Aviez-vous à bord un téléphone satellite lors de votre dernière traversée?

Bonjour !
ça discute sur les pontons, ou plutôt dans les carrés, à propos des téléphones satellites, indispensables au long court ou non.

Nos voisins nous trouvent inconscients de vouloir traverser l'atlantique sans téléphone satellite. Ma capitaine commence à avoir la trouille et voudrait vérifier si les chiffres avancés par nos voisins sont corrects, c'est à dire selon eux 80-90% de bateaux faisant une transatlantique (cap vert > antilles) auraient à bord un moyen de communication par satellite.

Peut-on faire un petit sondage ? Que ceux qui ont fait une transat ou autre longue traversée en 2017-2018 s'expriment sur le sujet ?

Merci par avance, meilleurs vœux à tous et bon voyage à ceux qui sont en route !

L'équipage
15 jan. 2018
15 jan. 2018
13

C'est le monde d'aujourd'hui ... impossible de se déconnecter.

Sur mon bateau je m'interdis d'avoir autre chose qu'une VHF. Ainsi, vive la liberté et l'art de se débrouiller seul quoi qu'il arrive.

Avec un téléphone tu stresses toute la famille si tu rates l'heure de l'appel! Je le sais, j'ai fait quelques transats en convoyage avec téléphone et/ou internet. Quel boulet à bord ces appareils.

15 jan. 2018
0

Toujours eu à bord un téléphone satellitaire lors de mes traversées.
Maintenant sur une traversée Mexique/Marquises, il est tombé en panne et on a fait sans. On était au bon endroit et à la bonne saison, donc pas de raison de s'inquiéter.
Je pense qu'on peut très bien s'en passer sur une traversée Cap Vert/Antilles.
Plus utile dans l'autre sens.

15 jan. 2018
1

il est clair que c est quasi indispensable d avoir type iridium go avec un programe sur ipad comme weather 4 d
car tu ne risque plus rien
tu as la meteo jours apres jours et meme 3 h apres 3 h
et comme ca tu fuis le mauvais temps
plus aucun risque de se retrouver dans un coup de chien
tu peus tout eviter
sauf si tu aimes te faire peur
mais c est un elements de securite dont il est stupide de se passer
c est 1000 euro d appareil et 60 euro d abonmenent ilimiter mensuel
c est rien vis a vis du service rendu !!!
comme ca tu peus faire le tour du globe en n ayant plus jamais plus de 20 noeud de vent
a part le faite d etre maso !!!
rien ne peut justifier de pas s en equiper !!!!!!

15 jan. 2018
5

Crevet, faudra que tu nous dises comment tu peux éviter les systèmes météo à bord de nos bateaux qui ne font pas 30 noeuds...

Jamais plus de 20 noeud de vent... t'as pas dû en faire beaucoup de traversées océaniques...

15 jan. 2018
0

En effet, jamais plus de 20 noeud de vent, il faut avoir la chance d'une saison exceptionnelle. Mais par contre, sans éviter totalement les.systèmes météo, on peut quand même se diriger vers la zone la moins inconfortable, à cinq noeuds de moyenne, avec une météo à trois jours, on fait de la route suffisamment pour gérer au mieux la situation.

15 jan. 2018
0

non pas dutout tu peus sans probleme mais c est sur moi je parle avec un cata qui peut naviguer en moyenne a 10 noeud
si tu te traines a 5 noeud c est moins facile !!!!
si j ai fais plusieurs transats et biensur qu en faisant attention c est faisable sans probleme avec un bon bateau
il y a plusieur programe de routage qui te donne ce type de possibilite avec des polaires corecte de bateau

l annee derniere j ai mon colaborateur qui a traverse l atlantique avec un orana 44 et il n a jamais depasse 7 noeud en plus en evitant deux depression a 35 ou 40 noeud
ok le bateau est un sabot !!!

15 jan. 2018
0

Non, tu ne peux pas tout éviter mais tu peux améliorer les choses et réduire le risque. Mais dis moi comment tu fais pour assurer en période d'alizés soutenus pour faire une.transoceanique avec moins de 20 noeuds? Tu attends 2 ans à Mindelo pour avoir le bon créneau avec prévisions de 15 jours?

15 jan. 2018
0

je ne suis pas d accord
tu peus quasi tout eviter
il faut avoir un bateau assez rapide c est tout !!!

15 jan. 2018
6

Je rajoute que le téléphone ne sert absolument pas à téléphoner mais à récupérer des fichiers météo, éventuellement à envoyer des mails.

15 jan. 2018
0

Iridium en transat (décembre 2016). On s'en est servi une ou deux fois pour la météo. On aurait pu s'en passer. Transpacifique 2017, nous sommes partis à trois bateaux le même jour des Galapagos pour les Marquises. Pas en convoi, aucun d'entre nous n'avions l'envie de devoir réguler nos vitesses fort différentes ni faire en permanence attention à ne pas se rentrer dedans, mais le premier transmettait ses conditions météos au deuxième etc. Nous avons pris un point météo tous les trois jours et pu contourner une zone de calme ainsi que du vent un peu fort mal orienté. Donc utile sur ce point. Mais de là à avoir peur de faire sans, il y a un grand pas.
Bien que....pendant cette même traversée, un bateau norvégien situé à 200 milles plus au sud a eu une voie d'eau et a pu appeler les secours en Norvège pour se faire aider. Un cargo norvégien dans la zone s'est dérouté et lui a apporté le matériel nécessaire pour réparer et rejoindre les Marquises. Nos trois équipages étaient en veille par mail journalier afin de savoir si on devait aller lui porter secours. Il est rentré par ses propres moyens après sa réparation temporaire. Il semblait content d'avoir eu un iridium

15 jan. 2018
1

Le 9 novembre , j ai fait naufrage au large de l indonésie , content d avoir d une part le matériel adapté pour du secourt ( balise sarsat et vhf asm ) et un tel Sat pour prévenir la famille que l on embarquait sur un cargo ...
D occase un Isaphone coute peu cher ( dans les 200:300 € max )et tu prends un forfait soit 1 mois 3 mois ou plus

15 jan. 201815 jan. 2018
1

Je confirme ce que vient de dire Mistral gagnant.
Sur notre tour de l'atlantique 2016/2017, nous avons du passer 3 coups de fil en tout soit moins de 10 minutes. En revanche, nous nos en servions à la fois pour faire du tracking (mettre à jour notre position sur notre blog toutes les 24h en traversée par un simple sms), soit pour récupérer des gribs et échanger des mails avec les autres bateaux partis en même temps que nous.
De plus, pour la transat retour (Bermudes - Açores) nous avons également échanger avec un routeur.

Cependant, pour la Transat aller, on est parti avec les Alizés qui se formaient et qui sont restés bien stables donc les fichiers gribs nous ont simplement confirmaient qu'il fallait continuer tout droit et qu'il y avait du vent partout. Sans météo en cours de traversée, on aurait suivi la même route mais c'est plus rassurant de savoir ce qui arrive quand ça forcit.

15 jan. 2018
0

www.svb-marine.fr[...]ch.html

Cela n'est pas nécessaire sauf que .

15 jan. 201815 jan. 2018
0

Pour ceux qui veulent se rassurer, il y en plein d’iridium ou inmarsat sur LBC entre 300 et 500 €
www.leboncoin.fr[...]901.htm
www.leboncoin.fr[...]251.htm
C'est l'abonnement qui peut coûter plus cher en fonction de ce que l'on choisit.

15 jan. 2018
0

Et bien voilà, Flotteur, après une dizaine de réponses tu as déjà ta réponse. Tes 80-90%, semble bien correct. Il n'y en a plus beaucoup qui naviguent sans moyen de communication satellitaire.

15 jan. 2018
0

ca ne veut rien dire
moi je dis que c est tout simplement indipensable pour mieux tirer partie de la meteo et d eviter les gros coup de mauvais temps et de prendre la meilleure route
c est comme rouler a travers l europe sans gps
moi je suis completement convincu que faire sans c est risque comme roule les yeux ferme !!!

15 jan. 2018
0

7 transats et jamais de tel sat
Mais j aurais au mini un irridium pour la prochaine

15 jan. 201815 jan. 2018
0

Satora, pourquoi du coup à la prochaine transat il y aura un iridium ? Pour la météo uniquement ou le côté sécuritaire de rester en contact en permanence avec la terre ?

15 jan. 2018
0

Le prix peut-être, non ? Je n'ai pas encore trouvé s'il était possible d'activer une carte prépayée au milieu de nul part ? Apparemment il faut envoyer un mail ou téléphoner à la société qui l'a vendue pour l'activer, ce qui fait perdre toute l'utilité de la carte prépayée qui pourrait servir qu'en cas de réelle nécessité.
Donc oui, évidemment, pourquoi s'en priver avant une traversée si on a le budget. On peut aussi prendre l'abonnement à l'année à 2000 Euros. Mais avec l'achat de l'appareil, ça commence à chiffrer.
Peut-être que ça va se démocratiser avec des tarifs et des appareils plus abordables. D'autant plus que les connexions devraient être plus rapides avec le lancement de la nouvelle génération de satellites Iridium NEXT dont le débit passe de 128kb/s à 1.5mb/s.

15 jan. 2018
0

600€ dans les communications :lavache: :lavache: :lavache:

C'est clair on ne joue pas dans la même cours ! :oups: :goodbye:

18 jan. 2018
1

C'est pas prêt de m'arriver !

15 jan. 2018
0

Les 2
Je ne vois pas de raison de m en passer
Confort total, météo et sécu

15 jan. 2018
1

Dans notre cas on avait pris une carte de 500 unités valable 12 mois à environ 600€ environ. Cela a été suffisant pour notre boucle de 11000 milles.

15 jan. 2018
7

boaf 600 euros, plus 300 euros d'achat du tel sat. 900 euros pour un equipement de securité qui peut etre un vrai plus... y'a des trucs qui coutent plus cher sur nombre de bateaux et qui ne servent a pas grand chose.

propulseur d'etrave sur des bateaux de 10m50, annexe sur-dimensionée... un taud de GV fait par un pro peut couter 400 balles.

bon c'est difficile de comparer un budget de 100 000 euros et un autre de 30 000 euros (bateau compris dans les deux cas), pour le même programme, genre une boucle atlantique sur un an.

Mais au final, c'est une affaire de choix. l'un preferera mettre 6 000 euros pour un jeu de voiles completement neuf, mais trouvera idiot de claquer 1000 euros pour un tel sat, un autre gardera des voiles vieilles de cinq ou dix ans en les entretenant et en les faisant durer, mais trouvera le tel sat comme indispensable.

16 jan. 2018
0

pourquoi tu dis ca !!!
avoir les grib en continue
ca peut te sauver ton bateau car tu peus eviter le mauvais
temps
moi je trouve ca tres bon marche eu egard au service rendu
un investissement qui c est sur est pas cher paye
on peu depensser beaucoup sur un bateau avec un resultat moins flagrand
on parles de 50 euro par moi !!!!!!!!!!!!!
c est rien dutout

18 jan. 2018
0

bah...je paie 50€ par mois à terre pour mon abonnement internet large bande. ça fait 600 par an...

15 jan. 2018
4

C'est un bon outil si bien employé comme à chaque fois .
Etre tranquille en navigation c'est bon pour la tête .
C'est comme avoir une réel confiance en son voilier c'est bon pour la tête .

15 jan. 2018
3

Avoir confiance dans son bateau et être tranquille en navigation, bien d'accord !
Mais je vois pas le rapport avec un tel par satellite...
:-D

16 jan. 2018
4

Il ne faut pas inverser l'ordre des priorités.
Nous sommes probablement très nombreux sur ce forum à avoir navigué et fait des traversées océaniques bien avant toutes les aides d'aujourd'hui, sans stress !
C'est normal d'avoir une petite appréhension la première fois.
Compter sur un téléphone pour te "sauver" me paraît d'une part illusoire, d'autre part dangereux psychologiquement.
Moi ça me stresserait de l'avoir et d'être "obligée" de donner ma position chaque jour à mes proches.

:-) :jelaferme:

16 jan. 2018
0

Si vous avez du stress, pensez au pommier, c'est cool pour faire la sieste à l'ombre !

16 jan. 2018
1

avoir un téléphone satellite peut t'enlever une forme de stress tu te dis au cas ou ....
Avoir un bon voilier bien préparé t’enlève aussi une certaine forme de stress .

voila voilou

16 jan. 2018
1

Ne pas réduire cette discutions à nous deux .

j'en est un et je ne m'en sert pas, même pour la météo mon voilier et moi n'avons pas peur d'un coup de vents et je ne donne ma position à personne.

Mais premières traversées étaient avec sextant et cartes routières et sans survie en famille avec femme et enfants.

Mais pourquoi ce passer de la sécurité que l'on peux avoir maintenant.

Mais si par malheur je rencontre un container entre deux eaux je sais que je peux avec beaucoup de moyen prévenir de ma difficulté .

Après c'est un choix et libre à chacun de faire ce qui lui convient le mieux .

15 jan. 201815 jan. 2018
1

Achetêe le mien (Iridium) d'occase 300€ , utilisé assez regulierement dans ma boucle atlantique solitaire, surtout pour la meteo en requêtes saildocs pour les Grib et les cartes ( et une reception BLU connectée en plan B) mais aussi pour poster regulierement un message auto-publié sur le blog pour rassurer madame et les enfants, bon jétais solo, tout même, sur les deux transats aller et retour, j'ai préféré assurer avec un routeur sur le retour, bien m'en a pris, il m'a évité d'aller plein pot dans un sale truc et donc oui avec une bonne analyse meteo, on peut avec nos bateaux qui ne sont pas " de course" ....ça a d'ailleurs fait l'objet de tout un travail chez "les gens d'en face"

puis l'aspect sécu, je me casse quelque chose, un gros pépin de santé, possibilité d'appeler le CCMM Toulouse par exemple,
Mais bon, le solo n'est pas non plus une référence .....
Et au passage, salut Les Entre-Cotes !!
Dom

15 jan. 2018
0

dans 6 mois je taille pour un tour du monde en solo et il est hors de question que je prenne un tel satt c'est ma vision on devient trop gaté de tous les cotés j'ai une balise et je ferai avec

15 jan. 2018
2

c est pareil tu as une balise que tu utiliseras au cas ou , ou est le problème avec un tel sat ,

15 jan. 2018
0

eh bien bon courage
moi je dois ramener mon gros bateau a moteur de st nazaire en mer noire dans les 3 trois mois qui viennent et je ne pars pas si j ai pas un tel satelite avec les grib toute les demi journees
j ai passer les enfantilages et je ne souhaites plus me faire brasser betement
et je fais naviguer par beau temps en limitant le vent a 10 ou 15 noeud
autrement je ne suis pas interesser !!!

15 jan. 2018
7

dire aux gens qu'il faut un tel satt absolument pour traverser l'atlantique c'est déja leur foutre la trouille avant le départ

15 jan. 2018
0

@targaz tu as raison , maintenant pour peux de frais sur une transat tu peux avoir un moyen sup. de sécurité , a l année ça revient cher

15 jan. 2018
0

non c est un elements qui me parait indispensable pour la securite
pourquoi se passer de cette securite alors que c est si facile !!
pour moi c est indispensable !!!
moi je trouve que c est plus indispensable que tout les autre elements de securite obligatoire en france
comme je navigue sous pavillon hollandais et belge
je me passe de bib mais j ai un tel satellite pour les grib !!!

15 jan. 2018
0

il est preferable de prevenir que de guerir !!

15 jan. 2018
0

un homme avertie en vaut deux !!!

15 jan. 2018
0

et je dirais meme que c est stupide que de partir sans
avec tu peus gerer plein de probleme qui peuvent t arriver
comme indiquer plus haut
se faire assister assister les autres
te faire soigner a l occasion !!!
etc

15 jan. 2018
2

santé avec le centre de Toulouse , je me répéte j etais content de pouvoir tel a mon fils après avoir coulé .
Mais on peut n avoir rien , mes premières transats et pacifique je l ai est faite au sextant , aujourd hui je referais plus le GPS c est trop top , le tel sat aussi .

15 jan. 2018
0

Sans bib, prends une pochette étanche pour ton iridium, en nageant, tu auras du mal à le tenir au sec!

15 jan. 201815 jan. 2018
1

Personne ne fout la trouille a personne, et personne ne dit il me semble qu'il en faut un absolument, chacun donne son avis quand on le lui demande, et celui qui prend sa décision pour faire un tel type de périple est sensé être adulte et reesponsable de ses choix, éclairés par les différents avis, il me semble, non ?
Ou alors il faut considérer que seuls les avis des "couillus allergiques aux technologies nouvelles" valent et les autres se taisent ?
Mon Iridium ne m'a rien enlevé du bonheur de vivre ma traversée en solitaire, et je n'y allais pas avec la moindre préétention héroïque mais plutôt une certaine recherche de plénitude .... Chacun son truc, non ?

15 jan. 2018
1

c est comme toute les securites
ca ne sert qu en cas de coup dur
et si tu ne l as pas
eh bien tu peus t en mordre les doigts
c est comme ne voiture rouler sans ceinture de securite
ca ne sert a rien jusqu au jours de l accident !!!!
et la mer c est pas tout le temps gentil
c est beau mais quand tu as un probleme
et pour moi les grib c est indispensable !!!

15 jan. 2018
0

il faut vivre avec son temps
c est pas cher et simple
donc evoluez !!!!!!!!!
ne restez pas a l age de pierre !!

16 jan. 2018
0

Salut Dominique! Je suis totalement d'accord avec toi. Et tu dois te rappeler les derniers jours de transat, ce n'était pas de tout repos et le téléphone satellite était certainement pour certains appréciable, notamment pour celui qui a perdu son safran et dont la famille a été évacuée très rapidement. Comme tu dis, chacun son truc.
J'ai fait des transats au sextant, sans blu, une transat retour en course en avril avec perte de sextant en cours de route et une arrivée à l'estime sur 31 jours de mer. Donc c'est faisable sans. Mais quel confort avec

15 jan. 201815 jan. 2018
3

J'ai traversé du Cap Vert vers les Antilles sans. Dans ce sens, ce n'est à mon avis pas un problème, du moins pour la météo. Tu parts avec une bonne prévision, et, encore une fois, dans ce sens, il n'y a pas de mauvaises surprises si on se fie aux statistiques et si on traverse dans la bonne période. Pour ma part, un peu avant la moitié de la transat, j'ai joins les cargos que je voyais à l'AIS qui m'ont toujours transmis une nouvelle prévision. Maintenant, un tél satellite est bien sur un plus.
Par contre, pour le retour, j'aurai un tél satellite, car la météo n'est pas la même. Mais j'aurai aussi et surtout un routeur à terre. Car, et mesure bien ce détail, tu auras des prévisions à court terme avec ton tél pour des raisons de grosseur de grib et de coût. En clair, tu verras ce qui t'arrivera bien tard. En revanche, le routeur verra lui beaucoup plus loin et te fera éviter la zone à 50 kts.
C'est du moins mon avis.

15 jan. 2018
1

Pour revenir à la questions de départ, parmis les dizaines de voiliers rencontrés pendant notre boucle Atlantique, dont Domnomade ici present, je ne repense qu'à deux bateaux sans tel sat. Et encore l'un des deux avaient une BLU avec envoi et réception de mails.
Donc bien plus de 80% dans cet exemple pour des voiliers en voyage pour un à deux ans.

15 jan. 2018
0

Bonsoir, au printemps dernier, 2000 miles nautiques en Méditerranée (du Languedoc jusqu’à Malte) je me suis équipé d’un Iridium. Deux motifs:
1) Se rendre contactable par les proches restés à terre
2) Pouvoir télécharger les fichiers Grib
Convaincu de la pertinence de ce choix, même si la consommation d’unités à été modeste.
Bonne navigation à tous

15 jan. 2018
2

Bon en Méditerranée c'est peut être un peu exagéré, tu as la plupart du temps une liaison avec un portable classique.

18 jan. 2018
1

...si tu es à moins de 20 milles des cotes, oui...sinon, n'y compte pas... :non:

15 jan. 2018
0

Transat il y a 4 ans. Avec juste une vhf qu'on a jamais allumé. Jamais moins de 25 noeuds de vent. Il est où le problème ? Au moins ça avançait.

15 jan. 2018
0

Ben y'en a pas de problème. Dans ce sens là, y'en a jamais. Il arrive quand même que les alizés soient un peu faiblards et les fichiers permettent de se sortir de zones de calmes. Maintenant, on peut aussi y rester plus longtemps, y'a pas de danger.
Par contre, sur une traversée Nouvelle-Zélande/Australes, on étaient bien contents d'avoir des fichiers et de prendre les dépressions dans le bon sens.
Pour réduire les coûts de communication, on peut avoir un routeur à terre qui envoie des sms qui sont gratuits à partir du site internet.
Mais je m'égare, la question était combien de plaisanciers ont un téléphone satellitaire et non si c'est utile.
Chacun fait comme il veut.

15 jan. 2018
1

comme pascal8383, a l'aller, pas besoin selon moi de tel sat (sous reserve d'être a la bonne periode, alizés installés)

pour le retour, par contre, je préconise un tel sat. et le routeur est en effet un plus, car le telechargement de gribs est lourd.

Or, sur des voiliers relativement lents, si on veut avoir une chance d'eviter la zone des vents les plus forts, il vaut mieux voir arriver la depression le plus tôt possible. Et le routeur, qui lui n'a pas de probleme de lenteur, ou lourdeur des telechargements, la verra bien avant toi.

Perso, j'ai payé qq chose comme 300 euros pour le routage, de st martin en Bretagne.

15 jan. 2018
1

Sur mon Lucia traversé en mars 2017, EPIRB, PLB accrochée au gilet de l’homme de quart et Iridium.
Bien pratique pour appeler les capitaineries aux Canaries et trouver une place.

CaptainRV

15 jan. 2018
1

Téléphone satellite sur l'aller pas indispensable au max un ou deux fichiers gribs sur 15 ou 20 jours que dure la traversée. Par contre sur le retour les conditions peuvent être plus "sportives" voire sérieuses. Pour ma part grâce à l’iridium j'avais mon routage avec le routeur qui m'a fait éviter le coup de vent subit par deux voiliers qui ont coulés c'était en juin 2013 de sinistre mémoire. Donc très utile. Qu'est ce que 1000 euros au maximum sur un budget d'une année sabbatique si ça peut rassurer l'équipage et partir l'esprit serein?

15 jan. 2018
1

Pour alimenter le sondage de Flotteur : sur mon parcours Bretagne-Espagne-Portugal-Canaries-Cap Vert-Brésil je n'avais pas de téléphone satellite, et cela ne m'a manqué à aucun moment.
Pour une transat retour ou une transpac je me poserais probablement la question.
C'est sans doute une arme à double tranchant dans la gestion de l'angoisse des proches. ..

15 jan. 2018
3

Bonsoir, pour moi, le tel satellite peut évidemment avoir une utilité, tout comme le GPS, mais tue la magie d'une traversée avec ses imprévus.
Expliquez-moi pourquoi, il y a vingt ans, personne ne trouvait çà indispensable et aujourd'hui si?
Maintenant, si crevet veut m'en offrir un avec la carte "qui va bien", je ne dis pas non mais ne l'allumerais QU'EN CAS DE PROBLEME.
C'est un choix que j'assume totalement, même si je suis tout-à-fait d'accord avec ce qui a été dit plus haut concernant la météo et le routage, mais chacun son truc.
Je trouve juste çà un peu triste d'être totalement dépendant des nouvelles aides à la navigation.
J' ai navigué au printemps dernier sur un Maramu dont le propriétaire était catastrophé (sur le canal Calédonien) parce que sa tablette qu'il ,avait devant les yeux au poste de barre n'affichait plus la position du canote, alors qu'il y avait une dizaine d'autres GPS à bord, pareil pour l'irridium avec lequel il n'arrivait pas à capter les indispensables gribs!
Tant que tout ce matos fonctionnait à merveille, çà allait mais à la première panne...
Tenant extrêmement à ma liberté, je suis bien content de pouvoir me passer de tout çà ainsi que du moteur.
Gorlann

15 jan. 2018
0

Pour mon tour d'atlantique en 2014 j'en avais un.
Bien sympa de rester en contact avec la famille et les amis.
Par sms de 150 caractères c'est peu coûteux et avec un peu de parlote de temps en temps le budget reste raisonnable. Un plus pour la météo mais je m'en suis peu servi. Possibilité de donner à terre sa position avant de couler. Ça à déjà sauvé du monde.
J'avais aussi une balise SPOT. Il est arrivé que l'un d’entre-eux n'émettait
pour diverses raisons, avec ces 2 appareils personne ne s'inquiétait.

15 jan. 2018
1

Bonsoir, nous avions un Iridium pour la boucle atlantique en 2017.
Utile pour envoyer des nouvelles à terre et récupérer les cartes meteofax et les gribs via mailasail tous les deux à trois jours.
Très utile quand j’ai été malade et qu’il a fallu m’évacuer après contact avec le Cross et le médecin de Toulouse...
Mais bon, je ne souhaite pas que cela vous soit utile!
P.

16 jan. 2018
0

2 transat avec, 1 sans et toutes en solo :
La première (pousse par mes alizés, mais avec un petit bateau ) mes proches me l ont imposé, la 2 ème ( ppusse par les alizes aussi ) pas eut le temps de m en occuper ( décision de transat quelques 4 jours avant le départ ! )
la 3 ème ( retour vers l Europe ) ça me semblait quasi indispensable pour avoir un vrai routage depuis la terre...

16 jan. 2018
0

hello
pour mon voyage non je n en ai jamais eu et tout ceux qui naviguaient a la meme epoque que moi n en avais pas peut etre "les petits mouses" en avait un me rappelle plus

16 jan. 2018
2

C'est quoi cet avion qui balance des ailes au dessus de nous presque au milieu de l'Atlantique pendant que je navigue tranquille ? . C'est l'iridium que tu as fais tomber et qui ne fonctionne plus . Et comme ta mère attendait ton coup de tel ....... :-D

16 jan. 2018
2

Bonjour,
J'avais un iridium au cours de ma traversée vers la Guyane sur un Pahi 42, associé à une balise SPOT, début 2015. L'investissement est conséquent, mais ce serait vraiment stupide et irresponsable, selon moi, de ne pas profiter de cette technologie qui permet non seulement de communiquer avec les proches, par SMS ou par mail, mais aussi de recevoir les gribs et d'appeler les services médicaux en cas de problème à bord. Etant partis pour plus de 3 mois (Canaries, Sénégal, Cap-Vert-Guyane), en termes de sécurité, j'ai associé l'acquisition de l'Iridium à une formation STW très intéressante sur la gestion des problèmes médicaux en milieu isolé (de la constipation aux fractures en passant par les sutures). Cela m'a permis de me doter d'une valise médicale très complète, et de me familiariser avec les procédures de diagnostic et de contact avec les CROSS. Qu'un solitaire décide de ne pas s'équiper en Iridium, c'est son choix, mais en équipage, il y a une responsabilité à assumer envers l'équipage et sa sécurité, et pour moi, la question ne se pose même pas sur ce type de voyage.

16 jan. 2018
0

je dis bravo du sens marin . AMHA.

pourrai tu en dire plus sur cette formation ?

16 jan. 2018
0

Donc si j'ai bien compris un bon laxatif peut remplacer le téléphone. ..

16 jan. 2018
2

C'est un stage médical "grande croisière" assuré par des médecins navigateurs. Elle est proposée par le site Sail The World "STW". Cela permet d’appréhender une urgence et de se familiariser avec les premiers gestes indispensables en respectant un protocole précis tel que la communication avec le Centre de Consultation Médicale Maritime de Toulouse, d'où l'intérêt de disposer d'un téléphone satellite.
Un petit exemple : pour ce voyage, tous les équipiers s'étaient fournis en médicaments contre la diarrhée (imodium, ercefuryl, etc...), souci "courant" dans les contrées exotiques. En fait, le seul problème à gérer a été une forte constipation de plusieurs jours pour certains d'entre eux. Heureusement, la pharmacie de bord constituée à la suite de cette formation en contenait.

16 jan. 2018
0

ouai, quand ça marche pas , ça fait ch..er

16 jan. 2018
0

je dis bravo du sens marin . AMHA.

pourrai tu en dire plus sur cette formation ?

16 jan. 2018
2

Ici, on donne une balise Epirb à chaque pêcheur, et je trouve ça très bien. Sûr qu’on ne l’aurait pas fait il y a 20 ans.
Et ce n’est pas pour rien également que c’est un équipement de sécurité obligatoire en navigation hauturière.

CaptainRV

16 jan. 2018
1

Ou alors tu fais comme moi , tu vis avec une infirmiere . Pas de stage et toujours la quand il faut ........en y réfléchissant quand il ne faut pas aussi .... .comme quoi il n'y a rien de parfait

16 jan. 2018
0

merci à toi JMV .

Bien vu pour l’infirmière .

16 jan. 2018
0

Une infirmère à bord c'est très très bien,
un stage c'est encore mieux, si c'est elle qui a un pb ....

16 jan. 2018
0

Quand je pars, mes proches (ma mère de 90ans) ne s'attend pas à avoir de mes nouvelles avant....... ....tout ça au moins !
Mais elle aussi à navigué a une époque où tout ce bazar électronique n'existait pas. Mes parents se sont promenés à 80 ans passé en Équateur à une période de quasi insurrection pas de nouvelle pendant 1 mois et demi, ils ont bien fini par réapparaitre....
PS pas de téléphone portable pour moi; j'en ai eu un, je ne m'en servais pas (pas grand chose à dire, et à qui d'ailleurs, qui ne puisse attendre que l'on se rencontre), j'ai supprimé .

16 jan. 2018
0

Pourquoi partez-vous donc du principe qu'il va y avoir un problème ?

16 jan. 2018
0

Transat retour il y a 18 mois avec Iridium.
Gribs, mails et sms consomment très peu de forfait com. donc pas cher (Iridim emprunté). Pour moi les 2 points positifs :
- Avoir pu préparer l'équipage et le bateau à 3 jours de 45 nœuds incontournables (sauf à mettre en panne).
- J'ai adoré l'heure passée chaque jour à étudier les gribs et échanger des mails avec les copains.

16 jan. 2018
0

Stark, tu confirmes et je suis totalement d'accord avec toi, que dans certains cas, l'iridium à défaut de nous permettre d'éviter le mauvais temps, permet au moins de s'y préparer. Parce que nos bateaux ne sont en général pas des bêtes de course au point de pouvoir fuir toutes les dépressions ou fronts surtout dans des régions où ça peut se former en.quelques heures.

16 jan. 201816 jan. 2018
7

Avec la remarque que sans téléphone ou internet, les nuages te préviennent 12 heures à l'avance, puis le baro confirme. Et tu as 6 heures pour être prêt.

Puis en fonction des zones il y a le Navtex pour avoir la météo et les avurnavs. Le téléphone n'est pas incontournable.

16 jan. 2018
1

"non prévisibles par la nébulosité ni par le baromètre"
...
"le baro en chute libre."
...

"il était prévu depuis près de 24h,"
...
:heu: :tesur: :lavache:

17 jan. 2018
0

ok c'est moi qui ne sais pas lire.
Je continue à penser qu'à trop regarder un écran, on doit moins observer les changements subtils dehors et peut-être moins (ou pas du tout) checker son barographe.
J'ai fait cette transat retour une fois, à la bonne période fin mai/début juin. On a pris une dépression qu'on a senti venir quelques heures avant, on s'est mis gentiment à la cape, on s'est reposés 36 h et on est repartis. C'était bien avant le tel par satellite.

16 jan. 2018
0

Oui, tu as parfaitement raison en général. Mais je peux te dire qu'on s'est pris de bon coups prévus par les grib mais non prévisibles par la nébulosité ni par le baromètre. Et pas à 12 heures mais à 3 heures de délai en traversant un cisaillement. Ciel dégagé, conditions anticycloniques et paf, plein la tronche. Le ciel qui change d'un coup sur l'horizon, le baro en chute libre. On l'a vu arrivé sur l'écran et il était prévu depuis près de 24h, une dépression creusée brutalement à l'Ouest de l'Islande mais en plein sur notre route vers les Féroé et d'une longueur telle que l'éviter voulait dire demi tour vers l'Islande. On était malgré tout content de savoir ce qui allait nous tomber dessus, même si en effet, ça ne changeait rien sur le principe qu'il faut toujours être près à encaisser dans cette région.

17 jan. 201817 jan. 2018
0

"non prévisibles par la nébulosité ni par le baromètre"
Je répondais à MicMarin qui disait "prévisible à 12h". La nébulosité n'avait changé que heures avant, donc en effet, non prévisible à 12h
Le baromètre à chuté juste avant la renverse à 180° du vent faible pour devenir d'un coup fort. Donc de nouveau, pas "prévisible à 12h"
Par contre, oui, avec l'iridium, prévisible depuis près de 24 heures.

Alors désolé Flora, lis le commentaire correctement....:heu:
Et je dis aussi que je suis d'accord avec MicMarin "en général", sauf pour ce cas particulier qui arrive malgré tout assez fréquemment dans ces régions, en effet très rarement en période de transat aller.

17 jan. 2018
0

Oui, Flora, tu as raison et je te confirme que nous ne passons pas notre temps devant l'écran. J'ai fait 5 transats sans aucun tel satellite, il n'y en avait pas non plus à cette époque. Et ce que tu dis est bien sûr valable dans ces zones de navigations.
Je donnais juste un contre exemple pour dire que le tel satellite peut aussi avoir des avantages :alavotre:

16 jan. 2018
6

Bonsoir, j' ai franchement l'impression que le gros problème de nos jours, c'est que la plupart des bateaux qui traversent sur les Antilles voire retour "croulent" sous leurs équipements(portiques, panneaux solaires,éoliennes, bimini, bossoirs avec annexe, multiples enrouleurs de voiles etc...) qui finissent par transformer de "bons" bateaux en sabots même plus aptent à encaisser un coup de vent, au point qu'effectivement le tel satellite est devenu indispensable pour éviter les situations "délicates".
Un exemple me vient à l'esprit:
j' ai eu l'occasion de rencontrer un navigateur qui, en 86 était allé en solo au Spitsberg avec retour par Jan Mayen et les féroées avec...un Kelt 8m!
Il avait certes eu des avaries mais avait dû affronter du très très gros mauvais temps et a ramené son bateau "à bon port.
Il y a quelques années, on a pu lire sur un fil hisséo qu' identique Kelt 8m avait galéré pour traverser par les alizés.
La différences: le Kelt 8m version "1986" n'avait ni portique, ni panneaux solaires, ni radar, ni annexe sur bossoirs et était MARIN, alors que la version "2010 et quelques" était rendue dangereuse par son suréquipement sensé apporter une "sécurité" et un confort supplémentaire à son équipage.
Autrefois, les bateaux qui effectuaient des traversée n'avaient pas de moyens de communication, mais les équipages et les bateaux étaient prêt "au cas où" à "encaisser du gros" et ce n'était pas un drame quand çà arrivait, alors que de nos jours, vu la qualité de préparation des bateaux et équipages, les aides à la navigations deviennent indispensable et je ne me verrais pas prendre du vrai gros temps avec la plupart des bateaux qui traversent maintenant.
C'est triste mais j'ai bien l'impression que la qualité de préparation des bateaux est devenue inversement proportionnelle à l'équipement embarqué!
Gorlann

17 jan. 2018
2

peut etre aussi tu n as pas eu de retour de ceux qui ont disparu corps et bien !!!
moi je dis qu iul faut un bateaux prepare et adapte et c est pas le poids du tel sattelite et d ipads qui fait que les bateaux croulent sous le poids
peut etre aussi qu avant il y avait que certain urluberlus qui naviguaient et maintenant certain ne sont pas des navigateurs mais plutot des campingcarist reconvertie a la nav par beau temps !!!

17 jan. 201817 jan. 2018
0

@gorlann
Je suis globalement d’accord avec ton analyse, sauf ton refus obtus d’admettre l’utilité d’un téléphone satellite (dans la même veine on peut aussi ajouter l’ais et le gps, mais bon on en a déjà discuté…) qui permet, entre autre, d’avoir des infos météos.
Comme toi, et beaucoup d’autres sur ce forum, j’ai connu le temps ou on prenait la météo marine sur RFI, mais après tout, ce que te permettait la radio, c’est aujourd’hui le téléphone qui te le permet, en mieux, donc la finalité est la même, c’est simplement l’outil qui change. On peut même ajouter qu’avant la radio, c’était le baro, dont on se sert d’ailleurs toujours. Quelle que soit les époques, les marins ont toujours voulu plus ou moins prévoir les conditions qu’ils allaient rencontrer, et ils l’ont toujours fait avec les outils de leur époque.
Maintenant, que ce matériel moderne puisse remplacer la compétence, alors c’est vrai que ça pose problème, tout comme le suréquipement et le poids qui va avec.

17 jan. 2018
0

@ "A force de tout-le-temps vouloir à tout prix éviter le mauvais temps, je me demande quel est le pourcentage de bateaux et équipages qui en sont encore capable?"
Eviter le mauvais temps c'est ce que les marins ont toujours chercher à faire,mais aujourd'hui c'est plus facile qu'hier, ce qui entraîne de facto une moindre aptitude à l'affronter.
@ "Mais chacun place le curseur de la sécurité la où il veut et navigue avec ce qu'il veut, vive la liberté!"
Tu as bien raison! ;-)

17 jan. 2018
0

Bonjour Gorle Greiz, tu as mal lu ou interprété ce que j'ai écris.
Je n'ai rien contre le tel sat, j' ai écris que si quelqu'un m'en offrait un, je l'acceptais mais ne l'utiliserais qu'en cas de problème.
Et j'ai également dis que je trouvais çà bien triste d'être dépendant de ce matériel, tout comme du GPS ou du moteur.
Pour la question météo, ayant navigué jusquà 80°N sur un petit bateau à une époque où les prévisions étaient plusqu' incertaines, je l'avait préparé en conséquence et çà a bien servi, chose que j'ai toujours fais par la suite avec tous mes bateaux.
Pour moi, théoriquement, TOUS les bateaux et équipages qui entreprennent des traversées devraient être à même de s'en sortir sans encombre dans 40 à 50 nds, mais la réalité de nos jours est que beaucoup de gens partent sur des bateaux qui n'en sont plus capable(la plupart du temps à cause de tout ce qui a été rajouté dans les hauts), et là, effectivement, le tel sat devient indispensable pour éviter de se retrouver en situation délicate, mais naviguer dans du mauvais temps avec un bateau bien préparé et qui assure apporte également beaucoup de bonheur, même sans chercher à y aller.
A force de tout-le-temps vouloir à tout prix éviter le mauvais temps, je me demande quel est le pourcentage de bateaux et équipages qui en sont encore capable?
Mais chacun place le curseur de la sécurité la où il veut et navigue avec ce qu'il veut, vive la liberté!
Gorlann

18 jan. 2018
0

Gorlann, tu penses vraiment que c'est un portique avec deux panneaux solaires, et un radar sur le mat qui rend le bateau moins sûr?
Sur le grand principe, je suis d'accord avec toi : "plus compact, c'est mieux", mais un minimum de confort et d'electronique aurait plutôt tendance à améliorer la sécurité, à mon avis, et sans pénaliser la navigation outre mesure.

18 jan. 2018
4

Même si tu as juste un portique et un radar, çà affecte déjà les qualités marine du bateau.
Au printemps dernier, j'ai redescendu(avec le propriétaire à bord) un Maramu des Orcades à Concarneau.
A priori, je croyais qu'il avait la réputation d'un bon bateau marin. Peut-être était-ce le cas à l'origine, mais celui sur lequel j'étais avait génois sur enrouleur, trinquette idem, GV idem, artimon pareil, portique avec deux gros panneaux solaire, bossoirs(l'annexe était dégonflée), moteur HB sur le balcon, deux enrouleurs d'aussières dans les filières, un gros radar dans l'artimon, un gros réflecteur radar en tole façon glénans en haut de l'artimon etc...
On a pris 30nds en mer d'Irlande, le bateau était limite trop toilé sous trinquette seule de 16m2 et se vautrait souvent. Au moteur dans l'avant-port de Dun-Laogaire(Dublin), on prenait des coup de gite à 20° alors que les rafales ne dépassaient pas 30nds!
Au ponton, c'était le SEUL bateau à prendre des coup de gite impressionnant.
Que fais-tu avec un bateau ainsi équipé quand il y a 40nds ou plus?
Il y avait pourtant un irridium à bord avec lequel le proprio n'arrivait pas à avoir de météo, et un vieux récepteur BLU qui nous aurait permis de capter au moins la BBC mais le proprio avait jugé inutile de mettre des piles dedans!!!
C'est sûr qu'avec un tel sabot(pardon bateau), çà devient INDISPENSABLE d'être sûr de n'avoir JAMAIS plus de 30nds de vent sous peine de catastrophe imminente.
Sinon, pour être confortable, pas ni problème, mais côté sécurité!
Gorlann

16 jan. 201816 juin 2020
3

Un autre exemple:
traversée Nouvelle-Zélande Polynésie:
Grâce au fichiers météo on a vu arriver de loin cette petite dépression qui devait engendrer des vents de 40 à 50 nœuds, on a fait le tour par le nord. Pris seulement 35 à 40 nœuds mais au portant.
Sur la route directe on se prenait la même chose en plus fort mais dans le pif.
Chacun fait ce qu'il veut, voire ce qu'il peut, mais j'ai conscience de mes limites.
Marc.

17 jan. 2018
0

sur mes quatre dernières transats les proprios avaient tous un Iridium. Utilisation quotidienne pour réception des gribs pour certains à seulement trois communications en 15 jours...
Je ne suis pas convaincu... le coût est très important...

17 jan. 2018
0

Dans tous le sports pros à risques depuis des années la sécurités est renforcés à tous les niveaux .

Mais il est vrai que nous sommes que des plaisanciers .

"Bonjour !
ça discute sur les pontons, ou plutôt dans les carrés, à propos des téléphones satellites, indispensables au long court ou non."

Bien sur que NON pas indispensables . :topla:

17 jan. 2018
0

mais tres fortement conseiller

17 jan. 2018
8

Non crevet, très fortement conseillé par qui ou quoi? C'est quand même formidable cette "obligation morale" sous entendue pour naviguer au grand large ! Que tu ressentes le besoin vital de toujours avoir ton iridium et que ça te rassure, grand bien te fasse mais cesse donc de vouloir l'imposer en condition sine qua non pour une navigation en sécurité ! Il y a d'autres moyens pour appréhender la météo que "la barbule" posée en déesse du vent, de la route, et de la dépression ! Effectivement ça n'est pas livré par satellite sur un écran technicolor et ça demande un apprentissage sinon un minimum de culture météorologique! Et alors où est le problème, apprendre pour naviguer plus en sécurité, est-ce là la réelle difficulté?
Comme dit plus haut chacun navigue avec le niveau de sécurité qu'il s'impose mais surtout avec le choix des moyens qui permettent d'atteindre à cette sécurité, et ça c'est personnel !

17 jan. 2018
0

J'en connais un certain nombre, tellement traumatisés en arrivant en Martinique, qu'ils ont illico revendu leur bateau.
Dernier en date, un Halberg Rassy tout neuf de 45 pieds avec voie d'eau en cours de route. L'épouse en arrivant au ponton, s'est jetée sur un hôtel.
Je ne prétends pas qu'un Iridium aurait réglé leur problème, mais ils se sont sentis seuls au monde, proches de disparaitre.

CaptainRV

17 jan. 2018
1

C'est le problème de beaucoup de gens qui ne sont pas prêt psychologiquement à affronter la situation d'isolement dans laquelle les place une traversée, et ces même gens n'auraient pas osés entreprendre ce type de navigation il y a 30 ou 40 ans.

17 jan. 2018
0

Hé hé, avec le pouce et l'index écartés, pouce parallèle à l'horizon, index dirigé sur la polaire, tu as une latitude correcte, suffisante en effet pour compenser la perte du sextant. Et le premier amer vu à l'arrivée était le phare du Créa'ch à Ouessant. Par contre, plus de 200 milles d'erreur en longitude, montre du bord pas à l'heure.
Donc oui. :mdr:
Mais le gépéaisse, c'est bien aussi...

17 jan. 201817 jan. 2018
2

Je ne vais pas te répondre par oui ou par non, mais je vais te répondre quand même. Je vais simplement remplacer « pourrait » par « envie ».
Je reformule donc ta question à ma sauce.
Est-ce que j’aurais "envie" de refaire une traversée armé de mon seul compas ?
La réponse est non.
Je reprends maintenant ta formulation en la développant.
Est-ce que je "pourrait" refaire une traversée armé de mon seul compas (et d’ un sextant) SI un problème technique me privait de toutes les autres aides à la navigation ?
La réponse est oui.
En résumé si un problème survenait par exemple aux îles du Cap-vert la veille de partir, je n’attendrais certainement pas trois semaines pour recevoir du matos, et donc je partirai. Je serais certes contrarié, mais ce ne serait pas une catastrophe.
Bon, tout ça est très théorique parce que les grandes traversées c’est de l’histoire ancienne pour moi.

17 jan. 2018
6

regarder (trop) l'écran plutôt que checker le baro , avoir un Iridium ou pas ... un peu comme la sempiternelle querelle des anciens et des modernes.
Dans ma boucle solo , 2016-17, j'ai un petit souvenir :
Madère je rencontre un "vieil" ( enfin un peu plus que moi) anglais, et apres 2 jours a se croiser entre solitaires taiseux, c'est lui qui me branche " are you also a single handler?" ... et ça commence, on boit un coup, chez toi chez moi, et on se raconte un peu ...
mon british papy est venu direct de son Angleterre préférée, et m'explique que " à son âge", tous ces trucs informatiques lui sortent par les yeux.
- mais alors, côté météo, par exemple, tu fais comment ?
- I watch the sky and I check my barometer. ... ( épicétou, en quelque sorte ...I démerde myself, si je puis dire ...)
well, well, fort bien ...
et mon bristish papy de me raconter au bout d'un énième verre ( il carburait au coup de rouge, vraiment un brave, un vrai, so british ...) qu'il s'est retrouvé dans une baston sévère de chez sévère.
A un moment , une vague déferlante l'a envoyé valdinguer ... hors du bateau.
heureusement il était attaché.
et là , je vous jure sur la quille de mon petit Nomade, la suite se raconte comme ça.
imaginez le au bout se sa longe, trainé par son canote, non mais à l'eau quoi !
''- and I said to myself ... well, you're in the Atlantic !!''
... So british, je vous disais !!

C'est une autre déferlante qui l'a renvoyé valdinguer , par bonheur dans l'autre sens dans son canote ... mais avec deux côtes cassées (solitaire je rappelle !) . Il est arrivé quelque peu en vrac à Madère, direction l'hôpital ( qui n'était sans doute pas du genre à se foutre de la charité ...)

Fin heureuse, mais avec en filigrane ... watch the sky and check the barometer ... heeuuu ... c'est pas toujours suffisant pour éviter les mauvais coups côté météo

Perso un solo j'ai toujours essayé de penser plan A / plan B vu que sans équipier on n'a pas trop droit à l'erreur sinon ça peut vite mal tourner, et honnêtement pour mon british papy c'était chaud !!

Mes préparations étaient régies par le genre d'approche "c'est quoi le plan B":
plan A voiles, si déchirées ... plan B un 2eme jeu de voiles
plan A pilote auto, si panne ... plan B régulateur d'allure
(jai eu une panne pilote en solo dans mon tour d'Irlande de préparation, ça m'a servi de leçon préparatoire...)
plan A GPS, si panne ... plan B un sextant (pas cher au coincoin) et des tables héphémérides
plan A PC de nav avec carto numériques ... plan B papier routière et atterrissages principaux (pas cher en mode achat de repros - membre STW)

et plan A Iridium (occase 300€)... plan B, BLU (connectée sur PC) pour capter des infos météos

Ce mode de préparation n'a rien enlevé au plaisir que j'ai eu à faire cette jolie ballade atlantique solo ... il m'a même apporté une certaine sérénité.

Mon Iridium ne m'a pas véritablement empêché de me prendre une assez grosse mer avec vagues de 3m50 et des claques à 45 noeuds (max anémo 50) par exemple sur la transat retour lors d'un passage de front musclé mais il m'a permis de bien m'y préparer, d'éviter de prendre plus en restant plus au sud du système en ayat infléchi mon cap plusieurs jours avant, et en étant averti de l'intensité du phénomène, de le vivre sereinement, en me consacrant pleinement à faire marcher mon bateau tout seul sans le stress d'avoir à gérer des gens et leur éventuel stress, et j'en garde un souvenir super et inoubliable avec mon petit Nono de 9m40 ...

Qui pourra dire que sans cette préparation, iridium compris ou pas, j'aurais fait le même périple ou pas, qu'il était indispensable ou pas ?

Je ne me pose pas la question en terme "indispensable ou pas", je fais en sorte de réunir le maximum d'éléments autour de moi, pour maximiser mes chances d'en faire une tranche de vie heureuse ... et si un système qui s'appelle iridium existe désormais contrairement à il y a 20 ou 30 ans, je n'y vois pas matière à me l'interdire par un principe qui tiendrait du "c'était mieux avant, autrefois au moins c'était un truc pour mes mecs qui en ont ..."
Ou alors on remet la barre à quel endroit dans le passé ?

17 jan. 2018
1

Très chouette ta façon de voire les choses , mais il me semble que pour l'instant, personne n'a parlé d'interdire le tel sat.
La question de départ était: est-ce indispensable?
Force est de constater que çà peut être utile, plus ou moins selon le niveau de préparation mais pas indispensable.
Par contre, je refuse que l'on me l'impose!
Gorlann

17 jan. 2018
0

Personne n'a jamais parlé de l'imposer il me semble.
Je trouve qu'un téléphone satellitaire c'est pratique, que ça permet de gérer son gazole pour se sortir de zones de calme et éventuellement d'éviter des vents contraires et forts.
Chacun navigue comme il veut et pour moi comme il peut.
C'est mon avis et je n'ai aucune intention de l'imposer aux autres.
Marc.

17 jan. 201817 jan. 2018
4

Donc si je suis tous ces raisonnements, avec un Irridium, plus d'homme à la mer, plus de situations avec plus de 20 noeuds de vent (sic), plus de tempêtes...

Bref tous les bateaux disparus ou pris dans du mauvais temps de ces quelques dernières années étaient des inconscients qui n'avaient pas écouté crevet.

Je peux en revanche suivre les raisonnements de plus modérés, qui ne prennent pas le téléphone comme le produit miracle anti mauvaise fortune mais comme une aide parmi d'autres, qui en cas d'absence n'empêche pas de naviguer.

17 jan. 2018
1

@gorlan = si la remarque est par rapport à mon intervention ci-dessus, je précise que quand j'écris "je n'y vois pas matière à me l'interdire" je parle de moi-même dans le sens de l'expression "s'interdire quelque chose à soi-même" ... ne nous méprenons pas ... je sais bien que personne ne m'interdirait en la matière, tout de même, manquerait plus que ça !
j'employais l'expression de la même manière qu'on peut écrire par exemple "je ne m'interdis pas de penser que ... etc ..."
chacun expose son point de vue, ça sert à alimenter le débat et éclairer les éventuels choix des uns et des autres ...

et nulle part non plus je ne parle d'imposer moi non plus quoi que ce soit

@micmarin = pareil, si ça s'adresse à moi
- nulle part je ne prétends "avec un Irridium, plus d'homme à la mer, plus de situations avec plus de 20 noeuds de vent (sic), plus de tempêtes... "

je reprécise mon point de vue, j'ai surtout écrit que:
"Je ne me pose pas la question en terme "indispensable ou pas", je fais en sorte de réunir le maximum d'éléments autour de moi, pour maximiser mes chances ..."

je ne sais pas si à tes yeux je fais partie des modérés que tu évoques ou alors à l'inverse , mais jamais je n'ai évoqué quelconque aspect "miraculeux".

17 jan. 2018
0

Et voilà la série des "si ça avait été un jeune il se tuait"...
Tss Tss...

18 jan. 201818 jan. 2018
0

pour illustrer ce fil très intéressant voici un lien pour les anglophones.
Marvin Creamer était un navigateur américain qui a effectué , au début des années 80 et à l'age de 67 ans, un tour du monde sans aucun instrument, ni même une montre. Il avait à bord une balise argos émettrice pour permettre aux coast guard de le localiser. Une fois renté en comparant sa route et les points des USCG , sont erreur maxi était de 7 Mnq en lat et 100Mnq en long

www.globestar.org[...]eat.htm

18 jan. 2018
3

Hier j ai vu une voiture des années 30 , elle allait au même endroit que moi , j avais le chauffage , la radio , n bon siège , eux était emmitouflés , un casque cuir sur la tète , et roulé a 50 km/h .....

18 jan. 2018
0

on peut aimer souffrir , le SM moi j aime pas , lol

18 jan. 2018
0

balade oui , moi je peux faire 500 km confort , eux je pense pas au bout de 100 bornes

18 jan. 2018
0

Hello Catana, je fais minimum 85 km tous les jours sauf quand je suis en mer avec une moto de 1965, que je n'échangerais pour rien au monde contre une moderne.
En mer, pour moi c'est à peu près pareil.
Gorlann

18 jan. 2018
0

Et pour toi c'était banal, mais pour eux ils étaient super heureux de leur balade :mdr:

18 jan. 2018
8

Bonjour,
Nous avons un Iridium à bord et quelque soient les traversées passées ou à venir nous l’utilisons pour recevoir les fichiers Grib et réaliser notre routage ainsi que pour des communications par mail avec les autorités lorsque cela est nécessaire.
Cependant un tel moyen de communication n’est en effet jamais indispensable (D’ailleurs le baromètre ne devait pas être indispensable à beaucoup de navigateurs de la fin du 17ième siècle).
Malgré tout c’est un élément de sécurité important d’autant plus que n’importe quel membre de l’équipage qui sait se servir d’un téléphone portable, peut facilement mettre en œuvre un Iridium. Sécurité en matière de météo, de plus en plus lorsque l’on s’éloigne des zones alizéennes, ainsi que par rapport à des accidents sérieux pouvant survenir à bord. Avantage déjà mentionnés dans d’autres contributions. Comme a été souligné le risque de perdre un certain sens marin par trop de confiance en “la machine“ et celui d’inquiéter ses proches en cas de silence prolongé et imprévu.
Au-delà de ces aspects “sécurité“, si vous envisagez de communiquer régulièrement avec “la terre“, un risque majeur de moyen de communication facile (ce qui exclut la BLU, romantique) au large est de vous faire “voler“ votre traversée. Certes le temps des préparatifs peut être celui de l’inquiétude qui ira peut être grandissante jusqu’au moment de larguer les amarres et ne s’éteindra (ou pas) que quelques jours après le départ.
Mais imaginer que débarrassé de ces craintes, un immense bien être vous envahisse (et votre équipage aussi). Le rythme de la traversée s’installe, l’entente à bord est idéale, la mer et le vent vous donne leurs meilleurs, des hauts, des bas, mais jamais trop, les nuits sont douces. Mais dans un coin de votre tête : voilà 2 jours que je n’ai pas donné de nouvelles… ou alors la sonnerie de l’appareil vous tire de vos rêveries pour vous avertir de l’arrivée d’un mail. L’aventure n’en prend-t-elle pas un sacré coup ?
Au lieu d’emmagasiner tous ces instants de plaisir voire de bonheur jusqu’au moment où la cote se révèlera, c’est par spasmes sacrilèges que vous laisserez échapper petit à petit toute cette énergie. Alors qu’aurez- vous à raconter à l’arrivée si déjà tout est dit ?
Très bonne traversée
Philippe

18 jan. 2018
1

Ce fil me fait penser à un type qui s'est pointé un jour dans mon paraclub...Il ne voulait ni Cypres (déclenchement automatique du pépin en dessous d'une certaine altitude) ni d'altison (indication de l'altitude par un signal sonore dans le casque)...sous prétexte que "de son temps, les parachutistes n'utilisaient pas ça, et ça les forçait à être plus vigilants, responsables et conscient de leurs actions, et donc c'était mieux (avaaaant)"....c'est pas faux, mais bon...il s'est fait virer par le directeur du club (et par d'autres je présume).
Dans la même série, t'auras toujours un vieux montagnard qui connait son coin, qui va te dire qu'il n'a pas besoin de station meteo pour savoir s'il peut faire une sortie sur tel coin...
L'un n'empêche pas l'autre à mon sens: Naviguer aux étoiles, c'est bien, mais avoir un EPIRB, c'est bien aussi...(par exemple)

18 jan. 2018
1

la balise EPIRB est obligatoire, pas le téléphone satellitaire

18 jan. 201818 jan. 2018
2

Si je relis le message, la question était quelle st le pourcentage des bateaux qui ont un téléphone satellite pour une traversée.. je ne pense pas que tu trouveras la réponse ici parce que je ne suis pas sûr que H&O représente vraiment cette communauté là. Maintenant, si c'est de donner sa situation, et bien moi, j'e n'ai pas un téléphone satellite, j'en ai deux.. ;+) et pire, je téléphone ou texte quasi tous les jours. Pourquoi ? parce que 1. c'est ce qui garde les gens de mon entourage dans une certaine sérénité. 2. je suis comme DomNomade une personne plan A-Plan B.. et pouvoir informer les gens d'un problème autrement que pas le déclenchement d'une balise, c'est dans mon programme..

Cela va tuer la magie du moment comme le suggère Sobad ? pas sûr. Cela va-il m'empêcher de raconter tout à l'arrivée ? et bien, je voyage beaucoup pour les affaires et j'ai appris que ce que je vivais ailleurs était d'un intérêt limité pour ceux qui sont restés ici.. donc je leur évite le supplice des souvenirs..souvent "in-racontables" comme le sont les films et ces moments subtils passés en mer..

Donc si ta capitaine (ou les gens qui gravitent autour de vous) sont du genre inquiets, je trouve que c'est à faire, mais indispensable ce n'est sans doute pas..

18 jan. 2018
2

Entièrement d'accord.
Première transat, tout le monde voulait des nouvelles et je n'avais pas grand chose à raconter.
Maintenant que j'en ai fait trois et autant sinon plus de transpacifique, tout le monde s'en fout et c'est pas plus mal comme ça. Les "soirées diapos" c'est vraiment abominable.
Après tout c'est moi que ça regarde et je garde l'iridium pour la météo.

18 jan. 2018
4

Je me rappelle maintenant, il y a eu le même débat sur H&O il y a très longtemps . Il faut rechercher dans les forums du XIIème siècle sur l'utilisation de la boussole par les chinois et son application à la navigation, puis au XIIIème quand l'astrolabe a été inventé. Ensuite, au XVIIIème siècle, quand le sextant est arrivé, de nombreux marins disaient que cela ne servait à rien et qu'un astrolabe suffisait, vous devriez vous en rappeler !!. Moi, en tout cas, je préfère le téléphone sat à la BLU, c'est plus pratique, et pas besoin de CSO, CGO ou LRC.

18 jan. 2018
0

Oui, sauf que pour rester dans le fil, la BLU n'a jamais été un appareillage indispensable pour naviguer. On peut et pouvait faire une transat sans.

Ton raisonnement est un coup dans l'eau...

18 jan. 201818 jan. 2018
0

En ce qui me concerne j'aime bien naviguer avec le plan B
tout en ayant à bord le plan A... :jelaferme:

19 jan. 2018
0

J'ai fait 4 transats, toujours avec Iridium.
Pour les allers, c'est pas très utile pour la météo, mais pour les retours si.
Mais en priorité, ça sert à rassurer la famille et amis : ceux ci mettent une telle pression que le projet en est forcément impacté, dans un sens ou dans l'autre...
Je peux louer un bon vieux 9500, sur Toulouse ou Sète, pour pas trop cher (sans carte SIM).

20 jan. 2018
0

Bonjour,

Nous avons un iridium go. En prévision de grosse traversés (optimisation de route) , par sécurité et enfin pour calmer nos proches.

En 2018 départ pour les Acores via la Corogne,Vigo peut être Porto et Ponta Delgada début Juin, navigation entre les iles et retour vers belle iles à partir du 1 premier Aout. bien sûr cela se fait en fonction de fenêtre météo pour avoir une traversée la plus sympas possible.
Pour aller la traversé la plus longue vas durer 5 jours. l'irridium n'est pas impératif.
Pour le retour c'est une autre affaire je ne veux pas me retrouver à 300 miles de Ouessant avec 50nd de vent et la l'iridium go est intéressant.
Sans compter que si on aime faire marcher son bateau etn optimiser la route recevoir tout les 24 h un fichier grib et tester des variantes sur sailgrib même avec une polaire bricolé cela occupe.
Eté 2017 Lorient ponta delgada 9 jours flores Ouessant 9 jours avec 36 heures de pétole a atterrissage sur Ouessant!
Début septembre je repart pour les Canaries, le cap vert, le brésil, Patagonie ou des amis chiliens m'attendent.

Mon souci c'est le prix de l'abonnement mensuel actuellement de 165 €/mois c'est un gros budget. Pour avoir tester les connexions à mon avis les cartes avec forfait ne sont pas la solution car on consomme beaucoup plus d'unités pour la réception d'un grib que le prétends la doc. je cherche une solution plus économique...

Jean Christophe.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer