Catamaran HELIA 44 Fountaine Pajot, retour d'expérience transat

Catamaran HELIA 44 Fountaine Pajot.

-RETOUR D'EXPERIENCE par Dominique Lissilour - convoyeur professionnel, sur une transat retour entre la Martinique et Pornichet en Avril 2018 avec 2 dépressions .
- 3 860 milles route fond parcourus via les Acores sans escale
- 21,5 jours en mer
- 18 nœuds : vitesse maximum

-AVIS sur LAGOON et NAUTITECH.

-LE POINT DE VUE D'UN EQUIPIER PEU EXPERIMENTE:
"J'ai compris que au delà des théories de navigation il fallait avoir quelque chose de plus pour aller au grand large et gérer une mer avec des vagues de 10 mètres et plus..."

L'équipage
30 avr. 2018
30 avr. 2018
0

NAVIGATION EN QUELQUES CHIFFRES :
- 3 860 milles route fond parcourus via les Acores sans escale
- 21,5 jours en mer
- 18 nœuds : vitesse maximum par un vent de 45/48 noeuds avec 3 ris et génois roulé a 7 tours, au grand largue avec des vagues de 10 mètres et une succession de trois enchainées qui nous a emmené sur un planning très long... avec moi à la barre.

-2 dépressions passées, une à l'ouest des Acores 991 HP et Golfe Gascogne 993 HP.

Moyenne du vent dans les dépressions entre 45/48 nds, 54 noeuds en rafales un grain à 63 noeuds, plus fort vent enregistré.

Pas de casse et une foule de petits détails à optimiser, sur ce bateau nouvellement acheté par son propriétaire dont un palan, retenue en bout de bôme pour éviter le vrillage de la grand voile (pas de hale bas sur un cata)

30 avr. 2018
-1

LES POINTS FORTS DE L HELIA :
Excellent dessin des carènes jamais il n y a eu une amorce d'enfournement ( et avec la GV seule donc déplacement centre gravité vers l'arrière nous allions aussi vite et le bateau était sous pilote avec presque 48 nds au GD largue) et la stabilité route est excellente (bateau sous pilote GV + GN réduits jusque 45 nds au portant).
-Très grand confort

30 avr. 2018
0

LES INCONVENIENTS
LE POIDS EN CHARGE 13 tonnes donc pour avancer il faut "booster" notamment au portant avec gennaker ou code a la hauteur.
AU PRES en dessous de 12 noeuds réel, c'est moteur en appui. C'est le revers de la médaille du très grand confort de ce cata.
Le plus aussi la gestion énergétique en énergie douce en série a la hauteur consommation égale a la production solaire et éolien avec pilote quasi tout le temps, frigos, chauffe eau, déssalinisateur.

L'ACCASTILLAGE courant ( poulies , rails et gréement courant) est un peu léger à certains endroits pour un programme large.

LA MATURE A TOUTE EPREUVE et le dormant aussi. (2 hauteurs de barres de flèches avec double guignol sur 18 mètres de mat)

30 avr. 2018
0

LE POINT DE VUE D'UN EQUIPIER PEU EXPERIMENTE:

"J'ai compris que AU DELA DES THEORIES de navigation IL FALLAIT AVOIR QUELQUE CHOSE DE PLUS pour aller au grand large et gérer une mer avec des vagues de 10 mètres et plus..."

30 avr. 2018
0

EXTRAIT DU JOURNAL DE BORD tenu par Christian G ami du propriétaire embarqué:
" En faisant cette transatlantique du Marin en Martinique jusqu'au Pouliguen en Bretagne j'avais pour idée de relever un défi personnel de dépassement de moi comme plaisancier cabotant en méditerranée..

Je n'avais pas intégré que j'allais vivre un grand moment de partage et d'amitié pendant 21 jours. Des moments fort gravé dans ma mémoire.

Lors de cette tempête de force 9/10 sur l'échelle de Beaufort a l'ouest des Acores m'a démontré l'incroyable potentiel, le professionnalisme, l'expérience de Dominique faisant corps avec le vent, la mer, le bateau , PREVENANT AVEC L'EQUIPAGE, RESPECTUEUX DU MATERIEL avec un instinct de félin.

J'ai compris que au delà des théories de navigation il fallait avoir quelque chose de plus pour aller au grand large et gérer une mer avec des vagues de 10 mètres et plus..."

30 avr. 2018
0

QUESTION: Pense tu qu'un Lagoon aurait eu un aussi bon comportement marin?
Je pense que les anciennes générations de Lagoon comme le 400, ou le 380 et toute la gamme des anciens, sont du MEME NIVEAU MARIN .

Les nouvelles générations, ABSOLUMENT PAS..

UN CATAMARAN A SUIVRE de mon point de vue le nouveau 44 de chez Nautitech qui est magnifique avec coques à redans. Esthétique et taille en beauté.

30 avr. 2018
0

:pouce: Bravo et merci pour ce témoignage.
Laurent

30 avr. 2018
2

Etonnant qu'ils n'aient pas pu (ou pas voulu ?) esquiver la grosse dépression à l'Ouest des Açores ?

Pas de suivi météo ?

:tesur:

30 avr. 2018
0

En effet mais nous n'étions pas à bord... Peut-être en saurons nous un peu plus, j'avoue que je suis curieux de savoir ce qui a guidé ce choix.

Maintenant le bateau l'a bien étalé. Je n'ai pas l'expérience de navigation ni sur cata ni sur des unités de cette dimension mais cela doit tout de même être assez impressionnant.
J'ai eu l'occasion de voir ce type de bateau de près lors de mon passage à La Rochelle en octobre dernier, de bien beaux voiliers ;-)

30 avr. 2018
1

le cata c est sur

30 avr. 2018
7

ça on le sait après !
:mdr:

Je ne critique pas, je trouve simplement curieux que sur un bateau moderne avec le proprio à bord, on ne se soit pas préoccupé de la météo. Ce que tu écris ressemble à une pub du constructeur, pas à un retour d'expérience.
;-)

30 avr. 2018
0

La réponse est là :

" jamais il n y a eu une amorce d'enfournement ( et avec la GV seule donc déplacement centre gravité vers l'arrière nous allions aussi vite et le bateau était sous pilote avec presque 48 nds au GD largue) et la stabilité route est excellente (bateau sous pilote GV + GN réduits jusque 45 nds au portant)."

30 avr. 2018
0

@flora oui on dirait une pub

01 mai 2018
2

En résumé...c'est un bateau "solide" et "marin" (comme avant, quand c'était mieux)....
:mdr:

30 avr. 2018
0

A condition que le skipper soit au niveau... J'ai compris que AU DELA DES THEORIES de navigation IL FALLAIT AVOIR QUELQUE CHOSE DE PLUS pour aller au grand large et gérer une mer avec des vagues de 10 mètres et plus..."

30 avr. 2018
1

De toutes façon c'est ce "QUELQUE CHOSE DE PLUS" qui fait la différence entre les grands marins et les matelots que nous sommes même si nous avons eu pour bon nombre d'entre nous "notre heure de gloire".
C'est vrai que le bateau et l'équipage ont bien surmonté ces deux dépressions mais quand on prend la météo qui annonce ça qui prend ce genre de décision ? le skipper seul ou avez vous consulté l'équipage car ce n'est pas évident de trancher ?!

30 avr. 2018
0

Ils se sont forcement fait surprendre
Car on ne va jamais volontairement vers ce genre de condition
(Même avec un multi beaucoup plus gros)

Mais le skipper a assuré et le matériel a résisté
C est heureux

01 mai 2018
0

Ceux qui se sont deja fait prendre dans du 45/63 nds comme ici, le savent :
Ils n y sont pas allé volontairement. (Debut Avril, c est encore un poil trop tot pour revenir sans prendre une dep)
Ca peut etre dangereux pour l équipage, c est forcément pénalisant pour la structure du bateau. Le bateau s est bien comporté et c est une bonne nouvelle.
Maintenat, le propriétaire va faire le compte des fissures dans le gel coat.
Bref... le bon sens était d éviter si possible cette zone
Le Helia est a classer dans les bateaux marins (comme 99% des bateaux)

01 mai 201801 mai 2018
0

Quand le propriétaire est à bord, ce peut être un problême et la mésentente peut même devenir l'une des causes principales d'un naufrage d'un bon monocoque du coté des Açores dont nous avons beaucoup parlé ici.

Cela n'a pas été le cas pour cette traversée ou l'entente à bord était manifestement excellente.

02 mai 2018
0

Finalement, c'est moins venteux de rentrer en janvier......

01 mai 2018
0

Sympa ce retour viking merci, meme si ce genre de cat est hors budget !
Sinon il semble que certains aiment bien se mettre dans ce genre de situation et que l ont chercherait plutot a eviter... je ne parle que de la video dessous :

02 mai 2018
1

Wow je n ai jamais mis les pieds sur ce genre de bateau mais la classe !!! j hallucine sur la vidéo , mer forte a très forte tu vois les gamelles sur la gazinières , tout le monde qui se proméne la dedans sans s accrocher , la vache !!!! Je crois qu ils seraient pas heureux sur un mono !!!!!!!!!!!

02 mai 2018
0

Je me demande ce qu'ils ont comme voile pendant le coup de tabac. Ils ont l'air d'être vent arrière, puis grand largue, genois roulé à l'avant. On voit pas trop ce quiles propulse (et je ne comprends pas l'anglais s'ils en parlent).

02 mai 201802 mai 2018
1

Bonjour,
Sur la video de Chuck;
Peut-être à cause de la hauteur de la prise de vue, je ne vois pas ici force 10 au large.
A un moment, on observe les petites trainées d'écume dans le sens du vent et pour moi, ca toujours été le signe d'un F 8. Très grosse différence avec 10 même sur un tel bâtiment je pense.

02 mai 201816 juin 2020
2

C’est vrai que sur les catas modernes, on se sent parfaitement en sécurité avec un confort à bord sans pareille. Dans la traversée de mon Lucia 40, beaucoup plus petit que le cata de cette vidéo, on a rencontré des vents forts et des mers grosses en particulier au Cap Finistère, on naviguait dans le plus grand confort. Bateau monté à plus de 15 noeuds avec, peut-être à tort, un grand sentiment de sécurité.
Ne pas oublier que 30 à 40 catas neufs achetés par des sociétés de location traversent en fin d’année avec 2 ou 3 personnes à bord. A ma connaissance, on n’a noté aucun accident à ce jour.
Et aujourd’hui, je viens juste de rentrer, j’étais avec des clients dans le canal de Sainte Lucie, dernière journée d’une croisière de 15 jours, mes clients, tous béotiens, mais amarinés après ces deux semaines de mer, ont mis la table dans le cockpit et ont mangê de fort bon appétit alors qu’on était autour de 10 noeuds.

Captain RV


02 mai 201802 mai 2018
1

Je ne me souviens plus qu'elles était leurs prévisions météo mais elles devaient être parfaites car Dominique Lissilour communiquait 1 à 2 fois par semaine avec ses amis par mails ou FB avec photos.

Avec un catamaran de cette taille, pourquoi un professionnel qui a des centaines de milliers de milles au compteur sur de nombreux autres supports devraient absolument éviter une forte dépression au portant qui l'emmène dans la bonne direction.

Il a surement jugé rester à la limite de la zone dangereuse grâce a ses moyens de communication moderne.

Notez qu'avec trois ris dans la GV, ils n'étaient pas en perdition mais en route vers leur destination. Ils en avaient encore sous le coude.

Evidemment, ce n'est pas à conseiller à un équipage qui commence à parler de tempête à parler de 35 noeuds.

Il faut aussi se MEFIER comme la peste du sentiment de sécurité que donne ce genre d'engins.

Mais, là aussi, c'est L'EXPERIENCE DU SKIPPER QUI FAIT LA DIFFERENCE.

02 mai 2018
0

ok je me suis trompée, c'est pas le constructeur, mais le skipper qui fait sa pub !
:-p :jelaferme:

02 mai 2018
0

Oui c est vrai
Mais 52 pieds, ca aide aussi a étaler

02 mai 2018
1

souvent critiqué les cata , la une démonstration de la sécurité sur 2 pattes

02 mai 2018
0

Ok pour (eventuellement) choisir d aller dans 45 nds au portant (encore que j ai un gros doute) ( c est facile d arrondir un peu avec ce genre de cata)
Mais les rafales a 54 nds ou le grain a 63 nds, ca c est sur qu il ne l a pas vu venir.

Si c était mon bateau, je préférerais qu on me dise : ils se sont fait prendre mais le professionalisme du skipper et la qualité du bateau ont fait que tout c est finalement bien passé. Plutot que : le skipper a choisi d y aller.

Encore une fois : tant mieux qu il n y ait pas eu de pb. Mais ca devait être bien tendu a bord quand même...

02 mai 2018
1

"ca devait être bien tendu a bord..." Même pas. Des inconscients irresponsables, sans doute...

11 sept. 2018
0

C’est un bateau IKEA, on en prends partout des coups. Et puis le bateau souffre donc expérience à éviter.
PS: voir la notice du constructeur pour des vents sup à 35kn

11 sept. 2018
1

@Paulimber

Voilà deux fils où tu nous dis que c’est des bateaux Ikea. T’as pas l’air d’aimer Ikea.

La première différence est qu’on ne les reçoit pas en kit.

Et puis moi, j’aime bien les meubles et les cuisines Ikea. Les femmes aussi d’ailleurs, les FP sont plébiscités par les femmes.
Et succès garanti, deux ans de délai et FP ne cesse de construire de nouveaux hangars.

La vraie question est de savoir quel sera leur état dans 20 ans.
Le passé plaide pour eux, y qu’à voir le nombre de Bélize, de Venezia 42, de Casamance et de Lipari qui naviguent dans le monde entier à la grande joie de leurs propriétaires.

CaptainRV

17 oct. 2018
0

J'ai un Antigua 37 de 91 nickel et pourtant pas mal de miles sous la coque.

11 sept. 2018
1

Et elle dit quoi, la notice ?
Tout le monde n'a pas un Hélia 44 dans son jardin.
:-D
Perso, je le trouve plus "léger" de fabrication que son voisin.

11 sept. 2018
0

En ce qui concerne la sécurité des catas, j’ai l’impression que la plupart des chavirages se produisent quand le bateau se fait surprendre par une accélération inattendue du vent. Ce qui n’est pas le cas dans ce récit: le vent a été parfois très fort mais le cata portait la toile du temps.

A ce propos, je me demandais si le manuel du propriétaire des catas fournissent des indications sur les combinaisons de force du vent, d’angle du vent, et de la toile portée qui risquent de provoquer un chavirage. Des phrases du style: ‘si vous portez toute la GV et le génois par 45 nds de travers, vous risquez de chavirer.’

Je me souviens qu’une analyse de ce style avait été faite suite au chavirage d’un Gunboat aux Etats-Unis. Je crois qu’ils avaient conclu qu’une rafale de 55 nds était capable de faire chavirer ce cata vu la toile portée à ce moment.

11 sept. 2018
1

Perso, passé 30-35 nœuds, j'arise à au moins un ris surtout sur un cata doté d'un certain embonpoint.
Et de nuit, c'est systématique, que ce soit sur cata ou mono. Il y a des équipiers qui râlaient mais perso, je pouvais dormir tranquille ou presque.

11 sept. 2018
1

Tu rigoles, Philippe, sur le Lucia, tu prends le premier ris à 18 noeuds.
On ne peut tout avoir, un bateau relativement véloce dans les petits airs, 6 noeuds avec 8 noeuds de vent si GV à corne.

Sur le Bélize, je prenais un ris à 23 noeuds, mais je mettais le moteur quand moins de 15 noeuds de vent.

Je n’ai jamais dépassé 45 noeuds de vent, mais avec une grande impression de sécurité. Bateau allant à plus de 15 noeuds. Après, on ne regarde plus. Et bateau toujours sous pilote.

Sur des distances de 20 - 30 milles, le Lucia fait quasiment jeu égal avec l’Hélia.
Rien à voir avec les Lagoon de même taille.

Clair que ces bateaux ne sont pas conçus pour le gros mauvais temps.

CaptainRV

11 sept. 2018
0

Bonjour Hervé, vrai que ces deux bateaux (Hélia et Lucia) ils démarrent assez tôt, ça m'avait surpris d'ailleurs. Peut-être que le Lucia est plus petit, léger?
Bon, je réduirai ma marge de sécurité ! ;-)
Ta remarque surs les anciens FP est fondée, qu'en sera-t'il dans 10, voire 20 ans, là, je n'y pense pas.

11 sept. 2018
1

Côté structure pas de souci pour le reste dans 20 ans tout sera à refaire .90 % des cata de série sont bien trop lourd

11 sept. 2018
0

Je te confirme que les coques sont d’une très grande solidité.

J’en ai vu qui avaient méchamment tapé ou qui s’étaient fait rentrer dedans à pleine bourre, j’étais fort surpris du peu de dégâts.

CaptainRV

16 oct. 2018
2

Bonjour, je suis le propriétaire de l'Helia 44 qui a fait cette transat. Je confirme tous les témoignages qui ont été fait sur le sujet même si ces personnes n'étaient pas sur le bateau. Je faisais moi même la nav sur le bateau. Pour situer, je suis un régatier confirmé sur Class 8 , mumm 36, JOD, etc.. mais je n'avais jamais fait de transat. Nous avions à bord un iridium go pour charger les fichiers météo et le logiciel Sailgrib pour le routage. Bien sûr je n'ai pas cherché a aller dans les conditions que nous avons eues. Mon but était de voir le comportement du bateau dans 30-35 noeuds de vent. Je précise que le bateau est de 2017 et que je venais de le racheter et donc de le ramener en métropole avant de faire un programme très grandes vacances.. Ce que je n'avais pas réalisé, c'est que la météo n'est pas une science exacte à 100% et que les déplacements du bateau sont limités par rapport à l'immensité de l'océan. Il est difficile de s'échapper d'une situation comme celle-ci en faisant environ 200 miles par jour. Si c'était à refaire je ne me serai pas rapproché autant de la dépression.
Cela s'appelle l'expérience.... Malgré tout le skipper pro a assuré et nous a permis de nous sortir sans dommage de la situation . Le réglage convenable pour l'hélia dans ces conditions ( 45 noeuds établis rafales jusqu'a 64 noeuds vagues 10m ) est GV 3 ris et le génois totalement enroulé. Avant de partir du Marin , nous avions pris le soin de mettre un maximum de poids sur l'arrière du bateau. Je ne suis pas là (pour répondre aux internautes) pour faire de la pub à Fountaine ni au skipper. Ce bateau a été choisi pour son compromis confort déplacement. Si cela ne tenait qu'à moi, mon choix aurait été un bateau plus rapide à dérive. Mais le choix s'est fait en couple et nous ne le regrettons pas. Le bateau a eu une seule avarie, 4 mètres de liston arrachés par une vague. Aucune fissure n'est apparue. Reno

28 août 2021
0

Bonjour Reno . Le helia me plaît beaucoup ( enfin surtout à ma femme , mais bon , il faut être souple …)
Le votre est de 2017 je crois . Avec 4 ans de recul maintenant qu’en est il de l’état du bateau ?

30 août 2021
0

Bonjour Patmus,

Le bateau est en très bon état. Je vis dessus 4 mois par an et c'est moi-même qui fais l'entretien. J'ai eu des traces de faïençage sur le gelcoat au niveau des marches arrières et sur le franc bord bâbord (dues à une vague scélérate durant une transat pour le franc bord ) . cela a été pris sous garantie par Fountaine.

Les moteurs ont 1400h et sont nickels.

Le bateau a été aussi choisi par ma femme car j'aurai préféré un monocoque. Après toutes ces années en croisières, j'avoue que le choix est discutable. En effet nous naviguons autant sous voiles que la très grande majorité des monocoques. Le prés n'est pas plus apprécié des croisiéristes en monocoque qu'en multicoques !!!!!

Voilà pour un succinct avis. Si vous voulez plus de précisions, nous pouvons nous contacter par téléphone.

16 oct. 2018
-2

Je voulais pas mais la c’est trop tentant, je n’arrive pas à me contenir mdrrrr même si je vais me faire pourrir !!!

VOUS AVEZ RELU LE POSTE DEPUIS LE DÉBUT !

On a un coureur de régates très expérimenté (c’est comme ça qu’il se decrit) qui ne savait pas que la météo n’etait Pas une science exacte ! On en parle ?

On a un équipage qui pour essayer un nouveau bateau se dit “sur une transat retour les coco, on va se tester un peu la braquasse, pas de chichi on descend pas en dessous de 30 kts » on en parle ?

Pour finir on se fait deux trois surf sur des vagues de 10 mètres en mode « body »

On est pas sur de la pub déguisée je confirme on est plus de la « création originale canal plus »

Y a une deuxième saison ?

Par contre le hélia est une belle bête même si au salon de canne j ai adore le Lucia

Bon allez je file en espagne ils annoncent 60 kts je vais enfin pouvoir essayer mon nouveau spi!!!!

16 oct. 2018
3

@Jonathan , tu es bien médisant , il est honnête dans ses propos

16 oct. 201816 oct. 2018
0

Un poil mais c’est sur le ton de l’humour !!
Perso la dernière fois que j ai pris les 51 c’est dans le
Verre !!!

16 oct. 2018
0

Je me suis inscrit sur ce forum juste pour valider et donner mon expérience sur le sujet , je n'ai pas d'arrières pensées...
Si quelqu'un n'avait pas raconté notre expérience, je n'aurai jamais participé. Je lis quelque fois mais je n'avais jamais posté.

16 oct. 2018
0

Perso je suis surpris par la vitesse maxi que je ne trouve pas très élevée:18 noeuds.Ouais bof.C'est bien mais pas extraordinaire pour un bateau de 44 pieds.Le poids du bateau en est surement la cause.
Pas d'autre commentaire je ne connais pas du tout l'univers des catas.

16 oct. 2018
1

ce sont des catas lourd , pas fait pour de la vitesse

16 oct. 2018
0

Et oui jerom, les bateaux sont conçus et dessinés pour une vitesse"cible", le mien, c'est 13 kts, ça fait rire plus d'un, surtout ici, quand j'annonce une pointe à 16,5 kts gps !!!

17 oct. 2018
1

C'était des conditions que l'on ne trouve pas habituellement. Les 18 noeuds ont été atteints en surf sur d'énormes vagues.
Le bateau Hélia dans des conditions normales navigue à 9 noeuds au prés et 12 noeuds au portant avec 15-20 noeuds de vent. Effectivement ce n'est pas un bateau de régate.

17 oct. 2018
0

9 noeuds au pres disons bon plein de chez bon plein

17 oct. 2018
0

Du près « océanique «  ;-)

17 oct. 2018
1

Les polémiqueurs et critiqueurs pourraient vaquer à d'autres occupations… mais nous sommes sur un "faux rhum" (je viens juste lire ça, je trouve ça trop rigolo…)
Super ce témoignage, ils sont rares. Merci.
Esquiver des phénomènes météo au large me semble une utopie sur nos bateaux "de croisière", une théorie sans grand intérêt, il faut des bateaux extrêmement rapides pour gérer ça. La seule possibilité est de prévoir des trajets avec le moins de risque possible et le plus de marge possible pour contrecarrer la faible vitesse de nos bateaux. Mais les phénomènes ventilatoires resteront toujours versatiles.
Des amis ont senci dans le golfe des Caraïbes avec un Dufour 35, c'étaient des marins très expérimentés. Nous sommes passés trois semaines avant eux et nous nous sommes bien fait secouer à une époque hors cyclone.
Je fais partie de ceux qui regardent (regardais…) ces catas avec un œil suspicieux pour ce genre de conditions. Le nombre de miles en traversées océaniques réalisés à ce jour par ces catas prouve que les limites sont assez reculées pour envisager de longues croisières avec. Je suppose que tous ne sont pas au top, c'est ce genre de témoignage qui aide à se faire une opinion.
Cordialement
Yves

17 oct. 2018
1

C’est également que modèle après modèle, les constructeurs diminuent la surface des voiles. Du Bélize à l’Orana puis l’Hélia, la surface totale de voile ne cesse de diminuer, sans parler du Casamance d’il y a 20 ans.
Je suis même surpris des 18 noeuds de notre ami, l’Hélia est un bon bateau de croisière pour vivre à bord, pas pour de la performance.

CaptainRV

17 oct. 2018
0

Sur les catas le piège c'est bien difficile de deventer le GV pendant les rafales...
Les coques enfourne (donc ralentissement) par et le haut du mat ne se ralentit pas lui ;)

.

La vagabond a 24 nds et ce sont des débutants...

18 oct. 2018
1

Il y a une parade (contre nature) a ca : ne pas chercher a la deventer mais La faire decrocher (en bordant et en ramenant proche de l axe)
Ca marche tres bien, mais faut rester concentré a la barre
On utilisait cette technique quand il fallait pouvoir etaler un grain trop fort pendant quelques minutes. Ou pour arreter le bateau.

18 oct. 2018
0

@celtic warrior, erreur 404, lien mort.

18 oct. 201818 oct. 2018
0

Arciboucou ! Je n'avais pas vu ce détail !
OK, ça marche, mais j'avais vu cette vidéo de "petit nouveau". Le gréement est testé, maintenant, il tient !

18 oct. 2018
0

juste enlever le point à la fin du lien.

17 oct. 2018
0

Les catas d'aujourd'hui enfournent peu car ils ont une coque avec un redan qui permet de la relever avec un appui sur l'eau qui augmente avec la vitesse. Par exemple lors de notre transat, une seule vague a été mal négociée et le bateau est parti en survitesse nous étions alors à 30 cm d'enfourné, mais cela a été au début de la vague , après avec la vitesse l'avant du bateau s'est relevé grâce au redan. Ok, il ya eu une petite frayeur à bord...

17 oct. 2018
0

Les surfaces de voilure diminuent et les déplacements augmentent...

17 oct. 2018
0

Pour Jean, pour être précis, 9 noeuds à 45D du vent

18 oct. 2018
0

Belles perfs...a 45° du vent réel ?
Mais par 20 nds de vent réel alors, non ?

Parce que meme avec le mien qui fonctionne plutot bien, je suis au maxi a 9nds a 45 du VR
Si on parle de vent apparent, c est différent.
Dans tous les cas félicitation pour cette transat retour ( que peu de marins font finalement)

18 oct. 2018
0

je ne cherche pas à polémiquer mais un cata chateau fort comme ça dérive,
9 nœuds certes,45 degrés apparents, mais avec la dérive quel est le VMG ? certainement pas meilleur qu'un monocoque équivalent de 44 pieds chez jeanneau ou beneteau, je ne parle pas d'un X ou d'un J
laissez nous ça au moins !
:pouce:

18 oct. 2018
0

Allez je me lance lors 'une transat aller las palmas st lucie sur un outremer 51 je suis reveillé vers minuit par la vitesse du bateau,sifflement,acceleration ,je prends un peu de temps a emmergé de mon sommeil et je me decide de monter sur le pont ou je trouve le proprio et sa femme en prise avec le parasailor dans un grain aux alentour de 35 knt le bateau filait comme une balle 17 18 nœuds sous pilote mer belle a peu agitee!!Lors des essais devant las palmas du parasailor ,voile super au demeurant,le demonstrateur nous avait conseille de lacher les bras pour faire monter le plus haut possible la voile pour ralentir. Donc je retrouve mon proprio et son spi en tete de mat dansant la gigue sous 35 kn!!!!J' apercevais le gerbes d'eau aux etraves,le second equipier se reveille aussi le temps de s'equiper de nos harnais pour tenter d'emmener le spi celui ci eclate comme une baudruche nous sautons sur le trempoline et emmenons ss effort la chaussette.Bon j'avoue que nous etions un peu desempares avec le tete un peu dans le c....
On a tous fait la gueule de perdre une si jolie voile si utile qui nous faisait marcher 12 13 plein arriere dans un confort optimal.
Perso j'aurai demarré les moteur et je serai venu me mettre au vent pour deventer et emmené la chaussette mais bon j'etais pas le skipper et de toute façon on n'a pas eu le temps il a eclaté qq minutes apres notre arrivée sur le pont.Je precise que habituellement pour la nuit nous prenions un ris sur la gv pour dormir et que ce soir la nous avions tous decidés de passer la nuit sous parasailor!!!Mal nous en a pris.
Aurais-je bien fait ou pas votre avis???
Bonjour.

18 oct. 2018
0

Joss : C'est presque ce que j'ai fait avec succès sur un Hélios 42.

" Perplexe, le nez vers la têtière de gennaker, nous réfléchissons deux minutes, debout sur la trampoline. Dérouler le gennaker et l’affaler classiquement est sans doute possible mais nous ne sommes que deux et n’avons plus 30 ans. Que se passera t-il s’il se regonfle ou chalute alors que nous déboulons à 15 noeuds?

Finalement, je décide de lofer brutalement en grand pendant que Claude l’affalera rapidement juste avant le moment ou nous arriverons bout au vent. Je démarre les moteurs par précaution.

En une dizaine de secondes, la manœuvre se passera comme nous l’espérions. Le gennaker tombera sous le vent et dans la trampoline. Nous remettons en route au louvoyage sous deux ris et solent et repartons dans le raz, cap au sud."

karibario.blogspot.com[...]18.html

18 oct. 2018
0

Oui satura ces vitesses sont atteintes avec mini 20 noeuds.

18 oct. 2018
1

Ok Reno. Bien

Sinon, sous spi en multi, ne jamais lofer mais au contraire abattre pour ralentir.
Le pb du lof, c est de reussir a passer le 90, là ou la GV reprend toute sa puissance propulsive... souvent trop risqué dans ces conditions. Meme avec un cata « lent »

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

l'ENEZ SUN, à l'Île de Sein, 2016

Souvenir d'été

  • 4.5 (165)

l'ENEZ SUN, à l'Île de Sein, 2016

novembre 2021