Catégorie B et transat

Il est possible de traverser l'atlantique avec un voilier en catégorie B. Certes beaucoup l'ont fait notamment les minis 6.50.
Ma question est la suivante:
Dans la division 240 il est précisé les conditions de mer et de vent sans notion de distances d'un abri. Qu'advient il si par malheur je déclenche ma balise suite à une avarie grave qui oblige l'abandon.
Une assurance prendra-t-elle en charge les frais ,ceux dus à une recherche éventuelle si cela est proche des cotes avec des conditions au delà de F8 et si au large ceux pour le déroutement du cargo.
Avez vous des exemples?
La traversée est elle impossible avec un risque d'un coût financier qui pourrait être très important?
Daniel

L'équipage
10 nov. 2010
10 nov. 2010
0

le sauvetage des vies reste gratuit
;-)

10 nov. 2010
0

Sauver des vies
Le règlement international interdit qu'on te demande le moindre sou pour le sauvetage des vies humaines en mer. Par contre, il pourrait y avoir une addition à payer si en cas de problème tu voulais sauver ton navire, et là, l'assurance ne payerait très certainement pas.

Donc si en cas de galère tu souhaitais tout de même garder ton navire, il te faudrait demander aux sauveteurs le prix, par VHF, tel satellite, ou tous moyens de com, et faire vite ton choix: Renoncer au navire ou pas.

RL

10 nov. 2010
0

un 6.50 m ..............
c'est petit mais ils ont des voiliers accompagnateurs et je crois, une dérogation des AM .
Avant , c'était possible de demander ce genre de dérogation à titre individuel .

10 nov. 2010
0

RC
Pour info, avant d'entreprendre ma transat en First-25, j'ai pu obtenir un contrat d'assurance RC, mais après un parcours du combattant, et grâce à l'appui de STW. Cela dit, une tous risques n'était pas envisageable pour le milieu de l'Atlantique, avec ce bateau. En cas de naufrage, je perdais au moins le bateau. a+

11 nov. 2010
0

dérogation
exact tu la demande au afmar et comme ca tu es en regle pour traverser.
bon vent

11 nov. 2010
0

la règlementation actuelle
prend en compte les conditions de navigation (vent et mer) et non la distance d'un abri. Comme le dit Yoshi on a donc le droit d'effectuer une transat si ces conditions sont conformes aux limites de la catégorie B !

On peut aussi dépasser les limites de la catégorie à moins de 10 milles des côtes lors de conditions plus difficiles que prévu (exemple: tour de l'île de Ré en 1997). Et au passage de certains caps j'ai subi des rafales à 40 - 50 noeuds au portant avec une prévision de 5B ou 6B; c'était malgré tout le meilleur moment pour partir car ces conditions garantissaient une approche et un abri sûrs à l'arrivée. Mais en cas de pépin l'assureur aurait-il tenu compte du vent prévu ou du vent réel ?

Quelqu'un avait posé la même question en vue d'une traversée du Golfe de Gascogne mais personne n'a donné de réponse; il serait pourtant intéressant de savoir comment les assurances réagissent en cas de problème.

12 nov. 2010
0

J'ai demandé
auprès des assurances AdL. Il faut faire une demande d'extension des risques pour la traversée en précisant la période.
Pour ta question Christiane, à qui je fais des grosses bises et transmets des remerciements pour ses infos sur le D29, j'aurai peut être la réponse suite à ma demande d'extension de contrat.
Raphaêl peux tu nous en dire un peu plus sur ton assurance en MP si cela te dérange.
A bientôt je vous tiendrai au courant des réponses
Daniel

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (143)

novembre 2021