bateau qui tape beaucoup au près dans une mer formée, est ce grave pour la structure?

Bonjour à tous,

Tout est dans la question, ou presque... A deux reprises cet été en méditérannée (entre sicile et sardaigne), on s'est retrouvés à devoir remonter au près dans une mer très creuse, et le bateau tapait beaucoup.

Une fois en particulier, pris dans un coup de vent pendant une douzaine d'heures (35 à 40nds), le bateau tapait très fort dans les creux. J'ai laissé faire le pilote qui s'en est sorti super, j'étais dans l'impossibilité de barrer correctement, mer très creuse, croisée, et puis jeu dans la barre etc...il me semble qu'on était bien toilés, GV à deux ris et trinquette...

Ma question est donc de savoir si la structure du bateau peut s'afaiblir, épontille, quille, desserement de boulons... Le bateau, un voyage 12,50 de 89, est une construction solide et j'ai rien vu de grave à l'arrivée.

Je m'inquiète peut-être pour rien, parce que j'imagine que c'est prévu pour, mais comme c'est pas la première fois, je préfère m'en assurer... et sinon quelle serait la bonne manip?...

C'est sans doute arrivé à plein de gens, alors si vous avez une idée...

L'équipage
23 août 2011
23 août 2011
0

oui, ça peut...mais tu n'en sauras jamais rien sauf quand ça sera grave.
Il me semble que certains bateaux des années 80 avaient des échantillonnages trop légers et que cela pouvait entraîner des délaminages (je pense aux Kirié, mais je ne veux ni polémiquer ni me faire d'ennemis).
Ce que je peux te dire, c'est que c'est un problème hyper connu en motonautisme. A fond, face aux vagues avec du creux, ça casse litéralement un bateau. Sur mon ponton, un type a fait passer en garantie son bateau ainsi démoli. Tout le monde savait en le voyant piloter que son bateau ne tiendrait pas un an. Il a pourtant obtenu de Brunswick (Quicksilver) une belle coque toute neuve.

23 août 2011
0

C'est souvent ainsi en méditerranée; effectivement, cela peut affecter la solidité du bateau et faire vieillir la structure plus vite. Pour diminuer le phénomène de "slaming": mettre un bon barreur à la place du pilote,
prendre une allure plus arrivée par rapport à la houle dominante quitte à perdre un peu en cap,
bien porter la voile du temps par exemple un trinquette de brise à la place du génois sur enrouleur, un ou deux ris dans la grand voile,
régler la grand voile pour conserver de la puissance dans le clapot (un peu de creux) peut-être aussi y a t il trop de poids dans la baille à mouillage (ancre + chaîne) ce qui augmente le tangage: avant de partir, on peut transférer la chaine et l'ancre au centre du bateau sous les planchers.
Le voyage 12.50 est réputé costaud et cela ne devrait pas l’affecter, par contre je m'inquiéterais très sérieusement du jeu constaté dans la barre.

23 août 2011
0

On appelle ça "planter des pieux" non?

Sous pilote, dans la mer formée, tu ne peux pas faire grand chose, car le pilote ne peux pas anticiper les vagues, et donc il va tout droit en tapant violemment.

Comme Domde, je dirais qu'un barreur peu améliorer grandement la situation en anticipant le passage de la vague en abattant et lofant au bon moment. en fait, on "escalade" la vague en la prenant légèrement de travers et on "amorti" la descente dans l'autre sens.

En s'entrainant un peu, ça se fait assez bien, même si on tape quand même de temps en temps et ça peut même être très plaisant si ça ne dure pas trop longtemps et puis, on a la satisfaction de moins faire souffrir son bateau.

Avec mon précédent bateau qui remontait très bien au vent (un kelt 6.20) c'était un vrai régal (mais pas de longues navs avec ce petit bateau).

Par contre, il me semble qu'un bateau bien conçu ne devrait pas souffrir d'une navigation au près dans la brise même en plantant des pieux (pas tout le temps quand même hein, faut respecter le matériel), mais l'avis d'un architecte serait plus pertinent.

A+,

23 août 2011
0

Pas toujours évident que le barreur améliore quand on tombe sur une mer hachée dans tous les sens (pas de houle) mais bang bang... toutes les secondes Usant pour le matériel et l'homme, l'idéal c'est d'abattre un peu plus à 60° à + et dans ce cas sous trinquette seule, car assez souvent il faudrait avec ce vent un 3ème ris (mais bien placé)on va aussi vite et le bateau force moins

23 août 201123 août 2011
0

bonjour,
le voyage 12.50 est un voilier prevu pour la croisiere ,bien construit et très solide ,mais ça ne l'arrange pas de taper quand il retombe .
il y a plusieures solutions .
centrer les poids ,generalement on a deux mouillages à l'avant et un portique à l'arriere
avec l'annexe pendue dessous et le hb et j'en passe .centrer la voilure comme generalement il a une voile à enrouleur on enroule et au pire soit on envoie un solent ou on roule le genoa completement , il ne faut pas chercher à remonter de trop on trouve une allure confortable quitte à ne pas faire le cap souhaité .au près dans ces condtions tout travaille l'appareil à gouverner, legrement , la coque ,les cloisons structurelles .
les soncoyerus qui emmenent des voiliers neufs aux antilles demontent les portes interieures avant de partir .
cqfd
alain

23 août 2011
0

bonjour,
le voyage 12.50 est un voilier prevu pour la croisiere ,bien construit et très solide ,mais ça ne l'arrange pas de taper quand il retombe .
il y a plusieures solutions .
centrer les poids ,generalement on a deux mouillages à l'avant et un portique à l'arriere
avec l'annexe pendue dessous et le hb et j'en passe .centrer la voilure comme generalement il a une voile à enrouleur on enroule et au pire soit on envoie un solent ou on roule le genoa completement , il ne faut pas chercher à remonter de trop on trouve une allure confortable quitte à ne pas faire le cap souhaité .au près dans ces condtions tout travaille l'appareil à gouverner, le grement , la coque ,les cloisons structurelles .
les soncoyerus qui emmenent des voiliers neufs aux antilles demontent les portes interieures avant de partir .
cqfd
alain

23 août 2011
0

Merci de vos avis,

Sur le fait de barrer, j'ai bien essayé une paire d'heures, mais si je passais mieux les vagues, et encore pas toujours (la mer était hachée, croisée), je tenais moins bien le cap que le pilote, surtout avec le jeu dans la barre (trop important c'est sûr, je m'en occuperai cette année, il parait que c'est un défaut sur les "voyages",il me semble avoir lu un post là dessus)
Je retiens que j'aurais dû accepter de perdre un peu de cap, je tenais à passer sur ce bord pour pas se rajouter du temps (parce qu'honnêtement, ça commençait à faire long ces 36h de traversée...). J'aurais surement dû abattre un peu.
Sur les voiles, si j'enlevais de la GV (j'avais déjà qu'une petite trinquette sur étai largable), je pensais que j'aurais perdu en vitesse, mais bon, vous avez raison c'est pas sûr...
Peut-être aussi, trop de poids à l'avant (60m de chaine de 10 et un ancre de 20kgs)...

Tiens, une remarque, aucun site météo n'avait prévu le coup de vent...le matin avant de partir entre Ustica et Arbatax, sur l'Iphone, j'avais consulté, pas moins de 4 sites (Lamma-rete, passageweather, weather 4d, les gribs de Navionics...Tous annonçaient maxi 25 nds, c'est monté à 40... Comme quoi...

Encore merci pour vos conseils...

24 août 2011
0

bonjour,
le long de la sardaigne à cause des falaises il y a souvent des accelerations du vent et la houle rebondit et se croise avec celle qui rentre ,il faut s'ecarter de la cote au moins a 5 miles pour ne pas ressentir cet effet de ressac ,
d'ustica à arbatx en route directe c'est le vent dans le nez assuré une route plus nord aurait peu etre étée plus confortable .
alain

25 août 2011
0

1/les bateaux de "série"(jeanneteaux!)étaient + solidement construits que leurs équivalents actuels.Varanges de quille/cloisons strat à la coque/Srat de la liaison coque pont...
2/2 ris par 40 n..sont certainement insuffisantsfaire poser un 3è ris
3/un bon barreur qui a l'expèrience,barrera "à la lame"Soit en lofant pendant la montéé vers la crete.Arrivé "aux environs de la crete de la vague"on abat franchement
Ce principe général peut et doit etre affiné en fonction du poids du bateau,et ou de l'angle d'attaque des vagues(elles peuvent etre + ou - orientéés par le vent "actuel"= ou- croiséés.....)
jeu ds la barre:à vérifiervoir bagues et méche (si pas barre franche voir bielettes/drosses/poulies
au final il est préférable de se faire secouer sur Amel/X yachts/Hallberg-Rassy/Garcia/Najad/Méta strongal /J boat........on doit certainement etre + serein

25 août 2011
0

enfonçons une porte ouverte(au cas ou)comme déjà ditle,le centage des poids est trés bénéfique...a tel point que certains bateaux sont prévus dés leur conception et leur construction avec un puits de mouillage ramené au pied du mat,batteries et réservoirs "au dessus de la quille" ou pas loin!....ex les Boréal(dériveurs alu)...De Ustica à Arbatax sauf mistral que tu as subi,c'est souvent pétole etmoteur....

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

août 2017 de retour d’Ecosse vers Bangor

Après la pluie...

  • 4.5 (146)

août 2017 de retour d’Ecosse vers Bangor

mars 2021