Avantages et inconvénients d'un bateau bois par rapport au bateau polyester

bonjour a tous! je recherche un voilier de 9.5 a 11mtres avec un petit budget(30000) et j'hésite entre un gréement des années 70 a 80 en polyester(ex:melody) ou un bois moulé que je ne connais pas du tout.en gros j'aimerais avoir des renseignements sur les avantages et inconvènients d'un bateau bois par rapport au bateaux polyester,et pour un programme hauturier de 6 mois consécutif dans l'année! merci et bonne journée!

L'équipage
25 fév. 2019
25 fév. 2019
0

Polyester pour des milliers de raisons, surtout sur un bateau de cette époque:
Solidité
Coût entretien
Choix

25 fév. 2019
0

La même chose que Cédric, pour le bois moulé.

25 fév. 2019
0

C'est ici qu'on lit souvent : "entre naviguer et poncer, j'ai choisi de naviguer". Mais je n'y connais rien.

Ensuite, pour le polyester, je recherchais la même longueur, 10m, avec le même budget,30 k€. Un an et demi d'observation m'a permis de conclure que:
neuf = 120 k€.
10 ans = 60 k€.
20 ans = 30 k€.
40 ans = 15k€. si bien entretenu.
Donc à ce budget tu peux te permettre d'acheter un bateau de 20 ans et non 40. Après tu fais comme tu veux, tu es peut être amateur de vieux modèle, c'est pas moi qui vais te dire ce que tu dois faire. Bonne recherche!
ps: j'ai lorgné 9 mois sur les dufour 32 classic.

25 fév. 2019
0

Ce n'est pas tant une question de matériaux que de mise en oeuvre et d'entretien. Le bois moulé c'est très bien, à condition que les collages aient été faits à l'époxy et que le bateau ait été bien entretenu. C'était une technique surtout utilisée pour les prototypes et les constructions à l'unité jusque dans les années 80, et que les bateaux en bon état sont très rares.

25 fév. 2019
0

polyester of course , pas de taret , pas d entretien ou peu , soilde , facile a entretenir ...

02 mar. 2019
0

Tu oublier et à répare.. .

25 fév. 2019
0

Le plastique c'est fantastique...

25 fév. 2019
0

moi je ne serai pas aussi catégorique que vous
par exemple
voici un navajo

www.leboncoin.fr[...]42.htm/

qui si il est en excellent état peu etre une excellent affaire pour voyager loin

l'architecte est reconnu pour ses excellent bateau
,
un CP epoxy parfaitement construit et entretenu a autant d'avantages qu'un polyester .

(et le roof panoramique est bien plus agréable pour naviguer et vivre a bord , qu'un roof en sifflet)

25 fév. 201916 juin 2020
0

Moi j’ai les deux en un, et un bon coup de pinceaux aussi!
Faut que ça brillle, on aime ça.

25 fév. 2019
0

Bois, que des inconvénients.

25 fév. 201925 fév. 2019
1

faut pas pousser non plus, disons que la liste d'avantages est aussi longue que les inconvénients.

26 fév. 2019
0

Je cherche les avantages du bois ??????
Le seul avantage, était la possibilité de faire 'détruire' le bateau aisément en fin de vie, du fait du matériaux peu polluant et partiellement recyclable en bois de chauffe (et encore sous conditions d'humidité !!!!!) mais avec la nouvelle loi de déconstruction gratuite des bateaux, même cet avantage disparait.
Les bateaux en bois sont lourds, régulièrement il faut changer des bordées (surtout sur les oeuvres mortes) ils sont humides, ils prennent le taret (vers marin qui mange le bois) .Les infiltrations d'eau sont fréquentes, le bois a une durée de vie limitée., et comme le bois travaille, les alignements moteurs, les poses de propulseurs, sont de vrais casses têtes.
De plus il devient très difficile de trouver des pros capables de les réparer.
(Bien sur je ne parle que des bateaux en bois traditionnels. Les bois epoxy ne sont pas concernés)

26 fév. 201926 fév. 2019
3

le bois est beau, les bateaux bois ont le mérite d'avoir des plans et des carènes qui changent de l'average white boat, le bois isole du chaud, du froid et de l'humidité (vous ne serez jamais réveillé par une goutte de condensation dans un bateau bois, la pluie c'est autre chose :mdr: ), le bois isole aussi du bruit, le bois se répare facilement, etc, etc...
Que vous n'aimiez pas c'est un choix mais restons objectif....

26 fév. 2019
1

tout à fait, je ne dénigre pas le composite loin de la !
Mais tout n'est pas à jeter avec les bateaux bois, c'est ce que je voulais exprimer

28 fév. 2019
2

L'espar, tu voulais dire... :mdr:

28 fév. 2019
1

Pas grave, c'est une "gaffe" sans importance...
:mdr: :mdr: :mdr:

0

Toutes les formes réalisables en bois le sont en composite. Rien n'empêche de réaliser les "[i]carènes qui changent de l'average white boat [/i]" en composite au lieu du bois.

Le composite lorsqu'il prévoit une isolation "[i]isole du chaud, du froid et de l'humidité : vous ne serez jamais réveillé par une goutte de condensation [/i]" dans un bateau en composite isolé.

Si on prend en compte le facteur financier et si on dépense autant d'argent dans la mise en œuvre du composite, il présentera toutes les qualités du bois sans en avoir les défauts et ajoutera à ces qualités celles du composite.

26 fév. 201926 fév. 2019
4

Non, non, effectivement : tout n'est pas à jeter avec les bateaux bois : juste la coque et le pont... :mdr:

La perche que tu as tendue était trop belle. :-p

0

Oui, bien sûr :mdr:

26 fév. 2019
4

Les infiltrations d'eau sont fréquentes. Exact, pour y remédier il faut aller en mer et nettoyer le pont à l'eau de mer ; le bois gonfle alors.
Les bateaux en bois qui prennent l'eau c'est parce qu'ils ne naviguent pas et l'eau de pluie les fait pourrir.

26 fév. 2019
0

:lavache:

28 fév. 2019
4

que des poncifs sur les inconvénients des coques bois….c'est affligeant, surtout de la part de personnes n'en n'ayant jamais eu….
Connaissez vous des coques plastiques de plus de 50 ans en parfait état? moi je connais des coques bois de + de 50 ans + 70ans +100 ans en parfait état, avec un entretien régulier et léger….et un grand carénage tous les 25 ans…. des chantiers bois compétents et a tous les prix existent en France (sur toutes les côtes) on peut s'arranger pour étaler les travaux si importants, et aiment partager leur passion pour le bois ( ce qui n'est pas la majorité des chantiers époxy...polyester) LECELTE

2

Tu connais des coques bois de 100 ans, toi?

Je pense que tu veux plutôt parler de coques qui ont été construites il y a 70 ans et qui ont été intégralement remplacées au fil des multiples réparations.

Il est exact qu'on ne trouve pas de coques en composite de 100 ans mais ce n'est pas parce que ce n'est pas durable mais juste parce que ça n'existait pas. En revanche, on trouve beaucoup de coques en composite qui n'arrivent pas à pourrir lorsqu('elles sont abandonnées alors que les coques bois commencent même avant d'avoir été abandonnées tellement elles sont pressées d'en finir.

Préférer le bois lorsqu'on aime le bois et parce qu'on aime le bois, c'est indiscutable.

Pour tout le reste, objectivement, c'est plus cher, plus de travail, moins de durabilité et beaucoup moins de liberté de forme.

17 avr. 2021
0

va voir la semaine de st tropez ou les régates royales de cannes
des centenaires ce n'est pas ce qui manque ..
alain

28 fév. 2019
1

lecelte
tu ne t'imagines pas qu'on va te croire? un bateau en bois de 100 ans "avec un entretien régulier et léger et un carénage tous les 25 ans"... là tu nous prends carrément pour.... ce qu'on n'est pas. Des bateaux en bois j'en ai eu trois et c'est moi qui les entretenais, pas le conservatoire maritime du havre...

02 mar. 2019
0

Les bateau polyester sont apparues dans les année 60 pas avant....
Il se répare très bien, l'osmose se traite également très bien.
L inconvénient majeur du polyester est sa dure de vie très longue et sa difficulté de recyclage.

26 fév. 2019
0

Le bois a aussi des avantages.
Bois moulé=plus léger que le polyester
bois massif = solidité
Le bois est plus isolant=moins de condensation
Pas d'odeur désagréable

Le polyester a aussi des inconvénients.
osmose et délamination
sandwich qui se gorge d'eau et perd ses qualités
odeur

26 fév. 2019
0

Dans le nôtre ça sentait comme dans une cave à champignons.

26 fév. 2019
0

Le bois massif n'est pas solide par nature, il ne l'est que parce que les échantillonnages sont très importants.
Le sandwich qui se gorge d'eau c'est parce qu'il y a eu des infiltrations d'eau (trous) et que l'âme est en balsa. Un pont en CP pourrit aussi si l'eau s'infiltre.

26 fév. 2019
0

le sandwich mousse airex prend pas l eau , que le balsa bois debout

28 fév. 2019
0

Le bois "pas d'odeur" ?
Même lorsqu'il a été imprégné de gasoil ? (ce qui ne peut être évité dans les fonds moteur, au moins)
:oups:

28 fév. 2019
0

Ça ne m'empêche pas de te "sentir" taquin....
:mdr:

1

L'odorat baisse avec l'âge...

1

A peine : ta remarques olfactive me rappelle les quelques rares fois où j'ai mis les pieds dans un bateau en bois.

C'est vrai qu'ils sentaient tous le gazole et que les propriétaires étaient tous (us) âgés.

02 mar. 2019
0

Qu'es qui pourrie dans un sandwich polyester....le bois justement!
Et éventuellement les partie métallique 'acier'

04 mar. 2019
0

les mousses sont a cellule fermé , le balsa bois debout lui pourrie si voie d eau

04 mar. 2019
0

La construction sandwich faite avec une mousse pvc quadrillé , souvent la colle ou la résine rentre pas dans toute les stries , et par condensation se " remplissent " d eau , si une construction avec des plaques aucune inflitration , la mousse pvc n a aucune reprise en eau , c est top , ne pourrie pas . Le balsa boit debout oui

04 mar. 2019
0

je comprend pas ??

04 mar. 2019
0

moi je met rien , mais si tu perces un bateau a mousse quadrillé , tu as souvent un peu d eau qui sort

04 mar. 2019
0

les mousses...

04 mar. 2019
0

Et pourtant il y a plein de voiliers polyester impregnés d'eau !

04 mar. 2019
0

La condensation peut poser problème s'il y a renouvellement de l'air, ce qui est assez inquiétant pour la qualité du sandwich.

04 mar. 2019
0

@ arafura, Comment tu fais pour mettre de la condensation dans un sandwich mousse

04 mar. 2019
3

Il faut sortir le bateau de l'eau avant de percer la coque !

04 mar. 2019
0

De l'air emprisonné lors de la stratification des peaux ne peut pas produire beaucoup d'eau par condensation. S'il y en a beaucoup et que c'est bien de l'eau de condensation, c'est qu'il y a circulation et renouvellement d'air, qui rentre par les peaux ou par les chants du sandwich, ce n'est pas rassurant sur sa qualité.

26 fév. 2019
1

Il n'y a pas d'avantage à avoir un bateau en bois. Nous avons eu un bateau en bois, et maintenant j'adore le plastique !

26 fév. 2019
0

le seul problème du bois est le budget temps et/ou argent qu'on est prêt à lui allouer ...

26 fév. 2019
2

Un bateau en bois n'a que des avantages :
1) Excellent bilan carbone
2) Hobby à plein temps
3) Source de revenus pour les artisans locaux
4) Reconversion possible en bois de chauffage
Comme on dit : c'est un trou dans l'eau, tapissé de planches, que tu passes ta vie à remplir d'argent...

26 fév. 2019
0

comme je suis un peu têtu, j'ai eu un corsaire, un scorpène (jean merrien) et un chalutier de 16 mètres et finalement j'ai compris: jamais plus de bois! je n'aime pas le plastique mais je ne me poserais même pas la question de choix entre les deux...

26 fév. 2019
0

Le bois a des inconvénients et vous n'aimez pas le plastique mais vous voulez naviguer; vous prenez pas le chou, prenez un alu.
Frappez pas, j'suis déjà parti :acheval:

26 fév. 2019
0

kerponant
ah non, pas d'alu! trop de contraintes avec l'électrolyse... je préfère de beaucoup l'acier à tout point de vue. Bon, ben, j'ai compris, je m'en vais aussi
:acheval:
:-p

28 fév. 2019
0

babou
tu veux rire?

28 fév. 2019
0

babou
oui çà me heurte un peu. Ce qui me heurte ceux sont les commentaires des gens qui n'ont jamais eu de bateau en acier et qui racontent ce que qu'ils ont entendu dire par des gens qui n'ont jamais eu de bateaux en acier. Un bateau en acier traité sérieusement à l'intérieur ne pourrit pas. Mais comme c'est particulièrement pénible, beaucoup d'amateurs ont passé outre... Oui l'électrolyse existe aussi sur les bateaux en acier, mais avec beaucoup moins de conséquences que l'alu, la preuve! J'ai eu deux "acier" avec toutes les masses à la coque, jamais aucun problème d'électrolyse. J'avoue que l'alu me fait peur...

28 fév. 2019
0

Hein ? l'acier ????
Avec tout les coins inaccessibles qui rouillent ?
:-(

28 fév. 201928 fév. 2019
-1

Ben..... qu'à moitié à vrai dire...
Je vois que ça te heurte. Je m'en excuse.
Ce n'est peut être pas ton cas, mais il est vrai j'ai vu des bateau acier rouiller dans des parties inaccessibles, tels que fond de baille à mouillage, puit de dérive, sous les vaigrages... C'est l'intérieur qui pose problème. L'extérieur, on le voit et on y va facilement.
Ces problèmes n'existent pas avec l'alu, et sans AUCUN entretiens. Par ailleurs, l'électrolyse existe aussi sur les bateaux acier...

28 fév. 2019
0

Bon ok.
Je n'ai pas eu de bateau en acier personnellement. Mais j'ai eu des potes, ou des voisins qui en avaient. Ils reconnaissaient eux même être tout le temps le pinceau à la main...
Les bateaux acier que l'on découvre rouillés le sont par manque d'entretiens... ok.

:alavotre:

26 fév. 2019
1

Un bateau en bois (massif) permet d'en changer tous les composants, fonction des besoins et de l'avancée en âge.
Voir tous les voiliers classiques centenaires.

Mais il ne faut pas être concerné par le chiffre en bas des factures.

Et ne dit-on pas que c'est 5 heures de travail pour 1 heure de navigation?

0

Au même titre qu'un navire en composite en y mettant le même prix, voire moins.

2

Une fois j'ai eu un bateau en bois , j'etais son esclave ! ;-)

26 fév. 2019
1

La plupart des commentaires sur ce fil concernent à peu près toutes les techniques de construction en bois ... sauf le bois moulé.

C’est à mon sens une assez bonne technique de construction. Il faut cependant absolument vérifier comment ça a vieilli. Perso, je préférerais quand même de la fibre.

27 fév. 2019
7

JBonsoir à toutes et à tous
J'ai navigué des années à bord de bateaux en bois,possédé un Cornu à bordés jointifs, un Cognac, un Mousquetaire en contreplaqué mais également des canots en plastique, un Microsail, un Mallard 9m et aujourd'hui un Challenger Scout.
Je pense donc pouvoir évoquer sans dire trop de bêtises les avantages et les inconvénients de ces matériaux.
L'honnêteté et la lucidité m'obligent à reconnaître qu'une coque en plastique est plus étanche, plus solide, plus résistante aux chocs, au poinçonnage et aux injures du temps que n'importe quel bordé en bois, qu'il s'agisse du bordé jointif classique, du contreplaqué ou du bois moulé. Elle est moins une source d'angoisse, de problèmes. Elle demande également moins d'attention, de surveillance, d'entretien. Quiconque n'a l'envie de passer une bonne part de son temps à s'inquiéter, avoir des soucis, inspecter, entretenir, se doit de la préférer. Sans compter que réparer un trou dans un bordé en polyester monolithique est à la portée d'un bricoleur pas trop malhabile, de même qu'injecter de la résine dans un pont qui se délamine. Avec une coque en sandwich c'est plus compliqué. Car, ne l'oublions pas, le plastique peut aussi nécessiter de grosses réparations et des travaux coûteux qui ne sont pas toujours réalisables par un amateur: infiltrations dans les coques en sandwich, osmose. Le plastique n'est pas non plus sans défauts. Ils ont été énoncés plus haut. Condensation, intérieur nécessitant un vaigrage, lesquels sont souvent hideux. Mauvaise isolation thermique. Et puis, mais il s'agit de mes goûts que je ne juge en rien supérieurs à ceux des autres, bien souvent laideur. Rien n'égale à mon sens la beauté d'un roof en acajou verni.
La technique du bois moulé a commencé d'être appliquée largement dans la construction de voiliers après le second conflit mondial où elle avait été d'abord été utilisée dans l'industrie aéronautique ( le chasseur bombardier Mosquito était ainsi construit) grâce, entre autres, aux progrès des colles. Certains des voiliers en bois moulé des années 60 naviguent encore mais bien d'autres ont pourri, l'eau ayant fini par s'infiltrer entre les plis de bois de la coque. Car tel est le principal danger du bois moulé, que l'on ne voit pas: que l'eau pénètre entre les plis.
Aujourd'hui, l'époxy garantit une durée de vie des voiliers réalisés en bois moulé incomparablement supérieure à ceux sortis des chantiers dans les années 60. Le strip planking, ou encore le West system qui lui ressemble beaucoup, techniques modernes du bois moulé, permettent de construire des coques qui possèdent presque toutes les qualités. Légèreté, rigidité, intérieur splendide ne nécessitant pas de vaigrage et vous donnant l'impression d'être à l'intérieur d'un Stradivarius. Entretien presque aussi simple que celui d'un canot en polyester, les coques étant habillée d'un léger tissu en fibre de verre. Leur défaut consiste en leur faible résistance au poinçonnage. C'est d'autant plus gênant qu'en cas de choc ayant permis à l'eau de s'infiltrer, les réparations sont extrêmement complexes et nécessitent le recours à un chantier spécialisé.
Enfin, ces deux techniques nécessitent d'avoir été mis en œuvre par un chantier les possédant bien, respectant strictement certaines règles: imprégnation suffisante du bois, hydrométrie, température. Il est arrivé à certains de voir les plis de leur coque se désolidariser par suite d'un mauvais collage.
Tout cela fait que ces techniques ont surtout été utilisées pour construire des prototypes.
Pour ma part, je pense que je serai à peu près capable d'évaluer l'état d'une coque plastique mais je demanderai à coup sûr les services d'un expert reconnu pour examiner un bateau en bois moulé que j'envisage d'acquérir.
Amicalement.
Classique

28 fév. 201928 fév. 2019
1

Etant en grande partie d'accord avec le post de CLASSIQUE, j'insiste sur l'intérêt qu'il y à faire appel à des experts pour examiner les bateaux. Je dis bien des experts* , car ce ne sont pas les mêmes qui ont la compétence pointue pour des deux techniques.
* Des experts professionnels émérites, pas nécessairement ceux qui ont une belle plaque en cuivre, mais ceux qui ont travaillé de leurs mains pendant plusieurs années. Pas non plus ceux qui rabâchent des poncifs usés sur certains sites de voileux ...

27 fév. 2019
2

Avoir eu des tas de bateaux en bois dans sa vie veut dire : je ne peux pas témoigner que j'en ai un (le même) depuis 30 ou 40 ans et que c'est super !
Le "bois moulé" date d'une époque où l'époxy n'était que rarement utilisé. Le bois époxy a beaucoup amélioré les choses mais...
...c'est surtout dans les hauts, pont, roof, toutes les liaisons que ça vieillit très mal. Tout ce qui a été fixé (vissé, boulonné ou collé) sur le bois sera tôt ou tard à l'origine d'une petite entrée d'eau… douce. Pas facile de faire du traitement préventif. Comment envisager de tout démonter pour refaire toutes ces étanchéités ? Certaines liaisons ou fixations sont indémontables. Ou bien, après remontage, ne plus garantir une liaison mécanique aussi solide que celle d'origine. La pourriture par l'eau douce peut aller très vite.
Il n'a pas été cité la "pourriture sèche" vraie "maladie" qui se propage dans le bois sans se faire voir, surtout dans du bois "bien protégé" entre deux couches de peinture marine super étanches… Risques aussi avec des champignons qui peuvent aussi se développer dans des contreplaqués marines qui n'ont pas eu de traitement antifongicide.
Le polyester n'est pas exempt de problèmes, il nécessite de l'entretien. Comme souligné les sandwich divers compliquent la chose si problème. Mais ça reste de loin le plus facile à garder en bon état.
Les vieux gréments en construction classique sont dans un autre domaine, celui de l'affectif et de la passion.

Cordialement
Yves

27 fév. 2019
0

Bonjour,
Rien à ajouter au propos de Matelot 4x4 si ce n'est une précision oubliée dans mon message précédent mais qui allait de soi. La qualité des colles des années 60 était très inférieure à l'époxy quoique certains Cap corse, Corsaire en forme et en bois moulé, construits par des amateurs comme beaucoup, naviguent toujours. Or celle d'une coque en bois moulé dépend grandement de celle de sa colle.
Aimer la construction classique - c'est mon cas - n'appartient pas au domaine de la raison mais à celui de la passion. Entre nous, existe-t-il un canot en plastique dont la beauté égale celle d'un Dragon en bois verni, d'un voilier scandinave de la Jauge Internationale des années 30 ou encore de certains plans Stephens et Nicholson. Je dois cependant avouer qu'un Tina de Dick Carter ou un Taillefer de Franz Maas, qui ne sont pas des constructions en bois classique, sont eux aussi d'une suprême élégance. Il est vrai que leur coque en acier ou en polyester se marie à un pont en teck et un roof en acajou. N'est-ce pas l'idéal ? Une coque en polyester, pour éviter trop de problèmes, un pont et des superstuctures en bois. Les Scandinaves ont produit beaucoup de canots de ce style, dont les très bons et très solides Vindö.
Amicalement.
Classique

27 fév. 201916 juin 2020
0

Sur le Taillefer polyester, seul le roof est en "bois" (contreplaqué en fait), le pont est un sandwich polyester-balsa porteur du teck … d'où quelques faiblesses après 50 ans !
Le Tina sort du même chantier .

27 fév. 2019
0

les Tina... étaient fragiles de l'intérieur mais bons bateaux

27 fév. 2019
0

"fragiles de l'intérieur" … ce qui signifie ???

28 fév. 2019
0

Une quarantaine de Tina a été construite … une quinzaine en acier, le reste en verre-polyester .

27 fév. 201927 fév. 2019
0

Des problèmes digestifs, peut-être? :tesur:

A l'instar du chasseur il eu le cerf :heu:

28 fév. 2019
0

freuchou
la rouille, les Tina recevaient une simple couche de minium.......

28 fév. 2019
0

freychou
je parle des Tina acier évidemment

27 fév. 2019
0

Contreplaqué ? Même si je ne suis pas "fan" de (le prix...) de ces bateaux :

"Créé par Jean-Claude OUDRY, le chantier RM a tout de suite marqué les esprits : un matériau et un mode de construction très innovants : le contreplaqué époxy avec structure métallique..."

Mais en construction amateur ? J'aurai des doutes sur la qualité des matériaux.

27 fév. 2019
0

CP + époxy est une très bonne solution pour une construction amateur, voir les Bepox. Une autre solution très performante, le sandwich verre époxy avec une âme mousse.

27 fév. 2019
0

Parmi les unités utilisant le bois en composite j'aime les unités en lattes de red cedar stratifiées . Ça me semble un super compromis .

27 fév. 2019
2

C'est du strip planking, très bien pour faire des coques en forme. Mais pour une bonne tenue, il faut stratifier des deux côtés.

27 fév. 2019
0

Le strip ce sont des lattes de bois relativement léger utilisées comme âme de sandwich. Il faut que les lattes soient collées entre elles, sans vides ni creux, et stratifier une peau de chaque côté. Si c'est bien fait ça ne bouge pas, c'est joli et performant, mais plus lourd qu'un sandwich âme mousse. Si c'est mal fait ça vieillit comme tous les trucs mal faits.

27 fév. 201927 fév. 2019
0

En regardant des détails, le strip n'aime pas les entrées d'eau non plus.
Même si les lattes sont peu putrécibles, ou ( imp), les infiltrations font gonfler le lattes et decollent ensuite les peaux de strat.Il semble qu'il faut réaliser des insert s?rieux en résine chargée pour tout insert.
Rien n'est jamais parfait.

27 fév. 2019
0

autant faire en mousse PVC

27 fév. 2019
0

Comme cité plus avant, il faut que le bois puisse respirer pour éviter de pourrir.
Donc une finition étanche que sur UNE SEULE face de la paroi.

Et grosse précaution pour toutes les fixations.
En effet, en général, on utilise des vis métalliques qui chacune est un point froid dans le bois. Ce point est potentiellement une zone où il pourra y avoir condensation, puis pourriture :-(

27 fév. 2019
0

C'est valable pour la constriction classique. Pour une construction en CP, en bois moulé ou en strip planking, il vaut mieux que tout soit saturé d'époxy, et bien sûr pas de clous ni de vis dans les assemblages. On peut utiliser des vis pour tenir les pièces pendant que la résine polymérise, mais il faut les enlever ensuite et boucher les trous.

27 fév. 2019
0

C 'est un avantage du red cedar réputé imputréscible . Qui pardonnera au moins certains probléme d'infiltration. Et cela donne des intérieurs trés beaux.

27 fév. 2019
1

J'ai possédé pendant environ 15 ans une vedette Guy Couach de 12,50 m en bordées d'acajou.
La coque était peinte (peinture tous les 10 ans environ), mais le liston était verni !
Il faut savoir que le soleil sur du bois verni use environ 3 couches de verni par an !
Au niveau solidité en navigation, c'est sensiblement identique à une coque plastique, mais dès qu'on veut sortir le bateau de l'eau, on voit la coque s'écraser sous l'action des sangles. Il est préférable de sortir le bateau sur des chariots montés sur rail.
Au niveau coût d'entretien, on sortait le bateau tous les ans (comme pour les coques plastiques), et on faisait changer les bordés qui le nécessitaient par un artisan (environ tous les 3 ou 4 ans) pour une facture relativement modeste.
Sur un bateau en bois, pas de problème d'osmose comme sur les coques polyester, mais nécessité de garder le bateau à flot toute l'année pour ne pas que la coque sèche.
Une coque "recalfatée" sera étanche pendant environ 20 ans.
Vous l'aurez compris, avant d'acheter une coque en bois, renseignez vous sur les charpentiers de marine de votre région et trouvez une place de port à proximité d'eux.
Pour info, je navigue maintenant sur une coque polyester plus légère et qui n'a, pour le moment, aucun problème d'osmose.

28 fév. 2019
2

Salut les amis.
Il y a 33 ans, j'ai été employé à l'année, à mi-temps comme marin sur le 8mJ de Philippe Monet. Ce commentaire à lui seul devrait suffire...
Les hublots et certaines pièces d'accastillage était en bronze... Qu'il fallait "déverdir" après chaque sortie en mer, bien sûr.
En même temps que vider les fonds, la coque ayant travaillé...
Tout le gréement était en bois verni, bien sûr (mat, bôme, tangon)...
Tout était vernis, sauf le pont, bien sûr...

Perso, j'ai eu 4 bateaux polyester et 2 alu.
Il serait totalement inconcevable pour moi d'acheter un bateau en bois. C'est mon choix;
Mais....
Un bateau en bois est magnifique pour celui qui voue un culte sacré à la tradition, et qui prend un plaisir tout particulier à bichonner son bateau.
Rien n'est plus beau qu'un verni à 7 couches... Brillance, profondeur, couleur...
Quelle satisfaction de regarder la bôme que l'on vient de vernir, après l'avoir gantée à nu, et y avoir passé plusieurs jours... On est fier autant qu'émerveillé...
Pareil pour toutes les parties du bateau...
Un bateau en polyester ne peut satisfaire ce type de fétichisme.
On peut faire aussi du fétichisme sur un bateau en polyester, bien sûr. Mais pas basé sur les mêmes valeurs.
Ainsi, on connaît des gars qui passent leur temps à câliner leur beau bateau en bois sans presque jamais naviguer. Ils aiment leur bateau, ils le trouvent beau, ils aiment y être et y passer du temps, y inviter des amis à manger ou boire l'apéro... Ils sont fier de leur bateau. Rien ne leur fait plus plaisir que de leur dire "Wouha, comme ton bateau est magnifique !"..... Il arrive qu'ils aient accroché dans le carré, le tableau qui montre la carène...
Je comprends ces gens là.
Si c'est pour naviguer ou pire encore, voyager, C'est différent. C'est une affaire personnelle, il faut juste se situer.

28 fév. 2019
2

Il n'y a pas de mauvais matériau.
Il n'y a que des mauvaises mise en oeuvre et du mauvais entretien...
:litjournal:

28 fév. 2019
0

et les sous! :langue2:

28 fév. 201928 fév. 2019
0

Un bateau plastique, c'est chouette.
Quand il commence a se décomposer, tu lui mets une couche de composite bois-clous pour le renforcer, comme a fait notre célèbre navi-------------------- :jelaferme:
A ce propos, je rappelle qu'il faut sauver le Pen-Duick et qu'il manque encore 250 000 € seulement. Les bois sont effectivement passés par la cheminée et plus d'une fois. On se demande comment font pour se chauffer ceux qui n'ont pas de bateau en bois

28 fév. 2019
4

ça serait mieux de dépenser 250 000 € pour des petits bateaux ou dériveurs destinés aux jeunes et familles desargentés , pen duick je m en fou ...

28 fév. 2019
0

Elle ne répond pas à ton besoin, mais comment ne pas être ébloui et rêvé devant les photos de l'interieur :
www.bateau24.ch[...]367963/

28 fév. 2019
0

polmar
les aménagements sont plutôt sommaires...

0

Moi, je vois bien comment...

28 fév. 2019
1

Hééhoooo..... Le monsieur, il a dit : "j'hésite entre une bateau en bois MOULE et une coque polyester"...
Et dans ce fil, je vois plein de comparaisons entre les bateaux en bois traditionnels et les polyester.

Le bois moulé n'a rien à voir avec la construction bois traditionnelle, si ce n'est qu'un des matériaux de base du composite résine/bois du bois moulé a aussi poussé sur un arbre...
Comparer un bateau en bois tradi et un autre en bois moulé, c'est comme comparer une maison en briques et l'arche en béton ultra-high-tech du Mucem à Marseille : elles ont toutes les 2 un matériau principal minéral...

Le bois moulé est un matériau composite très performant et très technique et ce n'est pas pour rien que certains chantiers pros s'y sont remis, malgré le surcoût important à la mise en oeuvre, dans la recherche d'une qualité supérieure par rapport au polyester.
Pour un même échantillonnage, le bois moulé est très souvent plus rigide que le polyester, et plus léger aussi.
Si la résine utilisée est de l'epoxy (et on ne fait raisonnablement plus rien d'autre depuis 20 ans, exit la résorcine ou autre urée-phormol, sauf budget amateur très serré), c'est imputrescible car l'imprégnation est totale et aussi, c'est insensible à l'osmose.

Donc, perso, si je tombe sur un bateau en bois moulé construit dans les dernières règles de l'art (bois tranché, epoxy, agraffes plastique etc...), ce serait pour moi un côté positif quand au choix du bateau par rapport au polyester.

28 fév. 2019
0

@Swanee, comme je n'y connais pas grand chose en matériau, pourrais tu me dire quelles sont les diférences entre un bateau en bois moulé avec epoxy et du CP epoxy comme sur les RM ?
Y a t'il des avantages de l'un par rapport à l'autre ?
Merci d'avance,

28 fév. 201916 juin 2020
0

Le bateau moulé permet la coque "en forme", et non "à bouchains". Et les bordés sont "continus". La coque est, pour ainsi dire, d'un seul bloc, sans les jointures qu'il y a entre les pièces de contreplaqué formant les bouchains.

28 fév. 201928 fév. 2019
0

Un peu comme un bateau en composite, quoi...
D'autant que de la résine imprégnée dans une fibre c'est juste du composite. :mdr:

1

Aussi. Les mannequins aussi peuvent être touchées surtout celles qu'ont posé.

Celle dont je te parle à mis à mal un ancien président de la chambre dédé puté et c'est d'ailleurs depuis qu'on l'identifie en "matte Herriot composite.

D'ailleurs, son épouse s'appelait Esther (mais elle se faisait appeler Blanche pour passer pour une héroïne) et, très attaché aux convenances, il lui disait souvent : soit polie, Esther.

Bon, je crois que, ce coup-ci, on a fait le tour.

28 fév. 201928 fév. 2019
0

@Tholomyès

:pouce:

Nemo :non:

:heu: :mdr:

0

Juste Google, comme toi.

28 fév. 201928 fév. 2019
1

Euh... Je croyais que la "composite" était la maladie qu'ont certains musiciens, frappés d'un besoin frénétique de composer...
:reflechi:

28 fév. 2019
-1

Le calembour est la fiente de l'esprit qui vole. Le lazzi tombe n'importe où ; et l'esprit, après la ponte d'une bêtise, s'enfonce dans l'azur. Une tache blanchâtre qui s'aplatit sur le rocher n'empêche pas Nemo de planer.
Torvic Gohu

28 fév. 2019
-1

Je vois que monsieur a des lettres à défaut d'avoir l'esprit de finesse ...

28 fév. 2019
0

:mdr:

28 fév. 2019
0

Merci, baboujoli ! Comme je suis concerné autant comprendre !
(boutade : es tu sûr d'avoir vraiment compris ce que tu as écris, car on connait quelqu'un qui ...)
:alavotre:

28 fév. 2019
1

Euh... le problème, c'est que si je comprends pas ce que j'écris, ben... je m'en rends pas compte, bien sûr...
:tesur:
D'où l'intérêt de me le faire remarquer... Merci !

:mdr:

28 fév. 201928 fév. 2019
0

:mdr:

28 fév. 2019
0

Un charpentier de marine m'a dit une fois :"Si dieu avait voulu que les bateaux soient en plastique, les arbres seraient en fibre de verre".
Étant peu enclin à toute forme d'autorité ou a la religiosité, j'ai acheté un bateau en plastique.

28 fév. 2019
1

Et moi, un charpentier de marine m'a dit un jour "On dit que le bois, c'est vivant... non ! Si on veut que le bois soit vivant, il ne faut pas couper l'arbre."

1

Si dieu, quel qu'il soit et si il existe, auvait voulu voir des hommes sur la mer, il les aurait dotés de pattes palmées et de plumes grasses... :heu:

Ce sidi, c'est bien le même factieux qui a créé la fibre de roche (dans les volcans) et la résine (l'ambre) bien avant d'avoir créé les arbres qui ne l'ont été que parce que ces grands couillons de bonshommes n'étaient pas capables de faire des bateaux avec autre chose que des morceaux de bois qui flottent déjà tout seuls).

La genèse selon Nemo, Verset mendoncunp'tit.

0

Détrompe-toi :non:

Le premier Nemo est Ulysse qui affirmait au "six clopes" éborgné s'appeler ainsi.
Son navire était bien en bois...

Et c'est avec son bateau qu'il prenait l'Homère. :-D

28 fév. 201928 fév. 2019
0

Si on suit ton raisonnement, Dieu aurait créé les arbres pour que les hommes, auxquels il avait oublié de mettre des pattes palmées, puissent aller tout de même sur l'eau...
:reflechi:
Il est vrai que, avant toi, le seul Némo que l'on connaissait n'allait pas sur l'eau, mais sous l'eau... Et son bateau n'était pas en bois...
Oeuvre du diable ?
:-(

28 fév. 2019
0

Mon grain de sel..
Perso, le bois, c'est super.. mais pas pour tout le monde, faut etre a bord. Le surveiller H24 ..c'est fragile au moindre defaut., infiltration, risque de pourriture etc.. de l'eau de mer tout les jours si possible .. etc . sinon, Isolant, hyper rigide, leger, pas de corrosion etc evidement, si le dessin va avec . Top de top
J'ai trop respirer de styrene pour y vivre !
Je parle du lamelle/composite bien sur ,
quoique le classique tres bien fait et bien entretenu est excellent aussi. J'ai entretenu des bateaux de peche ( au conquet ) , 20 ans sans une goutte d'eau ! Echouage tous les jours, et mer ..dur dure , mais bon, une contruction auguste tertu ( pour les connaisseurs )
Mais suis aussi ok, pour 99 % de la "plaisance", le plastique, c'est fantastique !,
Www,fusionschooner.blogspot.com
Kenavo

28 fév. 2019
0

Le plastique, c'est fantastique surtout question marketing.

0

Ouaip.

C'est tellement évident que c'est moins cher, plus durable, sans entretien, plus tolérant, moins contraignant que le besoin d'effort mercatique est réduit au strict minimum.

C'est fantastique :pouce:

28 fév. 2019
0

Bon..
"bateau bois" ne veut rien dire.
Entre bois classique, CP, bois moulé, sandwich, etc... le seul point commun, c'est qu'il y a du bois dedans.
Ça s'arrête là...
Ils sont tous en composite ( sauf le classique, quoique dès fois, on se demande, vu que c'est la peinture qui fait la solidité de l'ensemble)
Vu que l'entretien de ces bateaux diffèrent suivant la technique de construction, il faudrait resserrer la recherche à un type particulier pour pouvoir comparer efficacement avec un bateau polyester monolithique.

28 fév. 2019
1

Dire que les bateaux en bois classique, c'est la peinture qui fait la solidité de l'ensemble!!!
A l'échelle de la navigation, le bois a une petite longueur d'avance et dans des conditions de navigation autrement plus difficile.
La question est: bois moulé/plastoc.

01 mar. 201901 mar. 2019
1

Si tu me cites, prends toute la phrase, Skipper Tramex !
" quoique dès fois , etc... "
C'etait un trait d'humour, pour illustrer que parfois, on croit voir du bois sain en dessous d'une peinture propre, alors que c'est pourri.
D'ou la methode de sondage au couteau fin lors d'une expertise d'un classique.
Ceux qui ont pratiqué me comprendront....

01 mar. 2019
0

Tu as bien raison de le souligner, mais comme on a souvent l'idée de penser que le bois, c'est d'office un mauvais matériau.
Si, au lieu de partir dans le moule et la strate, on était resté au bois, les ports auraient une autre gueule, et l'emploi serait largement plus qualifié et compétent.

01 mar. 2019
0

... et bien peu de gens navigueraient, non ?

01 mar. 2019
0

Grandhans, regarde les photos des ports de pêche avant la motorisation, des forêts de mat.

01 mar. 2019
1

lorsque le pétrole sera inaccessible, on reviendra a des matières plus nobles que le plastique, je pense que son avenir est derrière lui …...fibres naturelles + résines naturelles , bois lamellé collé + résines naturelles, idem pour les gréements, les voiles, lorsque je vois le bilan carbone pour fabriquer de l'aluminium c'est aberrant, l'acier recyclé ok, mais les réserves naturelles s'épuisent donc gardons les matières premières pour des besoins obligatoire, pour le reste faisons fonctionner notre intelligence et notre bon sens ….LECELTE

01 mar. 201901 mar. 2019
0

A Skipper Tramex plus haut :
Comme dit plus haut :
" Il n'y a pas de mauvais matériau.
Il n'y a que des mauvaises mises en oeuvres et du mauvais entretien... " .

Tu as bien raison, mais maintenant, est-ce que la plaisance aurait eu ce développement sans le polyester ? Combien d'entre-nous ne navigueraient pas si il n'y avait eu que des bateaux en bois ( toutes mises en oeuvres du bois confondus ) .
Le probleme. c'est qu'en bois, c'est cher a construire , et a reparer, et a entretenir...
La plaisance est deja elitiste, ca le serait resté encore plus.
( avec ses avantages et ses inconvénients, je te l'accorde...)

01 mar. 2019
0

Totor, avec du contreplaqué et des "petites unités", pas sur.

01 mar. 2019
2

Oui, le CP est sans aucun doute le materiau " bois " le moins cher a mettre en oeuvre.
Mais ca restera toujours plus cher que le polyester en moule femelle.

Regarde les RM qui auparavant avaient leur pont en CP, ils sont passes au polyester pour des questions de coûts.

02 mar. 2019
0

Totor, en faisant plus petit et plus simple, en virant le superflu, pas sur.

02 mar. 201916 juin 2020
0

A Skipper Tramex.
Coque a un seul bouchain, pont plat, le cockpit = une boite a l'endroit, le roof = une boite a l'envers, le tout pre-découpé a la CNC, ca pourrait eventuellement le faire.
Mais faudrait pas chercher plus chiadé ou plus esthétique que ça...

( la photo est juste un exemple, c'est du massif a bouchain )

02 mar. 2019
2

Bonjour ou bonsoir,
La construction en polyester a permis l'industrialisation donc la construction de masse et ce qu'on nomme "la démocratisation" de la plaisance, quoique le contreplaqué (Vaurien, Corsaire, Muscadet) y ait joué lui aussi un rôle non négligeable. On peut s'en féliciter ou le déplorer mais c'est ainsi.
S'il est vrai que les coques modernes des voiliers de course ou conçues pour le plaisancier moyen recourent à des techniques de pointe (carbone, injection sous vide etc..), une bonne part de leur réalisation peut être le fait d'une main d'œuvre sans grande qualification.
Le bois, sous toutes ses formes, qu'il s'agisse des anciennes comme le bordé classique ou des modernes comme les différents composites voire le contreplaqué, suppose une main d'ouvre plus formée, plus pointue, plus qualifiée que celle nécessaire pour projeter au pistolet de la résine et de la fibre hachée menu. On ne s'improvise pas charpentier de marine. Travailler le bois ne va pas sans un savoir-faire dont l'acquisition demande du temps.
La conséquence est qu'un voilier en bois revient toujours plus cher qu'un voilier en polyester de la même taille. Il est quasiment fait à l'unité.
Si le contreplaqué a fini par être produit dans des quantités presque industrielles (je pense aux voiliers du chantier Aubin), le bois moulé moderne ou ancien ne peut donner lieu à une production de masse. Il a été surtout utilisé pour la construction de prototypes de course en très peu d'exemplaires, de One off comme disent les Britanniques. Ainsi en a-t-il été de bon nombre des half ou quarter tonners IOR, dont des plans Finot ou Harlé, ou encore des trimarans du type de celui de Michael Birch ou Phil Weld qui mirent fin au règne des monocoques dans les Transats en solitaire.
Pour revenir à la question à l'origine de ce fil, je dirais pour ma part que je préfère le bois moulé au plastique, surtout dans ses versions modernes , Stripe planking et autres composites. Cela donne des voiliers légers, d'une extrême rigidité, aux intérieurs à la beauté inégalée.
Quoiqu'il demande moins d'attention, moins de surveillance qu'un bordé classique, il en réclame plus qu'une coque en plastique mais, grâce aux matériaux modernes, la différence n'est plus ce qu'elle était encore il y a quelques dizaines d'années.
C'est aussi une question de goût, et je me garderais bien de juger le mien supérieur à celui des autres. J'aime le bois. J'aime le poncer, le peindre, le vernir. Le bois est chaleureux. Le bois est beau. Lire à la lueur d'une lampe tempête, boire un vieux rhum dans une coque en bois laissant voir ses plis, ses petites lattes vernis, écouter ses craquements, ses grincements est un plaisir dont je ne me lasse jamais. Une coque en plastique avec son immonde vaigrage en vynil caca d'oie ne me le procurera jamais.
Enfin, on a tendance à considérer que le bois moulé ne convient pas à la grande croisière, aux grands voyages. Qu'il n'est bon qu'à la croisière côtière. Je rappellerai que le premier Damien de Gérard Janichon et Jérôme Poncet était en bois moulé. A bord de ce cotre de 10 mètres, ils effectuèrent une navigation de 55000 nautiques qui les mena au Horn, en Antarctique et dans les îles subantarctiques. C'était il y a bien, bien longtemps et je suis un vieux crouton nostalgique.
Au fait, personne ne veut un Challenger Scout avec un jeu de voiles neuf? Je le donne pour pouvoir m'acheter un canot en bois.
Amicalement

02 mar. 2019
0

La question à l'origine de ce fil n'a pas de sens. On ne choisit pas un matériau en fonction d'avantages ou d'inconvénients dans une pseudo demarche rationnelle. Le choix n'existe pas. Je n'ai eu que des bateaux en bois, bien qu'ayant majoritairement navigué sur des bateaux en plastique ou en alu. Je ne m'imagine pas propriétaire d'un bateau en plastique : le bois est un matériau noble, le plastique est vulgaire, l'alu entre les deux. C'est une question de snobisme, uniquement (ou d'habitus, comme l'on voudra).

02 mar. 2019
0

Une précision sur certaines remarques qui me chagrinent.
Les partisans du bois avancent l'argument du charme et la beauté du bois, contre la laideur des vaigrages et vinyles.
Les beaux bateaux en polyester sont avec de superbes boiseries intérieures, souvent plus belles que les bateaux bois car il n'y a pas de problèmes d'humidité, et de coque qui 'travaille et bouge'. Je n'avancerais pas l'exemple de mon bateau car on pourrais me juger de 'partis pris'. Il suffit de regarder l'intérieur d'un Nautica 33 ? un Halber Rassy, un Contest, un Amel, et beaucoup d'autres encore.
Concernant le charme du bois e extérieur, pour l'apprécier il ne faut pas aimer naviguer !!!! En effet l'entretien des bois extérieur est tellement lourd et chronophage qu'il ne reste plus de temps pour prendre la mer.

02 mar. 201902 mar. 2019
0

Il faut arrêter de dire que les propriétaires de bateaux en bois passent leur temps a travailler et entretenir leur bateau ceux qui en sont là sont propriétaires d'une épave flottante, mon cher"ocean bear" si tu veux que je te téléphone chaque fois que je navigue, tu vas rapidement trouver que je t'em...de
Lazure tous les 2 ans et puis point barre... :scie: :non: :-D

0

Donc, par rapport à un navire en composite, le temps (et le prix) de la lasure en plus... :mdr:

0

Et tu fais quoi comme entretien sur un composite en dehors du nettoyage que tu feras sur n'importe quel support?

0

Quand je parle de composite je parle de composite dont, effectivement, font partie les stratifié verre polyester, avec finition gelcoat mais pas que.

Je parle de composite par opposition aux bateaux en plastique comme certains dériveurs légers mais pas, à ma connaissance, d'habitables.

Pour les merdouilles en bois, bien sûr comme c'est du bois, c'est le bordel.

Pour le reste, ce n'est pas a proprement parler comparable avec la fréquence des interventions décrites dans ce fil pour le bois. Quand tu parles de "quelques années" pour un entretien de coque composite, ce serait plutôt quelques décennies.

Pire, ces soins cosmétiques mineurs n'ont rigoureusement aucune importance structurelle alors que, pour le bois, c'est vital.

On devrait pouvoir concevoir des navires en composite imitation bois, qui coûteraient aussi cher à fabriquer et qui auraient exactement l'aspect du bois.
On pourrais même concevoir des navires avec les mêmes défauts que le bois en y mettant un peu plus cher dans la conception... :mdr:

04 mar. 2019
1

non il ne faut pas forcément faire ce que tu écris, certains bateaux de 40 ans n'ont pas d'osmose, pas de traitement préventif, pas de gelcoat farineux ni de peinture
toute generalisation est abusive !

02 mar. 2019
0

Quel que soit le matériau, un bateau non entretenu devient une épave.

02 mar. 2019
1

Je suppose par composite tu parles de stratifié verre polyester, avec finition gel-coat.
Il faut faire un traitement anti osmose préventif ou curatif suivant le temps pendant lequel rien n'a été fait.
Au bout de quelques années il faut aussi lustrer puis polir le gelcoat, puis finalement le peindre quand il est trop farineux.
Il faut aussi peindre le pont quand le gelcoat est devenu trop farineux ou fixe trop les saletés.
Accessoirement il faut revernir ou entretenir les rares éléments en bois : barre, mains courantes.

02 mar. 2019
0

Composite, plastique ou bois ne permet pas de caractériser les matériaux.
A part l'appellation composite, il n'y a pas vraiment de point commun entre un sandwich carbone époxy sur âme mousse ou nid d'abeille nomex, et un stratifié polyester en projeté comme de nombreuse constructions dans les années 60/70.
La question originale du fil portait sur le bois moulé, et la quasi totalité des contributions sur le bois concernent les constructions classiques en bois massif. Un bateau en bois moulé collé sous vide à l'époxy avec une strat externe verre époxy ne demande pas d'entretien particulier.
Le stratifié polyester de dégrade avec le temps, la fatigue et l'osmose, les coques molles, les ponts délaminés ou les quilles arrachées existent.

04 mar. 2019
0

Tu parles bien de bateaux en polyester de 40 qui sont dehors et à flot toute l'année ?
Des noms !

04 mar. 2019
0

La "généralisation" qu'il fait s'appuie sur les constats.
Beaucoup de gens disent que leur bateau de 30 ou 40 ans n'a pas d'osmose... Le plus souvent, ils disent cela parce qu'ils n'ont pas vu de cloques. Mais si ils mesurent l'humidité des gelcoat, ils changeront d'avis. L'apparition de cloques est un état avancé d'osmose.
La plupart des plaisanciers n'ont pas pratiqué beaucoup de mesures d'humidité, sur un grand nombre de bateau... Les professionnels, eux, sont unanimes sur la question.

02 mar. 2019
0

J'ai deux copains qui ont pour l'un, un bateau à bordés jointifs et pour l'autre un Jeannot/Benetton, le bois des années 60 et l'autre des années 70, je vois pas trop la différence coté travaux en tout genre.

02 mar. 201902 mar. 2019
0

Je te rejoins sur ce point : je constate à chaque printemps que je ne passe pas plus de temps sur la zone technique que les tupperwares.

02 mar. 2019
0

Souvenir dans les années 60 quand mes parents avait un dauphin en bois : à l'exterieur tarés, à l'interieur avec 1 seringue pour traiter chaque mini trou causés par les chirons

Bref les vieux greements en bois" style rassemblement des voiles de St tropez "sont magnifiques

C'est une plaisance destinée aux amoureux des objets de collection qui demande un sempiternel entretien
Bon courage

02 mar. 201902 mar. 2019
2

Salut. Le mot a ete pronounce!... "objet"… Un bateau en bois est un objet UNIQUE et ne peut pas etre reproduit a l'identique, meme si on reprend le meme plan d'origine… d'ou l'attachement de ceux qui ont la "chance" d'en avoir un!!!. Un moule est un moule et la main de l'homme ne peut pas, par exemple scier deux bouts de bois exactement de la meme facon, le materiau lui-meme ne pouvant etre "dose", "pese", d'hygrometrie ou de densite identique. Je suis avec interet ce fil mais ne voulais pas intervenir car je suis un peu integriste sur le sujet, etant passionne et pro des bateaux en bois traditionels mais, ayant travaille sur pas mal de bateaux en CP ou bois moule, j'ai ma petite idee sur le sujet. Le seul probleme que je reproche au bois moule c'est que si l'entretien est facile, la reparation est compliquee et chronophage si on veut la faire correctement. Apres, si on recherche la performance et la facilite de mise en oeuvre a la construction, il n'y a pas photo... le bois moule est genial et l'emporte sur tous les autres materiaux.. mais il faut tenir compte de sa duree de vie reduite!. Mais la construction traditionnelle est la plus meilleure et je connais des dizaines de bateux bois plus que centenaires et en aussi bon etat qu'au neuvage. Petit detail qui a son importance... naviguer sur un bateau bois est une experience differente… les mouvements, le comfort, l'accoustique, l'esthetique sont eux aussi uniques. (J'ai beaucoup travaille sur des bateaux de peche et leurs proprios ne navigueraient pas sur autre chose que des coques en bois, il doit y avoir une raison!!!) d'une certaine facon, c'est dans notre DNA. Cheers, Al

PS Petit avertissement pour les candidats a la propriete d'une unite en bois… Nos "maitresses" sont un tout petit peu plus exigentes cote entretien mais on les caresse bien plus souvent et on les comprend bien mieux que si elles etaient faites de petrole et ressemblant a la maitresse du copin… et elles nous embarquent dans des aventures bien plus excitantes que les froides coques voisines…..

0

La main de l'homme ne peut, effectivement pas scier deux bouts de bois de manière identique. Une machine numérique, en revanche, fait ça très bien...

02 mar. 2019
0

J'ai beau chercher, je n'ai pas trouve… mais le "luxe" c'est, comme ici, d'etre trois et d'avoir une grosse "molette" pour incliner la table, ce qui est rare.

03 mar. 201903 mar. 2019
1

Je ne connais pas de charpentier. En revanche, j'ai une idée assez précise de ce que sait faire une machine numérique sur du métal et je peux te garantir que, côté répétabilité, un bonhomme ne fait pas le poids.

Comme l'acier est plus noble que le bois, ce qui se fait sur le métal peut se faire sur le bois.
:litjournal:

0

D'où la noblesse du métal.

Mais pour la précision comme pour la répétabilité ou la puissance, aucun souci.

La différence se tient juste dans le travail supplémentaire demandé pour rendre le bois "fini".

Pour l'aspect comme pour la qualité du matériau, le bois reste du bois avec ses qualités pour ceux qui en aiment l'esthétique comme pour ses multiples défauts techniques dans une construction industrielle.

C'est pour cette raison que le bois quoique usinable avec précision a été abandonné au profit de matériaux permettant une plus grande liberté de forme, une production techniquement fiable et durable à des coûts raisonnables.

1

L'un comme l'autre peuvent avoir leur noblesse : la noblesse du beurre, par exemple, a fort bien été mis en valeur à l'écran par Bertolucci et, pour rester dans le sujet, le téflon a beaucoup facilité la cuisine à poêle.

04 mar. 201904 mar. 2019
0

Compte tenu de la plus stricte absence de donnée objective pour définir la noblesse d'un objet ou d'une matière j'ai le droit de considérer le métal comme étant noble comme toi le bois.

D'autres considèrent que le bourre-pif est noble (le "noble art") d'autres que c'est la pourriture du raisin, ce n'est qu'une question d'opinion personnelle et rien ne t'autorise à considérer que mon opinion est plus con que la tienne.

Côté répétabilité, c'est exactement ce que je dis : le bois est techniquement une merde qui ne peut être usiné en série mais simplement adapté unitairement par approximation et c'est pour cette raison que des matériaux sérieux et techniques lui ont été substitués dès que les matériaux en question ont été mis au point.

J'espère que tu as remarqué que la majorité des navires de plaisance construits de nos jours le sont en composite. As-tu compris pourquoi?

Ne mélange pas sentiments (ils sont indiscutables et respectables) et rationalité.

04 mar. 2019
0

Je confirme. Le CP associé au tissu de verre est aussi à mon sens plus performant que le stratifié polyester monolithique. Et pareil pour le bois moulé epoxy.
A priori il y en a visiblement pas mal sur ce fil qui confondent la construction bois "à l'ancienne" et le bois composite d'aujourd'hui. ça n'a rien à voir !
Au point que si on regarde de l'extérieur un voilier de croisière comme le RM, de prime abord on peut même penser qu'il n'est pas en bois. Dito pour le Musard 29, certains ne croient pas qu'il est en CP.

04 mar. 2019
0

Ça n'a rien d'abscons. Polyester c'est la résine, stratifié c'est quand il y a un empilement de couches de renfort en matériaux fibreux, et monolithique c'est quand il n'y a que ça (résine et renforts), par opposition à la construction sandwich, qui peut faire appel aux même matériaux disposés de chaque côté d'une âme.

04 mar. 2019
0

J'apprécie la concision, mais l'argumentation est un peu légère.

06 mar. 2019
0

Faut revoir ta copie nemo. Il ne suffit pas de dire les choses avec aplomb pour qu'elles soient vraies.

1

A ma connaissance aucun navire habitacle n'est construit en "plastique".
Il sont tous en stratifié.

Sur le plan de performances un stratifié est toujours meilleur, ses performances différant en fonction de la nature de ses couches.

Le polyester monolithique, par exemple, est effectivement plus lourd que le contreplaqué mais il est aussi plus résilient et plus résistant au poinçonnement.

Que je sache, les navires "de compet'" pour lesquels le volet financier est sans objet ne sont jamais en bois mais toujours en composite.

Il est exact que la construction industrielle au moyen de matériaux industrialisables, constants, de mise en œuvre facile et fiable est infiniment moins onéreuse que le recours à un matériau fluctuant, instable, fragile et périssable.
C'est peut être (et surtout) pour cela que la majorité des bateaux industriels sont construits en composite et pas en bois, y compris les bateaux performants.

Pour la petite histoire, mon DF920 avait une coque en composite de 4 à 5 mm d'épaisseur (le platon de caillasse devant l'herbaudière s'est chargé de procéder à quelques coupes d'observation...). je ne pense pas qu'il soit possible de réaliser de telles construction autrement qu'en composite.

Le DF920 n'est pas un bateau lourd et il n'est pas économique alors qu'il est en stratifié polyester monolithique). :litjournal:

07 mar. 2019
0

Charleston.

0

L'Heureux Doutable. :mdr:

0

Je n'ai rien dit qui puisse faire penser qu'il existe un quelconque rapport entre la noblesse et les actions du plus grand nombre.

Je n'ai jamais argumenté que ce qui est fait en masse est mieux.

Je t'informe simplement "[i]que la construction industrielle au moyen de matériaux industrialisables, constants, de mise en œuvre facile et fiable est infiniment moins onéreuse que le recours à un matériau fluctuant, instable, fragile et périssable [/i]" et je constate que cette évidence est validée par les faits.

0

Tu as entièrement raison et la part du "choix personnel" est strictement indiscutable.

Cependant, le fil ne parle pas d'affectif ou de choix mais d'avantages et d'inconvénients, ce à partir de quoi on pose son choix personnel et ses affects.

02 mar. 2019
2

@Nemo... une machine numerique qui peut deligner une membrure en chene de 25cm x 30cm x 250cm de long qui remplace ma main sur la table de ma scie a ruban en l'inclinant sur 50 ou 60 degres sur toute la longueur???… je n'ai pas connaissance que cela existe!!!!! Ou alors elles se cachent bien car cela se saurait dans la profession.

02 mar. 2019
0

Un bon menuisier faits des pièces identiques à 2/10 de mm, et il n'y a pas besoin que la machine soit numérique pour faire des pièces identiques.
Le problème soulevé par Pete est qu'il n'y a pas deux morceaux de bois identiques, donc même s'ils ont les mêmes dimensions, ils auront des caractéristiques mécaniques et une apparence différente.

03 mar. 2019
0

tu n'as jamais du croiser de bon charpentier Nemo, la machine est loin derrière

03 mar. 2019
0

Oui et non...
Le métal est un matériau uniforme, pas le bois.
( exemple: le rabotage à contrefil, ou encore la stabilité dimensionnelle à la coupe)
Donc je dirais: oui pour la précision de la machine, non pour le côté "fini de la pièce)

03 mar. 2019
0

Noblesse, noblesse... Ça marche pareil avec du Téflon ou du beurre!

04 mar. 2019
1

L'un dans l'autre ( pour rester dans le sujet également :cheri: ) , je crois bien qu'on est d'accord.
( J'ecarterai toutefois de la liste le beurre non-salé, tout juste bon a lubrifier un arbre d'helice faussé .
Faut quand même pas pousser !!! ... ) :non:

04 mar. 2019
0

l'acier plus "noble" que le bois !!!!!!!!!!!!!!!!
jamais je n'ai entendu une co....ie pareille.
d'où sort tu ça ?
et coté répétabilité, essaie de faire deux pièces identiques avec une machine numérique dans un bois un tantinet nerveux et tu m'en dira des nouvelles.
à titre d'exemple et c'est tout récent :
simple délignage dans une poutre sapin massif 23/8 à recouper en 2x11/8 sur 5 m de long . à mi course les deux morceaux étaient écartés de plus de 10 cm juste sous l'effet des tensions naturelles du bois qui se répartissaient différemment ( et ça marche aussi dans l'autre sens c'est pour cela qu'on utilise des couteaux diviseurs en arrière des lames)
alors oui, les machines sont parfaites pour des bois type aggloméré (ike.) ou cp mais sûrement pas pour du massif en charpente navale.
jpierre qui ne se débarrasserait pour rien au monde de son cp harlé/aubin et de ses 42 ans.

04 mar. 2019
6

La majorité des bateaux sont construits en plastique parce que c'est ce qui coûte le moins cher à produire et qu'on ne recherche pas la performance. Sur le plan mécanique, le bois moulé ou le contreplaqué sont plus performants que le stratifié polyester monolithique : plus rigides à poids égal, ou plus légers à rigidité égale.

04 mar. 2019
0

ça sera plus léger et plus raide , mais attention au infriltation d eau sur la tranche du cp , suite a un choc sur la coque , ou un endroit peu visible

04 mar. 201904 mar. 2019
0

Juste un petit détail : on peut parler de polyester monolithique, quand il n'est pas stratifié ou de polyester stratifié lorsqu'il n('est pas monolithique mais parler de polyester stratifié monolithique, c'est un peu abscons...:mdr:

Tu remarqueras que j'emploie toujours le mot composite et jamais le mot plastique.

Effectivement, une cagette est aussi un genre de composite.

Composite parce que le contreplaqué n'est que la version technique du bois supprimant tous ses inconvénients ou presque, composite parce que le contreplaqué et son garnissage résine est un stratifié composite.

Un stratifié de contreplaqué a, effectivement des qualités, il a, en revanche, des défauts et, comme pour tout matériau technique, il doit être choisi en tenant compte des avantages et des inconvénients.

Une cagette ne serait pas mon choix compte tenu de mes critères mais je comprends qu'il puisse être celui d'autres avec d'autres critères.

0

Pourtant, tu devras faire avec.

07 mar. 2019
1

si il y en a eu un en abs
le nom va me revenir
alain

05 mar. 2019
1

La majorité des gens vont faire leurs courses dans des hypermarchés.
Je ne vois pas ou s'y cache la "nobless"
Les moutons de Panurge y sont tous allés, où est la noblesse ?

Ce n'est pas parce qu'un troupeau fait quelque chose que c'est la meilleure voie (Panurge) ou la solution la plus intéressante (hypermarché)

Tu n'est vraiment pas rationnel en argumentant que ce qui est fait en masse est mieux.

05 mar. 2019
0

Pas vraiment...
Il reste pas mal de choses faites en bois.
Beaucoup d'objets ont été remplacé par du "plastique" ou autres composants "industriels, mais c'est aussi le choix de chacun de préférer l'un ou l'autre de ces matériaux quand c'est possible.

02 mar. 2019
0

Je pense qu'il faut arrêter de tirer à boulet rouge sur la construction en bois classique surtout de la part de ceux qui n'ont PAS de bateau bois ou qui n'en n'ont JAMAIS EU pour faire simple si l'on a un bateau en bois où il faut changer des bordés tous les ans je pense que il y a un problème on fait un refit général comme disent nos amis d'outre-Manche et ensuite cela peut rester de l'entretien courant de bateau en bois. Il faut différencier aussi les bateaux classique du baron machin chouette et le bateau bois du pequin moyen ..les bois composite où lamellé c'est une autre histoire le problème c'est que l'on ne vois pas trop ce qu'il se passe à l'intérieur ce n'est pas un mauvais matériau loin de là mais a moins d'avoir construit le bateau soi-même J'emets des réserves ( mais cela n'engage que moi bien sûr) idem pour l'acier si c'est un bateau qui a été zingé à la construction extérieur et surtout intérieur et bien entretenu je pense qu'il n'y aura pas de gros problème, le plastique n'est pas en reste non plus sur de belles unités relativement récente quand je vois des plaques d'osmose de près de 1 mètres carrés ça donne pas tellement envie ceci dit les unités construites entre les années 70 et 80 sont plus résistantes quelques bulles par-ci par-là rien d'effrayant j'ai quand même vu des bateaux du type Gipsy 116 qui ne sont pas si vieux que ça ayant subi un traitement anti osmose et quelques années après on ne voit pas trop les bienfaits idem pour 1 Euros 39 où là c'était la rougeole pourtant Amel est loin d'être un bricoleur donc touts les matériaux ont des problèmes avec l'eau de mer après chacun choisit celui qui lui convient et puis point barre. De toute façon la question originale concernait les bois époxy je pense qu'il faudrait s'en tenir là...

02 mar. 2019
0

Pour ma part j’avais un voilier « plastique » avant et j’ai changé pour du contreplaqué époxy. N’en déplaise à certains, dans les deux cas c’est du composite.
Par rapport au bois moulé epoxy, personnellement je pense qu’un CP epoxy n’est pas très différent mécaniquement. La coque en forme plaira parfois plus qu’une coque à bouchains.
En terme de rigidité, les couches parfois fines de fibre de verre de l’ancien Edel ne rivalisent pas avec 10mm de CP epoxy. Le faïençage et l’osmose sont une réalité onéreuse du composite verre, que le CP ne connaît pas.
Une différence de taille concerne le poids. En restant dans des budgets raisonnables, le CP est certainement plus léger.
Un point que j’apprécie beaucoup est le travail du bois simplifié par les techniques epoxy moderne. On fait quasiment ce qu’on veut, simplement, et avec peu de moyens. Une peinture polyuréthane à l’extérieur, une expoxy aqueuse à l’intérieur et on se passe de tout cache misère complémentaire si le joint congé est propre.
Pour répondre à la question de départ :
Si la coque en bois moulé est saine, si elle dispose d’une couche de fibre de verre expoxy à l’extérieur, elle aura les mêmes chances de vieillir qu’une coque fibre de verre. Par contre, une fois que l’osmose est là...

02 mar. 2019
0

Le bois sur une coque polyester sa fait jolie....quand c est neuf....
Après avoir, refait les vernis 3 fois...sa devient une charge.
Alors imaginer le meme totalement en bois c est de la folie....

02 mar. 2019
0

Aucun problème si le bois est saturé d'époxy et vernis avec du PU bi-composants.

02 mar. 2019
11

Outlaw Pete va, à mon sens, à l'essentiel. Et il sait de quoi il parle. Le bois est affaire d'émotion, d'amour, de passion. La raison entre fort peu dans ce choix. En règle générale, d'ailleurs, elle est de peu de poids quand on décide de devenir propriétaire d'un voilier, quel que soit le matériau dans lequel il est construit. La raison devrait conduire la plupart de ceux qui décident d'en acquérir à ne pas le faire. A considérer le temps dont la plupart des possesseurs d'un voilier s'en servent réellement, il leur serait bien moins coûteux, en temps comme en argent, d'en louer un.
En France, la moyenne annuelle d’utilisation de son bateau est de 40 à 60 heures. Et encore… A y regarder d’un peu plus près, la France se situe plus du côté des 40 que des 60. Le plaisancier français est souvent obligé de composer avec la météo, les vacances ou les week-end. Conséquence: les voiliers naviguent peu. Les ports de plaisance sont encombrés de bateau-ventouses qui servent surtout de résidence les pieds dans l'eau à bon marché. Au point que certaines municipalités envisagent de faire payer la taxe d'habitation à leur propriétaire.
Sans compter que bien des plaisanciers, quand ils choisissent leur canot, oublient la règle fondamentale qui veut que celui-ci corresponde à un programme. J'ai ainsi vu plus d'une fois des 40 ou 45 pieds qui se bornaient à faire des petits, tout petits ronds dans l'eau alors qu'ils étaient - théoriquement - conçus pour naviguer au grand large.
Cet été, à Arzal, j'ai été invité à boire un verre à bord d'un Gib Sea 37 Dufour qui, pour l'essentiel, naviguait dans un périmètre de moins d'une centaine de milles autour de ce port. Sa plus grande navigation l'avait mené à Royan. "Il y a de la place", me rétorqua son skipper quand je lui fis part de mon étonnement.
Or donc j'aime le bois, déraisonnablement. A la folie. J'aime son aspect, sa couleur, son odeur, son confort, son esthétique, ses bruits propres, ses qualités comme ses défauts. J'aime les soucis qu'il peut me procurer. J'aime l'entretenir. J'aime poncer ses vernis durant des heures, en passer jusqu'à 8 ou 9 couches.
Cela fait partie du plaisir. Cela me demande du temps, de l'argent. Quand on aime, on ne compte pas, dit-on, quoique l'argent que je lui consacre m'oblige à réduire d'autres dépenses. Et alors? C'est mon choix.
Quand je travaillais sur mon Cornu sur un terre plein, des "plaisanciers-plastique" s'arrêtaient pour me regarder faire. Ils engageaient la conversation, m'interrogeaient, me faisaient part de leur regret de ne pouvoir, pensaient-ils, posséder comme moi un canot en bois.
Avec une coque en bois, je m'inscris dans une tradition qui glorifie le travail dont est capable la main de l'homme.
Avec une coque en bois, je me sens plus en accord avec le vent, les vagues, qu'avec une coque en polyester. Lubies passéistes, réactionnaires ? Je ne pense pas.
Mais vouloir naviguer à la voile en rusant avec les éléments, en s'en servant voire en les affrontant, n'est-il pas opposé à la recherche de la vitesse, à tout prix ? N'est-ce pas une forme d'éloge de la lenteur car, entre nous, à l'exception de ceux conçus pour la course, un voilier n'est-il pas plus lent que n'importe quel machin motorisé, puant, bruyant, polluant ?

N'est-ce pas une marque d'attachement à certaines valeurs à l'opposé du marketing, du sacro-saint marché, de la recherche de profit des actionnaires de Bénéteau, du "je veux tout tout de suite sans effort", d'une prétendue modernité qui saigne la planète et va finir par la rendre inhabitable ?
Tout ceci est affaire de philosophie, j'oserai presque dire de morale.
Tout mon propos va me valoir d'être traité de vieux crouton nostalgique. J'assume.
J'en resterai là car je crains fort de vous avoir lassés.
Très amicalement, aux amis du bois comme à ceux du plastique, de l'aluminium, de l'acier ou du ferro-ciment puisqu'ils aiment comme moi les voiliers.
Classique

0

Merci.
Et tu peux oser, parler de morale !

02 mar. 2019
1

Classiques: milles et une étoile, merci, belle synthèse .

02 mar. 201902 mar. 2019
02 mar. 2019
1

A la fin de la semaine prochaine, je vais avoir l'immense privilège de naviguer sur l'Arawak, thonnier de 1954, pour participer à son convoyage de Lormont aux Sables d'Olonne pour carénage pendant 2 semaines.
A moi le gratouillage sans abîmer (on m'a déjà prévenu, les baffes vont tomber), le calfatage, poussé trop loin c'est pas étanche, pas assez loin c'est pas étanche non plus (on m'a déjà prévenu, les baffes vont tomber). A moi la peinture, gaffe à pas trop en mettre, mais pas non plus être avare (on m'a déjà prévenu, vous le dites à ma place...)
Je sais que c'est un peu hors sujet, puisqu'ici on demandait une comparaison, mais au moins je pourrai vous donner mon ressenti.
J'ai rêvé toute ma vie de savoir "comment c'était avant". Eh bien je vais être en plein dedans, et je suis heureux comme un gosse qui va recevoir son premier cadeau. En plus, la nav promet d'être rigolote au vu des conditions météo prévues.

Je suis juste heureux.
Bon vent et mer belle à tous

02 mar. 2019
1

Arawak, c'est un bateau certes refait sur la coque d'un ancien thonier, mais trop transformé à mon goût et loin d'être authentique. C'est l'exemple même de ce qu'il ne faudrait pas faire en termes de restauration de bateau du patrimoine.
C'est un peu dommage tout de même !
Je te souhaite bonnes navs.

03 mar. 2019
1

Que l'intérieur ait été aménagé, c'est normal.
Qu'on ait fait une timonerie abritée, je le conçois du point de vue du confort, mais ça dénature complètement la silhouette du bateau.
Mais le gréement est très different de celui d'un thonier. Je ne parle pas de l'absence de tangons qui est normale, mais il n'y a aucune excuse à ne pas avoir repris un gréement de thonier.
Bref, c'est un bateau batard qu'on peut seulement qualifier du terme fourre-tout de vieux gréement.
C'est mon avis, mais je comprends qu'on puisse voir les choses autrement, notamment du point de vue business.

03 mar. 2019
0

Ton avis m'intéresse beaucoup. Pourquoi un mauvais exemple ? Les soutes ont été transformées en espace de vie, et en espaces techniques, mais c'est quand même pas le grand luxe. La structure en elle-même a été préservée, à ceci près qu'on a effectivement prévu des manips plus pratiques pour les voiles d'avant. Le reste n'a pas tellement bougé à mon sens. Timonerie, carré et cambuse séparés.
Je ne comprends pas très bien ton approche, peux-tu m'en dire plus ?

02 mar. 2019
0

Bugbuster, bonne nav, bon grattage soft et bonne peinturlure. Tu nous raconteras ton rêve éveillé.

02 mar. 2019
0

Bugcrusher tu as bien raison d'être heureux. Je le serais à ta place. Je t'envie.

03 mar. 201916 juin 2020
0

C'est moche ! :oups: :-( :heu: mais qui est moche ? Le même ! :reflechi: :reflechi: :doc: :non:

03 mar. 2019
0

Jerome, la 2ème photo, c'est Arawak?

03 mar. 2019
1

Donc, ne plaît pas à Lulu de Ntes, mais pas si moche que ça, sous voiles.

04 mar. 2019
1

Non. Pas vraiment moche, fonctionnel, sans doute. Mais pas respectueux du style.
C'est un peu comme si on accolait une villa provençale à un chalet savoyard.

03 mar. 2019
0

On parle du sexe des anges ??
C'est pourquoi l'industrie des composites depend de la convention de la metalurgie ? On a pas fini ..!!
Mais bon
Kenavo

03 mar. 2019
0

J'ai eu un cornu 9.30 DL et maintenant un First 310, donc, similaire du point de vue longueur. Pour faire bref, je dirai que par gros temps j'étais plus serein avec le Cornu par contre il était moins rapide et remontait mal au vent (c'était un dériveur). Du point de vue entretien, le First est largement moins contraignant et l'intérieur toujours sec alors qu'il fallait mettre une bâche intégrale sur le Cornu hors bonne saison (il y a toujours une entrée d'eau quelque part et c'est vrai aussi qu'à cette époque je naviguais en Bretagne sud). Par contre un vrai bonheur de naviguer sur un voilier que l'on ne croise que rarement et aussi que l'on peut rafistoler soit même en cas d'avarie au large (plus délicat avec la fibre). A taille équivalente, budget et temps d'entretien plus (beaucoup plus) élevé.

03 mar. 201916 juin 2020
1

Perso je quitte le bois pour l'alu.
Premiére couche de primaire aujourd'hui.enfin...

03 mar. 2019
0

Et sur la gauche vous pourrez admirer gratuitement ce si beau dessin polyester qui attend sagement d'aller retrouver les molecules d'eau.Gentil toutou. :-)

04 mar. 2019
3

j'ai eu un bateau en bois pendant 12 ans, j'étais plus charpentier et peintre que marin, je ne jurais que par le bois, je snobais les tupperwares et les bidets.
Un jour quelqu'un m'en a proposé un bon prix, je l'ai vendu et j'ai acheté un voilier en polyester.
Au bout de quelques jours d'utilisation je me suis dit: Plus jamais un bateau bois!!!

04 mar. 2019
0

pareil pour moi, j'en avais marre de passer 3 mois par an pour l'entretien/rénovation du bateau bois. Avec le polyester je refais juste l'antifoulling et même pas tous les ans !
On dit que le stratifié fait de l'osmose ! Bof ! jamais je n'ai vu un bateau couler à cause de ça et d'ailleurs c'est de la rigolade. Ca n'empêche pas le bateau de flotter, de naviguer et même de gagner des régates.
C'est un truc juteux pour les chantiers qui font des traitements qu'ils ne garantissent pas (en général !) plus de 5 ans et qui ne servent d'ailleurs pas à grand chose.

04 mar. 2019
0

Pauvre Lilas blanc, on ne devrait dire jamais...
Moi, le bois, c'est quand j'étais petit...

04 mar. 201904 mar. 2019
1

Comparez une plaque de contre plaqué de 5 mm avec une plaque de polyester armé de 5 mm également. Le contreplaqué on le traverse d'un coup de poing. Essayez avec le polyester armé !
Je dis juste ça pour relancer le débat. Je vous sens un peu mous là...
:acheval:

0

Laisse : c'est l'heure de la gamelle.

Il faut bien qu'ils se nourrissent après la journée passée à réparer leurs bateaux en bois :mdr: :langue2:

0

Je vois que tu t'es inscrit à un cours d'élégance.

Bravo. :pouce:

La route sera longue mais c'est un bon début. :acheval:

P.S. : je n'ai pas de bottes. Ce ne sont donc pas les miennes... :mdr:

06 mar. 2019
0

t'es vraiment une baltringue de base némo :-) Tu n'as aucun respect pour ce que tu ne comprend pas ou ce que tu ne fais pas.

... et j'ajoute, comme tu aimes à le faire, quelques petits smiley pour bien te montrer que je te chie dans les bottes

:mdr: :litjournal:

04 mar. 201904 mar. 2019
1

Je peux te faire la même avec une plaque d'acier de 5 mm.
Ça ne sert à rien de comparer des épaisseur sans prendre en compte la masse volumique et les caractéristiques mécaniques des matériaux.
Le stratifié verre polyester en environ 2.5 à 3 fois plus lourd que du contreplaqué, à épaisseur égale. On peut donc utiliser du CP de 12 mm à la place du stratifié de 5 mm et rester plus léger, tout en étant beaucoup plus rigide.

04 mar. 2019
0

Bon, Baboujoli, tu t'y colles, un coup de poing dans du cp de 12 mm, jusqu'à y faire un trou.
On veux la photo du cp et de ta main. :mdr:

05 mar. 2019
0

je vois rarement des voiliers en contre-plaqué de 5mm...

0

Alors que des voiliers en composite de cette épaisseur : oui.

04 mar. 2019
0

Thierry Dubois avec sa goelette "La Louise" en bois moulé époxy rode dans les mers arctique et fait du brise glace. Je pense qu'il doit savoir ce qu'il fait...
voilesetvoiliers.ouest-france.fr[...]9bb9f93

04 mar. 2019
0

La louise c’est du lamellé collé. Mais c’est toujours du bois

04 mar. 2019
0

presque....
Lamelle colle ET bois moule( 2 plis d'acajou ) ...
( et strat...)

04 mar. 2019
0

Exact. 32mm de lamellé et une couche fine moulée sous vide. Plus diverses couches de verre et autre. Du très beau boulot.
Le tout détaillé en vidéo. Le bonheur quoi ????

04 mar. 2019
1

A 32 mm, on peut dire que c'est du massif. :mdr:

05 mar. 2019
2
  • quelques lignes de David Réard, au sujet des constructions bois et "hybrides bois" -

Le bois classique :

On l'a utilisé pendant des siècles, il donne des bateaux solides mais lourds, la mise en oeuvres nécessite un vrai savoir faire et elle est des plus fastidieuse mais néanmoins très noble. Sauf pour quelques amoureux de la belle ouvrage on n'utilisera pas ce matériau.

Le contreplaqué-époxy :

Le contreplaqué a grâce à l'époxy, retrouvé un réel intérêt dans la construction de bateaux modernes. Il va permettre de construire des bateaux légers voir très légers, et moyennant des renforts stratifiés (verre, carbone, ou kevlar) on va pouvoir rendre ce matériau très solide y compris à l'impact. A poids égal, un bordé en CP époxy renforcé de tissus multiaxiaux verre, serait nettement supérieur à un bordé en alu ou en acier. Cela est très difficile à admettre par les défenseurs de l'alu ou l'acier, mais il suffit de s'amuser à réaliser des échantillons de poids égal et de les passer aux bancs de flexions et tests de dureté destructifs pour faire tomber des certitudes trop répandues.

Sa mise en oeuvre est des plus simple, et ce d'autant plus depuis la démocratisation de la découpe numérique. Le devis de poids de l'architecte est facile à tenir. La résistance à la fatigue est excellente, l'entretien réduit au minimum (il faut cependant soigner dans les meilleurs délais toutes éraflures qui aurait traversée les couches de stratifications pour atteindre le contreplaqué lui-même), et au bout de quelques années d'utilisation il est très facile de lui redonner l'aspect du neuf.

Pour finir de convaincre les sceptiques, il faut savoir que aujourd'hui encore les avions de voltiges sont construits avec ce matériau.

Au chapitre des défauts on retrouve l'obligation de coques à bouchains vifs (c'est un défaut surtout esthétique), mais aussi un moyen de construction assez coûteux, difficilement industrialisable, donc dont la diffusion est assez restreinte.

Le strip-planking :

Il reprend les avantages mécaniques du CP époxy, avec l'avantage de pouvoir réaliser des coques en forme. La construction est néanmoins plus fastidieuse notamment en heures de ponçage.

Le bois moulé :

Mécaniquement on approche la perfection, esthétiquement aussi, malheureusement la mise en oeuvre est vraiment longue et demande beaucoup de rigueur. A réserver aux amoureux du bois moderne performant.

La fragilité aux impacts commune au CP époxy se corrige de la même manière, à savoir une stratification extérieure.

Le sandwich :

On peut tout mettre dans un sandwich!!! On considère donc un sandwich moderne avec des matériaux et des échantillonnages choisis en fonction du programme et des moyens de mise en oeuvre. Il est constitué de peaux (elles peuvent êtres en fibres de verre, carbone, kevlar et même en CP) séparées par une âme (qui peut etre en mousse PVC dans la majorité des cas, ou nid d'abeille, balsa et meme CP).

Dans ces conditions le sandwich c'est le top du top, vous pouvez obtenir du très léger et très solide (open 60, vor 70, ou démineur de la marine nationale!).

La mise en oeuvre ne supporte pas l'approximatif, et si vous le réalisez dans les règles de l'art vous aurez ce qu'il y a de mieux pour construire un voilier moderne, performant et solide.

05 mar. 2019
0

Manque le lamellé-collé ?

05 mar. 2019
1

Le lamellé collé ce sont des lames bois collées dans le sens du fil, la résistance transversale n'est pas bonne. C'est bien pour les membrures, les barrots ou les espars, mais pas pour le bordé où il est préférable de croiser les plis -> bois moulé.

05 mar. 201905 mar. 2019
05 mar. 2019
0

J'ma planté hier.... :oups:
La Louise, c'est lamellé collé ( les membrures), lisses jointives /strip planking et bois moulé et stratification pour le bordé.
(c'est plus ça, que je veux dire... :-D)

05 mar. 201905 mar. 2019
0

Je n'entrerais pas dans la discussion préférence intrinsèque de matériau, sujet maintes et maintes fois abordé.
Au moment de choisir un bateau d’occasion, le choix s'avère nettement plus important avec le polyester, la possibilité de faire une bonne affaire est donc décuplé.
Enfin, un bateau en polyester est celui qui, dans l'absolu, demandera le moins d'entretien.
Pour moi, le polyester est le matériau de choix pour un achat d'occasion, raisonné. Mais pas préféré.

Si j'avais la Full Ultragold de chez UBS, je m'offrirais un voilier neuf en sandwich airex/verre époxy, ou un bois moulé stratifié. Fabriqué par un petit chantier qui fait du bon boulot et certainement pas par une grosse boite de type Jeanneau/Beneteau, qui fait du tupperware à la chaine… (je m'égare)

Le lamellé-collé est une méthode d'assemblage pour des pièces tel que les barrots/membrures/varangues, il est étroitement lié au bois moulé.

05 mar. 2019
0

"Si j'avais la Full Ultragold de chez UBS"

Hé bien Lorenzo, si j'avais la même carte que tu auras peut être bientôt :-p je ferais le même choix de voilier que toi !
:mdr:

05 mar. 2019
0

je ne connais pas grand chose à la voile (jeune débutant de 56 ans) mais la retraite arrivant, j'apprend, du moins j'essaye. dans quelle catégorie est ce bateau,avantage de l'époxy ou inconvénient du bois.

www.leboncoin.fr[...]17.htm/

05 mar. 2019
0

Cowboy, D. Reard oubli que les VOR et autre Imoca, sont en monolithique, aujourd'hui.

05 mar. 201905 mar. 2019
1

Ah non, ils sont en sandwich avec des peaux en carbone époxy, et pour ceux qui n'ont pas droit au carbone (Class 40) c'est du sandwich avec des peaux en verre époxy.
Aucun bateau de compétition n'est construit en polyester monolithique s'il y a possibilité d'employer d'autres matériaux.

07 mar. 2019
0

Il faudra le dire aux architectes et aux chantiers, ils n'ont pas l'aire d'être au courant.

07 mar. 2019
0

Ils sont en carbone pure, fini le sandwich, même pour Sodhebo :mdr:

05 mar. 2019
1

Le meilleur composite : ferrociment
Le meilleur monolithe : granit

06 mar. 2019
0

Vous souvenez vous de Moitessier, (après avoir navigué sur deux épaves flottantes en bois, les Marie-Thérèse) ? Il voulait rentrer en France des Antilles, en se construisant un bateau "composite" : Résine + papier journal...
C'est finalement en revenant à bord d'un cargo qu'il s'est rendu compte que l'acier n'est pas mal. D'où le projet "Joshua".
Après Joshua, il disait que si c'était à refaire il ferait construire un bateau en aluminium...
Bon, il est vrai que Moitessier n'était pas un grand expert de la construction et de l'innovation navale, comme ce fut le cas de Tabarly. Ce dernier étant revenu au bois (ne l'ayant jamais vraiment quitté) pour mourir avec...
:heu:

06 mar. 2019
0

pas résine! goudron... sauf erreur
si il avait été expert il n'aurait pas parlé d'alu :langue2:

06 mar. 2019
0

Imaginons que Moitessier soit sur H&O. Que pourrait-il poster comme contributions sur un fil comme celui-là ?

06 mar. 201906 mar. 2019
1

Eh bien, il pourrait peut être dire : "Après mes deux bateaux en bois, Marie Thérèse I, et Marie Thérèse II, j'ai été vacciné des bateaux en bois, les tarets et la pourriture ayant achevé de me convaincre qu'il fallait absolument me tourner vers des bateaux autres qu'en bois"...
:oups:
(Ce qu'il fit d'ailleurs...)

06 mar. 201906 mar. 2019
3

Je pars pour sauver mon âme.( l'âme du bois) :goodbye: :-p

07 mar. 2019
1

Cas particulier, les transportables souvent évoqués dans d'autres fils. J'ai eu un Fugue 8,50 m en sandwich : chaque fois qu'il passait sur les rouleaux, j'entendais un crissement suspect de mousse écrasée, pas rassurant. Il faudrait donc une construction complexe pour passer en monolitique sur les zones faibles, pas simple, ni fiable. En polyester standard, bien dimensionné, Dufour Duo, pas de crainte mais du poids. J'ai eu des catas en CP epoxy, pas de problème et pas lourd. Donc, pour ce cas particulier, le CP epoxy me semble vraiment le meilleur choix, avec le fait que sur remorque une partie de l'année, l'entretien est simple. Valable aussi pour du bois moulé.

07 mar. 2019
0

Le problème du sandwich (et du composite), c'est que c'est le chantier qui fabrique le matériau.

Un contreplaqué s'achète en général tout fait.

Une vieille étude sur le sandwich : apps.dtic.mil[...]435.pdf

Le truc impressionnant, c'est que pour le MÊME impact, le résultat varie de
"Core squished slightly, minor scratches on surface"
Ame légèrement écrasée. Petites égratignures en surface.
à
"Severe core shear failure, delamination of compressive and
tensile skins, tearing of both skins, local punch-through of
compressive skin".
Importante rupture en cisaillement de l’âme. Délamination des peaux intérieure et extérieure. Déchirure des 2 peaux. Perforation de la peau extérieure.

07 mar. 2019
0

Ce n'est pas spécialement complexe de faire des zones en monolithique dans une coque sandwich, et ça ne pose aucun problème de fiabilité.
Dans l'absolu, il faut éviter le poinçonnement, donc charges ponctuelles et les rouleaux de remorques.

07 mar. 2019
2

bah !
comme chacun le sait, le "plastique" c'est fantastique et le bois c'est d'avant le déluge...
aucun matériau, je dis bien aucun, n'est réellement meilleur qu'un autre.
tout est question de qualité du matériau de base (choix des bois, résine, métal ...), de qualité de la mise en œuvre et de qualité de l'entretien.
le reste tient de la querelle de clocher et des convictions de chacun.
jpierre

0

Et si, à la place de "convictions", tu mettais "goûts" ou "choix" :heu:

07 mar. 2019
1

Mon cata en sandwich , 15 ans de loc en mèd. puis avec moi un 3/4 de tour du monde , il était comme neuf , aucun bruit , très raide , top , je reconstruis un cata en sandwich ...

07 mar. 2019
0

mon cher dictateur,
pourquoi opposer les convictions aux goûts ou aux choix ? :lavache:
ce sont des "sentiments" qui se complètent et se nourrissent les uns et les autres plutôt qu'ils ne s'opposent n'est-il pas ? :heu: :reflechi:
par exemple et en ce qui me concerne, je suis convaincu des avantages du bois (cp en l’occurrence), c'est un matériau qui me plaît pour l’atmosphère qu'il donne à mon bateau et j'en ai fait le choix ainsi que celui des contraintes qui vont avec.
je précise bien afin de ne prêter le dos à nulle polémique que c'est MA décision et que je ne l'impose à quiconque.
mais peut-être ne suis-je pas suffisamment "consensuel" ? :-p
avec amusement
jpierre

07 mar. 2019
0

il faut comparer ce qui est comparable...

Un bois construit avec des lisses ne sera pas comparable à un bois moulé époxy...
Tout comme un polyester monolithique ne sera pas comparable à un sandwich mousse PVC/Epoxy ...

ensuite au delà du mode de construction, il y a le soin qui est apporté à la mise en oeuvre, la qualité des matériaux...

Un CTP epoxy type RM, c'est quand même pas du CTP très haut de gamme qui est utilisé ... heureusement qu'il y a l'époxy!!!! et pour la strat de renfort, c'est je crois une option...

Un Polyester bénéteau, la aussi, on fait un peu beaucoup à l'économie ...

Maintenant quand on regarde de plus près, à budget équivalent (construction ET entretien, sur disons 30 ans): il n'y a pas photo, l'époxy est gagnante, et encore plus avec un sandwich mousse PVC!

les bateaux de régate ne sont plus en en bois depuis longtemps!

Ce n'empèche pas de continuer à faire des bateaux polyester monolithique "pas trop cher", car le compromis est bon. Soyons clair, si une solution était clairement supérieure en terme de compromis, elle se serait imposé ... a mais oui, je suis con, 99% des bateaux sont en polyester! a bon entendeur!

07 mar. 2019
0

"99% des bateaux sont en polyester! a bon entendeur!"

Justement, ou est le curseur du "compromis" ?

Qualités du matériau ou facilité de mise en oeuvre et bas cout pour l'industriel ?
:mdr:

07 mar. 2019
0

L homme à toujours construie des bateau dans les matériau du moment..
Dans quelque année on trouvera autre chose.

07 mar. 201916 juin 2020
0

@skipperTramex : on voit bien l'âme du sandwich entre les peaux de carbone. Le carbone monolithique est réservé à certaines parties très sollicitées.

14 avr. 2021
0

Le bois et les tarets. technique Pheniciennes Bateau constuit en forme bordee clouees sechees, puis demonte et brulees sur toutes les faces, puis goudron de bois, et reposee sur des membrures brule et enduite aussi, 3000 ans plus tard pas un seul trou de tarret, bien sur c'est pas du pin mais du Robinier.

14 avr. 2021
0

?????????????????????

14 avr. 2021
0

Mon premier voilier était en bois classique (DL 7,20 Cornu).
Quand j'ai vu que je passais plus de temps à l'entretenir ou le réparer qu'à naviguer, je l'ai revendu. Beaucoup de soucis pour peu de plaisir.

Pour racheter un bateau de la même taille en polyester (Samouraï 7,20 m) que j'ai gardé 5 ans. Beaucoup de plaisir et aucuns soucis. 🙂

14 avr. 2021
1

On a des copains inconditionnels du bois qui, après 40 ans de nav sur tous les océans, ont refité leur beau bateau en bois.


(Yacht Windora's Refit, You tube)

14 avr. 2021
1

A chacun son plaisir...😉

14 avr. 2021
0

Bien sur , sans etre un puriste ni un inconditionel de tel ou tel materiaux. le probleme c'est que nous avons qu'une seule petite planete et qu'elle est dans un piteux etat, parce qu'on sait fabriquer des chose mais pas les recycler ni les remettre a l'etat d'origine. les marinas son pleines de B. ventouses qui deviennent epaves.
Mais pour la bonne conscience on donne des subventions pour recycler tout cela. En fait c'est enterrer ou brule... ou exporter... cadeaux pour les generations futurs !
C'est un peu comme l'invention de la cuvette des toilettes en porcelaine blanche.
Des que la chasse est tiree on ne se preocupe plus de ce qui se passe apres...
Pour en revenir a la voile aux voiliers. Combien d'embarcations passent leur vie amarre ou sortent pour changer de port , indiferament de leurs tailles?
Mais l' EGO de l'humain....

14 avr. 2021
1

Effectivement : « A chacun son plaisir ».

Ce n’est pas une question d’avantages / inconvénients. C’est une question d’amour. Certains comprendront.

15 avr. 2021
1

Tout a fait d'accord, l' Amour est toujours iraisonnable, pour les bateaux bois c'est pareil....

15 avr. 2021
0

T'es tellement amoureux que t'en bégaies 😉

15 avr. 2021
0

et oui, et pourtant des fois je me dis que j'en ch.... tellement a poncer, etc.... mais quand on aime ...

15 avr. 2021
0

😄👍

15 avr. 2021
0

Ah, l'odeur du bois...

16 avr. 2021
0

oui, mais il ne faut pas tout idéaliser, le bois humide au bout d'un certain temps peut sentir le moisi
et l'eau salé dans les fonds ( il y en a toujours un peu qui favorise la conservation du bois ) crée de l'humidité..... et de la fraicheur l'été ..... bref tout n'est pas toujours idéal... comme dans la vie...Les bateaux bois, il faut adhérer.... peut être en naviguant plusieurs jours sur le bateau d'une
connaissance..... c'est comme tout ce qui est atypique... on accroche ..ou pas du tout .....
les manoeuvres au pied du mat, faire le funanbule sur le bout dehors, etc... et surtout savoir que souvent on va naviguer seul, et que les manoeuvres ne seront pas de tout repos suivant l'état de la mer...tout dépend évidement de la taille du bateau ....

16 avr. 2021
1

avantages du bateau bois .........???? pardon je cherchais

16 avr. 2021
1

Avantage : c’est qu’il est en bois.

Plaisanterie mise à part, je constate que de plus en plus de pêcheurs professionnels se font construire des bateaux en bois. Il doit bien y avoir une raison. Quand j’en parle avec certains, ils disent : pas plus cher que les autres, pas plus d’entretien que les autres, plus agréables à la mer.
Mais est-transposable à la plaisance ?

16 avr. 2021
0

Je m'étais intéressé à celui là


(porpoise, william garden).
Bien construit, un bateau en bois a beaucoup de charme, et est plus robuste que la majorité des bateaux actuels.
Mais il faut vivre avec, le cajoler et lui parler tous les jours. Ce ne peut être un bateau de marina qu'on voit une fois par an.

16 avr. 2021
1

Est ce qu on compte les bateaux en contre plaqué epoxy dans les "bateaux bois" ?
Car au niveau entretien ils semblent se rapprocher de l entretien "minimal" d un polyester classique, possiblement plus solide à poids egal.
Un cata wharram par exemple me parait etre un choix de simplicité et de maintenance plus facile/ moins technique qu un polyester de serie

16 avr. 2021
0

L'avantage du CP c'est qu'il n'y a pas besoin de moule pour la construction à l'unité.
Moins solide. Les bordés du RM 11.80 sont en stratifié sandwich afin de gagner en solidité par rapport aux autres modèles de la gamme.(argumentaire chantier)
Inconvénient principal : formes développables. Voir la facilité de réparation - + ?
Et n'aimerait pas les infiltrations d'eau.
Si l'on regarde les avions légers, les robin en bois sont légers par rapport à du métal, en revanche les nouveaux avions en plastique sont mieux profilés, bien en poids et avec du carbone on gagne encore en poids et raideur.

17 avr. 2021
1

Un DR (Délémontez concepteur Robin, un des constructeurs) n'est pas un bateau. Les formes et solution très astucieuses autant que simples choisies par Mr Délémontez dans les années 1940/50 répondaient à des critères volontairement économiques et de facilité de réalisation drastiques visant l'aviation populaire.
On faisait alors la même chose pour les petits voiliers (par exemple Vaurien).
Sur le plan résistance/poids en plan le CP n'est pas inférieur aux Plastiques vu que le CP c'est d'abord une structure bois (faits de microtubes de chaines carbonées)
Le contre plaqué, très bon matériau assez peu couteux et très facilement usinable demande une grande vigilance en marine car il ne supporte pas la moindre infiltration d'eau qui est alors très rapidement catastrophiquement ravageuse.

17 avr. 2021
0

" très rapidement catastrophiquement ravageuse ", le mot est fort... Oui si on utilise du CP de cagette, mais une bonne qualité de CP n'aura pas cet inconvénient. Certes, il faudra le garder protégé au maximum, mais il ne se désagrégera pas dans le mois en cas d'infiltrations.
Mais on n'est plus dans le "assez peu coûteux", à ce niveau.

17 avr. 2021
0

J'ai pu visité un 14m, présentant bien (vu de loin) en contreplaqué + fibre de verre, très mal réalisé par 3 amis ingénieurs mais surtout grands rêveurs. Leur énorme travail a été ruiné par non maîtrise de la protection du CP. Le pont s'enfonçait quand on voulait marcher dessus. Le travail à refaire était tellement important qu'il n'est jamais retourné à l'eau.

18 avr. 2021
0

Oui, dans ce cas, c'est la faute de la mise en œuvre, pas du matériau. On pourrait en dire autant de l'acier, sandwich, ferro, etc...

16 avr. 2021
2

l'un des enormes avantages d'un bateau bois c'est qu'il y a toujours quelques choses à faire et là c'est le grand bonheur ..bois pourri, peinture,vernis, amelioration, modification ..que du bonheur et du plaisir ..c'est a dire que nous sommes avec notre bateau constamment toute l'année et presque tous les jours ...en fait c'est comme l'amour dés que l'on le quitte des yeux on est triste ..

17 avr. 2021
1

Slt José

Tout ce que tu cités est justement ce qui a bien failli me faire arrêter de naviguer à mes débuts.
Je conçois que pour toi comme pour d'autres ce puisse être un plaisir, pour moi c'était contraintes et désagréments.
N'ayant à l'époque que peu de congés, chaque jour passé en entretien voire réparation était une journée de navigation perdue.
CNCIV.. 😉

17 avr. 2021
2

Bjr Kobaia , j'ai toujours eu des bateaux (cp) et j'étais completement surbouké par le boulot et justement l'entretien de mes bateaux n'aeraient la tête et aussi et surtout me procurait un travail manuel qui m'était et met indispensable .

18 avr. 2021
0

OK pas de problèmes. La mer, la navigation et les bateaux en général est un domaine tellement vaste que chacun peut prendre du plaisir dans des activités différentes.
😉

17 avr. 2021
0

La question initiale parlait du bois moulé. Dans les années 80 je régatais en Quarter toner (bateau d'environ 8m) par force 8, ce qui se faisait encore à l'époque. Alors que nos bateaux retombaient inlassablement à chaque vague dans une mer très creusée, le seul d'entre nous qui était en bois moulé a connu une brutale entrée d'eau suite à un décollement de plis. Par chance le vent et les vagues lui ont permis de rejoindre très rapidement un port. Un seau bien utilisé a permis de contenir la montée de l'eau. Mais les autres Quarters en polyester n'ont pas eu de problème pour inir la régate malgré les conditions dantesques. Cet ami a ensuite fait faire un autre quarter en polyester.

J'ai aussi eu un primaat de 7m en CP et quel n'a pas été ma surprise un jour de voir qu'une zone du fond était devenue molle. Après avoir sorti le bateau, j'ai donné un coup de tournevis par curiosité dans la zone incriminée. Quelle n'a pas été ma surprise de traverser facilement la coque. C'est vrai que j'ai facilement pu réparer avec du CP et de la colle epoxy mais il faut sortir le bateau de l'eau. Le bois demande plus de surveillance qu'un bateau polyester.

17 avr. 2021
1

après avoir eu 5 mono en fibre de verre, j'ai maintenant un cata en CP et ça me plait bcp. Je trouve plus facile de réparer une infiltration sur un pont en cp que sur un pont en sandwich verre/balsa par exemple. En navigation, la légèreté et la rigidité du CP me plait bcp aussi !

18 avr. 2021
0

Pour le bois moulé, il ya l'incident de l'Airel, mais certains plastiques on perdus leurs safrans pire leurs quilles maintenant ca peu aussi arriver sur du bois moulé...

www.histoiredeshalfs.com[...]rel.htm
www.hisse-et-oh.com[...]-lairel

voilesetvoiliers.ouest-france.fr[...]41356b6

19 avr. 2021
0

Moi aussi je suis passé du polyester au CP Epoxy, et absolument sans regret jusqu’à présent. Comme je transporte le bateau le compromis poids volume est idéal. A taille équivalente je n’avais de toute façon pas trouvé de voilier transportable en polyester, les chantiers n’étant visiblement pas orientés vers le créneau qui me concerne.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

lever  du  soleil  à la  Cala  Mongo Costa  Brava

Après la pluie...

  • 4.5 (45)

lever du soleil à la Cala Mongo Costa Brava

mars 2021