Chaussette de spi, vos retours d'expérience ?

Hello,

On aimerait utiliser plus souvent le spi, et en particulier quand on est en duo, car en croisière en Méd, il y a parfois pétole molle.

Je pensais à une chaussette de spi.
Vous en utilisez une ?
Vos avis ?
Une marque à conseiller ? Car parfois de gros écarts de prix.

Notre spi doit faire environ 60 m2.
Bateau de 31 pieds.

Amicalement.
FX

L'équipage
22 juin 2014
22 juin 2014
1

Bonjour,
Je suis un peu novice en voile, mais depuis que j ai les chaussettes je n'hésite pas a envoyer le SPI. Asym ou symétrique. A 2 personne. En solo j ai essaye d envoyer l asymétrique seulement
First 260 SPI 55m environ
Par contre bien prendre une chaussette avec la drisse pour ouvrir dans une gaine pour au elle ne s embrouille pas
Au moindre souci. On tire sur la ficelle et le SPI est étouffé

22 juin 2014
2

J'ai eu un incident une fois, où le bout va-et-vient de la chaussette s'est enroulé autour du radôme... Un moment très chaud quand on voulait l'affaler alors que le vent montait.

J'ai pu sauver les meubles en coupant le va-et-vient d'un côté.

Je pense que mon erreur était de vouloir descendre la chaussette trop près du mât. J'aurais dû avancer vers le balcon pour le faire.

Sinon, c'est vraiment facile de déployer et d'affaler la voile avec une chaussette.

Mais je regrette un peu de ne pas avoir pris un emmagasiner, qui permet de hisser la voile et la laisser sur poste en navigation.

22 juin 2014
3

+1. D'ou le fait de savoir d'abord spier SANS chaussette, ce qui évite les mauvaises manips que l'on ne ferait pas sans chaussette.
Et en cas de problème, on coupe et on sait affaler "à la classique".

22 juin 2014
0

Hello Guy07800,

J'ai vu que le modèle de chez AD a le bout qui passe dans une drisse.
Par contre le modèle de Compass, on ne sait pas, ce n'est pas dit dans le catalogue.
Quelqu'un le sait-il ?

Amicalement.
FX

22 juin 2014
0

Pour moi c'est parfait et le spi est un jeu d'enfants

22 juin 2014
2

A mon avis, pour un tel bateau, inutile. C'est psychologique.
JJ

22 juin 2014
0

Moi, pour un bateau de 10m30, j'ai un spi d'environs 75m2, donc pas beaucoup plus grand.

Mais à mon âge et dans mon état de forme, je ne m'amuserais pas sans chaussette ni emmagasiner.

22 juin 2014
0

Hello Gribou25,

Bah non, pour moi ce n'est pas psychologique. C'est anatomique.
Envoyer/affaler le Spi à 3 personnes, c'est fastoche.

A deux, il manque une paire de bras si on veut le faire de manière cool et sûre.
Ok, avec le pilote ça aide, on le fait en régate à deux, mais en croisière à deux, sans se prendre la tête, je me dis que tout est bon pour faciliter la manoeuvre.

Maintenant, si tu as une méthode efficace, simple, sûre, je suis preneur bien sûr.

Amicalement.
FX

22 juin 2014
0

le va et vient de la chaussette peut se ramener au cockpit. on a tout au même endroit.

23 juin 2014
0

Bonjour,
je ne veux pas dire que ce n'est pas bien, mais seulement que pour cette surface de spi en croisière même en solo il n'y a pas de difficulté particulière. Je pense que la chaussette rassure et permet éventuellemnet d'éviter une bavure. Effectivement non négligeable.
Je n'ai qu'un spi de 50 m² mais j'ai manoeuvré sur un 9M, je n'ai vu aucune différence dans la mesure où on descend avant d'être summmergé c'est ce qu'il y a de plus délicat. La montée n'est qu'un jeu d'enfant si le spi est bien rangé dans son sac et , éventuellement le ferler avec 3 bouts de laine fragiles. Contrairement à la norme, je descends sur la plage avant devant le génois écoute libre drisse libre, les bouts trainant dans l'eau derrière le bateau"freinage" .
Je suis toujours solo et je ne suis plus tout jeune, je ne régate jamais.
Pour les manoeuvres, il y a bien des fils su le site où tout est très bien détaillé. Il n'y a pas de truc particulier, juste de l'organisation.
Bon vent;
Utilisez le spi c'est une très belle voile et surtout elle permet dans le petit temps de se déhaller quand les autres sont plantés.
JJ

22 juin 2014
1

" C'est psy"!
ben oui, c'est comme le vélo!
Tellement spy que je suis perdu-inquiet sans mes petits bouts de ruban pour baliser les bouts au bon endroit!
Cela égaye, mais cela fait un peu nunuche... Et en plus vert à tribord et rouge à babord.

22 juin 2014
0

Emmagasineur c est certainement bien mais le prix aussi est pas mal

22 juin 2014
0

J'ai découvert la chaussette il y a 1 mois et j'apprécie. Les manœuvres sont peut-être un moins "régate", mais beaucoup plus paisible ainsi.

J'ai une vieille chaussette avec une drisse extérieure. C'est vrai qu'elle a tendance à s'enrouler autour de la chaussette. Comme je le sais, j'y suis attentif et je n'ai plus de problème. Par contre un équipier non habitué aura 1 chance sur 2 d'avoir le pb. Donc, drisse en gousset, mieux, à mon avis.

Bonnes navs

22 juin 2014
0

Mon spi fait un peu plus de 110 m2 avec un tangon unique modèle fin des seventies prévu pour durer. De fait, sans chaussette à 2 c'est possible mais c'est plus sécurisant avec surtout pour virer (on descend la chaussette et on la remonte tranquillement sur l'autre bord après l'empannage et apres avoir tout fait passer) c'est la voie de la raison dès qu'il a du vent et de la mer vu le poids du poteau qui me sert de tangon.
Enfin, La chaussette me permet de sortir le spi en solo (j'ai un équipier dans la poche, télécommande du pilote) mais faut pas de mer et un peu de vent mais pas trop,et de l'eau à courir et je m'attache...
J'envisage d'ailleurs de changer ma chaussette hors d'âge et si certains ont des retours d'expérience sur tel ou tel modèle performant je suis preneur.
Merci d'avance.

22 juin 2014
0

La chaussette c'est un vrai progrès .
empannage plus sécurisés par vent fort
facile à envoyer et à ramener.
Le mien 54m2 DELTA voiles à manipuler au pied de l'étai pour s'assurer qu'il ne s'enroule pas autour de l'enrouleur de génois
et aider la voile à sortir convenablement de la chaussette si elle a été ramenée sans précaution.

22 juin 2014
3

Le mien 54m2 DELTA voiles à manipuler au pied de l'étai pour s'assurer qu'il ne s'enroule pas autour [...]

C'est là, la limite des chaussettes.
Contrairement à ce que l'on croit, si ELLE FACILITE LA VIE, elle n'est pas plus sécu pour autant et même moins.
Avec un spi géré classiquement, on va à l'avant pour installer et ensuite tout se joue depuis le cockpit: envoie/affallage, même en solo.
Avec une chaussette, il faut aller tout à l'avant pour l'installer, mais aussi pour hisser et/ou affaler et travailler le nez en l'air, ce qui est la meilleure configuration pour perdre l'équilibre.
Pour l'empannage sous spi, l'un comme l'autre oblige a aller à l'avant.

22 juin 2014
1

Une occasion de rendre hommage à son inventeur Eric Tabarly, mort en mer le 13 juin 1998. C'en est presque le triste anniversaire.

22 juin 201416 juin 2020
2

complètement raccord avec Olivier
le spi , excepté pour l empannage , c est bien plus Secure sans chaussette , puisqu' a part l installation à l avant , (et encore , ça part très bien des passavants)et l installation du tangon ,on ne bouge plus du cockpit et même en solo , ça se fait très bien !

alors avec des surfaces de 60/70 m2 , c est super facile .
pour moi la chaussette c est encore un truc en plus qui peut merder et nous compliquer la vie !

même si sur la photo , on est en vrac , il n y aura aucun soucis pour le ramasser sans rien abimer.
et on s est retrouvé dans cette position parce que le vent était trop fort pour faire du largue serré, on a fini le bord sous genois

22 juin 2014
0

J'en ai acheté une pour rassurer l'amirauté qui n'aime pas trop le spi . 1 er test ce matin , il y a quelques habitudes à prendre mais pour étouffer le spi c'est quand même top .

22 juin 201422 juin 2014
1

Bonjour,
si ça n'existait pas, faudrait l'inventer... cela fait une vingtaine d'années que j'ai acheté ma première chaussette, et depuis, je ne conçois plus un envoi de spi sans elles. ( puisque j'en suis à ma cinquième) Après, je n'ai que l'expérience de petits spis, c'est à dire 60 à 90m², mais là, c'est magique. Surtout en solo, où l'on hésite plus à envoyer un spi même pour un petit bord, c'est tellement facile... En revanche, il faut quand même apprendre un minimum à s'en servir, surtout pour l'affalage. L'envoi, ça se fait tout seul après les trois premiers mètres. Et le simple fait qu'affalé = rangé, et prêt à renvoyer, ça n'a pas de prix.

22 juin 2014
3

Bonjour, il faut quand même remettre les choses dans leur contexte......Eric Tabarly a eu l'idée de la chaussette , pour mener en solo ,Pen Duick 6, qui a des spi de 400 m2.....cordialement.

22 juin 2014
5

Hello Pitalugue,

Eh oui, tu as raison !
Il faut comparer des choses comparables.

D'ailleurs il m'arrive souvent de me comparer à Eric Tabarly.
Lui était à l'aise pour envoyer un spi de 400 m2.
Moi c'est pareil...avec un 60m2 et une chaussette ;-)

Amicalement.
FX

22 juin 2014
0

En ce qui me concerne je viens d'acquérir un spi asy de 100/110m2 et avec chaussette je le manœuvre seul (avec mon ami pilote auto) . J'ai été contraint (je débute en chaussette) de manœuvrer sans la chaussette (ce que je sais faire ayant appris avec un sym ) bin c'est sport tout seul par 10/15 Nds de VR. Déjà avec la chaussette faut bien s'organiser ... Mais sans .!!
J'ai un emmag pour mon GNK ... J'hésite à adapter le spi pour un emmag... L'avantage de l'emmagasineur , oliv44 a raison c'est de tout pouvoir faire du cockpit. Alors que la chaussette entre l'écoute et le va et vient en pied de mat...

22 juin 2014
0

Bien avant Eric, je me souviens c'était en 1966, pendant les cours de français, mon voisin de classe au lycée et ami de voile au club de ce même établissement, un certain Gilles Gahinet, tout en écoutant la prof dessinait sur une feuille de papier des systèmes d'envoi et d'affalage de spi à l'aide de seau découpé et de bouts. Alors d'où vient l'idée..... va savoir !

24 juin 2014
0

Eric Tabarly a utilisé pour la première fois en course une chaussette à spi lors de la Transat 1976. Il se trouve que j'étais à Newport à l'arrivée de cette course et je me souviens très bien y avoir vu chez un marchand de journaux une publicité, dans la revue SAIL, pour une chaussette à spi nommée "Blue Socket"...
Malgré tout le respect que je lui porte, cette histoire d'invention de la chaussette à spi attribuée à notre icône nationale me fait toujours sourire...

22 juin 2014
0

l'age venant j'ai commandé la mienne. Retour d'expérience à venir....
www.leboncoin.fr[...]815.htm

22 juin 2014
0

Il a été évoqué plus haut l'emmagasineur, pour en avoir un sur mon assy, je confirme que c'est d'un usage peut être plus facile que la chaussette, mais je tiens à préciser que cela ne permet pas, tout au moins pour moi, de laisser la voile à poste. Cela fait un boudin innommable que l'on est forcé d'affaler immédiatement... En revanche, je déroule et roule mon spi en solitaire depuis le cockpit sans problème, ce n'est pas négligeable, mais pour le hisser ou l'affaler je vais au pied du mât et ça se passe aussi facilement que pour amener un pavillon.

23 juin 2014
0

Bonjour

Personnellement j'ai un spi de 105 m² (voilier 40 pieds)
- utiliser un spi sans chaussette, au vue de mes compétences et de mon équipage, je n'y pensai même pas !
- utiliser un spi avec chaussette, c'est mieux, mais faut être plusieurs (2 c'est juste, 3 c'est cool)
- possédant déjà un emmagasineur (genaker), je viens de faire adapter mon spi en conséquence (utilisation du même emmagasineur)
là, c'est vraiment le top (en solo + télécommande - ou à 2, le luxe)
Après tout dépend de ses compétences, condition physique, équipage, etc...

frédéric

23 juin 2014
1

Petit retour d'expérience...

Sur mon ancien bateau (un Swan 44, S&S), je naviguais souvent seul et j'envoyais le spi en solo (250 m²) jusqu'à 15 noeuds de vent, sans chaussette.
Le bateau était très bien accastillé (winches de spi dédiés, drisse sur winche en pied de mât) et disposait d'un bon pilote qui avait toute ma confiance.
Jamais eu de réel problème, à part d'arriver à tenir le rythme physiquement sur la durée pour gérer ce genre de bateau en solo.
OK, à l'affalage, il arrivait souvent que le spi rentre un peu mouillé dans son sac, car arriver à brasser le spi et doser en même temps le mou sur la drisse en solo, c'est parfois un chouette numéro de cirque... !! :-D

Depuis, j'ai fait du "downsizing" et maintenant je navigue en "Melody", avec un spi de 100m² équipé de chaussette.

Autant je peux apprécier le fait de pouvoir étouffer le spi en tirant sur un simple bout, ce qui fait nettement chuter le niveau d'adrénaline au moment de l'affalage, autant j'ai pu pester lors de l'envoi, avec cette *%$!@##!!! de chaussette qui ne veut pas monter, reste coincée au milieu, obligé de redescendre le tout, aider le spi à sortir de la chaussette (à plat pont), rehisser, tirer comme un sourd sur le bout, pour se retrouver à naviguer avec 1m de chaussette à moitié déployée, recouvrant la têtière.
Le tout en solo, avec moult aller-retour en pied de mât, et un bout de chaussette qui s'accroche partout... épuisant...
Du coup, sur un bateau plus petit, avec un plus petit spi, j'ai galéré avec cette foutue chaussette... manque d'expérience de la chose probablement...

Cet été, je vais donner encore une chance ou 2 à la chaussette, mais gare à elle si ce genre de problème persiste : ouste, débarquée la chaussette !!!
Je préfère risquer de passer le spi à l'eau plutôt que de continuer à m'e......r avec cet espèce de préservatif à ficelle...

23 juin 2014
1

mauvaise chaussette, avec un modèle luxe comme l'ATN, le choix des tissus et la conception font que ça coulisse bien.

23 juin 2014
0

Oui, très probablement...
Je trouve que le corps de la chaussette (la partie textile) est trop étroit pour bien coulisser et la mienne n'est pas équipée d'un gousset de drisse.

Je pense qu'avec un matériel bien réglé, le bilan devrait être positif pour la chaussette.

23 juin 2014
0

Hello,
Merci à tous pour vos remarques.
Je retiens la dernière remarque de JeanLittleWing, effectivement, j'ai m'impression que la qualité de conception et des matériaux joue beaucoup.
Allez, dés que j'ai des sous, je m'en offre une :-)

Amicalement.
FX

23 juin 2014
0

Bonjour,

En solo, pour moi, la difficulté est la gestion de la drisse à l'affalage. j'ai bien essayé de la laisser trainer à l'eau comme j'ai pu le lire ailleurs, mais ça n'a pas marché ! Si quelqu'un a un truc, je suis preneur ( ~90m² )

Amicalement

23 juin 2014
0

Bonsoir MIC
Je suppose que ton spi descend tro vite ? essaie en plus juste un tour au winch pour voir.
Pour mon 50 m² je ne dois pas trainer.
JJ

06 fév. 2020
0

ajoute une boule de touline sur l'extremité libre de ta drisse et ça devrait freiner suffisamment
;-)

23 juin 201423 juin 2014
3

L'avantage de la laisser trainer derrière est que le "frottement" de l'eau est degressif au fur et a mesure que le spi descends.
Sinon, tu peut essayer un simple tour au winch. Dans ce cas il ne faut surtout pas la lover dans le cockpit, car ce faisant tu crée des coques en tournant le bout entre tes doigts pour obtenir la forme O sur chaque spire.
Au contraire, il faut la lover en 8 sans la tourner entre ses doigts. Il faut également le faire "en tas bien pensé" donc en commençant par la fin de la drisse. C'est le seul moyen (que je connaisse) pour s'affranchir des coques.

23 juin 201423 juin 2014
0

C'est là que j'ai commandé la mienne , livrée en une semaine environ :pouce:

Je parle de Microsailing ...

23 juin 2014
0

Merci pour vos réponses.
J'affale le spi depuis l'intérieur du bateau en commençant par le point d'écoute, le spi étant déventé par la GV. Si pb avec la drisse, il me faut remonter dans le cockpit.
L'avantage de laisser trainer la drisse est qu'elle est "claire" mais le frein est insuffisant et il faut faire vite et éviter qu'une partie parte à l'eau !

23 juin 2014
0

bravo
attention de l'empecher de s'accrocher dans les barres de fleche et de le dechirer

24 juin 2014
0

J ai une chausette sailonet et ça marche parfaitement bien pour le symetrique comme pour le gennaker
Acheté chez sailonet 400 euros, pourquoi se priver....

24 juin 2014
-1

On ne peut pas comparer, mais ...
aularge.lexpress.fr[...]daires/

01 fév. 2020
0

Probablement une contribution un peu tardive sur le sujet.

J'ai des chaussettes de ski depuis des dizaines d'années. Elles m'ont permis d'utiliser énormément le spi et notamment en équipage réduit ou Seul à bord. Mes enfants, âgés de 5 à 10 ans affalaient le spi (110M2) sans problème.

Comme disait ma grand-mère "chacun sont libres". Cela dit je préfère naviguer sous spi en utilisant une chaussette que de ne pas utiliser le spi par crainte que çà se termine mal.

Par contre deux conseils:
- toutes les manoeuvres au point de drisse doivent être parfaitement claires sans bout torsadé.
- Il faut absolument que les manoeuvres de la chaussette ne soient pas en contact avec le spi. Il me semble que sur certains modèles elles passent à l'extérieur dans des ganses en toile, sinon dans un gousset à l'intérieur. Ne pas hésiter, pour quelques Euros de plus, à l'acheter chez un voilier très expérimenté, qui vous fera bénéficier des dernières astuces et motif. des coureurs océaniques pour qui ils réalisent des chaussettes.

01 fév. 2020
0

accessoire indispensable en solo, permet d'utiliser le spi au maximum, c'est le pied!
au bout d'une semaine ça sent les pieds , laver les chaussettes !

01 fév. 2020
0

Qu'est ce qui fait qu'une chaussette est plus efficace qu'une autre ??
J'en cherche une de 15-16 m.

01 fév. 2020
0

contacte Moi en direct si tu le souhaites. C’est très simple mais tellement plus long à écrire...

01 fév. 2020
0

mes exploits avec le spi en solo 😁
catastrophe

01 fév. 2020
0

effectivement, si c'est bien toi sur la vidéo, il y a encore un peu de boulot ... mais cela viendra. Il faut persévérer.

02 fév. 202002 fév. 2020
0

Tu m'as bien fait rire le-sauvage... 😁😉
C’était en novembre 2018, je suppose que ça va mieux aujourd’hui ! 😉

03 fév. 2020
4

Bonjour le Sauvage. Désolé, je vais être long, mais à lire les messages, ma petite contribution sera utile à certains, je l'espère.
Je n'avais pas vu ta video… Merci de ton humilité et bravo. C’est comme çà qu’on apprend. Dans ton cas je n'ai pas d'inquiétude. Pas d’autre manière que de se frotter à la "chose" pour apprendre. Tabarly disait il y a pas grande différence entre une manoeuvre ratée et une manoeuvre réussie… Une affaire de détails.
Je me permets de te donner quelques remarques sur ce que montre ta video qui est un grand classique. Nous sommes tous passés par là. Ce qui suit n'est que ma manière de faire. Cela dit çà ne doit pas être totalement nul. J'ai du passer les 100 000 miles et souvent dans des régions où il était hors de question que çà se passe mal.

Cà t’apprends la prudence et encore une fois l’humilité. Je n'ai pas la science infuse. Certains rajouteront certainement des astuces que je serai heureux d'apprendre. (La vieille mourrait, elle apprenait encore... )

Il ne faut jamais continuer à naviguer spi à moitié ouvert comme tu l'as fait (à 60%) c'est le meilleur moyen de bousiller ta voile. La voile à cet endroit de l'étranglement fait des mouvement verticaux de frottement. Affale aussi rapidement que possible car le ragage qui se produit au niveau de l'avaloir va te bousiller ton spi rapidement (très), soit simplement par échauffement, soit par déchirement. L’avaloir est souvent cousu à la partie textile et comporte des aspérités. Quand tu étrennes une chaussette de spi, contrôle cette liaison et protège la si nécessaire. J’avais l’habitude de recouvrir la liaison avaloir-textile par du scotch haute résistance pour vraiment avoir un passage lisse et fluide.
Quand ton spi s’est bloqué à mi-hauteur, il s’est simplement produit un bourrage. Ce bourrage vient du fait que ta voile n'est pas assez bridée vers le bas. Elle monte avec la chaussette (ce n'est pas le but) et du coup l'avaloir forme un bourrage par frottement, il bascule, se met en position plus ou moins verticale tout se bloque.
Comment veux-tu sortir ta baguette de pain de son sachet en papier étroit si tu ne tiens pas d’une main le fonds du sachet et de l'autre la baguette?
Il aurait suffi que tu tires sur la jupe vers le bas en la prenant au milieu, pour supprimer ce bourrage et pour que le spi s’ouvre correctement. Problème: tu étais loin de la jupe et les deux mains occupées. Mais tu pouvais le faire en amarrant temporairement ta drisse. Je t’indiques plus loin comment je fais.

Les points importants:

Choix de la chaussette:

Il y a des voiliers qui travaillent pour les coureurs océaniques. Si tu achètes une chaussette chez eux tu auras les derniers petits perfectionnements qui font la différence. Tu pourras discuter avec le voilier, Si çà merde à Bord, tu pourras l’appeler et il te conseillera, te dira ce que tu as mal fait. J’avais acheté une chaussette chez Incidences à Brest, juste après un Vendée Globe qu’avait gagné Desjoyaux. Je peux te dire que c’était du Nickel Chrome de chez Nickel Chrome. Et pas plus cher.

  • L’avaloir. Cette pièce à elle seule justifie des différences de prix. C’est elle qui viendra faciliter la rentrée du spi, surtout dès que le vent monte et qu’il n’a pas du tout envie de rentrer à la maison. Bien dessinée, avec une forme parfaite, solide, il fera bien son boulot sans abîmer la toile.
  • Le passage des bouts de manoeuvre. Là aussi il existe différents systèmes. Souvent le prix d'une chaussette de spi est directement fonction du temps passé à la fabriquer. Ce n'est pas le même prix de faire passer les bouts dans des ganses, ou dans des goussets sur toute la longueur etc..

Avant de dominer le sujet nous sommes tous passés par des périodes d'essais, c'est normal.
Voilà comment je fais:

1- ne pas être trop près du vent arrière. Le dévent de la GV rendra le spi fou lorsqu'il sera déployé et un fou c’est pas facile à contrôler… Je dirais 140/120° du vent. Pour moi 120.
2- Veiller, avant la manoeuvre que ton spi soit parfaitement clair. Le bras (point d'amure) prérèglé, l'écoute choquée, les deux de façon bien dégagée. Rentrer les pare battage avant ( :) )
Je te conseille, au début, d'allonger le spi sur le pont pour t'assurer que la chaussette ne fait pas de torsades. Ce qui est ton cas ici (voir à 59s). Avec le temps, si tu t'appliques à bien le ranger dans la baille à spi en t'aidant de la bande de couleur blanche (bande anti torsade), tu n'auras plus besoin de l'allonger. Mais c'est toujours une précaution utile.
- Toutes les chaussettes comportent (ou devraient comporter) cette bande de couleur différente, blanche dans ton cas. C'est pour te monter où sont les bouts de manoeuvre pour te permettre d'éviter le vrillage de la chaussette.
- Toujours à 59s l'effort que tu fais vise à soulager le poids du spi accumulé sur le pont. Tu n'en aurais pas besoin si tu avais respecté le conseil nr 2. Si ton spi est allongé, ou bien rangé, tu n'as pas à d'aider à monter.

3-pré-régler l’amure.Tu ne peux pas faire sortir un spi d’une chaussette si la voile monte avec la chaussette. Sur ta video le point d’amure semble flotter. Il faut donc que le bord d’attaque du spi (guindant) soit relativement bridé. Le but du jeu, c’est d’avoir ton spi en drapeau à la fin de l’opération. Dans cette situation il ne peut rien t’arriver. Il ne te restes plus ensuite qu’à filer à l’arrière, reprendre l’écoute et affiner les réglages.

Comment je fais:
1 Mon bateau courre à environ 120/130° du vent. Ainsi je sais que le spi va partir sous le vent et non devant le bateau, l’étai me gênerait.Je sais qu'il pourra se mètre en drapeau.
2 bien veiller à ce que le pouliage en tête de chaussette soit bien clair.
3 bien veiller à ce que le point d’amure soit bien saisi, quasiment réglé définitivement. C’est fondamental pour éviter le bourrage et le blocage de la chaussette à mi-course.
4 Je me place plutôt près de l'étai. Vous comprendrez pourquoi en pratiquant. Cà permet d'avoir un point d'accroche au besoin, et surtout, comme l'amure est bridée, çà me facilitera la tâche.

*5 IMPORTANT (enfin, c’est mon truc à moi…)
Lorsque je hisse la chaussette je passe mon bras avant autour de la drisse. La chaussette va me monter entre les bras). Si j’ai un bourrage, comme celui qui t’a empêché de hisser complètement ta chaussette, j’ai la toile à portée de la main et bien qu'ayant les mains occupées, j'ai la possibilité de tirer sur la toile pour l’aider à sortir de la chaussette. *

Je peux aussi intervenir sur la chaussette qui me monte à quelques centimètres du nez, pour contrôler et éviter le vrillage en prenant si besoin dans la bande de couleur dont j’ai parlé plus haut (pas avec le nez.. :). On voit bien que la bande reste au vent tandis que le creux de la chaussette, plein de sa toile, flotte sous le vent (pas sûr d'être bien clair...).
Quand la chaussette est en haut, au moment de commencer à la retrousser, il n'est pas inutile d'être prêt à tirer sur la voile vers le bas. Le bourrage n'intervient qu'à cause de la partie basse de la voile, là où il y a le plus de tissus. Quand celle-ci se remplit de vent, la chaussette devrait monter quasiment toute seule.

Si ton point d’écoute est bien lâché, pour permettre à ta voile de se mettre en drapeau, tu ne risques rien. Je te parles d’un spi de 180 m2. Autant dire qu’avec plus petit c’est encore plus facile.

Utiliser une chaussette, c’est vraiment facile. Certaines sont plus faciles que d'autres, mais toutes fonctionnent. C’est adapté à toutes les tailles de spi. La taille de la chaussette et de son accastillage s’adaptent. Il faut vous entraîner par petit temps, encore et encore mais pas si longtemps que çà. Il y a peu de points clés. Eviter le bourrage et ne pas faire de noeuds. Au bout de quatre ou cinq fois, à la suite, on commence à voir les données du problème. Et de préférence en solo. C’est comme çà que tu comprendra la totalité des problèmes ce qui t'aidera à donner les bonnes instructions en équipage.

03 fév. 2020
0

Merci merci beaucoup pour tes conseils que j’ai imprimé et que je garde précieusement à bord
Comme je l’explique dans mes vidéos j ai acheté un voilier sans savoir naviguer
J’apprends avec les conseils des voiliers copains, en faisant des erreurs ou par intuition

Depuis cette vidéo j’ai quitté cet hiver en voilier en solo la Tunisie pour visiter l Algerie puis Maroc Gibraltar et Canaries
Sur cette route je n’ai pas réutilisé mon spi , car y avait 70% vent d ouest ou pas de vent ou tempête
j’espère pouvoir l utiliser avec tes conseils en descendant sur la Mauritanie en fin d’année
Je ressortirai sur ma chaîne une vidéo sur le spi que j’espère maîtrisé en solo et c’est promit en y mettant tes précieux conseils
À+

03 fév. 2020
1

Pour un "petit navigateur débutant" tu as déjà fait bien plus de route que la moyenne des navigateurs.
Que les dieux de la navigation soient avec toi et n'hésite pas à envoyer la bulle.
Trois remarques sur ta video.
1- De manière générale maintiens un haut niveau de ton réservoir de gaz-oil. C'est vrai pour les usages de week-end, çà devient impératif en grand voyage. Quand ton réservoir est vide, tu as une concentration au fond de toutes les Mer... qui se sont accumulées et çà c'est le début de tout un tas de catastrophes aux conséquences imprévisibles.
2- La seconde remarque concerne la générosité es algériens. Plus tu voyageras vers le Sud, et les régions moins favorisées, plus tu t'apercevras que ce sont les plus défavorisés qui sont les plus généreux.
3- Je ne vois pas ce qui te gêne dans le fait de rentrer ton tangon en pleine nuit. Je suppose que tu as un éclairage de pont. Tu enroules ton génois, le tangon vient se plaquer contre ton enrouleur et ensuite tu le déposes.. Essaie par petit temps. Tu n'est pas le seul à avoir cette crainte. Mais rassure-toi elle est infondée.
Je te donne ce lien vers une video tourné dans l'Océan indien avec ma petite femme, tu verras le Gennaker, le spi avant qu'il n'explose (usure, déchirure et aggravation sont les trois mamelles du spi qui explose). Les images sont un peu déformées par la GOPRO.


Mais j'attire surtout ton attention sur la fin de la Vidéo ou tu verras que nous portons le génois tangonné au vent et sous le vent un solent (tu peux utiliser ton tourmentin, une trinquette si tu as) à 110/120° du vent c'est très efficace et surtout rassurant (la nuit notamment).
J'ai longtemps cru que les voiles en Papillon étaient réservées au plein vent arrière. Et bien, au contraire, cette configuration fonctionne très bien. Bien sûr, plus tu te rapproche de 110° du vent plus il faudra que tu laisses ton tangon partir un peu vers l'avant (globalement le tangon est perpendiculaire au vent apparent). Attention trop près du vent arrière ta voile non tangonnée (ta trinquette, tourmentin ou autre... ne tiendra pas et trop près du travers c'est ton génois tangonné qui se prendra à contre. Le réglage dépend du bateau.
Ton centre de voilure est relativement bas, le bateau roule moins, sur certaines mers çà a son importance. Si le vent monte trop tu ne te retrouves pas dans une situation à devoir affaler un spi de nuit, mais simplement à enrouler ton génois autant qu'il le faut. Au niveau vitesse, c'est excellent. Bien sûr ce n'est pas pour certains puristes, on parle là de voile au long cours en sécurité.
Je te souhaite de jolis miles et une demoiselle pour compléter l'équipage...

03 fév. 2020
2

Bonsoir,

je suis également un adepte du "tangonnage de génois au vent", du largue au grand-largue et confirme que çà marche vraiment très bien.

Et un autre avantage non cité plus haut, c' est que çà contre très efficacement les éventuels départs au lof, bref, génial en croisière par mer difficile sous régulateur ou pilote.

Gorlann

04 fév. 2020
1

Pareil Gorlann, je tangonne souvent mon génois mais je suis en train "d'étudier" un tangon beaucoup plus long et réservé au génois. Avantage, une meilleure stabilité plein vent arrière, le génois étant presque perpendiculaire, et encore plus de "tolérance" au largue, génois au vent.
AD vend des tubes alu "nus" jusqu'à 6m (à recouper éventuellement) pour lesquels il ne manque plus qu'à adapter les embouts du bon diamètre !
Le tangon télescopique est aussi une possibilité, mais beaucoup plus cher et pas forcément plus solide !

03 fév. 2020
0

Bonjour Magalyanne,
Question annexe : vos voiles ont l'air d'être du "all purpose". Trilam?
merci,
daniel

03 fév. 2020
0

Effectivement All purpose en Hydranet. Gennaker de chez Incidences

Bonne soirée

Jean luc

0

Pour simplifier les empannages de spi en solo, il vaut mieux partir sur un système double tangon, ou rester en assy...

Je trouve la chaussette un peu dangereuse car on a tendance à pousser un peu plus loin avant d'étouffer.. donc prendre plus de risques si cela foire.. J'ai un gennaker avec une chaussette et si ce n'est pour le rangement, je ne vois pas l'intérêt.

Bien au vent arrière, génois/foc sorti et bras (ou tackline) choquées en grand, affaler un spi n'est pas un soucis..

Un concurrent de la TQS m'a donné un conseil très utile.. si on est en double écoute/bras, au moment d'affaler, on prend le bras sous le vent (il est libre) sur le winch de roof, le spi ne partira pas à la flotte et restera bien étouffé derrière la GV.. si on est en simple écoute/bras, il faut prévoir une petite drisse avec un mousqueton rapide pour faire la même chose..

Simplifier est le but, mais il faut pouvoir gérer si cela foire...

01 fév. 2020
0

@ Le-Sauvage

Ah oui, tout de même.
Je pense que des vidéos de youtubeurs devraient pouvoir te permettre de cerner tes erreurs.
Heureusement tu sembles ne rien avoir cassé.

01 fév. 2020
0

Le truc le plus simple, c'est encore le Gennaker...

01 fév. 202001 fév. 2020
1

acheté avec le bateau, une saison a bord, une autre saison a bord au fond d un coffre, et depuis la mi saison cette année, apres reessaie, elle est en boule au fond de la cave, loin, tres loin.. ca coince ca s'emmele et franchement je perd beaucoup moins de temps a envoyer et affaler le spi sans (en solo ou a deux et pas que par 5 noeuds de vent) bref perso plus jamais de chaussette, apres, j'ai un petit bateau (first 310)

(pour l'envois et l'affalage, je garde le genois sortie, pour l affalage, un tour mort de la drisse autour d un winch, le reste a l eau , largage du bras, ouverture du coinceur de drisse et recuperation derriere la gv par l ecoute )

01 fév. 202001 fév. 2020
-1

@le-sauvage : je m'abonne de suite à ta chaine youtube, te mets 12 likes et une voie lactée d'étoiles !
enfin des tutos voiles que l'on a plaisir à regarder !
ou organises-tu tes stages (en mp, pas qu'on soit trop nombreux)

tu veux pas nous mettre le lien "sale temps pour les mouches" et nous rappeler le nom de ta chaine ?

ah oui le sujet du fil : fxvt une chaussette en solo ça ne sert à rien, à moins que tu ne sois unijambiste ... il en faut 2 !
non sérieux : un spi de 60m2 c'est un mouchoir, tu le ramènes à la main et tu seras un vrai marin !
va y'avoir plein de chaussettes taille 32-34 à vendre sur HéO 😂

02 fév. 2020
0

Salut

Et bien moi, depuis que j'ai une chaussette à mon spi asymétrique de 105m2, je n'ai plus de soucis pour l'affaler en solo

Fañch

02 fév. 2020
3

Enterrer les chaussettes... dommage.
C'est une super aide pour gérer un spi (sym ou asym)
J'en utilise depuis 20 ans sur des bateaux très différents. Actuellement sur un trimaran de 9,20m. Quel bonheur, quelle tranquilité d'esprit, savoir qu'on peut envoyer/affaler vite, autant de fois que nécessaire. Elle élargit la plage d'utilisation, empannage spi rentré, utilisation avec bcp plus de vent, etc...
Je ne fais qu'enfoncer une porte ouverte en redisant tous ces avantages. Comme pour tout, il y a quelques trucs, précautions, préparations qu'il faut respecter méticuleusement et ça marche super. Le pire des cas est de se retrouver avec la chaussette bloquée à moitié hissée (ou affalée) ce qui revien à affaler le tout comme un spi sans chaussette. Je ne vois pas ce qui peut annuler tous les avantages.
Je suis bien certain qu'ils y a plein d'utilisateurs sur ce forum qui seraient ravis de faire une sortie "école de chaussette" pour faire profiter ceux qui hésitent ou renoncent.
Cordialement
Yves

02 fév. 2020
1

Ah les merveilles d’internet. C’est vraiment navrant! En voilà un qui n’a même pas honte de classer ses congénères en bons et mauvais marins...
Merci Quizas, bravo! Brillant!
Moi qui croyais que l’humilité était l’une des premières vertus du marin!

02 fév. 2020
1

J’ai 68 balais 55 ans de pratique de la voile, de la goélette de 35 m à la planche à voile en passant par le 505 et le 470 et sur mon 37 pieds en solo je me vois pas mettre le spi sans chaussette et mon gennaker sans emmagasineur. Même si techniquement je sais faire. Je comprends pas trop le débat.
Bonnes navs sous spi!

02 fév. 2020
3

La chaussette est au spi ce que la direction assistée est à la conduite : plus de confort et plus de facilité. Et ce n'est pas parce que tu as la direction assistée que tu ne sais pas conduire ...
Je sais envoyer et affaler un spi sans chaussette, mais en solo, ça facilite grandement la manœuvre et n'empêche pas de masquer le spi derrière la GV avant de l'enfiler dans la chaussette. Et moi je préfère.
Bon dimanche !
Jeff.

02 fév. 2020
2

Pour ma part, en dessous d'une certaine taille (je dirais entre 60m² et 75m² suivant le bateau et le type de spi), la chaussette me gène plus qu'autre chose, et je trouve plus pratique une bonne baille à spi.

03 fév. 2020
0

Bonjour
mon spi tri radiale fait 117 m2 je navigue en solo avant je l'affalais à l'ancienne derrière la grand voile maintenant j'utilise des chaussettes pour le spi et le Gennaker confort de manœuvre et garantie sans accrocs . Par contre c'est vrai qu'une bonne chaussette c'est cher environ 500 € / unité

03 fév. 2020
1

J'ai un pote qui s'en est fabriquée une avec un vieux spi et une cuvette de chiottes. C'est artisanal, mais ça marche étonnamment bien.

03 fév. 2020
0

Sympa les vidéos et conseils
J'avais l'habitude de spier assy avec mon ancien canote .
Je mettais le sac à spi avec cerceau entre le balcon de mât et le mat.
C'était très pratique pour l'envoi et l'affalage de la chaussette ( 135 M2)
Maintenant j'ai un roof en sifflet .
Je viens de fabriquer une baille à spi pour clipser sur filières .
Maintenant , comment organisez vous les manœuvres pour pouvoir les effectuer en solo ???
Comment disposez vous votre accastillage ?
Merci

04 fév. 202016 juin 2020
1

Moi je trouve ces échanges sympa. J'ai rencontré un ami au Brésil qui n'utilisait jamais son tangon en solitaire. Il était pourtant venu de France avec son voilier. En une demi-heure en mer on a réglé ce problème.
Donc tant pis pour les prétentieux qui savent tout faire, moi je félicite ceux qui n'ont pas peur ni honte de poser des questions. J'ai vendu mon dernier bateau à un gars qui n'avait jamais fait de voile.
Ce qui compte c'est d'avoir des rêves dans la tête et assez d'humilité pour savoir dire "j'sais pas faire, tu peux m'expliquer?"
"Dessine-moi un mouton" çà marche aussi...

Voici mes conseils de non-régatier, croisière rapide-sécurité. On parle plutôt de spi asymétrique. En symétrique ce n'est pas très différent sauf que tangon doit être en place et le bras de spi (point d'amure) doit impérativement pré-réglé ainsi que les hale-bas et hale-haut(impératif).

Concernant l'accastillage et la manoeuvre en solo.
En spi Asymétrique l'accastillage peut se limiter à Rien du tout.
Je conseille quand même une poulie ouvrante pour assurer un barber (à fixer sur le rail de largue par exemple) et régler la hauteur du point d'écoute. Je conseille vraiment d'avoir une ou deux poulies ouvrantes sur un voilier. C'est cher, on peut les remplacer par un système bricolé, mais c'est indispensable).
Pour le reste tu utilises ton winch de génois à l'arrière et à l'avant tu utilises... ce que tu as...
Pour le réglage de l'amure çà va du système le plus simple (même un peu simpliste) que j'ai très très souvent utilisé qui consiste à fixer une poulie sur la delphinière ou la pièce d'étrave et de ramener le bras sur un taquet situé sur la plage avant. Si on prend soin de faire un tour mort sur le taquet, on pourra ensuite faire des réglages fins sans problème. Quand on a l'habitude, et qu'on n'est pas en régate, on ne règle pas le point d'amure toutes les 5 minutes.
C'est tout bête, çà ne t'empêche pas de régler ton point d'amure, et çà ne coûte pas cher (rien...).

Le système pro consiste à faire la même chose mais en faisant circuler le bras jusqu'à l'arrière. Quand c'est possible ramener le bras à un winch sur le roof par un passage le plus droit possible. Cà suppose un système quelconque de poulie à la hauteur du pied de mât pour empêcher que le bras soit à 30 ou 40 cm du pont (danger). Ici tu as un exemple de renvoi depuis la plage avant au dessus du roof (voir photo, désolé je n'ai pas trouvé mieux). Cà peut vite devenir compliqué et coûteux.

Concernant la manoeuvre, c'est hyper simple, sans danger et çà doit marcher à tous les coups. Il n'y a pas de grande différence entre le faire en solo ou en équipage sauf qu'en équipage chaque phase de la manoeuvre est exécutée par quelqu'un de différent. Seule réelle différence, les quelques secondes gagnées à reprendre l'écoute une fois le spi hissé. En solo il faut le temps de revenir de la plage avant.

Le seul point important (qui peut faire rater la manoeuvre s'il n'est pas respecté): L'écoute doit être entièrement larguée et libre, avec un noeud d'arrêt pour qu'elle ne sorte pas de sa poulie à l'arrière.

Deux phases bien distincte à faire TRES calmement.
1 hisser to spi avec ou sans chaussette jusqu'à ce qu'il soit à bloc et flotte en drapeau. Je répète attention à ce que l'écoute soit libre... Rester calme. Le spi faseye, laisse le faire.
2 Te rendre à l'arrière et régler ton spi, en prenant ton temps.

Vérifier (bien vérifier) le passage de tes bras et écoute. Cà a l'air con, mais si ton écoute passe entre les filières au mauvais endroit, te voilà dans la galère. Placer ta poulie ouvrante sur l'écoute pour régler la hauteur du point d'écoute. Pour éviter que ta poulie ouvrante frappe sur la coque pendant la manoeuvre (l'écoute va fouetter) assure là sur la filière avec un élastique qui la maintien au dessus du rail de fargue.

Ton spi est en drapeau sous le vent, hissé à bloc. Tu ne risques rien et ton spi non plus à condition que l'écoute soit entièrement libre. Si ce n'est pas le cas le vent va prendre dans la toile et là tu es sûr de perdre le match.
Donc le premier objectif se limite à hisser le spi à bloc. Ne pas penser à autre chose. Ensuite tu déroules calmement.
Pas la peine de le laisser faseyer trois heures non plus :) mais tu as le temps de bien assurer ta drisse au taquet (je parle de manoeuvre au pied de mât. En solo c'est ce que je conseille. Inutile de faire des aller-venues entre l'arrière et l'avant au risque de se prendre les patogas dans une poulie de rail de génois...

Une fois ceci admis, décompose ta manoeuvre:

  • Préparation: bien régler ton amure avant de hisser.

  • place ton bateau entre 120 et 140° du vent.

  • Hisser à bloc et assurer la drisse. Ton spi flotte sous le vent, en drapeau. Il ne peut rien t'arriver.

  • Et là calmement, sans précipitation, tu pars à l'arrière reprendre l'écoute de Spi puis régler le barber.

Pour affaler:

Par temps de demoiselle, pas de problème, le spi va tomber tranquillement sur le pont , ou presque.
Si le vent a commencé à monter, le risque c'est que ta chaussette parte sous le vent. Il faut donc contrôler plus sérieusement la descente du spi en la freinant et en reprenant la chaussette au fur et à mesure qu'elle descend. C'est assez facile puisque plus la manoeuvre avance moins la chaussette offre de prise au vent...

Sans chaussette c'est assez facile également. Mais c'est un peu plus stressant. Il faut accepter qu'éventuellement le spi parte au ras de l'eau. Attention au noeud d'arrêt en bout de drisse.... La vitesse d'exécution sera primordiale.

Voici voilà. J'espère n'avoir pas étalé ma science. J'en appelle à tous pour contribuer à compléter ce post... Bises

04 fév. 202004 fév. 2020
0

désolé d'avoir froissé quelques participants avec ma blague sur la chaussette de spi et sur les vrais marins va-nu-pieds, mais bon ...
reprendre un fil de Juin 2014 sur "chaussette pour spi de 60m2 ?"
ou on avait fait le tour de cette question précise
pour en faire un tuto en 2020 sur la technique de la chaussette
avec spi de 120m2 et la navigation en ciseaux au grand largue,
ça prête à confusion, il serait peut-être plus simple d'ouvrir un nouveau fil pour ce nouveau sujet-tuto au demeurant fort intéressant et richement documenté par magalyanne.
à noter le plaisir d'avoir vu une excellente vidéo de "Le-Sauvage"
et de connaître sa chaîne "le voilier Imagine en voyage" qui agrémente d'un peu de légèreté et d'insouciance les sujets techniques les plus ardus.
=> <=

04 fév. 2020
0

Ce qui m'intéresse surtout c'est l'emplacement de l'accastillage avec un roof en sifflet où l'on ne se ballade pas impunément debout .trop dangereux !!
Il faut donc ramener pas mal de choses au cockpit pour affaler sans danger la chaussette.Merci

04 fév. 2020
0

@lolapo
OUPS, je vois:
Je laisse la réponse à quelqu'un d'autre.
Pas facile de t'aider sans connaître le bateau, le plan de pont etc...
C'est un sifflet brutal ou doux. C'est quoi comme bateau?

04 fév. 2020
0

Ok , roof en sifflet bien arrondi dans tous les sens qui va presque jusqu'à l'étai de trinquette.
Il faut pouvoir affaler en douceur dans la baille à spi qui serait au niveau du mât , dans les passavants.
Peut être un retour de la drisse qui irait du cockpit vers l'avant du mât ??

04 fév. 2020
0

@lolapo, si ton bateau et ton spi ne sont pas trop grands, tu peux mettre la baille dans la descente, et récupérer ton spi en le faisant passer sous la bome.
Sur le passavant, ça marche aussi, moins de risques de déchirure mais tu dois te déplacer.
En solo, pour freiner la descente du spi, j'attache un parebat à la drisse et je balance à l'eau.

04 fév. 2020
0

Bonsoir,

pour affaler facilement un spi sans chaussette, une astuce que m' avait appris un équipier il y a quelques années:
hisser ou dérouler le génois, le border au max, border ensuite la contre-écoute de génois, larguer le bras, attraper l' écoute de spi par dessous la bordure du génois, entre cette dernière et la contre-écoute, larguer la drisse de spi et récupérer ce dernier par dessous la bordure du gègène jusque dans la descente.

La version dérivée étant de frapper un bout avec mousqueton sur l' écoute de spi, ce qui pernet de TOUT faire depuis la descente, génial en solo.

Çà marche super bien et çà a aussi l' avantage de ne pas risquer d' accrocher le spi dans les bdf, qui sont "protégées" par le génois.

Le "petit" problème pour moi, c' est que depuis que j' ai fait une superbe casquette rigide sur ma descente, je suis maintenant obligé de le faire sur le passavant et c' est parfois moins évident.

Gorlann

04 fév. 2020
0

Avec. 140 m2 , je ne me vois pas brasser le tout dans le cockpit.
Comment font ils sur les Figaro ?

1

Bon, allez on se dit tout maintenant..

Autant je n'ai pas de chaussette pour le spi léger et medium, autant j'en ai commandé une pour le spi lourd... Mon maitre voilier (UK-Sails) en fabrique des relativement légères (sans le gros avaloir en polyester) et pour mon programme (solo océanique), je me dit que de pouvoir étouffer le spi lourd en cas de grain et de nuit, ce n'est pas un luxe excessif.. on peut juste descendre la chaussette, en gardant tout à poste et la relever après que le grain soit passé.. cela me semble être plus intéressant qu'un affalage en mode express et puis un renvoi.. par contre, je vais bricoler une solution avec un retour au cockpit..

0

Bon, allez on se dit tout maintenant..

Autant je n'ai pas de chaussette pour le spi léger et medium, autant j'en ai commandé une pour le spi lourd... Mon maitre voilier (UK-Sails) en fabrique des relativement légères (sans le gros avaloir en polyester) et pour mon programme (solo océanique), je me dit que de pouvoir étouffer le spi lourd en cas de grain et de nuit, ce n'est pas un luxe excessif.. on peut juste descendre la chaussette, en gardant tout à poste et la relever après que le grain soit passé.. cela me semble être plus intéressant qu'un affalage en mode express et puis un renvoi.. par contre, je vais bricoler une solution avec un retour au cockpit..

Pour les autres cas, j'ai installé deux bout de part et d'autres de la descente et qui permet d'avancer le sac dans le carré. Quand j'affale, je tire le sac à moi et c'est très facile de mettre le spi dans le sac, lui ci restant bien ouvert. C'était comme cela sur le class 8 et je l'ai donc passé sur les autres bateaux ensuite.

05 fév. 2020
0

Ne pas affaler la chaussette :hum , hum ...
Si t'as un grain à 30 -35 NDS ça risque que de secouer le gréement par le garage de la chaussette.
A la place de l'avaloir en polyester ,que mets tu ???

05 fév. 2020
0

Attention quand même à la difficulté de descendre la chaussette par vent fort.
Cela m'est plusieurs fois arrivé aux alentours de 25 noeuds de vent, la seule solution étant de larguer l'amure, le spi se mettant ainsi en drapeau.

06 fév. 2020
0

J’ai rentré mon asymétrique par 35 nds sans problèmes particuliers. Nous avions été un peu surpris par un renforcement soudain du vent. Le plus important est de bien se mettre au grand largue, de façon à ce que la GV masque bien le spi.

06 fév. 2020
0

par vent fort, avec mon assy, avant de l étouffer, je le borde presque à plat et me met plein cul.
l assy est completement devente par la gv, la chaussette descend sans difficulté, l ecoute de spi n est choquée qu à la fin pour la bonne descente de la chaussette.

sous genack, la meme pour rouler la voile en donnant du mou à l ecoute au fur et à mesure de l enroulement

enfin, jamais de spi sans gv par securite !

le genois belge enfin, un truc de figariste, vous imaginez un petit genois sur l etais, vous gardez les trois bordures de la voile et pas de toile au milieu, juste 2 ou 3 bandes de tissus horizontales qui traverse la voile.
le but unique, empecher les cocotiers !

06 fév. 2020
0

sur notre 7.5m (spi asymétrique 75m2), depuis que nous avons une baille à spi rectangulaire de bonne dimension ( www.sosails.com[...]ng.html )

nous accrochons la baille dans la descente (4mousquetons) et affalons derrière la bôme. C'est très pratique.

Comme sur cette video mais la baille reste grande ouverte dans la descente.

06 fév. 2020
0

J'étais tombé sur ce site : tangons pour génois. (whisker pole)
www.forespar.com[...]s.shtml
Quelqu'un connait?

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

dans le port de Pollenca aux Baléares

Après la pluie...

  • 4.5 (170)

dans le port de Pollenca aux Baléares

mars 2021