bouteille de plongée

Il existait des petites bouteilles avec détendeur intégré et embout qui permettait de faire des petits travaux sous le coque autonomie d'une dizaine de minutes.
Je n'arrive pas à en retrouver! cela existe t'il toujours ?

L'équipage
05 déc. 2007
05 déc. 2007
0

Et un petit compresseur ?
J'ai vu un gars sur un ponton qui avait un petit compresseur electrique qui alimentait directement un narguilé. Il n'y avait pas de bouteille donc, mais, juste un tuyau d'une dizaine de mêtres avec l'embout au bout.

Si j'ai bien compris, tu poses le compresseur sur le roof, la plage avant ou le cockpit, et pendant qu'il te vide la batterie, toi tu peux plonger pour faire ta bricole. Il n'y a pas de limite d'autonomie, sauf celle donnée par la batterie.

Je n'ai pas la moindre idée de la consommation du truc.

Et je rigole en me disant qu'avec notre réglementation, tu dois pouvoir avoir ça et un fusil.

Ben oui, Chef, ce n'est pas une bouteille, ça, Chef.

Jacques

05 déc. 2007
0

Compresseur jack
Bonjour,

Effectivement, vu pour ma part au salon nautique mais à l'origine découvert grace au site d'amel caramel (rendons à Cesar ...)

www.watergames.com[...]0fr.htm

J'avoue que le principe me plait pas mal pour la grande croisière : evidemment on ne s'éloigne pas de son bateau mais pour nettoyer la coque ou pour virer des bouts de l'hélice, c'est pas con.

Ca se branche en douze volts.

Stéph.

05 déc. 2007
0

Bouteille de plongée & sac à dos
Les revues nautiques anglaises font de la pub depuis quelques temps pour un produit qui consiste à une petite bouteille/compresseur et detendeur tenant dans une sorte de petit sac à dos et prêt à l'emploi, pour dégager un bout dans l'hélice ou un petit carénage. Ca se range facilement et ça s'enfile comme un sac à dos avant usage... J'ai vu la même chose dans une des revues françaises spécial salon de cette année, dans les pages "nouveautés équipement"

+++

05 déc. 2007
0

PETITES BOUTEILLES : ATTENTION.......
Oui, elles existent encore et servent en secours pour par exemple finir des paliers.

EN AUCUN CAS ce matériel est prévu pour faire une plongée. Absence de manomètre, absence d'ordinateur de plonger.

La plongée même de loisir est une activité qui demande une formation.

Passer outre c'est accepter de jouer avec sa vie et celle de ceux qui tentent de vous porter secours.

Le risque encouru: rester paralysé pour le restant de sa vie! Toutefois si vous souhaiter utiliser une bouteille pour nettoyer votre coque mieux vaut utiliser un narghilé.
Une bouteille munie d’un premier étage sur lequel sont branchés un manomètre, un tuyau d’une longueur de 10m.

Surtout une personne sur le pont.

Le rôle de ce « binôme » sera de prévenir le plongeur dans le cas ou la limite de réserve est atteinte et en cas de problème.
La plongée est un très beau sport qui demande une solide formation et le respect de règles de base.

Le risque encouru est le fait que sans formation le « plongeur » pour économiser de l’air aura le mauvais réflexe de bloquer sa respiration à la remontée.
Conséquence : surpression pulmonaire.

Non, je ne suis pas rabat joie, simplement le jour ou vous aurez vu un collègue finir hémiplégique à une vingtaine d’année pour une bêtise vous regarderez les choses différemment.

Pour ceux que cela intéressent ces bouteilles sont en vente au prix de =- 350€ chez Subchandler ici à Bruxelles par exemple.

Je ne suis pas donneur de leçon, simplement je plonge régulièrement depuis 1974.

05 déc. 2007
0

Le tout est de savoir lire...
Merci pour tes précieux et éclairant conseils...

Nous parlons là d'un équipement pour caréner son bateau ou pour dégager un bout de l'hélice...

Même sur un 60' ou un class américa, je doute qu'il faille dépasser les 5 mêtres pour cela.

Donc non, ni palier, ni accident de surpression à cette profondeur, et oui, c'est accessible à n'importe qui sait nager.

Cela ne veut pas dire que c'est la panacée, comme le fait d'avoir le BE de plongée n'est pas non plus une assurance tout risque.

Tu as ni plus ni moins de risque à cette profondeur avec un narguilé alimenté par une bouteille, un narguilé alimenté par un compresseur ou un petite bouteille.

La seule garantie supplémentaire du système "en surface" est que la longueur du tuyau d'empéchera de dépasser les 10 mètres... Si l'envie t'en prennait.

Jacques

05 déc. 2007
0

Une étoile
à morgan pour sa sagesse de vieux (pardon : d'ancien !) plongeur.

Attention aussi aux narguilés artisanaux : de l'huile dans les poumons, c'est pas bon non-plus.

C'est même très mauvais :doc:

05 déc. 2007
0

je veux parler des ceusses
qui plongent avec un bête compresseur, un tuyau et un détendeur façial, mais je pense qu'on en a déja parlé sur H&O.

05 déc. 2007
0

Boot Düsseldorf
Au salon de Düsseldorf, tu pourras trouver tout ce que tu veux en matière de plongée (1 palais dédié à la plongée) et une gamme de bouteilles de toutes capacités.
Par ex : 1l : 79€. 3l : 94€.(Meyer à Mönchengladbach). Combiné bouteille 2L + détendeur : 349€ (Tauchsport Braun à Munich).J'ai pas d'actions chez eux.
En plongée comme en voile, la technique ne remplacera jamais la prudence et la jugeotte.
Au début des années 60, on (je) plongeait avec un "profondimètre" et une montre par palanquée et on avait moins d'accident que maintenant avec les ordi et autres équipements de "cosmonautes".
Ce n'est que mon avis bien sûr.

05 déc. 2007
0

Ces bouteilles ressemblent à des aérosols
avec un petit embout bucal qui permet de respirer, très peu d'autonomie et c'est du jetable ils sont peu fréquents en France. Il existe chez les revendeurs un matériel de plongée destiné à de courtes interventions (bloc 2 litres 200bars avec detendeur)livré dans un sacs de transport en cordura c'est très utile pour des interventions de courte durées à faible profondeur 2 à 3 m maxi pour un non entrainé, SURTOUT ne pas confondre avec un matériel de plongée je rejoins "morgan" pour que vous ne prenniez pas à la légères l'utilisation de ce matériel les accidents les plus fréquents et les plus graves se produisent dans les faibles profondeurs par manque de connaissances des règles élémentaires. quand au petit compresseur narghilé nous avons eut l'occasion de l'essayer l'été dernier l'autonomie procurée est très intéressante est je pense que c'est le meilleur système à avoir sur un bateau gros bemols le prix et l'encombrement.Sur l'eau c'est notre élément sous l'eau c'est celui des poissons.....

05 déc. 2007
0

faut pas déconner
je suis d'accord qu'il ne faut pas faire n'importe quoi en plonger

mais quand même , si vous voulez bien dire les tables dans les 20m et les 40m

alors un narguilé avec 10m de tuyaux ,expliquez moi le danger de bang ??? de paralysie ???

le gars qui va dégager un bout dans son hélice ou même passer un coup d'éponge, il descend à combien ??? 1m 2m 3m maxi il y a certainement plus de danger à le faire en apnée et faire une syncope par hypoxie ou hyperoxie (pas sur de l'orthographe ;-) ) qu'un accident de décompression avec ce matériel , narguilé ou bouteille faciale,

je veux bien qu'on m'explique le contraire, chiffres et tables en main
amha ;-)

05 déc. 2007
0

morgan a raison
Morgan a tout a fait raison.
pas de risque d'accident de decompression en effet, mais un reel risque de surpression pulmonaire , meme dans la zone des 5 metres...
En bloquant sa respiration a seulement 5 metres,l'air va se dilater de 50% de son volume a la remonter.il suffit simplement d'expirer, mais encore faut il le savoir.
cordialement.
berny

06 déc. 2007
0

j'ai en mémoire
que dès 2 m une remontée respiration bloquée peut créer des problèmes sur les alvéoles pulmonaires (surpression 0,2 bars).

05 déc. 2007
0

Ce n'est pas
amha, le risque encouru, mais la confiance qu'un plongeur occasionnel peut avoir dans du "petit" matériel, même à 2 m de profondeur.

Il n'est pas question de décompression bien entendu, mais du fait qu'un incident quelconque risque d'être mal géré par une personne non formée.

05 déc. 2007
0

Goudspide juste une chose.
En plongée tu prend un atmosphère tout les dix mètres. Le plus d'accidents surviennent justemant dans les dix mètres. Sérieusement et avec tout le respect que je te dois. Ici je ne pense pas que ce sujet soit la préoccupation de tous. Mais je veux bien en parler avec toi hors fil.
Merci

05 déc. 2007
0

Pour completer l'aspect risque
le poumon humain peut supporter au maxi 0.3 bar de surpression avant de subir de graves lésions or cette surpression intervient lorsque l'on respire de l'air comprimé au dessous de 3m de profondeur l'accident de plongé classique à faible profondeur s'appelle surpression pulmonaire et provient du fait que le plongeur ne souffle pas l'air qu'il à dans les poumons lors de la remontée. il est evident que les risques a moins de 3 m sont quasi nuls (helice ou carenage) mais au delà, sans connaissances, il y à un risque non négligeable de lésions plus ou moins graves. Le but de cette intervention n'est surtout pas de vous dissuader de plonger en bouteilles, vous aurez acces à un environnement extraordinaire mais de le faire en toute sécurité avec un minimum de précautions sanitaires attention aux plombages dentaires en mauvais etat, aux petit soucis cardiaques non décelés, aux incident type placage de masque, douleurs au tympan, problèmes aux sinus. ce ne sont là que de petits détails, mais une otite barotraumatique vous gache facilement une belle semaine de vacances d'eté.Prenez simplement le temps de prendre un ou deux cours ou mieux passez un "niveau 1" de la fédé dans un club et je suis persuadé que ça vous donnera envie de continuer à plonger plus loin.
A bientot sous l'eau.

05 déc. 2007
1

effectivement c'est dangereux
Je suis divemaster PADI est je vous confirme que la plongée... c'est dangereux.

Toutefois une intervention à moins de 3 mètres pour s'occuper de notre coque ne sera pas plus dangereuse que en apnée à remonter toute les 30 sec. avec un couteau dans une main et en envitant la quille, le safran, l'hélice. Bref il m'apparait plus dangereux en apnée qu'avec bouteille ou tuyau relié à la surface ( avec compresseur).

Par contre, le fait de commencer par s'occuper de votre coque vous donnera l'envie d'aller voir un peu plus loin un jour car vous vous sentirez plus en confiance.... et là ce sera le drame !

Je préconnise donc l'anticipation de votre future envie de plonger.

Passez donc au moins voitre niveau 1 ou mieux directement l'open water PADi ( vous serez alors en plus autonome en plongée)

à suivre,

05 déc. 2007
0

pourquoi hors fils morgan ???
il y a qqe chose à cacher ??

j'aimerai qu'on m'explique quel est le risque à -3m ??

j'ai posé 200 000 fois à des plongeurs, moniteurs, plongeurs et moniteurs militaires,

toujours la même réponse mais aucune explications,

par contre on sait et on me l'a expliqué que de faire de l'apnée pour une personne non entrainé est très dangereuse,

par syncope par hyper ventilation ou par appauvrissement d'oxygène pour avoir retenu trop longtemps trop de fois d'affilé sa respiration,

le risque principal du narguilé est qu'un mec qui est en plongé s'intoxique parce que le moteur aura été mis en route pour ne pas pomper trop sur la batterie, ou que le gars sur le bateau clope à coté en attendant

mais effectivement les accidents surviennent dans moins de 10m mais pour quelle raisons ?? après quelle plongée ??? combien de temps à quelle profondeur ??

pour éviter que je dise des bêtise donne les tables de décompression, enfin le début à quelle profondeur peut on rester en bouteille sans palier de décompression ???

05 déc. 2007
0

ne mélange pas
pas de mélange :non:

trop rapide comme explication ;-) si s'en est une

05 déc. 2007
0

goupside
Tu confonds accident de decompression et accident barotraumatique.Seagull34 a trés bien expliqué le risque de la surpression pulmonaire qui fait partie des barotraumatiques.il suffit de lire.
cordialement.

06 déc. 2007
0

D'accord avec Morgan
La mer n'est pas l'élément naturel de l'espèce humaine, dès l'immersion il y a danger, et ce peu importe la profondeur.

De nombreux éléments viennent en plus compliquer la chose comme :
- la forme physique au moment de l'immersion
- le froid
- la fatigue
- La Toxicité de l'oxygène à partir de -6m
- Etc ...
On peut facilement se noyer dans moins de 2 mètres d'eau,par exemple en apnée en grattant une coque , les séries d'hyperventilation peuvent engendrer ajoutées à la fatigue et la dépense physique, une syncope fatale.
Pour la plongée au narguilé, de nombreux accidents de décompression ont montré qu'au delà de 45 mn de durée de travail dans les tranches supérieures à 5 m , il était plus que fortement souhaitable de faire un palier à 3 m
Les apnéistes chasseurs connaissent bien et redoutent le fameux rendez-vous syncopal des 7 m dû au manque d'oxygène pendant la remontée, l'organisme ayant tout consommé au fond.

Je tiens cependant à rester humble dans mes propos, n'ayant pratiqué la plongée qu'une quinzaine d'années au sein des démineurs de la Marine.

05 déc. 2007
0

correctement explicité , une z étoile alex
:tesur: un équipement de base pour vérifier sa coque , n est pas fait pour autre chose !
5 métres maxi et méme moins , par l adulte responsable , pas par l ado kamikase!

05 déc. 2007
0

Ok allons y...
La surpression pulmonaire

Table des matières

I Introduction

II Rappels

2.1) Les Barotraumatismes

2.2) Qu’est qu’un barotraumatisme pulmonaire ?

2.3) Les Lois

III Notions d’anatomie

3.1) Appareil respiratoire

3.2) Appareil circulatoire

IV La surpression pulmonaire

4.1) Circonstances

4.2) Causes

4.21) Le spasme de la glotte

4.22) Malformations au niveau des poumons :

4.23) Ecoulement laminaire et turbulent.

4.3) Symptômes

4.4) Traitement immédiat

4.5) Traitement ultérieur

4.6) La prévention

V Conclusion

La surpression pulmonaire

I Introduction

Certains accidents de plongée sont mortels, l’un d’eux, la surpression pulmonaire a le triste record d’être celui qui détient le plus haut taux de mortalité. La surpression est le plus grave des barotraumatismes, elle n’est que très rarement légère et s’accompagne presque toujours de complications respiratoires.

Nos poumons, quoique étant d’increvables organes, tolèrent très mal les différences de pressions. Cela veut dire qu’ayant quitté la surface pour les profondeurs aquatiques, l’homme dois respirer un gaz qui lui est fourni à la pression ambiante. Ce sont les variations de pression ambiante qui sont à l’origine de la majorité des accidents de plongée.

Tous les médecins s’accordent à dire qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Dans le cas de la surpression pulmonaire, il est très aisé de l’éviter. Malheureusement, lorsqu’elle survient seul la proximité et la rapidité de soins intensifs permettent parfois d’éviter le drame.

C’est pourquoi il est impératif de comprendre, de retenir et d’appliquer les quelques règles élémentaires qui permettent d’éviter cet accident.

Il existe deux types de barotraumatismes pulmonaires propres à la variation de la profondeur en plongée : la surpression et la " dépression " pulmonaire, cette dernière ne survient chez les apnéistes qui descendent très profond (70 m et plus), son mécanisme s’apparente très fort au plaquage de masque. Nous n’en parlerons donc pas plus.

II Rappels

2.1) Les barotraumatismes

Barotraumatisme de " baro " qui signifie pression, (exemple : Baromètre, l’appareil qui permet de mesurer la pression atmosphérique), " trauma " qui signifie un dommage à l’organisme (traumatisme : ensemble des lésions de tissus, organes ou membres provoqués accidentellement par un agent extérieur).

Ainsi le barotraumatisme est une lésion due à la compression ou la décompression d’une partie du corps. Dans le cas de la plongée sous-marine, ce sont les inégalités de pression entre les cavités du corps, du masque ou du costume de plongée et la pression ambiante qui sont à l’origine des barotraumatismes.

2.2) Qu’est qu’un barotraumatisme pulmonaire ?

C’est tout dommage qui trouve sa cause dans un déséquilibre entre la pression ambiante et celle de la pression de l’air dans les poumons. Le plus grand danger qui guette le plongeur à la remontée est la surpression pulmonaire, surtout lorsque celui-ci retient sa respiration.

2.3) Les lois physiques

Parmi les lois physiques que nous avons déjà rencontrées, il en existe une qui explique le phénomène à la base du barotraumatisme pulmonaire : La loi de Boyle et Mariotte. Celle-ci stipule qu’à température et à quantité de gaz donnés, le volume de ce gaz est inversement proportionnel à sa pression.

Ou encore, dans les conditions énumérées ci-dessus, le produit de son volume par sa pression est une constante.

Un volume de 1 litre d’air à la pression atmosphérique de 1 atm en surface, amené à 40 m de profondeur ne mesure plus qu’un cinquième de son volume de départ à savoir 0.2 litre. Inversement, un volume de 1 litre à 40 m remonté à la surface mesure 5 litres.

III Notions d’anatomie

3.1) Le système respiratoire

3.11) Les voies respiratoires supérieures

Fosses nasales : (narines, cornets, orifices des sinus)

Pharynx : (bouche, épiglotte, amygdales)

Larynx : (Glotte ou aiguillage de la trachée et de l’œsophage, cordes vocales)

3.12) Les voies respiratoires inférieures

Trachée : tuyau cartilagineux long de 15cm

Bronches : deux bronches souche, se subdivisant en bronches, puis bronchioles ramifiées.

Vésicules pulmonaires : sorte de sac, ressemblant à une grappe de raisin, formé de multiples alvéoles pulmonaires (Æ = 0,2 mm). C’est dans les alvéoles, au nombre d’environ 500 millions, que se produisent les échanges gazeux.

L’alvéole garde une forme arrondie grâce au phénomène de tension superficielle (ex : bulle de savon). Elle est élastique et peut subir une différence de pression d’environ 200 millibars.

L’échange gazeux se fait au niveau des parois, (ou membranes alvéo-capillaires d’épaisseur 0,001 mm), entre l’air à l’intérieur de l’alvéole et les capillaires qui l’entourent.

Le sang, par simple phénomène de diffusion, va céder une partie de son gaz carbonique, et s’enrichir d’oxygène.

3.13) Les plèvres

Ce sont des membranes (feuillets pleuraux) doubles qui enveloppent complètement chaque poumon. La partie externe adhère à la paroi thoracique, la partie interne adhère au poumon lui-même. Entre les deux feuillets pleuraux existe une dépression d’environ 15 millibars (vide pleural) qui les maintient en contact étroit tout en pouvant glisser l’une sur l’autre. Ainsi les poumons sont " collés " à la cage thoracique de la même manière qu’une ventouse adhère à une surface.

3.14) Mécanique respiratoire

La respiration est mue de deux façons, par le mouvement du diaphragme et des abdominaux et celui de la cage thoracique. Les muscles qui produisent les mouvements du diaphragme et des côtes ne sont pas très forts, ils ne permettent qu’un effort d’environ 40 mb (40 cm d’eau). La capacité volumique des poumons dépasse que très rarement 7 litres, et ce chez des grands sportifs. En moyenne, ce volume tourne aux environs de 5 litres.

3.2) Le système circulatoire

Le système circulatoire se divise en deux circuits distincts :

La grande circulation

ou circulation systémique, qui part du ventricule gauche et revient dans l’oreillette droite. Elle achemine combustibles, comburant (oxygène) et déchets vers tous les organes et tissus du corps.

La petite circulation

ou circulation pulmonaire passe par les poumons, s’y charge d’oxygène et s’y décharge de gaz carbonique.

IV La surpression pulmonaire

4.1) Circonstances

En plongée, nous respirons un air en équipression avec le milieu ambiant, nous parlerons donc d’air à pression ambiante. A la remontée, la pression relative de l’eau diminue et l’air contenu dans les poumons se dilate : cf. Boyle et Mariotte. Pour rétablir l’équilibre de pression, l’air qui se trouve dans les poumons doit pouvoir s’échapper. Si ce n’est pas le cas, l’air se dilatera dans les poumons jusqu’à ce que les alvéoles atteignent leur limite d’élasticité. Au-delà de cette limite, elles se déchireront.

L’air fusera par la blessure vers l’extérieur :

  • soit dans les plèvres ; Provoquant un pneumothorax, c’est à dire un affaissement du poumon. En effet, la dépression qui maintenait le poumon contre la cage thoracique est anéantie.

    • soit dans les vaisseaux sanguins ; Cet afflux de bulles pénètre une veine pulmonaire, elles passent à travers le cœur pour se loger en général dans les artères cérébrales (embolie gazeuse), provocant des troubles neurologiques gravissimes et immédiat.
    • soit dans le médiastin ; la cavité entre les poumons où se trouve le cœur (sans pénétrer le cœur même), provocant lorsque cet air remonte le long de la trachée vers le cou, un emphysème sous cutané ( bulles sous cutanées ) et lorsqu’il descend vers le bas il crée des poches gazeuses abdominales. La direction de l’air dépend de la position du tronc.

4.2) Les causes

Il n’y a pas de doute que la surpression pulmonaire est le résultat d’un déséquilibre entre la pression ambiante et la pression de l’air dans les poumons.

La loi de Boyle et Mariotte prévoit la dilatation de l’air contenu dans les poumons lorsque à la remontée, la pression relative de l’eau, (donc aussi de la pression ambiante) diminue.

A 40 m, la pression ambiante est de 5 atm, le volume des poumons de 5 litres. Le produit de la pression et du volume est une constante : 5 atm * 5 l = 25

A la surface, la pression ambiante est de 1 atm, les poumons devraient donc accommoder 25 litres d’air.

Pourquoi cet accident survient-il chez certaines personnes et pas d’autres ? Est ce toujours parce qu’elles retiennent leur respiration lors de la remontée ?

4.21) Le spasme de la glotte

L’irruption d’eau froide dans les voies respiratoires, le renvoi de gaz stomacaux et la panique peut entraîner un blocage mécanique au niveau de la glotte, emprisonnant l’air des poumons.

Bien que ne pas expirer à la remontée soit la cause principale de la surpression, cet accident peut survenir même lorsque le plongeur expire en remontant. Il existe deux explications pour ce cas de figure :

4.22) Malformations au niveau des poumons :

La présence de ganglions à proximité de bronches peut agir comme un goulot d’étranglement et ralentir le débit d’air à l’expiration. Ainsi l’air contenu dans les alvéoles en amont du goulot se dilate plus vite qu’il ne sait s’échapper : c’est le principe des bronches à clapet.

Les personnes atteintes d’asthme par exemple

4.23) Ecoulement laminaire et turbulent.

Sans entrer trop dans les détails, lorsque l’air s’échappe des poumons en surface il est laminaire, c’est à dire qu’il n’y à pas de turbulences et tout ce passe bien. En plongée, l’air est plus dense et à tendance à s’écouler de manière plus turbulente, il s’échappe donc plus lentement. Lorsque les poumons contiennent des substances étrangères, tel le goudron chez les fumeurs, le mucus chez la personne atteint d’une infection pulmonaire, l’écoulement de l’air y est encore plus turbulent, et s’échappe donc encore plus difficilement.

4.3 Les symptômes

Le premier accident auquel il faut penser pour tout plongeur arrivant inconscient en surface est une surpression pulmonaire. Dans l’ordre : les symptômes les plus détectables aux moins détectables.

La mort à l’arrivée en surface

Le coma à l’arrivée en surface

Les douleurs thoraciques violentes, (atteinte aux plèvres)

Les troubles neurologiques, paralysie, convulsions

La toux, les crachats et expectorations sanglantes

La détresse respiratoire, la dyspnée

Le choc

Le gaz crépitant sous la peau du cou

La gène respiratoire

Tous les signes respiratoires ou neurologiques sont possibles, et sont présents de manière variable selon la gravité des lésions, ils ont comme caractéristique commune de se produire immédiatement.

4.4) Traitement immédiat

Pas de ré immersion : sortir l’accidenté de l’eau et l’allonger, appeler les secours

Administrer de l’oxygène pur : à l’aide d’un masque à oxygène adéquat, à défaut maximiser l’arrivé d’oxygène.

Prévention de l’état de choc : prévenir le refroidissement ou l’insolation, administrer des fluides, rassurer le blessé.

Position latérale stable, éventuellement tête basse : de préférence si la personne est consciente la position de confort respiratoire.

Evacuation rapide vers un service d’urgence : préparer l’accidenté pour le transport, carnet de plongée, profil de plongée, compagnons.

4.5) Traitement ultérieur

Admission d’urgence dans un service de soins intensifs

Pour les cas présentant les symptômes d’embolies gazeuses éventuelles, le caisson de recompression.

4.6) La prévention

La surpression pulmonaire compte pour 40 % des accidents mortels de plongée, elle est d’autant plus à craindre qu’elle se produit près de la surface.

En effet, une remontée de 30 à 20 m se traduit par une diminution de 33% de la pression relative de l’eau. Il d’en suit une augmentation du volume de l’air de 33%.

Une remontée de 10 m à la surface se traduit par une diminution de 100 % de la pression relative de l’eau. Il s’ensuit une augmentation de 100 % du volume d’air.

Plus on se rapproche de la surface, plus important sont les variations de volume et de pression.

Contrôle de la vitesse de remonté : elle garantit le temps nécessaire pour que l’expiration élimine l’air excédentaire. Maîtrise indispensable du gilet.

Ne jamais bloquer la respiration à la remontée : Pas de valsava à la remontée, cette manœuvre est suicidaire car non seulement on provoque une surpression consciemment mais on bloque la respiration.

De préférence remonter la tête en hyper extension, (cela permet aussi de voir les obstacles)

Insister sur la phase d’expiration à la remontée

V Conclusion

Si les alvéoles ne résistent qu’à une différence de 200 millibars, cela représente près de la surface, 2 mètres d’eau. Pour tous les exercices piscine, il est non seulement fort utile d’acquérir le reflex d’expirer en remontant la tête en hyper extension vers la surface, mais il faut aussi être très vigilant lorsque l’on travaille sur bouteille au fond de la piscine, car une remontée incontrôlée flirte avec la surpression pulmonaire.

Lorsque l’on fait un palier en mer houleuse, il faut éviter de s’accrocher à un objet relié au fond, (chaîne d’ancre, rocher etc.), en effet la houle provoque des variations de profondeurs qui entraîne des variations soudaines de pression. Celles-ci peuvent provoquer la surpression pulmonaire. Il est à noter d’ailleurs que l’on conseille d’effectuer en mer houleuse les paliers de 3 m à 6m, afin de s’éloigner de la zone à risque.

Le stress par exemple, qui trouve son origine dans la peur, l’essoufflement ou la mauvaise condition physique peut entraîner des erreurs de jugement ou de comportement fatal. La panique, forme accentuée du stress peut induire un blocage de la glotte ou une remontée incontrôlée.

Finalement, la prévention qui permet d’éviter la surpression pulmonaire assez facilement, repose sur la réunion de deux conditions fondamentales : une bonne formation et une bonne condition physique.

05 déc. 2007
0

en résumé
ne pas respirer est dangereux

;-)

ps: faut bien que les pro bosse , sa résume encore tout ,;-)

et donc pour l'apnée que tu conseilles la place ??

les syncope de l'apnée ???

t'as un copié / collé comme ça l'info sera complète et tout le monde pourra juger de ce qui est le plus dangereux

09 déc. 2007
0

brrr ca donne pas envie
brrr ca donne pas envie de plonge tout ca.
tout compte fais la voile est quand meme un sport de tap..., :-)
merci pour tout ces informations vraiment interresantes!

05 déc. 2007
0

danger plongée expllication
Dans le cadre de l'utilisation pour le bateau et/ou à moins de 10 mètres : aucuns risque d'accident de décompression don cpas de palier. ( il faudrait rester plus de 2 heures sous l'eau et ce n'est pas possible avec une bouteille).

Par contre 2 dangers subsiste:

1 - une remontée trop rapide: formation de bulles (comme ouverture cocacola trop rapidement. Ce cas sera toutefois rare car on ne remonte en général pas trop vite meme en urgence et à 10 mètres tu devrais y survivre mais lésion possible plus ou moins grave celon état de santé etc...

2- le reel danger et la surpression pulmonaire: l'air inspiré à 10 m se dilate en remontant si tu ne prend pas garde à souffler cet air. de 10 m à la surface : tes poumons vont doubler de volume, de 5 m à la surface de 1,5 fois etc..
Tes alveoles pulomaires vont en prendre un gros coup dans la caraffe.
mais le plus grave c'est que cette surpression va creer des bulles autour de ses alvéoles qui vont ensuite migrer sur differentes zones générant soit : emphyseme du médiastin, soit emphyseme sous cutanée, soit pneumotorax, soit le plus grave ambolie pulmonaire.

Bref le top. et n'ayant pas d'oxygene à bord cela risque de s'agraver avant meme que les secours n'arrivent.

Le tableau est sombre, pour ma part les cas connus n'ont jamais été pour de petite profondeur comme 10 m mais bien plus.

cependant, suffit que tu fasses un peu d'asthme et tu multiplies par 20 ta sensibilité au problème.

bref il n'y a pas de bareme precis. il y a trop de parametres differents, il faut donc agir le plus prudemment pour être sur de ne pas avoir de risque. par exemple, j'ai vu un pro de la plongée faire tout dans les regles mais il s'était luxé d'épaule la veille et il s'est fait un accident de décompression à ce niveau ! obligé d'aller 4 heures dans un caisson de décompression afin de pouvoir rebouger son épaule.

Maintenant tout le monde est libre de sauter du haut d'un immeuble ou de traverser l'atlantique sur un kayak...

05 déc. 2007
0

bien sur
je comprends tout ça très bien

mais il y ades activité ou autres qui sont mystifier avec de grandes pancartes "chasse gardée"

un marteau si tu ne t'en sert pas bien s'est dangereux,

un vélo t'en fais pas sans avoir appris

etc etc

mais de dire faut pas s'en servir car c'est trop dangereux me révolte

car trop souvent (je ne vise personne dans ce fil ) ceux qui disent qu'il ne faut pas ceci ou cela, refuse de mettre la ceinture ou les limitations de vitesse....

alors délivrons un vrai information et non pas un leitmotiv mystique

oui c'est dangereux,oui faut prendre des précautions,

mais préconiser l'apnée pour une personne pas entrainée à la place d'un masque faciale ou narguilé c'est criminel livré tel quel,

j'ai jouée l'avocat du diable, d'accord , mais au moins c'est dit et chacun pourra choisir en connaissance de cause ;-)

et pas hors fil, désolé morgan , sinon je ne vois pas l'intérêt d'un forum publique

05 déc. 2007
0

rapport ??
quel rapport nautilus ??

est ce que l'age apport véracité (ou légitimité) ou non à des idées, des propos, des écrits ???

06 déc. 2007
0

bin désolé
mais je ne vois pas le rapport avec mes interventions, je ne me suis pas mis en avant une quelconque, expérience, age, etc,

alors si tu veux bien expliquer ton propos à moins que celui ci ne soit que gratuit,

?

05 déc. 2007
0

juste une question indiscrète Goudspide
t'as quel âge ?

06 déc. 2007
0

L'expérience...
est une vieille lanterne qui n'éclaire que celui qui la porte (ma grand mère).... ;-)

05 déc. 2007
0

n'importe quoi

personnellement je suis asthmatique et j'ai plongé en club durant plus de 15 ans parfois à 40m .Chaque année pour prendre ma licence je passais une visite medicale mon asthme était mesuré jamais je n'ai eu de contre indication ni jamais le moindre probleme.

josé

05 déc. 2007
0

Il y a quelques années...
...après avoir pris un filet dans l'hélice, j'ai eu l'intention d'acheter un équipement de plongée "léger".

A moins de subir un entrainenemt spécifique(même pour descendre à quelques mètres), un ami me l'a formellement déconseillé pour les raisons très bien expliquées notamment par Morgan.

Outre le problème de pression pulmonaire, mon ami me disait aussi que le simple fait d'être "lesté" pouvait provoquer des réactions inattendues et dangereuses.

05 déc. 2007
0

avis d'un vieux plongeur

Je precise on parle bien de nettoyage de coque ou de bout dans l'helice , donc profondeur disons 3m maxi pas une plongée à 30m.

amha ne vous emmerdez pas avec le materiel hors de prix et ayant une automonie tres limité .la plongée se passe aussi dans la tête savoir que l'on a que 10nm pour faire le boulot c'est pas bon.Le mieux c'est d'aller dans un club et d'acheter du materiel d'occas il y a toujours sur les panneaux d'affichage : le prix 150€ la bouteille standard qui vous donne plus d'1h d'automonie à cette profondeur.Il faut ajouter 1 detendeur et 5 à 6 kg de plomb si on plonge avec une combinaison.

et bien sur impertivement avoir quelqu'un sur le pont qui surveille.

evidement pour faire celà il faut tout de m^me etre à laisse dans l'eau et les premiere fois etre accompagné par un ami plongeur qui donnera quelques conseils .

josé

05 déc. 2007
0

Le danger
Imaginons, un amateur avec sa mini bouteille sous son bateau ancré par 4m de fond. Il est en train de bricoler son hélice quand soudain..... l'outil coule au fond. Naturellement, il risque d'aller le chercher sans précaution et là c'est l'accident.

06 déc. 2007
0

ou
il voit passer un homard :-)

05 déc. 2007
0

Le rapport de pression
Une colonne d'eau de 10 m = 1 atm

A la surface, la pression est 1 atm
de 0m a 10m de profondeur la pression est passée de 1 de 2 atm. Elle a doublée

de 10 a 20 m, elle a augmentée de 1 atm. elle est donc passé de 2 à 3 atm. soit 66% de plus etc.

Plus on descend, plus le rapport de la différence de pression est faible.

C'est bien la raison pour laquelle, il y a beaucoup d'accident dans les dix premier mètres car c'est dans cette plage que le rapport de pression change le plus rapidement et provoque la contrainte la plus importante sur l'organisme.
Pour des profondeur plus importante, il y a d'autres phénomènes biologiques.

En bref, attention, une plongée avec appareil respiratoire comporte aussi des risques dans les 10 premiers mètres. La plongée en apnée réagit de manière totalement différente sur l'organisme.

05 déc. 2007
0

Arretez de délirer...
Bien sûr que la plongée est une activité dangereuse.

Je ne vois personne qui discute cela.

De la à dire de ne pas plonger à quelques mêtres pour régler un problème, cela me semble assez excessif, pour rester modéré.

La voile aussi, c'est dangereux. Ne montez jamais sur un voilier, parce que le vent peut souffler à plus de 80 nd et les vagues peuvent dépasser 10 m.

C'est exactement ce que vous nous dites sur la plongée.

Vous nous bassinez avec l'hyperpression pulmonaire. Ce risque existe effectivement dés que l'on passe sous le niveau de la mer.

Que ce soit avec un narguilé autour de son bateau, ou dans une palanquée de 5 dans un club qui te fait payer la plongée.

Et le club ne fera pas autre chose pour contrer le risque que ce que nous faisons ici. Dire clairement que cela existe, et qu'il faut impérativement souffler en remontant. Et donc, ne surtout pas bloquer sa respiration dans une remontée. Et donc ne pas céder à la panique.

Pour être convaincants, ils te vendront en plus une dizaine de plongée école à 5 mètres, où ils te ferons faire quelques exercices assis par terre autour du moniteur, genre enlever ton masque, le remettre, le vider, ou échanger ton embout avec la jolie fille ou le gros barbu d'à coté.

Bref, tu seras bien avancé quand il y aura une vraie situation de panique.

Padi, combien de morts par ans ? Combien, depuis la création de cette méthode il y a trente ans ?

Ils ne sont pas les seuls. Les problèmes de sécurité existent dans tous les clubs, toutes les structures, toutes les méthodes.

Et il faut aussi poser le problème de l'encadrement des clubs.

J'avais un bon ami. Il est mort dans une grotte à coté de Cassis, dans une plongée organisée par un club, avec un moniteur diplomé fédé. mon pote était 1er éch. Ils étaient quatre éléves. Pour l'un, c'était sa première plongée en mer.

L'entrée de la grotte (l'histoire est malheureusement connue, elle se passait dans la grotte qui sera appellée quelques jours plus tard "grotte Cosquer", dans les calanques).

L'entrée de la grotte se trouve à 40 mètres. Ils avaient deux lampes pour 5, pas de ligne de vie.

Les quatres éleves, dont mon pote, sont morts.

Bien sûr, le moniteur, seul survivant, a écopé d'un an de prison avec sursis.

Alors stop sur le message "ne plongez pas seul, c'est dangereux".

Seul le message "ne faites pas l'imbécile" et "respectez quelques régles élémentaires (comme d'ailleurs en voile)" est juste.

Nous parlons ici d'un système de respiration pour plonger à quelques métres.

Je pense effectivement que le petit compresseur peut être utile, puisque toujours disponible.

Bien sûr, un jour, tu pourras aller voir plus loin. A toi de le faire intelligement.

Comme, bien sur, le jour où tu as décidé de passer ta première nuit en mer, d'aller à l'île la bas, de continuer ta route après avoir pris le premier ris...

Jacques

05 déc. 2007
0

Il ne s'agit pas de ne pas plonger !!!!
Mais certaines notions élémentaires peuvent éviter des risques. pourquoi s'en priver......???

05 déc. 2007
0

T'es sûr ?
Deux citations :

"Maintenant tout le monde est libre de sauter du haut d'un immeuble ou de traverser l'atlantique sur un kayak... "

"j'ai eu l'intention d'acheter un équipement de plongée "léger".

A moins de subir un entrainenemt spécifique(même pour descendre à quelques mètres), un ami me l'a formellement déconseillé pour les raisons très bien expliquées notamment par Morgan. "

Et même la belle histoire :

"Imaginons, un amateur avec sa mini bouteille sous son bateau ancré par 4m de fond. Il est en train de bricoler son hélice quand soudain..... l'outil coule au fond. Naturellement, il risque d'aller le chercher sans précaution et là c'est l'accident."

Je peux te faire la même, dans une autre version :

"Imaginons, un amateur, avec son voilier de loc au mouillage dans une crique. Il est en train de bricoler un apéro. Quand soudain, il voit l'horizon, le ciel bleu, les petites vagues avec quelques moutons. Naturellement, il a envie d'y aller, de lever l'ancre, d'envoyer les voiles. Et là, c'est l'accident".

Jacques

06 déc. 2007
0

tout à fait

d'accord avec Erentil.

La plongée peut etre dangereuse mais pas plus ni moins que tout autre activités sportives.

Avoir un bout dans l'helice peut etre aussi tres dangeureux mais si avec un peu d'équipement et un peu de savoir faire on peut se sortir d'un mauvais pas c'est pas mal non plus.

Le plus simple une fois de plus est d'allé s'initier dans le club local puis ensuite tout ira bien.Toutes ses peurs et toutes ses rumeurs vehiculés par des non initié de bouches à oreilles prendrons leurs justes mesures.

Le veritable dangers de la plongée ce n'est pas tout ce qui a été dit sur la pression, depression celà n'est que les consequences.Le danger vient de la panique , si on se controle bien et si on est bien dans sa tête tout se passe sans probleme.Pour celà un peu d'entrainement et voilà tout.

Et je vous assure etre dans l'eau et evoluer en trois dimensions sans efforts comme l'oiseau dans l'air que du bonheur.

josé

05 déc. 2007
0

je partage tous vos point de vue
Mais une hélice à 3m de la surface? Y sont beau vos bateaux. Moi c'est 40 ou 50 cm. Et le bout du safran, c'est 1m ou 1,2m.

Mais l'info est bonne pour l'outil lâché ou l'ancre coincée ou le crabe qu'on a vu... C'est vicieux : juste quelques secondes pour un fond de seulement 5m.

Question : un tuyau sans compresseur, un tuba rallongé, on aspire à quelle profondeur?

06 déc. 2007
0

a peut près 50 cm sous la surface
en fait les muscles de ta cage thoracique n'ont pas suffisament de force pour contrer une pression de 0.5 bar par ailleurs il ne faut pas rallonger le tube car on ne peut pas evacuer tout le co2 regeté par l'organisme il faut toujour choisir un tuba court et de gros diamètre.
A bientot sous l'eau

06 déc. 2007
0

lire 0.05 bar
...

06 déc. 2007
0

Petite expérience perso
Avec un tuba rallongé, j'ai pu respirer 1,30 m sous l'eau, certes avec efforts sur la cage thoracique, mais permettant un bricolage de qqes minutes.
Naturellement, il faut souffler par le nez, pas par la bouche.

05 déc. 2007
0

Proverbe!!!!
La fierté comme la spontanéité a des raisons que la raison ne connait pas ....

05 déc. 2007
0

Pour répondre à gilusbleu
Les égyptiens ont tenté ce genre d'expérience, pas plus de 1 m, l'oxygème et l'azode se sépare...........

06 déc. 2007
0

Meuh nonnnn
Belle rigolade...

Le tuba ralongé, cela ne marche pas, tout simplement par la pression de l'eau. Tu n'arriveras jamais à un métre. Essaie juste avec un tuba normal, en te mettant vertical. Tu as déja du mal à respirer, alors que ta tête est à 15 cm de la surface.

C'est pour cela que même pour un scaphandrier qui bricole juste sous la surface il faut un compresseur.

Jacques

06 déc. 2007
0

je ne cherche pas 1m mais 30 ou 40cm
Imagines le bout dans l'hélice et mer calme. Parce que il y a aussi les mouvements de tangage de roulis et le safran derrière.

Il s'agit d'aller un peu sous la voûte pour faire quelques travaux simples, quitte à respirer difficilement. 10 fois de suite c'est déjà 1 minute.

50cm c'est 50g/cm2 soit 20Kg sur la poitrine (environ 20cm au carré). Mis à part le problème du rejet de la ventilation. Pas trop de diamètre et pas trop long. Donc un compromis entre l'apnée et la respiration.

C'est certainement limite mais pour une intervention exceptionnelle c'est peut-être faisable.

Je ferai un essai cet été pour voir. Mais comme la banquise fond, il y aura de l'eau froide cet été. Brrrrr.

06 déc. 2007
0

salon nautique
Bonjour,
au salon nautique, il y a un stand avec "le vieux plongeur" (magasin de plongée situé à Marseille). Ils ont des narguilés juste pour cette application. Ils ont aussi (mais pas avec eux sur le stand) des bouteilles de plongée de 4l et 6l. Perso j'en ai une de 6l avec un back pack, un détendeur et un mano. Cette année au salon au rayon "nouveauté" ils propose des "sac à dos" avec des petites bouteilles à l'intérieur et le détendeur qui sort juste du sac.
Dorian

06 déc. 2007
0

Bahhhh!!!!
Finalement chacun fait comme il veut......

On peut aussi bien penser que le tabac n'a pas d'influence sur la santé, que le sida n'existe pas et que le réchauffement de la planète est un mythe.......

06 déc. 2007
0

Hé béééé
Le débat s'élève franchement avec toi, François.

J'adore tes arguments, tellements convaincants...

Jacques

06 déc. 2007
0

Je ne veux pas......
entrer dans un bras de fer.....
mais certaines activités sont liés à des phénomèmes scientifiques et régie par des lois physiques qui sont largement décritent dans la littérature spécialisée. De plus, ce n'est pas par hasard que l'on doit produire un certificat pour regonfler une bouteille de plongée ,pour louer du matériel ou encore, l'oblgation du contrôle périodique des bouteilles et du détendeur.

Je pense et soutient que la plongée avec appareil respiratoire requiert des connaissances particulières minimum qui doivent être acquisent avant de prendre des risques totalement inutiles.

06 déc. 2007
0

mais c'est incroyable

ses peurs irraisonnés pour un peu je croirais entendre ma mére il y a 25 ans:"Faire de la plongée mais tes fous tu vas te noyer" :-D

incroyable ...oh arretez de delirer ...bouger vous ...soyez curieux...appprennez..evoluez...avancez ...on dirait des vieilles femmes pleureuse..

merde alors...tu parles de droles de "marins"..

josé qui rigole

06 déc. 2007
0

Des termes intéressants
appprennez..evoluez...avancez

06 déc. 2007
0

Mais François, allons...
Ne te bloque pas comme cela, et prend la peine de lire ce que nous écrivons...

Encore une fois, je ne vois personne dire que la plongée est sans danger.

Ni qu'il faut foncer aveuglèment et descendre à 80 mètres avec une bouteille de deux litres...

Regarde bien. Moi, par exemple, je ne parle que d'un compresseur de pont, avec un narguilé.

Et je partage bien l'idée que la plongée est un truc qui n'est pas anodin. As tu lu qu'un de mes pote en est mort ?

Mais la voile aussi n'est pas une activité anodine, et c'est pour cela que nous l'aimons, en général, non ?

Et je dis aussi que la solution de payer quelques leçons avec un moniteur stagiaire dans un club n'est pas forcément meilleure qu'une discussion concréte pour connaitre les risques et les apprécier, voir même s'y préparer...

Comme la même chose appliquée à la voile. Crois tu qu'une semaine d'école de croisière suffit à te garantir ta sécurité ?

Non, ce qui te protége, c'est ta capacité de réflexion, la connaissance de tes limites et de celles de ton matériel. Et la perception du danger.

Pour autant, je pense trés excessif le batage fait autour de la question posée "peut on sérieusement envisager un truc pour bricoler sous sa coque". Ma réponse est évidement oui. Et je ne parle que de ça.

Jacques

06 déc. 2007
0

mais....je..
n'ai jamais dit qu'il ne fallait pas plonger avec un compresseur ou un recycleur d'air ou autre.

Je dis que de plonger n'est pas anodins et qu'il faut y faire gaffe, même pour de faible profondeur.

Certaines personnes souffrent de pathologies en contre-indication avec la plongée: affection de l'oreille interne, otite chronique, tympans perforés, affections respiratoires.... etc.... et ne le savent même pas dans tous les cas et c'est pour cela que je me retient de banaliser....

Certes, ce n'est pas un cours de quelques jours qui va éviter tous les accidents....

Je viens d'un pays où pour naviguer en mer, il faut une formation théorique assez poussée avec un examen à la clé et ensuite prouver que l'on a fait au moins 1000 milles avec un skipper expérimenté. Et bien, je t'avoue que lorsque je suis parti pour la première fois en mer un qualité de capitaine, cette expérience a largement contribué à ma sérénité face aux premières réalités des fortunes de mer et à mes équipiers qui portaient sur moi leurs regards à la recherche de leur tranquilité.

Et cela fait bientôt 20 ans!!! et j'ai encore beaucoup a apprendre....

06 déc. 2007
0

merci à tous
de nous donner des chiffres

vous évoquez le risque d'accident pas surpression pulmonaire,

de combien peut être cette surpression ?? dans le cas d'une remontée mal contrôlée à partir de 3m par exemple ??

pensez vous sincèrement qu'une personne consciente pourrait résister et avoir la force de le faire, et ne pas rejeter cette surpression ??

les accidents de ce type ne sont ils pas consécutifs à un malaise précédent cette remontée?? et la surpression pulmonaire vient finir le travail ??

donc en utilisation normale le risque d'accident par surpression est minime,

mais les accidents d'apnée syncope par hyperventilation sont connus , fréquent , et malheureusement courant

bien évidemment faut prendre des précautions en tout, c'est évident mais ne pas laisser entendre que les bouteilles s'est dangereux et l'apnée sans riques et d'opposer l'un à l'autre

tel est mon message :goodbye:

06 déc. 2007
0

à goudspide

reponse à la surpression .

Lorsque l'on passe le 1er Echellon en plongé il y a une epreuve qui consiste à laisser la bouteille et le detendeur à 10m dans le fond puis remonter à la surface ,repongé et remettre la bouteille sur le dos.Donc lors de la remonté on est en surpression et bien je peux d'assurer que la dilatation de l'air sort toute seule de la poitrine .Il faut soit faire un gros effort pour empecher l'air de sortir ou etre dans les pommes.

D'ailleurs s'est tres drole cet excercice car en montant on souffle le trop d'air que l'on a dans la poitrine par contre en descendant on garde l'air precieusement avant d'attrapper le detendeur salvateur.

josé

06 déc. 2007
0

une étoile
pour Morgan,

J'ai appris des trucs.Merci.
Bon, moi je ne plonge pas, mes oreilles elles veulent pas . Bououh pas juste! Mais c'est vrai que c'est moi qui stresse quand mon mari fait de l'apnée sous notre barque pour aller chercher l'ancre ou le tournevis qu'est passé à la baille :oups:
Enfin bon, avec des bouchons à 1m de la surface, ça le fait pour moi certains jours!

Au fait, Morgan et les pros de la plongée, savez vous ce qu'on risque à plonger en apnée avec un tympan greffé et percé? (J'imagine la cas du gamin qui se noie, j'irai le chercher ça va de soi, même à 7 ou 8m, mais qu'est ce que je risque au juste?, j'en ai aucune idée. On m'a juste dit, sports aquatiques interdits.)

Merci encore pour toutes ces bonnes infos

GdE:cheri:

06 déc. 2007
0

Avant de déclarer que JE BASSINE ….

Concernant la grotte Cosquer l’entrée est verrouillée et de plus il faut quand même une formation supplémentaire pour faire de la plongée spéléo.

Pour info une demande d’enquête est faite ,pour savoir la véracité des faits relatés …..

Je n’ai pas la science infuse et je ferais amende honorable si je me suis trompé malgré tout.

Je respecte le forum et tous les participants, même si nous ne sommes effectivement plus au temps du Yachting, je pense qu’il serait bien de conserver entre nous un minimum de correction.

La divergence d’opinions n’entraine pas forcément la grossièreté !
Tout le monde peut se tromper, de toute façon la bonne éducation voudrait qu’au moins on ne soit pas en plus mal poli!

06 déc. 2007
0

Grotte Cosquer ?
Encore une fois, il fallait bien lire...

L'histoire que je raconte se passe le 28 août 1991 et concerne un club de plongée de Grenoble en stage dans le gite Falco de Sormiou.

Henri Cosquer, qui, semble t'il, connaissait cette grotte depuis quelques années, ne l'avait pas encore déclarée.

Nous n'avons jamais su si la palanquée est allée dans cette grotte en connaissance de cause, ou si c'était un hazard. Vu le niveau de la palanquée, ils n'avaient, en tout cas, rien à faire à 40 mètres et j'ai toujours pensé qu'ils cherchaient quelque chose. Peut être qu'ils avaient effectivement eu connaissance de quelque chose.

C'est donc Henri Cosquer qui sera appelé pour diriger les secours, appelés par le gars resté en surface, lui même prévenu par le moniteur.

Henri Cosquer ira directement au fond de la grotte, espérant les retrouver dans la partie emmergée.

C'est au retour qu'il retrouvera, successivement, les quatre corps.

Une célébration rassemblant plusieurs centaines de personnes a été organisée au funérarium de Grenoble quelques jours plus tard.

Et c'est juste après que Henri Cosquer déclarera la découverte de la grotte et la présence de peintures rupestres.

Il nous expliquera, ensuite, trés gentiment que oui, c'était bien la même grotte et que oui, il avait esperé les retrouver vivants au fond.

Et une grille sera posée dans l'hiver, pour ne pas que cet accident se reproduise et pour protéger le site.

Le procés aura lieu trois ou quatre ans après, et le moniteur, diplomé fédé, sera condamné à un an de prison avec sursis.

"Pour info une demande d’enquête est faite ,pour savoir la véracité des faits relatés ….." : Si c'est de cette histoire dont tu parles, tu retardes un petit peu...

Et encore une fois, j'ai parlé de cette histoire pour dire que le premier danger en plongée, c'est de faire n'importe quoi. Et qu'un club n'est pas une assurance vie. Les clubs aussi, cela peut être du n'importe quoi...

Et d'ailleurs, le monsieur qui vantait les mérites de la méthode PADI s'est bien gardé de me répondre sur la question "PADI, combien de mort ?".

Jacques

06 déc. 2007
0

Cosquer
Je connais un peu le cas de la grotte Cosquer, j'ai passé une soirée avec celui-ci il y a quelques années.

Je connais aussi la problématique de la plongée spéléo, un de mes potes est un des touts grands spécialistes en la matière au niveau européen.

La plongée spéléo est un sport tout à fait à part et il n'y a aucune comparaison à faire en matière de danger et de sécurité.

  1. Il fait noir
  2. Il y a un plafond
  3. Le galeries sont souvent étroites et/ou labyrinthiques.

Désolé pour ton pote, Jacques, mais la plongée spéléo est suicidaire, même pratiquée par un pro de la plongée "normale".

Cosquer lui-même a failli y rester lors de la découverte de "sa" grotte. Il l'explique dans son bouquin.

Pour faire un commentaire sur le reste du fil : cela fait 24 heures que ce fil est lancé, au lieu de polémiquer, nous aurions tous peut-être mieux fait d'aller suivre une heure ou deux de cours de plongée, non ? ;-)

06 déc. 2007
0

erratum
"la plongée spéléo est suicidaire même pratiquée par..."

enlever "même".

sorry.

06 déc. 2007
0

il fallait lire :
La plongée spéléo est suicidaire quand elle est pratiquée par un plongeur "normal", fût-il professionnel.

06 déc. 2007
0

Je ne dis pas autre chose, Pierre.
Cette histoire était vraiment démente.

D'une part, vu le niveau de la palanquée (mon pote premier échelon, un autre première plongée en mer, et deux autres en plus du moniteur) ils n'avaient strictement rien à faire à - 40 mètre.

Ensuite, évidement, pour aller dans une grotte, il fallait une lampe chacun, une ligne de vie, et des blocs adaptés. Sans parler de l'entrainement et de la pratique.

D'aprés le moniteur, seul survivant, le problème serait venu du fait que l'un des plongeurs n'avait pas de stab, et donc qu'il touché le sol du conduit et levé de la vase, troublant l'eau.

Vu qu'ils n'avaient que deux lampes pour 5, cela a du vite tourner au cauchemar.

Effectivement, sur les quatres morts, deux avaient encore de l'air dans les bouteilles (mon pote et le débutant). Ils s'étaient manifestement cognés partout avant de mourir de peur. Les deux autres, un peu plus expérimentés, ont vidés leurs bouteilles.

Il est donc également clair qu'ils n'avaient rien à faire, dans ces circonstances et avec cet équipement, dans la grotte.

Encore une fois, mon propos était simplement de réagir au conseil "ne faite rien tout seul, c'est trop dangereux, allez payer des leçons dans un club", alors que nous parlons d'un truc pour caréner son bateau ou régler un problème à trois ou quatre métres.

Je ne suis pas sur que c'est ce type de réponse que nous attendons, alors que, justement, ce forum a pour but d'échanger des solutions pour éviter le recours systèmatique aux professionnels...

Jacques

06 déc. 2007
0

la question ne serait-elle pas
... est-il plus risqué d'avoir un accident d'hyperventailation pour un plaisancier qui va dégager en apnée son hélice à 50 cm sous la flotaison avec un couteau qu'un accident de surpression pulmonaire dans les mêmes circonstances avec une petite bouteille.
Après c'est une question d'éducation et de sens des responsabilités. Il faut savoir ne pas aller au-delà que ce soit par accident (l'outil qui tombe au fond) ou par tentation (le magnifique homard qui passe 3 mètres plus bas)

06 déc. 2007
0

hyper ventilation
le danger de syncope par hyper ventilation est très grand

car une personne non entrainée à l'apnée et sans connaissance du sujet, va vouloir respirer de grande goulée d'air , le plus possible et le plus vite possible,

si il dépasse le seuil critique c'est la syncope, mais au moment ou le malaise arrive il est trop tard il ne peut revenir en arrière et fait une syncope :-( , voir littérature de GUY DELAGE ayant étudier les syncopes de l'apnée et fait plusieurs syncope volontaire (il est un peu givré quand même ... )

par contre la surpression pulmonaire, sauf être inconscient on ne peut garder le trop d'air des poumon, on en a pas la force...

ceci expliquant cela

mais apprendre avant est la meilleur solution, y compris pour l'apnée

06 déc. 2007
0

jugement
Bien d'accord, Bruno.

Je pense aussi qu'il faut tout simplement évaluer la différence de risque entre plonger et ne pas plonger.

Plonger pour dégager l'hélice bloquée et que si on ne le fait pas on sera drossé sur les cailloux parce qu'il y a pétole et du courant : oui

pour caréner à flot : non

06 déc. 2007
0

Physio
Je ne comprends vraiment pas que l'on doute
des réalités physiologiques du corps, et que l'on
mélange les phénomènes:
Comme dit plus haut l'accident de plongée le plus brutal et le plus dramatique est la SURPRESSION
PULMONAIRE qui touche ceux qui n'ont pas d'entrainement à la plongée à l'air comprimé.
Il est anormal de vendre ce matériel sans recommandation, c'est mème criminel.
Les alvéoles pulmonaires se rompent à 170mb
seulement: c'est ce qui se passe malheureusement
chez les grands asthmatiques en crise.
On peut faire une petite surpression en entainement piscine par 5m de fond maximum.
Il suffit d'une bonne inspiration et d'un blocage en remontant. Les apnéistes non entrainés air comprimé sont particulièrement visés.
L'accident de décompression concerne les plongeurs confirmés qui font n'importe quoi parfois hélas!

06 déc. 2007
0

Lesté ?
Je reviens avec un aspect que j'ai cité plus haut mais qui n'a pas été abordé.

Avec ou sans bouteille, sans lest, on est renvoyé en surface : on fait "bouchon".
Pas facile de faire le moindre petit travail sous l'eau dans ces conditions.

Mon ami, un plongeur expérimenté, me disait qu'étant lesté, il faut évidemment "pédaler" pour revenir en surface ce qui pouvait parfois provoquer de la panique.

Qu'en pensez-vous ?

Lesté ou pas lesté ?

06 déc. 2007
0

lesté

le corps humain flotte naturellement lorsque sa poitrine est pleine d'air .Faites le teste en piscine :mettez vous face vers le fond les jambes et les bras écarté et vous allez voir on reste à la surface pour coulé il faut vider sa pitrine en soufflant ford et longtemps puis tout à coup on coule doucement.

Lorsque l'on plonge avec une combinaison il faut un lest pour compensé son deplacement ,la bouteille elle est neutre .Suivant l'individu il faudra plus ou moins 1kg pour ma part je suis bien avec 6kg.

Avec le lest on doit etre en équilibre dans l'eau ,tranquille .Vous voulez descendre un petit coup de palme , ou le plus simple vous videz vos poumons et vous descendez tranquille ,vous voulez montez vous aspirez un bon coup .

Qu'en au "stab" je le conseil qu'au plongeur experimenté c'est le meilleur moyen de remonter à la surface trop rapidement et de faire une symcope, à 3 ,5m ça sert à rien.

Alors par contre pour travailler , nettoyer sa carene par exemple il faut une ventouse car dés que vous appuyer et bien vous reculez puisqu'il n'y a rien pour vous retenir.

josé

06 déc. 2007
0

Helena s'il te plait....
J'espère que tu as trouvé au moins une réponse qui a répondu à ta question.
Comme d'habitude on s'écarte, on dévie, meme que l'on en arriverait à s'engu... Mais non, je rigole. :-D

Dis nous que maintenant tu sais tout.
Over :-p

06 déc. 2007
0

Les Belges parlent aux Belges...
Oui effectivement il vaut mieux etre lesté à condition d'avoir une stab. qui va conpenser le poids de la bouteille plus la ceinture. Si uniquement un nargilé: obligé d'avoir une ceinture au moins avec deux kg en maillot de bain.

06 déc. 2007
0

Nous aurait bien servi..
..ce narguilé là.

Histoire: un 44 et on rate la passe..Boom,sur les cayes...
Résultat:mèche de safran tordue,35 m de fond.Impossible de débloquer la barre.La pelle ne passait plus d'un côté à l'autre....

4 heures,en relais,pour entailler la partie supérieure avec scie à métaux,couteau à pain,couteaux de cuisine,poignard,qui finissaient au fond.....

Nous aurait bien servi ce narguilé.
Je vais chercher des infos là dessus.Avec l'age,mes apnées raccourcissent..

06 déc. 2007
0

Oups...
..J'avais pas la page 2 quand j'ai rédigé.
Xcuses...

06 déc. 2007
0

Le travail sous l'eau
est peinible il faut remuer l'eau. Quand je carene je fait par morceaux en apné. Le danger vient de la fatigue d'un travail sous l'eau. La bouteille doit maintenant etre certifié tous les ans et pas de harpon a bord.

06 déc. 2007
0

c'est sur
qu'il faut savoir utiliser un appareil de plongée, même un narguilé, mais c'est tellement simple et facile a apprendre. Tu lis un bouquin, tu as tout compris, tu fais quelques essais, et tout se passe tres bien. T'es pas obligé d'avoir des brevets, de passer un an dans un club à t'emmerder dans la piscine tout les jeudis ou de payer ton stage PADI.
Ce qui me fait réagir, parce que j'y suis sensible, c'est l'intervention du moniteur PADI qui dit en gros que si t'as pas donner ton écot à PADI, c'est tres dangereux, tu vas mourrir. Foutaises. On n'est quand même pas des cons.

06 déc. 2007
0

je me le demande
... :-D

josé

06 déc. 2007
0

Immédiat
Ce n'est pas une question d'ètre c.. ou pas
ni de payer Padi ou autre.
La surpression pulmonaire peut tuer immédiatement.Il suffit de bloquer la glotte
de façon réflexe ou volontaire.
Il y a hélas de nombreux exemples (dans mon Club un plongeur néophyte: 4 plongées
de validation niveau 1 OK 1° plongée libre ailleurs= mort immédiate.
autre ex.: jeune apnéiste TRES entrainée:
prend de l'air comprimé au détendeur d'un voisin
vers 8m: remonte glotte bloquée: mort en surface
etc... etc... etc....etc... etc....
Pour le lest il vaut mieux ètre lesté correctement pour ne pas fatiguer.
Mais seul pour une intervention coque je préfère rester très limite pour remonter spontanément
en cas de syncope (ma femme ne plonge pas).
Pour ma dernière intervention sur hélice empaquetée, j'ai consommé entièrement une 15l
par 2m de profondeur, à la Corogne!!!

06 déc. 2007
0

Bon,
on a tous compris je pense que la surpression pulmonaire, c'était vraiment terrible, et que cela pouvait arriver même en sortant un peu vite de sa baignoire.

J'ai aussi compris qu'il n'y avais pas de solution pour l'éviter, puisque cela touche aussi des plongeurs avertis.

Qu'effectivement, en cas de panique, le premier reflexe, c'est de bloquer sa respiration et de remonter, et que si tu fais ça, t'es cuit.

Donc, je ne vois pas bien ce que cela change de plonger en club encadré ou de nettoyer sa carène au mouillage.

Ce qui m'étonne, c'est que tous ceux qui sont les plus virulents contre l'idée de plonger d'un bateau pour bricoler se présentent tous comme des vieux plongeurs archi aguerris.

Ils ont commencé comment ? En risquant leur vie.

Pensent-ils sérieusement que le simple fait d'avoir un moniteur stagiaire pour 5 plongeurs apporte une solution à la panique ?

Oui, on va me répondre que le moniteur est formé, que s'il te voit paniquer il te fout un coup de boule dans le ventre pour te faire vider ton air. Mais si plusieurs paniquent ?

Et si c'est lui qui panique ?

Jacques

06 déc. 2007
0

Nautilus merci ,tu mérite une *
Les débats sont constructifs a partir du moment où chacun amène un peu de son vécu sincèrement et sans fanfaronnerie. Je crois que effectivement, il vaux mieux finir ce fil que de laisser certains déverser leur propos ironiques pour compenser leur incompétence sur un sujet qu’ils ne connaissent absolument pas.

06 déc. 2007
0

Ben oui...
C'est très dangeureux de plonger mais après quelques centaines je suis toujours là en bon état...
J'ai néanmoins remonté en cata :

  • ma femme (merci ça va)
  • un pote qui a fini au caisson de la Marine à toulon et depuis est à moitié foutu du bas

Toutes les interventions précedentes de gens qui n'y connaissent rien m'ont un peu ébouriffé le poil mais à part ça ils font ce qu'ils veulent ...je me suis contenté de remonter les miens et j'ai eu de pot que personne n'ai à le faire me concernant

PS : un seul truc quand vous remontez en cata (et bien sûr si vous y penser - ça n'est pas très facile de se maîtriser parfois unederwater ) = hurler = Bla Bla Bla =&gt ça permets de se vider les poumons ...

A part ça la majorité des avis techniques cités + haut sont juste = suffit de regarder un peu ses vieux cours de physique

06 déc. 2007
0

c'est pas pareil voile et plongée
Je fais beaucoup de voile et un peut de plongée.
Le danger n'est pas du mème genre. T'arrète de respirer ou tu respire de l'eau t'est mort en quelques secondes. Le corps le sait et c'est la panique, la survie tient alors aux reflex alors qu'à la voile tu a peur mais tu a le temps de réfléchir. La voile c'est pas facile mais tu peut apprendre par essais herreurs, tu peux faire plein de conneries, c'est rarement fatal alors que plonger avec une bouteille comme dit girouette c'est très facile et il n'y a pas souvant de problème mais le jours ou t'en a un c'a finit souvant tres mal. Puisque c'est un reflex le fait d'ètre prévenu ne change pas grand chose. (Pour ce faire une idée de ce qu'est un refflex incontrolé prenez un tuba sans le masque et essayer de respirer la tète dans l'eau pour voir. C'a peut se faire dans le lavabo.) C'est parce qu'il faut avoir le bon reflex qui n'est pas du tout naturel (vider son air alors que tu en manque déja) qu'il faud s'emmerder à faire des exercices dans des conditions ou on ne risque pas de paniquer. Malgrés tout cet entrainement , moi qui fait aussi de l'apné, en bouteille j'ai toujours les boules d'oublier que j'ai de l'air comprimée dans les poumons car je sait bien que les muscles de ma glote sont bien plus solide que mes petites alvéoles.

Le vrai danger c'est de comparer des choses qui ne se comparent pas. Mais on pourait comparer au cas de celui qui va pisser la nuit au large tout seul sans s'attacher . La aussi c'est tout bon ou tout mauvais.

06 déc. 2007
0

bon pour conclure

ce soir je dors par terre car 98% des gens meurt dans leur lit.

josé :-D

06 déc. 2007
0

Ce que je ressent surtout,
et ce n'est pas loin de ce que disait Good, c'est que les plongeurs ne sont pas loin de se considérer comme une caste inaccessible au commun des voileux.

Effectivement, aucune solution concréte n'est proposée sinon la répétition en boucle "vous êtes inconscient, n'y allez pas", alors que l'on parle de plongée à 3 / 4 mètres.

J'aurais largement préféré lire, notamment de ta part Morgan, une proposition d'accompagnement, plutot que le copier coller d'une encyclopédie.

Regarde les fils qui parlent de voile ici, tu as toujours un moment un gars "qui sait" qui dit au néophyte "allez viens, je te montre".

Et c'est cela que l'on vient chercher.

Et c'est cela que je n'ai pas trouvé sur ce fil, sinon la répétition d'incantations mystiques comme le disait Good.

Et en plus, en se faisant traiter de con borné. Sans pour autant prendre la peine de lire nos propos...

Jacques

06 déc. 2007
0

dépassionnons le débat
et pour paraphraser ce que je viens de dire erendil,

l'autre jour au boulot une soudure alu à faire , le gars qui faisait est parti à la retraite,

mais avant qu'il parte il m'a montré

alors j'ai expliqué au gars qui avait besoin de sa soudure alu, comment faire je lui ai montré, en 15 mn il savait souder l'alu, oh pas une soudure pour tenir les radiation ou les pressions du cocote minute, juste des soudures sur une structure sans contraintes particulières

depuis le gars à qui j'ai montré l'a montré à 3 autres,

encore une aura de la soudure alu qui s'est cassé la gueule...

mais les gars qui viennent de l'apprendre n'ont jamais envisagé un seul instant de pouvoir le faire car c'est réservé à l'élite des soudeur et l'alu s'est insoudable pour un quidam

je répète que je ne parle pas d'une soudure pour une centrale nucléaire ou la navette spatiale

pour ceux qui crois que c'est hors sujet , bin on peut plus rien pour eux...

06 déc. 2007
0

faut pas confondre mystique
et physique.......

(je parle pas du mien mais de la science qui a le même nom .........)

Alors c'est simple :

  • on apprends
  • on applique

sinon

ben ...ca fait plaisir aux caisses de retaites qui n'ont pas de costisations à verser

Fin du fil en ce qui me concerne :-p

06 déc. 2007
0

lourdeur d'estomac
je viens de tout lire et....c'est indigeste au possible!
quel pataquès pour une contribution initiale dont le sujet était de mettre la tête sous l'eau en gardant le poster à l'air pour passer l'éponge sous la flottaison.
je vais vérifier les termes de mon assurance vie pour voir si je peux sans surprime et sans licence m'aventurer à aller jeter un oeil sur mon hélice au moins à 50 cm sous la surface.

06 déc. 2007
0

Pour ma part...
Ayant 64 ans et espèrant encore mourir à 105 ans assassiné par un mari jaloux....je retiens de ce fil :

  • J'acheterai un narguilé plutôt que des bouteilles et veillerai à une assistance dans le cockpit.

  • Je me lesterai de +/- 2 kgs et utiliserai éventuellement une ventouse pour travailler.

  • Je me ferai "écoler" par un copain (moniteur de plongée)pour essayer d'acquérir les bons réflexes, particulièrement pour effectuer de petits travaux sous le bateau.
    Il m'assistera pour les quelques premières "plongées" (quand l'eau ne sera pas si froide !)

Je n'ai donc pas perdu mon temps.

Merci

06 déc. 2007
0

waw
Je ne me suis jamais posé autant de question pour descendre moins de 2m sous l'eau!
a tort apparemment!!
Mais je vais quand même continuer comme je fais depuis que je suis môme, quand on jouait avec mon frere à savoir qui touchait le fond le plus loin (qui ne l'a pas fait??)!!

sinon pour passer ma brosse sous ma coque, je passe deux haussieres (une de chaque coté de la quille) auxquelles je m'aggripe pour pouvoir rester dessous en frottant.

Je pense que parfois, trop de securitarisme ne rime à rien
cordialement
jerome

06 déc. 2007
0

Ben moi...
Je continuerais à faire comme depuis toujours : payer un plongeur pour aller gratter mon hélice si besoin est !

En plus, dans mon coin la flotte est vraiment dégueu ! :tesur:

[color=blue]_/)[/color]

06 déc. 2007
0

Ben voila
George,

T'as dis en trois lignes ce que l'on exprime depuis le début de ce fil.

Jacques

06 déc. 2007
0

Apprendre
On peut aussi apprendre tout seul, même si c’est parfois plus long. Personnellement, ma caisse de retraite paie depuis 8 ans et je prends toujours plaisir à me hâler, en apnée, le long de la ligne de mouillage pour vérifier si la pioche est bien crochée.
Les clubs de plongée, j’ai fréquenté et déserté quand je me suis rendu compte qu’au lieu de préparer d’agréables plongées, le but était la course aux brevets.
Les p’tits cons surdiplomés des Glénans voulaient juste damer le pion au club rival bruxellois. C’était il y a très longtemps, y a prescription.
Mon premier mort en plongée, c’était en 1964, … un moniteur du club Méd. à Caprera. Et d’autres depuis, … carrière de Vod…, carrière de la Gom … Chaque fois chapeautés par des moniteurs « surétoilés » et un matériel de « sécurité » qui, comme l’électronique en voile, fait parfois oublier le sens des réalités et de la responsabilité.
Toute activité humaine comporte sa part de risque : la voile, la plongée, l’alpinisme, mais aussi des activités plus anodines comme la simple balade à pied ou la tonte de la pelouse et je ne suis pas persuadé qu’il soit plus dangereux de plonger à 10m que de traverser Paris à pied ou à vélo.
Bien sûr, chaque activité a ses règles, elles ont été largement détaillées ici et personne ne les remet en cause.

Amicalement

Pierre

07 déc. 2007
0

Pas mettre la zone...
..Mais, Goud,tu peux nous expliquer le coup de la soudure sur alu,çà m'interresse.

Surtout que j'ai déjà pété le carter alu du compresseur que j'ai pas encore acheté..

07 déc. 2007
0

pour la soudure
c'est quand tu veux, dès que tu auras le compresseur

:mdr:

07 déc. 2007
0

pour revenir
Pour revenir juste la question d'origine :
Oui cela existe, présenté comme nouveauté au salon nautique de Paris la photo ----------&gt
Mais déjà présenté sous une autre forme dans les catalogue de shipchandler.
Pour le reste de la discussion, j'avais envie d'avoir une bouteille à bord, je me suis inscrit dans un club et j'ai passé mon N2.
Juste qu'il faut bien entretenir son bloc, rinçage, réépreuve, inspection visuelle, ....
Dorian

07 déc. 200716 juin 2020
0

oups
j'ai oublié la photo....
:alavotre:

07 déc. 2007
0

??
Je ne crois pas avoir dit que je plongeais seul, sans personne sur le bateau et sans pavillon alpha.

Ceci-dit, je n'ai pas un bloc de 6l pour aller faire de l'explo, c'est juste au cas où qu'il faut passer sous le bateau.
Mais je prends aussi des cours d'apnée, et franchement ce que j'en sort, c'est qu'on ne peut plus mettre la tête sous l'eau sans structure et sécu.

07 déc. 2007
0

précision
qu'il en me semble pas avoir lu,
un n2 ne te suffis pas,

faut être deux en plonger, seul c'est interdit,

plus un qui fait la sécu sur le bateau

plus le pavillon alpha en bonne place, (souvent oublié même par les pro, ou toujours en place même au port ou en navigation à 20 kts dans les mouillage)

pffftttt comme dirait cobra ;-)

07 déc. 2007
0

??
dorian, je ne parlais pas pour toi,

je rappel juste une règle de la législation française, pour la plongée française ;-)

désolé si tu t'es senti visé, ce n'était pas le cas,

07 déc. 2007
0

Merci Dorian
Mais connais tu le fabricant de ce matériel?
Car je n'irai pas au salon cette année.

07 déc. 2007
0

J'y crois pas que vous etes encore là...
Tu as entièrement raison Goudspide
d'alleurs (je te done une étoile, si je pouvais deux pour aller à 40m )

et comme celà a l'air de vous passionner je vous propose de venir faire un tour Là:

www.nemo33.com[...]/
Bon cela ne vaut pas une épave en Med. mais pour s'entrainer c'est l'idéale. Maintenant concernant l'esprit
:acheval:

Non sans blague le site est exceptionnel
à voir. :-D

en plus pour une fois que ce sont les Belges qui sont chanpions du MOOOOOOnde

07 déc. 2007
0

c'est passionnant ça, viviettiti17,
et très instructif .

au troisième apéro, tu argumenteras certainement un peu mieux, car là, c'est un peu limite pour la compréhension de ton argumentation,

tchin à toi aussi, et longue vie à ta p'tite femme.

07 déc. 2007
0

pour Falcor
ca fait 25 ans que je plonge ... et il faut arreter de prendre les gens pour des C... je pense qu'ils sont quand meme plus reflechis que ca,
Et surtout arreter de mettre des barrieres partout,j'explique ; mainetenant dans le monde professionel quand tu montes sur une chaise pour travailler on te dit " vous etes sur un travail concidéré comme " en hauteur " .....
il va bientot falloir avoir sur soi une balise quand on veut aller pisser
Biensur qu'il y a des risques un peu partout , mais faut arreter de nous prendre pour des neneux ...

07 déc. 2007
0

Statistiques
Accidents de plongée: environ 200/an en France
la majorité hors club.*
Travaillez en centre hyperbare (caisson) et vous comprendrez!
Risque de la plongée 1/1000.
(Aspirine, guèpe, Avion de ligne 1/1000000)
Si les français ne buvaient pas et ne fumaient
pas dépenses Sécu branche maladie divisées par 2.
L'homme a un cerveau pour apprendre et comprendre.
En proportion de l'activité les professionels
de plongée ont TRES PEU d'accidents de plongée
grace à leur formation remarquable.
Le problème est donc pour les amateurs mème
occasionels d'apprendre et de comprendre.

07 déc. 2007
0

apnée
Je vais dévier un peu du sujet. Mais y a t'il des risques en apnée ?

Mon expérience en apnée se limite à de la plongée basique, et je n'ai jamais pris de cours. A force de lire ce sujet, je me pose maintenant des questions.

La seule fois où j'ai craint pour ma pomme, j'étais descendu assez profond (pour mon niveau), je ne saurais dire combien, mais je n'avais plus besoin de palmer pour ne pas remonter, j'étais comme "entre deux eaux".

Soudain, je ressens le manque d'air, je sais que j'ai le temps de remonter. Et d'un coup, j'ai ressenti une drôle de sensation de bien être complet. Comme si j'aurais pu passé ma vie là dans le bonheur le plus parfait. Je ne sais pas comment, mais j'ai réagi et je suis remonté, très juste en air, je n'en voyais pas le bout.

Il m'est rien arrivé, mais cette expérience, est resté dans un coin de ma mémoire, je devais avoir 14-15 ans.

Alors je profite qu'il y ait des pros pour poser cette question. Quelles précautions pour l'apnée ? Y a t'il des stages ? Qu'elle est cette sensation étrange ? (J'ai lu du Coustaud sur l'ivresse des profondeurs, mais ça m'étonnerait qu'en apnée on le ressente si ? )

07 déc. 2007
0

Je ne peux t'aider que en Belgique
mais regarde ceci c'est exeptionnel, limite inhumain mais très beau:

www.patrickmusimu.com[...]/

07 déc. 2007
0

La respiration
est commandée par le besoin d'ejecter du CO2, vers 7m la pression permet a ton sang d'absorber plus de CO2 tu n'eprouve pas le besoin de respirer et pourtant... C'est un des piege de l'apnee

07 déc. 2007
0

Ma pièce de deux cents
comme disent nos amis amerloques. J'ai plongé, dans diverses conditions. Y compris vers 45 m.
Et je pense qu'on court presque plus de dangers près de la surface qu'au fond. Et il faut apprendre tout ça.

Exemple : Je suis M. X, qui n'a pas de formation à la plongée mais a acheté sa petite bouteille (10 mn d'autonomie) et je me trouve un jour obligé de l'utiliser pour aller décoincer mon ancre prise entre deux rochers. La mer est claire, pas de houle, conditions idéales. Fastoche...

Je m'équipe, descends (pas de problème), m'excite sur l'ancre, me retourne, la chaine me carresse le visage, mon masque se barre. Je me retrouve le nez dans l'eau, pas très habitué. Merde, je remonte... la surface est à 5 m. Et comme j'ai pas l'habitude, pour pas prendre de l'eau (salée en plus) dans le nez, je bloque la respiration. Au bout de 2 m de remontée, ma glotte est bloquée. Même si on sent la surpression qui fait mal, on ne peut plus expirer. On panique, la surface est juste là avec l'air salavateur. On met un coup de palme. On remonte et avant même d'avoir la tête dans l'air on s'est fait péter les alvéoles pulmonaires.

Faut pas rigoler avec ça si on n'a pas la formation adéquate. Un moniteur m'avait dit qu'en baptème à 3 m il veillait à avoir les baptisés toujours sous sa main, juste histoire de les empêcher de vouloir remonter, quelle qu'en soit la raison. Il disait qu'en cas de panique, il vallait mieux que l'intéressé boive une tasse car au moins il expirait :)

07 déc. 2007
0

donc, pour éviter le principal danger,
si l'on considère la question initiale de helena, c'est de soufler l'air en remontant, sans bloquer sa respiration, après avoir nettoyé la coque ou l'hélice à - 2 mètres, avec une bouteille de plongée. ( et 2m c'est sous la quille pour la majorité,

Bon, c' est clair, autre chose ?

Pas trop compliqué à intégrer, et pas de quoi en faire des batailles d'experts.

07 déc. 2007
0

C'est facile à dire et à faire sur un forum
et moins quand on est sous l'eau et pas habitué. Il faut s'être entraîné régulièrement à enlever le masque, le remettre, respirer avec les narines dans l'eau, avoir été en manque d'air, etc... C'est seulement l'entraînement qui fait qu'un incident quelconque est pris avec les gestes qu'il faut et surtout sans panique.
Et je ne crois pas qu'il y ait bataille d'experts : tous ceux qui ont pratiqué la plongée disent la même chose sur ce fil.

07 déc. 2007
0

plongeur solitaire occasionnel
Bonjour à tous,
J'avais 40ans quand j'ai fait mon baptème de plongée hors saison aux Goudes, ils voulaient me faire plonger en shorty (16-17°) j'ai insisté pour une combi, accepté. Une demi heure superbe à -5 -6m, seul avec un moniteur. Suite à ce baptème, j'ai acheté une combi neuve en décembre chez décathlon 200€. 4 ans plus tard alors que je travaillais près d'un cercle de plongée, je me suis décidé pour acheter tout le matos en occasion: gilet gonflable neuf, bouteille occas, détendeur occas, ordi de plongée occas, le tout 700€. J'ai fais un 2eme baptème offert lors de l'achat du matériel de plongée. Depuis, je plonge seul mais pas profond, 15 - 20m enfin pour le moment. Donc pour résumer, si tout va bien, c'est comme pour la voile mais sans les tempêtes (du moins au fond)et si tout va mal c'est certainement pire qu'en voilier. Ca c'était pour la plongée, mais pour nettoyer une quille,
il serait plus prudent de sortir le voilier et ...peut être un karcher???? attention de ne pas glisser...électrocuté???
Moi j'éspère ne pas mourir dans un lit......

07 déc. 2007
0

dadaorom
tout a fait ok avec toi ... enfin kelkun de resonable.

09 déc. 200716 juin 2020
0

pour répondre à la question ...
ce que tu cherches s'appelle AIRSAFE.
www.hpa.fr[...]fe.html
et on le trouve sur un certain nombre de catalogues comme ceux de BigShip, Uship, etc.

10 déc. 2007
0

mini bouteille de plongée

Une réponse est aussi à :www.mini-b.com[...]/
mais c'est finalement quand même assez encombrant. Il faut un gros bateau autour, et aussi quelque argent : 500 £ chez les anglais, 750 € chez nous. Au salon, la vendeuse semblait enthousiasmée par la "forte réactivité du public à cet excellent produit"....(sic)

10 déc. 2007
0

Apnée:Précisions
En Apnée le problème de l'air comprimé
ne se pose pas.
Des apnées très répétées peuvent amener
à des problèmes type décompression
(cf pécheurs de perles).

mécanismes de l'accident d'apnée:
La 1° raison du besoin de respirer est la montée
du CO2 dans le sang le CO2 y étant très soluble et constituant la RESERVE ALCALINE fondamentale.
(ph 7,35).
La 2° serait le manque d'O2 qu'on ne peut stocker que dans les globules rouges.
Quand on hyperventile avant de plonger on chasse
CO2 dissout. Donc on RETARDE le besoin de respirer. En plongée on se sent mieux grace
à pO2 augmentée au début mais on diminue ensuite cette pO2 par consommation de O2 avec PERTE DE CONNAISSANCE jusqu'à ce que la montée de pCO2
donne l'ordre de respirer sous l'eau donc NOYADE.

Cette perte de connaissance par diminution de pO2 est majorée par la remontée ET la stimulation des capteurs vasculaires de la base du cou, en particulier tète tournée vers la surface vers 7m.

L'HYPERVENTILATION BAISSE CO2
MAIS N'AUGMENTE PAS O2.
CETTE HYPERVENTILATION TROP POUSSEE
PEUT ETRE MORTELLE (cf règle du 1/3 temps de CIARLI ou chant incantatoire des plongeuses coréennes).

11 déc. 2007
0

why
"Imaginons, un amateur avec sa mini bouteille sous son bateau ancré par 4m de fond. Il est en train de bricoler son hélice quand soudain..... l'outil coule au fond. Naturellement, il risque d'aller le chercher sans précaution et là c'est l'accident."

Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi c'est dangereux ?

11 déc. 2007
0

accident
"Tout est dit par tous les intervenants.
Le danger n'est pas à la descente, mais à la remontée si on bloque la glotte. Il faut impérativement laisser échapper l'air comprimé
en remontant!!!!!"
Donc vous pensez tous qu'un gars qui va chercher son outil à 4m tranquillement avec sa petite bouteille va remonter en apnée. Avec son détendeur dans la bouche.

Arretez de vous droguez avant de venir sur le site svp, car certains lecteurs vous croient.

11 déc. 2007
0

pour WHY
Tout est dit par tous les intervenants.
Le danger n'est pas à la descente, mais à la remontée si on bloque la glotte. Il faut impérativement laisser échapper l'air comprimé
en remontant!!!!!, si on a laché le détendeur
ou continuer de respirer naturellement avec l'embout ce qui implique que l'on remonte tranquillement, sinon SURPRESSION PULMONAIRE
(éclatement des alvéoles)
le danger étant maximum dans les 10m.
Souvent un problème ORL mal controlé provoque une douleur qui fait que le plongeur transforme un incident banal en accident majeur.
A la profondeur citée le problème de décompression ne se pose pas vraiment avant 2h de plongée à l'air,ce que ne permet pas la minibouteille.
....ON PLONGE AVEC SA TETE...

11 déc. 2007
0

pour Nico
Ce n'est pas un problème de croyance
mais de pression de l'air comprimé
(application de la loi de Mariotte avec effet maximum dans les 10m).

13 déc. 2007
0

ca me pompe l air

bonjour

intéressant ce topic, 2 passions abordées...

je suis pas expérimenté comme certains plongeurs ici, mais complet débutant.
et donc, typiquement le genre de gars que vos témoignages intéressent, merci.

un jour, un pote plongeur voulait caréner sa coque avant une régatte . (style une micro algue pour gagrner 0,001 knt)

pour x raisons (sinusite? epaule luxee?, me souviens plus) il me propose de le faire moi meme et me file son mattos. ouah, j etais super excité, c etait ma première "plongée" (juste un bapteme 2 mois avant).

j ai adore, me suis senti faire un job de demineur de la marine ;-) dans une eau vaseuse et par 3m de fonds max.
pas de ventouse, donc efficacité hasardeuse. et en 12 min, vidé la bouteille... (stress + effort)

je n avais jamais entendu parler du truc de bloquer sa respiration!! et j aurais pu avoir un accident, meme mineur, meme non perceptible (peut etre le cas?)

maintenant, je viens de passer mon PADI. clair que c est léger, c est pas ca qui va me donner le reflexe survie en cas de panique. (j etais assé decu d ailleurs. faudrait pratiquer les exercices un peu plus, moins routine, etc)

mais c est un debut, et c'est mieux que rien. et aussi ca donne les bases theoriques. et je retourne plonger dans 2 semaines.

ma conclusion: on peut tout faire et apprendre par soi meme. c est le cas des précurseurs (autre ex: parapente, maintenant super encadre), des casses cous, des passiones, des gens ordinaires, des circonstances...

moi, j ai appris la voile sans encadrement avec des potes, le parapente en club, le ski avec mes parents, la plongée aves des moniteurs, a conduire avec autoecole, etc.

c est a chacun de décider. je suis d accord, les accidents arrivent meme avec les pros.
mais je suis persuade qu on limite les risques, plutot que s aventurer tout seul.

bon vent et bon air

les accidents

13 déc. 2007
0

remplissage bouteille
J'ai lu un peu plus haut qu'il était obligatoire deavoir un diplome ou certificat de plongée pour pouvoir faire remplir des bouteilles !...Je ne crois pas qu'une telle disposition légale existe... fantasme de pro qui veulent proteger ce qu'ils considèrent comme leur chasse gardée ?...

Maurice

13 déc. 2007
0

non

pour remplir les bouteilles les stations de gonfflage demandent le certificat de revision de la bouteille qui doit etre fait tous les ans je croie.

Pour ma part j'ai vu une toiture en tôle transpercer par la robineterie d'une bouteille ,heureusement que la tête du gars n'était pas sur la trajectoire.

josé

13 déc. 2007
0

réepreuve
Il n'y a pas de certificat papier.
Si le bloc est enregistré deans un club affilié à la ffessm, il doit être "tivé" tous les ans (inspection visuelle par une personne habilitée) avec étiquette, et réeprouvée tous les 5 ans dans un établissement ad hoc, coût environ 70 roros, suivant l'état du bloc et frais de transport (c'est lourd...).La date est alors poiçonnée
Sinon, réepreuve tous les 2 ans.
Un club ou un magasin de plongée doit vérifier obligatoirement cela et refuser un bloc non conforme.
Il est toujours possible d'acheter un compresseur ou de faire gonfler un bloc par un copain, mais 2Oo bars voire plus, cela peut faire des dégâts pas que matériels...

13 déc. 2007
0

re
Je me suis mal exprimé, ok en ce qui concerne la certification de la bouteille et c'est une bonne chose mais certains pretendent que le plongeur doit etre titulaire d'un certicat de capacité ou autre diplome pour pouvoir faire remplir ses bouteilles ... ! ...

13 déc. 2007
0

je ne crois pas que ce soit le cas,
j'en suis même sûr, en ce qui me concerne.

j'ai acheté une bouteille 12 litres , avec mano, détendeurs, stab, il y a 2 mois.

je l'ai fait gonfler

on ne m' a rien demandé, sauf ma carte bleue à la caisse. :-D

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Coque de bateau

Souvenir d'été

  • 4.5 (120)

Coque de bateau

novembre 2021