Bonjour

A tous et bonne année 2011 !

Etant assez debutant en voile j'aimerais avoir votre avis sur un point.

Est ce qu'un voilier ou tout est en pied de mat est encore " valable, optimale, efficace ...." aujourd'hui ?
Sachant que je navigue en equipage reduit.
Merci de m'eclairer
Eric

L'équipage
15 jan. 2011
15 jan. 2011
0

quelle taille
le voilier ?
Quel type de quille ?
Quelle qualité du pilote ?

15 jan. 2011
0

Il s'agit
D'un deriveur integral de 40 pied. Chatam 40
Il n'y a pas de pilote auto. pour le moment, (a acheter)
Il servira a voyager en famille au bresil et en Med, sur une année.
merci

15 jan. 2011
0

Du coup
le pied de mat est loin.
Le bateau est volage dès que l'on quitte la barre.
Perso je ramenerai tout au cocpit.

15 jan. 2011
0

probleme de perception

amha mais c'est strictement personnel .

Lorsque l'ai acheté Calypso tout revenait au cockit, j'ai tout enlevé et fait simple ,tout au pied du mat .pourquoi ? pour un probleme de securité .

Car le jour ou je ne pourrais pas ou plus allé à l'avant de mon bateau pour manoeuvrer et bien je resterai alors chez moi dans mon fauteuil car alors je serai en danger à bord .

et je precise que je navigue souvent seul .

alors je met mon harnais et fait ce qui a à faire quelque soit le temps ,si on n'en est pas capable on a rien à foutre à bord ...tout au moins en tant que skipper.

et en observant on voit que parfois ça coince, ça bloque,ça m....alors on va au pieds du mat (en chancelant)

15 jan. 2011
0

Merci
Calypso 2, a vrai dire je partage assez ton avis, mais n'ayant qu'une experience limité, je prefere demander aux plus experimentés !
Un point favorable pour le tout en pied de mat est la place liberé dans le cockpit ...

15 jan. 2011
0

Ou un peu des deux !
Sur mon 13m, je prévois de mixer, l'enrouleur, la drisse de trinquette et les balancines et hale bas de tangon iront dans le cockpit tandis que les drisses de spi et tout ce qui concerne la GV (drisse, bosse de ris) restent au pied de mat. Bilan peu de bouts dans le cockpit et peu de déplacements en pied de mat ;-)
jerome

15 jan. 2011
0

D'accord avec Calypso
Il me semble qu'un pied de mât bien équipé est aussi efficace qu'un cockpit où toutes les ficelles reviennent en vrac....

15 jan. 2011
0

Desolé
mais je me pose la question suivante , pourquoi actuellement les pro tendent vers tout au cocpit.
J'ai remarqué que les coureurs aussi tout était au cocpit.
Quand au blocage, ben j'en est aucun ....
Quand au désordre , rien dans le cocpit tout est sous la capote.

15 jan. 2011
0

Sur celui présenté par JFC Marine,
avec GV à enrouleur, on ne voit pas bien l'intérêt de tout ramener au cockpit:
www.jfcmarine.ca[...]se.html

D'une façon plus générale, la bôme parait relativement courte et la GV pas très grande. Donc, je ne vois pas trop l'intérêt comme le dit José, de changer.

En tout cas, félicitations, un très beau bateau comme je les aime, avec un superbe carré lumineux et "à vision panoramique". On comprend mal l'intérêt porté chez nous aux plans proposés par Bénéteau et autres, quand on voit ce que Mr Caroff sait faire.

RV

0

bonjour
autrefois, focs à mousquetons, tout au pied de mât, j'ai le souvenir de changements de foc dans le Raz Blanchard où, bien que n'ayant que 18 ans et toute la souplesse qui va avec, c'était parfois limite question de passer à l'eau, sans compter la baignade sur le pont l'hiver ...
Même chose pour les ris tout au pied de mât, j'ai le souvenir d'être passé sous la bôme, seul le harnais m'a retenu et j'avais quelques bobos.

Sur mon bateau actuel : foc à enrouleur et bientôt solent à enrouleur, retour des ris et de la drisse de GV au cockpit, je ne suis pas encore impotent mais j'apprécie la facilité d'usage.
En cas de bris de poulie, il est toujours possible de travailler au pied de mât, les taquets et winches de mât sont toujours là.
cordialement

Hubert, de Cherbourg

15 jan. 2011
0

Pilote ou pas ...
Avec un bon pilote ou un bon régulateur, sur un 40 ' ...

c'est tout bon au pied du mat :
- le bateau n'est pas volage (cf pilote),
- les efforts de frictions sont minimisés,
- si ça coince, tout est sous la main,
- ça coûte moins cher en poulies, renvois etc ...

mais, mais, c'est pas à la mode ... et ça c'est grave ! ;-)

Pour l'équipage réduit, Moitessier, les Damiens et beaucoup d'autres ont fait quelques miles avec tout au pied du mat ... mais, mais ... (voir plus haut ...).

15 jan. 2011
0

pour moi ! !
tout au cocpit :
+ rapide
+ sécurisant (surtout à partir du 2em ris !)
moins compliqué si bien installé avec spinlock et indiquation de la correspondance .

15 jan. 2011
0

Tamea, j 'ai regardé ton bateau et je te comprends tout à fait
Tout dépend de la distance à parcourir du cockpit au pied de mât. Sur ton bateau, il me semble que c'est le bon choix. Pa sur celui de notre ami.

Donc, pas de réponse dans l'absolu, ça dépend...

RV

15 jan. 2011
0

Merci
J'y vois plus clair !
L'idée de ramener la balancine me semble judiscieuse
Je testerai le bateau sous peu et verrai a l'usage.
merci de vos avis
Eric

15 jan. 2011
0

Tout au cockpit...
Parce que je ne me vois pas faire des allers et retour permanents entre le cockpit et le pied de mat pour régler la tension des drisses, de la bordure, du cuningham, du halebas,...à chaque fois que le vent change.
Mais, je vais quand même en pied de mat pour hisser à la volée ma GV, car c'est beaucoup plus rapide et moins fatigant qu'au winch de cockpit.
En pied de mat aussi, pour passer l'anneau d'amure pour les ris. Tout le reste au cockpit.
C'est vrai, j'aime bien régler Steredenn et Steredenn aime bien être bien réglé...!

15 jan. 2011
0

au cockpit aussi
- parce que sur nos plans d'eau encombrés il vaut mieux éviter les aller-retour pour manoeuvrer rapidement en solo,
- parce qu'une panne de pilote çà arrive et qu'on apprécie alors d'avoir à la fois la barre et les drisses à proximité.

15 jan. 2011
0

c'est selon
tout au cokpit, où tout au pied du mat, cela se dicute et est surtout fonction de l'utilisateur.
surtout en solo c'est une question d'organisation.
Tout en pied de mat honêtement cela n'est pas du plus pratique surtout pour les manoeuvres courantes drisses,balancine, spi etc.
Tout au cokpit, plus confortable, ce peut être un paquet de nouilles qui peut devenir inextricable.j'en ai quand même 9. mais il y en a qui y arrivent.
Comme beaucoup de solitaires, j'ai partagé.
ce sont les bosses de ris et étarquage de GV qui restent en pied de mât soit 4. qui ne pose aucun problême quel que soit le temps.peut-être même plus confortable.
C'est une affaire de compromis et d'expérience.
JJ

15 jan. 2011
0

En pied de mât
Si c'est bien organisé, avec notamment un bon balcon de mât, c'est pas mal également

15 jan. 201116 juin 2020
0

Pied de mat
Tout dépend de l'aménagement du pied de mat : un balcon de mat et des poignées pour se retenir sur le mat et la bôme, avec des winches ST améliorent beaucoup la situation...

15 jan. 2011
0

renvois ...
au cockpit, c'est quand même pas mal, mais:
faut des renvois bien conçus, les frottements deviennent importants, les longueurs de cordages aussi, le piano de chaque bord doit être bien étudié, les winches de taille ...

mais bon, autrefois, et encore aujourd'hui, y'a des tourdumondistes qui font tout en pied de mât

et puis les conseilleurs sont pas les payeurs !

15 jan. 2011
0

comme souvent
un peu des deux est sans doute l'idéal, en fonction de tes préférences personnelle une fois que tu auras le bateau en main,
navigue quelques mois, puis tu verras toi-mm,
c'est également vrai pour l'électronique, le confort, etc ...
navigues d'abord un peu, puis tt te paraitra plus simple, y compris les décisions à prendre ...
et surtout en matière d'investissements,
chacun sa vie, chacun ses choix,
j'ai appris bcp grace aux forums, mais je me suis rendu compte que je me suis pas mal inquiété pour rien,
car je préfère simplicité et solidité dans la vie comme dans la voile,
les investissements à faire coule alors de source 6 mois de nav plus tard ...

Donc bon vent sur ton bateau dans son jus, et à dans x mois ...

15 jan. 2011
0

Moscatel
tu resumes bien mon opinion suite a vos interventions !
Par contre le bateau est en evaluation avant achat ...! J'ai encore plein d'autres truc a verifier ...
Eric

15 jan. 2011
0

Tout au cockpit et sans hésitation.
Pour moi, les manoeuvres au pieds de mat, c'est une époque révolue.

les navigateurs qui n'arrête pas de faire des manoeuvres, à savoir en course, l'on adopté depuis longtemps.

Le problème de bouts au cockpit: il faut vraiment être très mal organisé pour ne pas savoir gérer une situation aussi simple.

Et une bonne organisation du système de retour permet de naviguer sereinement.

15 jan. 2011
0

Sur Now, tout au pied de mat ...
... mais ce n'est pas une religion ou une question de préférences absolue.

Quand j'ai eu le bateau, c'était comme ça, j'ai naviguer avec, et ça me conviens, alors je ne vois pas l'intérêt de changer (j'ai eu bien d'autres trucs à faire depuis pour m'occuper).

Si j'avais un bateau avec tout au cockpit, j'imagine que ça me conviendrais aussi, mais je n'ai pas essayé...

Dés fois, il ne faut pas toujours penser à tout changer, il faut essayer et si ça ne conviens pas alors la oui, réfléchir à comment améliorer.

enfin AMHA,

A+,

15 jan. 2011
0

C'est oublié
que les manoeuvres au cockpit sont bien plus sécurisées qu'au pied de mât, même sur un voilier de taille conséquente, où passé les 35 noeuds disons, cela commence à instaurer des difficultés.

Et d'autres part, avec un système bien conçu, les prises de ris se font avec une telle facilité et simplicité qu'on les fait avec décontraction.

15 jan. 2011
0

Pied de nez
Nous c'est tout au pied du mat.
Anticipation, sont pour nous les seuls facteur de sécurité, prendre des ris dés que les barêmes que l'ont c'est fixé sont atteint par la 1er rizé, mêmme si 2 heures plus tard on renvoit toute la toile, la sécurité pour nous est à ce prix la.
Tant que la santée et la lucidité me permettront de faire des manoeuvres, cela fonctionera comme cela.
Je vais quand même te dire que j'ai perdu une manivelle de winch en manoeuvrant au pied du mat l'été dernier mais pas la santé. :-D

15 jan. 2011
0

Chacun fait comme il le souhaite.
Mais l'argument de l'anticipation est seulement complémentaire dans ce débat. Il ne constitue pas un avantage des manoeuvres en pieds de mât.

15 jan. 2011
0

tu as raison
Ce n'est pas un probleme de sécurité, c'est un probleme de santé ;-)

15 jan. 2011
0

josé !

rendez-vous dans 10/15 ans et on en reparle ............

(au faite , ta fiche est-elle à jour (jeune retraité de la constuction navale)? 695ième inscrit ,ça remonte à quant ????

amicalement , bien sur !

15 jan. 2011
0

exactement
quand on n'a plus la santé pour allé au pied du mat il faut arreté de faire du bateau ou tout au moins de passer du statut skipper au statut équipier ou passager

15 jan. 2011
0

La santé
on l'a conserve tout autant au cockpit qu'au pied de mat.
Un winch reste un winch.

Par contre une étourderie sur le chemin pour aller au pied de mat peut s'avérer irrémédiable pour la santé…

15 jan. 2011
0

Et donc
Ce n'est pas un problème de santé, c'est un problème de sécurité…

16 jan. 2011
0

oui c'est un probleme de sécurité

perso ,j'insiste perso , l'estime que le jour (le plus lointain possible)ou ma santé physique ne me permettera plus d'allé au pied du mat quelque soit le temps et bien ma securité et surtout celle de mon équipage ne sera plus correctement assuré .

Alors ma place ne sera plus une place de skipper mais de passager sur les bateaux des autres.

Pour moi la voile c'est aussi un sport pas uniquement la sieste ..Ainsi je vais à l'avant,monte dans le mat,prefere la godille au moteur ,la brosse au karcher ,un corps mort au ponton etc...et suis le plus heureux des hommes quand j'en prends plein la gu...

bon jusqu'à present j'ai la grande chance d'etre en "forme" alors j'en profite et m'efforce de l'entretenir cette forme..

donc je vais à l'avant.. :-) et d'ailleurs il y a peut de chose à faire , une fois le svoiles établi ..le spi mais là le temps est toujours clement ..pour les ris c'est encore plus simple je n'en ai pas ...

josé

16 jan. 2011
0

Sans être maso...
...je trouve que lorsqu'on a fait "l'acrobate" en pied de mât pour arriser, ça devient une récompense de rejoindre le cockpit, avec un bateau plus docile et qui avance mieux sans gîter outre mesure.

16 jan. 2011
0

et puis

j'aime ça etre au pied du mat pour reduire ma GV et en prendre plein la gueule , çà peu paraitre dingue ou maso mais ça ne me deplait pas de faire l'accrobate et je ne laisserai pas ma place à d'autre.

C'est d'ailleurs peut etre la seule chose que je fais à bord en équipage .

15 jan. 2011
0

un peu des deux
Sur EURUS j'ai les prises de ris au pied de mat et les renvois de drisses, balancine et halebas de bome au cockpit.
J'avoue que la drisse de GV dans le cockpit c'est la M... car si tu envoie à la volée au PDM il te faut un équipier qui avale le mou dans le cockpit puis aller étarquer au winch.
Du coup, ce fil me donne envie de laisser cette drisse au PDM.
D'autant qu'à l'affalage, je suis au PDM pour tirer sur la voile, la ranger dans le lazzy bag, et défaire les gances sur la drisse.
De plus au PDM tu es sur place pour passer l'oeil de ris et reprendre la tension de drisse.
SIMPLE et ... simple.
Pour les bosses de ris je pense que ca se discute mais là encore, je souhaite rester simple sans trop de friction... et à 52 ans je suis encore assez jeune pour faire le c*n au PDM
:-D :-D

15 jan. 2011
0

sur nos bateaux
puisque j ai quasiment le meme que toi Eurus (Feeling 920 )le systeme de prise de ris avec le winch devant le mat sous le vit de mulet n est vraiment pas terrible à l utilisation: on est mal installé a 4 pattes pour bien etarquer , on ne regarde pas la voile qu on etarque , bref pas genial ,et c est pour ça que les bosses de ris sont ramenée au cockpit

pour le probleme de la drisse de gv , j ai installe un coinceur harken sur le mat assez bas , comme ça quand j envoie le spi a la volée , je coice ma drisse dedans et j ai ainsi le temps plus tard de reprendre la drisse du cockpit . et comme mon harken est assez bas , quand j ai fini de reprendre la drisse au cockpit , je tire un coup sec et ladrisse sort du harken !
pour eviter les coques a l affalage , je laisse la drisse filer dans l eau derriere le bateau et jamais de soucis .

;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-)

15 jan. 2011
0

C'est marrant de mettre en avant
cette idée de santé. Un terme ici, dévoyé.

c'est quoi ? un genre de marque de virilité ?

Pour moi, l'essentiel en navigation, c'est de limiter les déplacements sur le pont dés que cela commence à bastonner un tant soit peu. La santé n'a absolument rien à voir la dedans. c'est uniquement une question de sécurité.

Chacun est libre de choisir de prendre des risques.
C'est un droit.

Et si une drisse de GV circule mal, c'est qu'il faudrait revoir le système pour supprimer ce problème et rendre la manoeuvre au cockpit, sans problèmes.

15 jan. 2011
0

Si je peux donner un avis …
Les manœuvres en pied de mât me paraissent préférables à partir d'une taille de bateau telle qu'on peut avoir un balcon de pied de mât. La taille de bateau qu'évoque Éric étant à peu près à la limite.

Bien adossé à un balcon, il me semble qu'on est en meilleure sécurité et en position plus ergonomique qu'à genoux dans un cockpit sous le vent. Par ailleurs, tout est plus simple, moins coûteux et plus facile à démerder en cas de pb.

Par contre, sur un plus petit bateau, ramener certaines manœuvres au cockpit est probablement préférable si c'est bien fait.

Comme d'autres l'ont dit, si personne ne peut aller au pied du mât ou à l'avant quand ça zouine, il vaut mieux rester au port. Il suffit d'une écoute de foc qui s'accroche, d'un tambour d'enrouleur qui surpatte ou de l'ancre qui sort du davier pour avoir un sérieux pb.

Mais personnellement, je n'ai pas ce pb puisque le cockpit va jusqu'au pied du mât ...

15 jan. 201116 juin 2020
0

J'interviens à mon tour...
...pour indiquer mon choix.

Sur Koala, l'envoi des voiles (GV) et la prise de ris se font en pied de mât.
J'ai installé une main courante dans les bas-haubans, laquelle constitue un excellent point d'appui et sécurise bien pour la manœuvre, en plus du harnais.

L'envoi du spi, (chaussette) se fait également du mât et de la plage avant. Les réglages, frein de bôme, balancine et hale-bas de tangon, se faisant du cockpit. Le hale-bas de bôme rigide étant réglé une fois pour toutes.

Eric, si tu as le temps...
www.hisse-et-oh.com[...]dex.php

15 jan. 2011
0

Correction, pour la drisse de spi (chaussette)
Je l'envoie du pied de mât, moins de frottement et plus rapide, mais la drisse revient bien au cockpit avec un bloqueur.

15 jan. 2011
0

Entre sorties à la journée
et traversée océanique, il y a une vision du problème qui change.

Dans ce second cas, l'aspect fun, sportif, de la sortie jusqu'au pied de mât devient de plus en plus secondaire au fur et à mesure que les milles s'accumulent.
j'ai tâté du problème lors de ma transatlantique 2009 : au bout de la 20eme réduction/augmentation de voilure, via le pied de mat, j'ai commencé à rêver de l'autre formule.

D'autre spart, il y a toujours prise de risque accentué d'aller rejoindre un balcon de pied de mât sous 2m de creux et le vent qui va avec (sans parler des condition plus mauvaises), même avec un dix mètres. Nier cette évidence serait contourner le problème.

C'est aussi pour cela que les coureurs hauturiers (qui pètent la santé) choisissent le retour au cockpit : préserver ses forces, en plus de la sécurité.

On peut être satisfait des manoeuvres au pied de mât, n'empêche qu'elle représente un facteur de dangerosité supplémentaire.

15 jan. 2011
0

Les deux options se défendent.
En fait tout dépend de ton bateau et de ta manière de naviguer.

Si tu as un bateau réactif, et si surtout, tu aime adapter sans arrêt tes réglages pour faire avancer ton bateau au mieux, alors il te faut un retour au cockpit.

A contrario si ton bateau est plutôt du genre placide et que tu n’es pas un acharné des réglages pointus et constants, les manœuvres au pied de mât conviennent très bien, avec les avantages d’une plus grande simplicité.

Il y a par contre une manœuvre qui doit impérativement, à mon avis, revenir au cockpit, c’est la drisse de spi, de façon à pouvoir l’affaler en urgence.
;-)

15 jan. 2011
0

Tout au cockpit
je navigue principalement en solo et souvent sans pilote, sauf sous spi, donc bien content de tout avoir au piano du cockpit. Les écoutes de génois reviennent également sur 2 winchs ST de part et d'autre de la barre ce qui me permet de virer avec la barre entre les jambes en bordant mes voiles, idem pour régler en nav' !

Chariot de GV et palan de réglage du pataras également à portée de main du barreur

J'ai par contre un taquet au mat pour pouvoir hisser ma GV à la volée et pré-régler mon hale-haut de tangon à l'envoi de spi.

15 jan. 2011
0

De toute façon
Pour prendre un ris ou le larguer, il faut toujours quelqu'un au pied de mât pour faire descendre la GV ou au moins, si chariots à billes ad-hoc, frapper / larguer le point d'amure au croc de ris. OK pour prise automatique, mais il n'y a pas que le 1er ris.
C'est justement avec plus "de vent" qu'on aura le plus besoin d'aller "devant" (tourmentin, réparation, etc...)
En solo, on gagne beaucoup de force et de vitesse à hisser debout au pied de mât, la drisse passant par une poulie de pont.

0

faire descendre la voile
bonjour
pour prendre les ris depuis le cockpit, j'ai sur le vit de mulet une barre en alu percée de 3 trous, un par bosse d'amure, il sufit de tirer dessus depuis le cockpit en ayant largué de la drisse. Les coulisseaux à billes et la GV full batten facilitent le travail.
cordialement

Hubert, de Cherbourg

15 jan. 2011
0

Un petit aparté n'ayant rien à voir avec le sujet de ce fil.
Ne serait’ il pas possible de pouvoir modifier le titre d’un fil de façon à le rendre plus explicite et accessoirement pouvoir le retrouver plus facilement.
Par exemple, pour ce fil il serait bon de pouvoir modifier le titre « Bonjour » en « Manœuvres au cockpit ou en pied de mât ? ».

15 jan. 2011
0

Comment font ceux qui ont tout ramené au cockpit
pour tangonner leur génois : il faut bien aller à l'avant pour passer l'écoute dans la machoire du tangon. S'ils ne peuvent quitter leur cockpit sans risque ou s'ils en sont incapables comment font-ils? Je ne laisse pas non plus, perpétuellement mon tangon à poste et il faut bien aller l'installer.
Cela dit une bonne installation dans le cockpit est certainement un plus, mais souvent, c'est du bricolage et la voile arisée ressemble plus à un sac qu'autre chose car il est trés difficile d'obtenir le même résultat depuis le cockpit qu'en pied de mât!

15 jan. 2011
0

"Souvent, c'est du bricolage"
C'est bien là le problème.

Mais généraliser serait particulièrement restrictif et fausserait le débat.

15 jan. 2011
0

voile arisée = sac ?
j'ai toujours réussi à la régler correctement depuis le cockpit (bôme Selden avec chariot intégré sur mon bateau actuel, bosses de ris en continu sans chariot sur mon précédent bateau).

15 jan. 2011
0

On devrait en effet penser
à l'archivage avant de lancer un fil.

j'ai l'impression que ce n'est pas possible.

15 jan. 2011
0

Pied de mât
Sur Loarwenn (cockpit central ketch) l'envoi de la grande voile et la prise de ris se fait en pied de mât.
C'est pas gênant, c'est monsieur qui y va.
J'avoue que je préfèrerai qu'il le fasse a partir du cockpit.

15 jan. 2011
0

Je viens de découvrir
le type de bateau que tu possède (chatam 40).

Si j'étais toi, ce serait clairement en pied de mât. ;-)

15 jan. 2011
0

Précisions.
Je précise quand même que quand j’ai dit plus haut que pour moi, ce serait en pied de mât, j’évoquai s uniquement les drisses .
En résumé :
Drisse de génois : pied de mât.
Drisse de gv : pied de mât.
Drisse de spi : cockpit.
Balancine et hale-bas de tangon : cockpit

Voilà c'est ma manière de voir les choses. ;-)

15 jan. 2011
0

Nous ne seront pas d'accord.
Pour moi, un voilier placide, même un Chatam 40, cela n'existe pas dans la baston, sauf si l'on commence à taper dans des tailles qu'on ne pratique pas sur ce forum.

15 jan. 2011
0

je suis un partisant du tout au pied de mat
par ce que c'est plus simple, clair limpide si quelques choses coince ou qu'il faille aller vite.
Mais aussi par ce que je ne navigue jamais seul et que sur un catamaran il est facile de se mouvoir sur le pont en absence de gite et de roulis.

Accessoire la majorité des bateaux avec retours des commandes au cockpit que j'ai pratiqué nécessite quand même qu'un coéquipier se rende au pied de mat, ne serais que pour "soulager" les commandes alors quel intérêt ?

15 jan. 2011
0

Ce sera ma dernière participation à ce fil
et ce post cloture mon opinion.

Un système de hissage/affalage avec retour au cockpit, bien conçu, ne devrait pas poser de problèmes lors des manoeuvres et ne pas nécessiter qu'un équipier aille au pied de mat.
Il n'y pas de problèmes, il y a des solutions.

15 jan. 2011
0

Ben Lorenzo...
Si on était tous d’accord le débat n’aurait pas lieu d’être.:reflechi:

Simplement, pour avoir utilisé différentes configuration sur différents bateaux, je me dis que tout au cockpit, c’est effectivement super, voire indispensable sur certains bateaux, et que les avantages supplantent les inconvénients.

Sur d’autres bateaux je considère que les inconvénients supplantent les avantages.

Quand au fait de se déplacer en pied de mât pour prendre un ris…quelle distance entre le cockpit et le pied de mât ? 3 ou 4 mètres …également combien de temps pour prendre un ris ? Normalement c’est bref…Et de toute façon il faut bien y aller pour crocher le nouveau point d’amure (à moins que tout revienne au cockpit y compris l’amure, mais alors bonjour les kilomètres de « ficelles »).

Mais bien sûr chacun fait come il veut, je me borne juste à donner un avis que tu n'es pas obligé de partager.:pouce:

15 jan. 2011
0

keep cool
lolo

ce sont des échanges de points de vues.. Et même si le tien est parfaitement étayé, qui plus est avec une expérience certaine du large dans le gros temps en équipage très réduit, est pertinent et cohérent, permet à d'autres d'avoir une vision différente.

Je ne doute pas que l'initiateur du fil, avec de l'expérience, saura définir le plan de pont le mieux adapté à son canot, en fonction de son programme et également en fonction de son budget et/ou de sa capacité de le réaliser lui même à moindre frais

15 jan. 2011
0

Tu m'as mal compris
Il me semble que je n'ai fait que débattre à partir d'arguments. Et je ne voudrais surtout pas laisser croire que seul mon point de vue compte.

Mon post précédent voulait en fait signifier qu'à partir de maintenant je vais avoir l'impression de me répéter, vu que je crois avoir faut le tour de mon argumentation personnelle. Je me suis même déjà répéter plusieurs fois, c'est dire…

Il ne s'agissait en aucun cas d'un claquement de porte. Mais alors vraiment pas.

15 jan. 2011
0

Pour moi, c'est tout l'un ou tout l'autre
Au départ, pour mon Maldives j’étais plutôt PDM. Mais j’ai trouvé que l’arrondi du pont à cet endroit n’était pas très pratique, et que le Winch de mât était trop haut pour que mon petit gabarit mouline aisément.
J’ai donc maintenant du tout à l’arrière dont je suis très content, mais je connais des propriétaires de Maldives parfaitement contents de leur PDM.
Donc chacun prend la solution qui correspond à son style de nav et à son bateau.
Ce qui me paraît important c’est que la solution soit cohérente.
Dans les soi disantes prises de ris automatiques que les chantiers installent, seules la drisse de GV et la bosse d’œillet de chute sont en retour au cockpit. Et, il faut aller au PDM pour passer le croc dans l’œillet de ris ce qui implique des va et viens aberrants.
Sur mon bateau Chaque bosse passe et dans deux poulies fixées sur la bôme et dans des poulies fixées sur les œillets . Le dyneema permet de diminuer suffisamment le diamètre de la bosse pour que celle-ci passe vite et bien.

Comme, en plus, j’ai deux portes et deux descentes, une fois le ris pris je balance la bosse dans une de ces dernières. Seules les 35m de drisse mouflée restent lovées dans le cockpit. Bien calé, je gère mieux d’éventuels problèmes de coques sur la drisse à l’affalage, et je n’hésite pas à renvoyer de la toile, sachant que je peux réduire très vite et non seulement en sécurité++ mais avec un confort motivant.
Ce n’est que ma solution personnelle « nain de jardin-papy sport », sans aucune velléité de prosélytisme.

15 jan. 2011
0

Un exemple de répétition
"à moins que tout revienne au cockpit y compris l’amure, mais alors bonjour les kilomètres de « ficelles »"

Réponse :

"Le problème de bouts au cockpit: il faut vraiment être très mal organisé pour ne pas savoir gérer une situation aussi simple.

Et une bonne organisation du système de retour permet de naviguer sereinement."

15 jan. 2011
0

vous voyez bien
que c'est une question de santé .

Car il faut en avoir une excellente pour convaincre que l'on a raison :-) s'est m^me épuissant .. :-)

josé

15 jan. 2011
0

Et bien !
merci pour tous ses commentaires, je precise que je n'ai pas de chatam ! mais un aquila !!!
j'ai juste visiter un chatam a vendre, d'ou mes questions.
Lors de mes prochains sujets (car des questions j'en ai des tonnes !), je ferai des efforts pour intituler le sujet de maniere plus coherente ...
Eric

15 jan. 2011
0

La vraie question :
Est-il possible sur un Chatam 40 tel que celui d'eric69 de ramener toutes les manoeuvres au cockpit d'une façon fonctionnelle et pour un prix raisonnable????
De mémoire, le Chatam 40 a son pied de mat en avant du roof saillant et cela va compliquer la modif et le ressaut augmenter les éventuels frottements...

15 jan. 2011
0

Pour moi, tout l'un ou tout l'autre
Au départ, pour mon Maldives j’étais plutôt PDM. Mais j’ai trouvé que l’arrondi du pont à cet endroit n’était pas très pratique, et que le Winch de mât était trop haut pour que mon petit gabarit mouline aisément.
J’ai donc maintenant du tout à l’arrière dont je suis très content, mais je connais des propriétaires de Maldives parfaitement contents de leur PDM.
Donc chacun prend la solution qui correspond à son style de nav et à son bateau.
Ce qui me paraît important c’est que la solution soit cohérente.
Dans les soi disantes prises de ris automatiques que les chantiers installent, seules la drisse de GV et la bosse d’œillet de chute sont en retour au cockpit. Et, il faut aller au PDM pour passer le croc dans l’œillet de ris ce qui implique des va et viens aberrants.
Sur mon bateau Chaque bosse passe et dans deux poulies fixées sur la bôme et dans des poulies fixées sur les œillets . Le dyneema permet de diminuer suffisamment le diamètre de la bosse pour que celle-ci passe vite et bien.
Comme, en plus, j’ai deux portes et deux descentes, une fois le ris pris je balance la bosse dans une de ces dernières. Seules les 35m de drisse mouflée restent lovées dans le cockpit. Bien calé, je gère mieux d’éventuels problèmes de coques sur la drisse à l’affalage, et je n’hésite pas à renvoyer de la toile, sachant que je peux réduire très vite et non seulement en sécurité++ mais avec un confort motivant.
Ce n’est que ma solution personnelle « nain de jardin-papy sport », sans aucune velléité de prosélytisme.

15 jan. 2011
0

héhé
heureusement il ne s'agit pas de convaincre mais juste de faire part de sa préférence à soit et d'expliquer pourquoi.

Cela-dit je ne demande qu'à être convaincu sachant bien que si il y a une science exacte en matière de bateau à voile c'est bien qu'il n'y ait pas qu'une vérité.

15 jan. 2011
0

C'est gentil de le préciser
pendant que j'écrivais ma réponse !!!!!

:jelaferme:

Ca reste vrai pour un Aquila! (Na!)

15 jan. 2011
0

josé ,
voire plus haut ..........

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Recouvrance, Portsmouth, commémoration Trafalgar, 2005, durant le feu d'artifices

Souvenir d'été

  • 4.5 (71)

Recouvrance, Portsmouth, commémoration Trafalgar, 2005, durant le feu d'artifices

novembre 2021