choix du materiau de coque??

une coque alu de presque 40 ans meme bien entretenue ne presente t elle pas un risque a venir.tout les matériaux ont une durée de vie limitée,non??

L'équipage
05 nov. 2016
05 nov. 201605 nov. 2016
0

De ce que je peux voir ou entendre dans le chantier où mon bateau (plastoc) hiverne les problèmes peuvent être:
Quille lest plomb mal isolé
Réservoirs d'eau à même la coque
Après s'il y a électrolyse due à des fuites électriques ce n'est pas de la faute du matériau.
Si bien conçu et entretenu je pense que c'est la matière où il y a le moins d'emmerdes! (voir si Mayko passe par là!)

05 nov. 2016
1

alu de 40 pige pour moi ces a la benne , tous métal s'use et alu autant plus que l acier , un exemple clair penduick 4 . la qualité de tôle n est pas celle aujourd'hui . j ai construits des vedettes a passager et des ngv et rien que le fait de plier la tôle elle fissurait ensuite les conditions pour les soudures sont très souvent pas respecter ou était pas .

05 nov. 2016
2

et bien si ta tole se fissurait lors du pliage c'est que tu pliais mal !!!

05 nov. 201605 nov. 2016
0

oh que non ... le probleme c'est qu'il fallait se battre pour que le rayon interieur de pliage soit respecté et cela malgrés qu'il était mille fois noté sur les plans

r= 2xepaissur l'alu ce n'est pas de l'acier

enfin je parle des premiers NGV ensuite on a changer l'alu on pouvait plié plus court

enfin bref ...

05 nov. 2016
0

non non on avait les mêmes souci sur les ngv tu a la mémoire courte a ce que je voie

05 nov. 2016
0

José a raison, toute tôle se plie, suffit respecter le bon rayon de pliage propre à chaque matériau ...

07 nov. 2016
0

je suppose que tu en as l'experience

05 nov. 2016
0

et bien pourquoi les ngv on eu une coque acier et superstructure alu ces bien qu il avait des soucis et merci bil mes le pliage de tôle je ces parfaitement comment ça ce plie

06 nov. 2016
0

Meme bien entretenu,bien construit,etc...l alu en vieillissant (proche des 40 ans),comme tout, doit s affaiblir, suivi d une fin de vie??non?.Je projette d acheter un voilier et visiter ma planéte sans soucis majeurs,mais j ai toujours cette question qui me hante,le choix du materiau!

06 nov. 2016
0

je connais des chalutiers cotier en alu qui ont plus de 40 ans et qui sortent presque tous les jours en mer , qui eux travaillent ,sont mené à la dure et sont toujours vaillant .

amha ,l'alu est surement le meilleur des matériaux ,evidement correctement construit et bien isolé électriquement

06 nov. 2016
0

l'Atalante est un bateau en acier

06 nov. 2016
0

desolé Hériona ,mais l'Atalante d'Ifremer m'a servi de base pour concevoir le Thalassa lorsque j'étais en activité à Nantes chez BLL et tous les deux sont en acier A24

06 nov. 2016
0

on ne parlait pas du m^me navire alors

06 nov. 2016
0

je suis pas d accord avec toi prend pour exemple atalante qui se ronge de partout pourtant il a bien été construit et dans de bonne conditions

06 nov. 2016
0

non il est tous en alu

06 nov. 2016
0

pour preuve et de l état de l aluminium. pour infos ces nous qui avons fini sont sister ship qui était le Gaëlle Julianne et ces nous aussi qui lui faisions sont entretien . le bateau est immatriculer a Saint-Nazaire aujourd'hui
navires-de-peche.over-blog.com[...]49.html les photos parle elle même .cdt

06 nov. 2016
0

on parle de bateau de pêche pas de IFREMER

06 nov. 2016
1

Le vieillissent des matériaux ne se limite pas au risque d’électrolyse et autres rides d'usure il y a aussi sa résistance à la fatigue qui dépend de beaucoup de critères comme sa construction, utilisation, échantillonnage, etc.
On ne peut pas dire que la simple qualité d'un matériau suffit à sa longévité.

06 nov. 2016
0

Calypso, il me semble que les contraintes structurelle d'un voilier, ne sont pas les même, le gréement en tension, par exemple.

06 nov. 2016
1

Trismaran , allons un voilier passe au pire 330j amarré au ponton on ne va pas dire qu'il "fatigue" le pauvre

06 nov. 2016
0

Bonjour
Quand vous prenez des exemples de plus de 40 ans n'oubliez pas PenDuick 3,5 et le petit jeunot le 6, pas vraiment sur échantillonnés et pas vraiment menés en douceur. Pas vraiment morts de fatigue car ils naviguent toujours...

06 nov. 2016
0

la fatigue du métal ne ce voie pas a œil et pour ce qui est des penduick que je connais très bien je dirait pas comme toi de leur réelle état .

06 nov. 2016
2

bonjour,
sujet interressant

sans parler de poids de chaque matériaux nous avons:

-polyester: soucis majeur : l'osmose ,et il faut savoir qu'un traitement osmose enlève de la matière ET n'est pas définitif ,pour multiple raison il devra etre refait apres X années , d'ou nouvel enlevement de matière .

  • acier : rouille et sensible a l'électrolyse donc vigilance et/ou entretien permanent

-alu : tres sensible a l’électrolyse.phénomène en constante augmentation , du a la mode des tables a cartes en cockpit d'avion, a l'incompétence, a l'idée que ''ça n'arrive qu'au autres'', aux bricolage électriques amateur . conséquence : environ
75% des voilier alu présente de l'électrolyse , sans que leurs propriétaires en aient réellement conscience !

  • le bois : entretien constant et surveillance

  • le CTBX époxy : si tres bien construit : pas de rouille, pas d'osmose , insensible a l'électrolyse mais réfection des peinture de pont tous les 3 a 5 ans car époxy sensible au ultra violet

en conclusion , tous ces matériaux ont une excellente longévité,beaucoup de bateau de course de plusieurs dizaines d'années, ont etes réalisés dans ces 5 matériaux, et sont encore tres vaillant aujourd'hui

alors ne pas regarder avant achat ce que pourrait etre un bateau dans 30 ans (il sera ce que vous en ferez), mais regarder ce qu'il peut vous offrir dès aujourd'hui
cdlt

06 nov. 2016
0

Et les Hanses en stratifié Epoxy

06 nov. 2016
0

je suis tous a fait ok avec toi ahunuivoile

06 nov. 2016
1

Quelque soit le matériau il y a quand même l'échantillonnage qui joue pour beaucoup. En tout cas l'acier en forte épaisseur (et choupé) est sans doute aussi durable et moins "sournois" que l'alu qui peut se micro-perforer. Les épaves en acier se bouffent pas si vite !

Le gros avantage de l'alu c'est l'entretien réduit si l’électricité a été réalisée minutieusement.

Construction bois-époxy : ne pas oublier le pourrissement possible à la moindre infiltration (choc, perçage d'une cloison...).
Sinon : Quels sont les bateaux construits en époxy monolithique
? HR peut-être ? Ça doit être bien en longévité !

Heu, personne pour parler du ferro ? :heu:

@ahunnuivoile : le prix d'achat d'un bateau dépend aussi de la vie qui lui reste... il faut quand même regarder ce paramètre !

06 nov. 2016
0

non, pas HR ...

07 nov. 2016
0

J'allais justement dire qu'il manquait le ferro dans la liste d'Ahunuivoile.

Soucis majeur : La construction aléatoire, le poids (quoi que par rapport à l'acier...), la difficulté de réparation. Mais si bien construit c'est durable et quasi sans entretien. Il existe de très beau ferro de plus de 40 ans.

06 nov. 2016
0

il faut etre clair, aujourd'hui personne on ne connaît la limite de vie d'une coque en alu ..on sait que c'est tres tres long simplement ...

40 ans amha c'est surement un tout petit bébé

06 nov. 2016
0

Bonsoir,
pour les bateaux en époxy, il y a les Roc 101 et les Sun Legend de chez Janneau.
Gorlann

07 nov. 2016
0

Gorlann29, tu es sûr pour les Sun Legend ? La fiche technique V&V du 41 dit "polyester monolithique"...

07 nov. 2016
0

Bonsoir,
je ne suis pas sûr.
Gorlann

07 nov. 2016
0

...et pour le Roc 101 un autre fil du forum parle de "[url= epoxy melangée à de la silice et aussi du polyester classique"[/url]

06 nov. 2016
0

Comme tous les bateaux, le critère N°1 c'est le passif et l'entretien.
Mon expérience, pour un usage marin,plaisance, en terme de longévité je classerais dans l'ordre croissant:
Le bois
l'acier
l'alu
le polyester
l'epoxy

Mais la longévité n'est pas le seul paramètre à prendre en compte. Pour la solidité notamment en terme de choc je classement serait
Le polyester
le bois
l'epoxy
l'alu
l'acier

En terme de facilité pour la réparation

Le bois
l'alu
l'epoxy
le polyester
l'acier.
Pour la facilité d'usage et d'entretien

Le bois
l'acier
l'alu
le polyester
l'epoxy.

Comme on peut le remarquer, tout est surtout une question d'usage et de critères à privilégier.
Bonnes navigations

06 nov. 2016
0

c'est bien ce qui me semblais :le bois est le meilleur partout :pouce:

06 nov. 2016
0

je comprends que c'est en ordre croissant vers le bas, donc le bois est le pire, non ?

06 nov. 2016
0

étonnant l'ordre je suis un surpris l'alu plus facile à réparer , l'époxy plus d'entretien que l'acier... :tesur:

06 nov. 2016
1

J'ai bien écris dans l'ordre croissant, donc le meilleur est à la fin .

07 nov. 2016
0

D'accord je suis rassuré :-)

06 nov. 2016
0

la c'est clair !
mais quid du CTBX époxy ??
ou le mettre dans le classement?

07 nov. 2016
0

Et sur un gros choc, ''OFNI'' est ce que l alu de presque 40 ans est aussi resistant que l acier par exemple?.

07 nov. 2016
0

et sandwich composite carbone nomex

07 nov. 2016
0

Si le polyester/fibre de verre est assez bon pour des unités comme ça, c'est assez bon pour moi:

www.navis-yachts.be[...].14.pdf
www.oysteryachts.com[...]N78.pdf
www.nordhavn.com[...]ltr.pdf

NB : j'aime assez bien le 42m, avec 2 x 3400 cv. UN peu au dessus de mes moyens quand même. :acheval: :acheval:

07 nov. 2016
0

Effectivement il manque le CTBX epoxy dans ta liste croissante :
Ca tient bien dans le temps si bien construit, c'est facile à réparer même par un amateur (j'en sais quelque chose :-) ), et pour l'entretient il faut juste être vigilant aux chocs et ne pas laisser "pourrir" la situation : avoir un petit kit de survie epoxy / PU dans le bateau pour traiter le bobo rapidement quitte à le refaire plus propre pendant l'hivernage ensuite.
Sans compter que ça fait des bateaux légers et raides et puis comme c'est la mode des bouchains même sur les voiliers en forme pourquoi s'en priver

07 nov. 2016
9

je me demande qui parmi vous a un bateau de plus de 40 ans ayant reellement navigué...a vous entendre tout le monde puisque vous semblez bien connaitre l'ensemble des materiaux
je lis " alu de 40 ans a la benne" : c'est tes moderne comme strategie , cela suppose que l'on a laissé le navire dans son jus tout ce temps et la bien sur il est naze...si on le soigne , que l'on sait souder , que l'on surveille esl assemblages , les primers, ce doit etre autrement ( enfin j'espere pour moi)
.
de meme que pour les greements dormants qu'il faut parait il changer tous les 10 ans..progressivement le monde de la plaisance sera peuplé , uniquement de nouveaux consommateurs qui ecoutent les elucubration d'internet et des pro et qui ont une experience limitée car quels sont ceux qui ont pu suivre tel ou tel bateau pendant une si longue periode.
.
le materiaux n'a pas grand chose a voir dans la longevité et si precedenment le bois a ete classé en tete c'est seulement parce que les bateaux les plus anciens sont en bois..ceux qui ont vecu 100 ans et plus etaient bien construits et bien entretenus
.
sur ce forum je suis toujours stupefait de la legereté des affirmations peremtoires et sans fondement , c'est distrayant.
continuez d'achetez de benet ou des hanse neufs, cela confirmera vos idées sur la longevité( courte)
sans doute faite vous pareil avec les bagnoles : 100000km " a la benne" :pouce: c'est ca la croissance a la papa
philippe

07 nov. 2016
0

ben ok avec vous mais avez vous une reponse a mon interrogation carbone nomex

07 nov. 2016
0

Père-emptoire et mère-emptoire sont dans un bateau, père-emptoire tombe à l'eau, qui est-ce qui reste? Ma bagnole a passé les 250000lm sans souci, quant au bateau, bien au sec ça va encore ;+)

09 nov. 2016
4

une bagnole ca doit faire 500000 ( ou plus) et un bateau 100 ans, le bateau vu son prix doit etre considéré comme un investissement durable presque de " l'immobilier".
il est sur que l'sprit actuel ne pousse pas dans ce sens , pas de consommation = pas de croissance pour le politicien a courte vue..la societé ne veux pas que vosu biens durent ca tue l'economie ..la demerde , le troc, l'echange, l'entretien des biens, le savoir faire vernaculaire c'est mal..comment faire tourner la finance si tout le monde reparait ses objets et ses biens et ne les renouvellait pas.
.

09 nov. 201609 nov. 2016
1

Mayko, tu es impayable :
"si precedenment le bois a ete classé en tete c'est seulement parce que les bateaux les plus anciens sont en bois"

C'est peut être aussi parce qu'on ne savait pas construire avec autre chose :mdr:

Lorsque le choix c'est le papyrus, le roseau ou le bois, le bois arrive nettement en tête : c'est clair, mais il ne faudrait pas non plus en déduire que si Christophe Colomb naviguait sur des navires en bois c'est parce qu'il trouvait ça plus performant que le CTBX époxy ou le carbone nomex :-D

07 nov. 2016
0

pour une fois je mets une étoile

07 nov. 2016
0

Allez moizauci l, e lundi il faut être généreux :-)

07 nov. 2016
0

Le ferro, très impopulaire en France à cause de quelques unités désastreuses, est toujours bien coté vers Vancouver (voir "Mischka ou la vie sur l'eau")

07 nov. 2016
0

Carbone nomex : utopique pour un croisière , difficile à maitriser à la construction pour respecter poids resistance, très cher , poinçonnement catastrophique (pas fait pour non plus) bref je passe mon chemin ...

07 nov. 2016
0

faut arrêter de rêver , tous matériaux fatigues sinon ça ce serait depuis des lustres et on naviguerait encore avec des bateaux bois ou encore des bateaux acier riveter . un bateaux nait et meurs comme nous tous , l entretien est juste une longévité , si vous regarder le liens du blog que j ai mis au dessus , ces un bateau tous alu qui a été construit en 1988 sur paris et les photos parle d elle même et il arrête pas de lui rajouter des anodes car ces une catastrophe sur un chalutier . mettez un ovni au port de pêche une semaine a coter de chalutier et sorte le de l eau après et vous aller voire l état de la coque .

09 nov. 2016
3

toi tu es tetu : le mien a ete construit en 1973 et il n'a pas d'anode:: je prevois d'en mettre un de ces jour...la coque est nickel au point que a l'interiuer les tole des oeuvres mortes sont encore brillantes , aucune trace d'electrolyse riend e rien
.
la mort des coques alu c'est surtout les circuits electriques merdeux , en general sorties chantier.
.sur un bateau alu neuf ou d'occas on doit virer le circuit existant et tout refaire soit meme , controle les fuites regulierement...et aussi controle les assemblages inox ( dont on ne peut pas toujurs se passer).
de plus si l'on ne se ser pas du bateau de facon continue il faut le stocker a terre..
Bref alu ou autre materiaux les boulets nuisent a la reputation des bons eleves
.
il est vrai que lorsque je chechait un bateau il y a maintenant 22-23 ans j'ai vu pas mal de daube alu et acier, et je ne nie pas que le bonne constructions ne sont pas legion.
le pastoc est sans doute mieux loti car le savoir faire est meilleur vu la diffusion
.
pour l'acier n'oubliez pas que tous les grands yachts sont en acier ( enfin la plupart) et on ne voit jamais un trace de rouille..la aussi pour un grand ou un petit compte le traitement d'origine, etle soin apporté au fil des decenies

09 nov. 2016
0

L'acier, c'est pas ça.

Voir
www.kadeykrogen.com[...]-44-ae/
ou
www.nordhavn.com[...]els/43/

Ce sont des bateaux dans les 25-30 tonnes , pour 13 mètres. Plus que très largement dans des devis de poids acier. Et pourtant, les 2 sont construits en polyester/fibre de verre.

09 nov. 2016
0

il faut bien reconnaître et regreter que les bateaux métallique que ce soit acier ou alu souffrent en plaisance de leur mauvaise conception et fabrication de là vient cette mauvaise reputation .

10 nov. 2016
0

@Hériona-team;

Bien sur les matériaux fatiguent et travaillent, mais l'effort n'est pas le même sur un avion en aluminium de 40 ans qui subit des températures de -50 en altitude à 50° sur un tarmac, des efforts intenses dans des masses d'air mouvantes et des orages...
Et un voilier fait de tôles d'aluminium épaisses+structure !

Et il y a encore bon nombre d'avions de collection des années 30, certes bien entretenus et protégés des intempéries, mais ils ont quand même leur age.

J'ai un petit voilier aluminium qui a entre 50 et 60 ans, pas une goutte d'eau n'a encore percé la coque...

10 nov. 201610 nov. 2016
1

@PapyManu;
"en plus un avion ne subit pas autant de contraintes statiques et dynamiques que peut subir un bateau soutenu par une eau en mouvement. "

Désolé, mais je crains que tu n'y connaisse rien en aéronautique !
C'est pile l'inverse de ce que tu dis !
Un avion subit de nombreux "G" que ne subit pas un bateau...

(correction d'une faute d'orthographe :oups: )

10 nov. 2016
1

..les efforts d'arc et contre arc ne sont pris en compte par les bureaux de classification que pour les navires de plus de 63m entre perpendiculaires ...

perso calculant les échantillonnages generale des navires le plus que j'ai eu a resoudre c'est 16t/m2 pour un truc pas possible et c'était un sacré casse tête ..alors 50t...

11 nov. 2016
0

Enfin pour ce que j'en connais le plus que j'ai vu c'est 16t/m2 et ce chiffre je suis allé le peché et discuté aupres du BV et à IRCN (à l'université de Nantes) . C'était pour une construction tres particuliere au dessous et l'avant d'un bateau de recherche Oceanique ...et ce bateau fait le tour du monde .

et je t'assure que faire une construction qui tient à 16t/m2 c'est un sacré pastis ..apparement ça tient depuis 17 ans

10 nov. 2016
0

50t/m² ou 5kg/cm² équivalent à enfoncer le bateau de 50m sous l'eau.

Pour un 15m, le LLoyds impose au pires endroits 4.5N/cm² ou 450g/cm² ou 4.5t/m².

La fatigue en résistance des matériaux est un phénomène précis :
fr.wikipedia.org[...]A9riau)

Jacques

11 nov. 2016
0

22 mm de CP = 1t/m2 (environ équivalent 6 mm acier)

11 nov. 2016
0

absolument la portée dans les formules se conjugue au carré ... entre paranthese c'est tout le probleme du "strongall"

11 nov. 2016
0

C 'est pour cette raison que des renforts (lisses, couples, cloisons, barrots, varangues, ... ) sont disposés 'derrière/sous' le bordé, constituant une structure réduisant la portée du bordé et donc son échantillonnage. Ce qui donne cette règle universellement connue : "plus les couples sont moins espacés moins le bordé est plus épais."

Il faut tout dire ici :-).

Jacques

11 nov. 2016
0

sur les bateaux de charge on prends 1.63t/m2 d'impact provoqué par l'embarquement des vagues plus les charges des matériels (conteneur, etc )

10 nov. 2016
0

tres pointues !!!

10 nov. 2016
0

Le nombre d'heures de vol en l'air et sur l'eau n'est pas comparable en plus un avion ne subit pas autant de contraintes statiques et dynamiques que peut subir un bateau soutenu par une eau en mouvement.
Tout ça pour dire que pour l'alu je ne pense pas que ce soit le matériau qui pose problème mais la mise en œuvre dans les assemblages soudures qui demande des compétences très pointues.

10 nov. 2016
3

mon dieu !!! que peut bien subir comme contrainte un bateau de plaisance qui passe 360j amarré à son ponton !!!!

10 nov. 201610 nov. 2016
0

Certes, t'as peut être raison mes connaissance sont limités y compris en nautique d'ailleurs, mais je sais qu'un bateau en mer dans le gros temps la somme des contraintes hydrostatiques et hydrodynamique peuvent dépasser les 50T/m2. (je doute que l'avion encaisse autant)
Le bateau en plus des pressions statiques et dynamiques , il subit des forces de compression, de torsion et de cisaillement notamment en pilonnement, tangage , roulis et parfois plusieurs G, sans compter les efforts à l'arc et contre arc ainsi que les chocs divers occasionnels.
Les efforts d'ensemble sont très contraignants pour les structures, flexion et cisaillement longitudinale, flexion transversale, etc. Bref à mon avis entre subir plusieurs G repartis sur l'ensemble et être soulevé brutalement par le haut d'une vague juste en plein milieu cela se vaut largement.
Ce n'est qu'une opinion je n'ai aucune formation spécifique qui me permette des affirmations de ce type .

10 nov. 2016
0

Je te crois mais je n'ai pas écrit que les bateaux devaient résister à 50t mais que la somme des contraintes peuvent dépasser 50t.
Une vague de 3m c'est une pression de 6t/m2 , 10m on est à 12t et la scélérate de 30m est estimée à 100t/m2.
Juste ce que je sais mais je ne suis pas ingénieur :-)

10 nov. 201610 nov. 2016
0

oui ce sont les chiffres dans ma tete ..

par exemple un pont exposé c'est 1.63t/m2

de memoire ,un pont supportant 5t/m2 c'est tole de 15mm avec barrot composé d'une ame de 200x15 et semelle de 150x20 tous les couples ...

11 nov. 2016
0

je pense que la résistance au m2 est facile d'obtenir si la surface est faible par contre lorsqu'il y a de la portée c'est différent non? Est ce que je me trompe?

11 nov. 2016
11 nov. 201611 nov. 2016
0

Il faut ajouter la distance entre les renforts pour que tes chiffres aient un sens.

Exemple pour 1t/m² ou 100g/cm² ou 1N/cm2 ou 10000N/m² ou 10kPa est une charge de pont, poutre sur deux appuis (avec de nombreux bémols salés) :

bordé CP 6mm et renforts distants de max 20cm (f=1.4mm)
bordé CP 8mm et renforts distants de max 30cm (f=3.0mm)
bordé CP 10 mm et renforts distants de max 40cm (f=5.0mm)
bordé CP 12 mm et renforts distants de max 45cm (f=4.6mm)

f est la déformation du bordé seul sous la charge de 1t/m² et la distance entre renforts donnée.

Sauf erreurs ...

Jacques

11 nov. 2016
0

La "somme des contraintes" ne veut pas dire "un poids sur le pont"!

Si on applique une charge de 10t sur le pont, la structure pont devra supporter les 10t de charge et le bordé de fond 10t de poussée archimédienne supplémentaires pour rester à flot, la liaison entre les deux se faisant par les bordés et structure qui eux mêmes vont aussi subir une compression latérale supplémentaire puisque le navire s'enfonce, et ceci lorsque la carène est parfaitement stable et que tout est reparti uniformément maintenant imaginons avec du roulis et du tangage et éventuellement avec une mer croisée , cela donne des sommes de contraintes conséquentes et alternatives à des endroits donnés, sachant qu'en principe le premier tiers avant est le plus soumis aux contraintes et qu'un général le pont est censé encaisser un tiers des efforts.

  • N'allez pas croire que je suis en pleine érection de connaissances je ne suis que l'autodidacte qui explique ce qu'il a compris avec l'espoir qu'un érudit le corrige. :-p

Donc pour en revenir au sujet la résistance à fatigue des matériaux c'est bien plus compliqué que cela n'y paraît et deux bateaux identiques même âge un qui reste au port 360j/an (celui de José ;-) ) et l'autre qui navigue par tous temps ne vont pas se fatiguer pareil, même si cela ne se voit pas...

07 nov. 2016
1

une matière qui peu être sympa le NYLON ou dérivé , fabriquer un plastique legé souple avec un traitement de surface pour éviter les peintures polluantes
directement construit par imprimante
tu démarre l'imprimante le soir et le matin ton 12 m est près a navigué , voiles comprises

09 nov. 2016
0

Ah, ça serait bien ce que tu rapporte là, mais est de la science fiction aujourd'hui. D'une l'impression 3D est plus fragile que le moulage, la stratification ou l'infusion. De deux, les impressions ne sont pas étanches. De trois, le nylon est un matériau cher en volume, pas rellement stable, et trop souple structurellement. Actuellement, imprimer une coque de 12m, même non fonctionnelle prendrait dans les 10 semaines avec une buse de 1.5mm. C'est c'est et beaucoup moins rentable qu'une construction traditionnelle. L'impression 3D est intéressante pour le prototypage, et pour les formes complexes n'ayant pas de besoins de résistance. Le seul truc intéressant à notre niveau serait pour le petit accastillage de bord ou pour produire des "positifs" qui seront fondus par la suite en inox ou alu. Attention, je ne crache pas sur cette formidable technologie, sauf que voila, elle a son périmètre d'exploitation.

09 nov. 2016
0

Elles existent, mais je ne les ai pas pris en compte car il y a de quoi acheter quelques bateaux avec le budget d'une de ces imprimantes. Même en production à la demande le prix d'une pièce est prohibitif pour le particulier. Mais quoi qu'il en soit, les imprimantes métal vont aussi produire des pièces beaucoup moins résistantes que leur équivalent en fonderie ou en usinage. Peu importe la matière, c'est le défaut des pièces imprimées avec la technologie d'aujourd'hui. Par ailleurs, la pièce imprimée échappe rarement à l'étape finition. Dans un futur plus ou moins proche, peut-être...

10 nov. 2016
0

C'est déjà venu : j'ai une imprimante 3D à la maison depuis bientôt 3 ans. Il y a aussi plein de véhicules imprimés en 3D, mais c'est pas commercialisable. Une pièce de 100g juste imprimée dans le plastique le plus basique et sans post traitement a une valeur commerciale de 60€. Et tout ne gagne pas à être imprimé, loin de là. C'est ce qu'on appelle le Paradoxe 3D : plus une pièce est compliquée et unique, plus elle gagne à être imprimée. Il faut aussi savoir que toute pièce imprimée est un prototype. On a pas vraiment de protocole pour connaître d'avance la résistance d'une pièce 3D. Sans parler de l'aléa technique qui n'est pas si rare. L'impression 3d n'a pas la même résistance sur les 3 axes d'impression, tandis qu'une tôle d'alu ou une feuille de contreplaqué sont bien plus homogènes. Ça m'est arrivé de renforcer des petites pièces avec de la fibre de verre, et là la résistance augmente significativement, mais c'est assimilable au composite nid d'abeille. Et l'on grimpe à 150€ la pièce de 100g.

Une coque c'est une forme simple, même avec les cloisons et les passe-câbles. par ailleurs, plus une machine à commande numérique est grosse, plus elle coûte cher c'est exponentiel et c'est pas un coût qui risque de baisser. De là à imprimer suffisamment de coques pour l'amortir, même les plus gros chantiers n'ont peut-être pas le volume nécessaire. Et puis si c'est pour bouffer leur marge ou quadrupler le prix de vente, ils ne vont pas voir l'intérêt. Peut-être verra-t-on des pièces imprimées pour des voiliers de compétition, parce que là c'est justement de la pièce très technique à l'unité et dans ce rare cas ce serait plus rentable que la production traditionnelle. Mais pour des besoins et des budgets amateurs, on ne s'avance pas trop pour dire que c'est peu probable.

09 nov. 2016
0

@jambedebois
"Le seul truc intéressant à notre niveau serait pour le petit accastillage de bord ou pour produire des "positifs" qui seront fondus par la suite en inox ou alu"
je ne comprend pas ce que tu veux dire ? puisque des imprimantes 3d métal existe.

10 nov. 2016
0

Il me semble que Bavaria a fait un test d'imprimer un bateau, mais peut être que je me trompe. Ce qui est sûr c'est que ca viendra plus vite qu'on ne le croit.

08 nov. 2016
0

Vous oubliez le "papier journal stratifié" ! Moitessier voulait se construire ainsi un bateau : Des couches de papier journal noyées dans de la résine. Bon, comme il ne l'a pas fait on ne peut rien en dire sur la longévité...
:mdr:

10 nov. 2016
1

Ne pas oublier que ce qui fait la solidité c'est la fibre, pas la résine.
C'est sûr qu'ajouter des épaisseur de résine ça rend plus rigide, mais la même épaisseur avec une stratification bien dosée et sous vide... ça n'a rien à voir !

08 nov. 2016
0

Personne a mentionné le coût des matériaux cela fait partie aussi des choix en fonction de ses moyens. Pour ma construction je me suis renseigné sur le prix d'une coque en alu et c'était 8x le prix de ce que m'a couté en CTBX Homologué LR et résine époxy.

08 nov. 2016
0

Bonjour,
faire en auto construction une coque en alu reviendrait 8x le prix de la même en CTBX-époxy?
Je suis quand-même un peu surpris.
Gorlann

08 nov. 2016
0

Ta coque de 14.50x4.20 en CTBX-époxy a-t' elle été construite par un chantier pro?
Parce que si tu compares une construction alu pro avec une construction amateur en CP, la différence ne m' étonne plus.
Gorlann

08 nov. 2016
0

Demande un devis pour une coque de 14.5x4.2m en Strongall chez Méta et en retour je te montre la facture de la mienne.

08 nov. 2016
0

Non je l'ai fait construire et cela m'a couté environ 20.000 de main d’œuvre + 35.000 de matos voilà tu sais tout. Si je l'avais fait moi même j'aurais économisé 20.000 mais perdu 2 ans sur la construction.
Au départ je souhaitais de l'alu mais les prix annoncés même pour une coque 9 mètres c'était déjà largement au dessus de mes moyens sachant que pour 12 c'est le double alors 14.5 j'imagine....

08 nov. 2016
0

CTBX homologué LR ??? Quoi qu'est ce ?
Chez quel fournisseur ?

08 nov. 2016
0

Homologation Lloyd's Register le mien vient des établissements www.burguet.fr[...]/

08 nov. 201608 nov. 2016
1

Pour info, la carène de mon bateau alu est entièrement recouverte d'époxy. c'est un isolant électrique...
C'est une bonne chose à faire, je pense, quel que soit le matériau. Même si c'est, selon le matériau, pour une raison différente...
:heu:
Pour revenir à la question initiale concernant un bateau alu, qu'est ce qu'on entend par "bien entretenu" ?
Par exemple, éviter de se brancher au quai, ce n'est pas de "l'entretien", c'est une précaution.
Autre exemple : polisher la coque et les chandeliers, c'est de l'entretien, mais ça n'empêche pas le bateau de mal vieillir...
Ou encore, réaliser une interconnection des masses, c'est pas de l'entretien, mais ça change tout...
Changer les anodes, c'est de l'entretien ! Mais... où sont-elles placées ? leur contact électrique avec la coque est-il excellent ?
Alors... "bien entretenu", ça veut dire quoi ? :mdr:
Quand on a un bateau alu, il faut se renseigner à fond et sérieusement pour comprendre les principes de corrosion galvanique, et d'électrolyse (souvent confondus). Se renseigner, c'est aborder le sujet de façon "scientifique approfondie", avec des documents confirmés, et pas écouter ce que disent les uns et les autres sur les pontons, les "pros" compris...
:oups:

08 nov. 2016
0

isolant electrique par rapport à quoi ?

08 nov. 201608 nov. 2016
0

Entre la coque et l'eau. Si on fait une expérience de labo : deux bains électrolytiques identiques. Mais dans l'un des bains, l'un des métaux est recouvert d'époxy... et on regarde la différence de résultat...

08 nov. 2016
0

Il y a pas de doute l'époxy est un isolant d'ailleurs des circuits imprimés sont isolés à l' époxy

08 nov. 201608 nov. 2016
0

En conclusion donc, l'état d'un bateau alu ne dépend pas de son "entretien", mais des connaissances de son propriétaire, de la conception, et des précautions prises en conséquence...
Bon ok, certains diront que c'est jouer sur les mots... mais quand même...
Contrairement à des bateaux en bois ou en acier qui, eux, ont vraiment besoin d'un "entretien" suivi !

08 nov. 2016
1

Dans mon classement perso je n'ai effectivement pas évalué le bois epoxy. C'est je pense un excellent produit réservé à des bateau de propriétaires et de préférence de construction amateur. En effet c'est un produit qui vieilli bien, solide, facile à réparer mais qui demande une utilisation attentive et soignée. Une étanchéité parfaite lors de la pose des accastillages de pont. Des réparations immédiates avec un séchage de l'âme en bois avant intervention, une peinture de coque de qualité (pour protéger l'epoxy des UV). Une peinture est beaucoup plus fragile qu'un gelcoat.

09 nov. 2016
0

Qu'est-ce qui empêche de faire un gelcoat sur un sandwich cp/verre/epoxy ?

09 nov. 2016
0

Oui, mais quand même moins durable qu'un gelcoat.

Un gel coat, ça fait quand même pas loin d'1mm d'épaisseur.

Et un gelcoat normal sur de l'époxy, c'est pas ça. Il peut y avoir des pb de compatibilité gelcoat/résine.

Il y a aussi des gelcoats compatible époxy, mais cout/longévité/jaunissement, c'est pas génial.

09 nov. 2016
0

Gelcoat pas bien facile à faire en construction amateur.
Par contre:
Imprégnation époxy
Stratification époxy
Enduit époxy
Primaire époxy 1/2 couches
(éventuellement 1 couche apprêt)
Peinture PU 1/2 couches
(éventuellement vernis PU)

Et si produits qualité ça doit être viable dans le temps

09 nov. 201616 juin 2020
0

Un bateau qui n'est pas en bois n'est pas un bateau (Charlie Capelle, Technologie Marine, contructeur de Thoè en bois moulé sur lisses jointives)

Si Dieu nous avait enjoint de construire des bateaux en fibre de verre, il aurait fait pousser des arbres en fibre de verre

09 nov. 201609 nov. 2016
0

Oui, c'est bien ce que tout le monde a compris depuis longtemps : Les "intégristes" des bateaux en bois sont des... religieux... Et comme tous les religieux, ils pensent détenir la vérité unique.

:mdr: :mdr: :mdr:

Sinon, Dieu a aussi créé les atomes de carbone, de fer et d'aluminium...
:heu:
Et il a même créé toutes les particules élémentaires qui permettent de constituer de la résine polyster, epoxy.... ainsi que les fibres qui vont avec...

09 nov. 201609 nov. 2016
0

Mais, je n'ai pas de Vérité... je ne suis pas religieux.
:langue2:
J'ai eu des bateaux en polyester (4), et en alu (2). J'ai aussi travaillé à l'entretien de bateau en bois... J'ai mes idées sur la question, bien sûr.
J'évitérai le bois et l'acier....

10 nov. 2016
0

l'alu demande des precautions certe mais une fois mise en oeuvre c'est fini ,il reste seulement a verifier de temps à autre que tout est clair ... on parle des fuites de courant electrique ..

ensuite l'alu ne demande pas ou tres peu d'entretien par contre l'acier lui est astreignant il faut toujours etre la pinceau à la main et veillé à la corrosion

09 nov. 2016
0

Et toi, quelle est ta vérité ? ;-) De mon côté que pense qu'il y a du bon et du moins bon dans toutes les techniques. On trouvera toujours un cas de figure où une matière sera largement désavantagée. La qualité de réalisation fait peut-être plus que la matière elle même au final.

09 nov. 2016
0

La construction en bois c'est un vaste sujet, entre les coques en massif calefatées et le composite bois il y a un monde. Pareil, même dans le sandwich cp/verre entre le laminage et l'infusion c'est plus vraiment la même donne. C'est pour ça que le parlais aussi de la qualité de réalisation. Je construis une annexe justement, et si tu fais les choses bien sans économiser sur les toiles ou la résine, les propriétés de cette technique sont assez impressionnantes. Du coup je révise mon point de vue sur la construction d'une unité moyenne dans ce matériau.

10 nov. 2016
0

Et pourquoi tu éviterais l acier? ..Quand je lis toutes les précautions
que demande l alu,je me dis que l acier a un prix plus abordable c est pas si mal.

10 nov. 201610 nov. 2016
0

Oui, c'est exactement pour ça. Sur mon bateau alu, je ne fais rien du tout en entretien.
Bien sûr que l'acier a des qualités et des intérêts. C'est sûrement le plus solide, et c'est un élément capital la solidité.
Après, on dit que c'est pas cher... mais on trouve des bateaux d'occasion pas chers dans tous les matériaux maintenant, même en alu, et en particulier, des polyesters un peu anciens, et bien solides. Les bateaux acier dont il faut se méfier le plus sont justement ceux qui ne sont pas chers... Quand on fait le tour des bateaux à vendre, on le comprend sans tarder...
Outre qu'il faille avoir un pinceau à la main en permanence sur un acier, il y a bien souvent des endroits où on ne va pas... où il est impossible d'aller, de vérifier, ou de traiter... Bien sûr, l'extérieur du pont et de la coque peuvent être impeccables... mais dedans, au fond, dans les recoins si nombreux...
D'autre part, les précautions à prendre sur un alu doivent l'être aussi sur un acier, on en a vu plus d'un détruit par électrolyse !

Mais bon... je dis juste "j'éviterai"... ça ne veut pas dire que ce n'est pas, dans certains cas une très bonne solution.

10 nov. 2016
0

je suis pas d accord du tous avec toi quand tu voie le chalutier atalante et encore mieux va voir le tangueten et le talhouant ces deux bateau ces nous qui les avons construit dans les règles de l art et avec le bv pour tous vérifié et il sont sans cesse a le renforcé car alu vieillie mal va les voire au sec . ce sera mon dernier poste sur ce sujet je mets au défi de mettre un voilier alu dans le port de pêche de Lorient 1 semaine complète sans puis le sortir de l eau ensuite , les penduicks 3 et 6 on des anodes pendante et elle font pas de vieux eau , après si vos bateau alu sont éternel tant mieux pour vous sur ce kenavo

09 nov. 2016
0

un pirmer epoxy ca fait plus de 1 mm ( enfin le mien fait 2)
un primer epoxy ca dure a perpet si on met un PU par dessus l'epoxy ne peut etre une finition..quand la peinture et moch on repeint mais la peinture c'est 4 couches pas une ou deux ( plus les deux sous couches)

09 nov. 2016
0

La peinture c'est la finition et ce qu'on refait en surface pour l’esthétique à mon avis c'est préférable de charger en profondeur sur les primaires et autres apprêts d'accroche que sur l'épaisseur de peinture , mais je peut me tromper

09 nov. 2016
0

Si un vernis PU c'est mieux et ça dure plus longtemps.

09 nov. 2016
0

L'apprêt c'est plus épais, mais c'est aussi plus fragile. On utilise jamais de vernis par dessus une peinture en nautisme ? Car en automobile, c'est bien la qualité du vernis qui fait la longévité du revêtement.

10 nov. 2016
0

@Makyo;
Eclaires ma chandelle si tu veux bien:

Quel primaire époxy, appliqué de quelle façon?
Quelle PU ?
As tu des références de produits fiables dans la durée ?

10 nov. 2016
0

ben pour le primaire qui dure perpet je sais pas j'ai eu le baetau d'occas quand il avait 22 ans et il en a maitenant 43..
j'ai pas touché au primer des oeuvre mortes sauf la ou il y avait des bing. j'ai sablé les oeuvre vives il y 8 ans mais c'etait inutile, aucune lesion une fois tout deshabillé.
generalement j'utilise l'interprotect poru les oeuvre vives mais je ne peux temoingner de sa durabilité au dela de 10 ans ( faut attendre)
pour les oeuvre morte et le pont ( toujours massacrépar des trucs qui tombent dessus) lje prends le moins cher = epoxy auto ou encore epotec chez SVB...
.
je ne crois pas que la peinture epoxy elle meme soit le facteur determinant , c'est la preparation et les conditions d'application..il n'est pas toujours facile , parfois impossible en pelin air le we ou si l'on est limité dans le temps de faire ca bien ( cf mon article peinture du pont)= je ne peux pas te donner ici tous les detail des conditions chaque jour et chaque intervention a ses contraintes.
Contrairement a ce qu'on raconte cfe n'est pas la temp le vrai probleme ( jusqu'a 12° ca va mais pas au dessus de 30° d'apres moi)mais l'hygrometrie oui..et meme parfois il peut arriver qu'on ne s'appercoive pas qu'il y a des traces d'humidité sur les parties a traiter ( apres derochage par ex) en theorie il faudrait tout essuyer a l'acetone ( enfin un solvant organique compatible) , j'ai souvent la flemme
.
pour la Pu j'ai rien a dire non plus: coque ( oeuvres mortes) repeinte trois fois
1) 1994 peinture industrielle au venez : 6 ans = beaucoup de pet apres le TDM et donc
2) 2000 peinture voiture d'un carrossier de Martigue = apres 15 ans ca tient pareil mais c'est terne et il y a des pets
3)peinture industrielle de chez Coloraid il y a deux ans = on sait pas on attend

10 nov. 2016
1

Meilleur choix de matériau pour la coque ? : le cupronickel !

10 nov. 2016
0

Purée, je ne te dis pas le prix de la coque ! :-D

10 nov. 2016
0

Cette citation me laisse très confucius... :jelaferme:

10 nov. 2016
0

Ha Ha... nem pas mal !
:mdr:

1

Comme disait Lao Tseu qui était, comme chacun sait, un grand amateur de rouleaux de printemps : "quand on nems on ne compte pas" :litjournal:

0

Je ne connais pas personnellement Monsieur Cius mais, comme tu semble ne pas lui accorder des compétences cognitives à la hauteur du sujet, je précise donc, à son intention, que, bien entendu, cette traduction approximative ne saurait en aucun refléter la profondeur de la citation initiale. :acheval:

10 nov. 2016
1

Le rêve est le meilleur matériau pour la construction d'une coque, lui ne déçoit jamais et ne nécessite aucune connaissance ou habilité longues à acquérir.

Jacques

10 nov. 2016
0

En plus ça coûte pas cher !

10 nov. 2016
0

Et en plus, dans le rêve quand on te sort le bateau de l'eau et qu'on t'amène la peinture et les pinceaux, tu te réveilles et c'est fini, tu laisses le bonhomme et ses pinceaux sur le quai.

Polir un rêve prend beaucoup de temps et 'tayme iz moni'.

Jacques

10 nov. 2016
0

Euh... "le rêve ne déçoit jamais"... et que fais tu de la réalité, lorsqu'on est trop rêveur ?

10 nov. 2016
1

Pas certain de bien comprendre ! Tu penses au jusqu'au-boutiste(1) qui va jusqu'à 'vivre' ses rêves ? Sans vouloir pinailler, on est plus dans le rêve dans ce cas ?

Mais on est hors sujet là !

Jacques

(1) orthographe vérifiée :-)

10 nov. 201610 nov. 2016
0

Ouais... tu serais pas jusqu'au-bouddhiste des fois ?
:mdr:
Une chose est sûre, rien n'empêche de réaliser ses rêves. Ce n'est pas parce qu'on réalise un rêve que ça n'en était pas un !
Après, si on a des rêves irréalisables, c'est dommage...
Pour rester dans le domaine des bateaux, ceux qui m'ont fait rêver ont toujours été ceux que je savais pouvoir m'offrir un jour... Et là, tu rêves vraiment de le RÉALISER, en sachant que c'est possible !!!!!!
Le phantasme, ça oui... contrairement au rêve, il est admis comme irréalisable...
Allez Némo le grisé, viens dire un mot là dessus !
:whaou:

0

Puisque tu m'y invites, je relève ta confusion entre le monde délirant de l'onirique et la réalité matérielle des objectifs.

Le rêve est peuplé de fantasmes et les fantasmes ne sont au final que du rêve expliqué.

En revanche, constater que tu n'acceptes de te souvenir que de tes rêves "raisonnables" (que de tes fantasmes raisonnables...) laisse imaginer l'étendue du marais e tes fantasmes refoulés en train de pourrir ton inconscient.

Tu passeras voir la secrétaire en partant, on se revoit jeudi prochain.
:doc:

0

Tu veux une consultation gratuite? :mdr:

10 nov. 2016
0

Et ma com ?

11 nov. 201611 nov. 2016
0

Le fantasme n'est pas forcément irréalisable. Comme le rêve on peut choisir de le réaliser, ou de le laisser à l'état imaginaire

Le fantasme serait le rêve à l'état embryonnaire. Comme pour tout embryon, beaucoup d'aspirants, pour peu d'élus.

11 nov. 2016
0

Docteur, si je peux me permettre, avoir des rêves "réalisables" n'empêche pas d'avoir de nombreux fantasmes, non ?
Par exemple, je rêve d'avoir un bateau modeste (réalisable), mais je fantasme sur votre secrétaire...
:oups:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Plage des Cabanes de Fleury, après la crue

Après la pluie...

  • 4.5 (147)

Plage des Cabanes de Fleury, après la crue

mars 2021