certificat d'immatriculation

Ca y est, je viens de recevoir mon certificat d'immatriculation après avoir fait un dossier technique et une lettre d'engagement sur l'honneur. Normal "glisse et ride" ne mesure que 6m80 et est homologué en catégorie C.

Dans mon dossier j'ai démontré qu'il était insubmersible. Mais sur le certificat il ne l'est pas "case cochée à NON".

Pour ceux qui ont déjà fait immatriculé leur Bateau en voulant le déclarer insubmersible, comme cela s'est il passé?

louis
scarabsite.free.fr[...]

L'équipage
24 sept. 2009
24 sept. 2009
0

oubli
le nombre de personne pouvant monter dans le bateau n'est pas indiqué, alors que j'avais demandé pour 6 personnes...
Cela veut dire que je peux embarquer autant de personne que je veux? (sous réserve d'avoir le bon nombre de gilets...)

24 sept. 2009
0

pour l'insubmersibilité
cela n'existe plus... seuls les bateaux ayant été certifiés avant le changement (division 240 si je ne me trompe) pouvaient l'etre.... et cela consistait en un test réel.... le challenger horizon, les étap, le jod 24 (je crois), et first 210 (je crois) le sont...

25 sept. 2009
0

J'ai eu la même interrogation
Je confirme ce que dit Motus.
Quand j'ai reçu la carte des aff mar de Boulogne, la case était cochée "non" pour mon Challenger Horizon (début 2009).
Je les ai appelés, leur réponse fut laconique : "On met toujours non par défaut.".
Et en cas de contrôle des autorités (absence de bib), ils ont complété "Ils connaissent leur boulot et les bateaux, ne vous inquiétez pas.".

Quand une administration me dit "Faites nous confiance !", c'est curieux, mais ça m'inquiète toujours. :reflechi:

14 oct. 2009
0

pour l'insubmersibilité
Pour mon ca sur un etap22 les affaires maritimes des sables d'olonne me demande le certificat d'insubmersibilité que je n'ai pas.Je ne sais pas quoi faire, la plaque constructeur le prouve.

12 mar. 2019
0

l'insubmersibilité perdure pour un voilier ancien considéré comme insubmersible dans la zone de navigation dans laquelle son insubmersibilité était reconnue à l'époque, au delà de cette zone le voilier est considéré non insubmersible et doit être armé en conformité avec la règlementation actuelle.

25 sept. 2009
0

justement, le "bib"
avec mon scarab (6m80) je n'aurais pas de "bib"... est-ce "légalement" autorisé? même au delà des 6mn de la catégorie C?

25 sept. 2009
0

Division 240, encore et toujours...
Article 240-3.11

II. Les navires bénéficiant de la reconnaissance d’insubmersibilité, neufs et existants, ne sont pas tenus d’embarquer le radeau ou l’annexe de sauvetage prescrit par l’article 240-3.09, tant qu’ils naviguent dans les limites, en termes d’éloignement d’un abri, de la catégorie de navigation pour laquelle l’insubmersibilité
a été reconnue. Un navire neuf identique à un navire reconnu insubmersible continue de bénéficier de cette reconnaissance tant qu’il est fabriqué par la même personne.

25 sept. 2009
0

Texte complémentaire et antérieur:
Arrêté du 06/03/2000 Insubmersibilité
admi.net[...]3A.html

25 sept. 2009
0

justement
c'est ce qui m'inquiète... officiellement je ne suis pas reconnu insubmersible...
je vais rappeler le gars des Affaire Maritime d'Arcachon pour qu'il m'explique comment modifier cela

25 sept. 2009
0

justement ?
Bah, j'comprends pas tout.
Au début tu dis " j'ai démontré qu'il était insubmersible".
Tu veux dire quoi ? comment t'as fait ?
Que je sache, ce n'est pas à toi de le démontrer.
Je ne sais plus trop comment ça se passe, mais c'est entre le chantier qui l'a construit et les affaires maritimes (jusqu'au 1er janvier 2005).

25 sept. 2009
0

Beau projet !
Le blog est super!

25 sept. 2009
0

démonstration
Pour demander ton certificat , il faut fournir un dossier technique. Dans ce dossier j'ai "expliqué" et calculé les volumes de flottabilité, les volumes de mousses, les poids.. bref je "démontrais" que rempli d'eau, avec 4 personnes à bord, il y avait encore une flottabilité d'une tonne (sans tenir compte ni de la poussée d'archimède (volume) ni des flotteurs. Uniquement en calculant lepoids des matériaux et leur volume.

Bref je pense que l'administration met d'office "non" dasn la case insubmersibilité pour les construction en catégorie C..
Je les appellerai lundi

29 sept. 2009
0

pas de solution
je viens d'appeler les affaires maritimes... la réponse est claire et sans appel:
" pour les auto-déclaration" (donc les constructions amateur) "ils" ne donnent jamais l'insubmersibilité.
La seule façon de l'obtenir c'est de passer par un organisme de certification agréé...

no comment...
je ne suis pas "juriste"... mais si quelqu'un l'est, est-une procédure "normale"?

Peut on faire faire les tests (lesquels?) sans passer par ces officines et par exemple les faire devant huissier (je pense au remplissage d'eau de la coque avec des poids représentant les passagers et de mesurer les marges restantes)

ou bien faut il baisser la têtes, rester dans les 6mn... donc adieu la corse, les anglonormandes...

29 sept. 2009
1

La réponse des Aff'Mar'...
...découle directement des textes réglementaires dont je t'avais mis les références ci-dessus:

Art. 4. - Les articles 224-2-24, 224-2-25, 224-2-26 et 224-2-27 du règlement annexé à l'arrêté du 23 novembre 1987 susvisé sont remplacés par les dispositions suivantes :
« Article 224-2-24
« Insubmersibilité des navires de plaisance
« 1. Un navire de plaisance monocoque visé par le présent chapitre ne peut être déclaré insubmersible que s'il a fait l'objet d'un procès-verbal d'essai satisfaisant établi par un organisme notifié dans le cadre du décret no 96-611 du 4 juillet 1996 relatif à la mise sur le marché des bateaux de plaisance et des pièces et éléments d'équipement. Ces dispositions sont applicables aux navires construits par un amateur pour son usage personnel.
« L'organisme notifié qui envisage de procéder à des essais d'insubmersibilité doit en informer, lors du premier essai, l'autorité administrative chargée de la navigation de plaisance.
« 1.1. Le dossier de demande doit comprendre une documentation suffisante pour mesurer la répartition, la nature et le mode de fixation des réserves de flottabilité, ainsi qu'un devis de poids en charge maximale.
« 1.2. Les matériaux constitutifs des réserves de flottabilité doivent répondre aux spécifications prescrites par l'alinéa 2.
« 1.3. Les essais doivent être effectués dans les conditions prévues à l'alinéa 3.
« 1.4. Les navires déclarés insubmersibles doivent disposer d'une plaque spécifique, conforme aux dispositions de l'alinéa 3 de l'article 224-1-12 et fixée à côté de la plaque signalétique, précisant :
« 1.4.1. La mention : "Navire insubmersible selon les dispositions de l'arrêté du 23 novembre 1987 modifié" ;
« 1.4.2. Le numéro d'enregistrement de la déclaration d'insubmersibilité ;
« 1.4.3. Le poids maximal de l'appareil propulsif ;
« 1.4.4. Le nombre maximal de personnes autorisées dans le cadre de l'insubmersibilité.
« 1.5. Lors de l'immatriculation d'un modèle de navire de plaisance déclaré insubmersible, le plaisancier doit fournir une attestation d'insubmersibilité délivrée par le constructeur. Cette attestation est conforme à celle figurant à l'annexe 224-O.A.9.
« Pour les navires déclarés insubmersibles à l'unité, le plaisancier doit fournir le procès-verbal d'essai établi par l'organisme notifié conformément à l'alinéa 4.3 suivant.
« 2. Les réserves de flottabilité doivent répondre aux dispositions suivantes :
« 2.1. Les réserves de flottabilité sont constituées par des matières expansées, des volumes gonflables, en cas de besoin, par insufflation d'un gaz sous pression ou par tout autre procédé offrant les mêmes caractéristiques techniques de sécurité. Les caissons à air faisant partie intégrante de la coque ne sont pas admis, sauf pour les embarcations pneumatiques ;
« 2.2. Les matières expansées sont à cellules fermées. Elles sont fixées en permanence et doivent être conformes aux spécifications fixées par le paragraphe 3.2 de l'article 224-2-22 ;
« 2.3. Les réserves gonflables doivent satisfaire aux dispositions prescrites au paragraphe 3.3 de l'article 224-2-22 ;
« 2.3.1. Les volumes de flottabilité doivent être installés de façon qu'ils ne risquent pas d'être crevés ou détériorés par ragage, ni entrer en contact avec des hydrocarbures. Leur fixation doit résister à une traction au moins égale à la valeur de la flottabilité. Les efforts doivent être renvoyés sur la structure du navire, quel que soit l'angle de gîte ;
« Le gonflement de ces réserves de flottabilité ne doit pas condamner le passage vers un compartiment habitable du navire ;
« 2.3.2. La bouteille de gaz comprimé doit être de capacité suffisante pour assurer un gonflement des réserves de flottabilité égal à 90 % au plus de leur capacité maximum à 20 oC. Cette bouteille est située à l'abri, à l'intérieur du navire, en un emplacement accessible en cas d'envahissement partiel.
« 3. Essais du navire.
« 3.1. Un navire est déclaré insubmersible lorsque, plein d'eau, il flotte avec une assiette normale et un franc-bord minimum dans des conditions suffisantes de sécurité. Il doit posséder une réserve de stabilité positive.
« L'équipage doit être efficacement protégé.
« 3.2. Pendant les essais, le navire est armé pour la mer, avec le nombre maximal de personnes demandé dans le cadre de l'insubmersibilité. La moyenne du poids de l'équipage doit être d'au moins 75 kilogrammes par personne. Pour les essais, le matériel qui risque d'être détérioré par l'eau de mer peut être remplacé par un poids équivalent dont le centre de gravité est situé au même emplacement.
« 3.3. Le navire est progressivement envahi par la mer dans toutes ses parties accessibles, obligatoirement par communication avec l'extérieur (par vanne ou ouverture), une arrivée d'eau annexe pouvant être utilisée pour accélérer l'opération. Cet envahissement est poursuivi jusqu'à l'obtention de l'équilibre entre le niveau de la mer et celui de l'eau à l'intérieur de la coque. Le franc-bord minimum ne peut être inférieur à 3 % de la longueur de la coque, sauf en des points précis et de faible étendue tels qu'échancrure de fixation de moteur hors- bord par exemple.
« 3.4. Les essais ne peuvent être déclarés satisfaisants que si les critères minimum suivants sont respectés.
« 3.4.1. Pour les voiliers, l'équipage étant assis sur le bordé ou debout dans le cockpit, mais réparti également, les moments de redressement sont mesurés au moins à 4 angles de gîte répartis entre 0 et 90o.
« Le moment de redressement à 80o doit rester positif.
« 3.4.2. Pour les navires à moteur, les réservoirs étant pleins, le franc-bord ne doit pas être nul lorsque l'équipage est placé sur un bord.
« 3.4.3. Pour les pneumatiques et semi-rigides à moteur, le compartiment le plus défavorable à la stabilité étant dégonflé, le franc-bord ne doit pas être nul lorsque l'équipage est placé du côté du compartiment dégonflé.
« 3.5. L'autorité administrative chargée de la navigation de plaisance peut assister aux essais du navire, ou s'y faire représenter.
« 4. L'organisme notifié qui aura procédé aux essais devra en valider les conclusions et transmettre à l'administration un dossier comprenant les documents suivants aux fins d'enregistrement :
« 4.1. Les plans et documents nécessaires à la conduite des essais ;
« 4.2. Un rapport d'essai comprenant :
« 4.2.1. Un justificatif du déplacement annoncé (pesée et état du navire à la pesée) ;
« 4.2.2. Un rapport de contrôle du chargement du navire pour l'essai et du poids des personnes embarquées ;
« 4.2.3. Un relevé de franc-bord avec schémas, navire droit avant envahissement, navire droit après envahissement ;
« 4.2.4. Pour les navires à moteur, les pneumatiques et les semi-rigides, un relevé de franc-bord, navire à la gîte après envahissement ;
« 4.2.5. Pour les voiliers, des schémas et un constat de tendance au redressement pour une gîte de 80o ;
« 4.2.6. Un jeu de photos du navire dans chacune des positions d'équilibre après envahissement.
« 4.3. Un procès-verbal d'essai conforme au modèle figurant à l'annexe 224-O.A.10. »

L'application de la réglementation en vigueur me semble donc effectivement la procédure "normale" et je ne vois donc pas bien comment tu pourrais obtenir ta certification sans y souscrire...Sauf à embarquer une survie (éventuellement en location) pour naviguer au delà des 6 M d'un abri.

14 oct. 2009
0

Oufff..
bon courage =====&gtet si tu essayais la Belgique ? ;-)

30 sept. 2009
0

merci
oui je vois bien la complexité du truc.. du moins légalement parlant.
J'ai envoyé un mail à un organisme certifié.. pour voir...

sinon? le "risque" (au sens légal) est il avéré d'être verbalisé sans "bib" au delà des 6mn?

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Loch Nevis juillet 2017

Souvenir d'été

  • 4.5 (127)

Loch Nevis juillet 2017

novembre 2021