Changement de nom d'un bateau...?

Bonjour à tous, ma question ne se résume pas à la démarche administrative, vous vous en doutez bien. Non, en fait afin de respecter la tradition, le bateau et son futur capitaine, j'aimerai connaitre tout le déroulement de la cérémonie, ou des étapes à respecter, sachant que bien entendu, on ne change pas le nom d'un bateau, enfin c'est ce que tout le monde dit !!!
Merçi d'avance de tout vos conseils éclairés. :-D

L'équipage
01 nov. 2005
01 nov. 2005
0

le plus important
c'est de faire disparaitre toute trace de l'ncien nom.. absolument toute trace!
pas seulement bien sur les restes de peinture delavée sur le tableau arriere, mais les papiers et objets variés ou le nom ancien et maudit apparaitrait (vieux journal de bord, gilets marqués au feutre indélébile, cartes marines, factures, etc)

c'est trés trés important! sinon les dieux seront indécis , entre le bateau qui n'existe plus et celui qui existe , et risquent de faire disparaitre celui ci (le premier nom) en croyant bien faire, alors qu'ils suppriment le second, suite a une malheureuse erreur de lecture

heu, c'est clair?

01 nov. 2005
0

et quand tu aura fait tout ce que michel t'explique
et que ton bateau est a l'eau , alors laaaaaaaaa
sabre le champ!!!!!!!!!!!!! ;-)

01 nov. 2005
0

et quand tu aura fait tout ce que michel t'explique
et que ton bateau est a l'eau , alors laaaaaaaaa
sabre le champ!!!!!!!!!!!!! ;-)

01 nov. 2005
0

il faut aussi "croiser le serpent":
le jour du baptême, tu va sur l'eau avec ton boat et celui d'un pote qui passe plusieurs fois dans ton sillage avec son bateau pour conjurer le mauvais sort...

01 nov. 2005
0

certains pensent aussi et c'est pas + bete qu'il faut
aller sur la plage avant avec le doigt droit dans le nez et le gauche dans le derrière et revenir dans le cockpit en inversant ;-)

il parait que ça marche bien

en tout cas ça coute rien d'essayer

amicalement

01 nov. 2005
0

Dégoutant...
Beurk, le doigt dans le nez...

01 nov. 2005
0

Le serpent
Tiens, je croyais qu'il fallait croiser son propre sillage par trois fois, et non le faire faire par un tiers.
Quelqu'un a un avis?

01 nov. 2005
0

je me suis peut-être trompé
tu coupes trois fois ton sillage avec ton propre bateau et le deuxième bateau sert de témoin ???

01 nov. 2005
0

oui
c'est franz qui a raison.
selon la tradition, recouper 3 fois son propre sillage (ce qui suppose d'en laisser un visible, et d'avoir assez de place)

Quant à dire qu'il faut y croire, c'est un autre débat...

01 nov. 2005
0

Moi j'y crois pas, mais...
Je m'y tiens.
Il me semble qu'il ya avait un fil fourni à ce sujet.

02 nov. 2005
0

Le plus important
faire un efête avec les copains

mais tu le savais déjà

MichelR

02 nov. 2005
1

baptême du CHOM AN DOUAR
Et bien nous nous avons invité un dimanche le curé de notre paroisse, on a bien cassé la croute à la maison . On avait aussi invité la maraine de notre bateau, une voisine et amie couturière qui nous a refait les housses de tous les coussins. Et puis on s'est retrouvé au ponton et on est allé jeter l'ancre un peu plus loin. Notre prêtre et ami m'a demandé de lire un passage de la bible, je ne sais plus si c'étais Jonas ou bien la tempête appaisée, puis il a béni le bateau avec un rameau de laurier palme et de l'eau bénite qu'il avait apportée. De mon coté j'étais allé chercher de l'eau dans une bouteille en forme de Sainte Vierge ramenée de Lourdes à la fontaine de la chapelle "Notre Dame de Bon Secours" (bénédiction des bateaux le 15 aout chaque année, heure selon la marée, messe à 10h15 en français, latin et breton ). Puis il a dit des belles choses que j'ai oubliées à propos de bateaux. Bien sur une bénédiction ça ne remplace pas un bon entretien du bateau, ni un armement de sécurité en bon état, ni de prendre la météo . Quand je tombe sur le rameau de laurier palme desséché et la bouteille en forme de Sainte Vierge avec son restant d'eau bénite oubliés au fond d'un coffre, ça me rappelle une bonne journée, des amitiés et qui sait si ça ne sera pas utile un jour, surpris dans le gros temps ?
C'est notre troisième bateau d'occasion et à chaque fois nous avons donné un nom bien à nous à nos bateaux.
Je ne connaissais pas "croiser son sillage trois fois" mais je vais réparer ça, ça ne peut pas nuire !
Je me régale à l'avance des hurlements et moqueries de certains matelots qui bouffent du curé mais la mer, c'est comme le désert ou la montagne, devant l'infini on se fait humble et on peut accepter qu'il y ait quelque chose au dessus et après.
Un matelot croyant.

02 nov. 2005
1

Superstistieux ?
Comme dit Hubert Reeves, "je ne suis pas superstitieux, ... ça porte malheur", :-)

19 déc. 2016
2

excuse moi un peu en retard ( post ouvert recement ) , je préfére tirer un coup la marraine et embrasser le feu ..

04 nov. 2005
0

Merci à tous...
En faisant un mélange de tout ce que vous racontez et une info de dernière minute sur un ponton, j'en arrive à la cérémonie suivante.
1) effacer toutes traces de l'ancien nom du bateau.
2) Partir en mer avec la marraine du bateau, une bonne bouteille de champ, éventuellement le curé..et un fusil.
3) faire des huit consécutifs afin de couper trois fois son propre sillage et à la dernière coupe, tirer un coup de feu, embrasser la marraine et sabler le champagne...et bénir le bateau.
Ca me plait assez comme cérémonie, mais il ne faut pas être manchot pour tout faire dans la foulée....

Vincent.

05 nov. 2005
0

Ca me plait
Je ne suis pas très amateur de curés, mais ce que j'admire, c'est de savoir créer une autre dimension autour de ce qui n'est jamais que quelques bouts de matières assemblées entre elles. Lorsque nous sommes dessus, que le vent nous pousse et qu'on regarde l'horizon, cet objet appelé bateau est bien plus qu'un simple truc flottant. Nous rêvons, nous nous impregnons de d'un peu de ce mystère de la vie, et nous nous ne tardons pas à voir dans les nuages, la forme qui nous guide ou qui nourri notre pensée d'autre chose que de nos petits tracas sur terre.
Alors oui, une petite cérémonie, curé, rabbin, ou simplement un temps de réflexion, sur le but de notre départ, et ce qu'on laisse sur le quai, au plus profond de nous.

Amen
;-)

05 nov. 2005
0

pour mon compte......
j'ai repeint le nouveau nom du navire,le matin du jour de sa première sortie,puis avec une bande de joyeux gaillards nous sommes partis,un fois sous voiles,j'ai servi 4 coups à boire un pour chacun d'entre nous,puis nous avons trinqué et le quatrième a été offert à Eole,et Neptune.
ceci étant fait,nous avons recoupé le sllage trois fois,comme il convient.
Je dois reconnaitre,que mes deux équipiers étaient bien surpris de la tournure des événements,n'ayant jamais vû celà à Mortagne/gironde,un peu comme si j'étai l'extra terrestre qui débarquait!!!! ;-).
cordialement,jacquot

05 nov. 2005
0

j'ai oublié de dire
que le plus important était que ça se fasse dans la bonne humeur!!!!!!!!!

05 nov. 2005
0

surtout c'est
de bien l'arroser avant de prendre la mer, pour qu'il accepte son nouveau patron.
Jeff

05 nov. 2005
0

Attention aux détails...
Sabrer le Champagne, c'est bon. Il faut noter cependant que depuis que l'Admirals Cup n'est plus soutenu par Mumm, il se peut que Neptune serait plus content qu'on lui offre le produit d'une autre compagnie!
(Nous avons utilisé du Rum Mount Gay - ça a très bien marché.)

1

dites
c'est bien gentil tout ça...
mais enfin, justement, c'est bien gentil!

or la mer est brutale. Je pense qu'il n'est pas sage de laisser un bateau s'y aventurer sans au moins moulte libations et sacrifices de vierges
:alavotre:

07 nov. 2005
0

la débaptiser me contrarie...
Sans vouloir tomber dans la superstion, cela m'ennuit de donner un autre nom à notre bateau. Vivant dans un pays où les langues N/S se mélangent, ça m'agace rudement quand on m'appelle, Christine (le son Christiane étant dévolu au genre masculin). Au début, Santa Marta m'agaçait, puis je m'y suis faite. (Avec ses formes pleines, je trouve qu'il lui colle bien). Je serais curieuse de savoir pourquoi le premier proprio avait choisi ce nom "Santa Marta" (un Espagnol, certainement un catho si j'en juge l'adjectif qui me dérange, peut-être même un Franquiste bien facho, beurk!). Le second, un Suisse protestant luthérien n'y avait pas touché. C'est bien le diable (si vous me permettez l'expression), si nous ne gardons pas, nous aussi, ce nom. Je viens de regarder dans le dico, qui était Marthe (pardonnez-moi, mais j'ai oublié mes 8 ans de pension en couvent !): soeur de Lazare, le résuscité (celui qui renaît)! Voilà qui est intéressant et prometteur. Et puis Marthe, c'est smart, dit ma petite nièce ! Mon compagnon, éduqué en milieu anglican, mais d'obédience boudhiste (non religieuse, mais philosophique), se rebiffe. Je lui fait remarquer que Bouddha était super cool et ne s'attachait pas aux détails matériels : ça passe mal... pour l'instant. Moi, j'aime bien donner des noms aux objets familiers, du genre, fourneau, casserole, voiture, etc... Une façon de personnaliser un environnement et de faire court. C'est quand même plus rapide de dire : "utilise Lily" que d'expliquer "prends la plus petite casserole sur le rayon à gauche à la porte du milieu ! Non ?

07 nov. 2005
-1

ah ces traditions.....!
Si j'ai bien compris pour les 2 opérations : débaptiser et rebaptiser le bateau ,il faut s'envoyer la marraine en mer ,ou en l'air (à préciser?),et embrasser le goulot de la bouteille de champagne ?
Cela me parait un peu simple compte tenu que la tradition imposait il y a encore peu de temps ,de couper 3 fois son propre sillage , aprés avoir tiré un coup de canon , et libérer au même moment une mouette à une seule patte , que l'on trouve ,comme chacun le sait , uniquement sur l'Ile du Dahut.
Moi je regrette que les traditions se perdent de nos jours , aussi les incidents et catastrophes maritimes sont de plus en plus nombreux , car sans être supertitieux , débaptiser et rebaptiser un bateau c'est une opération risquée et grave ,qu'il ne faut pas prendre à la lègère.
Pour ma part je respecterai à la lettre les traditions , de manière à être plus tard tranquille .

07 nov. 2005
0

prétendre qu'il est sage et traditionnel de boire un coup
dans un monde où une bonne partie de la population navigante n'a pas le droit de boire de l'alcool me parait un brin égoïste.

je préfère la tradition concernant la marraine, l'abstinence dans ce domaine étant beaucoup moins propagée sur la planète :-D

amicalement

07 nov. 2005
0

et les 3 coups de canons ?
Moi je vais changer le nom du bateau que je viens d'acheter et le changer de pavillon français -&gt belge. Je connaissais la tradition de couper son sillage mais je compte bien suivre cette tradition également qui consiste à tirer 3 coups de canons 'je vais utiliser un petit pistolet de départ de régate'

07 nov. 2005
0

Couper trois fois le sillage...
Et trois coups de canon, heu...Les trois en même temps...ou un coup à chaque sillage coupé ? La tradition reste vague...(héhéhé!) Mais on progresse.. ;-).

0

petit texte retrouvé au détour...
Procédure pour rebaptiser un bateau.

Collection de choses à faire selon un grand nombre de sources. Chaque source n’émet qu’une partie de ces procédures.

D’abord, il y a un nombre d’éléments qui doivent être présents :
- Une invocation aux divinités de la mer,
- des remerciements pour avoir protége le bateau sous son ancien nom,
- Une supplication pour l’avenir
- Un baptême ou une dédicace
- Et enfin, bien entendu, une libation

Avant toute autre chose, toute trace de l’ancien nom doit être ôtée du bateau, sans oublier les bouées, gilets et bien sur, le logbook. Sur la coque, le nom doit être poncé, repeindre par dessus ne suffit pas car il subsiste sous la couche… très important, ne pas poser le nouveau nom sur le bateau avant la cérémonie de débaptème.

« Au nom de tous ceux qui ont navigué sur ce bateau dans le passé, et pour tous ceux qui monteront à bord désormais, nous invoquons les dieux anciens des vents et des mers.

Puissant Neptune, roi de tout ce qui est sur et sous les flots, Puissant Eole, gardien des vents et de tout ce qu’ils meuvent, Nous rendons grâces d’avoir permis à ce navire d’arriver jusqu’à nous sain et sauf, de lui avoir accordé refuge des tempêtes et bons vents et belles mers.

Ce jour, nous implorons humblement que le nom « … » soit rayé et ôté des grands registres, afin que ce navire puisse vous être présenté sous un nom nouveau, soit reconnu et reçoive les mêmes privilèges et protections que dans son existence passée. »

Qu’il faille recouper son sillage, tout le monde est d’accord. Pour certains trois fois, pour d’autres, une fois suffit. Il s’agit de montrer aux divinités de la mer que l’histoire du bateau se coupe et entame une nouvelle séquence. D’autres disent qu’il faut culer, de préférence sous voile qu’au moteur, et faire une libation en enlevant l’ancien nom, pour ensuite refaire route et refaire une libation au nouveau nom.

Certains disent qu’on ne peut changer qu’une syllabe du nom, ce qui oblige à procéder à un grand nombre de cérémonies pour passer de « Rêve de Révolution sanglante » à « Tyrans d’Eaux ».

A chaque cérémonie, il conviendra, selon les sources, de tirer une salve au canon, de baptiser le bateau (ou l’intérieur de son équipage, ou les deux) avec un liquide noble, soit salé, soit pétillant. Sacrifier une vierge est toujours une option, mais certains se contenteront d’une chèvre, éventuellement d’un chien avec un chapeau…

Enfin, des idées moins répandues parlent d’écrire le nom du bateau sur un parchemin et de l’immerger ou de le brûler.

08 nov. 2005
0

si j'ai bien compris
si j'ai bien compris ,il faut tirer 3 fois la marraine chaque fois qu'on coupe son propre sillage?
Ca doit pas être facile de faire tout ça , tout en tenant la barre d'une main...

11 nov. 2005
0

Un grand Merçi à Kiwi
:-D et à vous tous bien sûr. j'étais en déplacement et je ne rentre qu'aujourd'hui. La procédure collectée par KIWI me séduit assez, et je pense que je vais l'adopter. Jeudi prochain, première étape, je signe pour devenir propriétaire d'un magnifique feeling 1090, ça me fait tout drôle, c'est mon premier bateau à moi....le rêve prend forme.
Je vais parler au bateau de la procédure de Kiwi et si il est d'accord, nous ferons donc la cérémone, fin décembre ou début janvier, avec la nouvelle année. Merçi encore pour vos contributions, bonnes navigations à tous.

22 nov. 2005
0

Par hazard...on a du le faire.
Il me semble qu'au premier essai de mon premier "vrai" bateau on a du le faire (un "fox trot", ne rigolez pas svp).

Pour une fois le bateau demandais peu de rénovations, à la première mise à l'eau le responsable de ma nouvelle passion (mon pote, dans le rôle du "parrain"?) était à bord. Naviguant sur le lac du der (je sais là aussi vous rigolez) on avait embarqué quelques bouteille de la production maison en "cuvée folie bergère" (du champagne sans étiquette, c.a.d. à poil).
Une fois sur l'eau on voulais fèter ça avec tous les bateaux que l'on croisait, si les deux premiers on juste rigolé et nous on souhaité un "bon vent" le troisième fut le bon! On met les deux à couple, on paye le coup et on avoue qu'il n'y avait que trois bouteilles à bord... Qu'a cela ne tienne le proprio du bateau rencontré est barman! Il me semble que les deux bateaux on du croiser un certain nombre de fois le sillage vu que la seule chose que je me souvient c'est qu'il on jetté leur skipper (moi) à l'eau histoire d'étrenner une pèche au gros.

Une bien belle journée...javascript:WriteBinette(';-)')
clin d'oeil

22 nov. 2005
0

une précision
Ne sabrez pas votre "péteuse" n'imposte commen! J'en ai enmené 2 à l'hosto car il on fait ça comme des pieds.
Une bouteille fraiche vous évitera de la voir gerber à votre place et de déguiser le pont avant de l'avoir bue (signe de mauvais champagne ou de mousseux).
Le corps de la bouteille est fait de deux coques, trouvez une des deux soudures, suivez là jusque sous le goulot. S'est là qu'il FAUT taper, retirez un peu le muselet et l'habillage du goulot mais concervez ce que vous pouvez. Couvrez là d'un torchon qui ne dégagera que la zone de frappe.

Pour une fois ne buvez pas au goulot, si vous voulez je peut vous apprendre commen faire. Quand vous saurez, piegez vos compagnons qui auron droit à un lavage de narines de luxe! (beurk, mais ça fait toujours rigoler) javascript:WriteBinette(';-)')
clin d'oeil

16 mai 2008
0

autres coutumes...
L’administration permet de changer le nom d’un navire en remplissant les formulaires prévus à cet effet. Mais, la tradition maritime dit que de changer le nom d’un navire porte malheur. Toutefois, si vous voulez tout de même débaptiser votre bateau, et conjurer ce malheur, vous pouvez suivre le rituel suivant : ? Désigner une marraine avenante. ? Afficher, sur le bateau, le nouveau nom à la place de l’ancien. ? Embarquer une bouteille de champagne. ? Sortez en mer, la marraine doit être à bord.Seule avec vous si vous êtes un skipper mâle hétéro.Sinon embarquez un parrain. ? Faites faire un 8 à votre navire.Vérifiez au gps. ? Après que le bateau ait croisé son propre sillage, tirez un coup de fusil dans l’eau, là ou les sillages se croisent. (à blanc c’est plus prudent !). ? Le navire a alors son nouveau nom. ? Embrassez la marraine. ? Débouchez la bouteille de champagne. ? Célébrez l'événement en faisant un bébé à la marraine. Si vous avez embarqué un parrain, c'est votre problème. ? Pour trouver un prénom au bébé nautique, vous pourrez à nouveau ouvrir une bouteille de champagne mais ne tirez pas, même à blanc, dans le berceau! Cérémonie d’origine incertaine, mais pratiquée dans les ports Bretons. :-D

04 avr. 2009
0

ma vision des choses......
pour moi le canon c'est la marraine; donc si je comprends bien je tire la marraine trois fois j'embrasse le canon et je vide un fût de mousseux en coupant le sillage.:
ça va être chaud mais comme on dit, le fut du canon met un certain temps a refroidir.

04 avr. 2009
0

ma vision des choses......
pour moi le canon c'est la marraine; donc si je comprends bien je tire la marraine trois fois j'embrasse le canon et je vide un fût de mousseux en coupant le sillage.:
ça va être chaud mais comme on dit, le fut du canon met un certain temps a refroidir.

04 avr. 2009
0

bien plus simple
il faut, selon la plus pure tradition bretonne, sacrifier une vierge en lui tranchant la gorge au pied du mât. L'ennui est qu'on ne trouve plus beaucoup de vierges ou alors parfois, mais rarement, quand elles ont moins de trois ans.

Les traditions se perdent mon bon monsieur.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Encore la pluie...

Après la pluie...

  • 4.5 (51)

Encore la pluie...

mars 2021