cata à derives dans un port d'echouage

dans le cadre d'un hivernage à flot dans un port d'echouage, dont les fonds sont composés de vase molle, ou les courants sont tres faible et le caplot/houle inexistant.

Peut-on en toute quietude y faire hiverner un cata à derive ?

Il y en a t'il qui pratique de la sorte ?

un catamaran à derive à t'il des fonds et une structure prevus pour ce genre d'exercice ?

eventuellement peut-on imaginer (cela existe peut être deja), des cales en mousse, pneu, planche que sais-je à placer sous les deux coques à marée haute pour que le bateau s'y pose et repose une fois que l'eau s'est retiré ?

Merci pour votre avis
Sylvain.

L'équipage
23 juil. 2007
23 juil. 2007
0

si
c'est celui dont je pense tu peux le faire sans proteger.

Séb

23 juil. 2007
0

Ça fait plus
de huit ans que mon iroquois se pose à chaque marée... Pas de problème !

24 juil. 2007
0

Tant qu'il n'y a pas
d'objet agressif dedans, la vase est un matelas douillet.

Un problème peut survenir cependant : la vase qui rentre dans les puits et qui coince la dérive. (Guy, si tu nous lis...)

24 juil. 2007
0

merci pour toutes
ces precisions, voila qui va etendre mes recherches.
Il y a t'il des catas à derives donc qui supportent mal ce genre de mouillage ?

24 juil. 2007
0

Oui, ceux en Cp epoxy

n'aiment pas trop, sauf si vase vraiment molle et les dériveurs intégraux en alu ou catas alu sans quille, sont recherchés par les ty mollusques qui s'y fixent et ensuite grattage, mastic epoxy et antifooling, car les bernacles et consorts s'accrochent si fort qu'ils repartent avec l'enduit.

Perso ,je préférerais me poser sur un semblant de fausse quille . Il est vrai que le Dufour T7(DI) était prévu avec un témoin d'usure pour l'échouage afin de recharger en matière lorsque le témoin apparait, une autre version était équipée d'une tole sabot en inox( plus rassurant ) .

24 juil. 2007
0

Oui, ceux en Cp epoxy
n'aiment pas trop, sauf si vase vraiment molle et les dériveurs intégraux en alu ou catas alu sans quille, sont recherchés par les ty mollusques qui s'y fixent et ensuite grattage, mastic epoxy et antifooling, car les bernacles et consorts s'accrochent si fort qu'ils repartent avec l'enduit.

Perso ,je préférerais me poser sur un semblant de fausse quille . Il est vrai que le Dufour T7(DI) était prévu avec un témoin d'usure pour l'échouage afin de recharger en matière lorsque le témoin apparait, une autre version était équipé d'une tole sabot en inox( plus rassurant ) .

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les caprices du ciel

Après la pluie...

  • 4.5 (100)

Les caprices du ciel

mars 2021