Changement de voile d'avant

Bonjour,

Je voudrais connaître les différentes techniques pour changer une voile d'avant en navigation lorsqu'on n'a pas d'enrouleur.

Je suis sur qu'il existe différentes méthodes, reste à savoir lesquelles.

Quel est l'avantage d'un étai creux ?

Merci

L'équipage
06 mar. 2006
06 mar. 2006
0

Premier avantage...
Pour peu qu'il ait 2 gorges...envoyer une voile sur l'autre : plus facile à envoyer (pas de fassayage à outrance, "prêt à border") , plus facile à affaler (puisque la dite voile est "sous le vent" de celle que tu viens d'envoyer).
Deuxième avantage : la bonne voile du temps, presque toujours (plutot qu'une voile roulée, sans forme,au bord d'attaque abominable, avec un centre de poussée très mal placé).
Inconvénient : on se mouille !

Amuse toi bien pendant les entrainements d'hiver.... ;-)

06 mar. 2006
0

-
Petite question qui change tout.
T'as un etai classique en cable ou c'est un etai creux tuff luf comme le suggere arny ?

06 mar. 2006
0

en suivant
pas beaucoup de technique :

  • soit tu endrailles la seconde avant d'affaler la première, mais faut récupérer écoutes et drisse à un moment donné (donc on peut faire des étapes intermédiaires avec l'écoute au vent en premier mais c'est plus inconfortable pour mettre la deuxième écoute),

  • soit tu affales la première, puis endrailles la seconde et y a pas d'étapes intermédiaires, écoute et drisse en même temps

pour moi, fo y allait au plus rapide donc deuxième solution, car c'est toujours très inconfortable pour l'équiper qui est à l'avant

surtout que si tu dois diminuer la voile, c'est que tu as trop de vent donc ta voile actuelle est trop grande donc elle t'amène plus d'inconvénients que d'avantages donc autant l'affaler au plus vite

AMHA

cordialités maritimes
larent le hareng

06 mar. 2006
0

autre solution que je vai suivre
rajouter un deuxieme etai parallele au premier, sur les memes axes, tendu avec un palan et relié avec du boute exotique( ainsi l un ou l autre peut etre tendu ou non )

Tu peux ainsi laissé endraillé deux voiles coup sur coup, il faudra juste changer les ecoutes et la drisse pour renvoyer

06 mar. 2006
0

En réponse à Fdm
j'ai un étai classique.
Si je comprends bien l'étai creux est idéal. Mais cela impose d'avoir 2 drisses et 2 jeux d'écoutes, non ?

06 mar. 2006
0

pas de technique
mais quelques éléments de réflexion. si tu es en solitaire un pilote auto garderas le cap, sinon il faut trouver un point d'équilibre. Pour affaler tu iras au pied de mat et si tu as gréé une ligne passant du point de drisse au point d'amure du foc avec une longueur suffisante tu pourras depuis le mat affaler le foc, sinon il a tendance à rester a mi hauteur.Bien sur il est préférable d'endrayer le nouveau foc entre la cadène d'amure et le premier mousqueton du foc en place, mais il est utile de mettre un raban dans le balcon qui permettra d'étouffer et fixer la voile que tu enlève. Pour les écoutes il faut savoir si le foc plus petit utilise les mêmes filoirs que le plus grand. Ce n'est pas toujours le cas. AMHA on gagne en confort en investissant dans un deuxième jeu d'écoute gréé directement sur chaque voile et que l'on prépare avant de quitter le cockpit. enfin il est préférable de ne pes trop attendre pour réduire, sauf si on est en équipage bien sur. Bon entrainement à la manoeuvre.

07 mar. 2006
0

Ma petite expérience
Bonjour,
Personnellement, je ne conseillerais pas un était creux car la ralingue de la voile doit être adaptée au diamètre du creux et il faut avoir un dispositif efficace de présentation de la voile dans la gorge. En général, on utilise des couilles de chat, la difficulté est de bien les positionner . Quand on change de voile les conditions ne sont pas top, et si cela coince ….on est dans le caca. Pour moi rien ne vaut un était avec mousquetons. J’utilise les deux méthodes décrites par Laurent, en fonction des conditions de mer, de vent et d’allure « ( prévoir un système de sandow pour plaquer les voiles sur le pont) Avoir une deuxième paire d’écoute n’est valable que si elle est déjà en place, ce qui impose d’avoir deux aval tout sur chaque rail de foc. Changer le point d’écoute ne prend que quelques secondes en utilisant une erse à bouton.
Jusqu'à présent, j’ai toujours eu la chance de naviguer en double ce qui me permet de bien me concentrer sur ces manœuvres sans m’inquiéter de la marche du bateau, et si les conditions sont trop difficiles (mauvaise estimation de l’évolution de la météo ) il est possible de faire celle ci au portant, ce qui permet d’avoir un triangle avant plus stable, d’être plus rapide avec une meilleur sécurité. Mais il faudra refaire le chemin perdu !

02 sept. 2006
0

Glénan 1971
Cette opération ne doit être effectuée qu'équipé d'un harnais et d'une longe sur la ligne de vie.

1°) décrocher le 1er mousqueton au dessus du point d'amure de la voile d'avant qui est établie.

2°) endrailler sur l'étai, dans l'ordre et dans le bon sens oeuf corse, tous les mousquetons de la nouvelle voile d'avant sur l'étai dans l'espace libèré par le décrochage du mousqueton.

3°) si il existe un second point d'amure, fixer le point d'amure de la seconde voile sur ce second point sinon passer au point suivant

Durant toute cette manipulation, la voile reste établie et la manipulation se fait en relative sécurité avec la voile établie comme "garde fou".

4°) affaler la voile d'avant.
2 solutions :
- vent debout ou masquée légèrement à contre
- ou alors guidée par une sorte de "lazy machin" qui empèche la voile d'avant de se vômir à l'extérieur des filières.
En ce qui me concerne, j'utilise la seconde méthode : c'est une patte d'oie d'environ 2,5 m de haut fixée pour l'occassion par deux petits mousquetons à la filière sous le vent de la voile d'avant et dont les pattes sont écartées de environ 2,5 m, hissée provisoirement par la drisse de spi (mon canot est un first 25). J'établis la patte d'oie en même temps que je prépare le changement de voile d'avant.

Arrive la partie "rock 'n roll". En ce qui me concerne, je glisse les cuisse sous les deux voiles (par exemple celle à oter à gauche et celle à établir à droite), ce qui me permet d'immobiliser à peu près le corps et de disposer des deux mains :

5°) décrocher le point de drisse de la voile à oter et le fixer sur la voile à établir.

6°) si le point d'amure n'a pas été fixé en 3°, fixer le point d'amure de la voile a établir à la place de la voile à oter.

7°) décrocher le point d'écoute de la voile à oter et refixer sur la voile à établir.

8°) décrocher un à un les mousquetons de la voile à oter et les fixer en attente sur la filière (ça évite de perdre la voile...). Cette opération est nettement facilitée si on a pris la précaution d'inverser le sens des mousquetons entre voiles de grammages successifs (genois à droite, inter à gauche, foc à droite etc...)ce qui évite les confusion dans le p'tit merdier qui occupe le bas de l'étai à cet instant précis.

Fin de la partie "rock'n roll".

9°) établir la nouvelle voile.

une fois que tout est établi, faire le rangement de l'ancienne.

Attention à ne pas oublier de faire cette manip avec une combinaison "gros temps" (on enfourne plus face à la vague quand on est en train de faire le singe au pied de l'étai et quand on réduit....c'est souvent gros temps).

Si on utilise la cabine avant comme soute à voile et que l'accès en mer se fait par le panneau, ne pas oublier de refremer hermétiquement le panneau avant de procèder au remplacement de la voile (voir motif juste au dessus. L'eau a une nette propension à viser l'ouverture....)

Epicétou.

C'est long à expliquer, mais en pratique c'est simple et sans grande difficulté. La manoeuvre est effectuée en marche au près. Sous cette allure, le bateau est autostable avec ou sans voile d'avant (si il remonte trop le lit du vent il se dévente et abat seul vert la position naturelle vent de travers, lorsqu'il est reventé il reprend sa gite et loffe etc...).
Je navigue en permanence en solitaire et c'est cette méthode que j'emploie.

02 sept. 2006
0

focs et tourmentin
ont chacun un "cable" cousu dans la voile (qui rouille d'ailleurs; c'est pas beau) en guise d'etai le long du bord d'attaque en plus des mousquetons (excusez si ce n'est pas le bon jargon).
est-ce cela peut me dispenser d'endrailler ces voiles sur l'étai ?
ce serai drolement pratique, mais j'ai pas encore osé essayé...

jacques qui se pose des questions

02 sept. 2006
0

non, pas du tout
Le cable cousu dans les voiles ne dispensent pas de mettre les mousquetons.
Il suffit de faire un essai avec pas trop de vent.
Le foc ne tiendra pas correctement.

03 sept. 2006
0

dommage
et merci de l'info.
tu as raison, je pourrai tester dans le petit temps

jacques qui a eu sa réponse

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

L'enfer ou le paradis….

Après la pluie...

  • 4.5 (52)

L'enfer ou le paradis….

mars 2021