CHAMADE Russie 2009 : La croisière blanche : un bilan

L’aventure 2009 est à son terme, c’est donc le moment de vous proposer un petit bilan de ce périple des trois mers.
D’abord pour dire le plaisir que nous avons eu à découvrir cette partie très sauvage et isolée de la Russie.
Nous y avons rencontré des gens remarquables, ouverts et chaleureux. La présence à bord de notre interprète a considérablement facilité les choses. C’est même une aide indispensable, les anglophones sont rares.
Partout l’accueil fut chaleureux. Partout, tout fut fait pour nous aider et les petits yacht-clubs locaux nous ont réservé un accueil de roi. Pas de problème de sécurité, ni avec le bateau, ni à terre.
Côté autorités, pour la partie maritime, pas de problème. C’est long, très formel mais cordial.
Côté voies navigables intérieures c’est beaucoup plus difficile : Pilote obligatoire à bord (à nourrir et à loger) mais peu au fait des spécificités d’un voilier. Et beaucoup de blocages et d’obstruction de la part de l’autorité du Volgo-Baltisky Kanal, qui manifestement ne souhaite pas le passage de voilier étranger. Ce fut par moment pénible et énervant mais cela n’a pas réussi à gâcher notre plaisir durant cette traversée inoubliable.
(Voir le chapitre FORMALITES ci-dessous)
Côté paysage, c’est juste magnifique entre la toundra du Grand nord, la taïga, les forêts et les lacs de Carélie.
Côté histoire et culture: les sites des Solvetsky et de Kiji sont exceptionnellement riches.

BILAN BATEAU
Peu de problème à signaler cette année. Chamade se porte toujours bien. Tant mieux.
Seuls soucis les balcons pliés lors de la tempête d’Arnöya en avril, mais changés de suite en Norvège, et la jauge de température du moteur qui provoquait des alarmes intempestives suite à un mauvais contact intérieur. Dans les deux cas merci à l’aide efficace et rapide du chantier Alubat pour l’envoi des pièces nécessaires.
Pour le reste, ça baigne ! Et malgré près de 9000 milles en conditions sévères le bateau apparaît toujours comme neuf, ou presque… à l’extérieur comme à l’intérieur.

Une nouveauté : nous avons fait l’acquisition d’une manivelle de winch électrique Magicwinch. Elle fonctionne parfaitement mais elle ne sert à rien !
La motivation de cet achat est le fait que les manœuvres de grand voile (étarquage et prise de ris) demande pas mal de force sur Chamade. Les winchs de roof (Lewmar 28) sont un peu juste, et par conséquent Sylvie aussi !
Mais la Magicwinch n’a pas plus de force qu’elle et bien moins que moi ! Bref ça ne sert à rien. C’est un gros paquet d’euros gaspillé. On aurait mieux fait de mettre un winch plus gros, ce qu’on prévoit désormais de faire prochainement. Au minimum un 40, et pourquoi pas un 44, histoire d’anticiper sur l’arthrose qui nous guette !

Pour le reste, le bilan est le même qu’après l’expédition 2008 au Spitsberg. Le bateau est agréable, performant et rassurant. Le chauffage toujours aussi efficace (nous l’avons vu ce printemps par des nuits à -10°).
Bref même contre 2 barils, on n’échange pas notre baril d’Ovni !

NAVIGATION :
Mer de Barents :
Fidèle à sa réputation, difficile, froide (4° en juin) et capricieuse. Beaucoup de temps gris, de brouillard, mais aussi du soleil.
Le temps change vite et une fois le cap Nord passé, les dépressions se succèdent régulièrement. Nous avons eu soit du tout petit temps, soit 25 à 35 nœuds établis.
Les prévisions météos sont fiables mais à court terme seulement. (48 heures maxi, après c’est juste une vague tendance). Les fichiers Grib du modèle GFS sont bons. Nous les prenions soit par internet sur U-grib ( portable GSM en modem pour la Norvège, Modem clef USB 3G c/o Megafon en Russie), soit par e-mail via Iridium dans les zones non couvertes.
Mer Blanche :
Mer intérieure encore plus capricieuse. Ressemble un peu à la Méditerranée, avec ses longs calmes, mais aussi ses coups de vents soudains. Fichiers Grib GFS bons à 48 heures. Le navtex d’Arkhangelsk ne donne qu’un bulletin très restreint.
Lacs russes :
Immenses, doivent être considérés comme des petites mers. Vagues de 3m en cas de coup de vent. Mais météo assez stable et vents faibles à modérés en juillet et début août. Les gribs GFS toujours bons à 48 heures
Mer Baltique :
Territoire plus connu. Vents d’ouest dominant en août-septembre, mais navigation en eaux protégées la plupart du temps sur la côte de Finlande. Très bonne couverture météo.

Au final, une navigation exposée en mer de Barents, plus facile ensuite, que nous aurons effectuée au 3/5ème au moteur (calme, canaux et lacs intérieurs). Beaucoup de moteur, 400 heures au total cette année.

Cartes et balisage :
Nous avons utilisé cette année Maxsea avec les cartes C-Map, seules à couvrir le nord-ouest de la Russie et les lacs intérieurs.
C-Map Wide : - Russian Federation North West et - Russian Lakes
C-Map Megawide: -North and Baltic Seas
En format c-card avec un lecteur externe associé. Fonctionne bien même si plus lentement qu’avec les cartes raster sur disque dur interne.
Très précises et fiables. Le balisage est complet en mer de Barents. En mer Blanche, plusieurs bouées indiquées sur les cartes n’étaient pas en places. Mais l’essentiel y est. Sur les lacs, le balisage correspond aux cartes. En Baltique tout est au top.

LA RUSSIE AU QUOTIDIEN :
-Avitaillement :
Aucun problème dans les grandes villes (Mourmansk, Arkhangelsk, Petrozavodsk). On y trouve des supermarchés gigantesques où l’on trouve tout (et même plus!)
Dans les petites villes et villages, c’est plus limité :
Choux, patates, carottes sont toujours disponibles. Pour les salades on trouve presque toujours du chou chinois. Tomates et courgettes sont parfois disponibles
Viandes et volailles sont toujours congelés. Volaille partout. Le boeuf est en bloc de 1ère, 2ème ou 3ème catégorie. Tout juste valable pour faire du ragoût. Le porc en énormes tranches ou en côtelettes est de bonne qualité.
-Eau :
Partout on déconseille de boire l’eau du robinet sans la faire bouillir. Sur Chamade on utilisait l’eau des réservoirs pour les boissons chaudes et de l’eau minérale pour la boisson.
A noter qu’il est souvent difficile de faire de l’eau. Pas de robinet accessible sur les quais. Il faut utiliser des bidons (Arkhangelsk et Solovetsky). A Mourmansk et Petrozavodsk nous avons dû faire livrer des bonbonnes d’eau minérale (30cts le litre, ça met le plein à 100frs (65€) !) Sur le lac Onega, très propre et peu peuplé, nous avons fait le plein au milieu. Considérée comme potable par les autochtones, nous l’avons fait bouillir tout de même pour la boire.
Diesel :
En jerrycan à Mourmansk et Arkhangelsk. Par camion à Petrozavodsk. A la pompe à St Pétersbourg. Bon marché : 60ct le litre (40ct d’euro) et partout d’excellente qualité.

FORMALITES :
Rappelons que la navigation sur les eaux intérieures de la Russie est interdite aux navires étrangers. (Loi renouvelée et renforcée en 2005). Nous avons obtenu une autorisation exceptionnelle sous la forme d’un décret gouvernemental signé par le Premier Ministre Vladimir Poutine, et cela au terme de 14 mois de démarches. Grâce aussi à notre réseau mais aussi au projet humanitaire particulier de Chamade (promotion du don d’organe). Au vu des expériences faites, nous avons l’impression que cela n’est pas près de changer, et que les autorités du Belomorsko-Baltisky Kanal et celles du Volgo-Baltiski Kanal font tout pour décourager toute évolution. C’est vraiment dommage. Mais cela dit, on peut envisager tout de même d’aller en Russie, soit à St Petersbourg (désormais classique) soit à Mourmansk et en Mer Blanche. C’est un long voyage aller-retour, mais cela en vaut la peine.

Voici donc un bref aperçu des formalités nécessaires à un voyage en Mer de Barents, Mer Blanche et/ou St Petersbourg :
Visa :
Il faut un visa personnel pour les personnes à bord et une invitation d’un yacht-club habilité pour le bateau (correspond à la fameuse invitation fournie par les agences ou les hôtels russes pour les voyages terrestres)
Pour St Petersbourg, il faut passer par Vladimir Ivankiv qui s’occupera de tout. Vladimir@sailrussia.spb.ru
Pour le nord, il faut obtenir une invitation du Yacht-club d’Arkhangeslk. Si son président Petr Petrovitch Koksharov ( kpp09@atknet.ru ) est prêt à la fournir, il faut encore qu’elle soit validée par les autorités. C’est à vérifier. Là encore Vladimir Ivankiv à St Petersbourg est prêt à vous aider et à assurer le contact avec Arkhangeslk. Annoncer vouloir participer aux régates des Solovetsky pourrait faciliter les choses.

Une fois le visa obtenu, il vous faudra dans chaque port un agent qui assurera la liaison et les formalités. Il devra notamment donner votre ETA 24h, 12h et 2h avant votre entrée dans les eaux russes.
Pour St Petersbourg, c’est Vladimir Ivankiv qui s’en charge. Vladimir@sailrussia.spb.ru
Pour Mourmansk : contacter Dmitry Stolbov c/o MARP agency@marp.biz
Pour Archangelsk: Contacter Oleg Kuchin chez Boreal Shipping agency@boreal.ru
(Tous les 3 parlent anglais)

Ports :
Mourmansk : Ponton flottant des remorqueurs (pier 22) Peu agréable.Gratuit
Arkhangelsk : Club nautique. En plein centre.Gratuit.
St Petersbourg : Marina du Central River YC, seule habilitée à vous recevoir nous a fait payer 20€ par jour (douche, eau et électricité compris). Trolleybus n°7 à 300 mètres, va directement au centre (Perspective Nevsky)

Dernière alternative :
Participer aux régates de l’Onega, à Petrozavodsk. Nous y avons vu un voilier finlandais amené sur remorque depuis la Finlande. Cela leur a permis de naviguer librement (sans pilote) sur le lac Onega, et d’aller notamment aux îles Kiji (ce que nous n’avons pas pu faire !)
Pour les régates de l’Onega (début août chaque année) contacter Slava Rymashevsky (anglophone) rymashevsky@sampo.ru

Et bien sûr, récit, photos et vidéos de ce périple sur

L'équipage
26 sept. 2009
26 sept. 2009
0

Bravo
quel courage....... pour vaincre toutes ces tracasseries administratives !

27 sept. 2009
0

bravo..
& merci pour cette navigation exceptionnelle, ça fait plaisir de savoir que l'on peu encore vivre la vraie aventure, à la conquête des sommets de l'administration tâtaillonne, pour le simple bonheur de la découverte ! blague à part, bravo et encore bravo pour ce périple hors piste, bien raconté & bien résumé...une mine d'infos au cas ou...un jour!..bien qu'il fasse un peu froid et gris par là-haut!... ;-)
une bien jolie "action utile" aussi!.
bonnes futures navs

28 sept. 2009
0

Attention :)
Félicitation pour tout mais attention aux adresses mails que vous donnez en clair dans ce message. Ils vont probablement recevoir toute la pub disponible dans le monde entier pour le viagra. Les mettre dans une image attachée à votre article éviterait des désagrééments à vos amis ;)

28 sept. 2009
0

Pas de soucis
Merci Dgeo de votre soucis légitime, mais les adresses e-mail données sont des adresses professionnelles qui figurent sur les sites internets de ces personnes ou celui de leur entreprise et donc accessibles à tous. Des adresses munies de filtres anti-spam qui à défaut de faire tout font au moins l'essentiel face à cette peste réelle du réseau virtuel.
Des sites souvent en russe, ou pas forcemment liés à la voile et donc difficile à trouver pour nous occidentaux, mais pas pour les aspirateurs des spammeurs.
Bon vent
Marc

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie, le grain s'éloigne.

Après la pluie...

  • 4.5 (59)

Après la pluie, le grain s'éloigne.

mars 2021