bateau ardent

bonjour,
je trouve que mon bateau est trop ardent dès que le vent monte autour de 12 noeuds avec tout dessus , j'essaye de régler au mieux en prenant de la bordure de GV en prenant de la drisse, du hale bas de bôme, en descendant le chariot , mais j'ai l'impression que cela ne change pas grand chose . j'ai même essayer de monter le chariot au vent et border la GV pour mettre la bôme dans l'axe et ainsi ouvrir la chute !!
Avez vous d'autre technique ?
ou dois je aussi reprendre le gréement en inclinant un peu le mat vers l'avant ?
merci de vos conseils

L'équipage
18 juil. 2012
18 juil. 2012
0

c'est quoi comme bateau que d'autres proprios puissent intervenir ?
12 noeuds c'est pas beaucoup

18 juil. 2012
0

feeling 326 quillard

18 juil. 201218 juil. 2012
-5

Le mat n'a pas assez de quête sur l'arrière tout simplement. Si vous le penchez plus sur l'avant, il sera encore plus ardent.

18 juil. 2012
0

?????????? et !!!!!!

18 juil. 2012
0

Mettre une quete à un mat permet surtout à un bateau de mieux remonter donc d'être un peu plus ardent, sur les Hobby cat on limait
un crochet pour pouvoir remonter au maxi, je l'ai fait

18 juil. 2012
3

Il me semble qu'en donnant une quete sur l'arriere, le bateau devient ardent, en inclinant le mat sur l'avant il devient mou ( déplacement du centre de voilure). Donc danc ce cas il a trop de quete sur l'arriere.

19 juil. 2012
0

trop de quete au contraire :heu:

14 fév. 2013
-1

Je confirme , si les voiles sont autre chose que des sacs , le mât demande à revenir un peu sur l'avant , donc trop de quete AR .

14 fév. 2013
2

FAUX !!

18 juil. 2012
0

euh !! et ton foc qu'est ce que tu lui fais ?? si l'équilibre entre voile AV et AR n'est pas bon tu peux avoir un bateau trop ardent ou trop mou

19 juil. 2012
0

oui.... un génois trop creux génère un bateau ardent ... enfin c'est ce que j'ai constaté mainte fois

18 juil. 2012
1

Eh le mat doit être plus sur l'Avant pour être moins ardent si je ne m'abuse !!
En ce qui concerne le génois je blindé le patatras pour bien tendre le bord d'attaque du génois puis j'ai reculé le point de tire afin de vider le haut du génois ,mais je pense que c'est peut être la mon erreur, je pense qu'il faudrait peut être fermer la chute du génois pour quémander sa puissance et ainsi mettre plus de force sur l'avant du bateau .
Qu'en penser vous ?

18 juil. 2012
0

oui jabadao il faut le mettre sur l'avant, oui perdre de la puissance dans le génois nui au fait qu'il faut faire avancer le centre de voilure, donc avancer le chariot de génois.
après il faut peut être prendre un ris... mais c vrai qu'avec 12 knts de vent ça fait tôt....

18 juil. 2012
1

quel est l'état des voiles ? si elles sont défoncées c'est normal.
Et 12noeuds ne fait pas forcement trop, 40 m2 sur un 8m, tu prends à 12 noeuds.

18 juil. 201218 juil. 2012
0

Réel ou apparent?

Si c'est du réel, ça fait 17-18 nds de vents apparent, c'est pas déconnant de prendre un ris. Sur mon bateau de 13m je prend le ris au delà de 15nds apparent.

18 juil. 2012
0

Merci à vous , je vais donc gagner un trou sur la plaque de l'étai, et faire de nouveaux essais en fermant la chute du génois en avancçant le point de tir et en aplatissant la GV au Max .

18 juil. 2012
0

Tu devrais essayer en prenant un ris.

18 juil. 2012
0

Oui aussi , je pense que le bateau est bien toilé , car il marche bien par petit temps , mais je l'ai acheté au printemps donc je cherche à en tirer le meilleur , et à le découvrir .

19 juil. 2012
0

trop de voilure se traduit par de la gite
un mauvais équilibre à la barre vient d'un mauvais équilibre des voiles.... pas de trop de voile
amha, change de genois

21 juil. 201221 juil. 2012
2

la gîte rend toujours un bateau ardent car la poussée se fait trop en abord sous le vent.
réduire!!!

18 juil. 2012
0

Je reprend la question posée par Aica: quel est l'état du jeu de voiles ? Des voiles défoncées provoquent inévitablement une gite importante. Quelle est leur matière, Dacron? Quel est leur âge ? J'ai rencontré ce problème sur mon First 310 avec un jeu de voiles en Dacron en fin de vie: le bateau se vautrait et la gite provoquait l'auloffée. Avec des voiles neuves en DC, je peux naviguer, au près serré, jusqu'à 23 / 24 kns de vent apparent.
En ce qui concerne le halebas de GV, si tu le souques au près dans la brise, tu vas fermer la chute de la GV et donc augmenter sa puissance.
Reste, aussi, à préciser le type de génois utilisé. S'agit-il d'un GSE ? D'une voile endraillée ? D'un génois à fort recouvrement ? Ou bien d'un solent d'environ 110% ?

18 juil. 2012
0

Les voiles ne sont pas toutes neuves , mais dans un état satisfaisant, elles sont en Dacron , ok pour le hâle bas de bôme, tu as raison sur le fait qu'il faille le choquer dans la brise . Le génois est sur enrouleur , avec les inconvénients qui vont avec !!!
Cela étant dit il est vrai que j'ai du mal à aplatir la GV . elle ne possède pas de cunnigam et j'ai du mal à l'etarquer seulement avec la drisse .
Merci

19 juil. 2012
0

Est-ce que ton bateau est équilibré avec des vents faibles (10 noeuds ou moins)? Est-ce que le bateau gîte beaucoup avec 12 noeuds, quand il devient trop ardent (plus de 15°).
Si la réponse est "oui" aux 2 questions, le problème ne vient pas du mat, mais des voiles, trop creuses.

19 juil. 2012
0

La Réponse est oui au deux questions, je pense que tu as raison, mes voiles sont un peu creuses et j'ai un mal fou à aplatir la GV , malgré tous les réglages .
Merci pour ton avis

19 juil. 2012
2

mais en fait 12 noeuds réels + une vitesse de prés de 6 noeuds ça fait 18 noeuds c'est quand même déjà pas mal pour un bateau qui n'est peut être pas raide au départ et bien toilé, essaye de réduire la quête c'est spectaculaire. sur le mien qui était trop mou/neutre on a reculé la tête de mat jusqu'à l'optimum selon le gréer très compétent que j'avais consulté, pour un gréement en tête il avait donné comme mesure type, 1 pied mesuré avec la drisse à la hauteur du vit de mulet pour un 30 pieds, je ne sais pas si ça vaut pour un gréement fractionné.

19 juil. 2012
0

Le 326 Q que je connais bien est un bateau bien toilé, dur à la barre et ardent.
Les départs au loffe sont monnaie courante à bord si l'on ne souhaite pas réduire tôt.
Pas d'autre solutions que de jouer du chariot pour calmer les humeurs de ce super bateau.

19 juil. 201219 juil. 2012
0

Attention à la gite, comme dit Captain Achab, car un bateau gité déplace son volume de carène, surtout les bateaux larges comme de 326, en plus je crois que le tirant d'eau n'est que de 1,65m, donc il faut naviguer le plus possible à plat.

Avec les anciennes carènes type Super Arlequin, Super Cha, Karaté etc on peut naviguer sur la tranche, leurs carènes sont mieux équilibrées.

14 fév. 2013
-1

Est-il normal qu'un voilier (le mien en l’occurrence, hélas) soit extrêmement ardent* MêME SOUS GÉNOIS SEUL (grand-voile affalée) ?
Il s'agit d'un Arends 33, monocoque australien de 1982, faible tirant d'eau de 1,35 m

*à partir de 15 nœuds de vent, tenir la barre à roue devient vite épuisant au près.

14 fév. 2013
0

ben petit tirant d'eau , rapport de lest ? bateau rond et haut, volumineux, franc bord élevé.
c'est normal

14 fév. 2013
0

l'équilibre sous voiles est un dosage particulier de tout un tas de paramètres. supprimer la GV n'est peut-être pas la solution, les grands génois ayant leur vie propre.
Un voilier qui accélère devient ardent; il faut peut-être réduire un peu plus tôt pour avoir moins de gîte (et de vitesse, hélas) au près...
Perso, je préfère aller un peu moins vite mais moins incliné, on renverse moins de jaja!

14 fév. 2013
0

Bojour à tous, Inforetif un bateau sans GV peut etre ardent surtout si celui ci à un génois à grand recouvrement, car le point de tire (écoute) est tres reculé. Ensuite si le mat à de la quete ( est penché en AR ) cela favorise aussi le déséquilibre du plan de voilure et rend le bateau ardent, je ne parle pas du ceintre. Vu le bateau 1982 et Australien ( certainement le pays avec la New Zéland qui fait les meilleurs bateaux ), je pense que ses deux conditions sont réunies.

J'ai un KARATE, ben sous génois seul au largue si je lache la barre, il se met au pres en qq seconde, j'ai un genois 160%, une forte quete sur l'arriere et un ceintre. Mais quel régal au pres par petit temps ou dans le médium.

Mais un bateau trop ardent demande de la barre et donc le freine, attention a ne pas tomber dans l'exces.

Patrice

14 fév. 2013
0

Au largue, c'est pas la voile qui fait lofer, c'est la carène.....

14 fév. 2013
0

Aux allures portantes, c'est un ensemble de facteur qui déséquilibre un bateau,
La carene forme de la coque, tirent d'eau ...., vague et creux du à la vitesse, l'etat de la mer, le plan de voilure et le réglage des voiles.

La carene oui Manhasset mais pas que ca, parcontre je ne connais pas le ou les facteurs principaux.

14 fév. 2013
0

Bigornot, effectivement la quete, grand génois....., tout ca n'est pas bon pour le Pineau, et un Pineau reversé c'est une journée de gachée.

14 fév. 2013
1

1- ce bateau est structurellement puissant, il est normal qu'il devienne ardent.
2- diminuer de la quète est une solution, je conseille de la diminuer beaucoup, quand on connait pas un bateau, un coup long, un coup court, le bon coup au milieu!
3- on peut utiliser le premier ris comme cuningham à defaut d'en avoir un, tout le haut de la voile sera modifié.
4- le cuni sert à creuser le bord d'attaque de la gv, donc à réorienter sa puissance vers l'avant et moins sur le coté. Pour applatir, il faut alors faire prendre un peu de courbure au mat, relache 5mm sur tes bas haubans s'ils sont tirants sur l'arr et ton pataras raidira ton étai et absorbera le creux de ta gv. Un mat n'est pas qu'un pieu et supporte tres bien une déformation longitudinale.
5- la bordure peut/doit être bordée à fond dès que la puissance monte.
6- pour juger d'un bon réglage, utiliser les penons. Trois 50 cms derrière le guidant de genois réparti sur la hauteur. Trois en file indienne du guidant à la chute a mi hauteur du genois et de la gv. Un sur chaque latte sur la chute de gv. S'ils sont bien en place, tu peux comparer tes réglages, sinon, tu n'as pas de base objectives de comparaison.
7- le hale-bas ne sert pas au pres sur ce type de bateau, tu utilises alors l'écoute et son chariot. Dans la brise seule la chute de gv est utilisée, le reste de la voile ne sert qu'a tenir la chute.... (j'exagère....)
8- essaie de definir qd le bateau devient ardent : au pres, redresse le bateau en lofant et avec ton attaque de génois à contre. Puis tu abats lentement, tu vas trouver le point où la barre tire trop. Reste en deça, sur le fil et essaie de règler tes penons au mieux. Si tu oscilles autour de ce point, ton bateau ira vite et la barre restera maniable.
9- la barre est toujours dure quand on descend dans le vent, il n'y a pas grand chose à y faire....

14 fév. 2013
0

Bonjour

Mon O31, PETIT TIRANT D'EAU, était extrêmement ardent rapidement
J'ai eu l'occasion de naviguer sur le même O31, GRAND TIRANT D'EAU, c'était moins flagrant...
Je ne suis pas expert... je n'ai aucunes prétentions techniques... il me semble néanmoins que la tendance pour un bateau à être "ardent" ou pas vient d'un (mauvais) rapport voiles "surface et qualité" / tirant d'eau
Un exemple, pour illustrer ma théorie :
1 bateau X, à 15 noeuds de vent, avec PTE 1,30 et 50 m² de voiles dacron en état d'usure aura plus tendance à giter que le bateau X, à 15 noeuds de vent, avec GTE 1,80 et 50 m² de voiles mylar neuve
En conclusion :
Il me parait important de bien connaitre son bateau, et de prendre les mesures adaptées "au bon moment"
Chaque bateau est "unique"

14 fév. 2013
0

Le tiran d'eau n'a rien a voir avec le fait dêtre ardent!

14 fév. 2013
0

C'est assez typique des bateaux modernes aux formes larges et plates à l'AR.
Au delà des questions de ifférences de raideur à la toile, le safran sort assez vite de l'eau même avec un angle de gîte relativement faible (à partir de 10- 12°) et il perd progressivement son grip dans l'eau.
Avec un TE profond, le safran est plus long et ça "tient" plus longtemps. Le safran plus court d'un PTE aura plus vite décroché.
Bref avec un safran plus court, il faut donner plus d'angle au safran pour récupérer un coup de gîte, jusqu'au moment où il décroche ; d'où la sensation qu'il est peut être trop ardent.

14 fév. 2013
0

Oui Fredau13, la forme et l'état des voiles influent beaucoup sur l'équilibre d'un bateau. A la vue des nombreux facteurs qui jouent sur l'équilibre d'un bateau, comme vous dites, chaque bateau est unique, mais il qq fois un peu de " doigté " pour sentir les différences.

J'ai navigué sur différents Karaté, et je découvrais des sensations différentes sur chacun des bateaux, avec la meme surface de voile et meme tirant d'eau, mais avec ou sans enrouleur, voiles mylar, marque du mat (MarcoPolo, Francespar, Nirvana ....) centrage des poids ....

Et connaitre son bateau est essentiel.

14 fév. 2013
0

Hummmm......
Très technique tout ça, et parfois un peu contradictoire.
Pas très clair en tous cas pour mon petit cerveau.:lavache:
J'en sais autant que j'en savais !! (pas grand chose)...
:litjournal: :litjournal:

14 fév. 2013
0

EauEtGaz, on en apprend tous les jours, et heureusement, c'est cela la voile, sinon on fait du bateau.

14 fév. 2013
0

Et on apprend pas soi meme, en découvrant, et par les autres car ici il y a des connaisseurs, des voileux et cela fait plaisir.

14 fév. 2013
1

PYTHEAS:
Je relis le premier post de Felipe17 et ton premier post....

Qui disent exactement l'inverse !

J'étais venu là pour me renseigner..... Mille excuses..

14 fév. 2013
3

EauEtGaz, surtout pas d'excuses, je disais simplement que moi j'apprends tous les jours, malgré 40ans de voile, par moi meme en mer sir mon bateau ou comme équipier, et surtout comme équipier.

Parcontre Felipe17 n'a pas raison dans son post, une quete avant rend, en principe un bateau mou, une quete sur l'arriere, rend un bateau ardent, mais se sont des principes, dans la généralité des cas. Il peut y avoir qq exceptions.

Si je peux vous renseigner, je serais toujours là.

14 fév. 2013
0

le first 25.7 est connu comme étant un bateau ardant
le mien ne fait pas exception, même quand les voiles étaient toutes neuves

j'ai essayé de lâcher du pataras pour le rendre plus mou : bof ...

la barre d'écoute permet de gagner un peu

je réduit très rapidement la toile (14 / 15 noeuds apparents)

ce qui permet également d'aplatir la grand voile

le bateau est bien plus facile à barrer (Georges le PA me remercie en ne grognant plus) et il ne va pas moins vite, au contraire.

14 fév. 2013
0

PYTHEAS:

Ne t'excuses pas non plus, bien que !

1* à EAUETGAZ pour son calme et sa courtoisie !

Ah que !!!

14 fév. 2013
0

Oui LouKoum4 Bien que quoi ?

14 fév. 2013
-1

Eh bien !! voilà mon post relancé .
D'ailleurs , avant de réduire la GV vous faites quoi ?

1 descendre le chariot et bordé afin d'aplatir la GV
2 remonter le chariot et choquer la GV pour ouvir le haut et ainsi décharger la GV

????
Avez vous constaté des différence ?

14 fév. 2013
1

En principe :
1 Rescendre le chariot et aplatir la GV,
2 Reculer le point de tir de la voile d'avant pour ouvrir dans le haut de cette voile ( genois, inter ou foc ),

Et relacher les nerfs de chutes des deux voile.

Cela devrait etre suffisant, en attendant une accalmie ou une déterioration.

14 fév. 2013
0

Et le cunningham ??

14 fév. 2013
0

Non, désolé Pit, je ne sui pas d'accord non plus, le cunigham permet de controler le bas de la voile alors que la drisse tend par le haut.
Il devrait y avoir un cuningham sur tous les bateaux, cela s'appelait un ris de fond qui ne se prenait que sur le guindant et permettait de vraiment applatir le corps de la voile.

15 fév. 2013
2

"Je n'ai pas de cunniggham, peu de bateau actuellement on ce réglage. "

Je ne suis pas sûr qu'aussi peu de bateaux en soient équipés.

Ce qui est sur, c'est que peu de gens (qui font de la croisière) l'utilisent, souvent par ignorance. Alors pourquoi certains voiliers s'emm..bêteraient à en mettre.

Lors de la commande de ma nouvelle GV, lorsque j'ai demandé s’il y avait un oeillet de cunningham, le voilier m'a regardé de travers comme si j'avais dit une grossièreté. :heu: :oups:

14 fév. 2013
0

Je n'ai pas de cunniggham, peu de bateau actuellement on ce réglage. Le Cunningham a été créé pour contourner la jauge. Mais en étarquant la drisse de GV on obtient le meme résultat.

15 fév. 2013
0

ManHasset, sur le principe vous avez raison, on fait de la voile ou du bateau, mais je préfererais que les constructeur accastille déjà mieux leurs bateaux "rail d'ecoute plus long, winch plus gros et voiles mieux taillées etc " et ensuite qu'ils mettent un Cunningham

Margotte sur le principe vous avez raison aussi trop de regles sur un bateau compliquent les manoeuvres, mais il y a des voileux qui aiment ca.

14 fév. 2013
0

Je ne crois pas que rélacher les nerfs de chute soit une solurion, au contraire, le nerf de chute sert à empêcher la voile de fasseyer, les relacher dans la brise me semble aller à l'encontre de la pérénité du jeu de voile.
Une chute qui ferme a très peu d'influence sur la puissance et l'éfficacité de la voile, ces dernière viennent surtout du guindant et du profil avant de la voile.

14 fév. 2013
0

Un nerf de chute se règle au frisotement de la chute et ne sert qu'à ça!

14 fév. 2013
0

Pour ma par je pense que si, Je ferme la chute par petit temps pour garder le vent dans la voile, et quand le vent monte c'est la premiere chose que je fais, choquer les nerfs de chute. Mais comme j'ai dit plus bas, chaque bateau, chaque gréément réagit d'une facon differente par rapport d'autre. La différence n'est pas spectaculaire, meme qqfois insignifiante, mais c'est un réglage à ne pas négliger, pour ma part.

14 fév. 2013
0

Même avis que "Aupilau"
Sur mon précédent bateau un first 260 et malgré des voiles dacron neuves mon bateau restait ardent dès cette force de vent.
Pour rester stable je prenais vite un ris, plus réglage du mat ect...

14 fév. 2013
0

j'ai navigué 2 ou 3 fois sur un First 260, ballades et régates. j'ai trouvé un très joli bateau bien fini mais une barre déroutante : molle et ne parlant pas, et un bateau très ardent en cas de rafales, allant ou il voulait si on ne choquait pas la GV.
les proprios, 2 frères étaient bons puisque depuis qu'ils ont un 30E ils gagnent très souvent !

14 fév. 2013
0

PYTHEAS/

M'enfinnnnnnnnnnnn .................!!!

14 fév. 2013
0

bsr,
c'est la saint valentin qui le rend comme ça ,après il va se calmer .....
:cheri:

14 fév. 2013
2

Bonjour à tous , ça fait un moment que je suis ce poste, et là...je craque.
Bien sur, que le mat reculé rend le bateau ardent , et le mât sur l'avant le rend plus mou.....en théorie, mais dans des proportions infimes .

10 cm de quête arrière , recule le CV d'environ 3 cm, ( le centre du triangle,pratiquement au tiers de la hauteur........

C'est insignifiant en terme de sensations de barre.....en tous cas , moins sensible qu'une voile défoncée, qui conduit très vite à une gite excessive.

Mon bateau actuel , avait le mât sur l'avant, ( au moins 15 cm en tête..), l'ancien proprio avait peur de se démolir le dos ,en tirant sur la barre, ( il est vertébrothérapeute....déformation professionnelle...)..le bateau était quand même ardent, à la gite.

J'ai commencé par remettre le mât vertical, sans constater de différence.

puis j'ai mis 10 cm de quête AR, ça améliore le prés ,et surtout ça a plus de gueule.

Toujours pas plus ardent.......Par contre , lorsqu'avec la gite , la barre devient dure , on applatit tout , puis on prends un ris, et la barre revient dans l'axe , sans perte de vitesse...

Pour terminer , au prés , dans la brise, (20 n réels et plus..) , sous solent seul , le bateau fait encore du cap , et passe même sur sa barre ,dans les grosses bouffes.

Travaillez les réglages , avant de bidouiller le mât......et , à l'occasion, relisez "Les voiles" de Bertrand Chéret.......Cordialement.

J'imagine déja certaines réponses.......aie.

14 fév. 201314 fév. 2013
0

Vous avez tout à fait raison Pitalugue. Mais il existe des bateaux ou des grééments qui sont plus sensibles à certain réglage.

Quel chantier, quel revendeur prend la peine de regler le mat sur une unité neuve ? En général ils le posent sur le pont, regarde sa verticalité un point c'est tout, et passe à autre chose.

14 fév. 2013
0

Je lis avec beaucoup d'intérêt ce fil, mon bateau, comme beaucoup, étant ardent dès qu'il vente un peu trop...
Il est vieux, pas de chariot de GV, pas de cunningham, uniquement des points de tire réglables pour le (grand) génois, et ce n'est pas facile d'avoir une barre équilibrée et un cap constant à vent constant !
Mais je m'informe et teste des réglages !
:litjournal:
Question à pitalugue : Qu'est-ce qu'un bateau qui passe sur sa barre ?
Question générale, je ne sais jamais dans quel sens on "avance" ou "recule" le point de tire du génois... Est-ce avancer vers la proue ou l'inverse?
Merci de vos réponses éclairées.
Un béotien qui jalouse Soclum et ses réglages de voile.

14 fév. 2013
0

Bonsoir, bah en général quand on avance on va en avant et quand on recule c'est en arrière. Et c'est valable partout en plus c'est ça qu'est bien!! Par contre un bateau qui passe sur sa barre??????

14 fév. 2013
0

oui, ça se dit, c'est un terme qui date de l'autre siècle (j'en suis),

voir là pour la réponse :
www.hisse-et-oh.com[...]re-quoi

:heu:

14 fév. 201314 fév. 2013
1

Lorsqu'un bateau passe sur sa barre, c'est qu'il est trop gité, et ou que son safran n'est pas assez profond, il est largement temps de prendre un ri, enfin de réduire, et ou d'abattre un peu.

14 fév. 2013
0

ok ok merci pour l'info...

14 fév. 2013
2

Au près dans la brise, une fois réalisés tous les réglages sur le gréement et sur les (belles) voiles, après avoir mis la belle mère et autres équipiers au rappel dans les filières et alors que le canot commence à enchaîner des auloffées parfois spectaculaires en "passant sur sa barre", il reste encore quelque chose à tenter avant de prendre le 1er ris.
C'est d'essayer -quand cela est possible- de barrer sur "la plage fine". Il s'agit de barrer au près "très" serré, en loffant jusqu'à l'extrême limite de ce que le triangle avant accepte.
Certes la vitesse tombe de 0,5 / 1 kn, mais elle reste encore très satisfaisante: la puissance vélique diminue, le canot retrouve ses lignes et ne se vautre plus.
Dans les surventes, au lieu de tirer la barre pour contrer l'auloffée (erreur très courante c/o un grand nombre d'équipiers), il faut donc au contraire anticiper et accompagner le lof en poussant légèrement la barre. Cela demande une grande concentration au barreur et permet de repousser la limite.
Ce qui ne sert à rien, j'en conviens, si le but n'est pas de repousser cette limite !

14 fév. 2013
0

Très intéressant ce sujet (et ce site), merci aux intervenants expérimentés et dévoués qui prennent sur leur temps pour répondre patiemment aux profanes dont je suis. Je me situe dans la catégorie de PhilippeG, sauf que j'ai un chariot (assez court cependant) d'écoute de grand-voile.

Je retire de tout cela
- qu'un voilier peut être très ardent même sous seule voile avant (il est vrai à grand recouvrement, PYTHEAS II ), alors que je croyais que celle-ci faisait abattre au contraire de la grand-voile faisant lofer,

- que je devrais réduire encore plus que je ne le faisais dès que ma barre devient trop dure quand je remonte le vent,
- qu'il va me falloir convaincre Madame de la nécessité de changer le sac rapiécé qui me sert de génois ; pour la grand-voile, en moins mauvais état, on verra plus tard,
- que je vais néanmoins comme suggéré par manhasset voir si je peux compenser en partie l'absence de cunningham en tirant sur la bosse du 1° ris (vieux bateau de croisière, peu importe la "gueule" que va avoir la chute) pour tenter d'aplatir un peu la GV,
- que je ne peux pas faire grand chose d'autre avec un bateau à aussi faible tirant d'eau (qui a d'ailleurs une forte tendance à rouler, c'est sans doute lié) dont le mât est un poteau rigide et d'ailleurs sans dispositifs prévus pour le courber,
- qu'incliner mon mât vers l'avant (il est déjà actuellement "vertical", nettement "penché vers l'avant" par rapport à la plupart des mâts des autres monocoques du ponton vu de profil) ne changerait pas grand chose.

15 fév. 201316 juin 2020
0

bonne synthèse, bravo!
peu importe que tout ne soit pas parfaitement juste, c'est une base de départ qui devrait te permettre de découvrir un peu plus les qualités de ton bateau.
Loffe un peu quand même, surtout avec ton futur génois. Naviguer sur le fil est un plaisir subtil, en Star, sans possibilité de réduire, on navigue couramment par 25 nds apparent... sur le fil!

15 fév. 2013
0

Pour les curieux d'équilibre aérodynamique et sur la notion de foyer global d'un ensemble de plans porteurs, en dehors des ouvrages marins je vous recommande de vous balader sur les sites consacrés au Pou du ciel de Mignet, avion particulier avec 2 ailes décalées la plus avant plus portante que l'arrière et mobile. Son équilibe y est longuement détaillé. La transposition pour un voilier fait intervenir la position de ce point par rapport au centre de dérive.

15 fév. 2013
0

manhasset, je veux bien croire que naviguer sur le fil soit un plaisir subtil mais si je navigue un jour avec mon épouse aussi gité que ces deux stars, ce sera la dernière fois que je ne voguerai pas en célibataire...

15 fév. 2013
0

Un moyen comme un autre, mais savoir préserver le gite et le couvert....

Blague à part, la gite est une angoisse pour ceux qui ne barre jamais.
Donne la barre à ta femme, explique lui calmement qu'en poussant la barre on gite moins mais qu'il faut la tirer tout de suite après, etc..

je te laisse gérer le fil de la conversation au plus près!

Souvent, on apprend beaucoup à expliquer aux autres ce qu'on ne comprend pas complètement et c'est un bon moyen de partager ses doutes. L'anxiété provient de l'inconnu mais aussi du manque de confiance dans les doutes mal exprimés de ceux sur qui on compte!

15 fév. 2013
1

tous vos problémes d'équilibre viennent du surtoilage qui engendre une gîte éxessive il s'en suit une déformation de la carène immergée qui n'est plus symétrique .
un voilier ne doit pas à quelques éxeptions près .genre 6mJI
qui ont une carène symétrique avoir plus de 15° de gîte
évidement il ne faut pas réduire n'importe comment sur un 7/8 eme ce n'est pas la mémé chose que sur un marconi en téte avec un génois à 150% .
évidement ceci c'est avec des voiles correctes pas des sacs à vent
je rappelle aussi que par sécurité on doit porter la même surface de voile au près qu'au portant hormis le spi .
et surtout qu'un voilier va beaucoup moins vite trop gité que gîté normalement voir le VMG
sur ce bonnes navs
ALAIN

15 fév. 2013
0

gite maximum avant réduction pour le First 30, 22,5 degrés, défini par l'archi

c'est la que le combinaison Gite + Puissance + Allongement de la flottaison grâce au frégatage est la meilleure, en régate s'entend !

15 fév. 2013
2

Je passe mes soirées sur ce forum (sans trop de participation pas timidité et de peur de m'en prendre 1 :-) .

Et vraiment je trouve ce fil un modèle du genre. Pas d'arogance, des explications claires, toujours dans une bonne intention d'aider les néophites.

Vraiment merci pour la qualité

15 fév. 2013
0

"une gîte éxessive il s'en suit une déformation de la carène immergée qui n'est plus symétrique"

60nora, peut-être pour des voiliers de course légers, mais j'ai un doute sur la possibilité de la déformation sensible de la carène d'un voilier de croisière, surtout construit il y a 30 ans, vu l'épaisseur de la coque.
Tout à fait intuitivement et après réflexion je crois plutôt que c'est la dissymétrie de la PARTIE IMMERGÉE de la carène quand le bateau gite qui intervient : la courbure de l'avant de la carène, par exemple dans le plan de la surface de l'eau, étant plus prononcée du côté sous le vent, la force de résistance exercée par l'eau augmente de ce côté, diminue au vent et le bateau lofe. Je suppose que ça a dû être testé en bassin sur maquettes depuis longtemps.

15 fév. 2013
4

je ne veux pas parler d'une déformation mécanique de la coque mais une modification de la surface mouillée qui devient dissymétrique .
alain

15 fév. 2013
0

Effectivement la dissymétrie de la partie immergée empêche la carène de filer dans l'eau selon sa forme hydrodynamique en "rippant" donc perte de rendement sachant que dans l'absolu moins il y a de surface mouillée plus on va vite et que malheureusement on doit quand même être dans l'eau et suivre les rails des courbes de carène pour optimiser la glisse.

15 fév. 2013
1

@inforetif
La déformation d'une carène n'est pas la déformation de la coque, mais précisément la dissymétrie causée par la gite.
Même les bateaux modernes ne se déforment pas... Enfin, pas suffisamment pour provoquer le lofe!
Ya pas besoin de bassin pour tester, sur un dériveur, safran relevé, on dirige très bien le bateau en gérant gite et contre-gite.
Cet exercice a disparu des école depuis qu'on met les gosses sur des cata.

@AI66
well, ça démarre bien mais ça devient rapidement abscons...
A relire avant d'envoyer!!!

11 août 2020
0

Quel bateau ?

11 août 202011 août 2020
0

Discution interressante... il y a 7 ans.... 😁

12 août 2020
0

j'espère que depuis il y en a qui ont mis leurs connaissances à jour
alain

13 août 2020
0

"Discution interressante... il y a 7 ans.... 😁"
:-(

ce sujet est toujours d'actualité et cela le restera tant qu'il y aura des mâts, des voiles et des réglages sur un voilier !

13 août 2020
0

D'ailleurs je peux en rajouter une couche; qu'en est il de l'emplacement du pied de mât, en l'avançant ou en le reculant de 5 cm ?
;-)

13 août 202013 août 2020
0

moi j'achève le test sur mon kelt 620... j'ai mis le pied de mat 2.5cm trop reculé et mon génois est défoncé... et ben vous savez quoi??? j'ai jamais réussi à lâcher la barre sans me mettre au tas... et en plus j'ai le loisir de compter la bigorneaux qui me doublent...

@arzak, le prends pas mal, c'était juste une blaguounette... 2Nd degré, humour, toussa toussa...

13 août 2020
0

Désolé TDR;

Nous avons mis un an à trouver le bon emplacement du mât de notre premier bateau, il était implanté sur un espèce de "rail" avec différentes positions possibles, et nous avions acheté le bateau démâté, le mât couché.

Sur notre bateau actuel, voilier construction amateur, le seul "repère" quant à l'emplacement sur le pont est le plan d'architecte au 1/20 ème...

L'emplacement du mât sur le pont est effectivement une question à se poser !

A part ça j'apprécie aussi les blaguounettes !
;-)

14 août 2020
0

il n'y a pas que la question a poser le mat aussi ,c'est plus important si on veut faire de la voile .
alain

14 août 2020
0

dans ces cas pourquoi ne pas essayer de connaitre la cause , ce qui permettera d'orienter les solutions .
Il faut faire un petit dessin tout simple du plan de voilure et du plan de derive et trouver leur centre de gravité : centre velique et centre de derive .
Il faut que le centre velique soit bien sur l'avant du centre de derive .
a partir de là on sait comment agir .
Tout celà n'est qu'approximatif mais ça aide et dégrossi bien la solution à envisager

14 août 2020
0

Ah c'est bien une note négative mais expliqué pourquoi m'intéresse et sûrement d'autres

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

lever  du  soleil  à la  Cala  Mongo Costa  Brava

Après la pluie...

  • 4.5 (186)

lever du soleil à la Cala Mongo Costa Brava

mars 2021