CATA EN GROS TEMPS,,,

Comment se comporte un cata par mer dangereuse???
Le monocoque n'est'il pas plus sûr??

L'équipage
29 juil. 2003
29 juil. 2003
0

Cata je sais pas, mais pour les tris ...
ca se comporte tres bien, a condition que le bateau soit étudié pour, comme les monocoque en fait. Il y en a des bons, et il y en qu'on ne peut pas juger de sécu !

Ce qu'ils faut eviter a tout prix, c'est les catamarans/trimarans avec des flotteurs peu volumineux et eviter a tout prix les ailerons sur les flotteurs, car cela empeche de déraper et risque d'aider a culbuter le bateau.

Si on a des dérives sabres (plus courant sur les tris), suffit de la relever en grande partie, voire completement.

Il y a quelques mois, j'ai "surfé" sur le flanc d'un de mes flotteurs (tri de 26 pieds), flotteur au vent et carene centrale déjaugée ..... ca fait peur sur le coup, mais j'avais l'impression qu'il y avait encore de la marge.

Le flotteur sous le vent, glissait sur l'eau. Je n'ose pas imaginer ce que cela aurait donner avec des ailerons, ou des flotteurs peu volumineux.

Sinon un truc important aussi, la plupart des jupes des flotteurs sont en pentes inversées. C'est cool ca fait gagner du poids au extrmité pour réduire le tangage, mais dans la "grosse" mer, si on loupe son virement, et qu'on par en marche arriere, l'arrière en pente inversé des flotteurs a une facheuse tendance à "enfourner" ....

Je l'ai fait une fois, ca m'a suffit pour imaginer ce qu'il pouvait arriver (style soleil a l'envers comme en hobie cat 16). J'ai donc passé le reste de la "tempete" en remontant au vent, et en empannant pour changer d'amure.

Pour le reste, je ne vois rien de particulier de plus que le monocoque.

29 juil. 2003
0

multicoques et gros temps
Pas le temps de faire une analyse détaillée, mais il existe un excellent bouquin ("trimarans et autres multicoques" de Gérard Basseporte et Etienne Gaucher (F.Nathan 1980) dont les analyses sont complètes et toujours valables. Egalement "chavirage en trimaran" de Nicolas Angel (Pen Duick 1979) qui explique un cas de figure de chavirage, également l'analyse d'une expérience réussie de survie avec les problèmes et les peines, mais aussi ce qu'on peut attendre d'un bon équipage dans cette situation.

Poussés à bout, les multicoques chavirent (qu'ils soient de compétition ou même gros catas de croisière). Les monocoques aussi, qui sont censés se redresser: l'allemand Heinz Schwab (âgé de 72 ans) a même fait 6 fois le tour( le record mondial!) avec son voilier en acier de 12 mètres en Novembre 2002 dans l'océan Indien.

Je n'ai pas eu de gros problème en multicoque, (sinon en "Hobby-cat", en le plantant par l'avant, comme il se doit) mais ai levé une coque sur un "Wharram", qui n'est pas censé le faire, et engagé le flotteur sous le vent sur un gros trimaran "Piver", ce qui est assez impressionnant, car laissant l'impression que le bateau pourrait bien chavirer en diagonale à partir de l'étrave du flotteur sous le vent: il suffirait que l'état de la mer s'y prête...

Pour résoudre le problème dans les années 1960, les multicoques étaient généralement sous-voilés par sécurité, mais cela les rendait moins rapides: on ne peut pas tout avoir. Leurs promoteurs les prétendaient "fool-proof", autrement dit sûrs à 100%, jusqu' au naufrage de quelques-uns, certains avec l'architecte à bord (Piver, Headly Nicols...)

En fait, le problème majeur est l'état de la mer.

Comme cela ne se voit pas, je suis "fan" de multicoques. Mon avant-dernier bateau il y a 3 ans, était un rapide cata en alliage léger.

bon vent,

29 juil. 2003
0

Navigation par gros temps !
Le pavé incontournable d'Adlard Coles, dans son édition 2002,a un gros chapitre sur les multis,par Gavin Lesueur.

Mono ou multi ?
Ben tu pourras comparer !

30 juil. 2003
0

Solidité
Les éforts et contraintes que subissent les cata sont énormes(torsions)et j'ai un réel doute sur de longues routes par mauvaise mer.J'ai naviguer sur des proto(avant lancement de la production)j'ai vu des roof peter en 2 dans le sens de la diagonale.Pas trés rassurant.Il faut bien choisir son programme de croisière par rapport à la construction de son bateau, beaucoup + pour un cata que pour un mono.
Je rejoints tout à fait Windjammer,l'état de la mer est un problème(aussi par les mouvements qui rendent -parfois-le voilier invivable).
Il y en a beaucoup qui naviguent sans problèmes,quant au vieillissement....

30 juil. 2003
0

Mulicoque solidité/veillissement
C'est tout a fait vrai que les efforts sur la structure d'un multicoque sont beaucoup plus grand que sur un monocoque.

Mais si l'architecte connait son boulon et echantillonne correctement les matériaux, et que les proprios savent naviguer "LEGER", le bateau n'a pas raison de veillir plus qu'un monocoque bien construit

L'ennemi du multicoque, c'est le poids emabarqué supplémentaire (autant pour le tangage, que pour les efforts sur la structure)

01 août 2003
0

Rien à ajouter, sinon
le centrage des poids.
j'ai une courte séquence enregistrée d'un gros cata de croisière capeyant dans une mer assez folle (à vue de nez 12 à 15m de creux) et surmontant la chose avec l'aisance d'une mouette. Les lames sont , bien régulières, pas croisées ...

01 août 2003
0

Etat de la mer avant tout.
Pas de reelle experience de gros coup mais disons qu'avec 40 noeuds etablis depuis quelques heures et une mer deferlant pas croisee a 4 metres peut etre plus, ca passe meme sur un petit cata. Par contre, c'est invivable avec nada wind, le 14 juillet entre la croisette et Sainte-Marguerite ! Serieusement, la fatigue ca doit exister mais on fait gaffe, centrage des poids , garder les lignes, pas surtoiler,.... la voile quoi !

01 août 2003
0

cata et gros temps
mon dernier cata, un engin rapide dès le petit temps, très typé, tenant bien la mer - mais je ne l'ai jamais mené au-delà de force 6, parfois avec mer forte par houle d'Ouest - ne supportait pas force 5 avec gros clapot au près: il tapait, n'avançait plus, et , en insistant , il aurait pu casser.
J'ai une séquence filmée du bord où, par force 5 et mer plate ( sous le vent de l'île d'Houat à environ 400m des plages ) il file 16 noeuds tout dessus.
Au large avec de la mer, je prenais des ris, cha ngeais de foc, limitant la vitesse à 7,5 noeuds au près et 10-12 noeuds aux autres allures: le budget d'un "croiseur" n'est pas celui d'un "coureur".
bon vent

02 août 2003
0

au pres
Au fait, je me suis apercu que j'avais la vue un peu courte (ca s'appelle presbitie et ca vient avec l'age) alors rectif, parce que je veux surtout pas jouer les gros bras ou les loups de mer aguerris, quand je parle de petit cat, je parle d'habitable peinard (lagoon 37).
Bon le plus important : j'adore le cata, mais je ne vois pas dans les conditions que j'ennoncais plus tot (40 noeuds, 4 metres) au pres serre a moins de 3 ou 5 miles d'une cote. Remarque, j'me la sens pas trop en mono non plus dans ces conditions la. Si il faut, il faut, on verra mais sur qu'avec mon cata, la strategie sera bien differente de celle que j'aurais pu avoir avec le bateau precedent.
Alors bateau et programme c'est un tout. Et le gros tu risques de l'avoir n'importe ou, seulement plus souvent pres des poles et peut etre aussi plus gros que gros. A chacun d'en tirer les conclusions pour ses choix.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Juin 2012, Minorque Est, Luc et son œil de posson

Souvenir d'été

  • 4.5 (64)

Juin 2012, Minorque Est, Luc et son œil de posson

novembre 2021