Aventures bretonnes [Le remorqueur accidenté]

Salut à tous,
Je voudrais votre avis!

Nous repartions des 7 Iles pour Treburden, par grand soleil mais 20 nds établis du sud avec rafale et marée montante coef 104 donc courant et vent dans le nez.

Nous tirions des bords presque carrés devant l’ile Grande sous l’œil glauque et agaçant du Radome de Pleumeur qui ne voulait pas disparaitre quand nous nous décidâmes à nous aider du moteur.
Hénorme bruit de presse étoupe couinant, dont on ne parvient pas à se débarrasser sans insister beaucoup pour ne pas nous retrouver sans moteur du tout en cas de problème.
J’y jette un œil pensant aussi à une courroie détendue qui grince (on commençait nos vacances le matin même..). Je découvre que le boulon de fixation de l’alternateur est cassé et que l’alternateur ne teint plus que par la bride de réglage.
La courroie entraine le liquide de refroidissement donc pas plus de quelques minutes d’usage en cas de rupture.
Nous continuons à la voile mais nous hélons un Dufour 4800 que nous suivions depuis plusieurs heures pour qu’il nous prête assistance en cas de problème et nous prenne en remorque à l’approche de Tréburden.
Une heure plus tard, il affale ses voiles et nous lui passons une remorque (deux belles aussières de Braidline 20mm avec boucle épissurées).
L’équipage ne me rassurait pas…
Contact difficile par VHF, navigation GV haute avec génois roulé au ¾ (!), pas de gilet de sauvetage dans une situation « dynamique » et petits détails divers de l’ordre de la critique…
Nous avancions lentement, 1,5/2 nds sur le fond, son moteur fumait blanc, j’aime pas les fumées, pas de contacts VHF réguliers.
Je ne serais pas passé par la passe sud pour différentes raisons mais je n’étais pas aux commandes.
Après avoir bien arrondi vers le sud, il se rabattit sur Ar Gouredeuc. J’avais prévenu mon épouse que, s’il y avait un problème là, c’était un vrai problème et que nous n’aurions que quelques minutes pour mouiller et, immédiatement, démarrer le moteur en surveillant la courroie.
Evidement, ce qui devait arriver arriva !
Après avoir passé la bouée, il se laissa déporté vers le nord en accélérant et percuta violemment le premier rocher mentionné sur les cartes !
Le choc fut, net, bruyant et l’équipage projeté dans le cockpit, puis un second choc plus vertical ébranla le gréement.
Sur mon erre, je suis monté le plus possible au vent pour éviter les cailloux et me suis donc retrouver « à couple » dans les remous, par chance nous avions dépassé le cailloux.
Démarrer le moteur.
Marche arrière pour ne pas prendre l’aussière dans l’hélice.
Distress avec la VHF DSC portable, qui part à l’eau…
Gilet de sauvetage attrapé sous la capote pour un éventuel équipier à l’eau, nous l’avons perdu…
Appel au 16 sur la seconde VHF portable, Mayday.

L’autre nous demande de larguer notre amarre, je m’exécute mais, l’équipier sur le balcon qui la tenait dans la main ne la reprend pas à bord !!!!!!
Aussière dans leur hélice !!!!!
Le CROSS, toujours calme et compétant nous confirme qu’un bateau sort de Tréburden pour nous porter secours.
Je requalifie mon appel en PanPan.
Je reste au large des rochers, moteur au ralenti.
Le CROSS me rappelle sur mon portable et nous restons en ligne jusqu’à l’arrivée du semi rigide de Tréburden.
Il me demande, alors, de rentrer à petite vitesse au port pour ne pas avoir deux bateaux en vrac à 21 h.
Je suis resté sur le 16 sans jamais entendre les appels de l’autre bateau.
Arrivé au port, le personnel n’avait pas d’information non plus.
Le CROSS m’a rappelé deux fois pour savoir où en était l’autre, nous l’avons aperçu sur bouée (il dégageait leur hélice, m’ont-ils expliqué le lendemain).
Conséquences :
Plat bord abimé – martyr de liston martyrisé.
Trois chandeliers pliés – câble de filière tordu
VHF perdu – Gilet automatique aussi
Girouette et feu de mat cassé
Balancine coupée
+++
Mais le summum est l’attitude de l’équipage, le lendemain, agressif, me reprochant d’être à l’origine de l’accident et de ne pas les avoir assisté !!!!

L'équipage
17 août 2015
17 août 2015
5

mon avis ,mais tout humble

je resume : vent 20nds dans le pif ,courant contre avec gros coeff 104, en Bretagne Nord .... je reste dans le port et j'attends la renserve ...

pour moi l'erreur est d'avoir negligé ces données .
Et d'avoir compter sur le moteur qui lui est conçu pour tomber en panne lorsqu'il est indispensable (j'exagere, quoi que)

17 août 2015
0

Mais tu dois rester au port souvent!
Mer plate.
Coin bien connu!
et pas trop de solution pour arriver à marée haute, j'aime pas trop naviguer marée descendante en Bretagne nord dans les coins tordus...

17 août 201517 août 2015
4

hum ,je suis malouin ...

et sans polemique comme je fais parti de la vieille ecole dans ce cas j'aurai a coup sur ,me connaissant tracer sur la carte papier mon estime en tenant compte de la vitesse surface ,du cap par rapport au vent et ajouter geometriquement le vecteur courant plus la derive dû au vent . Ainsi par le tracer je me serai bien rendu compte de ce qui m'attendai et decider en tout etat de cause .

Mais celà on ne le fait plus ..c'est bien dommage

17 août 2015
1

ton histoire c'est un peu l'arroseur arrosé .
je n'émettrais aucune critique ,mais je n'en pense pas moins ..
alain

17 août 2015
0

précise un peu, Le Chat!

17 août 2015
0

et partir directement à peine arrivé à bord sans rien vérifier avant, c'est un peu léger! pour ne pas dire plus... enfin, chacun fait comme il veut mais il ne faut pas venir pleurer après!
:litjournal:

17 août 2015
0

Qui te dit que je suis parti directement sans rien vérifier avant?
C'est mal me connaitre, d'ailleurs on ne se connait pas et tu n'as pas de bateau, pas de port, pas d'histoire...

17 août 2015
0

je pense qu'au lieu d'essayer de rentrer avec un moteur boiteux ,je me serais mis à la cape pour réparer .tant bien que mal cette fixation d'alternateur ..
le dufour t'as pris en remorque et n'était pas libre de manoeuver
je ne connais pas le coin ,mais il a pris des risques ,il serait juste de les partager .
il y a quelques années j'ai pris en remorque un gros semi-rigide qui avait explosé son moteur sur 40mn à l'ouest de la sardaigne
le libeccio c'est levé ,le pneumatique me rattrappait bien que ma remorque devait faire pas loin de 100m avec un bout de chaine ,pour l'éviter j'ai empanné en catastrophe et explosé mon chariot d'écoute .
non seulement l'assurance adverse me l'a remboursé ,mais m'a versé une prime de remorquage bien que je n'ai rien réclamé suite à la déclaration
du remorqué ..
alain

17 août 2015
0

Fritz,
Réparer avec quoi? Le boulon était coupé au ras de la fonte
A la cape entre le 7 Iles et Triagoz, je fais pas!
Ce n'était pas de l'assistance mais de l'aide qu'on demandait, il pouvait parfaitement refuser. Encore eut-il fallut pouvoir discuter, mais la VHF ne restait pas connecté.
Il assurait très bien face au courant alors pourquoi ne pas continuer au lieu de raser les cailloux?
S'il n'avait pas assuré pendant l'heure qui a précédé l'accident, on aurait trouvé une autre solution.

17 août 201517 août 2015
0

L'aide c'est de l'aide, on lui a demandé de rester a coté de nous et de nos remorquer pour entrer au port..
Il décide de mettre le moteur et de nous remorquer plus tôt et il va se mettre sur les rochers tout seul!!!
L'assistance c'est pour les cas de péril, non?
J'en ai aidé des mecs, en prenant mes responsabilités!

17 août 2015
0

J'aimerais que l'on m'explique la différence entre "aide" et "assistance".
Pour moi, il s'agissait clairement d'une demande d'assistance.

17 août 2015
0

Avec un bas ou un collant de l'amirale tu remplaces une courroie en depannage . Bon je sais ca ne fait pas partie de la garde robe a bord mais une faire erse qui entraine uniquement la pompe a eau .
Autrement il y a ca par exemple :

www.priceminister.com[...]ge.html

17 août 2015
2

Difficile de donner un avis quand on ne connait pas le coin et que l'on n'était pas sur place mais il me semble que la question qu'il faut se poser est : qu'aurais je fais s'il n'y avait eu personne pour m'aider , aucun bateau dans les environs , faire demi-tour ? se rabattre sur un autre port ? tirer bord sur bord ? l'erreur n'est-elle pas d'avoir demandé d’être pris en remorque ?
Je n'ai pris que 3 fois quelqu'un en remorque et chaque fois , par moment , mon bateau à eu des réactions aux quelles je ne m'attendais pas , il en a peut-être été de même pour le Dufour .

17 août 2015
1

sûr que le coin est mal pavé et qu'il faut prendre large pour ne pas se retrouver sur les cailloux qd il y a du vent, et une panne moteur, ça arrive à des gens très bien et rarement qd il faut
par contre au niveau communication, qd la vhf n'est pas ON, on peut gueuler, corner enfin bref essayer de rentrer en com (facile à dire assis devant l'ordi, mais bon qd même), tu t'es aperçu qu'il n'étaient pas très "sérieux" voire "pas compétents", je pense que tu aurais dû te manifester
mais bon, matos hs sans accident corporel, faut pas demander l'impossible
JL.C

17 août 201517 août 2015
15

Vous n'étiez pas en détresse, il s'agissait d'un remorquage de confort. Pour ma part, connaissant bien cette région, j'aurais refusé de vous remorquer pour les raisons que j'explique après.

Il y avait du vent, vous étiez manoeuvrant, sur un voilier marin et à environ 30 mn d'un mouillage abrité.

Ce Dufour a mal mesuré les risques et a été franchement trop serviable de vous remorquer contre le courant alors qu'en 30 mn, ce même courant ( 4,5 noeuds au plus fort de ce coefficient dans ces parages) vous emmenait au mouillage, à la voile, au portant, à une vitesse de 9 à 11 noeuds sur le fond à Perros Guirrec, mouillage très facile à atteindre à la voile. Vous seriez rentrés à Trébeurden à la marée suivante quelques heures plus tard avec le courant descendant, toujours de 3 à 5 noeuds...

"navigation GV haute avec génois roulé au ¾ (!)? Ce Dufour 4800 avait choisi de ne pas envoyer la totalité de son génois et alors? "Où est le problème?

Même chose si son équipage ne portait "pas de gilet de sauvetage".

Vous avez fait un mauvais choix. Les dommages collatéraux sont que ce Dufour a touché des cailloux, sans doute pour avoir sous-estimé la dérive liée au courant devenu traversier. Je comprends qu'ils soient fâchés... Ils s'en souviendront et, la prochaine fois ne recommenceront pas. Cela s'appelle l'expérience.

17 août 2015
0

entièrement d'accord avec viking35! cette attitude n'engage pas trop à venir en aide aux autres... c'est bien triste mais il faut s'y faire :litjournal:

17 août 2015
2

c'est sûr de plus en plus l'esprit ,la philosophie de la plaisance c'est bouton rouge au moindre probleme on n'est plus dans l'automonie ,ou la recherche de solution par soit m^me ,on appel à l'aide ...

et si cette aide "merde" c'est qu'il était nul ...

et le pauvre remorqueur pour lui la saison est cuite ,foutu

1

Tellement d'accord avec Viking35... en anglais ils disent "adding insult to injury"... non seulement non reconnaissance d'un dommage crée et plus que probablement lié mais en plus comportement pour le moins hautain, d'une personne qui demandait de l'aide... Manhasset, tu t'es peut être mal exprimé dans ton message (ce que je souhaites vraiment) mais là, je suis assez abasourdi...

17 août 2015
0

J'ai pas de bouton rouge à bord!
l'autonomie n'est pas l'égocentrisme...
mais bon.

0

"Distress avec la VHF DSC portable"
c'est ça le bouton rouge... :oups:

17 août 2015
0

Je ne suis ni hautain, ni imbécile.

17 août 2015
0

Ben dis donc,C'est ta fête manhasset!

17 août 201517 août 2015
0

J'imagine bien le récit de l'équipage du Dufour sur stw... :-(
"il nous demande de le remorquer avec son moteur en panne alors qu'il aurait pu s'en sortir à la voile, il nous met en retard et du coup, on ne passe plus par la passe. caillou. c'est de sa faute. De notre côté; la VHF ne fonctionnait pas depuis qu'on a installé des leds en tête de mât (saloperie)...".
Réaction des autres:
"ben t'avais ka refuser la remorque"
"tu aurais dû recalculer ta route en fonction du temps perdu pour prendre la remorque"
"ben t'avais ka pas mettre des leds, (abruti)"
...
:heu:
Sur que maintenant, vous tirez tous les deux la gueule et :scie: :scie:
Désolé pour vos deux bateaux. Heureux que personne ne soit passé à l'eau.

17 août 2015
0

Typiquement le style de fil déconnant, de réactions de types derrière leur clavier, qui donnent un avis, alors que on n'est pas, par définition, dans l'action du moment. Sans parler de ceux, qui ne connaissent pas le coin. Je me garderai de donner mon avis, sans vouloir, faire référence à un autre fil, où les vérités fusent. :non:

17 août 2015
0

Fil déconnant? Ben je crois que tu viens de donner ton avis, là...

17 août 2015
1

Moi, y a des aventures que je ne raconte pas...
:jelaferme:

17 août 2015
11

arrêtez il en a large Manhasset :mdr: :mdr: :mdr:

17 août 2015
0

Ex-cel-lent ! :pouce:

17 août 201516 juin 2020
0

c'est l'entrée que j'aurais prise car je la connais
c'est vrai que le courant pousse fort vers ces caillous que beaucoup frôlent en oubliant de regarder derrière eux la sud qu'il viennent de passer pour aller chercher la rouge erviniou et conserver l'alignement arrière
il semble qu'il a du maneuvrer malgré tout, comment a t'il fait pour venir se mettre à la bouée car le vent et courant le poussaient plus au nord vers les rochers a moins qu'il ait mis une ancre
avant qu'on te demande quitter l'endroit, il n'a pas souhaité que ce soit toi qui le remorque puisque vous étiez presqu'à destination ?
Ensuite si les 2 équipages sont hébétés de ce qui leur arrive, difficile de trouver la solution adaptée à la situation
Peut être aurais tu proposer ton aide malgré tout et je comprends qu'ils t'en veuillent

0

Pour moi, c'est l'entrée principale de trebeurden... y'en a une autre plus évidente ? ;+)

Il y a par contre un truc bizarre... sur les cartes la zone d'estran est très grande et quand on ne connait pas (et on est prudent) on mouille près de la bouée rouge, ce qui est particulièrement inconfortable quand vent et courant ne sont pas dans le même axe..

En réalité, il semble qu'il y ai beaucoup plus d'eau près du port et que l'on ne soit pas obligé de rester, ni de mouiller d'ailleurs, si loin.. les bouées d'attentes sont là en quantité et on peut facilement les prendre à la voile et ensuite demander aux gars du port de donner un coup de main pour rentrer... C'est pas La Trinité sur Mer non plus... quand on y était (dans les mêmes eaux que nos aventuriers) il devait y avoir moins de 10 bateaux visiteurs en tout..

17 août 2015
0

Désolé, je ne voulais pas parler du fond, mais de la dérive. Enfin je me comprend....

17 août 2015
2

Et après on s'étonne que certains deviennent réticents à prendre un autre bateau en remorque ... :reflechi: :heu: :tesur: :jelaferme:

17 août 2015
1

petite chose que je n'ai pas compris, tu demande non une assistance, mais de l'aide, c'est à dire que le bateau reste à proximité de toi au cas ou, car finalement ton moteur à tenu. ensuite l'autre te demande de te remorquer bien avant le port, pourquoi accepter si tôt ? tu as bien du accepter puisque c'est ton aussière qui a servi. remorquer sur une longue distance avec 20 n plus courant de face.... ce n'est pas évident. N'était il pas possible de se rapprocher à la voile du port et d'appeler le port pour qu'il porte assistance si le moteur lâchait ?
l'option sur Perros était certainement plus sure.
Après, c'est facile derrière le clavier, et en mer, ce n'est pas toujours aussi simple. tout semble aller vite, et qui sait exactement ce qu'il aurait fait ?

18 août 2015
1

La VHF et le gilet à l'eau cela n'est pas de la faute de l'équipage du Dufour ....
J'ai déjà remorqué par mer plate des bateaux (voilier et moteur) en panne, on est toujours étonné de ce qui se passe ....
Par temps musclé et zone de cailloux çà devient un métier, c'est ce que nous disent les professionnels et ils n'ont pas toujours tort.
Je retiens la leçon que manhasset nous a donné et je l'en remercie :
* en cas d'urgence prendre soin de ne pas perdre les objets utiles (facile à dire au sec)
* en cas de mer et de vent fort ne pas se proposer pour remorquer quelqu'un ce que j'aurais peut être fait mais appeler des gens compétents avant que la situation soit critique
* en cas de panne moteur par vent fort, compter sur ses voiles (mais en fait par vent fort je ne compte JAMAIS sur mon moteur) ou sur son (ses) ancre(s)

18 août 2015
1

Comme d'habitude, avant de JUGER, il faut avoir les deux avis (contradictoires) poser les questions que l'on veut, demander les experts et écouter les plaidoiries; et cela prend du temps.
Le reste n'est que ...................

18 août 2015
2

"Mais le summum est l’attitude de l’équipage, le lendemain, agressif, me reprochant d’être à l’origine de l’accident et de ne pas les avoir assisté !!!!"

sans vouloir juger c'est cette remarque que me fait ticquer ,

que l'équipage ne soit pas content et soit amer ça se comprend .

Je pense que dans un cas pareil on remercie cette personne qui a porté assitance avec ses moyens et vu les concequences une invitation au resto me semble bien meriter .

18 août 2015
1

Malheureux bienfaiteurs du dufour mal récompensé de sa générosité. Bateau abîmé direction chantier et assurances vacances foutues.

18 août 2015
2

Si j'avais eu à relater ce genre de mésaventure , moi je l'aurais plutôt titré : "ma dernière connerie"

Vous allez me répliquer : Pourquoi ne nous fais tu pas profiter de tes "dernière conneries" ?
Ben ca deviendrais tellement repetitif que je risquerais de lasser l'auditoire :langue2: :tesur:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (168)

mars 2021