Cherche entrainement manoeuvres de port voilier (région metz)

Bonjour à tous,

Je viens de louer un Océanis 37 en Grèce et le plus gros bateau que j'ai barré était un 27. Je n'ai jamais eu de casse mais je ne suis pas super à l'aise sur les manœuvres de port, surtout avec le pas de l'hélice et le fardage.

Est-ce que quelqu'un pourrait m'entraîner contre participation aux frais (je pensais un centaine d'euros) dans la région de Metz?

Merci

L'équipage
13 mar. 2021
13 mar. 2021
0

Vos intentions son louables. 37' cela reste une petit bateau. Il n'y a aucune raison de se prendre la tête. La masse montant, attention à l'inertie (et aux mains et aux pieds pour freiner depuis la terre).
La première chose est de sortir la gaffe et de mettre en place le maximum de pare battages.
Puis d'y aller doucement sans toutefois ne pas hésiter à mettre en coup de moteur quand c'est nécessaire.
A noter qu'il faut tenir compte aussi du vent qui peut exister.
Quand il y a plusieurs personnes être méfiant sur la confiance à accorder.
On peut tomber à l'eau ou se blesser pour des raisons idiotes, même dans port.
TRES IMPORTANT: toujours être prompte à trouver une solution immédiate lors d'une panne moteur,
le moteur étant de loin la chose la moins fiable sur un voilier (avec du vent on peut s'en sortir alors à la voile, et un mouillage balancé en urgence peut aussi sauver la mise. L'annexe peut aussi aider.


Papy-Zoom:"37pieds reste un petit bateau"... d'accord, ce n'est pas un grand bateau, et les temps ont bien changé, mais ce n'est pas "petit"...AMHA·le 15 mar. 16:04
13 mar. 2021
0

Le loueur ne peut consacrer une mise en main sérieuse ?


13 mar. 2021
0

( Jamais vu un loueur proposer une mise en main qui inclue des manoeuvres de port... j'en ai pourtant croisé un certain nombre, dont de très sérieux. )

Peu de manoeuvres de port à prévoir en Grèce. Généralement mouillage spécifique : ancre face à sa place (30 mètres mini), recul en droite ligne et amarrage cul au quai.
Stress la première fois : choisir un jour où il n'y a pas de vent, une large place, et éventuellement l'assistance d'un voisin. Dans le cas contraire, se trouver un mouillage pas loin, et attendre.

Sinon, un 37 pieds ne s'arrête plus au pied ni à la main. Donc jouer avec le moteur. Dès que l'on trouve un quai avec de la place, ne pas hésiter à manoeuvrer plusieurs fois en longside. Si on a appris/compris la technique, un 45 pieds se manoeuvre aussi bien, voire mieux, qu'un 27 pieds.


14 mar. 2021
1

Merci pour ces conseils,

Avec tous ceux que des personnes forum m'ont donné, j'ai déjà un bon aperçu des difficultés qui m'attendront et comment essayer de les résoudre.

J'ai trouvé une vidéo qui reprends pas mal de choses qu'on m'avait dites:

Mais si quelqu'un veut bien m'entraîner pour les manœuvres de ports dans la région de Metz, je suis toujours partant.


14 mar. 2021
0

Sortir sa gaffe! pourquoi faire?


outremer:Il peut arriver tellement de choses inattendues sur un bateau qu'il n'est pas inutile de disposer à portée de main un ou des moyens basique pouvant prolonger la main ou aider, particulièrement lors de manoeuvres. Par exemple quand on dérive vers un voisin il est plus simple de s'aider d'une gaffe plutôt que de se faire au pire coincer bêtement une main ou un pied . Une gaffe peut aider à repousser ou récupérer une aussière tombée à l'eau et qui va se prendre très rapidement dans l'hélice, etc... On a une fâcheuse tendance dans l'urgence à oublier les moyens et comportements les plus simples (à mon port d'attache, en plein hiver une jeune femme est tombée d'un bateau amarré au mole d'une écluse. Elle a failli se noyer simplement parce que paniquée elle avait oublié qu'en quelques brasses elle pouvait rejoindre un ponton, qu'il n'y avait rien à lui jeter pour l'aider depuis les bateaux, qu'il était absolument impossible de remonter au bateau où rien n'état prévu ou préparé pour cette situation, avant qu'on réalise qu'il y avait une bouée de sauvetage règlementaire à l'écluse ·le 14 mar. 18:18
faby9:toutes les gaffes sont à poste lors des manoeuvres de port, toujours.·le 14 mar. 18:45
MBI:Drôles de pratiques! de mon point de vue rien ne remplace la maîtrise de sa vitesse et des défenses bien placées, et si tu te touches ce n'est pas grave c'est fait pour cela, mais l'idée de repousser, retenir, un voilier avec une gaffe ce n'est pas fait pour cela, il existe une consigne de sécurité de base tu ne cherches pas un retenir un bateau avec ton corps même avec un cordage tu ne fais pas le poids! ( sauf si le cordage fait un tour mort sur n'importe quoi taquet winch haubans etc) tu laisses faire en passif les défenses et en actif le barreur et le moteur ...Pour une prise de coffre quand le bateau n'est pas vraiment stoppé personne n'arrive à retenir le bateau avec sa perche à fortiori ...bref pas besoin de dessin.Bon pour ta casquette ou tes lunettes qui flottent oui mais l'usage de cet outil est à la marge de la manoeuvre.après ton aussière tombe à l'eau ben tu la remontes directe...·le 15 mar. 11:58
Domde:En méditerranée la gaffe à portée de main lors de l'arrivé au port est indispensable, ne serait ce que pour récupérer la pendille et l'amener vers l'avant, c'est déconseillé de la prendre à la main sous peine de se dégueulasser pire de se blesser sur les coquillages ou la ferraille, ou encore pour récupérer une amarre prépositionnée sur le poste d'amarrage ce qui évite de descendre sur le ponton surtout en solo...·le 15 mar. 15:33
Santa manza:Exactement. La gaffe ne sert à rien d'autre que de récupérer la pendille ou une aussière à l'eau. Vous n'arriverez jamais à retenir un bateau de 37 pieds avec une gaffe.·le 15 mar. 16:11
outremer:C'est étrange d'avoir une vue aussi étroite de l'utilisation d'un objet basique sur un bateau. Perso mon DI acier fait 13T avec donc beaucoup 'inertie, ce qui surprend un passant sur le quai qui veut aider à freiner le bateau, et deux moteurs qui me permettent de tourner sur place, mais cela ne me dispense pas si nécessaire de m'aider parfois de la gaffe pour ne pas frotter inutilement le voisin . A mon port d'attache, enclavé étroitement entre plusieurs bateaux, en raison de la forte inertie du mien, j'évite de faire une bonne partie des manoeuvres de rangement ou de dégagement aux moteurs.·le 15 mar. 22:45
Santa manza:Il vaut mieux utiliser un pare battage volant qu'une gaffe !·le 15 mar. 22:59
Samuel57:J'ai pas beaucoup d'expérience, mais je trouve que les 2 sont complémentaires. La gaffe pour commencer à amortir à distance et le pare battage quand on est plus près car il peut encaisser plus de contraintes. Avec la gaffe, on peut aussi tirer sur le rail du bateau voisin pour accompagner une trajectoire.·le 15 mar. 23:05
Santa manza:Non non nonCeux qui se servent de la gaffe prennent appui sur les chandeliers et ou les filières. Ca esquinte tout. Pas de gaffe pour les manoeuvres. ·le 15 mar. 23:25
Samuel57:Je pensais qu'on pouvait le faire sur le rail de fargue.·le 15 mar. 23:29
MBI:La gaffe n'est pas conçue pour retenir, pousser , tirer sur un quai un autre bateau, c'est fait pour attraper un cordage tout autre usage est une gaffe! c'est écrit dans tout bon manuel du petit marin.·le 16 mar. 08:21
faby9:bah. Si un gars qui a l'habitude de manier son bateau de 13 tonnes me dit qu'il utilise sa gaffe dans les ports, et que manifestement il ne fait pas partie de ces gus qui s'inventent sans cesse une expérience dont l'on peut rapidement douter de la réalité, je lis d'abord ce qu'il raconte, avant de lancer sans cesse des règles de principe...On n'arrête pas à la main un 13 tonnes qui a sur son erre, mais on l'empêche de dériver sans trop de problème, on le déplace gentiment à la main comme à la gaffe. Si Outremer dit qu'il se déhale à sa place à l'aide de sa gaffe, je ne vois pas qui pourrait lui raconter que ce n'est absolument pas ainsi qu'il doit faire ! Moi, ça ne me choque pas. Je n'aurais pas confiance dans la solidité de mes gaffes, mais il en existe de plus solides que les miennes. Quant à ce qui est écrit dans "tout bon manuel du marin", cela dépend de l'auteur, et surtout de ce que l'on en a retenu. Je n'y ai jamais lu qu'il ne fallait surtout pas préparer la gaffe avant la manoeuvre : quand on a un peu de (mauvaise) expérience, on prépare sa gaffe à portée de main... et comme j'ai un "grand" bateau, j'en ai même plusieurs car quand on a besoin d'une gaffe, c'est dans les 15 secondes suivantes qu'elle est utile, après, c'est trop tard.·le 16 mar. 08:36
MBI:Bon les enfants ouvrez votre manuel des Glénans 8 ème édition page 185 et lisez!·le 16 mar. 08:50
faby9:Oui oui on a compris.Bon, on peut échanger son expérience, maintenant, sans que tu nous l'interdises ? ·le 16 mar. 08:52
MBI:je m'exprimer sans être censuré?j'interdit rien moi, je prend la parole sans attendre qu'on me la donne ·le 16 mar. 08:56
faby9:Ce que je veux dire, c'est qu'on a compris que tu connais le bouquins des glénans par coeur. ça y est, ça c'est fait. Tu l'as dit, plusieurs fois, c'est ok on sait on a retenu. Tu vas quand même pas nous le ressortir à chaque fois que quelqu'un nous dit que dans la vraie vie sur son vrai bateau, il prépare sa gaffe quand avant de manoeuvrer ? si ? vraiment ? ·le 16 mar. 08:58
MBI:Faby9 toi qui est si prompt a mettre en doute la pratique des autres ...qu'est ce ce qui t'arrive ?Outremer il fait ce qu'il veut avec son 13T je m'en tape, il a même le droit de croire à ses bêtises ce n'est pas à lui que je m'adresse, tel le chevalier ma lance à la main les pieds bien planté sur le pont je tiens ma gaffe à la main paré à l'abordage... ·le 16 mar. 09:02
faby9:.·le 16 mar. 09:05
MBI:Nous sommes sur un forum, le moyen de communication c'est l'écrit, donner des références ce n'est pas une aberration, un forum c'est pas la vraie vie, se jeter son experience, fictive ou pas, au visage n'a aucun sens ...et tant qu'a croire en quelque chose je préfère porter mon crédit à un bouquin même pas très bon plus qu'aux propos invérifiables d'un pseudo...·le 16 mar. 09:08
outremer:Il est évident que quand on juge profitable d'utiliser un objet quelconque évitant au pire se blesser, en prolongement de l'effort de sa main et qu'on peut applique à l'objet un effort maximum adéquat de 30kgF, on réfléchit un minimum (application dans mon coin de France profonde arriérée: on utilise ainsi une pigouille pour propulser efficacement une barcasse pouvant emmener au moins 7 adultes). Depuis toujours l'adaptation pratique aux réalités permet à l'homme de survivre, alors que la Pensée dogmatique l'envoie toujours au cimetière.·le 16 mar. 12:25
15 mar. 2021
0

Les travaux pratiques sur la Moselle étant exclus, il existe un excellent livre d'Eric Tabarly qui explique les manœuvres, peut être difficile à trouver.


faby9:Détrompe toi, Ecumeur : il vient d'être réédité, avec d'excellents dessins de Titouan Lamazou !livre.fnac.com[...]noeuvre ·le 15 mar. 11:04
Arzak:Ce bouquin est ré-édité en avril 2017 et est très intéressant et bien illustré, bien que parfois "daté".C'est de plus un bel ouvrage dans une "bibliothèque marine"·le 15 mar. 11:59
Samuel57:Merci pour la référence du livre.·le 15 mar. 20:36
15 mar. 2021
0

Déjà, trouver un 37 pieds dans la région messine ne sera pas chose facile...


15 mar. 2021
0

Aucun conseil ni cours théorique ni vidéo ne remplacera la pratique.
Et même en ce cas il faudrait trouver un bateau équivalent à celui prévu en location, à taille égale des bateaux différents ne manœuvrer ont pas forcément de la même manière.

Je réitère donc mon conseil : faire quelques manœuvres avec le loueur avant de partir.

Au prix des locations il peut quand même consacrer heure de son temps à la mise en main réelle et non simplement montrer comment démarrer le moteur et faire l'état des lieux.


faby9:Désolé, mais je ne suis pas d'accord. Même sans avoir la pratique, on apprend beaucoup à lire les manoeuvres expérimentées et longuement mises au point par des des référents : je pense au bouquin d'E. Tabarly, par exemple (se méfier par contre de pseudo spécialistes sur internet...). Les lire, tenter de les comprendre, en saisir le sens et les erreurs possibles, etc. avant de les tenter en pratique, ça me semble pas une mauvaise idée en attendant la pratique, et même indispensable avant de tenter la pratique.Et oui, le loueur a des tas d'autres choses à faire que d'apprendre à naviguer au locataire. Même quand j'ai loué à un particulier, on ne m'a jamais proposé une manoeuvre. Une bonne mise en main demande déjà une bonne heure (sans d'état des lieux au départ, qui se fait seulement au retour), j'imagine le loueur qui fait sortir une 20aine de voiliers le samedi après midi...Cela dit, avec un 37', on utilise le moteur pour arrêter le bateau, pas le pied. Cela demande quelques ajustements, mais si déjà avec le 27' tu parvenais à faire des manoeuvres correctes sans avoir à les rattraper avec les mains, c'est un bon début :-)·le 15 mar. 11:44
Peuwi:Le loueur a l'habitude de louer à des incompétents total qui prétendent pourtant être des cadors ...Si quelqu'un vient le voir en disant explicitement qu'il va avoir besoin d'un accompagnement supplémentaire, il va probablement prendre peur et l'envoyer balader (pour l'accompagnement, et pour la loc en prime)L'humilité est souvent bien mal récompensée dans notre monde actuel.Maintenant, la même chose avec un propriétaire (et pas une boite de loc) qui loue son voilier, ce serait très différent. Mais en grèce, c'est forcément des grosses boites de loc...·le 15 mar. 11:53
Kobaia:Tu as sans doute raison à la réflexion. ·le 15 mar. 14:48
Samuel57:Effectivement, c'est un gros loueur. Je pense qu'il va effectivement prendre peur et m'envoyer balader. Je pense que je devrais m'en sortir à peu près, j'ai déjà bien compris le principe du pas d'hélice et j'ai pris un sail-drive pour plus de facilité. J'ai aussi bien compris le principe de reculer cul au vent pour limiter l'influence du fardage ou au contraire manœuvrer nez au vent pour s'en servir pour abattre et virer plus facilement. Mais je sens que que je manque de pratique.·le 15 mar. 20:47
15 mar. 2021
1

Essaie de trouver un loueur fluvial sur la Moselle.
Sinon, rapproche toi d'un port fluvial, et demande le directement aux usagers locaux (qui sont rarement sur des forums, et encore moins souvent sur hisse et oh)

L'intérêt d'un coche fluvial, c'est qu'il a des défenses de partout, et qu'il est clairement prévu pour toucher (bon, après, c'est pas une auto-tamponneuse non plus)

Le second intérêt, c'est que les plans d'eau sont calmes, et souvent moins de vent, ce qui permet d'apprendre à prendre tout son temps.

Si vous voulez louer pendant plusieurs jours, vous pouvez vous faire une jolie promenade sur les canaux, et .. Devoir contrôler précisément sa position dans un tout petit chenal sur des centaines de kilomètres, ainsi que de prendre des écluses à répétition, c'est assez formateur.
Le seul truc qu'il faut éviter, ce sont les hors bords : c'est beaucoup trop simple, on n'apprend rien.

Maintenant, cela n'enseigne pas le comportement spécifique d'un voilier, ni le mouillage...
Mais au moins, on apprends à prendre son temps, et à contrôler précisément la position et la vitesse de son bateau...
Ca permet aussi d'identifier que parfois, il n'y a pas de solution simple, et dans ce cas ... Abandonner, ou demander de l'aide.

Il y a un dernier cas que cela n'apprendra pas, c'est un bi-safran, s'ils ne sont pas dans le flux du moteur... Mieux vaut éviter ce type de bateau pour un débutant dans ce cas, puisqu'il impose une vitesse minimale pour rester contrôlable.


15 mar. 2021
1

Le loueur s'en fout : il est assuré, et il a la caution. En plus, c'est généralement pas son bateau. Ce qui lui importe, c'est que son planning de loc soit complet.
Un débutant humble ne compte pas sur un loueur pour des leçons de manoeuvres : il y a des stages spécifiques pour ça, qui sont très bien pour peu qu'on sache choisir son école (et son moniteur).

La solution pour être rassuré et correctement formé, pourrait être de louer les services d'un skipper durant une demi-journée. J'en connais qui serait certainement intéressé.


15 mar. 2021
1

Le soucis de "s'entrainer" avec un bateau fluvial, est que ce n'est pas un voilier et réagit donc très différemment.

Le mieux serait de faire un stage "manoeuvres" ou de prendre un skipper pour se former avec lui sur le bateau loué.

Sinon il y a aussi des voiliers habitables d'une certaine taille au lac de Der, mais il ne sont souvent remis à l'eau qu'au printemps, mais il n'y aura pas de 37 pieds.


15 mar. 2021
0

Merci pour toutes ces réponses.

Je me suis beaucoup intéressé à la théorie des manœuvres de port ces derniers jours, chose que je n'avais pas faites pour mes autres locations.
Du coup, je comprends mieux l'effet du pas d'hélice, l'intérêt de manœuvrer cul au vent en marche arrière si nécessaire et l'utilité des amarres et points d'appuis.

Je pense que vais aussi commander le guide de manœuvre de Tabarly.


Pexcha:Ça peut paraître idiot mais regarder les vidéos de manœuvres ratées sur YouTube peut avoir un intérêt. On en tire parfois des enseignements utiles. ·le 16 mar. 07:09
16 mar. 202116 mar. 2021
0

Mais sans apprentissage pratique accompagné, la théorie n'apportera pas à elle seule la compétence.
Quand on dépasse les 10 mètres, les choses changent : on ne récupère plus une manoeuvre ratée en y mettant pieds et mains : si on touche, il y a des dégâts.
Regarde ce qui se passe quand on loue un voilier sans avoir appris à le manoeuvrer


C'est en Grèce, dans un port classique, le gars a raté le mouillage, il a raté sa manoeuvre, s'est foutu en travers, se prend les chaines de ses voisins dans la quille, et fait ensuite à peu près tout le contraire de ce qu'il faudrait faire. Là, il va perdre sa caution, au minimum! et il a de la chance de n'avoir blessé personne!

Je réitère donc le conseil de trouver sur place un skipper qui te coache durant une demi journée. C'est le minimum pour éviter de se vautrer lors de la première sortie.

Ou alors, effectuer un stage manoeuvres d'ici l'été. Cela te changera le déroulé des vacances ! Exemple :
www.macifcentredevoile.fr[...]inante/


Samuel57:Cette vidéo m'a fait un peu mal au ventre. Mais je trouve l'idée de Pexcha intéressante et j'aimerais bien pouvoir apprendre de cette vidéo de manoeuvre ratée. J'aimerais bien savoir ce que j'aurais pu faire pour m'en sortir si j'étais dans le même cas.Je crois que j'aurais essayé de me servir de mon ancre ( si elle a bien été mouillée à 20 ou 30m) en tirant sur la ligne avec le guindeau électrique (si assez puissant) ou à la main si possible ( vent) mais j'ai vu que l'ancre pendait sur l'étrave.D'après les cheveux et les vêtements des personnes, le vent est assez fort. D'après le drapeau, il pousse presque perpendiculairement au quai.Du coup, il est difficile de repartir en marche avant car le vent fait abattre.Mais il ne peut plus partir en marche arrière à partir du moment où sa quille et son safran sont pris dans les lignes de mouillage des 2 bateaux sur la gauche.Je crois que je serai resté contre les bateaux le plus longtemps possible et j'aurai emmenée l'ancre le plus loin possible avec l'annexe, ensuite j'aurait tiré sur la ligne de mouillage.Peut-être aussi, que je serais resté contre un bateau et que j'aurais demandé de l'aide ( peut-être être remorqué plus au large) mais en Grèce, avec mes 2 mots d'anglais...·le 16 mar. 13:15
Pexcha:Emmener l’ancre avec l’annexe je pense que c’est un peu acrobatique. Je ne sais pas comment ce bateau s’est mis dans la position du début de la vidéo mais à partir de là mon sentiment est qu’il faut se déhaler sur les autres pour se glisser dans la place, même temporairement plutôt que de donner du moteur avec le risque d’emporter des mouillages et se retrouver avec une chaîne autour de l’arbre. Je ne sais pas si c’était possible avec le vent traversier mais si on peut c’est pas mal de stabiliser une situation compliquée comme ça pour réfléchir et s’en sortir proprement.Mais bon la c’est facile, en tant que spectateur, mais je n’aimerais pas être à la barre. Et je ne crois pas que ça n’arrive aux incompétents. ·le 16 mar. 14:12
Lulu2:Emmener une ancre avec l’annexe pour la mouiller est un peu compliqué, mais tout-à-fait faisable. Il suffit de pendre l’ancre au tableau arrière de l’annexe avec un bout et de mettre la chaîne en biture sur l’annexe. La chaîne se dévide et se pose sur le fond au fur et à mesure que l’annexe s’éloigne du bateau. On largue le bout une fois arrivé au bon endroit et l’ancre plonge. Après il ne reste qu’à reprendre le mou à partir du bateau et à tendre la chaîne pour faire crocher l’ancre.·le 16 mar. 14:21
faby9:On ne sait rien de ce qui s'est passé avant. J'avais même cru qu'il quittait le poste, mais itout le monde pense qu'il voulait au contraire y entrer ( je ne suis pas convaincu : il peut par exemple avoir voulu quitter le poste et se retrouver dans cette situation parce que son son ancre avait croché la chaine du voisin, le temps de s'en dépêtrer il est en travers, etc. Je l'ai vu plus d'une fois, et dans ce cas le bon réflexe des voisins est d'y aller tout de suite avec son annexe... bref on sait pas et on s'en fout).Il n'y a pas vraiment de vent. Si tu attends qu'il y en ait moins, tu risques d'attendre souvent. On ne sait rien non plus du comportement du bateau. Le mien par exemple refuse obstinément de virer à tribord en marche arrière; de plus il est double safran, je n'ai donc pas d'effet coup de fouet sur le nez du bateau! Alors l'idée de recommencer systématiquement quand ça s'engage mal, ben moi, je ne ferais que ça : ça s'engage toujours mal... Il en est d'autres ainsi, je ne suis pas le seul.Ce que j'aurais fait à sa place ? à la 40 ème seconde, il semble libéré et file en arrière. Moi, j'aurai filé arrière encore bien longtemps, loin de tout le monde, et je me serais aidé du propulseur (double safran, pas d'effet coup de fouet) pour virer sans risquer de revenir vers les lignes de mouillage. Hélas, il a rectifié la direction pour repartir en avant bien trop tôt : c'est une erreur, il revient dans les voisins. Ou bien il s'est trompé dans le sens de la roue ? en arrière, si on n'a pas l'habitude, on se met de l'autre coté de la roue (face à l'arrière, donc), et on conduit alors comme une voiture, ça évite les erreurs. Certains propos ici sont dans le juste : quand on n'a pas appris à manoeuvrer un grand bateau, et qu'en plus on a peur de leur comportement, ben on reste en dessous du 10 mètres et on continue de rectifier les erreurs avec le pied et les mains. Il n'y a pas de honte à ça. Moi, je prétends que cela s'apprend, dans un stage manoeuvre. C'est de la technique, ça s'apprend. Mais l'entêtement de certains à me contredire à ce sujet me fait penser que j'ai tort et que ce n'est pas accessible à tout le monde. Je pense cependant que ça vaut le coup d'essayer d'apprendre, et j'encourage à faire un stage manoeuvres. L'apprentissage des manoeuvres de port devrait toujours se faire sur des 45 pieds : si on sait garer un tel voilier, manoeuvrer un 27 ne posera pas de soucis (et en plus, on n'utilisera même plus les pieds ni les mains!). L'inverse, apprendre à manoeuvrer sur des petits, ça fabrique manifestement des gens qui ont peur et ont besoin sans cesse de se rassurer.·le 16 mar. 18:07
Samuel57:C'est vrai que ça me ressemble. J'ai toujours un peu peur, je cherche des solutions, je me renseigne sur internet et je finis par me lancer en essayant de diminuer les risques au maximum. Je progresse lentement, étape par étape mais ça fait aussi partie du plaisir. J'ai commencé par le dériveur et je n'ai loué que 3 fois un habitable. A chaque fois, j'ai eu des craintes et des appréhensions, des galères mais aussi des super souvenirs. J'ai eu aussi beaucoup d'aide, de conseils et de bienveillance sur les pontons et j'ai permis à ma petite famille de vivre des super moments.·le 16 mar. 23:16
16 mar. 2021
0

Il me semble que si l’on part du principe qu’on ne récupérera jamais une manœuvre mal engagée (et qu’il faut donc repartir de zéro), on finit toujours par y arriver sans casse, sauf bien sûr conditions exceptionnelles.


16 mar. 2021
0

Bonjour à tous,
Moi j'ai toujours un gaffe prête depuis toujours, par exemple stabiliser le bateau à un pontet par vent et courant important de travers, avant que mon épouse frappe l'ammarre stabilisatrice,à port Olona quand les marais se vident plus un NW, prise de bouée aussi, n'en déplaise😁.


faby9:bah oui. On est nombreux à agir ainsi :-) et la possibilité de rattraper une pendille, une casquette, la boucle de l'amarre qu'ont redonne, etc. ·le 16 mar. 18:11
16 mar. 202116 mar. 2021
2

En Grèce il faut avoir quelques principes de base quand on ne connaît pas.
1- Essayer d'arriver avant 17:30h pour ne pas subir le vent et avoir de la place avant l'arrivée des flotilles. Sinon il vaut mieux attendre 19:30 h que le vent tombe si on n'a pas de place en long side.
2- Préparer son ancre à l'avance en laissant pendouiller au moins 4m dans l'eau comme ça si le vent monte d'un coup ou s'il y a du courant c'est une assurance.
3- toujours se mettre face au courant pour jeter l'ancre et envoyer de la chaine en tenant le bateau au moteur sans donner des grands coups d'accélérateur.
4- toutes les manœuvres doivent se faire au ralenti sans affolement c'est le meilleur moyen de ne pas faire de dégâts.
5- En général quand la pioche est en bas on met en marche arrière avec un chouia de barre et on laisse le bateau prendre de la vitesse pour qu'il soit plus facile à diriger. Si on s'encastre entre deux navires déjà a poste on coupe tout dès que l'arrière de notre bateau a dépassé le premier tiers des autres si la place est serrée.
6- Ne pas oublier les parebats à la poupe. J'en ai vu ouvrir la jupe comme une boîte de sardines.
7- Si on voit que c'est mal engagé il n'y a aucune honte à recommencer la manœuvre même avec l'habitude il m'arrive encore de temps en temps d'être obligé de m'y reprendre à deux ou trois fois. Il y aura toujours quelqu'un sur un bateau ou sur le quai pour t'aider.
Ah j'avais oublié un truc passer devant le autres bateaux pour savoir s'ils sont sur ancre ou sur pendilles. Il n'y a pas beaucoup de ports à pendilles en Grèce le mieux c'est de demander au loueur il doit connaître le coin.

Il y a une vidéo sur YouTube qui fait voir les difficultés particulières à Poros.
m.youtube.com[...]/watch


Pexcha:« 2- Préparer son ancre à l'avance en laissant pendouiller au moins 4m dans l'eau comme ça si le vent monte d'un coup ou s'il y a du courant c'est une assurance. »Je suis pas sûr de comprendre : 4 mètres ? C’est beaucoup, non ? Parfois on mouille dans 4 mètres. Tu peux expliquer ?Sinon je plussoie sur tout, et surtout sur « Y’a pas de honte » à recommencer autant de fois que nécessaire. ·le 16 mar. 14:17
okilebo:J'ai mis 4m mais bien sûr ça dépend de la profondeur. Je m'excuse je devais penser à un endroit précis quand je l'ai écrit.·le 16 mar. 17:20
faby9:@Okilebo : je ne vois pas l'intérêt de trainer l'ancre au bout de 4 mètres... ? Pour moi, ce serait pénaliser la maniabilité de mon voilier (et en arrière, j'en n'ai déjà pas beaucoup), avec le risque de crocher la chaîne d'un voisin... Mon ancre libérée met quelques 4 ou 5 secondes à toucher le fond, je peux les attendre. Et comme elle croche immédiatement, je compte sur elle..La vitesse de la manoeuvre dépend de la force et direction du vent. La vitesse est ton allié si pas d'hélice important (on rectifie la direction en passant au point mort, ou bien au propulseur si la vitesse est un problème).Moi, je coupe les gaz avant d'entrer au niveau des autres (à cause du pas d'hélice). Si je suis trop court, c'est pas un souci : une longue amarre légère et le voisin se fera un plaisir de me haler tranquillement, trop heureux de voir une manoeuvre aussi douce a côté de son bateau :-)·le 16 mar. 18:23
Pexcha:👍·le 16 mar. 18:23
okilebo:Alors il y a des chances que tu fasses comme la famille allemande de la vidéo. Je n'ai pas dit qu'il fallait faire le tour de la région avec l'ancre en stribil mais la descendre dès qu'on a repéré une place.·le 16 mar. 18:42
faby9:( Je suis bien conscient que cette mésaventure peut m'arriver un jour ou l'autre. Chaque fois que j'ai fait une manoeuvre de port, j'étais étonné d'y être parvenu sans casse : il y a tellement de raisons pour que ça plante!...)ah. S'il s'agit de descendre l'ancre quand on est à l'endroit où on va la mouiller, je suis ok : je vais même jusqu'à la descendre jusqu'au fond ! Mais seulement au moment où j'ai décidé de mouiller, pas dès que j'ai repéré l'endroit...Cela ne me donne toujours pas l'intérêt de la préparer à -4 mètres avant de la larguer... ? éventuellement en très grande profondeur, fort courant, fort vent ? et à vrai dire, je n'ai jamais vu un voilier agir ainsi, et je ne le conseillerais pas à un débutant.·le 16 mar. 19:25
okilebo:Ben étant en solo je suis bien obligé de tout préparer avant afin d'éviter au maximum les surprises. Pour arranger le t out mon guindeau est légèrement trop lent 15 m/mn pour suivre la vitesse du bateau.·le 16 mar. 19:55
faby9:OK. Ceci explique cela. T'as quand même intérêt à bien connaitre le lieu....Moi je suis en équipage réduit, et mon équipière gère la descente de la chaîne : elle libère le guideau quand le bateau est stoppé, dès que l'ancre est au fond je cule tandis qu'elle reprend la commande du guindau. Le plus difficile ? évaluer la bonne distance, et la communication.Manoeuvrer avec l'ancre au bout de 4 mètres, sur mon bateau, c'est juste impensable...·le 16 mar. 20:21
16 mar. 202116 mar. 2021
0

moi,je te dirais : l’entraînement.

tu prends ton 27 pieds,des bouées alignées,en quinconces,ou parallèles qui se trouvent a l’exterieur du port et tu simules une place de port pour celles qui sont parallèles : tu t’entraînes a bien rester le plus au centre possible et a gerer ta derive
2 bouees en lignes : tu te rends de l’une a l’autre en marche arriere le plus droit possible,tu notes le temps que mets ton voilier a revenir sur sa trajectoire a cause du couple de l’helice et,au prochain essais tu prepositionnes ton voilier un peu en travers de maniere a ce que le couple de l’helice te ramene sur ta trajectoire droite ( j’espere avoir ete assez explicite..)
celles en quinconces : une fois que tu maitrise la ligne droite en marche arriere,tu fais un slalom entre plusieurs bouees a la bonne vitesse pour que ton safran soit efficace.
tu t’entraînes a arreter ton bateau sur un bon coup de gaz,pas trop fort,pas trop vite ..tu apprends les jeux et deplacement de ton levier de gaz de maniere a etre preci.
un sportif,pour arriver a un beau geste compris,maîtrisé,efficace va s’entraîner des heures,des jours et recommencer encore et encore.
le jour ou quelqu’un le voit faire,il trouvera ce geste facile,tellement la personne le fera avec aisance...

cette personne ca sera toi bientôt : keep on training 😉

parcequ’arriver dans une place en se disant:
pourvu que j’y arrive...oh putain y’a du vent...ma barre franche en marche arriere je la deplace comment...etc
c’est laisser a la chance une trop grande part.


JeanLW:Excellent conseil, bravo, malgré 23 ans avec le même bateau une ou deux fois par saison je me plante en confondant Av Ar, j ai remis des auto collants visibles. Le levier est transversal non longitudinal, bien pour ne jamais choper des écoutes mais quand tu fais une manœuvre complexe ou refais une manœuvre une fois regardan5 vers la Ar une fois vers l Av, je me trompe rarement mais ça peut faire mal, je me suis pris un quai , j ai du mastic à faire des qu il fera moins froid·le 16 mar. 14:06
16 mar. 2021
1

Parfois quand on sent que c’est trop chaud, il n’est pas honteux de se mettre au mouillage un peu plus loin. Et il arrive qu’une demie-heure plus tard le vent soit tombé ou qu’une place plus facile se libère.


Samuel57:Il y a des chances que je fasse souvent ça au début.En plus ça me laissera le temps de bien observer la situation, la direction du vent et éventuellement les manœuvres des autres bateaux.·le 16 mar. 17:36
okilebo:Bravo exactement ça !·le 16 mar. 18:30
16 mar. 2021
3

Lorsqu'on se rend compte que la manœuvre ne réussira pas, il faut renoncer et dégager pendant qu'il est encore temps (cela arrive même aux plus expérimentés!) pour se présenter à nouveau en évitant l'erreur du tour précédent, donc après un petit temps de réflexion.


16 mar. 2021
0

J’ajouterais une chose à tout ce qui a été dit précédemment : quand il y a un seul élément auquel on n’a pas déjà été confronté, port non connu, conditions non déjà rencontrées (vent, courant, etc.), bateau nouveau, autre bateau gênant, travaux dans le port, etc. prévoir une échappatoire au cas où la manœuvre foirerait à un moment quelconque, voire carrément un plan B.


16 mar. 2021
2

J'ai oublié un truc pour un débutant en Grèce il est préférable d'éviter de se mettre à côté des gros motor yachts leur chaine va très loin et il ne faut pas se laisser surprendre par le vent souvent traversier le lendemain si on ne veut pas finir avec la chaine prise dans le safran ou la quille.
Ne pas oublier qu'à la différence d'une voiture la direction est à l'arrière.
Demander aussi de quel côté tourne l'hélice pour savoir de quel côté va partir le bateau quand on va enquiller la marche arrière. Les loueurs ne le savent même pas. J'ai posé la question à un gars qui entrainait les équipages pour le permis a Ermioni, là où se passe la catastrophe de la première vidéo, le mec ne le savait même pas. C'est normal ils manœuvrent quand il n'y a pas de vent et mettent au moins 60m de chaine et comme il n'y q personne autour ils demandent juste au barreur de s'arrêter avant le quai et hop ils repartent avec le barreur suivant.
Si toutefois ça vous arrive remontez tout droit au moteur vers votre ancre. Vous aurez le temps de remonter la chaine une fois dégager de tout obstacle. Vous ne risquez plus rien même si le bateau tourne.


okilebo:Votre location part d'où ?Si ce n' est pas indiscret il y a bien quelqu'un ici qui te fera petit prog pour pas être trop emmerdé. Même peut-être t'aider quand tu seras sur place on peut rêver.·le 16 mar. 18:01
faby9:+1·le 16 mar. 18:27
Samuel57:Je pars le 10 juillet d'Alimos à 17h.Je pensais rester dormir dans la Marina pour prendre le temps d'avitailler et partir le lendemain matin. Tous les bateaux de loc devraient être partis, j'aurai plus de place pour manœuvrer, le vent devrait être moins fort. J'irai chercher le plus tôt possible (avant le rush de fin de journée) une place dans la marina d'Egine ou dans un port bien abrité et facile d'accès. Ma petite famille préfère dormir dans les ports.Je pensais a faire des manoeuvres tranquilles en eau libre et puis dès que je me sentirai assez à l'aise, j'irai à Hydra. Et si jamais, ça parait trop compliqué à Hydra car les bateaux sont amarrés les uns aux autres, j'essaierai de trouver un mouillage, on prendra l'annexe et on marchera.J'aimerai bien aller aussi au théâtre d'Epidaure. J'ai vu sur google maps (photo aérienne) un petit port et un mouillage tout près (mais ça dépendra de la direction du vent)J'aimerais bien aller à Poros aussi.·le 16 mar. 20:03
okilebo:Normalement tu devrais pouvoir faire l'avitaillement même le samedi soir à Alimos.Il faut savoir qu'en dehors des zones touristiques les commerces sont fermés les lundi,mercredi et samedi après midi en Grèce. Je vais me renseigner pour Alimos en juillet. Pour ton périple je te conseillerai plus tard quand la saison sera commencée en fonction du nombre de bateaux sur l'eau. Si c'est comme 2020 ça ne posera pas trop de problèmes. Si c'est comme les années normales il faudra modifier l'ordre des escales parce que c'est le circuit qu'empruntent tous les bateaux et quelques fois c'est le big bazar. Si tu veux tu peux me contacter par mail il doit être dans mon profil je te donnerai mon phone.·le 16 mar. 21:01
16 mar. 2021
0

Merci c'est vraiment sympa.


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

Après la pluie...

  • 4.5 (49)

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

mars 2021