Bastaques

Hola !!

Un copain vient de s'offrir le bateau de ses rêves, un magnifique Belliure Endurance de 42 pieds.
Il m'invite à naviguer avec lui en me disant carrément qu'il compte sur moi pour la prise en main de son jouet.

Mais voilà ... le mat fait 18 mètres, avec la toile qui va bien, et surtout il a deux bastaques.

Je n'ai jamais navigué sur un voilier de croisière ayant un mat de cette taille avec des bastaques.
J'avoue hésiter, mais j'ai bien peur que la tentation ne soit plus forte que la sagesse.

Alors, à "ceusses" qui ont l'habitude de naviguer en croisière avec des bastaques, je suis preneur de tous les bon conseils pour éviter de faire des co... et devoir rentrer au moteur avec le mat flingué ou pire.

Merci et bon vent à tous !

L'équipage
23 juil. 2013
23 juil. 2013
1

une tite manœuvre en plus dans les virements de bord. La règle bastaque au vent bordée, bastaque sous le vent larguée. Ne t'inquiète pas trop jusqu'F3/4 pas de soucis si les deux bastaques sont larguées, en tous cas sur Grenache

23 juil. 2013
2

Bonsoir,
Si les barres de flèches sont poussantes, pas trop d'inquiétude lors d'empannage par vent pas trop puissant.
Virement au près, moins d'inquiétude encore car l'écoute de GV "soutient" le mat.
Si barres de flèches dans l'axe, bien reprendre la bastaque sous le vent avant le virement ou l'empannage. Prenez votre temps et coordonnez-vous au début. Petit à petit vous prendrez de l'assurance.

23 juil. 2013
0

S'il y a bastaques, j'imagine qu'il y a aussi trinquette sur enrouleur.
Qd la trinquette sortie, border la bastaque au vent et larguer la bastaque sous le vent.

23 juil. 2013
0

Obélix, bastaque ne veut pas obligatoirement dire trinquette... En ts cas sur mon bateau j'en ai, et je sais que si je gère pas ds le gros temps le mat peut tombé. Les basses bastaques sont pas des plus importante par rapport aux hautes. Un petit conseil un virement de bord vaut mieux qu'un empannage ds le gros temps.
Après le bateaux à l'air solide.

23 juil. 2013
2

un gréement 7/8 par ex a des bastaques sans avoir de trinquette ... c'est juste pour raidir l'étai et le patara sert à regler le cintre de mat

23 juil. 2013
0

Cpt Martin et Captain Achab,
Merci pour l'info!
Nous on a les deux. Trinquettes et bastaques. !
:)

23 juil. 2013
0

:), il y en a qui ont de la chance :topla:

23 juil. 201323 juil. 2013
0

Relativement simple en route et dans le petit temps, demande un minimum de coordination dans l'enchaînement au virement de bord quand la brise monte. En solitaire ça occupe bien son homme.

On lâche celle qui va devenir sous le vent juste en envoyant sur l'autre bord. On doit sentir la migration de la tension des différents espars concernés pour éviter un rattrapage tardif sur le nouveau bord.

Il est bon de border la bastaque au vent et d'établir la GV (tension de la chute) avant de finir de border le foc sur le nouveau bord. Le pourquoi des démultiplications qui permettent de souquer d'une main sans avoir recours au winch qui mobilise un homme à 100%. (Se positionner calé à cause des mouvements dus à la mer pour souquer plus efficacement la manivelle à deux mains).

A l'empannage la décomposition consistant à faire venir la GV dans l'axe à l'écoute au parfait vent AR donne un petit laps de temps qu'il faut mettre à profit pour le transfert de la tension de bastaque d'un bord sur l'autre.
-La déesse Shiva a un avantage certain.-Le frein de bôme n'a pas grand intérêt.
La manoeuvre est plus relax quand les barres de flèches sont poussantes et qu'on a réduit à temps la GV au profit de la voile d'AV surtout avec une GV à corne.
C'est comme ça que j'opère...

La raideur d'un mât carbone peut éviter d'avoir recours aux bastaques...

23 juil. 2013
0

Je voulais dire trinquette pas trinquetteS!

24 juil. 2013
2

avec des bastaques un empannage involontaire peut etre (encore plus) catastrophique, donc il vaut mieux prendre une petite marge de securite suplementaire sur l axe du vent arriere, surtout s il y a de la houle

26 mai 2019
0

Il faut toujours rester en dehors de la zone d’empannage.
On va plus vite, c’est plus stable et moins stressant...
Je suis toujours surpris de voir des bateaux naviguer sur la panne roulants et trébuchants par crainte de devoir empanner alors qu’ils ont de l’eau à courir...
J’adore les bastaques, ce sont de vrais outils de finesse de réglage !

24 juil. 2013
0

Hola !!! ... merci à vous pour vos réponses ...

Je vais tout relire à "tête reposée", mais je retiens que par petit temps, et même sans pratique de ces réglages, je pourrai me lancer sans trop d'appréhension.
En résumé, jusqu'à F4 c'est largement maniable par deux béotiens, malgré la taille du mât et de la voile, et que le plus gros "piège" se situe au portant en cas d'empannage.
Bon ben... yapuka y aller

Bon vent à tous !!
:goodbye:

24 juil. 2013
0

hola,

superbes bateaux que les Belliures ! Tu as de la chance de pouvoir naviguer sur une telle unité.

comme il s'agit certainement d'un gréement ketch/côtre (deux voiles d'avant), les bastaques sont là pour reprendre l'effort de l'étai de trinquette quand celle-ci est utilisée. Surtout par vent fort.

Ne pas s'inquiéter..

Bastaque au vent souquée, bastaque sous le vent larguée.. Ca fait juste une manœuvre de plus à faire, mais le mât ne risque pas de tomber ! :)

profite-en bien ! :topla:

24 juil. 2013
0

Hola Emma !! ... oui, c'est un sacré beau canote ...

Il est sur la côte valencienne, et sans doute la première nav nous fera rallier les Baléares !
Il y a pire comme galère, que ce soit pour le bateau ou la nav elle même :-D

Un forumeur était avec moi lorsque j'ai rejoint le copain qui venait d'acheter le bateau. On convoyait mon ancien canote et lui aussi était resté sur le "c..." quand il avait vu la bête ... hola SOLO :alavotre: amigo !

24 juil. 2013
0

Comme je vous envie ! Rien que d'en parler, et de penser à ce genre de bateau et d'endroits, ça me fait saliver !! :topla:

24 juil. 201324 juil. 2013
0

tous les bateau a deux etage de barre de fleches devraient avoir des bastaques , mais les greeurs ont decider sur les bateaux modernes que c'etait superflu et ont inventé les barres de fleches poussantes, ce qui me parait inapproprié.
un bas etais + bastaque ca tient le mat et c'est aussi une assurance de plus en cas de rupture du greement de tete...
.
ca fait une manoeuvre de plus comme cela a ete dit mais la voile c'est avant tout manoeuvrer des ficelles

24 juil. 2013
1

D'un autre côté, comme a dit Ph. Harlé : "la meilleure bastaque c'est la grand voile" :reflechi:

24 juil. 2013
0

??????

24 juil. 2013
0

oui j'ai entendu ca aux glenans il ya tres tres longtemps; j'ai jamais trop compris

2

Je m'étais fendu d'un vibrant plaidoyer (si si..) pour les bastaques mais me suis ravisé en découvrant que ce canot avait un gréement en tête... Donc les bastaques y sont "à l'ancienne" pour raidir le bas étai. J'ai vu comme cela un magnifique bateau classique avec une bastaque unique à cette fin.. pas trop dans le chemin de la GV et de toute manière, si la grand voile est ouverte c'est que l'étai ne doit pas être raidi... hà la sagesse des anciens...

Il n'empêche que le sujet Bastaques semble peupler les cauchemards des plus ou moins novices et je ne comprends pas pourquoi... Après tout , naviguer à la voile requiert une certaine discipline et une volonté de venir à bout de certaines contraintes... cela fait partie intégrante, me semble t'il, du plaisir... La bastaque rentre dans cette approche... vous n'en voulez pas, parfait, mais débarrassez vous alors également de cette foutue grand voile et sa bôme qui fouette dans les empannages (contrôler un empannage est la seule condition pour gerer les bastaques à l'aise, si c'est trop demander alors supprimons le aussi... )

Le génois, ne demande qu'a se coincer ca et là... zou, exit !

Le spi, quelle horreur avec ce tangon démesuré... au rebut !

et enfin le mat est un obstacle et un amplificateur de roulis... allez hop...à terre !

Bref, rien de tel qu'un bon "pechou".. pas un fifty, c'est trop extrême... et rappelez vous qu'une manoeuvre génialement réussie n'est rien d'autre qu'une grosse catastrophe évitée :bravo: :bravo:... c'est aussi cela la voile...

25 juil. 2013
1

Hola First Class 12 !! Etant l'initiateur de ce sujet ...

Je me sens concerné, sinon visé par ta tirade didactico-ironique concernant les bastaques.
Tu me confirmes le bien fondé de ma décision prise il y a prés de vingt ans de quitter MON club, quand l'esprit régate a détroné l'esprit croisière, et je me rends compte au bouts de ces années que le fossé est toujours là.

Oui, je reconnais trés simplement et tout aussi humblement, ne pas être habitué aux réglages avec des bastaques, mais quand d'autres forumeurs m'ont expliqué sans ironie ni superbe, j'ai compris, même si je connais déjà la théorie.

Depuis plus de trente ans que je navigue et plus de vingt ans passé à enseigner aux membres du club les rudiments de la navigation, j'ai toujours mis un point d'honneur, ou j'ai eu beaucoup de chance, c'est selon, de ramener le canote et ceux qui étaient à bord, à bon port, et même parfois dans des conditions scabreuses, la dernière étant début mai, au droit du Cabo de la Nao avec F8 établi, rafale à F9, mer croisée et forte et bien que je dois être dans ta catégorie des "plus ou moins novices" selon toi, il me reste un peu de sens marin qui me fait savoir à partir de quelle limite mon billet n'est plus valide :o))
Mais si au lieu de sauter en haut du mat, tu avais mieux lu, je ne demandais que des conseils simples, mieux encore une opinion, à l'heure ou je vais peut être partir co-skipper un Belliure 42, super équipé, avec trinquette, étai largable, ses "fameuses bastaques", ses 18 mètres de mât au dessus du cockpit, et le "vrai" skipper qui annonce d'entrée qu'il sera simple équipier.

Je n'ai nulle envie de jouer les kamikazes, et je préfère prendre des avis "tempérés" concernant ce magnfique jouet, son maniement en sécurité pour le bateau et ceux qui sont à bord, et pouvoir le ramener le tout, a bon port.

C'est sympa de m'inviter a démater, virer les torchons et tout ce que tu cites, afin de me voir rejoindre le camp des pêchous, confrérie fort honorable et sympathique au demeurant, pour vous regarder passer, vous ces omniscients de la voile qui ne se sont jamais posés de questions, qui n'ont jamais de doutes mais que des certitudes, et qui considèrent tous ceux à qui ils font admirer leurs tableaux arrières, comme des marins d'eau douce, presque superflus sur la grande bleue.

Que grand bien te fasse "Firts Class 12", mais à l'escale, le jambon, les bonnes bouteilles et autres gourmandises seront sur "mon" canote, même si j'arrive bien aprés que tu n'auras commencé à tirer des bords et border les bastaques dans les salons du yacht club local.
A ce moment là, sans doute serais-je assis dans "mon" cockpit en me disant "ce n'était que celà" ... tiens ... ou est ton verre ??
:mdr: :alavotre:

-1

Patxi,

Loin de moi l'idée de me moquer... (je pense que ma dernière phrase était claire à ce sujet) et que le mode humour était bien "ON"... Ma remarque portait seulement sur le fait que les bastaques on l'air de susciter une peur qui, à mon humble avis de navigateur du dimanche (et surtout du samedi après midi ;+)) n'a pas lieu d'être si on reste méthodique, comme pour le reste des manoeuvres d'un voilier, qu'il soit du genre "Poupoune 2" avec ses 6 M2 de Grand Voile où majesteux avec un nom genre "Myth of Serck" vernis et gréement immense compris..

Pour moi être sur l'eau c'est ce qui compte, pas de prises de tête.. bon si cela avance c'est tant mieux mais pour aller vite, il y a de meilleures solutions que la voile...

Voili, voilà... Bon courage, j'attends avec impatience ton retour d'expérience de capitaine !

PS: pour tout te dire, ce qui m'a fait le plus peur lors de la prise en main de mon bateau, ce n'est pas les bastaques mais bien les manoeuvres de port et le passage de l'écluse du légué... après, en mer, et bien on a le temps de faire les choses calmement ;+)

25 juil. 2013
0

:pouce:

25 juil. 2013
0

Hola patxi patxi,
Dans "bastaque", tu enlèves le 'ta", il reste ce que j'aime ...
Vas-y...
Mamita

27 juil. 2013
0

La manoeuvre des bastaques peut être simplifiée sur bon nombre de gréements de voiliers de croisière, en frappant les bastaques suffisamment en arrière pour que la GV à un ris puisse empanner librement. Dans cette configuration, il suffit d'étarquer les bastaques après la prise du premier ris, et les manœuvres de changement d'amure sont simplifiées. J'ai utilisé cette configuration sur mon précédent bateau (dériveur 37pieds, 12,75m de mat avec deux étages de barres de flèches dans le plan, trinquette et 25m2 de GV) pendant une vingtaine d'année et quelques 40000milles, et j'ai repris le même principe sur le Hanse 430 (43pieds, 19,45m de mat avec deux étages de barres de flèches poussantes, fractionné, étai largable et 63m2 de GV, depuis cinq ans et 25000 milles. Je précise que la bôme du Hanse 430 fait un peu plus de 6m de long!

26 mai 2019
1

Je déterre ce fil de 2013 car justement je suis en train de regarder les astuces qui existent lorsqu'on fait un virement de bord ... avec doyble-pataras (appelés aussi "bastaques") et basses-bastaques et sans pilote auto et en solo.

Comme dit bien plus haut par Lashépriz, la déesse Shiva doit bien se débrouiller sur l'exercice, mais lorsqu'on a que deux mains .....

Egalement comme dit plus haut, je ne me vois pas faire la manoeuvre avec un winch pour raidir la bastaque. Un système de palan me semble plus que recommandé.

La théorie est "visible", et comme on dit "y a qu'à" :
1) préalablement avoir prévu que le bout pour raidir chaque bastaque est long voire très long
2) s'assurer que le bout de chaque bastaque est totalement libéré et clair sans coque ni noeud
3) de même pour les écoutes de génois
4) préparer l'écoute de génois (celle qui est encore sous le vent) au winch, la border très légèrement (ravaler le mou)
5) ramener près du centre le chariot de gv, et potentiellement faire en sorte que la corne soit "ouverte" pour déventer par le haut
6) attraper le long bout pour raidir la bastaque sous le vent (bastaque qui est totalement choquée) et la tenir en main (la même main qui tient la barre)
7) se dire à soi-même "paré à virer?" et réciter un petit mantra d'encouragement
8) pousser la barre ( = "on vire!" à soi-même et visualiser le "on croise les doigts" sans le faire évidemment!)
9) rapidement : la gite diminue, la gite devient nulle ... les voiles s'apprêtent à passer de l'autre côté
10) c'est à ce moment là (au moment de la gite nulle) qu'il faut ouvrir le bloqueur du bout qui raidi la bastaque au vent ET de la même main choquer l'écoute de génois ... et avec l'autre main border le bout pour raidir la bastaque qui était sous le vent (qui devient "au vent") ... mine de rien ce petit truc aide à ce que soi-même on change de côté de cockpit ... La main qui a ouvert le bloqueur de la bastaque prend alors la barre, et la main qui a raidit la bastaque (nouvellement "au vent") borde l'écoute de génois d'abord à la main puis à la manivelle de winch.

(effectivement 4 bras ne seraient pas de trop...)

11) ensuite il convient tranquillement de régler le génois, puis de régler la gv (le vrillage de la gv à corne et l'ouverture de la corne pour ceux qui ont une gv à corne).

Comme vous le voyez, la théorie est simple, et il "suffit" d'écrire tranquillement assis derrière son clavier "y a qu'à". (c'est ironique et de l'autodérision)

Pour la manoeuvre similaire mais à l'empannage, c'est un peu le même principe : "il suffit" et "y a qu'à" être + rapide.

Si quelqu'un a une autre méthode, je suis preneur.

26 mai 2019
2

Bonjour
J’ai adopté cette façon d’opérer sur mon mini 6,5 je n’en vois pas de meilleure du moins sur mon bateau !
Je crois qu’il faut juste un peu de concentration et surtout désacraliser le truc

26 mai 2019
0

Un petit circuit en Star avec ses doubles bastaques vous ferait découvrir toutes les subtilités de leurs manœuvres et réglages..

26 mai 2019
0

Bonjour Je suis demandeur d un commentaire de connaisseur sur l'utilisation des basses bastaques en star ? Je navigue en croisière hauturiere sur un selection 37 et les basses bastaques ne sont sources que de soucis...

26 mai 2019
0

As tu le mât d'origine sur ton Selection ?

étrange ton commentaire, je ne vois pas en quoi les basses basiques sont sources de soucis.
Sans elle le mât pomperait et finirait par casser.

Le principe de réglage sur des bateaux gréements souples fractionnés, bdf dans l'axe (Selection, class europe, etc ..)

c'est tension d'étai se règle par la bastaque.

volume de GV (cintre de mât en longi) se règle par la basse bastaque.

volume haut, vrillage de tête, se règle par le pataras.

27 mai 201927 mai 2019
0

Oui j'ai le mat de la jauge selection 37. Mon mât a un precintre important et après 10000 milles en navigation hauturiere en solitaire ou équipage réduit je n'ai jamais vue mon mat pomper ? Par contre j'ai déjà inversé le profil du mât par maladresses avec les basses bastaques et elles empêchent la bome de passer avec la bastaque sous le vent reprise quand j'ai GV 2 ris... A part creuser la GV qui est déjà très creuse d'origine je ne vois pas d'utilité aux basses bastaques pour la tenue du mât ?

27 mai 2019
0

Les basses bastaques permettent de contrôler le cintre du mât donc le creux de la GV.

27 mai 201927 mai 2019
0

Les basses empêchent le milieu du mât de trop partir en avant...et de péter !
;-)
Mais le mât du Sélection, c'est le roseau, celui de l'Endurance, c'est le chêne !
:-D

27 mai 2019
0

Un gréement souple comme le selection, utilise un profil dont l'inertie n'est pas suffisante pour tenir de lui même.

Sous l'effet de la compression, il partirait vers l'avant, pomperait et casserait sans l'usage des basses bastaques.

27 mai 201916 juin 2020
0

Bonjour
Ce fil m’intéresse beaucoup car j'ai des bastaques sur mon nouveau voilier: bastaques hautes à l’étai , et basses sur le premier niveau des barres de flèches (poussantes) de plus, je dispose d'un pataras. Mat 7/8. Le pataras me rassure pour les changements de bords, et comme c'est nouveau pour moi vos explications me donnent de bonnes pistes de réglages. Je n'avais pas encore testé les basses, j'ai hâte de le faire cet été sur les longs bords vers la Corse. Mon Mat est plus gros qu'un sélection, j'imagine donc que sa tenue avec les basses bastaques n'est pas une obligation, j'ai bon ? (dans des conditions maniables bien sur )
Merci bien pour les explications çi dessus déja.

27 mai 2019
0

@zoom : mon mât est gros également (que personne n'ait l'esprit mal placé !).
Mes basses-bastaques sont volantes : au bout il y a un mousqueton Wichard HR.

Si je ne mets pas le Solent au bas étai, c'est inutile que je mette les basses-bastaques, je les laisse le long des haubans.
Si je mets le Solent au bas étai, je mets les basses-bastaques en place. Ca me permet à la fois de mieux raidir le bas-étai et à la fois de maintenir le mât au niveau des barre de flèche du haut.

Je pense que ça n'est pas l'unique façon de s'en servir, mais sur mon voilier il s'agit d'un mât "poteau" non-prévu pour être cintré donc c'est comme cela qu'on m'a dit de faire.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Ouff! bientôt rentré à Bonifacio......

Souvenir d'été

  • 4.5 (109)

Ouff! bientôt rentré à Bonifacio......

novembre 2021