur portatif de capacité minimale 5A/34B, situé à
moins de 5 m du milieu d’une couchette quelconque.
IV. Lorsque le navire est équipé d’une installation électrique du domaine 2, il dispose d’au moins un extincteur
5A/34B diélectrique.

04 jan. 2011
0

Vu sur le site Sicli, par exemple :
leur extincteurs Quartz 2000 eau+poudre est homologué pour le A et pour le B.

Ils sont donc réglementaires à bord.

04 jan. 2011
0

Prévention et retour d'exprience.
Tout ce qui précède est bien intéressant, mais existe-t-il un fil sur H&O dans lequel on discute de prévention et de retours d'expérience ?

Du genre :

  • quels sont les départs de feu les plus fréquents ?
  • quels matériaux ne pas utiliser ?
  • que ne jamais faire ?
  • un tel feu est parti comment ?
  • comment et où stocker ses combustibles ?

Je sais, on en dit quelques mots ci-dessus, mais il faudrait peut-être systématiser tout ça. amha...

04 jan. 2011
0

tu peux dejà avoir pas mal de reponses

dans ton document obligatoire qu'est soit le Livre de Bord ou l'Almanach du Marin Breton .

tu trouvera le stockage du gaz ,des combustibles , tu trouveras le couchage ,les materiaux ,l'électricité etc...

c'est à dire toute la division 240

maintenant reste que doit-on faire ... reponse :des stages pour le moins

04 jan. 2011
0

Bon, je me lance.
Pour moi, un équipement cohérant serait en gros composé de cette manière:
Dans le compartiment moteur un CO2 à commande à distance.
Un eau pulvérisée 6 litres ou mieux encore eau brumatisée avec additif pour tous les autres types de feu.
Une couverture anti feu du coté de la gazinière et c'est bon comme cela .... on ne va quand même pas transformer nos bateaux en stand d'exposition du salon Protecfeu.
PS: l'eau brumatisée est préferable à l'eau pulvérisée car les goutelettes sont beaucoup plus fines et de ce fait la surface d'échange thermique est considérablement augmentée ce qui provoque un refroidissement beaucoup plus conséquent.
Cordialement

05 jan. 2011
0

C'est une solution
Qui fonctionne correctement à condition d'éviter la poudre comme agent extincteur qui non contente de bouffer les composants electriques va en plus niquer le moteur par aspiration d'un mélange air/poudre.
Un seul problème, c'est qu'il doivent être positionnés en vertical et c'est souvent impossible dans nos cales moteur par manque de place.
Un Co2 fonctione même en position horizontale.
Cordialement.

04 jan. 2011
0

Interessant...
mais alors concrètement que conseillez vous comme emploi/encombrement d'avoir comme matos sur un bateau basique de 9/10mètres?

  • 1 CO2 et de combien? pour quel feu?
  • 1 EP et de combien? pour quel feu?
  • 1 poudre (obligatoire???) de 1kg qui ne "servira pas"? mais pour quel feu? ??? Si un pro veut bien faire une synthèse elle est la bienvenue!!
04 jan. 2011
0

merci!
et ça se révise tous les ans ces bêbêtes là?

05 jan. 2011
0

merci boujaron
pour cette synthèse.
Que penser des extincteurs automatiques qui déclenchent à un seuil de température donné ?( je crois 80°c )??

04 jan. 2011
0

tite question......;
dans ma vie passée, d'eleveur de nourriture j'avaistoujours dans l'ecurie ou la bergerie une sulfateuse à dos pleine d'eau+mouillant, je m'en suis servi deux fois et a chaque fois j'ai éteint en quelques secondes un départ de feu de paille. De meme dehors toujours un appareil de traitement de 2000l plein du meme mélange en cas de départ de feu de chaume. Je me ^pose la question de refaire le meme plan avec l'additif dont parlait plus haut l'Ami J.-P.

:reflechi::reflechi:

04 jan. 2011
0

la durée de vie en mélange est limitée à quelques mois
le produit est généralement utilisé avec des systèmes permettant le mélange lors de l'emploi( système de dosage par venturi ou sparklet explosant un flacon de liquide en plastique fin dans le cas d'une utilisation sous pression

en outre, c'est un produit industriel qui n'est pas vendu dans le commerce particulier
il existe en différentes concentrations commerciales adaptées aux matériels incendie d'injection et dosage

cordialement

05 jan. 2011
0

la durée de vie en mélange est limitée à quelques mois...
Étant très loin d'être un spécialiste de la question, j'ai quand même une anecdote amusante à raconter :

J'ai acheté mon premier extincteur en 1975 pour ma Land Rover essence, lors de ma participation à un rallye entre l'Afrique et la France en tant que voiture-balai et ambulance de fortune car exigé par le règlement...

C'est un modèle à eau pulvérisée qui à l'époque était le standard pour les camions citerne hydrocarbure.

Le truc amusant est que je possède toujours cet extincteur absolument périmé et légèrement rouillé en surface, mais il fonctionne toujours :

Il est muni d'un manomètre indiquant sa pression et il est posé à proximité de mon établi... lorsque je soude un truc qui fume un peu trop à mon goût j'utilise ce truc sensé être mort depuis longtemps avec un bref [i]pchitt[/i] d'une seconde... depuis le temps la pression n'est plus que de la moitié de celle d'origine... ça peut durer encore un certain temps ! ;-)

Plus sérieusement :

  • Je n'ai pas d'extincteurs à poudre à bord mais uniquement des CO2 et des modèles à eau, considérant que ma propre sécurité [u]est mon problème et pas celui d'un quelconque bureaucrate[/u] ! :heu:

  • Je considère que les [i]censuré[/i] choses [i]recommandées et homologuées[/i] par la législation ne sont bonnes qu'à éteindre un incendie dans un cendrier... et encore ! :jelaferme:

_/)

P.S. L'avantage d'un extincteur CO2 pour un voyageur au long cours n'est pas négligeable : pour le vérifier, il suffit de le peser ! ;-)

05 jan. 2011
0

ou acheter?
Ou peut-on acheter un extincteur à eau pulvérisée ? Pour le CO2 les ships en vendent, mais les prix fonts mal…
Cyril

05 jan. 2011
0

Chez n'importe
Quel marchand de matériel incendie, (voir page jaunes), il y en a au moins 2 ou 3 par département.
Il serait bon de se regrouper par région, de définir un nombre d'appareil et de faire un appel d'offre.
Le prix va au moins être divisé par deux par rapport à un achat individuel.
Cordialement.

05 jan. 2011
0

ou acheter? pas ici en tous cas
je suis passé ce matin au magasin d'un ship bien seul et bien connu du quai des moulins à Sète, pour demander si il avait des extincteurs à eau pulvérisée, il m' répondu non car si on l'utilise près du circuit électrique on risque de mettre le feu au bateau, j'ai d'abord cru à de l'humour au 2nd ou 3eme degré mais non il était tout a fait sérieux, c'est beau la compétence, j'en suis tout ému

05 jan. 2011
0

A çà !!!
Dans ce domaine là, les incompétants sont légion et cela ne les empèchent pas de débiter leur salade avec une docte assurance.
Un extincteur eau pulvérisée avec additif est homologué sur les feux d'origine electrique jusqu'à une tension de 10 000V ..... çà laisse de la marge de sécurité sur nos bateaux !!!
Cordialement

05 jan. 2011
0

ici, en 56 ...
ce sont eux qui passent dans les ports pour faire des révisions groupées:

protection-bretonne.com[...]ne.html

05 jan. 2011
0

bien on avance
si une commande groupée se met en place j'en suis...
;-)

05 jan. 2011
0

Pardon
Emporté par mon élan j'ai parlé tout à l'heure d'une homologation pour un extincteur à eau pulvérisée avec additif sur une tension de 10000V, il t a un 0 de trop et c'est 1000V qu'il faut lire... enfin, cela laisse toujours vachement de marge !!!
Pourquoi pas une commande groupée, mais il faudrait avoir une idée du nombre pour pouvoir négocier ( pour ma part, je n'ai pas de besoin étant pourvu en ce domaine).

Je pense qu'il faudrait se limiter à deux types d'appareils:

  • Eau pulvérisée 6litres avec additif et une dose d'antigel à pression permanente. Pourquoi la pression permanente plutôt que la pression auxiliaire ??, Facilité d'emploi, il suffit d'enlever la goupille et appuyer sur la manette, pas besoin de percussion qui est la cause principale des echecs de fonctionnement, en effet, on utilise rarement ce genre d'engin et lorsqu'on en a besoin, le stress aidant c'est cette opération qui est oubliée ou mal exécutée ( voir étude CNPP à ce sujet). Le manomètre indique visuellement l'état de fonctionnement, il suffit de jeter un coup d'oeil et si l'aiguille est dans le vert, il n'y a pas de problème. La surpression permanente induit une agitation moléculaire qui est le gage d'avoir en toutes circonstances un mélange homogène ce qui n'est pas le cas d'un pression auxiliaire qui necessiterait quelque temps d'attente aprés la percussion avant de passer à la libération ( mais encore une fois comment envisager cette attente lorsque l'on est en état de stress et de danger).

-Le CO kg avec ou sans commande à distance pour le compartiment moteur.

Cordialement

08 jan. 2011
0

commande groupée
j'en suis aussi

05 jan. 2011
0

Et comment s'en servir
J’ai trouvé ceci :
video.prevention-incendie.commentkonfait.com[...]ec/1897

Ça parle le co2. L’extincteur à eau ne semble pas avoir la préférence du démonstrateur.

05 jan. 2011
0

Normal
Il s'agit d'un feu de friteuse et je n'ai pas vraiment l'impression que c'est de cela que l'on parle.
De plus pour un feu de friteuse je préconiserais sans aucun doute une couverture anti feu et certainement pas un extincteur qui augmente consi
dérablement les risques de dispersion à cause de la force de la détente.
Cordialement

05 jan. 2011
0

Non
En aucun cas un feu de friteuse ne peut s'apparenter à un feu de moteur tout simplement parceque le combustible n'est pas du tout le même.
Maintenant si tu penses que tu vas pouvoir viser 20cm au dessus de la casserole en étant au prés par force 5/6/7 tu as le droit, maintenant j'aimerais avoir des retours d'expérience sur cette possibilité et si quelqu'un me démontre que c'est faisable, j'abandonne ma retraite et je retourne au boulot.
Cordialement

05 jan. 2011
0

Boujaron
on parle efficacité pour éteindre un incendie non ? (en complément du sujet de Rachid). Un feu moteur peut s'apparenter à un feu de casserole. Et j'ai aussi une gazinière à bord pour cuisiner.
Avec en tête le circuit électrique, il me semble que ce sont les causes principales de feu à bord.

ps: Si tu regardes la vidéo, l'opérateur ne disperse rien du tout, et pour cause, il explique où viser.

05 jan. 2011
0

l'eau est interdite sur les feux de friteuse
c'est en effet le meilleur moyen de disperser le feu tout autour et brûler très gravement le manipulateur

en effet, l'huile bout vers 160 à 180 ° et l'eau vers 100 °
au contact de la friture, l'eau "explose" ( c'est manière de parler, vu qu'il ne s'agit pas d'une explosion réelle)en projetant l'huile bouillante partout

rien à voir avec un moteur

amicalement

petit rappel: feu de gaz = fermer l'alimentation en premier si possible car il est inutile d'éviter un incendie pour provoquer une explosion

06 jan. 2011
0

JP-Boujaron
il n'est jamais trop tard pour apprendre à lire. On parle de Co2, pas d'eau.

06 jan. 2011
0

Disons…
Qu'il est préférable de placer la situation au ponton, voir sous un portant tranquille.

Personnellement je trouverais bien dangereux, limite inconscient, de vouloir faire de la friture dans un voilier à la gite au près.

05 jan. 2011
0

De plus
L'eau étant plus lourde que l'huile elle devient un extraordinaire moyen de transport pour l'huile en feu dés lors qu'elle commence à déborder de la casserole.
Et de fait on se retrouve avec un feu généralisé au lieu de l'avoir circonscrit dans un récipient.
C'est pourquoi dans l'industrie il y a des bacs de rétention ce qui d'ailleurs seraient un bon moyen de prévention pour stocker nos bidons divers et en particulier celui de l'essence de l'annexe.
Cordialement

06 jan. 2011
0

Eliot je n'ai absolument pas
parlé d'eau mais bel et bien de CO2 et si tu maintiens être capable de viser 20cm au dessus de la friteuse au prés par vent établi ... et bien chapeau, je n'ai plus rien à dire.
Tu feras toi même ta propre expérience le jour ou tu seras confronté au problème.
De plus je suis là pour participer à un débat et apporter ma modeste expérience à qui veut bien la prendre et pas pour répondre à des piques concernant ma capacité à lire.
Le nombre de participations positives montre que nombreux sont ceux qui sont prêts à envisager une réflexion sur la manière de proteger leur navire et cela suffit largement à mon bonheur.

06 jan. 2011
0

Oui AladisWing
Au ponton cela fonctionnerait certainement mieux, mais il est vrai que la loi de l'enmerdement maximum est une réalité et qu'il faut toujours envisager les équipements de sécurité en mode dégradé et jamais en mode de vie peinarde.
Cela est vrai de la protection incendie, mais aussi par exemple de la mise à l'eau d'une survie ou de la récupération d'un homme à la mer qui se dérouleront trés probablement dans des conditions metéo musclées.
C'est tout le travail d'anticipation que nous devrions tous faire.
Cordialement

05 jan. 2011
0

Deux autres questions que je me pose.
Mettre un extincteur CO2 directement dans le compartiment moteur c'est tentant.

Poser horizontalement , quel pourrait être sa meilleure direction de jet ?
j'aurais tendance à vouloir viser la partie électrique et l'alternateur non ?

D'autres part, cela ne pose t'il problème de mettre si près d'une source de chaleur un extincteur. Dans une voilier comme le mien, un 10m, le compartiment est pas bien grand et il faut jouer assez serré.

Merci pour toutes ces réponses très pertinentes et claires.

05 jan. 2011
0

pour continuer le débat
si commande groupée il y a il faudrait peut être rester dans un grand groupe genre sicli; non ?:reflechi:

pour mois 2 extincteurs C02 avec commande à distance ( ou à commande automatique par la température )et un 6kg eau pulvérisée.

par contre pour les "eau pulvérisée" je serais plus d'avis d'en avoir un ( voire 2 sur les gros canot' ) un peu plus petit parce qu'un 6 kg ça prend de la place !!!
pourquoi pas 2 ou 3 kg ?? si ça se fait !
:reflechi:

05 jan. 2011
0

En 2l:
Apparemment, les extincteurs à eau pulvérisée existent bien en 2l, voir ci-après:

annonces.ebay.fr[...]7081303

cgi.ebay.fr[...]1097682

Philippe

05 jan. 2011
0

@boujaron
Pourrais tu préciser où l'on peut trouver ce type d'appareil : CO2 à commande à distance?
Et ça ressemble à quoi? (lien internet?)
Merci.

05 jan. 2011
0

un appareil de ce type ???
www.hellopro.fr[...]it.html

Est-ce bien ça que tu préconises ? :-)

05 jan. 2011
0

merci
mais pas vraiment donné, 280 € chez AD.
Mais bon la sécu...
C'est vrai que j'ai toujours trouvé le 1kg à poudre un peu gadjet.
Et à mon avis le risque n°2 à bord est le feu après l'Halm.

Et sinon quid du sceau d'eau?
De l'eau y en a en bato non? C'est moins bien??

06 jan. 2011
0

oui
il s'agit bien de ce genre d'appareil
Cordialement

06 jan. 2011
0

En pratique,
[i]Un Co2 peut être effectivement dirigé vers un organe sensible [u]mais dans le cas d'une libération dans un volume fermé [b]c'est la saturation de ce volume[/b] qui amenera l'extinction pour tout ce qui se trouve à l'intérieur du volume[/u]. [/i]

Bien d'accord, mais en soulignant le potentiel problème à ne pas négliger comme écrit plus haut dans le fil !

[i]Le seul problème - 04-01-2011 23:57

avec le CO2 [u]est qu'il est absolument inodore, et que utilisé dans un volume confiné comme une salle de machines, le but étant de remplacer l'air et son oxygène[/u]... [b]un humain privé d'oxygène perd connaissance sans douleur et meurt si pas secouru très rapidement[/b].

Pour le compartiment moteur d'un "petit" bateau où on peut au mieux passer la tête et une main, le danger est probablement moindre...[/i] :heu:

_/)

06 jan. 2011
0

Personne n'en parle
Dans mes exercices de formation avec les marins-pompiers, pour combattre un feu dans un endroit confiné (feu au fond d'une galerie en souterrain, expérience un peu flippante, il faut l'avouer) au lieu d'attaquer tout de suite la base du feu, il fallait d'abord refroidir fortement les plafonds et parois, sinon, on éteint la flamme et ça repart tout de suite.

RV

06 jan. 2011
0

merci
pour toutes ces infos...
boujaron je suppose d'après tout ce que tu nous expliques que tu ne bossais pas au tri du courrier à la Poste :mdr:( je n'ai rien contre la poste hein :-D ).
En tout cas on cmprend mieux:
donc CO2 pour le moteur et eau pulvérisé dans les cabines + une couverture antifeu à coté de la cuisinière...

yapluka. ;-)

06 jan. 2011
0

Alain, un grand merci
Dommage qu'ils n'aient pas fait appel à toi dans le golfe du Mexique...

Et voilà un fil qui n'a pas -trop- dérapé. Comme quoi, on peut le faire. A marquer dans les annales.

RV

06 jan. 2011
0

Boujaron..........
Tu dis;
"Si ce fil n'a servi qu'à ce que chacun se pose des questions individuelles sur la manière de prendre en compte sa propre sécurité c'est un succés et je suis heureux d'y avoir modestement contribué."

Merci a toi, Kokolapin, JP et les autres....... le partage des savoirs était l'objectif de ce fil.
Rachid.
SSIAP

05 jan. 2011
0

reponse groupée à Ficelle et Aladiswing
En vrac:
Les grands groupes ne vendent qu'aux entreprises ou à leurs revendeurs.
Les extincteurs eau pulvérisée avec additif ou non ne sont disponibles qu'en 6 ou 9 litres (on ne parle pas de kg).
Un Co2 peut être effectivement dirigé vers un organe sensible mais dans le cas d'une libération dans un volume fermé c'est la saturation de ce volume qui amenera l'extinction pour tout ce qui se trouve à l'intérieur du volume.
Les doses communement admises sont de l'ordre de 1Kg de CO2 par M3 donc 2Kg = 2M3 cette contenance est donc parfaitement compatible avec nos cales moteur.
Dans ces conditions il n'est pas vraiment utile de diriger le jet car l'extinction se fait par saturation du volume (je vous rappelle que le CO2 est un étouffeur).
Concernant la temperature de fonctionnement, je ne me souviens plus exactement des limites supérieures, mais certainement aux alentours de 100°C ce qui explique qu'on trouve cet agent extincteur dans toutes les salles des machines des cargos ou navires de pèche.
Cordialement

05 jan. 2011
0

Eh ben oui Enogat
Apparemment cela existe mais je ne le savais pas ... tu vois,il suffit de partir en retraite pour qu'ils sortent de nouveaux produits... putain !! le temps passe vite !!!
En tous les cas , c'est la preuve que si des fabriquants commencent à sortir de ces appareils en petite contenance c'est qu'il y a une demande et que donc l'outil a commencé à conquérir ses lettres de noblesse !!
Cordialement

05 jan. 2011
0

je viens de faire
Un petit tour sur google mais, comme je suis un vieux con je ne sais pas comment on créé un lien et ne peux donc satisfaire à ta demande.
Tu tapes extincteur CO2 commande à distance et tu en trouves à la pelle y compris chez AD ... c'est dire !!!
Cordialement

05 jan. 2011
0

et un autre
certifié "Marine" ...

www.hellopro.fr[...]it.html

:-) :-) :-)

06 jan. 2011
0

Le problème de vivre
Dans un volume saturé de CO2 a aussi été évoqué le 03/01/2011 16h36.
Le problème ne se pose pas dans un compartiment moteur et c'est justement tout l'intérêt de la commande à distance qui permet la saturation sans être obligé d'être present à l'intérieur du volume.
Ensuite, aprés extinction on va ouvrir la descente ne serait ce que pour voir l'étendue des dégats et à ce moment l'arrivée d'oxygène est instantanée et le problème de la vie humaine ne se pose plus.
Libérer le CO2 dans un volume ouvert ne permet pas d'obtenir le taux de concentration qui abaisse la reneur en oxygène et de ce fait provoque l'extinction généralisée.
Au mieux on pourra obtenir une extinction localisée bien souvent suivie d'une reprise du feu.
Oui, le CO2 est un étouffeur et pas un inibiteur.
Cordialement

06 jan. 2011
0

c'est vrai
Sauf que quand on en arrive à devoir refroidir l'environnement sur nos bateaux en polyester... Il y a déjà du mal de fait et on est plus près de l'évacuation que du dégoupillage d'extincteur.
Mais la remarque est parfaitement justifiée.
Cordialement

06 jan. 2011
0

Cela me semble
effectivement une manière coherente d'envisager le problème.
Mais commencer à y réfléchir c'est déjà trouver des solutions.
En ce domaine, il ne faut pas s'en remettre aveuglement à la réglementation qui est une habitude trés Franco Française ... regardez les Anglais, ils ont certainement une des reglementations les moins contraignantes qui soient et pourtant leur navires sont parmis les plus équipés et ou l'on trouve le plus de reflexion personnelle.
J'ai passé ma vie professionnelle comme ingénieur prévention puis comme risk manager d'un grand groupe industriel et bien je peux dire que 99% des mesures prises sont l'objet d'une étude personnalisée et adaptées aux enjeux propres de l'entreprise, la part de la reglementation étant là juste pour être en règle avec les autorités.
Il ne viendrait à l'idée de personne de penser qu'elles sont suffisantes et que l'on puisse s'en contenter.
L'enjeu de la pérennité d'une entreprise est trop sérieux pour le confier juste à quelques articles du code du travail , de la réglementation ERP ou de celle des installations classées .... cet état d'esprit devrait être transposable sur nos bateaux, mais ce n'est pas loin de là dans l'air du temps.
Rien ne vaut une reflexion personnelle et les solutions qui en résultent seront de toute façon meilleures que celles imposées par tel ou tel article de loi.
Si ce fil n'a servi qu'à ce que chacun se pose des questions individuelles sur la manière de prendre en compte sa propre sécurité c'est un succés et je suis heureux d'y avoir modestement contribué.
Cordialement

06 jan. 2011
0

Si j'ai pu être utile
j'en suis heureux.
Le partage du ''savoir'' devrait être la base commune de tous les fils, malheureusement force est de constater que cela débouche réguliérement sur des empoignades stériles qui n'apportent rien à personne; c'est pour cela que je n'interviens guère sur les forums.
Cordialement et à votre disposition.

06 jan. 2011
0

ssiap
c'est ton cri de guerre?

06 jan. 2011
0

Ce fil est resté de bonne tenue
car les informations qu'on y apprend ont été étayées d'explications solides. Le grand foutoir apparait souvent lorsque se confrontent des avis opposés, sans arguments.


Il est clair qu'une bonne protection contre l'incendie à un prix autrement plus élevé que les ridicules extincteurs à poudre qu'on nous propose habituellement.

06 jan. 2011
0

désolé mais
je reviens sur ma question:
"quid du sceau d'eau? De l'eau y en a en bato non? C'est moins bien?? "

Car j'aimerai savoir:
- quelle différence y a t-il entre un extincteur eau pulvérisée classique et un bon sceau d'eau?
- sur quels feux peut on envoyer un sceau d'eau (moteur?? , electricité 12v?? (non je pense) , plastique (oui sans doute) )

Merci,

06 jan. 2011
0

çà alors JP c'est bien vrai
Que la première des mesures de prévention est d'avoir une propreté irréprochable.
Les coins à merde, les dégueullis d'huile, les chiffons gras abandonnés dans les coins, les fuites non traitées les ..... sont des véritables appels à l'incendie.
Tous les petits tas sont des risques potentiels, il faut bien avoir à l'esprit que l'état de division de la matière favorive tous les départs de feu.
Exemple: il est beaucoup plus facile de mettre le feu dans une allumette que dans une buche, c'est l'état de division de la matière qui provoque ce phénomène car pourtant dans les deux cas il s'agit bien du même matériau c'est à dire du bois.
Sur un bateau avec un seau d'eau tu n'éteindras pas grand chose à part peut être un feu dans les coussins du carré.
Sur un feu d'origine electrique tu vas surtout réussir à faire un magnifique court circuit.
Sur un feu de liquide (gaz oil, huile) l'eau va immédiatement partir au fond car plus lourde et se transformer en magnifique transporteur de l'incendie par ruissellement et te provoquer un incendie généralisé.
Enfin un seau d'eau apporte peu de résultat sur l'abaissement de la température car il n'y a que trés peu de surface d'échange thermique par rapport à une pulvérisation.
Exemple: tout le monde sait trés bien qu'en été tu te rafraichis beaucoup mieux avec un pulvérisateur de jardin (ou en bombe) qu'en te renversant un seau d'eau sur la tête ... c'est exactement le même phénomène.
D'ailleurs les pompiers n'utilisent jamais d'eau pure et jamais sans faire passer le mélange par un diffuseur qui n'est ni plus ni moins qu'un genre de pulvérisateur.
Non franchement penser utiliser un seau d'eau comme moyen d'extinction est une vraie trés mauvaise idée.
Cordialement.

06 jan. 2011
0

l'eau marche très bien sur les feux
secs et sans électricité MT

donc le bois, les tissus et tout ce qui est sec

le CO2 marche très bien sur les feux de toute nature dans des espaces confinés ou sur des feux d'origine électrique et sur du matériel électrique possiblement sous tension, car le système n'est pas conducteur

l'ajout d'additif permet à l'eau de fonctionner aussi sur des feux de liquide ou d'hydrocarbures solides

il faut aussi comprendre que l'eau est un mauvais mouillant et elle ne peut éteindre facilement que ce qu'elle peut mouiller sauf à en utiliser une grosse quantité ( l moteur peint avec des traces d'huile...)

l'additif en abaissant la tension superficielle de l'eau lui permet d'augmenter sa capacité d'extinction et de l'étendre à des matériaux non extinguibles par l'eau pure

enfin , l'avantage de la pulvérisation est qu'elle permet de faire plus avec moins de volume d'eau, comme la pomme de douche qui est plus performante et économe qu'un simple tuyau...et comme un seau ou un extincteur est une réserve avec un volume défini, c'est un avantage

ceci dit, quelques seaux d'eau avec additif feront mieux qu'un petit extincteur d'eau pure

pour terminer, avoir une cale et un moteur propre, sans objets inutiles est aussi une sécurité anti-incendie et non une manie de vieux papy qui s'ennuie

cordialement

06 jan. 2011
0

Merci !
J'adore ce fil ! :bravo:
C'est resté courtois et constructif, et j'ai appris énormément de choses ! (et désappris les idées reçues et fausses)

Les mots 'forum' et 'communauté' reprennent tout leur sens grâce à de tels fils.

Bravo pour la qualité des explications qui me (nous) permette(nt) maintenant d'appliquer intelligemment et utilement ces conseils aux moyens de lutte anti-incendie à déployer dans nos embarcations.

Romain

06 jan. 2011
0

oui !
merci pour ces réponses.
Je ne croyais pas qu'un extincteur soit plus performant qu'un bon sceau d'eau !

Merci pour ces paroles d'experts instructives et c'est vrai que j'apprécie aussi beaucoup la tonalité de HeO, qui est un des rares forums où l'on peut échanger des infos courtoisement sans se faire insulter au bout de 4 messages comme c'est malheureusement souvent le cas.

Sinon pour compléter JP, attention aussi à vos connexions electriques et gaines de protection :
resserrer les connexions régulièrement et vérifier l'absence de ragage et d'usure sur les fils, notamment les fils moteur.

07 jan. 2011
0

Boujaron
dernière question,

une dernière question:
scénario improbable mais bon:

feu tout con dans le carré, la lampe à pétrole se renverse et se casse le feu démarre ( gentiment ) sur les coussins, la TAC, etc...

ma question vis à vis du CO2 y a t'il un danger à percuter un extincteur C02 dans un volume assez fermé d'un carré de voilier, même si la descente est grande ouverte ?
Ou en reformulant la question: à partir de quel volume "utile" peut on percuter un CO2 sans danger d'asphyxie ??

merci encore !

11 jan. 2011
0

Halon et révisions
Bonjour Boujaron,

Sans polémique aucune, j'ai échangé avec un "technicien incendie" (j'ai oublié le libellé exacte) sur ce Halon.
Comme il me l'a confirmé, il n'y avait rien de mieux pour combattre un incendie. Et tant qu'il était dans sa bouteille, aucun risque pour la couche d'ozone.

Là où ça fait froid dans le dos, c'est qu'il était nécessaire de vider les dites bouteilles pour passer les contenants à la vérification. Et comme il n'y avait aucun moyen de récupérer le gaz pour le stocker, et/ou le recomprimer puis le réinjecter dans la même ou une autre bouteille... et bien il partait dans l'atmosphère !!!
Donc vu le nombre probablement important de bouteilles en circulation et en révision périodique, ça devait faire quand même un paquet de gaz en altitude.

Néanmoins, et à mon avis, tu as raison de le garder pour une éventualité que je ne te souhaite pas, car d'une efficacité redoutable.

11 jan. 2011
0

Récupération
A l'époque, je ne récupérais pas les fluides par souci d'écologie, mais simplement parce qu'ils étaient introuvables et/ou très chers dans certains pays où j'ai travaillé ! ;-)

_/)

07 jan. 2011
0

Oui juno
Faire le tour de toutes les connexions électrique est aussi une excelente mesure de prévention.
Par contre, il est souvent difficile de passer partout et à ce titre la photographie infrarouge est un moyen redoutable de mettre en évidence des débuts d'échauffement.
C'est un genre d'appareil photo qui va faire ressortir en rouge toutes les connexions suspectes, ensuite il n'y a plus qu'à aller resserer juste au bon endroit.
C'est de la maintenance préventive facile et d'une efficacité remarquable, je n'ai quasiment jamais vu une armoire électrique même neuve ne pas avoir au moins 2 ou 3 points de préechauffement, sur un tableau electrique de bateau c'est exactement la même chose.
C'est un appareil qui se loue et il est facile de se regrouper et de passer une dizaine de bateau dans une journée ce qui revient à trois fois rien par tête de pipe.
Les départs d'incendie sont rarement inéluctables et faire comme le dit JP une chasse impitoyable à toutes les crasses, fuites diverses, stockage de petits merdiers plus une campagne photographique infrarouge repousse le risque incendie à une probabilité trés faible.
Cordialement

07 jan. 2011
0

non
S'il s'agit cas le plus probable d'un 2kg CO2, le volume habitable ne sera pas saturé.
Il faut atteindre 1KG/M3 pour saturer un volume donc on peut dire à la louche qu'aux environs de 300gr/M3 il n'y a pas de danger pour la vie humaine.
Par contre dans le cas que tu évoques, le CO2 ne sera pas le meilleur agent extincteur car celui çi n'est pas efficace sur les feux profonds (les coussins) c'est l'eau pulvérisée avec additif qui sera le plus adapté.
A mon avis le CO2 doit être réservé aux compartiments moteurs ou les risques de feu sont essentiellement d'origine electrique ou de liquide (huile/gaz oil)et là, c'est bien la saturation du volume qui sera la bonne arme ce qui inclus une commande à distance car une ouverture de la descente empéchera d'atteindre le taux de concentration.
Pour ma part j'ai dans le compartiment moteur un Halon 1301 avec commande à distance.
C'est certainement le mieux qu'il n'y ait jamais eu, malheureusement depuis les accords de Montréal il est interdit car serait nocif pour la couche d'ozone.
Je n'ai aucune honte à l'avoir conservé car franchement tant qu'il est dans le bidon il ne fait de mal à personne et si je dois le libérer il causera moins de dégats à l'environnement qu'un incendie chargé de multiples particules de conbustion qui elles sont un véritable poison pour l'environnement.
Lors de ces accords, c'est surtout le halon en tant qu'agent propulseur des aérosols qui était visé et qui là bien evidemment présentait un véritable risque si on additionne le nombre d'aérosols qui sont vidés tous les jours sur la planète.
Il avait d'ailleurs été envisagé une autorisation spéciale pour le halon en tant qu'agent extincteur .... cela à été effectif pendant quelques années, puis cette disposition à fini par disparaitre !!
C'est dommage, car il avait les mêmes pouvoirs en tant qu'agent extincteur que le CO2 mais des avantages certains, stockage dans des récipients basse pression, taux d'application plus de deux fois moindre,coût beaucoup plus faible et surtout ne présentait pas de risques pour la vie humaine.
C'était un inhibiteur et non un étouffeur.
Cordialement

11 jan. 2011
0

Intéressant...
même si plus d'actualité :

[i]Là où ça fait froid dans le dos, c'est qu'il était nécessaire de vider les dites bouteilles pour passer les contenants à la vérification. Et comme il n'y avait aucun moyen de récupérer le gaz pour le stocker, et/ou le recomprimer puis le réinjecter dans la même ou une autre bouteille... et bien il partait dans l'atmosphère !!!
[/i]

En pratique, il y a le "gaz", pour mémoire : [i]Trifluorobromométhane
Fluorocarbone-1301
Fréon-13B1
CBrF3[/i]

Celui-ci est (était) mis en pression pour son usage en tant qu'extincteur avec de l'azote.

Un professionnel du froid maitrise parfaitement la technique permettant de récupérer la totalité du fluide en le stockant dans un volume provisoire, et de le réinjecter dans sa quasi totalité dans celui d'origine.

Il y a une petite perte inévitable dans la manipulation, due aux obligatoires purges des flexibles pour ne pas introduire d'air dans le circuit.

En ce qui me concerne, je pratique la technique de récupération depuis pas loin de quarante ans ! ;-)

_/)

11 jan. 2011
0

mouzig Il n'y a pas de polémique
à avoir, l'échange d'idées devrait être le principe même du forum, c'est comme cela qu'il s'enrichit et personne ne détient le savoir absolu.
Les révisions périodiques du contenant c'était tous les 10 ans compte tenu que ce gaz travaillait en basse pression.
Donc pas si fréquent que cela.
Et effectivement le gaz était bien recupéré puis remis dans les contenants et ce à partir en gros des années 1990 .... avant c'est vrai que personne ne s'occupait vraiment de cela, c'est vrai pour le halon mais aussi pour bien d'autres origines d'atteinte à la couche d'ozone.
Cordialement

11 jan. 2011
0

C'est effectivement
Une motivation beaucoup plus ''palpable'' qu'une agression potentielle à l'environnement !!
Cordialement

07 jan. 2011
0

dans ce cas précis, une couverture mouillée
sera bien plus efficace que tout autre moyen hors l'eau pulvérisée avec additif mouillant qui fera une couche de mousse protectrice

le CO 2 ne sera pas adapté car il n'empêchera pas une reprise du feu couvant dans les coussins imbibés de pétrole

cordialement

07 jan. 2011
0

le co2 est lourd
n'est pas toxique ,une bonne ventilation après et encore mieux un coup d'aspirateur avec evacuation exterieure .
attention aux gaz hallognénés il absorbent l'oygene de l'air et la c'est la syncope assurée
donc ne jamais utiliser en interieur si on y est
par contre c'est remarquablement efficace .
j'en ai un petit que je reserve au compartiment moteur dans la nacelle au cas ou .....
alain

07 jan. 2011
0

Attention quand même
La valeur d'exposition maximale pour le CO2 est une concentration de 3% dans l'air et il y a risque de perte de conscience instantanée à 15 %. Le CO2 est plus lourd que l'air et l'évacuation d'un bateau nécessite une ventilation énergique. Un bateau de 10 m contient environ 40 M3 d'air, soit 52 kg et décharger un extincteur de CO2 de 2 kg dépasse donc 3 % de concentration.

Si vous utilisez le CO2, la meilleure solution me semble :
- bloquer votre respiration
- actionner votre extincteur
- dès que possible aller respirer dehors...

Par contre quand les halons étaient autorisés, on pouvait aller jusqu'à 30% sans risque (gaz inerte vis-à-vis de la respiration comme l'azote).

07 jan. 2011
0

Jacques !!!!!
..........ya Ficelle qui te cause........
:mdr:

07 jan. 2011
0

bon,
ça confirmes ma première impression, il faut avoir les 2.
CO2 dans la cale moteur et eau+ additif dans le carré, cabine....

Bon on se la fait cette commande groupée ???
;-)

07 jan. 2011
0

Je suis partant pour
un ou 2 extincteurs à eau pressurisée.

RV

07 jan. 2011
0

Halon 1301
[i]Par contre quand les halons étaient autorisés, on pouvait aller jusqu'à 30% sans risque (gaz inerte vis-à-vis de la respiration comme l'azote).[/i]

Oui mais : lorsqu'il est utilisé dans un feu où en effet c'est très efficace, il y a quand même de menus inconvénients...

Extrait de la fiche de sécurité www.cdc.gov[...]37.html :

[i]DANGERS CHIMIQUES:
La substance se décompose au contact de surfaces chaudes ou de flammes en formant. des fumées toxiques comprenant du bromure d'hydrogène et du fluorure d'hydrogène. Attaque les recouvrements de surface, le plastique et le caoutchouc
[/i]

Ceci dit, seul le résultat compte : éteindre l'incendie avant qu'il ne se propage ! ;-)

_/)

07 jan. 2011
0

C'est exactement le contaire
Le Co2 est un étouffeur c'est à dire que l'on fait tomber la part de l'oxygène present dans l'air qui est en principe de 21% à un pourcentage qui ne permet pas la combustion ni la vie humaine.
Ventilation aprés oui
Coup d'aspirateur aucun intérêt puisque la ''neige'' générée par le passage de phase liquide en phase gazeuse disparait au bout de quelques minutes.
Il existait deux sortes de Halon le 1301 et le 1211, le 1211 contient un volume de chlore pour l'alourdir et pouvoir l'utiliser en extincteur afin de pouvoir diriger le jet, celui çi de part la presence de chlore est effectivement dangereux pour l'homme.
Le 1301 dont on parlait çi dessus ne contient pas de chlore et est utilisable uniquement en volume fermé et pratiquement sans danger pour l'homme.
Dans les deux cas les halons sont des inhibiteurs et non des étouffeurs ils absorbent l'oxygène de l'air mais uniquement au contact du point chaud par la libération de radicaux libres qui bouffent l'oxygène mais uniquement au contact de la flamme pas dans l'environnement.
C'est pourquoi l'on vit parfaitement bien dans un volume saturé de halon 1301.
J'en ai fait plusieurs fois l'expérience pour la réception de salles informatiques dans lesquelles on faisait une libération totale pour mesurer les courants de fuite et determiner pendant combien de temps la concentration durait.
Nous étions régulierement 3 ou 4 personnes dans le volume saturé et sans aucun problème autre qu'un leger bourdonnement d'oreille dû à la surpression dans la pièce.
J'ai bien parlé de halon 1301 et pas de 1211.
Cordialement

07 jan. 2011
0

le message ci dessus
s'adressait à 60nora.
oui, negofol 3% de 52KG ça fait effectivement un peu moins de 2KG c'est pour cela que j'avais dis ''à la louche'' mais bon, on reste quand même dans l'acceptable pour ne pas avoir de problèmes graves.
Cordialement

07 jan. 2011
0

Eau pulvérisée
Le pulvérisateur de jardin, que beaucoup utilisent comme douchette solaire, pourrait-il être efficace sur un feu sec ?

Il faudra que je fasse un essai...à la campagne, pas dans le bateau !

Si ça marche cela peut être un bon complément des poudres et autre CO².

07 jan. 2011
0

ça va manquer de pression pour être vraiment efficace
amicalement

08 jan. 2011
0

à diamètre d'ajutage constant
il y a relation directe entre pression et débit, donc le manque de l'un entrainera automatiquement le manque de l'autre

mais c'est pas vraiment critique car ce qui compte le + est la pulvérisation dont l'efficacité s'accroit avec la pression plus qu'avec le débit

autrement dit si tu diminues l'ajutage pour un débit donné, tu augmentes la pression et la pulvérisation devient + efficace

c'est ce qui fait qu'un extincteur est bien plus efficace qu'un seau d'eau de même contenance ou d'un tuyau ouvert débitant le même volume

d'ailleurs et inconsciemment, quand on veut arroser le jardin avec un tuyau libre sans embout, on pince le bout, pour diminuer l'ajutage et augmenter la portée et la pulvérisation, donc l'efficacité

amicalement

08 jan. 2011
0

Attention Christian
les essai dans la cheminée , d'accord mais avec une cheminée pas encore trop chaude .
sinon tu risque des fissures ( plaque de fonte ou brique refractaire ).

ce sont des produits qui tiennent de tres hautes temperatures ,mais n'aime pas trop les chocs thermique .

Amicalement ,
Maurice.

08 jan. 2011
0

De pression et de débit...
...très probablement.
Je ferai un petit essai pour voir quelle est la limite.
Amitiés

08 jan. 2011
0

Merci Jean-Paul
Il est certain que ça ne remplacera pas un vrai extincteur; mais comme un essai, dans ma cheminée, ne coûte rien, et que j'ai ce matériel à bord !!!

En conclusion pour moi, après avoir lu ce fil, je vais conserver mes extincteurs à poudre (révisés tous les ans), pour être en conformité avec la réglementation et m'équiper avec quelque chose de plus sérieux, CO²..., pas forcément en provenance d'AD.

Merci à Rachid et aux autres.
Amitiés

08 jan. 2011
0

Oui Maurice, merci
Donc dans la cheminée peu après le démarrage du feu ou dans le jardin ...

Ce qui m'intéresse c'est de voir si ça peu fonctionner.
Amitiés

09 jan. 2011
0

Attention JP
L'eau étant icompressible quand on diminue l'ajutage on n'augmente pas la pression qui elle est donnée soit par le reseau de la ville ou par la pompe elle est donc constante.
Par contre on diminue le débit et on augmente la vitesse de circulation donc effectivement la portée et le pouvoir pénétrant.
Augmenter le débit fait chuter la pression mais pas le contraire.
C'est un petit détail qui ne remet pas en cause le résultat.
Cordialement

11 jan. 2011
0

le pulvérisateur de jardin est très efficace
notamment pour les feux de conduits de cheminée.

on garde les braises et on arrose avec un peu d'eau pulvérisée et on obtient une grande quantité de vapeur d'eau qui va éteindre le feu dans le conduit.

Garanti hyper efficace. D'ailleurs les pompiers opèrent comme ça et on ne monte guère sur le faîtage pour mettre la LDT dans le conduit de cheminée.

En plus on n'utilise pas beaucoup d'eau et on ne génère pas de dégât des eaux.

La quantité d'eau et la direction à donner au jet est facilement contrôlable.

Donc pour un feu sec, oui.

Contrairement aux idées reçues et aux indications portées sur les extincteurs, il ne faut pas viser la base des flammes sinon on projette le feu partout.

11 jan. 2011
0

oui pilotedebord
C'est vrai qu'il ne faut pas commencer une attaque du feu par la base, c'est ce que j'essayais de dire à Eliot quand il me parlait d'attaquer un feu d'huile dans une casserole avec un CO2, la moindre erreur de visée va provoquer une dispersion des flammes tous azimuts et que dans ce cas là il vaut mieux l'étouffer avec une couverture anti feu, cela me semble beaucoup moins aléatoire comme manoeuvre.
Par contre, attention de ne pas prendre un pulvérisateur de jardin pour un extincteur, cela peut paraitre séduisant notamment en regard de la difference de coût mais quid de sa résistance au feu nottament lors de son exposition au rayonnement ??
J'ai bien peur que le corps en plastique ne devienne vite une espèce de guimauve qui aura bien du mal à conserver la pression.
D'autre part la lance qui sert à fouiller les braises pour terminer l'extinction ne va certainement pas faire ''long feu'' dans cette fonction.
En resumé le pulvérisateur chargé en additif peut être un moyen complementaire mais certainement pas l'outil principal ce srait à mon sens une grande erreur de le penser.
Cordialement

10 jan. 2011
0

Bon, je crois que tout le monde ast convaincu
qui a des contacts? La saison va commencer.

10 fév. 2011
0

Pulvérisateur de jardin
Comme prévu, j'ai fait l'essai dans ma cheminée...

1) Sur un feu de carton et petit bois (flammes).
2) Sur des braises bien chaudes;

Très bons résultats dans les deux cas, avec très peu d'eau.

Ainsi que le dit pilotedebord, c'est bon à savoir !

31 mar. 2014
0

Au delà de la classe d'extincteur à employer je butte sur un problème pour le moteur. Les produits des ships ne me conviennent pas.

L'attaque du feu moteur se fait par le passe cloison (les petits voiliers n'ont pas souvent la place pour installez un moyen fixe).

Si vous observez vos extincteurs le diamètre de la "bouteille" fait que le diffuseur est hors de portée du passe cloison dont il doit écarter les lèvres. J'imagine qu'à défaut d'une adaptation sérieuse (raccord tuyau fixé sur la tête d'extincteur) l'emploi est pour le moins hasardeux dans la précipitation dû à l'incendie.

J'envisage de recourir aux magasins spécialisés dans la lutte contre l'incendie et d'acheter un produit équipé . Le problème est la place disponible qui impose de limiter la taille de l'extincteur.

Quel est votre dispositif pour votre bateau ?

31 mar. 2014
0

vois ici si tu trouves ton bonheur !

www.fireshopextincteur.fr[...]log.asp

31 mar. 2014
0

Merci Hep,

Celui ci répond aux normes et besoins, mais c'est déjà gros.

www.fireshopextincteur.fr[...]uct.asp

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (185)

mars 2021